Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une crise des droits humains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Une crise des droits humains   Jeu 28 Mai - 12:06

Amnesty: Une crise des droits humains


Par Gaël VAILLANT

Amnesty international a rendu sa copie annuelle. Et elle est très pessimiste. En effet, le rapport publié jeudi par l'organisme de défense des droits de l'Homme brosse le portrait d'un monde déséquilibré par la crise économique et confronté à un accroissement des inégalités. Et malgré des disparités entre pays riches et pauvres, tous les pays sont touchés par ces discriminations.

Le rapport annuel d'Amnesty international a été présenté mercredi soir, à Londres, annonçant son lot de mauvaises nouvelles pour le respect des droits de l'Homme. La "crise", ou plutôt l'ensemble de crises, ont été l'occasion, selon le document de 424 pages, de nombreuses violations des droits humains sur toute la planète. Et l'état des lieux est autant alarmiste pour les mineurs du Katanga, en République démocratique du Congo, que pour les migrants repêchés au large de l'Italie et renvoyés sans vergogne en Lybie.

Cette année, la grande nouveauté, c'est "la crise". Une excuse efficace pour justifier le manque de moyens destinés à la défense des droits humains. "Notre organisme ne critique pas la mobilisation des Etats contre la crise économique et financière", précise au JDD.fr Francis Perrin d'Amnesty France, "mais nous dénonçons la concentration très, trop, forte des moyens mis à disposition pour limiter les dégâts." Et c'est bien cette conception des priorités que pointe l'organisme: "Les gouvernements de pays riches et puissants, qui disaient ne pas disposer des ressources nécessaires à la lutte contre la pauvreté, ont soudain trouvé des sommes infiniment supérieures pour voler au secours de banques à la dérive", insiste Irène Kahn, secrétaire générale d'Amnesty international.

Une multiplicité de crises

A la fois économique, sociale, alimentaire ou écologique, la crise est en réalité multiple et date de bien avant la chute de la banque américaine Lehman Brothers en automne dernier. Pour Amnesty, c'est aussi une crise des droits humains. Le coût et les conséquences de la chute des institutions financières devraient avoir "des répercussions sans précédent sur la protection des droits, de la vie et des moyens de subsistance des populations", prédit l'organisme. Et pour compléter ce portrait pessimiste du monde des droits de l'Homme, le rapport publié jeudi matin met en lumière des disparités accrues entre pays riches et pauvres: "Les riches sont responsables de la plupart des causes qui ont précipité la catastrophe, mais ce sont les pauvres qui en supportent les conséquences les plus graves."

Pour autant, Amnesty ne prétend pas vanter les mérites d'un modèle économique plus juste. "Même si, au sein de l'organisme, nos points de vue diffèrent, il n'y a pas d'incompatibilité de fond entre la croissance économique et les droits humains. Nous nous intéressons uniquement à l'impact social, désastreux, de l'application d'un modèle économique", précise Francis Perrin, ex-président de l'antenne française d'Amnesty internationale. Et le bilan de la chute de notre système boursier est lourd: la Banque mondiale a d'ores et déjà prévu que 53 millions d'habitants rejoindront en 2009 les rangs des personnes vivant dans la pauvreté. Plus de 200 millions de personnes vivront sous le seuil de pauvreté à la fin de l'année.

Personne n'est épargné

Alors que les prix des denrées alimentaires s'envolent, les suppressions de postes et les licenciements se comptent désormais en dizaine de millions à l'échelle planétaire. Conséquence du système capitaliste, les disparités économiques se transforment en inégalités énergétiques, sociales, juridiques, civiques, politiques. "Voilà pourquoi il faut accompagner la fin de la récession économique, prévue pour 2010, par des solutions durables concernant les crises écologiques, sociales et civiques", martèle Francis Perrin.

Et ce conseil ne vaut pas que pour les pays pauvres africains. Comme le montre un rapport publié en octobre 2008 par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dans les pays industrialisés aussi, la croissance économique a profité davantage aux riches qu'aux pauvres, ces dernières années.

http://www.lejdd.fr/cmc/international/200922/amnesty-une-crise-des-droits-humains_212430.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Combats de SDF   Sam 29 Aoû - 6:05

SOCIETE - Un phénomène qui inquiète les associations d'aide aux sans-abris...
Les vidéos font fureur sur le Net, le phénomène inquiète. De plus en plus de SDF sont victimes d'un nouveau «jeu» aux Etats-Unis qui consiste à organiser des combats en échange de quelques dollars ou une bouteille d'alcool. Les bagarres, filmées, sont ensuite postées sur Internet.

Appelé le «bum fighting», «combat de clochard», ce nouveau phénomène inquiète les associations d'aide aux sans-abris. «Les SDF sont devenus une nouvelle minorité qu'il est toléré de haïr. Si cela arrivait à une autre minorité, il y aurait une protestation organisée», s'indigne dans le New York Times Michael Stoops, directeur de la National Coalition for the Homeless (NCH). Selon un rapport publié par cet organisme, en 2008, 106 SDF ont été agressés gratuitement, dont 27 en sont morts, soit le chiffre le plus élevé depuis 2001.

Vidéos et DVD des combats

Selon une autre association, la National Alliance to End Homelessness, près de 700.000 personnes dorment chaque nuit dans la rue ou en foyer aux Etats-Unis. Et en un an, on dénombre entre 2,5 et 3,5 millions de personnes qui se sont retrouvées sans abri au moins une fois. Sur le Web, les vidéos où l'on «casse» du SDF pour «s'amuser» ou pour «le frisson», disent les auteurs, se multiplient.

En juillet, on comptait sur YouTube près de 86.000 vidéos dégradantes sur des SDF, soit 15.000 de plus qu'un an plus tôt, selon un décompte du NCH. Pas moins de 5.700 vidéos (1.400 de plus qu'en avril 2008) évoquaient spécifiquement les «combats de clochards». En 2001, des images filmées mettant en scène des bagarres ou invitant des SDF à sauter d'un étage dans un conteneur à ordures, ont lancé la tendance. Quelque 6,8 millions de ces vidéos éditées sur DVD ont été vendues depuis.

Des crimes racistes ou discriminatoires

Certains acceptent de se prêter à ces humiliations parce qu'«ils sont alcooliques, psychologiquement perturbés et qu'ils n'ont pas d'argent», explique Michael Stoops. «Et on leur donne 5 dollars ou un pack de bière pour être poussés dans un chariot de supermarché» comme dans une auto-tamponneuse, ajoute-t-il. Face à l'augmentation de ces violences, certains Etats, comme le Maryland (est) ou le Maine (nord-est), intègrent désormais les agressions contre les SDF dans leurs lois contre les crimes racistes ou discriminatoires. Washington, la Californie (ouest) et la Floride, l'Etat qui a connu le plus de violences avec une trentaine d'agressions de SDF, comptent faire de même.

Si ces vidéos circulent avant tout aux Etats-Unis, en France on trouve sur Internet des jeux vidéos, au goût douteux, mettant également en scène des SDF. «Mais cela n'a rien à voir avec ce dont on parle en ce moment, ce n'est en aucun cas une moquerie», assure Jean-Baptiste Bertrand, responsable du site clodogame.fr. Le principe de ce jeu en ligne est d'amener un sans abri à devenir riche. «Bien sûr, on comprend que cela puisse choquer certaines personnes, mais c'est un jeu», insiste-il. La version allemande compte déjà plus de 2 millions de joueurs et «la version polonaise cartonne». «Mais sachez que nous incitons nos internautes à faire des dons à des associations qui aident les sans-abris, souligne Jean-Baptiste Bertrand, le jeu est à prendre au second degré», souligne-t-il. Pas sûr que cela fasse rire les démunis.
Maud Descamps (avec agence)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Record du nombre de prisonniers basques   Mar 10 Nov - 5:59

Record du nombre de prisonniers basques

Les prisons françaises et espagnoles retiennent au total 742 "prisonniers politiques" basques contre 463 il y a dix ans, selon un bilan publié aujourd'hui par le Comité de défense des prisonniers basques Askatasuna qui évoque un "record historique" en la matière.

Les "prisonniers politiques basques", qui étaient en 1999 au nombre de 347 en Espagne et de 76 en France, représentent aujourd'hui une population carcérale de 572 et 167 détenus respectivement dans les prisons espagnoles et françaises, assure Askatasuna dans un communiqué qui annonce une série de manifestations de soutien au Pays basque français.

Le nombre des détenus constitue un "record historique, qui n'empêche pas la France et l'Espagne de continuer à nier l'existence même du conflit", soutient Askatasuna, qui dénonce "la politique répressive de ces deux Etats à l'encontre de toute dynamique ou revendication".

Le comité dénonce une "politique criminelle" faite de "mauvais traitements, isolement sous ses diverses formes, éloignement et dispersion, absence d'assistance médicale digne de ce nom, entraves incessantes au courrier et aux visites, durées de détention préventive interminables, alourdissement spectaculaire des
condamnations, suppression des remises de peine, etc...".

Plus de 150 de ces détenus basques, parmi les 742 regroupés au sein du Collectif des prisonniers politiques basques (CPPB), sont "maintenus en prison alors qu'ils ont fini leur peine au regard des lois françaises et espagnoles", assure encore Askatasuna, un comité interdit en Espagne en raison de ses liens présumés avec l'organisation séparatiste armée ETA.

Diverses manifestations de soutien aux détenus basques sont prévues courant novembre dans les villes françaises du Sud-ouest Ustaritz, Saint-Jean-de-Luz et Ascain, a indiqué Askatasun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Cecil Johnson, un Noir de 53 ans, a été exécuté mercredi par injection mortelle dans l'Etat du Tennessee (sud), 29 ans après un triple meurtre dont il s'est toujours dit innocent,   Ven 4 Déc - 16:36

Cecil Johnson, un Noir de 53 ans, a été exécuté mercredi par injection mortelle dans l'Etat du Tennessee (sud), 29 ans après un triple meurtre dont il s'est toujours dit innocent, a-t-on appris auprès du Centre d'informations sur la peine de mort.

Juste avant sa mort, ce condamné avait provoqué une très vive discussion au sein de la Cour suprême des Etats-Unis quant à la possibilité d'exécuter quelqu'un aussi longtemps après sa condamnation.

Dans son ensemble, la plus haute juridiction des Etats-Unis a refusé de se saisir du dernier recours du condamné - décision qui implique l'approbation d'au moins quatre des neuf juges. Mais le doyen de l'institution, pour la deuxième fois en trois semaines, a pris sa plume pour dénoncer le procédé.

"Le délai lui-même soumet les détenus dans le couloir de la mort à des décennies d'enfermement dans des conditions particulièrement dures et déshumanisantes", écrit le juge John-Paul Stevens, l'un des plus progressistes de la Cour suprême.

Il rappelle l'absence de "preuves matérielles reliant Cecil Johnson aux crimes" et le fait que l'Etat du Tennessee a mis 12 ans à lui donner accès aux éléments qui auraient pu plaider en sa faveur.

Mais dans un avis séparé et piquant, en forme de réponse, l'un des juges les plus conservateurs de la Cour, Clarence Thomas, a rappelé que M. Stevens avait déjà protesté le 10 novembre, cette fois contre l'Etat de Virginie (est), parce qu'il planifiait l'exécution d'un condamné trop tôt. Celui-ci n'avait en effet pas épuisé tous ses recours.

"La vision du juge Stevens est, semble-t-il, que les Etats n'agissent jamais à temps", se moque le juge Thomas pour qui Cecil Johnson, qui a multiplié les appels, est le seul responsable de ce long délai.

En moyenne aux Etats-Unis un condamné à mort passe 12 ans dans le couloir de la mort avant d'être exécuté.

Cecil Johnson est le 49e homme mis à mort aux Etats-Unis en 2009, le sixième depuis que le Tennessee a rétabli la peine de mort en 1974.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: USA: exécution d'un homme de 30 ans   Ven 4 Déc - 16:38

USA: exécution d'un homme de 30 ans
AFP
19/11/2009 | Mise à jour : 07:25 | Commentaires 8 | Ajouter à ma sélection
Un noir de 30 ans, Danielle Simpson, a été exécuté hier soir au Texas (Etats-Unis) pour le meurtre d'une vieille dame en 2000, a-t-on appris auprès des autorités pénitentiaires.

Danielle Simpson a été déclaré mort neuf minutes après le début de l'injection létale, a précisé cette source. "Je veux dire à ma famille, je vous aime tous. (...) Vous allez me manquer. Je suis prêt, je suis prêt", ont été ses dernières paroles, selon les autorités pénitentiaires texanes.

Alors âgé de 20 ans, Danielle Simpson, sa femme Jennifer, 17 ans et un jeune cousin, ont cambriolé en janvier 2000 la maison d'une vieille dame, à Palestine, au Texas. Lorsque celle-ci est revenue, ils l'ont immobilisée, ligotée, bâillonnée et jetée dans le coffre de leur voiture, selon un communiqué du ministre de la Justice du Texas.

Les témoignages présentés lors du procès ont montré que le jeune homme avait ensuite conduit la voiture au hasard, régulièrement battu la vieille dame, avant d'attacher un parpaing à ses jambes et de la jeter dans une rivière où elle s'est noyée.
Ses complices ont été condamnés à des peines de prison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une crise des droits humains   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une crise des droits humains
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gatineau : un défenseur des droits humains invité par Développement et Paix
» Crise chez mes beaux parents :-(
» comment en cas de crise se décontracter?
» Je suis en crise depuis 3 jours
» Que faites vous en cas de crise ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Sur la place du marché :: Les dérives de l'occident-
Sauter vers: