Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand le voile se lève sur le précédent pape

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Quand le voile se lève sur le précédent pape   Mer 10 Mar - 4:52

LEGIONNAIRES DU CHRIST :
Le summum de la perversion
du fondateur Marcial Maciel !

Il faut dire que les malheureux « Légionnaires du Christ » sont à rude épreuve. En effet, leur fondateur, le Père Maciel, que Jean Paul II considéré un temps comme un saint vivant sur terre, vient de révéler des faces curieuses et inquiétantes de sa personnalité. Ces révélations posthumes sont connues en partie depuis un certains temps. Mais au fil des mois les précisions les plus troublantes se succèdent.

Ce prêtre mexicain, né en 1920, et décédé il y a deux ans, fonda on le sait la « Legion du Christ », une congregation jadis influente aupres du Vatican, du temps du pape Jean Paul II, et protégée par les cardinaux Norberto Rivera, Carrera, archevêque de Mexico, Angelo Sodano, longtemps secrétaire d’Etat de Jean-Paul II et Dario Castrillon Hoyos, un colombien ultra-conservateur qui défraya souvent la chronique. Suite à une foultitude d’accusation, il fut contraint de vivre ces dernières années de vie dans le secret. Des confidences donnent à penser qu’il vécut les derniers temps de sa vie en ayant perdu la foi. Il aurait refusé le secours des derniers sacrements face à la mort. Parmi les accusations les plus sulfureuses portées contre Maciel, il faut mentionner les abus sur adolescents, déjà plus anciens. Avec en outre l’absolution de la victime avec la consigne fort précise de rester coi. Signalons aussi, la toxicomanie du père qui pouvait également se faire plagiaire.

Depuis d’autres révélations enrichissent encore le portrait de cet étrange personnage, multipliant les identités pour se cacher derrière elles. Tout récemment, mercredi 3 mars, une Mexicaine, qui affirme avoir eu pendant trente ans une relation quasi conjugale avec Marcial Maciel, a témoigné avec ses trois fils, lors d’une émission de radio, de la double vie de ce religieux catholique. Mythomane, drogué, pédophile, fornicateur le bon père était aussi incestueux. Ce qui à son palmarès. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Deux de ses fils dénoncent les viols et autres abus dont ils auraient été victimes de la part de leur père, alors qu’ils n’avaient pas dix ans (!), surtout lorsqu’ils voyageaient ensemble. L’appétit tout gidien du Révérend Père était en effet sans frein.

La mère des deux victimes, Blanca Estela Lara, avait connu Marcial Maciel en 1976, alors qu’elle n’avait que 19 ans, et lui 56. Bien que déjà mère d’un fils d’un autre lit, elle a a eu deux garçons avec Maciel sans savoir qu’il était prêtre, ni même son véritable nom. En effet, il lui avait donné deux noms différents ! L’ecclésiastique se faisait volontiers passer pour un cadre supérieur de la compagnie pétrolière Shell, mais aussi un détective, sinon un agent de la CIA. La même Blanca Estela Lara Gutierrez a raconté aujourd’hui, comme nous le rappelle le site espâgnol d’information religieuse « periodistadigital », très sérieux et fiable, que José Raul Gonzalez Lara, l’aîné des deux enfants abusés était drogué par son père indigne (Maciel) pour qu’il ne parle pas. Et ne révèle pas les exactions sexuelles dont il fut victime. Raul ajoute qu’il souffrit de problèmes émotionnels très sérieux suite aux abus sexuels. Bien entendu Maciel le dissuadait d’une telle entreprise : « Si tu vas trouver un psychologue, il peut te détruire la vie. »

Enfin Raul a reconnu avoir demandé 26 millions de dollars aux Légionnaires. Le prix du silence. Ils refusèrent. Raul demandait « dix (millions de dollars) pour les abus sexuels commis sur Omar (son frère adoptif) et dix pour les abus commis sur moi pendant neuf ans par mon père ». Les six autres millions correspondaient à un héritage que le père Maciel, mort en 2008 à l’âge de 87 ans, lui aurait promis « oralement, à plusieurs reprises ». Pour acheter un silence et un oubli perpétuels. Cette promesse d’héritage a été confirmée par le recteur de l’Université Anahuac de Mexico, université administrée par les légionnaires. Doté d’un grand pouvoir de séduction, très convaincant, Marcial Maciel avait réussi à accumuler une grande quantité d’argent et bien entendu d’entreprendre de nombreuses activités. Bien que très médiatique, le fondateur vivait par ailleurs des vies différentes sous des identités différentes. Le scandale est d’autant plus fort que la Légion du Christ, dans la continuité avec son fondateur, adoptait des positions ultraconservatrices y compris en matière de morale. Le Père Maciel était un thuriféraire acharné du ...célibat ecclésiastique. Sans commentaire.

Depuis quelques années, la congrégation des Légionnaires du Christ est cruellement éprouvée - et c’est peu dire - par la succession des révélations les plus scandaleuses. Elle demande aujourd’hui « pardon » aux enfants de Maciel abusés par leur père indigne. Malgré des moyens financiers et matériels considérable, la Légion se trouve aujourd’hui dans une situation particulièrement délicate. Cinq évêques se livrent à une enquête approfondie. L’avenir n’est pas assuré. Surtout en regard des débuts...

Et même si le pape Jean Paul II en avait fait « un modèle de sainteté pour la jeunesse ». Un discernement qui laisse songeur sur le pontificat de Karol Wojtyla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: JEAN PAUL II COUVRAIT LES PRETRES PEDOCLASTES :   Mar 20 Avr - 5:51

JEAN PAUL II COUVRAIT LES PRETRES PEDOCLASTES :
Les effets inattendus d’un secret divulgué par Golias

Les médias traditionnels aiment reprocher aux sites citoyens d’information sur Internet de ne pas apporter d’informations nouvelles et de se limiter aux « commentaires » de celles qu’eux-mêmes diffusent. On s’est fait soi-même interpeller sur la question à Europe 1 en novembre dernier par M.-O. Fogiel (1). Outre qu’une information livrée par les médias traditionnels peut-être falsifiée par simple mise hors-contexte et devenir une information nouvelle une fois rectifiée par restitution de contexte sur un site citoyen, il arrive aussi qu’une information inédite soit apportée par un site et qu’un média traditionnel la reprenne mais en se gardant bien de mentionner le site qui en a parlé le premier. « Le Journal de 13 h » de France Inter, dimanche 18 avril 2010, vient d’en donner un exemple (3)

Une information exclusive du site Golias dissimulée par France Inter

Le journaliste a présenté comme une révélation l’aveu fait, samedi 17 avril 2010, par le cardinal Dario Castrillon devant une assemblée de prêtres et prélats espagnols à l’Université catholique de Murcia. Celui-ci a revendiqué une lettre qu’il avait adressée à l’évêque de Bayeux-Lisieux Pierre Pican, en 2001, après sa condamnation à trois mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’un prêtre de son diocèse qui avait été lui-même condamné à 18 ans de prison pour atteintes sexuelles infligées à mineurs de moins de quinze ans.

Or, l’information était une exclusivité de la revue Golias, disponible sur son site dès le 30 mars 2010 : la copie intégrale de la lettre du cardinal datée du 8 septembre 2001 y était publiée et l’est encore. Le 2 avril suivant, on reprenait soi-même l’information sur AgoraVox en reproduisant la lettre pour en tirer une analyse de l’exercice de l’autorité dans l’Église catholique, somme toute comparable à la pratique du pouvoir par toute hiérarchie livrée à elle-même sans contre-pouvoir (2). Quel média traditionnel s’est fait l’écho de ce document décisif sur la politique de protection des prêtres pédoclastes organisée par la hiérarchie de l’Église Catholique ? On n’en a pas eu vent !

Les effets inattendus de la diffusion d’un secret

Or, si Golias ne l’avait pas publié, quel média traditionnel aurait osé le faire, puisqu’aucun d’eux n’a même eu le courage de relayer l’information ? Et dans ce cas, le cardinal Castrillon aurait-il été amené à en parler si le document était resté secret ? Or, on voit aujourd’hui les effets aussi inattendus que bénéfiques de sa divulgation : elle a placé le cardinal devant un choix binaire embarrassant comme « une fourchette » aux jeu d’échecs qui force l’adversaire à sacrifier une pièce majeure pour défendre prioritairement son roi : ou nier la lettre ou l’assumer. Le prélat a dû sentir toute la rigueur de l’adage romain : « Verba volant, scripta manent ».

- Pouvait-il nier cette lettre et crier au faux ? C’était prendre le risque que Golias le confonde avec d’autres possibles documents en sa possession : la revue est réputée pour le sérieux de ses informations. Il a donc préféré assumer sa lettre et même revendiquer sa conduite.

- Et c’est l’effet inattendu de la divulgation de cette lettre secrète. Le cardinal a choisi de ne pas porter seul la responsabilité de cette politique. On l’avait évidemment compris à la seule lecture d’une telle missive : il ne pouvait pas l’avoir écrite sans avoir reçu l’assentiment ou l’ordre de son chef suprême : « J’ai consulté le pape, a-t-il reconnu selon le correspondant de France Inter, puis j’ai écrit à l’évêque pour lui dire que c’était un exemple, le modèle d’un père qui ne trahit pas ses enfants. » Il ne fait donc plus de doute : la protection des prêtres pédoclastes a été la politique réfléchie de la hiérarchie catholique : entre un individu criminel et un enfant violenté, la hiérarchie avait ordre de protéger le criminel au détriment de sa petite victime en violant au besoin les lois civiles qui font obligation de dénoncer toutes atteintes sexuelles infligées à un mineur de quinze ans.

Seulement le paternalisme n’est pas encore une catégorie juridique, mais seulement un leurre par amalgame qui maquille le rapport à l’autorité sous les apparences d’une relation paternelle et filiale pour rendre la soumission aveugle plus supportable. Jean-Paul II que certains voulaient voir canonisé « subito presto », ne va-t-il pas devoir souffrir certains dommages collatéraux : un saint donné en exemple à la chrétienté peut-il avoir mené une politique de protection de prêtres pédoclastes au détriment de leurs jeunes victimes ?

L’information censurée de France Inter

La radio France Inter s’est donc contentée de relater la réaction en chaîne qu’a provoquée la divulgation par Golias d’une lettre secrète du cardinal, mais sans informer ses auditeurs du détonateur qui a produit cette réaction. Point n’est besoin pourtant à l’heure d’Internet d’avoir un correspondant à Madrid pour un tel travail. Quelques clics seulement sur la toile suffisaient et la radio pouvait comme tout le monde prendre connaissance de la lettre du cardinal publiée par Golias et en faire état sur les ondes.

La station est d’ailleurs à ce point peu curieuse qu’elle n’a même pas cru bon de rappeler une information complémentaire utile recueillie pourtant par un média traditionnel mais concurrent, RTL, le 2 avril dernier. Interviewé, l’évêque Pierre Pican qui avait été félicité par le cardinal Castrillon, alors préfet de la Congrégation pour les prêtres (sorte de ministre de la fonction religieuse au Vatican) a entonné un hymne à la façon d’Édith Piaf : « Non rien de rien, non, je ne regrette rien ! ». Et si c’était à refaire, il agirait de même : « Non, déclare-t-il d’une voix ferme, je ne peux pas nourrir de remords par rapport à ma position. Je ne regrette pas de n’avoir pas dénoncé. Je ne l’ai pas fait et, je dois dire, je n’y ai pas du tout songé comme étant une possibilité, une issue. La question ne m’a pas traversé l’esprit, je dois dire. (…) Aujourd’hui, je ne dénoncerais pas, (…) pas aujourd’hui plus qu’hier. Ma position est extrêmement claire. Et je préfèrerais être condamné par la justice de mon pays (plutôt) que de trahir ma conscience. Et je n’appelle personne à me suivre. (À propos des victimes) Je mesure la profondeur d’un tel drame, d’un tel comportement qui est tout à fait inqualifiable et donc évidemment leur présence à ma prière, elle est continue, permanente, ça c’est clair ! » Prière aux effets incertains pour les victimes mais protection assurée pour leurs bourreaux !

Pierre-Yves Chereul

Notes : (1) Paul Villach, « Retour sur mon intervention chez Fogiel sur Europe1 », AgoraVox, 23 novembre 2009. http://www.agoravox.fr/tribune-libr... (2) Paul Villach, « La crise pédoclaste, un regard sur l’exercice de l’autorité dans l’Église catholique », AgoraVox, 2 avril 2010 http://www.agoravox.fr/tribune-libr... (3) Extraits du « Journal de 13h » de France Inter, dimanche 18 avril 2010 « Le journaliste . - L’Église Catholique n’en a toujours pas fini avec la pédophilie. C’est un cardinal du Vatican, le cardinal Castrillon de Colombie qui s’est fait applaudir hier à Murcie par une assemblée de prêtres espagnols lorsqu’il a expliqué comment il avait félicité un évêque français qui n’avait pas dénoncé à la police française un curé pédophile. L’affaire française est connue. Le prêtre pédophile, René Bissey, a été condamné à 18 ans de prison pour viol répété d’un garçon et agression sur dix autres. On savait aussi que l’évêque Pierre Pican de Bayeux et Lisieux n’avait pas dénoncé le curé en question. Eh bien, ce qu’on a appris hier, Emmanuel de Taillac, c’est que l’évêque français avait été félicité pour cela par le cardinal Castrillon qui était, à l’époque, au Vatican Préfet de la Congrégation pour le Clergé E. de Taillac . - C’est lors d’un hommage au pape Jean-Paul II, organisé à l’Université catholique de Murcie que Mgr Castrillon a ravivé la polémique. Oui, en 2001, il a bien rédigé une lettre adressée à Pierre Pican, évêque de Bayeux, pour le féliciter de couvrir un prêtre accusé de pédophilie. Mais, en plus, cette lettre bénéficiait selon l’évêque colombien de l’approbation du pape Jean-Paul II. « J’ai consulté le pape, puis j’ai écrit à l’évêque pour lui dire que c’était un exemple, le modèle d’un père qui ne trahit pas ses enfants », a précisé le cardinal. Ces déclarations ont été très applaudies par l’assistance de l’Université espagnole. Parmi les spectateurs enthousiastes, l’archevêque de Sarragosse ou encore le cardinal Antonio Canizares, préfet à Rome de la Congrégation pour le culte divin. Dario Castrillon a défendu l’évêque français parce qu’il avait protégé la confidence du prêtre incriminé. Le Vatican précise en tout cas que cette confidence n’était pas une confession que l’Église catholique protège par le secret. Madrid, Mathieu de Taillac pour France Inter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
Quand le voile se lève sur le précédent pape
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai été insultée par un élève dans la cour.
» Dans le matin qui se lève
» Comment savoir si l'on doit maintenir un élève?
» [Proposition de loi Gauche Démocrate] Fixer un nombre max d'élèves par classe
» comment répartir les siestes à 5 mois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Bruits de chapelles et soupirs de confessionnaux :: Bruits divers-
Sauter vers: