Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fonte du périsol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Fonte du périsol   Mer 1 Juil - 16:17

La fonte du pergélisol accélère le réchauffement climatique


Par Sandra BESSON

La fonte rapide du pergélisol accélère considérablement le processus de réchauffement climatique dans la mesure où de grandes quantités de gaz à effet de serre stockés dans les sols gelés sont alors relâchées dans l’atmosphère.

La quantité de dioxyde de carbone emprisonné dans les sols gelés dans l’Hémisphère Nord est deux fois plus importante que ce qu’annonçaient les estimations précédentes et une fonte rapide des glaces pourrait accélérer le réchauffement climatique de manière considérable, d’après ce qu’indique une étude publiée mercredi.

De grandes parties du nord de la Russie, du Canada, des pays du Nord, et de l’Alaska aux Etats-Unis sont recouvertes d’une épaisse couche de sols gelés près de la surface, appelés pergélisol (ce terme désigne un sous-sol gelé en permanence, au moins pendant deux an).

Le réchauffement climatique a déjà provoqué une fonte rapide du pergélisol dans certaines régions du monde, qui a libéré de grandes quantités de gaz à effet de serre puissants et dangereux tels que le dioxyde de carbone et le méthane.

Les prévisions montrent que presque tout le pergélisol proche de la surface disparaîtra d’ici la fin du siècle, conduisant au rejet de gaz à effet de serre

Alors que le monde se réchauffe de plus en plus, une plus grande quantité de ces gaz à effet de serre devrait être relâchée et pourrait ainsi accélérer encore la situation avec un point de non retour lors duquel de grands volumes de gaz seraient rejetés dans l’atmosphère, faisant augmenter très rapidement et irrémédiablement les températures mondiales, d’après ce que les scientifiques ont indiqué.

« De grandes quantités de dioxyde de carbone stockées dans les sols gelés dans des latitudes élevées sont de plus en plus vulnérables à l’exposition à l’atmosphère » a déclaré Pep Canadell, directeur exécutif du programme Global Carbon Project de l’Organisation de Recherche Industrielle et Scientifique du Commonwealth.


« La recherche montre que la quantité de dioxyde de carbone stockée dans les sols entourant le Pôle Nord a été largement sous-estimée ».

L’étude a été publiée dans le dernier numéro du magazine Global Biogeochemical Cycle.

Pep Canadell a déclaré qu’une étude de quatre ans basée sur les dernières recherches réalisées sur le pergélisol, sur les données provenant de nouveaux projets de forage ainsi que sur la publication de données inédites jusqu’alors de l’Académie de Sciences de la Russie, avait conduit à réévaluer les taux de dioxyde de carbone présents dans les sols de ces régions.

« Les prévisions montrent que presque tout le pergélisol proche de la surface disparaîtra d’ici la fin du siècle, exposant de grandes réserves de dioxyde de carbone à la décomposition et conduisant au rejet de gaz à effet de serre » a déclaré Pep Canadell.

Le scientifique a ajouté que si seulement 10% du pergélisol fondait, cela pourrait conduire au rejet de 80 parts par million d’équivalent dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ce qui provoquerait une augmentation de 0,7°C des températures mondiales.

D’après le Groupe Intergouvernemental d’Experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat (GIEC), les températures moyennes ont déjà augmenté d’environ 0,7°C depuis la fin du 19ème siècle et devraient augmenter encore de 1,8 à 4°C d’ici 2100.

Les scientifiques disent qu’un réchauffement rapide de la planète provoquera des tempêtes plus intenses ainsi que des sécheresses, une augmentation du niveau des mers et une fonte des calottes glaciaires.

Pep Canadell a ajouté que lors d’un voyage récent en Chine du nord, les scientifiques avaient découvert que le pergélisol était loin d’avoir disparu au cours des vingt dernières années à son extrémité sud. Les habitants locaux lui avaient dit que le pergélisol atteignait auparavant 20 centimètres au dessous de la surface et qu’il mesurait désormais plusieurs mètres.

Le scientifique indique par ailleurs que les modèles climatiques montrent que le réchauffement climatique pourrait entraîner un processus irréversible de fonte. Par exemple, la chaleur générée par l’activité microbienne accrue dans le sol pourrait conduire à des émissions soutenues et sur le long terme de dioxyde de carbone et de méthane.

De plus, les lacs qui se forment au fur et à mesure que le pergélisol fond pousseront la chaleur dans les couches plus profondes et ramènera à la surface le méthane stocké très en profondeur.

Source : http://www.actualites-news-environnement.com/20965-pergelisol-rechauffement-climatique.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le sol arctique recèlerait deux fois plus de carbone que prévu   Dim 5 Juil - 8:35

Le sol arctique recèlerait deux fois plus de carbone que prévu


LE MONDE | 03.07.09


La quantité de carbone stockée dans les couches supérieures du pergélisol arctique serait deux fois plus importante que certaines estimations publiées jusqu'ici. Selon des travaux internationaux publiés dans la dernière édition de la revue Global Biogeochemical Cycle, environ 495 milliards de tonnes (Gt) de carbone seraient emprisonnés dans le premier mètre de ces sols perpétuellement gelés, soit environ la moitié de la totalité du carbone présent aujourd'hui dans l'atmosphère terrestre. Or les strates supérieures du pergélisol sont les plus sensibles au changement climatique. Les chercheurs redoutent que leur dégel (déjà engagé dans certaines zones) ne conduise à un relargage dans l'atmosphère de dioxyde de carbone et de méthane, les deux principaux gaz à effet de serre. A l'aune de ces résultats, cette "rétroaction positive" pourrait, à l'échelle du siècle, aggraver le réchauffement en cours deux fois plus vite que les estimations actuelles.

Stéphane Foucart

Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/07/03/le-sol-arctique-recelerait-deux-fois-plus-de-carbone-que-prevu_1214727_3244.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Evolution de la toundra   Dim 9 Aoû - 13:26

Avec l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, la toundra Arctique évolue et se réchauffe, aggravant ainsi le phénomène de réchauffement climatique mondial, ce qui préoccupe les scientifiques.

Les régions de la toundra Arctique se réchauffent très rapidement, rejetant plus d’émissions de gaz à effet de serre que prévues dans l’atmosphère, et encourageant le phénomène de réchauffement climatique mondial, d’après ce qu’a déclaré un expert en la matière mercredi.

La toundra désigne la formation végétale qui entoure l’Arctique. Cette région Arctique est caractérisée par une strate végétale unique : une strate basse composée d'herbacées, principalement de lichen, et de sous-frutescentes.

La toundra forme un cercle autour du pôle de plus de huit millions de km², soit 6% des terres émergées. Du fait de la localisation des terres émergées, ce type de région n'existe pratiquement que dans l'hémisphère nord.

Depuis 1970, les températures dans la région de la toundra ont augmenté d’environ 1°C par décennie

Le Professeur Greg Henry de l’Université de Colombie Britannique au Canada a également déclaré que les températures plus élevées signifiaient que des plantes plus grandes commencent à se répandre dans la toundra, qui est habituellement couverte de petits arbustes, de l’herbe ou des lichens.

L’augmentation du nombre de plantes plus épaisses signifie que la région s’assombrit de plus en plus et absorbe par conséquence plus de chaleur, favorisant de cette façon le phénomène de réchauffement climatique.

Le scientifique a ajouté que la toundra couvrait environ 15% de la surface du monde et représentait 30% du territoire du Canada.

Greg Henry, qui travaille en Arctique depuis le début des années 1980, a déclaré qu’il avait mesuré « un changement très substantiel » dans la toundra au cours des trente dernières années, évoquant ainsi des émissions de gaz à effet de serre plus importantes et une croissance significative des plantes de la région.

Depuis 1970 selon lui, les températures dans la région de la toundra ont augmenté d’environ 1°C par décennie, ce qui représente les taux de réchauffement les plus élevés enregistrés dans la planète.

« Nous avons découvert que la toundra rejette en fait beaucoup plus d’oxyde nitreux et de méthane que ce les scientifiques ne pensaient » a déclaré Greg Henry aux journalistes lors d’une conférence de presse organisée dans le village de Resolute situé dans le territoire de Nunavut au nord du Canada.

« Nous essayons réellement de maîtriser cela parce que si d’autres tests montrent que c’est vrai, cela change la totalité du budget pour les émissions de gaz à effet de serre pour le Nord, ce qui aura des implications mondiales » a-t-il déclaré.

Les scientifiques accusent l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre mondiales d’être à l’origine du changement climatique. Les effets de ce phénomène au nord du Canada et dans les régions Arctique ont été particulièrement significatifs et perceptibles.

Greg Henry a déclaré que sa station de recherche dans le territoire de Nunavut avait enregistré des températures plus élevées chaque année depuis le début des années 1990. Les températures plus élevées signifient que les plantes poussent plus rapidement et de plus en plus haut, tandis que les espèces plus grandes colonisent le nord.

« La toundra devient de plus en plus fréquente dans le monde entier. Cela a des implications majeures » a souligné le scientifique, qui préside également un projet international d’étude de la toundra.

« Cela change la couleur de la surface de la Terre en la rendant plus sombre, donc en conséquence, le réchauffement climatique est accru » a-t-il indiqué.

Certains scientifiques craignent également que tandis que le pergélisol de l’Arctique fond, il rejette de grandes quantités de dioxyde de carbone et de méthane dans l’atmosphère, ce qui aurait également pour effet d’accroître le réchauffement climatique.

Le pergélisol désigne un sous-sol gelé en permanence, au moins pendant deux ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fonte du périsol   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fonte du périsol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fonte des glaciers, un exemple :Le Steingletscher
» Fonte des glacier: Exemple, Le Steingletscher
» Fonte neige du SPIEA
» FONTE DES GLACIERS
» La fonte de la banquise pourait expliquer les hivers plus froids en Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: L'état de notre planète :: Les effets du réchauffement climatique-
Sauter vers: