Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des résidus de pesticides cancérigènes sont détectés dans les végétaux: un scandale qui révèle la négligence de l’Etat…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Des résidus de pesticides cancérigènes sont détectés dans les végétaux: un scandale qui révèle la négligence de l’Etat…   Jeu 5 Nov - 6:06

Des résidus de pesticides cancérigènes sont détectés dans les végétaux: un scandale qui révèle la négligence de l’Etat…

Posté par jeunempl le novembre 3, 2009

El Nashra – Paula Astih et Reine Rizk

Fruits & Légumes“Un dossier dangereux, encore inconnu par la plupart des gens… Récemment dévoilé, il semble n’avoir pas capté l’attention de tous les Libanais, bien qu’il soit d’ordre vital. Ce dossier stagne sous le joug du dossier gouvernemental et des crises économiques et sociales, locales et régionales. C’est un danger à la santé humaine et requiert une solution radicale”.

C’est ainsi que le ministre sortant de l’Environnement, Antoine Karam, définit “l’usage arbitraire des pesticides agricoles qui causent des maladies cancérigènes”.

Levant le jour sur ce dossier, il révèle à notre site “Elnashra.com” que des études expérimentales ont confirmé l’ampleur de ce danger. Une mobilisation immédiate s’avère nécessaire pour la lutte contre ce danger, surtout que ses symptômes tardent à apparaître. “Ce sujet serait beaucoup plus dangereux que la grippe porcine”, dit Karam.
100% des courgettes contiennent des résidus de pesticides cancérigènes

“L’étude expérimentale a porté sur plusieurs genres de fruits et de végétaux, cultivées dans différentes régions libanaises. Des résidus de pesticides ont été détectés dans la majorité des cultures, à des doses dépassant les normes internationales”, explique le ministre. “40% en moyenne des cultures contiennent des résidus de pesticides, mais qui varient selon les régions: 39% des cultures à Akkar sont contaminés, 17% au Chouf, 26% à Iklim-al-Kharroub, 50% dans les zones proches de Beyrouth, et 58% au Liban Sud”, ajoute-t-il. Et de poursuivre: “Le taux de contamination varie également d’une culture à l’autre: 40% des fraises renferment des résidus de pesticides, 32% des oranges, 30% des tomates, 49 des concombres, 14% des citrons, 33% des prunes, et … 100% des courgettes!!!”

Encore plus étonnant! Karam rapporte que cette étude a montré la présence de pesticides agricoles dont l’usage est prohibé au niveau international. Ils ne doivent pas, par conséquent, parvenir jusqu’au Liban.

Selon le ministre Karam, le problème concerne les quantités appliquées, les matières actives, et les durées de prévention. “Il faut tenir compte de la durée de prévention mentionnée sur l’emballage de chaque pesticide: c’est la période qui doit séparer la date de récolte de celle de la dernière application de pesticides”… “Malheureusement, poursuit-il, pour remporter davantage de gains, les agriculteurs procèdent à la cueillette avant l’achèvement de ce délai; leurs produits empoisonnées seraient alors vendus aux consommateurs”.
Le lavage n’élimine pas les pesticides cancérigènes et les maladies n’apparaissent qu’après des années

Quant à une éventuelle élimination des résidus de pesticides par le lavage des fruits et des légumes, Karam explique que la majorité des produits utilisés sont systémiques, absorbés par la plante. Ils s’intègrent donc à la sève des cultures. Il ajoute: “Ce danger est à caractère cumulatif parce que les symptômes négatifs n’apparaissent qu’après des années”.

Selon le ministre de l’Environnement, c’est au ministère de l’Agriculture et des douanes libanaises de contrôler les contrebandes de pesticides prohibés. Le pire c’est que certains agriculteurs sont conscients du danger de ces pesticides, mais ne cessent de les utiliser en vue d’une meilleure productivité.

La solution que Karam propose est l’élaboration d’une étude globale en coopération avec le ministère de la Santé qui se dit favorable à ce sujet. Les agriculteurs doivent aussi assister à des sessions de formation et de mobilisation. Ensuite, “nous pourrions parvenir à l’étape la plus importante, celle d’indiquer la source de chaque produit, ce qui permettrait aux représentants des ministères de la Santé, de l’Environnement et de l’Economie de pouvoir déterminer quels agriculteurs enfreignent les lois”, conclut Karam.
Le ministère de l’Agriculture: nous sommes conscients de ce problème, mais nous ne disposons que de trois conseillers agricoles

Le directeur général du ministère de l’Agriculture, Samir Chami, signale que ce problème n’est guère nouveau. “Nous en souffrons depuis des décennies, parce que les agriculteurs ignorent les techniques essentielles de l’application des pesticides”, précise-t-il. Il ajoute que l’agriculteur libanais est convaincu que l’usage excessif des pesticides améliore la productivité en quantité et en qualité. “Il ignore également que les pesticides tuent les ennemis naturels des pestes”, précise-t-il, expliquant que les insectes bénéfiques préservent l’équilibre écologique. “Les maladies fongiques se multiplient alors sous l’effet de l’humidité et de la chaleur”, ajoute Chami.

Selon lui, la première étape sur la voie de la solution serait la création d’un réseau de vulgarisation, devenu nécessaire par suite de l’absence des conseillers agricoles. “Au Liban, nous ne disposons que de trois conseillers, mais le conseil des ministres a finalement accepté de nommer des conseillers agricoles qui devraient auparavant passer des tests”, annonce le directeur général du ministère de l’Agriculture.
Le ministère de l’Agriculture interdit l’importation des pesticides prohibés internationalement… Mais qu’en est-il des contrebandes?

Chami assure en outre que le ministère de l’Agriculture interdit l’importation de tout pesticide prohibé au niveau international; soulignant qu’une commission regroupant des représentants des ministères de la Santé et de l’Environnement, des centres de recherche des universités américaine et libanaise, des entreprises de fabrication de pesticides et de l’association de protection des consommateurs s’occupent de cette question. Il insiste alors que les ministères concernées coopèrent continuellement sur ce plan.
Khalifeh: les ministères de l’Agriculture et de l’Environnement sont les principaux concernés par ce dossier

Le ministre de la Santé Mohammad Jawad Khalifeh place ce dossier dans le cadre des prérogatives des ministères de l’Agriculture et de l’Environnement, rappelant que son ministère s’acharne pour trouver des solutions à la pandémie de la grippe A. Selon lui, l’étude menée par le ministère de l’Environnement est suffisante. “La solution débute par des expériences que devrait effectuer l’institut des recherches agronomiques”, ajoute-t-il.

Quant à l’effet nocif des pesticides sur la santé humaine, Khalifeh déclare que “tous les produits chimiques dont la dose dépasse la normale conduisent nécessairement à des maladies cancérigènes, notamment le cancer du tube digestif”.
Le ministère de l’Economie: nous ne sommes concernés qu’une fois les dégâts concrétisés

De son côté, le ministère de l’Economie assure que son intervient survient après que l’effet nocif du pesticide est confirmé. Il exhorte alors les ministères de l’Agriculture et de la Santé à œuvrer en vue d’arrêter catégoriquement les contrebandes et l’importation des pesticides prohibés, parce qu’ils sont “très dangereux pour la santé du consommateur libanais”.
L’association de protection du consommateur: les pesticides chimiques sont à l’origine des taux élevés de cancer au Liban

Le président de l’association de protection du consommateur, Zouheir Berro, assure que les pesticides chimiques sont à l’origine des taux élevés de cancer au Liban. Soulignant que les agriculteurs ignorent quels pesticides utiliser et à quelle dose, il dénonce la négligence de l’Etat qui pousse les agriculteurs à consulter les entreprises vendant ces produits. “Les entreprises incitent à pulvériser davantage de pesticides, ce qui conduit aux maladies cancérigènes, aux infections inflammatoires, et à la stérilité”, explique Berro.

Article préparé et rédigé par: Paula Astih – “Elnashra.com”
Adaptation française : Reine Rizk – “Elnashra.com”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
Des résidus de pesticides cancérigènes sont détectés dans les végétaux: un scandale qui révèle la négligence de l’Etat…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résidus de pesticides dans le vin non bio : 4 en moyenne...
» OVNI détecté par Hubble
» Quelles sont les différentes écoles du ZEN
» « Les compositions des pesticides sont secrètes, c'est une honte scientifique!»
» Mais où sont les avions ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: L'état de notre planète :: L'état des sols-
Sauter vers: