Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le climat actuel est 'stable' depuis 10000 ans mais cette stabilité est anormale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le climat actuel est 'stable' depuis 10000 ans mais cette stabilité est anormale   Mar 26 Mai - 8:50

L'essort de notre civilisation actuelle est la probable conséquence d'un climat "stable" depuis 10000 ans. Mais le climat n'a quasiment jamais était stable. Cette stabilité actuelle est une anomalie climatique qui a été profitable.

ici graphique des températures depuis 400000 ans.

Les changements planétaires ont été beaucoup plus intenses (de 12 à 20 fois plus intenses dans certains cas) que le réchauffement planétaire du siècle dernier, et ils ont eu lieu en l’espace de 20 à 100 ans. Le réchauffement planétaire du siècle précédent (0,8° C), est pratiquement insignifiant comparativement à l’ampleur d’au moins 10 changements climatiques planétaires des derniers 15 000 ans.

Aucun de ces brusques changements climatiques planétaires n’a pu être causé par le rejet de CO2 humain dans l’atmosphère, car ils ont tous eu lieu bien avant que commence l’émission de CO2 anthropogène. La cause des dix changements climatiques « naturels » précédents était fort probablement la même que celle du réchauffement planétaire de 1977 à 1998.

Les changements climatiques des 17 000 dernières années provenant du noyau de glace de l’Islande GISP2. Rouge = réchauffement, bleu = refroidissement. (Modifié de Cuffy et Clow, 1997)

Les fluctuations climatiques de plusieurs siècles précédents suggèrent des cycles climatiques de réchauffement et de refroidissement d’environ 30 ans, une tendance généralement à la hausse depuis le Petit Âge glaciaire il y a 500 ans.

Jusqu’à il y a environ 100 ans, le climat de la terre était dans une période stable depuis 10 000 ans. Il y avait peu de changement. Mais depuis 100 ans, il se passe quelque chose de bien différent. Le rythme de changement des températures à l’échelle de la planète entière est beaucoup plus rapide qu’en tout autre temps depuis les 10 000 dernières années ! On parle alors de réchauffement climatique.

Au Groenland, une équipe de scientifiques poursuit des recherches pour analyser le climat sur les 250 000 dernières années.

L’analyse des carottes glaciaires permet de reconstituer les variations climatiques. Sur une carotte glaciaire, chaque strie représente une année. On a ainsi découvert que depuis 10 000 ans, le climat est particulièrement stable. Cette période est appelée Holocène.

De très nombreuses études ont apportées les preuves de l'influence humaine.

Et aujourd'hui ? Théorie reconnue sur la Terre du Futur.

Mais, aujourd’hui, cette stabilité est remise en cause par l’activité humaine. L'homme accèlere t-il le rechauffement de la planète ?

Il y a 13 000 ans, un refroidissement brutal de la température s’est produit. A ce moment là, la Terre sortait d’une longue période glaciaire. La température remontait progressivement quand tout fut bouleversé.

Dans un premier temps, sous l’effet de l’augmentation de la température, les glaciers commencèrent à fondre.

L’inondation qui s’en suivit fut catastrophique.

L’eau douce se déversa dans l’océan Atlantique et provoqua une baisse de la salinité de l’eau de mer.

L’ensemble de la circulation du courant océanique s’est alors interrompu.

Cet arrêt plongea des régions du globe dans le froid. Ce fut comme un retour à la période glaciaire.

Etendue de la calotte glaciaire et de la banquise au cours de la dernière période glaciaire, il y a 13 000 ans

Le rôle de la circulation océanique

La circulation océanique influence beaucoup le climat de la Terre.

D’une part, elle entraîne les eaux tropicales chaudes vers le Nord. Cela permet de réchauffer les régions froides et de leur procurer des hivers doux.
D’autre part, elle évite le réchauffement excessif des eaux tropicales en les refroidissant.

Cette circulation est un véritable climatiseur de la planète.

Le grand convoyeur océanique

Toutes les grosses perturbations climatiques du passé sont dues à un problème dans la circulation océanique. Or, aujourd’hui, nous sommes à la veille d’une perturbation de ces courants. En effet, cette circulation a déjà commencé à ralentir et risque de s’affaiblir très rapidement. Le flux du Gulf Stream a diminué de 20% au niveau des îles Féroé.

On ne peut savoir aujourd’hui si ce phénomène provoquera une nouvelle ère glaciaire comme ce fut le cas il y a 13 000 ans.

Mais, il faut s’attendre à ce qu’il entraîne un bouleversement climatique considérable.

Thermomètres naturels : les icebergs

Les icebergs constituent de gigantesques réservoirs d’eau douce. Quand ils fondent, ils diminuent la salinité de l’eau. Ce phénomène perturbe la circulation des courants en eau profonde.
Aujourd’hui, avec le réchauffement de la planète, le nombre d’icebergs est en augmentation.

Jusqu’en 1970, on dénombrait environ 400 icebergs qui descendaient de l’Atlantique Nord vers les eaux canadiennes.

Dans les années 80, on en comptait 600. Et, dans les années 90, on en comptait plus de 1000 par an.

L'influence solaire :

A voir ici, les très nombreux articles du site qui proposent une influence radicale au refroidissement causé par le cycle solaire actuel : http://www.laterredufutur.com/html/modules.php?name=News&new_topic=15

http://www.laterredufutur.com/html/modules.php?name=News&file=article&sid=903
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le changement climatique serait lié à une ancienne extinction de masse   Mer 24 Juin - 15:42

Le 23 Juin 2009

Selon une nouvelle recherche, un évènement d'extinction de masse qui a eu lieu il y a 200 millions d'années pourrait être à l'origine du changement climatique. Ces résultats ont apporté de nouvelles informations sur le rythme de l'extinction de masse, et impliquent que des changements relativement peu importants dans les niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique pourraient suffire à déclencher une extinction.

L'extinction de la période Trias-Jurassique est l'un des cinq évènements d'extinction de masse dans l'histoire de la planète. À cette époque, de nombreuses espèces marines avaient disparu et les premiers dinosaures étaient apparus.

À l'origine, les scientifiques pensaient que les extinctions de masse avaient lieu plutôt lentement, s'étendant sur des millions d'années. Dans cette étude, des scientifiques d'Irlande, du Royaume-Uni et des États-Unis ont étudié six groupes de plantes fossilisées découvertes sur le site de Kap Stewart Group à l'Est du Groenland.

Ils ont appliqué une nouvelle technique d'analyse sur les roches afin d'observer ce qu'il se passait avant et pendant l'évènement d'extinction de masse. Leurs recherches ont révélé que des signaux d'alarme avertissaient du déclin des écosystèmes bien avant que les espèces ne commencent à disparaître. Au cours de la période étudiée, le nombre de communautés de plantes et de plantes individuelles avait baissé.

«Le déclin abrupt de la diversité des plantes [...] concorde avec les réponses attendues des plantes face à un changement environnemental catastrophique rapide plutôt que progressif», écrivent les chercheurs.

«Les différences constatées au niveau de l'abondance des espèces dans les 20 premiers mètres de falaises où les fossiles ont été collectés étaient prévisibles», a commenté Peter Wagner du Smithsonian Institution National Museum of Natural History des États-Unis. «Mais les dix derniers mètres présentaient des pertes importantes de diversité qui excèdent considérablement ce que nous pouvons attribuer à une erreur d'échantillonnage : les écosystèmes supportaient de moins en moins d'espèces.»

De plus, le déclin dans les anciennes communautés de plantes a coïncidé avec une augmentation des niveaux de dioxyde de carbone et le réchauffement planétaire. Toutefois, les scientifiques font remarquer que les niveaux plus élevés de dioxyde de soufre provenant des éruptions volcaniques pourraient également avoir joué un rôle important dans l'évènement d'extinction.

«Nous ne disposons d'aucun moyen actuellement pour détecter les changements dans les taux de dioxyde de soufre qui ont eu lieu dans le passé ; aussi il est difficile de déterminer si le dioxyde de soufre, en plus d'une augmentation de dioxyde de carbone, a influencé l'extinction», a déclaré Jennifer McElwain de l'University College de Dublin, en Irlande. Parmi les autres causes possibles de l'évènement d'extinction figurent une météorite et une libération massive de méthane.

Il nous faut cependant tirer des enseignements des évènements passés, avertissent les scientifiques. «Nous devons tenir compte des premiers signes d'avertissement de détérioration au sein des écosystèmes modernes», a déclaré le Dr McElwain. «Le passé nous a montré que les extinctions à grande échelle des espèces (à hauteur de 80%) peuvent survenir de façon très soudaine, mais qu'ils sont précédés de longs intervalles de changement écologique.»

Les scientifiques ont désormais besoin de résultats solides concernant les taux de dioxyde de carbone et de dioxyde de soufre afin de déterminer plus précisément ce qu'il s'est passé il y a 200 millions d'années.

Source :http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2028.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
Le climat actuel est 'stable' depuis 10000 ans mais cette stabilité est anormale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Mapinguari
» Mon chéri vomi depuis hier soir mais je tiens le coup...
» mon fils de 2 ans pleure dès que je le couche
» La NINA actuel est l'un des plus puissants depuis un siecle....
» agoraphobe depuis 1 an

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les avancées de la Science :: Les découvertes en Paléontologie-
Sauter vers: