Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les mineurs ont un sexe et le droit d'en user librement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les mineurs ont un sexe et le droit d'en user librement   Mer 26 Aoû - 8:55

Il fut un temps où les jeunes filles n’avaient pas le droit de flirter ni de faire l’amour avant le mariage (après, c’était une autre histoire, où elles n’avaient pas forcément non plus leur mot à dire). Celles qui, malgré tout, le faisaient, risquaient d’être qualifiées de putains, catins, prostituées, filles de joie, salopes et j’en passe, et d’être exclues de leur communauté.

Aujourd’hui, il est admis que les premiers rapports sexuels ont lieu à l’adolescence (17,2 ans pour les garçons, 17,6 ans pour les filles, en moyenne). La génération Y, du nom donné à ceux qui sont nés dans les années 80-90, étant par ailleurs qualifiée de “digital natives“, il n’est pas étonnant de les voir utiliser leurs téléphones portables dans leurs jeux amoureux, et érotiques.

sextingC’est ce qu’on appelle le “sexting“. Comme toute nouvelle pratique sexuelle, elle fait bien évidemment d’abord et avant tout peur, surtout qu’il s’agit souvent là de mineurs. On aurait pourtant grand tort à la diaboliser.

Le Monde constatait récemment que les adolescents sont de plus en plus victimes des dérives du “sexting”.

S’ensuivait la sinistre histoire de Jessica Logan, “jolie blonde de 18 ans” qui s’est pendue après que son ex-petit ami ait diffusé dans sa classe des images d’elle dénudée.

S’ensuivait également la mention d’une étude, menée au Royaume-Uni et publiée début août, révélant que 38 % des jeunes Anglais de moins de 18 ans auraient déjà reçu une image sexuelle.

Il eut également été de bon ton de préciser que “si on a coutume de dire qu’un mineur sur cinq fait l’objet d’avance sexuelles via l’internet, 90 % de ces “avances” sont le fait de personnes du même âge (et que), entre 2000 et 2006, le pourcentage de jeunes qui disent avoir fait l’objet d’avances sexuelles sur internet aurait même diminué (passant de 19 à 13 %)“.

Inaugurée l’an passé par le ministère de l’intérieur, la ligne téléphonique - “net-enfance-famille” - a été spécialement conçue pour “répondre aux questions que peuvent se poser enfants ou parents sur Internet, le téléphone mobile et les jeux vidéo“.

Environ 6 % des appels concerneraient les dérives du sexting, mais… “souvent, ce sont des parents inquiets qui appellent parce qu’ils tombent de l’armoire en découvrant le contenu du portable de leurs fils ou de leurs filles.”

Je ne sais quelle est la proportion d’adolescents téléphonant pour se plaindre de harcèlement ou de “dérives“. Ce que je sais, par contre, c’est qu’on aurait tort de diaboliser le phénomène.
Trois ados accusées de pédophilie pour avoir cherché à séduire leurs… petits amis

Ainsi, aux Etats-Unis, le proviseur adjoint d’un lycée qui, à la demande du proviseur, avait conservé “pour preuve” sur son ordinateur la photo dénudée d’une ado qu’il avait confisqué sur un téléphone portable, a été accusé de possession d’image à caractère pédo-pornographique, et du dépenser 150 000 dollars pour assurer sa défense, et démontrer son innocence.

La paranoïa touche aussi les ados eux-mêmes : trois adolescentes ont ainsi été accusées cette année de pédophilie pour avoir envoyé des photos d’elles dénudées à leurs petits amis…

Or, aux Etats-Unis, comme dans de nombreux autres pays, la “déviance” sexuelle, à commencer par la pédophilie et la pédo-pornographie, vaut à ceux qui en sont accusés d’être fichés comme délinquants sexuels. Ce qui, d’un point de vue social tant que professionnel, peut avoir des conséquences catastrophiques (voir Fichée à vie à cause d’une fellation librement consentie).
Les ratés du fichier britannique censé protéger les enfants

En Grande-Bretagne, et suite au meurtre de deux écolières par un gardien d’école déjà impliqué dans plusieurs agression sexuelles, toute personne désireuse de travailler avec des enfants ou des personnes vulnérables doit ainsi désormais être agréée par les autorités, qui vont pour cela piocher dans les fichiers pour voir leurs antécédents.

1570 personnes ont ainsi été interdits de travailler avec des enfants, ou de venir faire une conférence ou un atelier dans une école, parce qu’ils apparaissaient, à tort, dans un fichier policier.

Il se trouve même un enseignant black-listé par les autorités parce qu’un voisin l’avait vu déambuler nu… chez lui, par la fenêtre.

Il faut bien évidemment tout faire pour lutter contre ceux qui peuvent s’attaquer à nos enfants. Et nul doute que le “sexting” entraînera certaines dérives, et faits divers. Tout comme la libération sexuelle a elle aussi entraîné certains dommages collatéraux. Mais on aurait tort de le diaboliser d’emblée, et de l’assimiler à de la pédo-pornographie.
Laissons les ados embrasser les nouvelles technos

De tout ce que j’ai lu sur le sexting, cet article de Rowenna Davis, jeune journaliste britannique qui travaille notamment auprès de jeunes en difficulté, est probablement le plus pertinent, et mesuré. A méditer :

Une bonne partie de ceux qui dénoncent le “sexting” s’en servent comme paravent, s’inquiétant surtout de la montée en puissance des nouveaux médias et des réseaux sociaux, ainsi que des nouvelles pratiques sexuelles des ados.

Or, leur sexualité, tout comme le fait qu’ils embrassent les nouvelles technologies, peuvent être de formidables expériences dès lors qu’elles sont pratiquées de manière responsable, et peuvent les aider à en apprendre plus sur eux-mêmes, les êtres humains en général, et comment s’y exprimer.

D’autre part, toute vélléité de censure s’avèrera de toute façon contre-productive. On n’enraiera pas les nouvelles technologies, ni les pratiques sexuelles des ados, au pire, elles flirteront avec l’underground pour éviter d’être réprimées.

Et les adolescents parleront d’autant moins du sexting avec des adultes s’ils savent qu’ils seront jugés, interdits de revoir leur partenaire, ou qu’ils risquent de voir leur téléphone portable confisqu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le sexting est-il un crime?   Jeu 28 Jan - 7:21

Le sexting est-il un crime?

S'exciter par textos interposés, en s'envoyant des photos de soi, ou de petits camarades, déshabillés, la pratique est appréciée par les adolescents américains, mais peut aussi leur coûter cher. Le « sexting », aussi appelé « sexto » en France, est considéré comme un crime (felony en anglais) dans plusieurs Etats américains, comme en Pennsylvanie, rappelle ici le Pittsburgh Post-Gazette. Les pervers du portable s’exposent, entre autres châtiments, à un signalement à vie dans leur casier judiciaire. Ils risquent aussi de figurer pendant dix ans dans le fichier des délinquants sexuels… Facile de trouver un job après tout cela.

Le « sexting » n'est pas en soi interdit par la loi, mais les amateurs peuvent être condamnés pour obscénité, conduite contraire aux bonnes moeurs, voire tomber sous le coup des lois contre la pornographie infantile. Alors qu'une cour d'appel fédérale examine en ce moment la question, l'Etat de Pennsylvanie étudie donc la possibilité de rétrograder cette pratique au rang de délit pour les mineurs. Resterait à trouver une solution pour les étudiants, plus âgés, mais aussi adeptes.

Sur la base d’une étude réalisée en septembre, la chaîne MTV a estimé qu'un tiers des jeunes américains de 14 à 24 ans ont déjà reçu des sextos. Plus récemment, le Pew Research Center calculait aussi que 15% des 12-17 ans possédant un téléphone portable ont reçu de telles photographies. Amanda Lenhart, auteur de cette étude, insistait en décembre dans le Christian Science Monitor sur les dégâts à long terme du « sexting ». « Ces images peuvent revenir vous hanter quand vous serez plus vieux, expliquait-elle. Pour la plupart des adolescents, c'est probablement le risque le plus important ».

Et en France? 20 minutes rappelait récemment que les amateurs de « sextos » risquent cinq ans d'emprisonnement et jusqu'à 75000 euros d'amende, en cas d'échange de photos représentant un mineur. De quoi réfléchir avant de presser le bouton « envoyer »…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: "Trop jeunes" : des enfants interdits de carte de Saint-Valentin   Jeu 11 Fév - 10:20

"Trop jeunes" : des enfants interdits de carte de Saint-Valentin

Une école primaire anglaise a interdit à ses élèves de s'échanger des cartes de Saint-Valentin, jugeant qu'ils sont "trop jeunes" pour l'amour, a rapporté jeudi le quotidien The Times.
Vos outils

Une école primaire anglaise a interdit à ses élèves de s'échanger des cartes de Saint-Valentin, jugeant qu'ils sont "trop jeunes" pour l'amour, a rapporté jeudi le quotidien The Times.

"Certains enfants et parents encouragent les conversations sur les petits amis ou les petites amies", écrit le principal de l'école primaire Ashcombe, située à Somerset (sud-ouest).

"Nous estimons que de telles idées doivent attendre que les enfants soient suffisamment mûrs émotionnellement et socialement afin de comprendre l'engagement que cela représente d'avoir ou d'être un petit ami ou une petite amie", ajoute-t-il dans une lettre aux parents publiée par The Times.

L'école menace ainsi de confisquer toute carte de Saint-Valentin. L'établissement regroupe plus de quatre cents élèves âgés de quatre à onze ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Une fillette de 10 ans devient maman...voilà qui va obliger les "bidochons" à revoir leur conception de l'enfance et de la pédophilie !   Mer 3 Nov - 16:45

03 novembre 2010
ESPAGNE - Une fillette de 10 ans devient maman
D’abord révélée dans la presse locale andalouse, l’information a été confirmée mardi par les autorités, créant l’émoi dans toute l’Espagne : une fillette âgée de 10 ans a bel et bien donné naissance à un bébé de 2,9 kilos, il y a une semaine, à Jerez.

La jeune maman – arrivée en Espagne déjà enceinte de son pays d’origine, la Roumanie, il y a quelques mois – et son enfant sont “en parfaite santé” au sein de leur famille, a déclaré Micaela Navarro, déléguée à l’égalité et au bien-être social du gouvernement autonome d’Andalousie.

Le site du journal Diario de Jerez affirme mercredi matin que le père du bébé a 13 ans et que la famille de la mère se félicite de l’heureux événement.

Le record du monde de la maman la plus jeune est attribué depuis 1939 à Lina Medina, une jeune Péruvienne qui a accouché à l’âge de 5 ans, 7 mois et 21 jours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: « Dans mon pays, c’est habituel »   Mer 3 Nov - 16:48

Une fillette accouche d’un enfant à dix ans
Alexandra Gonzalez 03/11/10 à 08h31
Une jeune fillette roumaine de 10 ans vient de donner naissance à un bébé en Andalousie. L’affaire stupéfie et émeut l’Espagne.

Maman à dix ans. C’est la triste réalité d’une fillette roumaine qui a accouché mardi dernier dans un hôpital andalou, à Jerez de la Frontera, dans le sud de l’Espagne. L’information n’a été dévoilée que mardi par les autorités sanitaires espagnoles. L’enfant, qui pesait 2,9 kg à la naissance, et sa jeune maman sont rentrés à leur domicile « en parfaite condition de santé », et l’accouchement s’est déroulé sans problème particulier. Selon les premiers éléments fournis par la presse locale, la très jeune mère est arrivée il y a quelques mois de Roumanie, enceinte, et s’est installée près de Séville avec ses proches. Le père de son enfant est également mineur et serait présenté comme le fiancé officiel de la fillette par la famille. Son âge exact est cependant resté secret.

« Dans mon pays, c’est habituel »

Les personnels médicaux qui se sont occupés de la fillette ont raconté avoir été choqués non seulement par son très jeune âge, mais aussi par le comportement de ses proches. Tous ont vécu l’accouchement avec une apparente sérénité, sans manifester la moindre angoisse, confiant aux personnels que c’était « quelque chose d’ordinaire » dans leur milieu d’accoucher si jeune. Une opinion partagée par la jeune maman, qui a exprimé sa joie d’être mère, « puisque c’est habituel dans mon pays » et « puisque, en Roumanie, je vivais déjà avec mon fiancé », aurait-elle confié à un membre de l’hôpital, cité par le quotidien local Diario de Jerez. Toujours selon cet employé, « bien que certaines préadolescentes puissent faire plus vieilles que leur âge, cette fillette avait réellement le physique et le comportement d’une enfant de dix ans ».

Mère à cinq ans

Inquiètes de l’éducation que peuvent recevoir cette fillette et son enfant, les autorités sociales ont lancé une enquête pour s’assurer que les conditions d’accueil et d’éducation des deux enfants étaient satisfaisantes. Dans le cas contraire, ils pourraient tous deux être confiés à des tiers.

Dans la province andalouse, cette naissance est une première pour une maman aussi jeune, mais elle reste plus âgée que la fillette considérée comme la plus jeune mère au monde, la Péruvienne Lina Medina qui, en 1939 à l’âge de cinq ans, aurait accouché d’un petit garçon. L’année dernière, une fillette de 11 ans avait donné naissance à un bébé dans l’Est de la Bulgarie. La jeune maman de ce nourrisson de 2,5 kg à la naissance avait épousé le père de l’enfant, âgé de 19 ans, peu après sa sortie de l’hôpital.

et oui l'enfance...ça a été inventé par les occidentaux qui en "rêvaient"... et ça confine les gens dans l'infantilisme au lieu de devenir vrai


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Bien des régressions depuis Sartre ou Dolto... mais comme le dit Foucault on remplace la justice par la punition et l'on a besoin d'"individus dangereux"...pour oublier d'être vrai !   Sam 6 Nov - 8:03

une fuite...une sorte de lâcheté dans un monde qui se "défile " dans tous les domaines

En 1977, une pétition fut adressée au Parlement, appelant à l’abrogation de plusieurs articles de la loi sur la majorité sexuelle et la dépénalisation de toutes relations consenties entre adultes et mineurs de moins de quinze ans (la majorité sexuelle en France). Le document fut signé par les philosophes Michel Foucault, Jacques Derrida, Louis Althusser, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et André Glucksmann, par le philosophe et sémioticien Roland Barthes, par le romancier/activiste en faveur des homosexuels Guy Hocquenghem, l’avocat et professeur de droit Jean Danet, l’écrivain et cinéaste Alain Robbe-Grillet (élu membre de l’Académie française en 2004), l’écrivain Philippe Sollers, la pédiatre et psychanalyste pour enfants Françoise Dolto, et également par des gens appartenant à divers courants politiques1.

eux osaient DIRE ! et se Dire ! ...face aux associations "secrtaires" qui veulent instaurer la vengeance et rétablir le passéiste slogan du oeil pour oeil dent pour dent...qui est une véritable régression sociétale

http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9titions_fran%C3%A7aises_contre_la_majorit%C3%A9_sexuelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Ce que les association et la bienpensance ne peut admettre   Sam 16 Avr - 7:58

Roger Vangheluwe: "Je ne suis pas pédophile: mon neveu n'était pas opposé à notre relation" (vidéo)

(Belga)
Compléments d'informations
Vangheluwe: “un mythomane” , selon l’avocat de 74 victimes
M. Vangheluwe reconnaît avoir abusé de deux neveux
L’ex-évêque Vangheluwe vit dans un cloître, en France
Pédophilie: Mgr Vangheluwe a quitté la Belgique pour un traitement spirituel et psychologique
Faut-il priver l’ex-évêque Vangheluwe de sa pension?
Interview de Vangheluwe: pour Leterme, “ ça dépasse la limite de l’acceptable ”
Vangheluwe: le Vatican “conscient de la gravité” de son attitude
L'évêque de Tournai Guy Harpigny s'est dit “ stupéfait ” par l'apparition et les propos de l'ex-évêque Vangheluwe à la télévison. Le ministre de la Justice a, lui, demandé à l'Eglise de mettre fin à cette affaire. Pour rappel, hier, Vangheluwe a déclaré que ce qu'il avait vécu avec son neveu "n'avait rien à voir avec la sexualité". "Mon neveu était même demandeur..."

Rédaction en ligne

Publié le 15/04 à 12h02

Vendredi dans le quotidien De Standaard, l'évêque Guy Harpigny réagit à l'interview de l'ex-évêque de Bruges Roger Vangheluwe. “ Vangheluwe agit comme si rien ne s'était passé depuis un an ”, fait observer Guy Harpigny.

Evêque francophone de référence au sein de la conférence épiscopale pour les affaires d'abus sexuels impliquant des clercs, Guy Harpigny n'est pas tendre pour son ex-collègue.

“ Je n'ai vu (de l'interview) que ce que Terzake en a montré. Mais je suis terriblement déçu. C'est comme si tout ce qui s'était passé ne signifiait rien. Et cela pour quelqu'un qui a eu douze mois de temps pour réfléchir. C'est très triste. C'est un homme malade qui a parlé, ou tout simplement est-ce la réaction normale d'un pédophile. Je ne comprends pas ”.

“ Une gifle ”

Le ministre de la Justice Stefaan De Clerck a quant à lui dit avoir découvert “ avec stupéfaction ” l'interview de Bruges Roger Vangheluwe. Il appelle l'Eglise à mettre fin à cette affaire.

“ A un moment où la société tente de se redresser après les ravages qu'il a provoqués, son apparition dans les médias est particulièrement déplacée ”, juge le ministre qui parle de “ gifle à ses victimes et à l'ensemble des victimes » mineures d'actes sexuels.

Le ministre appelle les autorités de l'Eglise à “ adopter les mesures qui s'imposent pour mettre fin au comportement irresponsable l'ex-évêque, d'autant plus qu'il apparaît aujourd'hui que les sanctions provisoires prises à son égard par le Vatican n'ont pas pu susciter chez lui une prise de conscience de la portée dramatique des actes dont il s'est rendu coupable ”.

“ Écœurant ”

L'interview de l'ancien évêque de Bruges est “ la plus écœurante que j'ai pu lire depuis longtemps ”, a réagi la députée Karine Lalieux qui a présidé la Commission spéciale sur les violences sexuelles commises sur des mineurs notamment par des gens d'Eglise.

“ Aujourd'hui, M. Vangheluwe témoigne de ce qu'il n'a toujours pas compris qu'il est un criminel, et que les crimes sont du ressort du droit pénal. Il continue à relativiser, presqu'en riant. Il a le sentiment d'une totale impunité et la douleur doit être terrible pour l'ensemble des victimes. Les sanctions de l'Eglise ne sont que des pseudo-sanctions ”, a jugé Karine Lalieux, dénonçant la “ protection ” dont il a pu bénéficier de la part de la hiérarchie ecclésiastique.

Voici les propos de Roger Vangheluwe

M. Vangheluwe a donc exprimé hier soir ses regrets dès le début de l'interview. Il s'explique ouvertement sur les abus à l'encontre de ses deux neveux, actes qui se sont poursuivis pendant treize années pour l'un des garçons, moins d'un an pour le second.

“Cela n'avait rien à voir avec la sexualité. Je me suis souvent occupé d'enfants et je n'ai jamais ressenti la moindre attirance. C'était de l'intimité qui s'installait”.

Et d'ajouter qu'il ne se considérait pas comme un pédophile: “Je n'ai pas du tout l'impression d'être un pédophile. C'était comme une petite relation. Je n'avais pas l'impression que mon neveu y était opposé, que du contraire”.

Voici la vidéo de son interview

http://www.vt4.be/videos/exclusief-interview-1u-roger-vangheluwe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Jeu du foular   Ven 27 Jan - 6:34

Une étude dévoile le nombre d'enfants ayant déjà eu recours à la pratique du « jeu du foulard » et autres jeux d'évanouissement. Le but est de montrer comment la mort survient alors que l'adolescent se sent invulnérable.


Un enfant sur dix, âgé entre 6 et 15 ans, a déjà joué à une pratique d'évanouissement. La majorité d'entre eux n'ont pas conscience qu'ils peuvent mourir SIPA/Bruno Bebert
On connaît le « jeu du foulard ». Cette pratique adolescente et infantile qui consiste à amener son corps à la suffocation pour « faire comme les copains, expérimenter un jeu "riogolo" et éprouver des effets "particuliers", "bizarres" », comme l'avancent aux sondeurs d'Ipsos les garçons et filles qui l'ont tenté. Mais cette étude, réalisée pour le compte de l'Association de parents d'enfants accidentés par strangulation (Apeas), lève pourtant d'autres tabous sur ce jeu risqué.

Le nombre d'enfants ayant pratiqué cette expérience de la mort est quantifié. Un enfant sur dix (étude sur des enfants âgés de 6 à 15 ans) a testé au moins une fois dans sa vie un jeu d'apnée ou d'évanouissement. Parmi ce dixième, 51% ont pratiqué le « jeu du foulard » et 34% le « jeu de la tomate » (retenir sa respiration le plus longtemps possible). Ils sont encore un sur quatre à avoir vu l'un de leur camarade se livrer à ces pratiques qui consistent la plupart du temps à comprimer la carotide. Et deux enfants sur trois connaissent au moins l'une des pratiques, soit quelque 750.000 petits bambins en France.


Mort, handicap et séquelles méconnus

Le lieu est presque toujours identique : au sein même de l'établissement, dans la cour de « récré ». En général, la pratique est collective et concerne surtout les garçons. Un voile levé : toutes les catégories sociales sont concernées. Plus inquiétant encore, la majorité d'entre eux n'ont pas conscience des risques : 51% n’ont pas le sentiment qu’ils peuvent mourir, pas plus que 63% qu'ils risquent d’abîmer leur cerveau ou 73% d'avoir des convulsions et 75% de rester handicapé. Seuls la conscience de pouvoir s’évanouir (60%) ou le fait de ne plus pouvoir reprendre son souffle (59%) effleurent leur esprit.

La dangerosité de ces pratiques et les séquelles qu'elles peuvent entraîner sont pourtant importantes. Pas moins d’une soixantaine de morts en France ont été comptabilisées ces deux dernières années suite à des jeux d'étranglement. Et encore, ce chiffre ne prend en compte que les cas signalés par les parents. Et Ne tient pas compte les séquelles telles que le handicap, la surdité, les difficultés d'apprentissage ou les maux de tête.

La mort, involontaire la plupart du temps, intervient par défaut d'oxygénation cérébrale qui déclenche un malaise vagal suivi d'un arrêt cardiaque. Le plus souvent, c'est lors de la réitération au domicile d'expériences faites en groupe à l'école que surviennent les accidents fatals.

Pourquoi les enfants jouent à ces jeux dangereux ?

Pourquoi l'enfant décide-t-il de le faire ? La pression sociale pour se faire accepter et avoir des amis côtoie le goût de tester des sensations inconnues, combinés au sentiment d'invulnérabilité fréquent à l'adolescence. Heureusement, les jeunes qui affirment n'avoir jamais joué à ces jeux, la grande majorité donc, se montrent beaucoup plus conscients de leur dangerosité.

L'Apeas demande que le combat contre ces pratiques dangereuses soit intégré aux programmes scolaires et relayé par tous ceux qui sont en contact quotidien avec les enfants.

Etude menée du 29 novembre au 8 décembre 2011 auprès d'un échantillon représentatif de 1 012 enfants âgés de 6 à 15 ans, cette enquête, financée par le ministère du travail, de l'emploi et de la santé, et rendue publique jeudi 26 janvier

Idea Idea Idea *** Ce que l'on feint d'ignorer c'est que ce jeu est la manifestation d'une pulsion sexuelle, une libido, d'une forme de masturbation : ce qui est recherché est une plus grande érection, ou une érection prolongée ..;et le vertige de l'orgasme...ou un vertige orgasmique amplifié

On oublie aussi que le "bondage" tant en vogue chez les adultes n'est pas méconnu des enfants qui par ce biais ainsi que lors des luttes corps à corps , découvrent leur sexualité et les zones érogènes que les adultes refusent de leur enseigner...à cause des tabous désuets du 19ème siècle puritain ! ***
Idea Exclamation Idea Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un nouveau tabou et une nouvelle répression de la sexualité : le contraire de ce qu'il faut faire ...et encore moins de liberté !   Lun 5 Mar - 16:22

Notre société au lieu de se libéraliser devient de plus en plus fermée et et bientôt va mimer ce qu'elle critique chz les autres : bientôt le voile et les jupes plissées et les chaussettes de laine

Chacun sait que c'est dans se genre d'accoutrements que se forment les meilleures perverses ...surtout quand les parents eux ne se gènent pas ...mais il faut bien conforter le mythe de l'enfance pure et sans tache pas vrai ?


Après le scandale suscité par les photos d'une fillette de 10 ans habillée comme une femme dans le magazine Vogue, la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale Roselyne Bachelot avait commandé un rapport sur l’hypersexualisation des jeunes filles à la sénatrice UMP Chantal Jouanno.
Ses conclusions sont multiples. Si l’hypersexualisation des jeunes filles reste un phénomène encore relativement marginal et très disparate selon les âges, il est néanmoins véhiculé par la société toute entière. La représentation de la femme est de plus en plus dégradée, que ce soit dans la mode, ou dans les dessins animés. Selon Chantal Jouanno, on assiste à un retour des stéréotypes sexués. « La femme se définit par son apparence, ce qui n’est pas valorisant, » affirme-t-elle.
Pour prévenir cette hypersexualisation des jeunes filles, Chantal Jouanno préconise plusieurs mesures fortes. Parmi elles, on retiendra l’interdiction des concours de beauté de minimiss, mais aussi l’interdiction pour les marques de prendre des égéries de moins de 16 ans. La sénatrice estime nécessaire de rédiger une charte de l’enfant, afin de donner des points de repères au juge et aux pouvoirs publics. De plus, elle préconise une éducation à l’égalité des sexes dès le primaire, tandis que l’éducation sexuelle en tant que telle devra être confiée à des professionnels de l’enfance extérieurs à la salle de classe (infirmières, associations, etc. ). Enfin, Chantal Jouanno se dit favorable au retour de l’uniforme à l’école, tout en précisant que ce débat « ne relève pas de l’hypersexualité mais des clivages sociaux et de la concurrence des marques. »

L'hypersexualisation des jeunes filles, et le rôle d’internet dans l’accélération de ce phénomène, fera l’objet du prochain Observatoire Orange-Terrafemina, intitulé « Les lolitas version numérique : quelle image de la femme ? » Retrouvez tous les résultats sur notre site le 7 mars prochain.


http://www.solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_hypersexualisation2012.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les mineurs ont un sexe et le droit d'en user librement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les mineurs ont un sexe et le droit d'en user librement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Droit civil : Régimes de protection
» Demander leur adresse e-mail à des élèves mineurs ?
» L'autonomie des mineurs
» QUESTION DROIT COMMUNAUTAIRE INSTITUTIONNEL ET ADMINISTRATIF
» Dissertation droit civil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les tabous de nos sociétés dites "avancées" :: Le tabou de la pédophilie-
Sauter vers: