Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 PCB alarme !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: PCB alarme !   Jeu 29 Mai - 15:59

Le WWF "tire la sonnette d'alarme", à l'occasion de la publication, jeudi 29 mai, de "la première étude menée en France sur l'imprégnation de l'homme aux PCB", ou pyralènes, ces produits chimiques chlorés toxiques dont de fortes concentrations ont été relevées ces dernières années dans les poissons du Rhône.

Les PCB, des produits chimiques autorisés jusqu'en 1987
Les polychlorobiphényles (PCB), communément appelés pyralènes, sont des produits chimiques chlorés toxiques, probablement cancérigènes, qui ont été utilisés comme isolants ou lubrifiants par l'industrie à partir des années 1930, jusqu'à leur interdiction en 1987.
Leur rejet dans l'environnement, associé au caractère persistant et non soluble de ces substances, a conduit à leur accumulation dans les sédiments des cours d'eau, puis dans les graisses de poissons de fond comme les anguilles, les brèmes ou les barbeaux.

Guillaume Llorca, responsable des investigations au WWF, à l'origine de cette étude menée par l'Association santé-environnement Provence sur un échantillon restreint (une soixantaine de volontaires), a dévoilé des résultats préoccupants : les personnes vivant près du Rhône et de la Seine, et consommant du poisson au moins une fois par semaine, présentent des taux de PCB dans le sang au moins cinq fois supérieurs au taux d'un groupe témoin en consommant peu. Pire : même des populations témoins, qui ne mangent pas ou très peu de poisson et ne vivent pas à proximité d'un fleuve pollué aux PCB sont contaminées par des PCB, à un niveau qui varie entre 5 et 15 picogrammes (millionième de millionième de gramme) par gramme de matière grasse dans le sang. "L'étude montre aussi le rapport avec l'alimentation : les personnes mangeant régulièrement du poisson d'eau douce connaissent un taux d'imprégnation bien supérieur. Troisième constat, géographique : l'imprégnation est plus forte pour les populations vivant près du Rhône, mais aussi près de la Seine", explique M. Llorca.

WWF estime que l'Etat doit consacrer des budgets à la recherche sur les pathologies liées aux PCB. "Des études menées à l'étranger, notamment aux Etats-Unis et en Espagne, montrent que les PCB constituent un des facteurs qui peut déclencher un cancer du sein chez la femme, du colon chez l'homme, des problème de fertilité, des problèmes neuro-psychiatriques au niveau des enfants, des pertes de QI..."

Au regard de ses résultats, l'association de défense de l'environnement appelle le gouvernement à accélérer l'étude à grande échelle sur l'imprégnation de la population française aux PCB, dont le lancement a été décidé lors d'une conférence interministérielle en février. "Le protocole est en cours de validation, l'étude doit débuter le 13 juin, mais les résultats définitifs ne sont attendus qu'en 2011, ce qui paraît loin", souligne M. Llorca. Il va aussi falloir travailler sur d'autres sources d'alimentation pouvant provoquer des imprégnations aux PCB – la viande, le lait, les œufs, souligne M. Llorca.

Dans l'immédiat, WWF appelle le ministère de la santé à faire de la prévention.

Enfin, l'ONG estime que la pollution aux PCB est la conséquence de pratiques industrielles toujours d'actualité. "Il faut bien sûr consacrer des moyens à la dépollution, mais aussi à arrêter cette pollution, dont nous tentons d'identifier les causes", précise le responsable de l'ONG.
M. Llorca estime que cette affaire montre l'urgence de la mise en œuvre, dans la loi, des décisions du Grenelle de l'environnement, "sur la mise en place de systèmes d'alerte, de prévention, et le principe pollueur-payeur".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La dépollution des eaux contaminées aux PCB   Mer 27 Mai - 6:20

La dépollution des eaux contaminées aux PCB, un marché prometteur


Plus connus sous le nom de pyralènes, les PCB (polychlorobiphényles), des polluants qui se sont insinués pendant des décennies dans l'environnement, peuvent-ils en être extraits sans engendrer un risque sanitaire supplémentaire ? C'est l'une des questions auxquelles devra répondre le pôle de compétitivité Axelera de la région Rhône-Alpes, qui a lancé fin avril un programme de recherche sur la dépollution des milieux aquatiques.

Avec un budget de 10,5 millions d'euros et trente partenaires publics et privés, le projet piloté par Suez Environnement s'inscrit dans le Plan national d'actions sur les PCB lancé en février 2008 par les ministères de l'écologie, de l'agriculture et de la santé. Les résultats sont attendus en 2012.

Commercialisés par Monsanto à partir des années 1930 comme isolants dans les transformateurs électriques et les lubrifiants, les PCB sont interdits en France depuis 1987. Peu solubles et potentiellement cancérigènes, ces polluants organiques persistants (POP) se fixent aux particules fines des sédiments des cours d'eau avant de s'introduire dans la chaîne alimentaire. L'adoption, en 2006, par l'Union européenne des normes de l'Organisation mondiale de la santé sur la concentration admissible de PCB dans les poissons avait conduit à une série d'arrêtés préfectoraux interdisant la consommation de ceux pêchés dans certains secteurs de la Somme, du Rhône et de la Seine.

La dépollution constitue aussi un marché. "Sur la phase opérationnelle, nous estimons à 440 le nombre d'emplois qui seront créés après 2012 et à 250 millions d'euros par an le chiffre d'affaires potentiel pour l'ensemble du projet, dont 165 millions en France", indique Bruno Allenet, président du pôle de compétitivité.

10 MILLIARDS D'EUROS

La problématique de la contamination des cours d'eau aux PCB fait l'objet de peu de recherche au niveau européen et pourrait rapporter gros si les pays membres s'engageaient dans la remise en "bon état" écologique des masses d'eau pour 2015, prévue dans la directive-cadre sur l'eau. "On peut extrapoler à 10 milliards d'euros le marché européen pour parvenir à cet objectif", estime Bruno Allenet.

Au cours des quarante prochains mois, les partenaires du projet exploreront un éventail de technologies de dépollution in situ et ex situ. "Il faut d'abord caractériser la pollution, car il existe plus de deux cents formes différentes de PCB, explique Anne-Valérie Goulard, directrice de l'innovation chez Suez Environnement. Il faut aussi analyser la situation géographique des lieux contaminés et les risques de dissémination en aval en intervenant sur le sédiment."

Au final, le plan de travail du pôle rhônien devra aboutir à un outil d'aide à la décision pour les collectivités touchées. "La solution mécanique est incontournable, souligne Laurent Galtier, chef de projets à la direction des grands projets de SITA France, filiale de Suez Environnement qui pilote quatre projets de recherche appliquée. Si on ne peut traiter les sédiments pollués, il faudra les confiner dans un endroit sécurisé."

Cette solution a été retenue pour l'Hudson, aux Etats-Unis. Entre 1947 et 1977, la compagnie General Electric y aurait déversé plus de 590 tonnes de PCB. En 2001, l'Agence de protection de l'environnement américaine condamnait la compagnie à décontaminer le cours d'eau. Les travaux de dragage devaient débuter en mai et prévoient de charrier 242 000 m3 de sédiments lors de la première année. Ce type de projet implique des coûts énormes, ce qui pousse les chercheurs français à trouver de nouveaux procédés.

Huit modes de traitement seront testés par l'Institut des sciences appliquées (INSA) de Lyon. "En raison des risques environnementaux, il faut une échelle de validation intermédiaire entre le laboratoire et la plate-forme industrielle", explique Jacques Méhu, professeur à l'INSA de Lyon.

Les chercheurs travailleront sur des sédiments extraits du Rhône. Bactéries, champignons, charbon actif, chauffage figurent parmi les moyens envisagés pour dégrader les PCB. "Tous ces procédés ont déjà été identifiés en laboratoire. Les avancées scientifiques se feront véritablement au niveau de leurs conditions de mise en oeuvre", conclut M. Héhu.

Véronique Labonté

Source: http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/05/26/la-depollution-des-eaux-contaminees-aux-pcb-un-marche-prometteur_1198101_3244.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pollution de la Garonne   Mer 12 Aoû - 8:36

GIRONDE. L'affaire de la contamination aux PCB n'est qu'un épisode de plus dans la pollution de l'estuaire. Farcies au cadmium, les huîtres sauvages ne peuvent y être consommées

Avant le pyralène, il y avait déjà du cadmium dans l'eau

Les huîtres sauvages de l'estuaire de la Gironde sont interdites de culture, de ramassage et de consommation depuis 1995. (photo DR)
La faune sauvage de la Garonne et de l'estuaire de la Gironde devra bientôt sortir en scaphandre autonome. Les arrêtés préfectoraux du mois dernier ont mis en exergue une préoccupante contamination du milieu aux PCB, c'est-à-dire au pyralène, un composé chimique hautement toxique qui s'accumule dans la chair grasse des poissons de fond.

Jusque-là, seules les anguilles en sont victimes à des taux qui interdisent désormais leur consommation - la même mesure est valable pour la Charente (lire nos précédentes éditions). Cette pollution en aval du Tarn-et-Garonne, dont l'origine est sans doute ancienne et diffuse, n'est pas la première. Si le dossier est un peu tombé dans l'oubli aujourd'hui, il n'en reste pas moins que les huîtres sauvages, ainsi que les moules, y sont aussi interdites de ramassage et de consommation.

C'est en 1995 que l'estuaire de la Gironde a été classé en catégorie D, une mesure qui a sonné le glas de l'ostréiculture sur les deux rives. En cause : le cadmium, un métal lourd dont les effets néfastes sur la santé humaine sont reconnus.

Le problème est apparu à la fin des années 1970. Des analyses menées à cette époque sur les huîtres montraient que leur teneur en cadmium faisait exploser toutes les données connues en France : vingt fois plus que la norme actuellement en vigueur. Il a fallu mener l'enquête pour déterminer l'origine de la contamination.

La source dans l'Aveyron

C'est l'université de Bordeaux 1 qui a été chargée de jouer les limiers dans cette affaire. « De proche en proche, on a examiné tout le bassin versant. C'était un travail passionnant. On a fini par identifier la source de la contamination à Decazeville, dans l'Aveyron. En amont sur le Lot, il n'y avait rien. Après Decazeville, on obtenait des taux records », se souvient Claude Latouche, directeur de recherche au CNRS et aujourd'hui retraité.

En fait, le coupable était un petit affluent du Lot, le Riou Mort. S'y déversaient des résidus d'extraction du zinc sur le site de l'Union minière à Viviez, à 4 kilomètres de Decazeville. Sous-produit du zinc, le cadmium était massivement présent dans des terrils lessivés par les pluies et partait vers le Lot, la Garonne puis l'estuaire de la Gironde, où il était piégé par les sédiments du bouchon vaseux. « À l'époque, personne ne savait ce qu'était le cadmium. On était perçus comme des empêcheurs de tourner en rond », ajoute Claude Latouche.

Toujours des apports

Le traitement du minerai a été stoppé en 1987 à Viviez. Ce qui n'a pas mis un point final au problème, loin de là. En 1991, on estimait qu'il restait 200 tonnes de cadmium dans le lit du Lot. « Dès qu'on gratte au fond pour une raison ou pour une autre, dès qu'on travaille sur une écluse, on en renvoie vers l'estuaire », indique Claude Latouche.

La source n'est pas tarie, mais le débit diminue. Selon l'agence de l'eau Adour-Garonne, le flux de cadmium dissous charrié par la Garonne était de 30 tonnes par an dans les années 80. Il serait maintenant inférieur à 1 tonne par an. Mais la question reste ultrasensible. Au sortir de l'estuaire, une partie du cadmium prend la route des pertuis charentais et vient frôler le bassin Marennes-Oléron...

Auteur : Jean-Denis renard
jd.renard@sudouest.com

Source : http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/670917/mil/4967434.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Après le Rhône, plusieurs rivières interdites à la pêche cet été   Ven 11 Sep - 4:58

Après le Rhône, plusieurs rivières interdites à la pêche cet été

Au coeur de l'été, trois cours d'eau des Bouches-du-Rhône ont été frappés par un arrêté préfectoral interdisant toute pêche en vue de la consommation et de la commercialisation de l'ensemble des poissons.

En mai, une étude de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) établissait que la contamination en PCB des espèces même réputées faiblement bio-accumulatrices de ce polluant dépassait, de deux à dix fois, les normes admises dans l'Huveaune - qui se jette au Prado à Marseille -, la Cadière - dont l'estuaire se situe à Marignane- et la Luyne, un affluent de l'Arc.

Une alerte a été lancée concernant La Sorgue dans le Vaucluse. Les polychlorobyphényles (PCB) sont des composés chimiques qui s'accumulent dans la chaîne alimentaire et donc chez l'homme par la consommation de poissons, viandes, produits laitiers. Les PCB sont potentiellement dangereux et constituent un facteur de risque de certains cancers.

Leur découverte, en 2005, dans les sédiments du Rhône, avait révélé au grand jour l'importance de la pollution par ces produits largement utilisés depuis les années 1930 jusqu'à leur interdiction partielle en 1979 puis totale en 1987 et la mise en place d'un plan d'élimination courant jusqu'en 2010. Son usage le plus connu concerne les transformateurs électriques.

L'enquête de l'Afssa, qui a porté sur 1200 prélèvements dans 107 sites, semble démontrer que les PCB ont largement envahi les cours d'eau français et constituent une réelle menace environnementale d'ampleur. Deux sites industriels spécialisés dans le retraitement des déchets contenant des PCB -Tredi dans l'Ain et Arkéma dans les Alpes-de- Haute-Provence- sont aujourd'hui encore autorisés à des rejets en milieu naturel, mais très encadrés.

Les pollutions aux PCB sont avant tout historiques. Sur le bassin Rhône Méditerranée, 120 sources de pollution ont d'ores et déjà été identifiées comme responsables de la contamination du Rhône, parmi lesquelles quatorze sites industriels et cinquante et un accidents ayant impliqué des PCB. Le gouvernement a lancé un plan visant à parvenir à la dépollution des rivières et des fleuves. Il passe par la mise au point de technologies permettant l'élimination de ces polluants.

Une action dont personne ne peut dire si elle sera un jour engagée. Des carottages, avec datation sédimentaire, effectués sur le Rhône, établissent une présence de PCB depuis quarante ans avec une concentration dans les années 1980. C'est dire l'immensité de la tâche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un communiqué de la préfecture de Saône-et-Loire annonce que la consommation et la vente de poissons provenant du Doubs et de ses affluents ont été interdites hier en raison d'une "pollution historique" aux PCB.   Mer 23 Sep - 11:54

Un communiqué de la préfecture de Saône-et-Loire annonce que la consommation et la vente de poissons provenant du Doubs et de ses affluents ont été interdites hier en raison d'une "pollution historique" aux PCB.

L'interdiction touche donc près de 200 km de cours d'eau sur les départements du Boubs, du Jura et de Saône-et-Loire. Elle intervient après de récentes analyses effectuées dans le Doubs et révélant une contamination aux PCB des poissons d'espèces bio-accumulatrices comme les anguilles, les carpes, les brème, les tanches et les silures.

L'arrêté a donc été pris le 16 septembre et ce, au nom du principe de précaution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: PCB: interdictions de pêche dans des cours d'eau de la Drôme et du Vaucluse   Lun 23 Nov - 8:32

PCB: interdictions de pêche dans des cours d'eau de la Drôme et du Vaucluse

MARSEILLE - Les préfectures du Vaucluse et de la Drôme ont annoncé vendredi l'interdiction de la pêche de toutes les espèces de poisson dans plusieurs cours d'eau en vue de leur consommation ou commercialisation.

Cette nouvelle mesure d'interdiction, qui s'applique sur les cours d'eau de La Gaffière, du Lauzon, de la Mayre Girarde et de leurs affluents et dans le lac du Trop Long, s'inscrit dans le cadre du plan national de lutte contre la pollution par les PCB, précisent les deux préfectures dans un communiqué.

Ce plan prévoit notamment des mesures d'interdiction concernant les poissons de fonds et les anguilles du Rhône.

L'arrêté fait suite à des études environnementales récemment réalisées à l'initiative d'Areva autour du Tricastin pour renforcer la surveillance environnementale de ses activités, précise le communiqué.

La direction du site a transmis aux préfets du Vaucluse et de la Drôme des résultats d'analyse montrant la présence de PCB à des taux supérieurs aux valeurs admises pour la consommation des poissons pêchés.

Les PCB (polychlorobiphényles, ou pyralène), qu'utilisent de nombreuses usines dans des installations électriques de type "transformateurs", sont interdits en France depuis 1987, mais ces dérivés chlorés sont persistants dans l'environnement et peuvent s'accumuler dans la chaîne alimentaire, en particulier dans certains poissons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Interdiction de pêche dans le Vaucluse   Ven 8 Jan - 17:37

PCB: interdictions de pêche dans des cours d'eau du Vaucluse

mercredi 6 jan, 06 h 19

MARSEILLE (AFP) - La préfecture du Vaucluse a annoncé mercredi l'interdiction de la pêche en vue de la consommation de certaines espèces de poissons dans plusieurs cours d'eau du département, dans le cadre du plan national de lutte contre la pollution par les PCB.
PUBLICITÉ

Cette mesure porte sur les "espèces de poissons réputées fortement bio-accumulatrices (barbeaux, anguilles, carpes et brèmes) dans l'ensemble des cours d'eau et diffluences du réseau des Sorgues et l?aval de l?Ouvèze, depuis le seuil du canal de Carpentras jusqu?à sa confluence avec le Rhône", précise la préfecture dans un communiqué.

Des résultats partiels avaient déjà conduit le préfet à recommander, en juillet 2009, la non-consommation des anguilles à l'aval du bassin des Sorgues.

Un arrêté pris en novembre a également interdit la pêche de toutes les espèces de poisson sur les cours d'eau de La Gaffière et du Lauzon.

Par ailleurs, la consommation et la commercialisation des poissons du Rhône a été interdite en août 2007, mais la mesure a depuis été partiellement levée pour les espèces de pleine eau (brochets, perches, sandres, gardons).

Interdits à la vente en France depuis 1987, les polychlorobiphényles (PCB), plus connus sous le nom de pyralènes, présentent des risques pour la santé en cas d'ingestion "régulière et sur une longue période", selon l'Agence française pour la sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Ils peuvent entraîner des problèmes de fertilité, de croissance ou des cancers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Des concentrations trop fortes de polychlorobiphényles (PCB) de type dioxine ont été constatées dans le Jura et à Fribourg, ainsi que dans le Rhin et au Tessin.   Mer 17 Fév - 16:51

OLLUTION | Des concentrations trop fortes de polychlorobiphényles (PCB) de type dioxine ont été constatées dans le Jura et à Fribourg, ainsi que dans le Rhin et au Tessin.

Le reste de la Suisse s'en tire mieux avec des concentrations en moyenne de 4 picogrammes d'équivalents toxiques par gramme de poids frais.

Lorsque cette valeur dépasse 8 picogrammes, la commercialisation et la remise des poissons contaminés est interdite.

La consommation par les pêcheurs à la ligne et leur famille est toujours légale.

La Confédération enjoint toutefois les enfants, les adolescents et les jeunes femmes de s'abstenir.

Pour les hommes et femmes plus âgées, il est conseillé de se contenter au maximum d'une demi à une portion et demie de poissons par semaine.

Des valeurs dépassant nettement la concentration maximale ont été mesurées sur des poissons prélevés dans la Birse, en aval de Choindez (JU), dans la Sarine, en aval de la décharge de La Pila (FR), dans le Rhin, entre le lac de Constance et Bâle, ainsi que sur des aloses feintes pêchées dans le lac Majeur, a indiqué mardi l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

Les causes de la pollution élevée de ces eaux ne sont jusqu'à présent que partiellement connues: anciennes décharges, chantiers de récupération de ferraille où des appareils contenant des PCB ont été manipulés sans les précautions requises, autres sites contaminés.

L'OFEV recommande donc aux cantons de se pencher sur le problème afin d'identifier les sources de PCB à proximité de cours d'eau, et est prêt à leur fournir l'aide technique nécessaire.

Et de rappeler les directives existantes pour les travaux de construction et d'assainissement ainsi lors de l'élimination des produits contenant des polychlorobiphényles.


Source : Tribune de Genève
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les sites pollués aux PCB se multiplient   Mer 3 Mar - 16:11

En mai 2008, l’association de protection de l’environnement Robin des Bois publiait sur son site la première édition de l’Atlas des sites pollués aux PCB (1) sur l’ensemble du territoire français, métropolitain comme Outre-mer. On recensait alors 361 sites terrestres présentant une pollution aux PCB. Par sites pollués, on entend « des bâtis ou des sols ou des sous-sols industriels ou d’autres lieux qui en conséquence de dépôts, d’infiltrations ou d’épandages dans le cadre d’activités autorisées, illégales, défectueuses ou d’origine accidentelle ont été le réceptacle de substances contaminées aux PCB ».

Faisant suite à ce premier bilan, l’association a mis en ligne sur son site, le 23 février 2010, une version actualisée de cet inventaire national. Or, nulle trace d’amélioration ne transparaît dans cette mise à jour, bien au contraire. Pour preuve, le nombre de sites répertoriés est passé de 361 à 404 en l’espace de deux ans. Les bassins de la Seine et du Rhône, les lacs alpins, le Rhin, la Moselle, la Somme et leurs affluents, ainsi que le Nord Pas-de-Calais et ses canaux renferment des agrégats issus de sites PCB.

L’inventaire se divise en quatre listes. Illustrant le degré de gravité le plus élevé, la liste noire concerne deux sites producteurs de pyralène et de PCB à Pont-de-Claix (38) et Jarrie (38) au bord de la Romanche et du Drac, ainsi que 20 fabricants de transformateurs et condensateurs électriques. A l’instar du site de la Savoisienne d’Aix-les-Bains, au bord du Lac du Bourget, nombreux sont les sites à avoir été le théâtre de déversements, d’égouttages et d’épandages.

Second niveau, la liste rouge comprend 41 sites de stockage, de récupération, de maintenance, de vidange ou de retraitement de transformateurs et d’autres équipements électriques ou huiles contaminés aux PCB. Parmi eux, 13 sites ne sont pas inscrits dans la base de données BASOL rattachée au ministère de l’Ecologie (2).

Enfin, la liste orange s’applique aux bâtis, aux sols, aux sous-sols, et éventuellement aux eaux souterraines et superficielles contaminés par les PCB après des accidents de transport ou dans des installations fixes, des fuites, des incendies, des inondations, la foudre ou d’autres causes inconnues. Il s’agit majoritairement de fonderies, de récupérateurs de ferrailles, d’usines de traitement de métaux ou d’activités diverses aujourd’hui éteintes, de décharges ou de remblais. Cas particulier, la liste jaune se rapporte aux sites pollués par des ouvertures ou des manutentions sauvages de transformateurs en vue d’en extraire le cuivre.

Les anciens dépôts de goudrons issus de la régénération des huiles usées n’ont pas été intégrés à la liste des sites pollués aux PCB, même si Robin des Bois insiste sur la nécessité de les placer eux aussi sous surveillance.

Loin d’être ponctuelles, ces pollutions se propagent, laissant présager la contamination future et progressive de plus en plus de zones. En effet, « Les PCB sortent des parcelles initialement polluées, se répandent dans les caniveaux, contaminent les sédiments des ruisseaux et se concentrent dans les vases des cours d’eau et des estuaires puis dans les chaînes alimentaires aquatiques et marines ».

A l’heure actuelle, parmi les nouveaux points ajoutés à l’atlas, la société CNI Courtage Négoce International, basée à Marcilly (77), fait partie des sites ouvrant la voie à « une filière de contamination ». Spécialisée dans la collecte, le traitement et l’élimination des déchets, la récupération et la régénération, elle a démantelé des transformateurs électriques au PCB et présente une traçabilité des huiles vidangées pour le moins suspecte.

D’après l’association, la politique actuelle de relance de l’économie nationale incite à « revitaliser » des friches industrielles urbaines en abaissant les niveaux d’exigence environnementale et sanitaire. Pour ne pas voir cette situation s’enliser, Robin des Bois a donc porté plainte contre X devant les Tribunaux de Grande Instance de Paris, Rouen, Le Havre, et Lille, Valenciennes, Douai, Béthune pour pollution des eaux douces et salées et mise en danger de la vie d’autrui.


par Cécile Cassier

1- Les PCB représentent une famille de 209 composés organochlorés. Nuisibles et peu biodégradables, ils sont classés parmi les polluants organiques persistants (POPS). Les polychlorobiphényles sont parfois dénommés à tort 'pyralènes', du nom commercial de préparations huileuses qui les intègrent dans leur composition.

2- La base de données BASOL référence « tous les sites pollués, ou potentiellement pollués, appelant une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif" »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PCB alarme !   

Revenir en haut Aller en bas
 
PCB alarme !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conseil pour choisir alarme
» problème alarme elkron mp 03/1 filaire
» quelle alarme dans ma config
» alarme sans fil contrôlable par ordi
» detetecteur de fumée sur alarme intellisense securit 800L+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: L'état de notre planète :: L'état des cours d'eaux-
Sauter vers: