Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'enfer des poules pondeuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'enfer des poules pondeuses   Mar 11 Aoû - 15:31

L'ENFER DES POULES PONDEUSES...

Gratter le sol, picorer, s'étirer, battre des ailes, avoir une vie sociale, prendre le temps de choisir son nid, couver... Absolument aucuns de ces comportements naturels ne sont autorisés à la poule pondeuse élevée en batterie. Et en France, 90% des poules pondeuses sont élevées en cages de batterie :

*
Voyage au bout de l'horreur pour les poussins mâles : Les oeufs fécondés destinés à la production de poules sont placés dans des couvoirs industriels. Les femelles représentent moins de 50% des éclosions. Les mâle ne pondent pas, et ne deviennent pas non plus des poulets de chair car ce ne sont pas les mêmes races. Ils sont donc inutiles, et... détruits : poussins d'un jour, ils vont par millions sur des tapis roulants, soit jusqu'à une broyeuse où la mort les attend, soit dans de grands sacs plastiques où ils étoufferont lentement, soit jetés vivants dans des bennes à ordures, ou encore gazés, écrasés au bulldozer, ou enterrés vivants...
*
Confinement : Les poules, quant à elles, sont entassées par dizaines de milliers dans d'immenses hangars de cages en batterie, dans lesquels l'air est absolument irrespirable, et le bruit, assourdissant ! Elles sont confinées pendant toute leur pauvre vie par 6 ou 7 dans des cages, et l'espace dont la poule disposera pendant toute sa vie ne dépasse pas 450 cm2, soit l'équivalent d'une feuille A4 !! (l'envergure moyenne d'une poule avec les deux ailes étendues, est de 75 cm !). Les poules ne peuvent donc ni marcher, ni même étendre une aile pour s'étirer... Elles ne verront jamais le soleil, ne marcheront jamais sur la terre, et ne batteront jamais les ailes... !!! Dans ces putrides hangars, les éleveurs ne rentrent qu'en combinaison et intégralement masqués...
*
Souffrances inhumaines : Leurs pattes reposent sur des grillages (très douloureux pour les pattes), qui sont en pente pour laisser les oeufs rouler vers l'extérieur (il faut donc en plus constamment bloquer les pattes). Et il arrive aussi que leurs griffes se referment sur le grillage, duquel elles sont arrachées lors du ramassage pour l'abattoir... Les poules souffrent de déformations des pattes, de décalcification des os, de blessures et de lésions à la peau... Dans ce confinement et cette souffrance, les poules deviennent folles ! Et pour éviter qu'elles ne se blessent entre elles, on leur coupe une partie du bec sans anesthésie (il arrive que les becs soient arrachés lors de cette opération). En été, elles souffrent énormément de la chaleur, et en meurent... Et pour faire des économies, on rationne en plus leurs quantités d'eau et de nourriture jusqu'à 70%, ce qui, de l'aveu même des aviculteurs, génère encore un stress supplémentaire !
*
Machines à oeufs : C'est clair, les poules n'ont aucuns droits : ce sont des "machines à pondre" dans un monde concentrationnaire de souffrance et de désespoir... Tout est automatisé, des tapis roulants emmènent les oeufs, et un éclairage artificiel sert en plus à accélérer le rythme ! Les poules n'ont jamais de répit... Et les scientifiques ont observé que les poules se retiennent parfois jusqu'à une demi-heure à chaque oeuf, un comportement très douloureux, motivé par l'incapacité de protéger leur progéniture... Et au bout d'une année (les poules peuvent vivre 10 ans dans la nature...), épuisées par tant de souffrances, elles sont brutalement arrachées de leurs cages, et emmenées à l'abattoir, pour une mort cruelle et terrifiante, afin d'être transformées en bouillon de cube "à la poule"...


Dernière édition par Admin le Jeu 26 Nov - 5:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Poules pondeuses ( suite)   Ven 14 Aoû - 15:09

A l’origine...

Les souches de poules utilisées aujourd’hui en élevage ont été obtenues par domestication d’une poule de la jungle d’Asie du Sud-Est : la poule Bankiva. Comme le paon ou le faisan, son habitat naturel est une zone boisée lui offrant des abris et des possibilités de se percher.

Les poules disposent d'un repertoire de plus de 30 sons pour communiquer. Les poussins communiquent entre eux et avec leur mère par des pépiements, qui commencent même à l’intérieur de l’oeuf !

Les poules nouent des relations sociales complexes avec leurs congénères, et peuvent reconnaître jusqu'à 80 individus, y compris des humains.
Plus de 200 000 poules s'entassent parfis au sein d'une même exploitation
Plus de 200 000 poules s'entassent parfis au sein d'une même exploitation
En élevage intensif

Il y a presque autant de poules pondeuses dans le monde que d’être humains sur la planète. En effet, 5 milliards de poules produisent chaque année environ 1000 milliards d’œufs.
Chaque poule pondeuse pond jusqu'à 300 œufs par an. Ainsi, les « races » modernes de poules produisent 2 fois plus d’œufs qu’il y a 50 ans.

A l’âge de 18 semaines (premières pontes), les femelles destinées à l’élevage industriel sont enfermées dans de petites cages, alignées en batteries sur plusieurs niveaux - jusqu’à 8 étages - dans des hangars aveugles pouvant contenir simultanément plusieurs dizaines de milliers d'oiseaux. Environ 47 millions de poules pondeuses sont élevées chaque année en France. 80% d’entre elles vivent ainsi dans des élevages industriels.

Les cages de batterie sont si petites que les poules ne peuvent ni ouvrir leurs ailes, et à peine marcher ou se retourner. Chacune d’entre elles passe son existence sur une surface de 550 cm2 environ, ce qui représente moins d’une feuille de papier A4.
Le manque d’exercice physique s’ajoute à la forte productivité en œufs, et provoque un affaiblissement des os qui conduit beaucoup de poules à souffrir de fractures. Les poules endurent en outre des privations comportementales, car elles ne peuvent se livrer à leurs activités innées : établir un nid, prendre des bains de poussière, se percher… Dans ces conditions, elles exagèrent compulsivement les mouvements de la tête et de sur-place.
Par ailleurs, le sol des cages accuse une inclinaison afin que les œufs roulent à l’extérieur dès la ponte pour être collectés, ce qui frustre les oiseaux dans leur désir inné de couver.
poule déplumée
L'état d'emplumement des animaux se dégrade rapidement.

Les poules sont soumises à un programme d'éclairement précis, destiné à stimuler la ponte artificiellement.

Un environnement déficient et une forte promiscuité peuvent engendrer des comportements de picage des plumes et de cannibalisme. Outre la ponte, la seule activité possible est une violence plus ou moins exacerbée entre les quatre ou cinq poules d'une même cage.
Le degré d'inconfort est encore accentué par le fait qu'elles ne peuvent se percher, et que leurs pattes sont en contact permanent avec un grillage en pente.

Lors de la visite quotidienne réglementaire, il est difficile pour l’éleveur d’apprécier l’état sanitaire de chaque oiseau, surtout dans les cages supérieures ou mal éclairées. Parfois, les cadavres se décomposent au milieu des poules survivantes qui pondent les « œufs frais » vendus en supermarchés.
Des problèmes généraux en élevage de poules pondeuses

* Contrairement à une idée répandue, les poules pondeuses ne sont pas les femelles des poulets : il s’agit de deux souches différentes, sélectionnées génétiquement en fonction de leur prise de poids rapide (poulets) ou bien de leur fort taux de ponte (poules). Comme ils ne sont pas considérés comme rentables pour la production de poulets de chair, les poussins mâles des races de poules pondeuses sont triés après l’éclosion, puis tués par gazage ou par broyage. La filière française de l’œuf élimine ainsi près de 50 millions d’oisillons mâles par an.
* Un environnement déficient et une forte promiscuité peuvent engendrer des comportements de picage des plumes et de cannibalisme.
Afin de prévenir ces comportements aberrants, les poules sont débecquées à la lame chauffante quelques jours après la naissance. Cette opération réalisée sans anesthésie provoque des souffrances intenses, et souvent durables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les poules malades de l'homme   Dim 8 Nov - 10:31

La mondialisation, l’industrialisation et les pratiques agricoles intensives favorisent la propagation des maladies de l’Homme à l’animal, selon une nouvelle étude écossaise.

Des chercheurs de l'Institut Roslin de l'Université d'Edimbourg ont montré qu'une souche de bactéries est passée de l'homme aux poulets. Elle est considérée comme la première preuve claire du passage de pathogènes bactériens des humains aux animaux depuis qu’ils ont été domestiqués il y a environ 10.000 ans. L'étude a identifié une forme de la bactérie Staphylococcus aureus - dont la souche SAMR multirésistante est un sous-type – chez des gallinacés, et a permis de découvrir que la bactérie à une origine humaine. C'est donc bien un franchissement de la barrière d'espèce.

Les tests génétiques ont montré que les bactéries sont passées d'une espèce à l'autre il y a environ 40 ans, ce qui coïncide avec une évolution de l’agriculture, vers des pratiques intensives d'élevage des volailles. En comparaison avec la souche correspondante de staphylocoque chez l'homme, qui est restée isolée sur une zone géographique, la souche aviaire a été retrouvée sur plusieurs continents.

Les maladies infectieuses dans les élevages de poulet sont un fardeau économique majeur pour les éleveurs et la propagation de bactéries humaines à des poulets pourrait avoir un impact énorme sur l'aviculture. Si des bactéries ont également brisé la barrière des espèces et contaminé d'autres animaux, il pourrait alors y avoir aussi des conséquences sur la sécurité alimentaire.

Le Dr Ross Fitzgerald, de l'Institut Roslin, a déclaré: "Il y a un demi siècle les poulets étaient élevés pour leurs œufs, la viande était considérée comme un sous-produit. Mais, la demande croissante de viande a conduit à une industrie de la volaille dominée par quelques entreprises multinationales qui fournissent un nombre limité de lignées sur le marché mondial, ce qui favorise la propagation de la bactérie dans le monde. "

D’autres études vont être entreprises à la recherche de bactéries humaines sur différentes espèces domestiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'enfer des poules pondeuses   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'enfer des poules pondeuses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enquête dans un élevage de poules pondeuses en cages
» CR visite d'une exploitation de 6000 poules pondeuses BIO
» Poules en élevage intensif: interdit en Angleterre!
» Projet petit élevage poules
» Quels péchés mènent en enfer s'ils ne sont pas confessés ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: L'état de notre planète :: Souffrances animales-
Sauter vers: