Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La chèvre au sang froid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La chèvre au sang froid   Lun 23 Nov - 16:26

La chèvre qui avait le sang froid...


La petite chèvre Myotragus balearicus a vécu sur les îles Baléares, en Méditerranée, jusqu’à l’arrivée d’Homo sapiens. Ce modeste caprin présente une caractéristique unique chez les mammifères : du sang froid ! Des chercheurs espagnols viennent d'aboutir à cette stupéfiante conclusion, qui a de quoi déboussoler le zoologiste.

Les îles sont de grandes pourvoyeuses d’espèces endémiques et hors normes. Isolées, préservées de la compétition qui existe sur les continents et parfois sans prédateur, les espèces évoluent vers des formes à la fois plus libres et plus contraintes. Libres car sans compétition ou prédation, contraintes car limitées par les ressources énergétiques.

Longtemps, les scientifiques se sont demandés comment un mammifère, au métabolisme gourmand en énergie, avait pu survivre sur des îles aussi pauvres que celles des Baléares. Certes, pour réduire ses dépenses énergétiques la taille de Myotragus balearicus s’était réduite (45 cm de haut chez l’adulte), ainsi que celle de ses yeux (un tiers de leur taille initiale) et même celle de leur cerveau, qui n’avait que la moitié de la taille de celui des espèces de dimensions équivalentes.

Myotragus balearicus est allé plus loin en adoptant le métabolisme des reptiles, plus flexible et plus adapté aux milieux pauvres en énergie. Tandis que chez les endothermes (à sang chaud), l’organisme a besoin d’un minimum d’énergie en continu, chez les organismes à sang froid, les ectothermes, la croissance et le métabolisme s’adaptent à la disponibilité des ressources énergétique (chaleur, nourriture). En conséquence, la croissance des os alterne entre des phases d’accroissement et des pauses qui se traduisent par des stries de croissance parallèles dans les os.

Les paléontologistes Meike Kohler et Salvador Moya-Sola ont analysé les os longs de Myotragus balearicus et ont découvert ce même type de stries ! Cette chèvre des Baléares avait donc le sang froid et sa croissance était lente et discontinue. Selon eux et d’après les caractéristiques squelettiques, Myotragus balearicus ne pouvait pas sauter, devait se déplacer lentement et prendre régulièrement des bains de soleil.

Ce mode de vie indolent fut possible pour cette chèvre naine car elle n’a eu aucun prédateur pendant les cinq millions d’années qu’elle a passées sur ces îles. Puis, l’homme a débarqué il y a 3.000 ans…

Source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/paleontologie/d/la-chevre-qui-avait-le-sang-froid_21482/#xtor=RSS-8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
La chèvre au sang froid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Najat Vallaud-Belkacem à l'Assemblée Nationale ce mercredi 11 mai. Perdrait-elle son sang froid?
» Comment perdre son sang-froid...
» L’excommunication est d'origine païenne (RV! 08/01/47)
» 4400 # S02 - E11 Sang froid
» bon sang ca fait froid dans le dos regarder cette vidéo c'est impressionant...c'est très sérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les avancées de la Science :: Les découvertes en Paléontologie-
Sauter vers: