Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ca tangue chez les frères et Soeurs de St jean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Ca tangue chez les frères et Soeurs de St jean   Ven 22 Jan - 16:49

Il se passe toujours quelque chose dans la communauté religieuse des Frères et Sœurs de saint Jean (cf. notre enquête dans Golias Magazine n°105). Voici qu’aujourd’hui d’importantes turbulences agitent les voiles blancs des Sœurs contemplatives de saint Jean, la branche monastique féminine de cet institut religieux composée d’environ 300 moniales.

Alors que la « Famille saint Jean » fêtait le 30ème anniversaire de sa fondation, en janvier 2005, Golias avait attiré l’attention des responsables ecclésiastiques (romains et français) et celle de l’opinion publique sur un certain nombre d’ « affaires » qui touchaient alors cette communauté religieuse. Si à l’époque, Mgr Séguy, l’évêque d’Autun dont dépend la communauté des Frères St Jean (1), prit les mesures adaptées à la situation (cf. son décret du 28 juin 2000), il n’en fut pas de même pour les Sœurs contemplatives de saint Jean en proie aux mêmes difficultés.

Philippe Barbarin, l’archevêque de Lyon, auquel sont assujetties les Sœurs Contemplatives de saint Jean, prit lui aussi, plus tardivement certes, la mesure des problèmes rencontrés à l’intérieur de cette communauté religieuse féminine. Grâce notamment à l’insistance et la persévérance de nombreuses familles qui continuèrent à alerter les autorités ecclésiastiques sur le sort réservé à leur fille ; témoignages et description des situations à l’appui. L’archevêque de Lyon se décide alors à confier une « mission d’assistance de gouvernement » à des personnalités religieuses extérieures aux Sœurs contemplatives de saint Jean et parfaitement conscientes des problèmes rencontrés dans cette communauté. Leur mission consistait notamment à enquêter, auditionner nombre de Sœurs contemplatives, petits groupes par petits groupes. Une mission qui déboucha sur un rapport « salé » selon l’expression d’une source proche du dossier. Un rapport que certains au sein de la « Famille saint Jean », auraient bien voulu ne pas voir suivre le chemin du Vatican... Philippe Barbarin passera outre. Il enverra le dossier au cardinal Rodé, responsable à Rome du dicastère de la Vie religieuse consacrée, selon les consignes données désormais par le Vatican à propos des « difficultés » rencontrées par les « communautés nouvelles ».

L’archevêque de Lyon diligente une enquête

Dans le même temps, le Primat des Gaules prend un décret, en juin 2009, qui change le gouvernement central des Sœurs contemplatives. La prieure générale, Sœur Alix(85 ans), en charge de cette responsabilité depuis la fondation de cette communauté par le père Marie Dominique Philippe, et très liée à ce dernier, est démise de ses fonctions. Elle est remplacée par Sœur Johanna (une moniale hollandaise) qui ne faisait pas partie de l’équipe dirigeante en place. Parallèlement, la mission d’ « assistance de gouvernement » est reconduite.

Cependant,malgré les nouvelles mesures prises, Sœur Johanna rencontre les pires difficultés pour constituer une équipe de direction de la communauté. D’autant qu’elle met sur la touche la responsable du noviciat, l’influente et toute puissante Sœur Marthe – en fait la patronne de la Communauté - pour la remplacer par Sœur Christine. A la suite de quoi, Sœur Marthe entre en rébellion et refuse dans un premier temps de rejoindre son nouveau poste. Elle essaie aussi de garder le contrôle sur les éléments de la Communauté qui lui sont favorables.On parle de plus de cent religieuses, soit prés de la moitié de la Communauté ! Au point que l’entourage du cardinal Barbarin en charge du dossier n’exclut pas une scission et craint déjà que la dite Sœur Marthe parte avec d’autres membres se réfugier sous des cieux plus conciliants…

Le bateau de la « Famille saint Jean » tangue : marasme chez les moniales et par effet boomerang, remous chez les Frères de saint Jean déstabilisés par la tournure des évènements en raison des liens proches qui unissent ces derniers aux Sœurs contemplatives. Philippe Barbarin ne lâche pas et tient le cap qu’il s’est fixé : à savoir, réformer de l’intérieur la « Famille saint Jean », même si certains de ses conseils lui signifient qu’il s’agit d’une mission impossible et qu’il vaudrait mieux une dissolution claire. D’autant que l’enquête diligentée par le primat des Gaules semble être « tombée sur des constats lourds » : notamment le très jeune âge des postulantes conjugué avec l’arrêt brutal de leurs études ; les enseignements particuliers de Sœur Marthe à partir de ses entretiens avec le Père M. D. Philippe ; le « suractivisme » des moniales qui les dispense d’espace et de temps personnel(au point que dans ses nouvelles directives Mgr Bonfils diminuera le temps de prière en communauté et augmentera les temps libres de chaque religieuse ) ; ou encore les questions touchant la santé physique et psychologique des religieuses(nombre d’entre elles sont en effet sous anti-dépresseurs).

Supplique de parents déboussolés au Primat des Gaules

Un rapport qui conforte Philippe Barbarin dans le bien fondé de sa démarche de « déformation » des sœurs contemplatives de saint Jean. De fait, malgré toutes les turbulences qui menacent une embarcation en perdition, le Cardinal rame mais ne plie pas !

Une supplique à l’archevêque de Lyon est même publiée, en septembre 2009, sur internet (www.aidonsnossoeurs.com). Elle émane de « parents profondément inquiets de la situation actuelle des Sœurs contemplatives de St Jean ». En réalité, une lettre ouverte écrite par des parents proches de la toute puissante Sœur Marthe et qui demandent à Philippe Barbarin de revenir sur sa décision. Le motif invoqué par les familles en question est le suivant : « la situation des 80 jeunes sœurs du noviciat nous semble particulièrement préoccupante. Elles ont été troublées par le retrait brutal de leurs sœurs responsables. La nomination d’une nouvelle mère maîtresse des novices (en désaccord avec Sœur Alix) a provoqué leur départ ». Face à cette levée de bouclier parentale et au « siphonage » organisé de la Communauté (les futures novices sont invitées par les sœurs « rebelles » à ne pas « rentrer » au noviciat), Philippe Barbarin tente de « calmer le jeu », mais rien n’y fait. Sa rencontre avec les religieuses « dissidentes », quelques semaines auparavant, à saint Jodard, le centre névralgique de la Communauté, n’avait fait que confirmer « le mur » d’incompréhension séparant ses positions de celles qui n’entendaient finalement pas obtempérer. Il est vrai que le soutien sans faille manifesté par l’archevêque de Lyon à la « famille saint Jean », en particulier lors des funérailles solennelles de leur fondateur, le père Marie-Dominique Philippe, à la primatiale saint Jean à Lyon, en septembre 2006, brouillait quelque peu la lisibilité de sa position ainsi que sa volonté de « remettre de l’ordre dans la maison ».

Nouvelle intervention du Vatican : Mgr Bonfils à la barre !

Le Vatican (en fait les cardinaux Rodé et Bertone, le secrétaire d’État du Saint Siège) saisi de l’évolution de la situation, décide alors de nommer un commissaire pontifical en la personne de Mgr Bonfils, évêque émérite de Nice, et missionne celui-ci pour renforcer le travail d’ »assistance de gouvernement » en cours. Dès son arrivée sur les lieux à Saint Jodard (42), le quartier général de la communauté, Mgr Bonfils confirme les décisions prises : à savoir que les quatre principales dirigeants des Sœurs contemplatives de saint Jean (Sœurs Alix, Marthe, Agnès-Marie et Isabelle) restent « assignées » dans des couvents extérieurs à la famille saint Jean. La très influente sœur Marthe serait même exilée dans un couvent en Terre sainte !

La rébellion ne lâche pas l’affaire !

En somme, des responsables mises au secret avec interdiction, qui plus est, d’entrer en contact avec leurs autres consœurs et novices, et précisément par internet ou téléphone portable… Mais comme on le verra plus loin, il s’agira de vœux pieux ! En effet, les nouvelles décisions du commissaire pontifical ne passent pas ! Les moniales en rébellion les refusent pendant que les novices repartent sur ordre des autorités ecclésiastiques dans leur famille… Or, comme il fallait s’y attendre,ces dernières restent en contact avec leurs aînées en rébellion via internet et téléphones portables. Une situation qui fait craindre le pire à des parents inquiets de l’évolution de la situation en particulier le fait que les anciennes dirigeantes tentent de ramener à leur cause les jeunes novices. Pendant ce temps, le secrétariat de l’archevêché à Lyon reçoit des « courriers inquiétants » en provenance de parents proches des moniales décidées à en découdre. De son côté,Sœur Johanna, la nouvelle prieure, semble dépassée par les événements et ne parvient toujours pas à rassembler la communauté autour d’elle et des nouvelles directives. Pour mieux contrôler la situation, le Vatican demande alors à Mgr Bonfils de faire office de Prieur général de la communauté, Sœur Johanna devenant sa déléguée. Tout semble donc rentrer dans l’ordre. Le Vatican et Philippe Barbarin vont jusqu’à penser qu’avec de telles décisions la situation finira par se décanter puis se stabiliser.

Les soeurs rebelles veulent mettre les voiles... DIRECTION : LE MEXIQUE PUIS L’ESPAGNE !

D’autant que Sœur Marthe avait fini par accepter son « assignation à résidence » ; il en est de même pour les trois autres ex-dirigeantes. Cependant , après un calme tout en apparence , la tempête se lève… S’il n’est pour l’instant pas d’actualité de lever l’assignation des quatre ex-responsables des Sœurs contemplatives – Mgr Bonfils semble être ferme sur ce point – en revanche, la sécession semble prendre corps.

En effet, d’après nos informations, l’ensemble des moniales de Cenves (prieuré de formation des Sœurs contemplatives dans le Rhône) ainsi que bon nombre des sœurs de St Jordard (maison mère, noviciat et prieuré située dans la Loire, mais dans le diocèse de Lyon) auraient fait une demande d’exclaustration afin de quitter leur communauté religieuse pour se rendre dans le diocèse de Saltillo… au nord-est du Mexique où les sœurs en question possèdent un noviciat qui « recrute » pour l’ensemble de l’ Amérique latine.

Le nouveau prieur général, Mgr Bonfils, ne cache pas sa colère face à une telle démarche. D’autant qu’il n’a pas donné son accord. De fait, s’il est vrai qu’une demande d’exlaustration doit être motivée au cas par cas et non pour un groupe, il n’en demeure pas moins que celle-ci est une simple dispense de vie commune et qu’à ce titre elle n’est pas considérée comme un acte de désobéissance ! Et qu’en conséquence de quoi, rien n’interdirait sur le fond les religieuses dissidentes de fonder... une autre communauté.

Alors, info ou intox ? D’après nos informations, l’évêque de Saltillo, Mgr Raul Vera Lopez, un évêque pourtant ouvert voire progressiste, avait accepté dans un premier temps le principe de recevoir les transfuges des Sœurs contemplatives de saint Jean, Leur départ était même prévu à la fin de ce mois de janvier voire début du mois de février 2010.Une religieuse aurait été pressentie pour l’organisation de ce voyage outre-Atlantique. Sauf qu’entre-temps, le Vatican, ayant eu vent de l’affaire, est intervenu auprès de l’évêque de Saltillo pour « remettre les pendules à l’heure » et l’informer du contexte. Une fin de non recevoir qui aurait eu pour effet de déstabiliser une partie des troupes « rebelles » qui ne sait plus à quel saint se vouer aujourd’hui. D’autant que le cardinal Rodé , en charge de la Vie religieuse au Vatican, a envoyé récemment une missive personnelle à chacune des religieuses susceptible de partir pour les mettre en garde contre une telle décision. De plus, les langues commencent à se délier. Ainsi, au printemps dernier, lorsque le cardinal Barbarin est venu rendre visite aux moniales pour les inviter, chacune séparément, à lui écrire comment elles vivaient leur vocation, leur vie en communauté et leur vie de prière. A cette occasion, il semblerait qu’un quinzaine de religieuses ont osé dire ce qu’ « elles avaient sur le cœur » et surtout ce qu’elles ressentaient de négatif par rapport à leur communauté. Une « opération vérité » qui « déclenchera une véritable guerre civile » au sein de la communauté au point que les « parleuses » sont aujourd’hui qualifiées de « traitres »... D’où chez les moniales récalcitrantes les plus influentes le projet de « fuir » pour recommencer ailleurs ce qu’elles avaient toujours connu... Le Mexique fut donc envisagé comme destination première pour une cinquantaine de moniales (voir plus haut). L’Espagne serait à l’heure actuelle le nouvel eldorado des « rebelles » puisqu’une centaine de religieuses pourraient y être « hébergées » par des évêques de diocèses dont nous n’avons pu recouper l’identité et la localisation au moment de la publication de ces lignes. Pour préparer cet « exil » et prendre les décisions idoines, une sorte de chapitre « sauvage » serait organisé à l’initiative des sœurs « dissidentes ». Il pourrait même se dérouler en l’absence des responsables ecclésiastiques en charge du dossier et de la communauté.

Dans un tel cadre,force est de constater qu’une scission de fait est en train de se produire au sein des Sœurs contemplatives de saint Jean : d’un côté, le « départ »hypothétique d’une grande partie de la communauté en direction de l’Espagne ; de l’autre côté, les religieuses « restantes » acceptant les nouvelles directives voulues par le Vatican et le cardinal Barbarin sous la férule de Mgr Bonfils. D’ailleurs, ce dernier ne songe pas à changer de cap et compte appliquer son « programme » tant que le nombre de sœurs en partance n’atteindra pas 200 !!! Elles seraient à l’heure actuelle plus de 120 sans compter les sœurs du prieuré de Princeville aux États-Unis qui seraient , elles aussi, prêtes à rejoindre leurs consœurs en mutinerie.

Philippe Barbarin face à la transparence d’un dossier

En définitive, cette nouvelle « affaire St Jean » met en avant un problème essentiel que l’on peut résumer de la manière suivante : Quelles graves anomalies ont été mises au jour par les personnes chargées de la mission d’ « assistance de gouvernement » ? Nous en avons donné plus haut les grandes lignes. Cependant , l’archevêque de Lyon s’honorerait à communiquer sur la teneur précise du rapport qu’il a fait envoyer au cardinal Rodé en charge au Vatican du dicastère de la Vie religieuse. Un rapport qui a notamment conduit à la « mise à l’écart « de l’équipe dirigeante des Sœurs contemplatives de saint Jean .

A cette question centrale, l’archevêque de Lyon devrait pouvoir répondre . Il a en mains toutes les données d’une situation plus que préoccupante. Une attitude de transparence de sa part permettrait de rendre service non seulement aux familles « pro saint Jean », actuellement déboussolées mais aussi, et surtout, aux 80 jeunes filles (très jeunes souvent) toujours sous l’autorité morale de leurs anciennes responsables. Sans oublier les moniales aux vœux perpétuels qui envisageraient de quitter les Sœurs contemplatives de St Jean du simple fait du limogeage de leur « fondatrice ». Tout ce petit monde échafaudant... des couvents en Espagne pour s’affranchir de la restructuration de leur communauté.

Une vraie communication sur ce dossier sensible permettrait un meilleur discernement des un(e)s et des autres. Sinon que cherche-t-on à cacher et aux un(e)s et aux autres ?

Philippe Barbarin qui agi dans cette affaire de manière énergique et saine ne peut rester sourd à ces interrogations.

Il en va de sa crédibilité et de la réussite d’une opération de sauvetage humain et de salubrité ecclésiale plus que nécessaire. Indispensable !

( in Golias)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Soeurs contemplatives de Saint Jean ou « DESPERATE SISTERS of St JOHN »   Jeu 20 Jan - 9:45

Soeurs contemplatives de Saint Jean ou « DESPERATE SISTERS
of St JOHN » : Le Commissaire pontifical, Mgr Jean Bonfils, va-t-il prochainement démissionner ?
Par Christian Terras
La congrégation des sœurs contemplatives de St Jean a été fondée par le père Marie Dominique Philippe en 1982. Elle a été voulue dès son origine comme l’alter ego contemplatif et féminin des frères de St Jean. Ces derniers, fondés également par le père Marie Dominique Philippe en 1975, tout en étant une congrégation monastique, ayant une vocation apostolique. La congrégation des sœurs contemplatives de St Jean est une congrégation de droit diocésain, c’est-à-dire relevant en premier de l’autorité d’un diocèse, en l’occurrence celui de Lyon. Depuis sa création en 1982, les sœurs contemplatives de St Jean avaient comme Prieure Générale leur « fondatrice », sœur Alix.

Depuis plus de 15 ans, la congrégation était de fait dirigée en sous main par une autre sœur, la sœur Marthe, qui cumulait les fonctions de vicaire, de maîtresse des novices et de maîtresse des études en contradiction avec le droit canon.

Rappel des épisodes précédents :

En 2008, conscient de la nécessité de recadrer le fonctionnement de cette congrégation, l’évêque de Lyon, le Cardinal Barbarin, a décidé d’une mission d’assistance de gouvernement qu’il a confiée à deux religieuses bénédictines expérimentées qui ont dans un premier temps contribué à constituer un rapport qui a été transmis à Rome au cardinal Rodé, responsable de la Congrégation pour la vie consacrée.

A la suite de ce rapport, décision a été prise par le cardinal Barbarin de remplacer en Juin 2009 la sœur Alix par la sœur Johanna. Cette dernière en tant que nouvelle prieure générale a relevé de ses fonctions la sœur Marthe. La sœur Marthe n’acceptant pas cette décision s’est mise en rébellion contre la sœur Johanna, entrainant derrière elle la majorité des sœurs.

La situation devenant à ce point explosive, Rome a décidé de nommer fin 2009 Mgr Bonfils (évêque émérite de Nice) Commissaire Pontifical avec rang provisoire de prieur général. L’intervention de Rome aurait du logiquement apaiser la situation mais il n’en a rien été puisque début 2010, comme Golias l’avait alors révélé, un très grand nombre de religieuses, contre l’avis de Mgr Bonfils, ont fui au Mexique dans le diocèse de Saltillo où elles avaient pensé trouver un évêque moins regardant, mais ce dernier Mgr Raul Lopez, après s’être vu donner des consignes par Rome, a renoncé à les accueillir en tant que congrégation rattachée à son diocèse.

La démission de Mgr Bonfils ?

Missionné par Rome pour réformer la congrégation des sœurs contemplatives de St jean, la stratégie de Mgr Bonfils a consisté à laisser du temps, une année, pour que les esprits et les passions se calment, pour que l’emprise des anciennes dirigeantes sur la majorité des sœurs et sur de très nombreuses familles se dissipe, tout en demandant aux sœurs de réfléchir à leur fonctionnement futur à partir d’un document de travail qu’il leur avait fourni. Mgr Bonfils avait ensuite prévu de réunir toutes les professes perpétuelles en assemblée afin de discuter puis de voter à une majorité d’au moins les 2/3 un texte définissant un fonctionnement futur de la communauté allant dans le sens souhaité par Rome. C’est dans ce but que Mgr Bonfils les a réunies à Lourdes durant la deuxième quinzaine de novembre 2010.

Cette première étape franchie, Mgr Bonfils prévoyait de réunir un chapitre électif afin qu’une nouvelle prieure générale soit élue, prieure disposant d’un large consensus pour mettre en œuvre les réformes voulues par Rome, ce qui aurait mis fin avec succès à sa mission.

Or, depuis fin Novembre 2010, silence radio. Un texte a bien été voté à l’issue de la réunion de Lourdes, mais pas de chapitre électif annoncé et des rumeurs persistantes font état de la démission de Mgr Bonfils jugé « trop vieux et trop dépassé » par certaines de nos « desperate sisters ».

Force est de constater que, après le Cardinal Barbarin en 2009, Mgr Bonfils pourtant nommé par Rome s’est heurté à la même résistance de la part de la majorité d’une communauté toujours noyautée par le même petit groupe qui avait été officiellement relevé de ses fonctions en 2009.

Or Mgr Barbarin n’est pas homme à agir sur un coup de tête et sans motif sérieux, Mgr Bonfils est certes âgé mais parfaitement à la hauteur de cette mission de Commissaire Pontifical car très expérimenté dans la conduite d’une congrégation religieuse puisqu’avant d’être évêque il fût Provincial des Missions Africaines, puis secrétaire général de la Conférence des Supérieurs majeurs de France, puis attaché à la Congrégation Romaine pour la Vie Consacrée.

Si Lyon puis Rome ont depuis deux ans décidé de changer et les têtes et le fonctionnement de la communauté des sœurs Contemplatives de St Jean, c’est que les motifs sont graves.

Comme dans d’autres « communautés nouvelles » qui se sont créées et se sont développées autour de la personnalité charismatique d’un fondateur, on retrouve dans cette communauté la même idolâtrie envers le fondateur, l’enseignement en boucle essentiellement des préceptes du fondateur, le noyautage de la communauté par un petit nombre de personnes inamovibles, l’emprise sur des personnalités fragiles et l’absence de discernement à l’admission.

Plus spécifique à la « famille St Jean », la promiscuité et le fonctionnement en vase clos entre les frères de Saint Jean et les sœurs qui avaient conduit Mgr Seguy en 2000 à admonester les frères de Saint Jean pour des manques de « respect » envers les sœurs.

Sur ce point essentiel, les diocèses de Lyon et d’Autun ont jusqu’à présent fait preuve d’un silence assourdissant et n’ont jamais démenti l’existence de problèmes de mœurs à l’intérieur même de ces communautés. Ce dernier point n’est certainement pas étranger à la persévérance des autorités religieuses à réformer cette communauté, à une époque où il n’est pas bon pour un responsable religieux de couvrir ou de rester inactif face à des problèmes de mœurs.

D’après nos informations, une enquête canonique aurait même été diligentée par le Vatican pour en savoir plus sur le sujet. A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
Ca tangue chez les frères et Soeurs de St jean
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BONJOUR mes frères et soeurs bien-aimés
» salut à vous mes multiples frères et soeurs de sclérose
» Nos Grands (frères ou soeurs) ce qu'ils en pensent
» Qu'il est bon pour des frères et soeurs d'habiter ensemble
» L'amour entre frères et soeurs, n'exclut pas les " couacs "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Bruits de chapelles et soupirs de confessionnaux :: Les errements compulsifs et incontrôlés de Mgr Barbaresque primat de la Gaule-
Sauter vers: