Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vive la bombe iranienne!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Vive la bombe iranienne!   Mer 10 Fév - 6:59

Vive la bombe iranienne!

Voici encore un point de vue original sur le programme nucléaire iranien: Adam B. Lowther, analyste à l’Air Force Research Institute, estime que les Etats-Unis pourraient tout à fait tirer “avantage” à laisser l’Iran s’équiper de la bombe atomique. Un Iran nucléaire “donnerait une chance aux Etats-Unis d’en finir avec des groupes terroristes sunnites comme Al Qaeda”, écrit-il, dans une tribune publiée par le New York Times. “Un Iran nucléaire représente avant tout une menace pour ses voisins, pas pour les Etats-Unis, explique Adam B. Lowther, tout en précisant qu’il ne parle qu’en son nom, pas pour l’armée de l’air. Washington pourrait donc offrir une sécurité régionale –c’est à dire principalement un parapluie nucléaire au Moyen-Orient – en échange de réformes économiques, politiques et sociales des régimes autocratiques arabes, responsables du mécontentement qui a mené aux attaques du 11 septembre 2001”.

La bombe iranienne pourrait même être l’étincelle qui force Israël et les Palestiniens à reprendre les négociations de paix, poursuit Adam B. Lowther. Car les Palestiniens seraient aussi touchés en cas de frappe iranienne sur Israël. “Ce danger partagé pourrait servir de catalysateur pour la réconciliation entre les deux parties, menant à l’accord de paix que les cinq derniers présidents n’ont pas réussi à atteindre”. Accessoirement, l’industrie de défense américaine pourrait profiter d’une nouvelle course aux armements dans la région, évoque aussi cet analyste.

“L’Iran pense peut-être que son programme d’enrichissement va mettre la peur au ventre des Américains. En fait, il devrait nous donner l’espoir d’une renaissance de l’influence américaine au Moyen-Orient” conclut Adam Lowther, auteur par ailleurs d’un livre sur Les Américains et le conflit asymétrique: Liban, Somalie et Afghanistan, publié en 2007.

En octobre dernier, nous avions publié ici, l’avis d’un groupe d’analystes, qui sans aller jusque là, suggère aussi que les Etats-Unis acceptent le programme iranien d’enrichissement de l’uranium. Mais ce n’est guère le chemin emprunté par la diplomatie américaine actuellement: “Ce à quoi nous allons travailler ces prochaines semaines, c’est un régime significatif de sanctions qui va leur indiquer (aux dirigeants iraniens, ndlr) à quel point ils sont isolés de toute la communauté internationale” a lancé mardi Barack Obama. Face aux provocations iraniennes, la diplomatie américaine est en train de rejoindre à nouveau les “durs”, à la Sarkozy, qui ne jurent que par les sanctions. Mais aux Etats-Unis au moins il y a un certain débat sur le bien-fondé de cette position. Et en France?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le chantage au génocide a assez duré !   Mar 4 Mai - 6:11

Nucléaire iranien : le Centre Wiesenthal met en garde le Brésil

Le Centre Wiesenthal, organisation qui a pour mission de traquer les criminels de guerre nazis, a mis en garde lundi le Brésil sur le danger de se rendre "complice d'une tentative de génocide" en soutenant le programme nucléaire iranien.

"Soutenir les visées nucléaires d'un régime qui menace de rayer de la carte l'Etat d'Israël risque de rendre le Brésil complice d'une tentative de génocide", déclare le directeur des relations internationales du Centre, Shimon Samuels, dans un communiqué diffusé à Buenos Aires, siège de la direction latino-américaine de l'organisation.

Une telle position "irait à l'encontre du respect de l'intégrité et de la souveraineté de tous les membres des Nations unies proclamé par (le président brésilien) Lula", ajoute M. Samuels.

Le Centre Wiesenthal appelle le président brésilien à clarifier sa position lors de sa prochaine visite à Téhéran prévue mi-mai et "à se montrer solidaire de son partenaire du Mercosur, l'Argentine", victime d'un attentat dans lequel l'Iran est soupçonné d'être impliqué.

Le Centre fait référence à l'enquête sur l'attentat contre la mutuelle juive argentine (AMIA), qui a fait 85 morts et 300 blessés en juillet 1994 à Buenos Aires. La justice argentine accuse l'Iran et le parti chiite libanais Hezbollah d'être responsables de cet attentat.

Le ministre brésilien des Affaires étrangères Celso Amorim a affirmé mardi dernier que son pays cherchait à empêcher des sanctions contre Téhéran tout en demandant à l'Iran des garanties sur les visées non-militaires de son programme nucléaire. Il a également affirmé que son pays "soutenait" le droit de l'Iran à l'énergie nucléaire civile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Il faut s’habituer à l’idée d’un Iran nucléarisé   Mer 5 Mai - 14:42

l faut s’habituer à l’idée d’un Iran nucléarisé

De plus en plus nombreux sont ceux qui, à Washington, se résignent à l’idée de voir Téhéran capable de fabriquer une bombe atomique. Et envisagent une politique intégrant un tel développement.







Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, lors de la conférence de suivi du traité de non-prolifération nucléaire (TNP), à la tribune de l'ONU, le 3 mai 2010 à New York

Tôt ou tard, l’Iran disposera des moyens nécessaires à la fabrication d’armes nucléaires. Pour les Etats-Unis et leurs alliés, le défi est aujourd’hui de composer avec cette réalité, aussi déplaisante soit-elle. Fin avril, The New York Times a rendu publique une note de service confidentielle dans laquelle le ministre de la Défense, Robert Gates, expliquait en substance que les Etats-Unis n’avaient pas de stratégie efficace à long terme pour contrer les ambitions nucléaires de Téhéran. Le gouvernement Obama affirme ­cependant toujours qu’il ne laissera pas l’Iran parvenir à ses objectifs. Le sénateur John McCain s’est empressé de déclarer ironiquement qu’il n’avait pas besoin du document secret rédigé par Gates pour savoir que les Etats-Unis n’avaient pas de politique cohérente sur la question iranienne. “Il faut nous tenir prêts à prendre des sanctions, a-t-il ­déclaré, et nous devons élaborer des plans pour parer à toute éventualité au cas où ces sanctions se révéleraient inefficaces.” Les méthodes employées par le ­passé sont restées sans effet. George W. Bush avait tenté la ­fermeté, sans parvenir à convaincre l’Iran de suspendre son programme nucléaire. Obama s’est essayé à la politique de la main tendue, mais l’Iran a refusé de s’asseoir à la table des négociations. Au vu des troubles politiques qui agitent le pays, il est possible que les Iraniens ne soient pas en mesure d’engager des pourparlers avec les Américains. D’autant que le programme nucléaire iranien ­bénéficie d’un large soutien.

Dans ce contexte, si la stratégie des sanctions échoue, il n’y a plus que deux options : soit lancer une opération militaire, soit se faire à l’idée que l’Iran possède la bombe atomique. La plupart des experts s’accordent à dire qu’une opération militaire ne ferait, au mieux, que retarder de quelques années tout au plus l’acquisition de la bombe par Téhéran. Certains ajoutent à cela que, s’il existe une chose capable de ressouder les Iraniens, c’est bien une intervention armée étrangère. La situation actuelle laisse espérer un changement politique dans le pays dans les années à venir. Si l’Iran était attaqué, cet espoir serait réduit à néant. Une opération militaire renforcerait le régime en place, ainsi que sa détermination à se doter de la bombe.

Pas besoin de s’aliéner tout le monde chiite

Par ailleurs, ouvrir un nouveau front contre un pays musulman serait la dernière chose que les Etats-Unis peuvent se permettre, tant sur le plan politique qu’économique, ce dont Robert Gates est parfaitement conscient. En outre, Al-Qaida est une organisation sunnite ; nous n’avons pas besoin de nous aliéner le monde chiite par-­dessus le marché. On peut enfin penser que l’Iran trouverait un moyen de riposter à une attaque. Si nous voulons trouver un jour un moyen de quitter l’Irak et l’Afghanistan, nous allons avoir besoin de l’aide iranienne. Une opération militaire d’Israël, derrière laquelle le monde entier verrait la main des Etats-Unis, aurait exactement les mêmes conséquences.

La seconde possibilité consiste donc à apprendre à vivre avec un Iran disposant de l’arme nucléaire. Certains signes laissent supposer que le gouvernement Obama a déjà imaginé une politique prenant en compte cette éventualité. La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a par exemple laissé échapper, il y a quelque temps, que les Etats-Unis pourraient étendre leur bouclier nucléaire au-dessus de nos alliés du Moyen-Orient, comme nous l’avons déjà fait avec le Japon, afin de les dissuader de fabriquer leur propre bombe.

Les Iraniens ne sont pas suicidaires. Ils savent qu’Israël possède des centaines d’armes nucléaires. L’Iran peut être contenu, comme l’a été l’Union soviétique. Et l’Iran n’a rien à gagner à laisser des terroristes s’emparer de ses secrets nucléaires. Les Nord-Coréens ou les extrémistes pakistanais constituent un danger autrement plus réel à cet égard. En réalité, la meilleure chose que nous puissions faire est de chercher à convaincre l’Iran d’opter pour un statut de puissance nucléaire “virtuelle” : cela signifie que le pays disposerait de la capacité nucléaire, mais ne fabriquerait pas de bombe. Cette solution serait satisfaisante pour l’orgueil national – un paramètre dont l’importance est trop ­souvent sous-estimée – et la volonté iranienne de se doter d’un moyen de dissuasion face à de nouvelles menaces. Elle pourrait également vacciner la région contre une course à l’arme nucléaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les puissances nucléaires "veulent monopoliser la technologie" et "empêchent les autres d'utiliser le nucléaire pacifiquement", a déclaré vendredi à Shanghai le président iranien Mahmoud Ahmadinejad   Ven 11 Juin - 5:23

Iran: les puissances nucléaires "veulent monopoliser la technologie"

(AFP) – Il y a 38 minutes

SHANGHAI — Les puissances nucléaires "veulent monopoliser la technologie" et "empêchent les autres d'utiliser le nucléaire pacifiquement", a déclaré vendredi à Shanghai le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, deux jours après le vote de sanctions à l'ONU contre Téhéran.

"Les puissances nucléaires ne laissent pas les autres utiliser l'énergie nucléaire même pacifiquement (...) certaines d'entre elles ont utilisé des bombes destructrices", a-t-il poursuivi, alors que l'Iran vient d'être frappé par un 4e train de sanctions, militaires et financières.

Mais ces puissances nucléaires "veulent monopoliser la science et la technologie afin de protéger leurs intérêts matériels", a accusé le président, qui venait de visiter le pavillon iranien sur le site de l'Exposition universelle de Shanghai, dans l'est de la Chine.

M. Ahmadinejad s'est rendu au pavillon de son pays pour la "Journée de l'Iran", sur l'immense site où sont présents 189 pays, a constaté un journaliste de l'AFP. Il devait ensuite visiter le pavillon chinois.

Il n'était pas prévu qu'il séjourne à Pékin ni qu'il ait des entretiens avec les dirigeants en Chine, traditionnel allié de son pays qui s'est pourtant associé au vote à l'ONU de nouvelles sanctions contre l'Iran.

Ces sanctions ont été jugées "bonnes pour la poubelle" par M. Ahmadinejad, qui dément régulièrement que son pays développe un programme nucléaire militaire, et l'Iran a mal pris la défection de Pékin, son principal partenaire économique et commercial.

Jeudi, le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, avait critiqué la Chine sur un ton très inhabituel à l'égard de cet allié qui dispose d'un droit de veto à l'ONU.

"Je suis surpris par la Chine qui (...) accepte la domination (des Etats-Unis, ndlr)", a déclaré M. Salehi, avertissant que cette "attitude aura certainement des conséquences dans le monde musulman".

La Chine va "progressivement perdre sa place dans le monde musulman et le jour où elle se réveillera, il sera trop tard", a-t-il insisté, selon l'agence de presse Isna.

Mais la Chine a répondu par la voix d'un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Qin Gang, qu'elle "attache une grande importance à ses relations avec l'Iran".

A l'entrée du pavillon iranien figurait vendredi un message du président: "Amour, dévouement et compréhension construisent la sécurité et la dignité humaine".

M. Ahmadinejad a été assailli par une foule de sympathisants iraniens, contenue par des gardes de sécurité chinois qui faisaient un cordon autour de lui en se tenant par les bras.

Après avoir regardé plusieurs expositions dont l'une sur le tissage de tapis traditionnels, il a signé en farsi le livre d'or du pavillon iranien, écrivant notamment: "Paix entre les peuples".

Le président iranien devait donner une conférence de presse à 15H30 (07H30 GMT), selon des responsables du pavillon iranien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'Iran a confirmé mercredi sa détermination à développer son programme nucléaire controversé malgré les pressions internationales   Mer 16 Juin - 10:06

L'Iran a confirmé mercredi sa détermination à développer son programme nucléaire controversé malgré les pressions internationales, en annonçant la construction prochaine d'un nouveau réacteur de recherche une semaine après avoir été sanctionné par l'ONU.

"Nous sommes en train de préparer la construction d'un réacteur plus puissant que celui de Téhéran pour produire des radio-isotopes, et ce réacteur entrera en service prochainement dans le pays", a annoncé le chef du programme nucléaire iranien Ali Akbar Salehi cité par les médias iraniens.

Le responsable de l'Organisation de l'énergie atomique iranienne (OEAI) n'a pas donné de précisions sur l'état d'avancement du projet, ni sur la puissance du nouveau réacteur, ni sur l'endroit où il serait construit.

L'Iran dispose actuellement d'un réacteur de recherche nucléaire de 5 MGW construit avant la révolution islamique à Téhéran.

Le lancement par l'Iran en février de la production d'uranium enrichi à 20%, officiellement destiné à la fabrication de combustible pour ce réacteur, a déclenché une nouvelle crise avec la communauté internationale qui soupçonne Téhéran, malgré ses démentis répétés, de chercher à se doter de l'arme nucléaire.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le 9 juin une nouvelle résolution assortie de sanctions demandant notamment à l'Iran de suspendre l'enrichissement d'uranium.

Téhéran a rejeté cette résolution comme les précédentes et a exclu d'arrêter la production d'uranium enrichi à 20%, en dépit de son offre d'échange de combustible lancée en mai aux grandes puissances avec la caution du Brésil et de la Turquie.

Cette offre, prévoyant la livraison à l'Iran de combustible enrichi à 20% pour son réacteur de recherche en échange de son uranium faiblement enrichi (3,5%), est proche de celle faite en septembre par le groupe de Vienne (Etats-Unis, Russie et France) pour créer un "climat de confiance" autour du programme nucléaire iranien.

L'offre du groupe de Vienne avait été rejetée par Téhéran, et les grandes puissances ont accueilli froidement la proposition irano-turco-brésilienne, jugeant qu'elle venait trop tard et que l'Iran cherchait surtout à gagner du temps.

Les Etats-Unis ont toutefois rappelé mardi que "la voie diplomatique restait possible" parallèlement aux sanctions si l'Iran prenait "des mesures concrètes pour répondre à ses obligations internationales".

M. Salehi a répliqué mercredi que l'Iran avait lui aussi élaboré une "double stratégie" pour répondre à celle des grandes puissances. "Cette double stratégie est basée d'une part sur la poursuite d'un dialogue honnête" avec la communauté internationale, et "d'autre part la poursuite de notre développement nucléaire, qui est un moyen de résister aux pressions de nos ennemis", a-t-il expliqué.

Le chef du programme nucléaire iranien a précisé que Téhéran envisageait, à terme, de construire "plusieurs réacteurs" de recherche disséminés un peu partout dans le pays pour produire et exporter des isotopes médicaux.

M. Salehi avait également réaffirmé samedi que l'Iran prévoyait de construire en 2011 une nouvelle usine d'enrichissement d'uranium en violation des résolutions de l'ONU.

Téhéran a toujours présenté son programme nucléaire comme un "droit légitime" d'accéder aux technologies modernes, accusant les grandes puissances dominant le Conseil de sécurité de chercher à "préserver leur monopole".

Le programme iranien est sous supervision de l'Agence internationale de l'énergie atomique, mais l'AIEA a affirmé dans son dernier rapport en mai ne pas pouvoir certifier que ce programme était purement civil faute d'avoir accès à toutes les informations qu'elle réclame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'Iran met en garde contre toute attaque de Bouchehr   Mar 17 Aoû - 15:44

L'Iran met en garde contre toute attaque de Bouchehr
AFP | 17.08.10 | 13h42


L'Iran a mis en garde mardi contre toute attaque militaire de sa première centrale nucléaire à Bouchehr, qui doit commencer à être chargée en combustible à partir de samedi, ont rapporté les médias iraniens. "Toute agression contre la centrale recevra une riposte sérieuse de la part de l'Iran", a affirmé mardi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, interrogé sur les risques d'une attaque par Israël lors d'un point de presse. "Une attaque contre une centrale nucléaire serait un crime international, car ses conséquences ne toucheraient pas seulement le pays visé mais auraient une portée mondiale", a déclaré pour sa part Ali Akbar Salehi, le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) cité par l'agence officielle IRNA. Les Etats-Unis et Israël affirment régulièrement ne pas exclure une attaque contre l'Iran pour stopper son programme nucléaire controversé. Les Occidentaux soupçonnent l'Iran, malgré ses démentis répétés, de chercher à fabriquer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil. "Jusque-là Bouchehr était une simple installation (...) mais lorsque le combustible y sera introduit, elle deviendra une centrale nucléaire et nous entrerons dans une nouvelle phase", a souligné M. Salehi. M. Mehmanparast a rappelé à cet égard que "selon les lois internationales, les installations contenant des combustibles nucléaires ne peuvent pas être attaquées à cause des conséquences humanitaires". Il a toutefois jugé "peu probable un tel acte dangereux", estimant que les menaces israéliennes contre les installations nucléaires iraniennes "sont répétitives et ont perdu de leur signification". L'éventualité d'une frappe israélienne contre Bouchehr a été évoquée lundi par l'ancien représentant américain à l'ONU John Bolton, qui a estimé qu'Israël "doit agir dans les huit jours", avant le chargement effectif du réacteur, s'il veut frapper la centrale iranienne, construite par la Russie. Les autorités iraniennes ont indiqué récemment avoir renforcé les mesures de protection militaire autour de la centrale par crainte d'une telle attaque. Un chasseur iranien F4 s'est écrasé mardi sans faire de victimes près de Bouchehr, à une quarantaine de kilomètres de la centrale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un pied de nez à l'occident   Sam 21 Aoû - 15:11

L'Iran a lancé samedi sa première centrale nucléaire construite par la Russie à Bouchehr (sud), en dépit des sanctions internationales contre son programme nucléaire soupçonné de dissimuler des visées militaires.

Les opérations de chargement du combustible dans le réacteur ont commencé samedi matin, en présence du vice-président Ali Akbar Salehi, chef du programme nucléaire iranien, et de Sergueï Kirienko, chef de l'agence nucléaire russe Rosatom qui a dirigé la construction de la centrale, a annoncé l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) dans un communiqué.

Le début du chargement du réacteur fait désormais officiellement de la centrale de Bouchehr une installation nucléaire. «Aujourd'hui est un grand jour, qui marque le lancement physique de la centrale de Bouchehr», a déclaré Sergueï Kirienko. Ali Akbar Salehi a salué de son côté «ce jour mémorable», remerciant la Russie pour avoir «accompagné la nation iranienne» dans la construction de la centrale.

Six résolutions de l'ONU

Le chargement des 163 barres de combustible dans le coeur du réacteur, sous la supervision de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), devrait s'achever vers le 5 septembre. Il faudra ensuite environ deux mois pour que la centrale de 1.000 mégawatts (MW) puisse être raccordée au réseau électrique fin octobre ou début novembre, selon le porte-parole de l'OIEA Ali Shirzadian.

L'accession officielle de l'Iran à l'énergie atomique intervient alors que la République islamique est sous le coup de six résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, dont quatre assorties de sanctions, contre son programme nucléaire soupçonné, malgré ses dénégations, de dissimuler des objectifs militaires.

Ce succès technologique et politique de l'Iran est «une arête en travers de la gorge de ses ennemis», a souligné Ali Akbar Salehi à la veille de l'opération. Il intervient 35 ans après le début des travaux de la centrale, entamés par l'Allemagne à l'époque du Shah avant d'être interrompus par la révolution islamique de 1979 et la guerre contre l'Irak, puis d'être repris par la Russie en 1995.

Accord avec la Russie

Pour obtenir de l'ONU que Bouchehr échappe à l'embargo international contre tout transfert d'équipements ou technologies nucléaires vers l'Iran, la Russie s'est engagée à fournir pendant dix ans le combustible nécessaire à son fonctionnement et à le récupérer après usage pour réduire les risques de dissémination du plutonium contenu dans les déchets.

La centrale va par ailleurs demeurer plusieurs années sous le contrôle conjoint de techniciens russes et iraniens. Bouchehr «est totalement protégée de tout risque de prolifération», a affirmé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a pour sa part estimé «garanti à 100%» que la centrale serait utilisée uniquement à des fins civiles.

Quid des besoins futurs en combustible?

Les besoins futurs de la centrale en combustible ont toutefois à nouveau été évoqués vendredi par Ali Akbar Salehi pour justifier la poursuite de l'enrichissement d'uranium par l'Iran, qui inquiète particulièrement les Occidentaux et dont le Conseil de sécurité de l'ONU réclame en vain la suspension depuis 2006.

«L'enrichissement (d'uranium) pour produire du combustible pour la centrale de Bouchehr et d'autres installations continuera», a-t-il dit à l'agence officielle Irna. Téhéran affirme vouloir produire à terme 20.000 MW d'électricité d'origine nucléaire.

«Nous comptons utiliser la centrale de Bouchehr 40 ans. Supposons que nous achetons du combustible durant dix ans à la Russie. Qu'allons nous faire pour les années suivantes?», a expliqué Ali Akbar Salehi, en réponse aux déclarations occidentales estimant que la livraison du combustible par Moscou rendait l'enrichissement sans objet.

(Source AFP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vive la bombe iranienne!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vive la bombe iranienne!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vive FB....que des bombes....
» Bombe volcanique
» Alerte à la bombe aux HEC
» Vive le Tea Party....
» Vive Internet !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Sur la place du marché :: Les dérives de l'occident-
Sauter vers: