Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 THAILANDE : Les ONG et l’Eglise catholique s’inquiètent du rapatriement forcé en Birmanie des travailleurs clandestins kachin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: THAILANDE : Les ONG et l’Eglise catholique s’inquiètent du rapatriement forcé en Birmanie des travailleurs clandestins kachin   Jeu 5 Aoû - 9:41

THAILANDE : Les ONG
et l’Eglise catholique s’inquiètent du rapatriement forcé en Birmanie des travailleurs clandestins kachin

Dans une lettre ouverte au Premier ministre thaïlandais rendue publique le 19 juillet dernier, plus d’une douzaine d’ONG locales et internationales ont demandé à la Thaïlande de stopper d’urgence les rapatriements forcés en Birmanie (1) des travailleurs migrants kachin et d’enquêter sur les persécutions dont ils sont victimes, une fois de retour dans leur pays.

Un grand nombre d’entre eux a déjà été renvoyé dans l’Etat Kachin, frontalier avec la Thaïlande, d’où sont originaires la quasi totalité des populations kachin (kayin) (2). Dès leur arrivée, ils y ont été dépouillés par le groupe militaire Democratic Karen Buddhist Army (DKBA), une milice karen ralliée à la cause de la junte, et bon nombre d’entre eux ont été remis entre les mains de trafiquants, dénonce, entre autres violations des droits de l’homme, le rapport des organisations humanitaires.

La déclaration de ces ONG, qui travaillent depuis longtemps avec les populations concernées, parmi lesquelles figurent Human Rights Watch, Thai Labour Solidarity ou encore State Entreprise Workers Relations Confederation of Thailand, rapporte également qu’une fois de retour en Birmanie, les femmes kachin se retrouvent piégées dans des réseaux de prostitution tandis que les hommes sont contraints de devenir porteurs dans l’armée birmane ou de travailler pour des trafiquants.

Dans un contexte tendu en raison des élections générales prévues à l’automne prochain, la répression de la junte envers les minorités et les opposants au régime ne cessent de croître. Selon l’ONU, au cours de l’année 2009, les persécutions militaires exercées dans l’Est du pays (régions shan, kachin et karen) ont provoqué le déplacement de plus de 100 000 personnes. L’Etat Kachin, où perdure une guerre civile larvée depuis les années 1990, a été particulièrement touché, la répression s’exerçant par le biais des différentes factions armées qui contrôlent la région (3).

Les rapatriements par Bangkok de migrants ou de réfugiés ayant fui le régime de la Birmanie se sont accélérés au cours de l’année 2010. Auparavant considérée comme une terre d’accueil privilégiée par de nombreux migrants d’Asie du Sud-Est, la Thaïlande a durci progressivement sa politique d’immigration. Par vagues successives, le pays a reconduit à la frontière, ces dernières années, de nombreux clandestins et réfugiés, dans les pays limitrophes d’où ils étaient issus.

Bangkok a notamment dû affronter la condamnation unanime de la communauté internationale il y a un an, lorsqu’elle a expulsé de force des milliers de réfugiés Hmong vers le Laos, où les attendaient les persécutions et, pour certains d’entre eux, la mort. L’opération, baptisée « grand nettoyage », avait été menée en deux jours par l’armée, qui avait vidé les camps et reconduit de force à la frontière plus de 4 000 Hmong dont la plupart étaient sur le territoire thaïlandais depuis trente ans. Les Nations Unies et de nombreuses ONG avaient demandé, en vain, l’arrêt immédiat d’une opération qu’elles dénonçaient comme étant en totale « contravention avec le droit international » (4).

Plus récemment, en février dernier, la Thaïlande avait rapatrié, également de force, près de 3 000 Karens qui avaient fui en 2009 les exactions de l’armée birmane. « La mise en place par le gouvernement, de mesures pour ‘purger’ le pays des travailleurs clandestins n’a pas seulement échoué à réduire l’immigration irrégulière (...) mais a également eu pour conséquence de faire commettre de graves violations des droits de l’hommes par les autorités comme par les employeurs, à l’encontre des migrants, qui sont en réalité les principaux piliers de la croissance économique de la Thaïlande », constate le P. Rangsiphol Plienphan, membre du secrétariat du diocèse de Nakhon Sawan (5).

« Les immigrés doivent affronter le fait de risquer leur vie lors des actions menées contre eux ou encore de tomber entre les mains de trafiquants, quand il ne s’agit pas de devenir victimes de la corruption systématique des représentants du gouvernement », poursuit le prêtre, qui a été plusieurs années au service des migrants venus de Birmanie.

Des convois de camions chargés de Birmans expulsés sont devenus un spectacle familier à Mae Sot, principal poste frontière entre la Thaïlande et la Birmanie. Dans cette ville de transit, Suree Vinitchop dirige l’école Santhawamaitri Suksa tenue par les sœurs de Saint-Paul-de-Chartres. Soutenue par le diocèse de Nakhon Sawan, cette école pour les enfants de travailleurs birmans a ouvert en 2004 et accueille aujourd’hui 200 élèves. « Les migrants sont complètement au ban de la société thaïlandaise, sans accès aux services publics comme la santé ou l’éducation, et sans reconnaissance d’aucun droit, même essentiel », explique la directrice, qui lutte pour que ses élèves puissent bénéficier d’un statut reconnu par l’Etat.

Parmi les récentes manifestations de l’inimitié croissante des Thaïlandais envers les immigrés birmans, une s’est tenue le 22 juillet dernier dans la province de Ranong afin de protester contre l’autorisation accordée aux migrants de Birmanie dont la situation est régularisée, de passer leur permis de conduire. Une décision qui, selon certains en Thaïlande, ne fera qu’accroître le nombre des clandestins et nourrir les réseaux de trafiquants (6).

(1) La Birmanie a été renommée Myanmar par la junte au pouvoir. (2) Les Kachin (Kayin) forment un ensemble d’ethnies de langue tibéto-birmane, présentes essentiellement dans le nord-est de la Birmanie (où ils sont estimés à un peu plus d’un million), le sud de la Chine (Yunnan) et le nord-est de l’Inde. Selon le gouvernement birman, 57 % des Kachin de Birmanie sont bouddhistes, 36 % sont chrétiens, les autres appartenant à diverses religions. Le catholicisme fut introduit chez les Kachin par les prêtres des Missions Etrangères de Paris (MEP) il y a plus de 150 ans. (3) La Constitution de 1947 avait fait de l’Etat Kachin une unité semi-autonome dans l’Union fédérale birmane, mais lorsqu’elle fut abolie en 1962, un gouvernement militaire kachin prit officieusement le pouvoir de l’Etat et organisa l’économie de la région autour du trafic de l’opium et du jade. En 1994, une offensive de l’armée birmane permit à celle-ci de reprendre le pouvoir sur l’Etat, provoquant l’éclatement de la guérilla kachin en de multiples factions armées. Aujourd’hui, le contrôle de l’Etat kachin est partagé entre différents groupes militaires, à la solde de la junte. (4) Voir EDA 521 (5) Ce diocèse se situe dans la partie ouest de la Thaïlande, limitrophe avec la Birmanie. (6) Info-Birmanie, 4 février 2010 ; Human Rights Watch, 19 juillet 2010 ; The Nation, 20 juillet 2010 ; Ucanews, 22 juillet 2010 ; Ucanews, 22 avril 2010.

dépêche envoyée par la Rédaction d’Eglises d’Asie agence d’information des Missions Etrangères de Paris contact : Régis Anouil (réd chef) 128, rue du Bac F - 75007 Paris e-mail : eglasie@mepasie.org site : http://eglasie.mepasie.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
THAILANDE : Les ONG et l’Eglise catholique s’inquiètent du rapatriement forcé en Birmanie des travailleurs clandestins kachin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les dires de Goebbels sur l'Eglise Catholique
» Toute critique sur l'Eglise Catholique Romaine sera retirée.
» Prières chantées + sainte Eglise Catholique
» Pour le nouvel ordre mondial, la disparition de l'Eglise catholique est un impératif
» Docteurs de l'Eglise Catholique Romaine - Pères de l'Eglise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Bruits de chapelles et soupirs de confessionnaux :: Bruits divers-
Sauter vers: