Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une europe moribonde .:des technocrates et des affairistes sans aucun soutien populaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Une europe moribonde .:des technocrates et des affairistes sans aucun soutien populaire   Ven 20 Nov - 9:29

«Deux inconnus», «deux figures ternes»: les quotidiens européens ne montrent guère d'enthousiasme pour le tandem Van Rompuy-Ashton placé par les 27 à la tête de l'UE.



La presse européenne se montre vendredi très critique sur les nominations à Bruxelles du Premier ministre belge Herman Van Rompuy comme premier président de l’Union européenne et de la Britannique Catherine Ashton au poste de Haut représentant de l’UE aux affaires étrangères.

Dans un commentaire en ligne, le journal espagnol El Mundo (centre-droit) se montre dubitatif à propos de ces "ces deux inconnus sur la scène européenne et encore plus internationale" qui "assumeront la représentation des 27 dans le monde".

Pour El Pais, "La nouvelle Europe concrétisée par le Traité de Lisbonne sera commandée par deux figures ternes et de bas profil".

La presse allemande juge également Herman Van Rompuy et Catherine Ashton incapables d’incarner une voix européenne forte.

"Ces deux personnalités (…) peuvent-elles incarner cet élan promis par ceux qui nous gouvernent? Le traité de Lisbonne est la version quelque peu allégée de ce qui avait à l’origine été baptisé Constitution de l’UE. Le mot était trop grand pour les ambitions des Européens. Ceux de ministre des Affaires étrangères et de président de l’UE ont maintenant l’air bien grands", affirme ainsi le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ, conservateur).

Pour la Frankfurter Rundschau, "l’Union européenne s’est trouvé "des dirigeants sans éclat, sans vision voire en partie sans expérience dans le domaine requis".

Mêmes sons de cloche dans la presse britannique, le Financial Times affirmant que "ces nominations jettent un doute sur leur capacité (des intéressés) à rivaliser avec Washington et Paris". "Le choix de deux personnalités relativement inconnues (…) est un objet de consternation pour ceux qui voulaient donner plus de poids à l’Europe sur la scène mondiale", écrit encore le journal.

Pour le Guardian, ce choix a réduit à néant "tous les espoirs de l’Europe de forcer le monde à lui prêter une attention nouvelle". "Le continent, la nuit dernière, s’est éloigné de la table des grands, manquant une chance réelle de se maintenir au niveau du monde du G2 dominé par les pôles jumeaux Washington et Pékin", conclut le quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: On touche le fond   Ven 20 Nov - 16:18

— Avec la nomination d’un Herman Van Rompuy «falot» à la présidence de l’UE et d’une Catherine Ashton «insignifiante» aux Affaires étrangères, «l’Europe a atteint le fond», a dénoncé le chef de file des Verts au Parlement européen, Daniel Cohn-Bendit. En somme, selon lui, «les chefs d’Etat et de gouvernement ont poursuivi leur politique d’affaiblissement des institutions européennes».

— Le leader du Mouvement Démocrate (MoDem) François Bayrou a estimé vendredi sur Canal + que le nouveau président de l’Europe Herman Van Rompuy «a été choisi pour ne faire d’ombre à personne, il a été choisi parce qu’il n’avait pas une personnalité, un charisme, j’espère de toutes mes forces qu’il va faire mentir ce pronostic-là, j’espère de toutes mes forces qu’il va se révéler et qu’il va être le contraire de l’exécutant effacé qu’on voudrait qu’il soit».

— Le président du Front national (FN), Jean-Marie Le Pen, s’est insurgé vendredi contre la désignation d’un «président de l’Europe», estimant que le traité de Lisonne a servi de «maquillage» pour cacher la «construction d’un super-Etat européen». «Il paraît que nous avons désormais un "président de l’Union européenne", voire même un "président de l’Europe". Mais le traité de Lisbonne instituait un "président du Conseil européen", chargé de présider les réunions des dirigeants des pays membres et non de "présider l’Europe"», souligne M. Le Pen.

— Le député souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, président du mouvement Debout la République, a estimé vendredi que «la montagne a accouché d'une souris», avec la nomination du Belge Herman Van Rompuy à la présidence de l'UE et de la Britannique Catherine Ashton pour diriger sa diplomatie. «On nous avait promis monts et merveilles du traité de Lisbonne, dont la soi-disant importance historique a justifié qu'on l'impose aux peuples par le viol du suffrage universel. Le résultat de cette mystification est là : la montagne a accouché d'une souris !», affirme M. Dupont-Aignan.

— Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national à l'Europe et aux relations internationales du Parti socialiste: «La main de Sarkozy et Merkel dans la désignation de Van Rompuy et Ashton a atteint son but: banaliser la présidence de l'Europe et le Haut Conseil aux Affaires étrangères. En effet ces deux personnalités ne devraient pas faire trop de mal à l'intergouvernementale. Il n'est pas certain que l'Europe en sorte grandit ou gagne en efficacité, voire en visibilité. On ne peut en être que désolé».

- Stéphane Le Foll, député européen, membre du bureau national du PS: «Le triptyque incarné par Monsieur Van Rompuy, Madame Ashton et José Manuel Barroso laisse un goût un peu amer"» et traduit «un affaiblissement des institutions européennes elles-mêmes au profit d’un renforcement des chefs d’Etat et de gouvernement". "Le projet européen et l’idée de l’Europe» risquent de «s’affaiblir avec un retour à une Europe des Etats».

- Bernard Accoyer (UMP), président de l'Assemblée nationale (communiqué): «C'est une bonne nouvelle pour une Europe plus forte et plus politique, qui continue sa marche en avant». Elle doit permettre «à l'Union européenne d'assurer une meilleure continuité dans sa politique extérieure et une cohésion plus forte des 27 pays membres, afin de conforter la place de l'Europe comme acteur majeur dans la mondialisation».

- L'ex-ministre de la Justice Rachida Dati (UMP): M. Van Rompuy «saura être à la hauteur de ses nouvelles responsabilités», il correspond «tout à fait au profil qui était recherché: un européen convaincu qui n'a pas peur à la fois d'être volontariste et de trouver un compromis, lorsque c'est nécessaire». Quant à Catherine Ashton, il s'agit «d'une personne qui a été très active pour faire adopter le Traité de Lisbonne par la Chambre des Lords, qu'elle présidait».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: ...en tous cas ça paye bien !   Sam 21 Nov - 15:38

Un président du Conseil européen, ça coûte combien ?

Le salaire du nouveau président du Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement sera 1258705922 calqué sur celui du président de la Commission, soit 24.422,80 euros par mois. Il devrait donc aussi percevoir une indemnité d’installation égale à deux mois de traitement, une indemnité de résidence (15 % du salaire de base) et une indemnité mensuelle de représentation de 1418,07 euros. Soit au final 29.504,29 euros par mois. Soit 8000 euros de plus que le Président de la République française (21.133,37 euros bruts par mois). Herman Van Rompuy va donc voir son salaire presque doublé, par rapport à ce qu’il percevait comme Premier ministre de Belgique, et surtout il échappera aux charges sociales et fiscales belges (entre 45 % et 55 % du salaire brut…).

La somme perçue par le président du Conseil sera soumise à l’impôt communautaire dont les taux marginaux d’imposition vont de 8 % à 45 %. Quant au ministre européen des affaires étrangères, son salaire devrait être calqué sur celui d’un vice-président actuel de la Commission, fonction qu’il occupera puisqu’il a une double casquette, soit 22.122,10 euros mensuels, somme à laquelle il faut ajouter les indemnités de résidence et de représentation. Catherine Asthon, qui gagnait déjà 19.909,89 euros par mois, n'augmente donc son salaire "que" de 2000 euros...

Le président du Conseil européen n'aura à sa disposition qu'un cabinet de 22 personnes, secrétaires inclus, contre 33 pour le président de la Commission et 37 pour celui du Parlement européen. Son budget de fonctionnement sera de 25 millions d'euros en 2010, dont 12 millions pour la seule organisation des réunions des chefs d'Etat et de gouvernement. Mais, même s'il n'a pas d'autorité hiérarchique sur le secrétaire général du Conseil des ministres, le Français Pierre de 20091119 Sommet 53 Boissieu, il est clair que celui-ci l'autorisera à avoir recours aux services des quelques 3000 fonctionnaires européens travaillant au sein du Justus Lipsius, le bâtiment abritant les services du Conseil. Au passage, il faut noter qu'avec le traité de Lisbonne, le Conseil européen et le Conseil des ministres deviennent deux institutions distinctes.

La ministre européenne des affaires étrangères siègera, elle, juste en face, dans le bâtiment Charlemagne. Elle aura à sa disposition, outre les fonctionnaires de la Commission travaillant sur les questions extérieures (développement, commerce), un "service diplomatique commun" qui sera composé de fonctionnaires rattachés pour l'instant à la direction générale des relations extérieures de la Commission (2000 personnes) et au service équivalent du Conseil des ministres (800). Les Etats membres détacheront à Bruxelles quelques 2200 diplomates nationaux. Soit en tout 5000 personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une europe moribonde .:des technocrates et des affairistes sans aucun soutien populaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une europe moribonde .:des technocrates et des affairistes sans aucun soutien populaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour les TL : Revue Europe sur Pascal Quignard
» on regrettera l'Europe
» Les limites orientales de l'europe
» [Papier] Blasons des Villes d'Europe
» La cistude d'Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Sur la place du marché :: Les dérives de l'occident-
Sauter vers: