Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Valoriser les déchets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Valoriser les déchets   Mar 6 Oct - 16:56

ncinération : peut-on croire à l'énergie renouvelable des déchets ?
Et si l'incinération des déchets permettait à la France d'atteindre son objectif de 23 % d'énergie renouvelable en 2020 ? C'est ce que propose le syndicat du traitement des déchets (SVDU), qui y voit une importante source d'énergie. Une hérésie pourtant, selon les associations écologistes.

Les déchets constituent une ressource et on ne les valorise pas. C’est en substance ce que dénonce Luc Valaize, le président du SVDU*. Ce syndicat qui regroupe 87% des opérateurs de l’incinération des déchets ménagers français repart donc en campagne pour promouvoir l’incinération des déchets comme source d’énergie renouvelable. De fait, la législation européenne la reconnaît comme telle depuis 2001 mais à 50% seulement, compte tenu du fait que seule la moitié des déchets ménagers sont issus de ressources renouvelables et fournissent de la biomasse. En s’appuyant sur cette directive, le SVDU estime donc qu’en améliorant l’efficacité énergétique des usines françaises, l’incinération des déchets pourrait fournir à l’Hexagone les 10% d’énergies renouvelables supplémentaires qui lui manquent pour atteindre l’objectif de 23% en 2020 fixé par l’Union européenne.

Pour cela, le SVDU qui a décidé depuis le début de l’année de « lutter contre tous les préjugés » en multipliant les études sur les sujets controversés, vient de publier les résultats d’une enquête pour faire le point sur la production et la vente d’énergie par les usines d’incinération d’ordures ménagères (UIOM). Et le résultat est mitigé. Aujourd’hui, 13 millions de tonnes de déchets sont incinérées en France mais seules 11 millions permettent de produire de l’énergie. Ce qui représente 704 000 tonnes équivalent pétrole, qui fournissent à 76% de l’énergie thermique.

Avec 128 usines, le parc d’incinérateurs français est le plus important d’Europe, mais il est aussi l’un des moins efficaces. Surtout, il est inégalement performant: 72% des usines représentant 63% du tonnage ont un rendement énergétique inférieur à la moyenne nationale, soit 0,064 tep/t. Les meilleurs, elles, produisent en moyenne 0,118 tep/t. « Il y a un rapport de 1 à 10 entre les plus mauvaises et les meilleures usines », affirme ainsi Luc Valaize. Si, dans une version « optimiste » on remettait l’ensemble du parc aux normes des plus efficaces, la production d’énergie pourrait donc être doublée, s’emballe le SVDU.

« Contraire aux réalités scientifiques »

L’idée n’est pas nouvelle. Elle est régulièrement mise en avant depuis des années maintenant et portée au niveau européen par le lobby actif du syndicat européen des constructeurs d’incinération (ESWET). Mais du côté des associations écologistes comme le WWF, Greenpeace ou le Centre national d’information indépendante des déchets (Cniid), le concept a du mal à passer. « Le SVDU veut donner une image vertueuse à l’incinération mais, même si la législation l’autorise, considérer l’incinération comme une source d’énergie renouvelable est contraire aux réalités scientifiques », dénonce le directeur du Cniid, Sébastien Lapeyre. D’une part, l’incinération génère des gaz à effet de serre, qui représentent l’équivalent en carbone de 2,3 millions de voitures selon le Cniid (L’ONG milite d’ailleurs pour que l’incinération soit assujettie à la taxe carbone). D’autre part, comme les déchets organiques sont fortement chargés en eau, la dépense d’énergie pour l’évaporer dans le four de l’incinérateur peut être très importante. Et se fait parfois en ayant recours à du pétrole ou du gaz injecté par des brûleurs d’appoint…

« L’incinération des déchets, loin d’être un moyen de lutter contre le réchauffement climatique, au contraire y contribue activement », conclut ainsi Serge Orru, le président du WWF dans une tribune intitulée « l’opposition aux incinérateurs de déchets et aux décharges est-elle dogmatique ? ». D’autant plus qu’en « favorisant l’incinération, on délaisse d’autres formes de traitement des déchets comme la méthanisation et les vraies énergies renouvelables comme la géothermie », déplore Sébastien Lapeyre. De plus, le problème sanitaire des incinérateurs, même récents, reste présent. L’Institut national de veille sanitaire estime ainsi qu’il faudra 10 à 20 ans pour savoir s’il existe un risque de cancer avec les nouvelles générations d’usines.

Dans ce débat se cache également une question économique. Aujourd’hui l’électricité fournie par les incinérateurs rapporte en moyenne 18€ par tonne de déchets aux collectivités locales, ce qui équivaut actuellement à 198 millions d’euros par an et pourrait aller jusqu’à 513 millions d’euros dans le cas du scénario énergétique optimiste du SVDU. Mais pour qu’il puisse se réaliser, le syndicat souhaite des tarifs de rachat encore plus élevés ou une exonération de la TGAP, la taxe générale sur les activités polluantes, instaurée cette année et qui renchérit la tonne incinérée de 1,5 à 7 euros (puis 14 euros à partir de 2013). Pousser la valorisation énergétique des déchets fournirait ainsi des arguments de poids pour obtenir satisfaction. Dès aujourd’hui, des dégrèvements de TGAP s’élevant jusqu’à 50% peuvent d’ailleurs être obtenus pour les incinérateurs ayant des performances énergétiques élevées…


*SVDU : syndicat national du traitement et de la valorisation des déchets urbains et assimilés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La fiente de poulet, nouvelle source d’électricité   Ven 5 Fév - 16:44

Pour produire de l’électricité, on peut utiliser les rayons du soleil (panneau solaire), la force du vent (éolienne), la chaleur de la Terre (géothermie), les calories de l’air (aérothermie),… mais vous allez voir que l’on peut (ou pourrait) aussi recourir à d’autres sources d’énergie… pour le moins étranges…

La fiente de poulet, nouvelle source d’électricité

En septembre 2008, les autorités néerlandaises ont inauguré dans le Sud du pays une centrale électrique à biomasse… un peu particulière : pour générer du courant, l’installation de Moerdijk recycle la fiente de poulet ! Plus de 600 exploitations fournissent en effet chaque jour des tonnes de déjection (44 000 tonnes par an) pour alimenter quelque 90 000 foyers en électricité verte. C’est la première centrale de ce type en Europe (la Chine a inauguré la sienne en août 2007).

D’une puissance de 36,5 MW (mégawatts), elle est capable de produire annuellement 270 millions de kWh (kilowattheures). Procédé : le méthane dégagé par les fientes est brûlé (les résidus sont par ailleurs transformés en engrais). Le projet, développé par le groupe énergétique Delta pendant 10 ans, a représenté un investissement de 150 millions d’euros.

Domestiquer les tornades : un projet fou ?

Les tornades déploient une quantité incroyable d’énergie. Pourquoi donc ne pas l’exploiter pour produire de l’électricité ? C’est le projet audacieux de Louis Michaud, un ingénieur canadien ! Son idée : générer artificiellement des tornades grâce à un « moteur à tourbillon atmosphérique », les maintenir sous contrôle, et fabriquer du courant grâce à des turbines.

Mais est-ce vraiment une idée raisonnable ? Certains doutent en effet de la faisabilité d’un tel projet. D’autres craignent que les tornades artificielles ne deviennent rapidement incontrôlables. Pour autant, les plans de M. Michaud intéressent le département énergie du Centre d’excellence de l’Ontario. Des subventions lui ont été attribuées pour mener les premières expérimentations !

L’énergie osmotique : une technologie naissante mais prometteuse

Le 25 novembre dernier, la compagnie norvégienne Statkraft a inauguré au Sud d’Oslo un prototype de centrale électrique d’un nouveau genre : celle-ci utilise en effet l’énergie osmotique pour produire du courant. Silencieuse, non polluante et renouvelable, cette technologie exploite la réaction induite par la rencontre de l’eau douce et de l’eau salée.

Ce phénomène, appelé osmose, libère une grande quantité d’énergie capable de faire fonctionner une turbine génératrice d’électricité. Concrètement, la centrale de Statkraft fait circuler dans deux réservoirs séparés par une membrane (fine pellicule qui laisse passer l’eau tout en retenant le sel) l’eau salée de la mer et l’eau douce d’un fleuve. Cette dernière est alors naturellement attirée, créant une forte pression.

Pour l’instant, ce procédé original, à l’essai, ne fournira que quelques centaines de watts. Mais le potentiel annuel, au niveau mondial, serait de 1700 TWh (térawattheure), soit la moitié de la production totale de l’Union européenne ! Une centrale commercialisable devrait voir le jour en 2015. A suivre…

Les gendarmes produisent du courant avec… du cannabis!

Au mois de novembre dernier, la gendarmerie met la main sur une importante quantité de résine de cannabis au péage autoroutier de Veigné (Indre-et-Loire) : 297 kg saisis après l’arrestation d’un convoi de trafiquants pratiquant la technique du « go-fast » (la marchandise est transportée dans une voiture puissante alors qu’une seconde ouvre la voie).

Deux jours plus tard, les gendarmes procèdent à l’incinération de la drogue près de Nantes, selon la procédure… à un détail près : plutôt que de se contenter de brûler le produit pour le faire disparaître de la circulation, ils décident d’utiliser la combustion pour approvisionner une usine voisine en vapeur d’eau ! Mieux : cette dernière est même transformée en électricité grâce à un alternateur pour une revente à EDF ! Pourquoi pas ?

Powerleaps : un grand pas pour l’électricité

Elisabeth Redmond, chercheuse au Massachusetts Institute of Technology, a mis au point un système ingénieux pour produire de l’électricité : les powerleaps. Il s’agit de dalles de 50 cm de côté qui génèrent du courant lorsqu’elles sont soumises à la pression des pas (composants piezzo-électriques).

Grâce à ce système, on peut ainsi imaginer transformer les lieux très fréquentés par les piétons (centres commerciaux, les halls de gare, les couloirs de métro,…) en véritable centrale électrique ! Une invention dont on entendra encore certainement parler !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
Valoriser les déchets
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vite, réduisons nos déchets !
» idée pour valoriser la prise de parole en classe
» Gestion des déchets de l'espace
» Indicateur pour le tri des déchets
» Les déchets de silicium recyclés en panneaux solaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: L'état de notre planète :: Le problème de l'énergie-
Sauter vers: