Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Finalement...pas si rare que ça !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Thaïlande: Quatre pédophiles présumés arrêtés   Ven 12 Déc - 9:37

Thaïlande: Quatre pédophiles présumés arrêtés

La police thaïlandaise a interpellé jeudi deux Britanniques, un Américain et un Allemand dans la ville balnéaire de Pattaya, tous soupçonnés de pédophilie. Les suspects, âgés de 45 à 66 ans, se trouvaient en possession de plusieurs centaines de photos et de vidéos de jeunes garçons abusés sexuellement. L'opération a été menée grâce à une coopération entre la police thaïlandaise et le centre britannique de protection et de lutte contre l'exploitation des enfants (CEOP).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Rare : cas de pédophilie féminine   Ven 12 Déc - 9:38

Acquittée après avoir été internée pour pédophilie
En acquittant jeudi Chantal V., 41 ans, la cour d'appel de Bruxelles, siégeant en matière correctionnelle, a réformé de fond en comble la décision du premier juge qui, en juin dernier, avait ordonné l'internement de l'intéressée dans une institution psychiatrique.

La prévenue était poursuivie pour avoir commis, comme co-auteure, des actes de pédophilie sur son propre fils, âgé de 12 ans, au moment des premiers abus. Ceux-ci ont été directement commis par le compagnon de la prévenue, Jean-Luc D., 30 ans, entre le 30 avril 2005 et le 11 août 2005. Ce dernier était en aveu, a déjà été jugé et a été interné.

Selon le tribunal, Chantal V. avait assisté à des scènes d'abus et elle avait donc été reconnue coupable en raison de sa complicité passive.

Cependant, la cour a repassé en revue tous les éléments du dossier pour arriver à la même conclusion que l'avocat de la défense, Me Bernard Clément, à savoir qu'il n'était pas établi à suffisance de droit que la prévenue avait assisté aux sévices sexuels infligés par son compagnon sur la victime. Il n'est même pas établi, selon les magistrats, qu'elle avait eu connaissance de l'existence d'abus sur son fils.

En conséquence, les juges d'appel ont prononcé l'acquittement de Chantal V. au bénéfice du doute. (belga)
11/12/08 17h35
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un pédophile arrêté dans la capitale européenne du tourisme sexuel   Dim 21 Déc - 14:26

Un Britannique de 48 ans, poursuivi dans son pays pour pédophilie, a été arrêté à Riga, capitale de la Lettonie devenue depuis plusieurs années la destination favorite des européens en mal de sexe, pour abus sexuels contre des mineurs issus de milieux défavorisés.
3
Grâce aux vols à bas prix, Riga est devenue, l'une des destinations favorites de tourisme sexuel en Europe, ce qui lui a valu même le surnom de "Bangkok balte". Monde - Europe jeu 18 déc, 16:02

L'homme a été inculpé d'avoir eu des rapports sexuels avec des personnes de moins de 16 ans, âge de consentement à l'acte sexuel selon la loi lettonne, a précisé Sigita Pildava une porte-parole de la police lettone, citée par l'agence BNS.

Le Britannique dont le nom n'a pas été révélé, est soupçonné d'avoir opéré depuis plusieurs années en Lettonie, traquant ses victimes surtout à la gare centrale de Riga. Il leur proposait des sandwiches, des friandises et de l'argent de poche avant de les enlever. Certains enfants étaient transportés dans le coffre de sa voiture jusque dans la maison que l'homme s'était achetée en Lettonie. La police n'exclut pas de l'inculper d'autres crimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Même à Buckingam Palace   Mar 23 Déc - 10:58

Pédophilie à Buckingham Palace

Paul Kidd, ancien majordome de la famille royale britannique qui avait un jour invité un enfant qu'il abusait sexuellement à prendre le thé avec la reine-mère a été condamné lundi à un minimum de six années de prison pour pédophilie. Agé de 55 ans, l'homme a plaidé coupable de quinze chefs d'accusation pour violences sexuelles ou actes sexuels avec un enfant. Buckingham Palace n'a fait aucun commentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Des adolescents s'envoient des "sextos" et sont accusés de pédophilie   Mer 21 Jan - 15:14

Des adolescents s'envoient des "sextos" et sont accusés de pédophilie
Guillaume Champeau - publié le Mardi 20 Janvier 2009 à 15h46 - posté dans Société 2.0
E-mailFacebook SkypePirater cet article !Imprimer76 commentaire(s)Trois adolescentes sont poursuivies aux Etats-Unis pour avoir envoyé à leur petit ami des photos d'elle-même en très petite tenue. Une pratique de plus en plus courante que les autorités américaines refusent de banaliser.

Nous rapportions il y a peu une étude américaine selon laquelle 20 % des adolescents s'envoient désormais des photos ou des vidéos d'eux-mêmes nus ou à moitié nus, par SMS, messagerie instantanée ou e-mail. Des "sextos", en quelque sorte. Ces résultats mettaient en perspective les efforts réalisés par différents gouvernements, notamment en France, pour imposer des filtres parentaux qui protègent enfants et adolescents des contenus pornographiques diffusés sur Internet. Visiblement, les ados sont à la fois consommateurs et producteurs de ces contenus, lorsqu'ils découvrent leur sexualité.

Mais pour avoir envoyé des sextos à leurs amis, trois adolescentes de Pennsylvanie de 14 à 15 ans sont aujourd'hui poursuivies pour fabrication, dissémination et possession d'images pédopornographiques. Leurs petits amis respectifs, de 16 à 17 ans, sont quant à eux poursuivis pour possession d'images à caractère pédophile.

Même si le fait de considérer comme de la pédophilie le fait que des ados se prennent eux-mêmes en photos et les envoient à d'autres ados peut sembler un peu tiré par les cheveux, les autorités locales ne veulent pas en démordre. Ils veulent en faire un exemple, pour décourager les jeunes de continuer à s'échanger des photos à caractère sexuel.

"C'est très dangereux", a ainsi expliqué le capitaine de la police George Seranko. "Une fois que c'est sur un téléphone mobile, ce téléphone peut-être mis sur Internet où n'importe qui dans le monde peut accéder à cette photo juvénile. Vous ne réalisez pas ce que vous faites jusqu'à ce que ça soit fait".

La police avait découvert les images après avoir saisi le téléphone mobile d'un adolescent qui l'utilisait en violation des règles de l'établissement scolaire. S'ils ne risquent a priori pas la prison, les ados accusés de pédophilie risquent de figurer pendant au moins 10 ans sur un registre des délinquants sexuels, avec toutes les conséquences imaginables sur leur carrière professionnelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Ces ados qui deviennent pédophiles !   Mer 21 Jan - 15:17

Les ados auteurs de 90% des avances sexuelles sur Internet


Selon une étude américaine, confirmée par des associations spécialisées, le phénomène est devenu une véritable mode chez les jeunes.

Les dangers d'Internet pour les enfants ne sont pas ceux que l'on croit. C'est en tout cas le constat d'une étude américaine réalisée par l'Internet Safety Technological Task Force, un groupe formé de représentants de Google, Microsoft, Yahoo!, Facebook ou encore My-Space, et rendue publique la semaine dernière. Selon un chiffre désormais largement diffusé, un mineur sur cinq a été confronté à des avances sexuelles sur Internet. Donné sans plus de précision, ce chiffre laisse à penser que ces avances sont le fait d'adultes. A contrario, le rapport de l'Internet Safety Technological Task Force souligne que «90 % de ces propositions sont effectuées par d'autres jeunes du même âge ou des jeunes adultes de 18 à 21 ans ». En outre, beaucoup de ces propositions tiendraient plus de la plaisanterie ou du harcèlement que de la véritable invitation à un passage à l'acte.

Une tendance confirmée par Action Innocence, association française de lutte contre la pédophilie et les abus sexuels sur Internet, qui fait régulièrement l'expérience de se mettre en ligne avec un pseudo sur un forum prisé par les adolescents. Le mois dernier encore, une connexion sous le surnom de «lolita13ans» - légèrement provocant mais assez commun - a permis de mettre au jour les invitations licencieuses qui circulent sur ces espaces de discussions. «Dans les deux minutes qui ont suivi notre arrivée sur le forum, sans même avoir pris la parole ou «allumé» les autres internautes, nous avons reçu des propos salaces et des invitations à des actes voyeuristes comme “Déshabille-toi“ ou “Tu veux voir ma… ?”», raconte Véronique Fima. Selon la directrice d'Action Innocence, ces injonctions n'émanent pas de prédateurs pédophiles. «Ces derniers ne parlent pas de manière aussi directe, explique-t-elle. Ils se montrent plus subtils pour arriver à manipuler les mineurs. Leur but est de les amener à pratiquer un acte sexuel, pas de communiquer en ligne.»


«Cam to cam»

Entre jeunes, très rapidement, la webcam devient l'enjeu de la prise de contact. Cette caméra, qui permet de se voir tout en échangeant sur la Toile, est en effet l'outil privilégié des invitations lubriques. Notamment le «cam to cam», soit une discussion où chacun a branché sa caméra, et où les interlocuteurs peuvent se déshabiller ou s'aguicher. Le risque ? Que ces images soient enregistrées, diffusées à d'autres ou deviennent l'objet d'un chantage. «Sans compter que, en donnant une simple autorisation pour recevoir les images d'un internaute, on peut tomber sur un adolescent en train de se masturber», indique Véronique Fima. Les gendarmes de la division de lutte contre la cybercriminalité, qui surveillent la Toile, ont eux aussi noté une montée en puissance de ces sollicitations entre mineurs. Mais restent concentrés sur la recherche de pédophiles. «Les sanctions prévues par le Code pénal s'appliquent aux majeurs et aux mineurs. Mais quand il s'agit de mineurs entre eux, il peut être plus difficile d'établir où commence l'incitation et l'intimidation», souligne Delphine Schlumberger, avocate spécialisée en droit des mineurs. Si un majeur est en cause, il pourra a contrario être immédiatement incriminé.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un magistrat parle de pédophilie courante dans le Nord   Dim 8 Fév - 8:08

Créé le 07.02.09 à 14h12 | Mis à jour le 07.02.09 à 17h42 | 55 commentaires
Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte | Imprimer Envoyer par e-mail
JUSTICE - Il voulait défendre le juge Burgaud, au final il provoque la colère des élus du Nord.

Appelé par le juge Burgaud pour prendre sa défense devant le Conseil Supérieur de la Magistrature, Didier Beauvais l’ancien président de la chambre de l’instruction de la Cour d’Appel de Douai a provoqué la colère des élus du Nord.

Deux députés du Nord ont annoncé samedi avoir écrit au président de la République pour demander «réparation» des propos prêtés à un haut magistrat, Didier Beauvais. Il s'agit de l'UMP Françoise Hostalier et et du socialiste Jean-Luc Pérat,

Il a en effet parlé des pratiques pédophiles, dans les arrondissements de Boulogne-sur-Mer et d’Avesnes-sur-Helpe. «Nous connaissions ces soirées habituelles, a-t-il déclaré pour soutenir le juge Burgaud, à Boulogne ou à Avesnes-sur-Helpe. Des soirées-bière où on invite les voisins, on boit beaucoup, on joue aux cartes ou au jeu de l'oie, et où le gagnant peut choisir une petite fille, avec l'accord des parents. Là-bas, ce ne sont pas des psychologues qu'il faut envoyer, mais des sociologues ou des ethnologues...»

Autant dire que cela n’a plus aux élus locaux notamment au maire de Avesnes-sur-Helpe, Alain Poyart: «Avec force détails ignobles, il (Didier Beauvais) a décrit notre ville comme un lieu de décadence où les enfants seraient soumis aux pires sévices. Renseignements pris, aucune affaire judiciaire impliquant des faits tels que décrits n'a existé en Avesnois». Il demande qu'une enquête officielle par les services du ministère de la Justice ait lieu et que les conclusions en soient rendues publiques.

C. L.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: sextos   Lun 9 Fév - 15:54

Sextos illégaux
Silvia Galipeau, La Presse
08 février 2009 | 08 h 05


Une dizaine d'adolescents américains sont accusés de pédophilie. Leur crime? Avoir diffusé des «sextos» (des photos d'eux-mêmes nus) par cellulaire ou internet. Quelques cas ont aussi été signalés au Québec. Ici non plus, les jeunes ne semblent pas se soucier des lois. Attention, danger, préviennent les autorités.


Trois adolescentes de Pennsylvanie âgées de 14 et 15 ans ont envoyé par cellulaire des sextos - des photos à caractère sexuel - à leurs copains. Résultat: elles sont poursuivies pour fabrication, dissémination et possession de pornographie juvénile. Leurs copains, âgés de 16 et 17 ans, sont quant à eux accusés de possession d'images à caractère pédophile.



Ce cas n'est pas isolé. L'automne dernier, les médias américains ont fait état d'une histoire similaire, en Ohio. D'après un sondage américain récent, un adolescent sur cinq affirme aussi envoyer des photos sexuelles de sa personne par courriel, par cellulaire ou carrément sur l'internet (voir autre texte).


«C'est pas fort, mais je l'ai fait...»«C'est sûr qu'on a ce problème-là ici aussi», confirme Francesco Secondi, sergent détective à l'unité des crimes technologiques de la police de Montréal (SPVM). De mémoire, il a vu passer «quelques dossiers depuis 2006». Jusqu'à maintenant, aucune accusation n'a toutefois été portée.

«S'il y a 20% des jeunes qui font ça aux États-Unis, je n'ai pas peur de vous dire qu'incessamment on va avoir la même chose ici.»

Le problème, explique-t-il, c'est que la jeune fille qui offre un «portfolio» à son copain (avec des photos d'elle nue, la nouvelle tendance de l'heure), le jeune homme qui se déshabille devant sa webcam ou se masturbe devant son cellulaire «ne voient pas ça comme un crime. Pourtant, la loi est claire: s'ils s'exposent, c'est un crime.»

En deçà de 16 ans, l'âge légal de consentement (au sens criminel du terme), un adolescent qui expose ainsi des photos ou vidéos pornographiques, même s'il s'agit d'autoportraits, «peut faire face à des accusations de pornographie juvénile», confirme la sergente Mélanie Paul, porte-parole de la Sûreté du Québec. Les plaintes à cet égard sont relativement exceptionnelles, dit-elle. «Mais ça ne veut pas dire que les jeunes ne s'échangent pas de photos.» À preuve: comme il ne s'agit ici ni de pédophilie ni de cyberintimidation traditionnelle, ces auto-expositions compliquent la tâche des cyberpatrouilleurs: «Notre but, c'est de prévenir ça, ce type d'images-là. Comme les gens le font d'eux-mêmes, ça complique notre travail.»

«Ce que les jeunes ne comprennent pas, c'est que, sans le savoir, ils s'exposent à des accusations d'actes criminels. Pour eux, ce qu'ils font n'est pas grave, reprend le sergent Francesco Secondi. Ils sont très à l'aise dans leur chambre, leur salon ou leur sous-sol, à clavarder et à s'envoyer des photos. Ils pensent qu'il n'y a pas de danger parce qu'ils sont loin et à la maison. Mais ce n'est pas vrai. Des photos nues à moins de 16 ans, c'est un crime.»

Actuellement, il n'y a pas de statistiques sur le phénomène au Québec. Mais une enquête s'impose, croit Shaheen Shariff, chercheuse à la faculté d'éducation de l'Université McGill, spécialisée en cyberintimidation. «Pourquoi certains ados font-ils ça? Pour attirer l'attention? Je ne sais pas. Mais il faut regarder cela de plus près, dit-elle. Est-ce qu'ils trouvent ça drôle, voient ça comme de la drague, un genre de préliminaires, est-ce qu'ils ont les hormones en feu?»

Les temps ont changé depuis notre adolescence à nous, fait-elle valoir. Les lois devraient aussi être actualisées en conséquence. «Nous, on draguait face à face. Internet, c'est le moyen d'expression des jeunes. C'est leur moyen de communication. Les adultes n'ont pas les mêmes références. C'est comme si toutes nos lois avaient été écrites pour une autre époque.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie: requête en nullité du fondateur de "L'école en bateau"   Jeu 12 Fév - 19:42

Léonid Kameneff, le fondateur de "L'école en bateau", mis en examen pour viols et agressions sexuelles aggravés sur des adolescents, a déposé une requête en nullité concernant une partie de la procédure, a-t-on appris auprès de son avocat, Me Yann Choucq.

Léonid Kameneff, 72 ans, capitaine de l'ancien thonier "Karrek Ven" et fondateur de l'association "L'école en bateau" à l'origine des croisières, avait été extradé du Venezuela à la demande de la justice française qui avait délivré à son encontre le 25 mai 2007 un mandat d'arrêt international.

Présenté le 17 mai à la juge d'instruction Nathalie Dutartre, il avait été mis en examen pour "viols et agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans par personne ayant autorité" entre août 1979 et 1992 et placé en détention.

La requête en nullité, examinée le 17 février par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, concerne la procédure engagée au Venezuela.

Selon Me Choucq, "l'arrestation a été faite à partir d'un mandat portant sur des agressions sexuelles" en non sur des viols, pour lesquels M. Kameneff a été mis en examen. "Les choses ne collent pas", a-t-il relevé.

L'avocat conteste également le fait que les conclusions d'une expertise psychologique qu'il avait diligentée aient "été écartées par la justice qui a privilégié les expertises qu'elle a elle-même décidées".

Une trentaine de jeunes ayant navigué sur le bateau-école ont dénoncé à la police des abus sexuels et 14 se sont constitués parties civiles, les faits dénoncés par les autres étant prescrits.

L'association "L'école en bateau", qui avait fait l'objet d'émissions sur une chaîne publique dans les années 1980, prônait "l'épanouissement intellectuel, psychologique et social de l'enfant".

Dans ce dossier, l'ancien second de M. Kameneff et deux animateurs ont eux aussi été mis en examen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: un couple très catho-correct   Mar 24 Mar - 12:48

Le procès de Jean-Pierre O. s’ouvre, aujourd’hui, devant la cour d’assises de Savoie. Malgré plusieurs témoignages accablants, ce septuagénaire n’est poursuivi que pour les viols répétés de ses deux fils adoptifs et de deux de ses petits-fils. Les autres plaintes ont été écartées car prescrites.
Il avait jusque-là toujours joui d’une réputation sans tache. Un enseignant « profondément croyant », très bien noté de ses pairs. C’est pourtant le même homme, Jean-Pierre O., 73 ans, qui figure aujourd’hui dans le box de la cour d’assises de Savoie pour avoir, durant des années, violé son fils adoptif, ses deux petits-enfants et l’un de ses anciens élèves. Son épouse est également poursuivie pour « non-dénonciation » de certains abus dont elle avait été témoin.

L’enquête avait démarré en 2006 lorsqu’une assistante scolaire d’un établissement savoyard avait fait un signalement à propos d’attouchements infligés par cet ancien professeur de français, de latin et de grec, à son petit-fils âgé de cinq ans. Ce signalement ouvre la boîte de pandore et entame aussitôt la réputation de rectitude dont a pu s’enorgueillir l’éminent enseignant. Devant les enquêteurs, son fils adoptif, père du garçonnet de cinq ans, craque et s’ouvre sur le calvaire subi des années durant. Il affirme avoir été lui-même violé par l’accusé, au même titre que son frère, également adopté. Muet dès les premiers attouchements infligés durant son enfance, le fils adoptif explique avoir été dans l’incapacité de révéler la nature des faits incriminés, préférant oublier, jusqu’à ce que son père adoptif s’en prenne à son propre garçonnet.

Les témoignages sont suffisamment circonstanciés pour que le parquet d’Albertville (Savoie) ouvre, en juin 2007, une information judiciaire pour « viols et agressions sexuelles aggravées » à l’encontre de Jean-Pierre O. L’accusé et son épouse sont finalement interpellés, en janvier 2008, dans le Loiret, où ils sont domiciliés. Lui avoue immédiatement durant sa garde à vue.

Il reconnaît sans barguigner avoir abusé ses deux petits-fils âgés de cinq et huit ans. Ces violences sexuelles, qui lui valent aujourd’hui de comparaître, se sont déroulées entre 2000 et 2003. Surtout, le notable déchu reconnaît dans la foulée, sans trop se faire prier, les viols commis sur ses deux fils adoptifs.

L’individu admet les avoir violés dans le lit conjugal, en présence de son épouse, étrangement passive malgré l’énormité des faits. Une omission coupable que les experts expliquent par l’état de béatitude dont a fait preuve cette bénévole du Secours catholique à l’égard de son conjoint. Elle était « en admiration et soumise à son mari ».


« Un véritable pilier »
A Fleury-les-Aubrais (Loiret), commune dans laquelle le professeur a enseigné pendant plus de trente ans, c’est la consternation. Un brin gênée aux entournures, son ex-hiérarchie, décrit pourtant « un enseignant de grande qualité », et « un véritable pilier ». Des appréciations contrastant singulièrement avec les faits reprochés à l’accusé qui a en outre admis s’en être pris à des enfants à qui il donnait des cours particuliers.

Malgré un appel à témoins lancé, en 2008, par le parquet d’Albertville, Jean-Pierre O. n’est jugé, à partir d’aujourd’hui, que pour les viols commis sur l’un de ses deux fils adoptifs et sur ceux pratiqués sur ses deux petits-fils. Six anciennes victimes s’étaient bel et bien fait connaître de la justice mais ces faits sont frappés de prescription. Jean-Pierre O. encourt une lourde peine d’emprisonnement ferme. Verdict vendredi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le maire divers droite de Vence   Jeu 16 Avr - 5:49

Le maire divers droite de Vence, Chgristian Locano, 74 ans, a été condamné samedi à 9 ans de prison par la cour d’assise des Alpes-Maritimes. Accusé de viols répétés sur son petit fils alors âgé de 5 ans, il a toujours clamé son innocence et affirme qu’il fera appel. L’avocat général avait requis 14 ans de prison mais il semblerait que les experts soient partagés sur la cohérence des déclarations du jeune homme, malgré deux cicatrices prouvant des sévices. Ses avocats demandent la mise en liberté provisoire du maire de Vence dans l’attente de ce nouveau jugement. Conformément au code général des Collectivités territoriales, c’est Régis Lebigre, le premier adjoint, qui le remplace depuis samedi à la tête de la mairie. La victime, aujourd’hui âgée de 18 ans, accusait aussi un hôtelier Vençois d’attouchements sexuels en présence de son grand père. Il a été acquitté au bénéfice du doute. LG (www.lepetitjournal.com) lundi 13 avril 2009.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Alain ou le destin d''un pédophile récidiviste   Jeu 21 Mai - 8:36

C'est la troisième fois que le sexagénaire comparaissait devant la justice pour avoir abusé de mineurs. La cour d'assises l'a condamné, hier, à 12 ans de prison.
Reste-t-on pédophile toute sa vie ? Guérit-on de cette déviance criminelle ? « J'ai conscience que je ne peux pas dire que je ne recommencerai jamais », concède l'homme d'une voix grave et claire.

Alain Duchateau, 60 ans, ne se dissimule pas derrière la moustache broussailleuse qui barre son teint pâlot pour balayer sa crainte de « replonger ». Front légèrement bombé, calvitie rampante, l'ex-militaire qui s'exprime avec un vocabulaire choisi sait de quoi il parle.

En 25 ans, c'est la troisième fois que cet habitant de Duneau comparaît devant la justice pour avoir abusé de mineurs ; 1984, 2006 et maintenant 2009. À chaque fois, et malgré les avertissements judiciaires, il a cédé à ses démons.

Attirés chez lui par des cadeaux

Les douze ans de prison auxquels la cour d'assises l'a condamné, hier, pour avoir abusé de quatre voisins âgés de 9 à 14 ans attirés chez lui par de l'argent, des cadeaux et autres jeux vidéos, l'empêcheront-ils d'abîmer de nouveau l'existence d'autres enfants ?

« L'un des enjeux de ce procès est de savoir s'il va, ou non, récidiver », confirme Me Cornille, l'avocat de l'accusé qui assure que la thérapie récemment imposée par la justice, « m'a permis de comprendre que j'ai fait du mal. Je cherche maintenant à savoir pourquoi ? » C'est aussi ce que la cour d'assises a tenté de faire pendant deux jours.

Des garçons et des filles

Alain Duchateau court après sa jeunesse depuis qu'il a débarqué dans la vie sur les rives du Mékong. Né le 16 mars 1949 à Saïgon (aujourd'hui Ho-Chi-Minh-Ville), d'un père militaire ancien SAS pour de Gaule et d'une mère au prestigieux passé de résistante, il décrit une enfance asiatique heureuse.

Une vie rythmée dès l'âge de 12 ans par des « relations sexuelles aussi bien avec des garçons que des filles », se souvient Alain Duchateau. Et puis il y a son premier amour avec cette Vietnamienne restée gravée dans son coeur.

« C'est sûr. J'ai dû sublimer cette relation que j'ai toujours voulu retrouver à travers les femmes avec qui j'ai vécues. Si je savais où elle habitait, j'essaierai de la chercher », raconte l'homme qui a regagné la métropole à l'âge de 16 ans.

Un enfant parmi les enfants

Ce mythe d'un âge d'or où la sexualité se vit sans tabou ni interdit suffit-il à tout expliquer ? Sûrement pas. « La pédophilie est un ensemble. Le pédophile a d'abord une mauvaise perception de la réalité », estime l'expert-psychologue Jadeck. « À l'époque des faits, confirme Alain Duchateau, je me voyais comme un enfant parmi les enfants. »

L'accusé serait-il alors ce petit garçon à la sexualité ambiguë qui n'est pas parvenu à grandir ? Cet enfant écrasé par des figures parentales trop fortes qu'il n'a pas réussi à « tuer », au sens psychanalytique du terme. Les experts sont partagés. Mais tous sont d'accord pour pointer « le potentiel de récidive qui est de 30 à 35 % des cas quand il s'agit d'un homme qui abuse de petits garçons », indique le psychiatre Cozic.

Des cadavres dans le placard

D'ailleurs, avant de requérir 7 ans de prison contre l'accusé, l'avocat général s'inquiète : « Entre 1984 et 2006, y a-t-il eu d'autres victimes ? Dans les années à venir, va-t-on trouver d'autres cadavres dans le placard ? », lui demande Sébastien Colombet. « Je ne pense pas », répond Alain Duchateau. « Votre réponse m'inquiète », rétorque le magistrat qui l'interpelle : « Vous n'êtes qu'au début de votre travail. Allez beaucoup plus loin sinon il y aura d'autres victimes. Vous donnez des gages par la parole. Restent les actes ! »



Igor BONNET.
Ouest-France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Tournantes suisses :trois pères pédophiles auraient échangé leurs fils   Lun 25 Mai - 6:13

Enquête | La police criminelle fédérale enquête sur un réseau international de pédophiles. Trois pères de famille sont soupçonnés d’avoir abusé de leurs fils, âgés de six à onze ans, et de les avoir mis à disposition d’autres pédophiles.


AP | 24.05.2009 | 17:08


Il s’agit d’une procédure internationale en cours, a confirmé ce dimanche une porte-parole de l’Office fédéral de la police (fedpol) suite à un article de la SonntagsZeitung. Fedpol est en contact avec les autorités compétentes. Aucune autre information ne peut être donnée sur le cours de l’enquête.

Selon la SonntagsZeitung, un Allemand de 31 ans est actuellement en détention préventive et deux Suisses font l’objet de soupçons. Les enquêteurs auraient frappé en mai 2008, emprisonné les suspects et ouvert une enquête judiciaire. Les pères de famille pédophiles se seraient connus sur un forum internet et auraient formé une communauté d’intérêts. Ils auraient été actifs entre l’été 2007 et mai 2008.

Des cas d’une telle gravité sont extrêmement rares, relève le psychiatre lucernois Andreas Frei dans une interview à la SonntagsZeitung. Cela va plus loin que la pédophilie. Un père qui abuse de son fils et le met à disposition d’autres est une personnalité dissociée avec des traits psychopathiques. Il fait preuve de violence et de sadisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Des mineurs roumains se prostituent à Paris   Mer 3 Juin - 10:07

Des mineurs roumains se prostituent à Paris et la police ferme les yeux. Sur ce sujet et d’autres, Myriam El Khomri, adjointe au maire de Paris (protection de l’enfance), participe au Bakchat à 17h ce mercredi.

Des cheveux grisonnants aux tempes qu’une teinture marron délavée n’est pas parvenue à couvrir, une casquette à longue visière, des lunettes de soleil fumées qui laissent entrevoir les yeux, un long pardessus couleur crème et des baskets blanches. Sans se cacher, l’homme d’une soixantaine d’années au parfait look de prédateur marche droit devant lui et se dirige vers deux jeunes roumains qui stationnent au soleil depuis un moment sur le parvis de la Gare du Nord. L’échange dure seulement quelques minutes et voilà qu’il sort un billet que le plus jeune s’empresse de fourrer dans sa poche.

Dix minutes ne se sont pas écoulées et c’est au tour d’un trentenaire, visage blafard et parka en cuir, d’avancer d’un pas rapide sur le parvis, les yeux rivés au sol. Il s’arrête devant deux autres jeunes roumains qui se grillent une cigarette. Ils doivent se connaître car, après deux courtes phrases, les jeunes le suivent au pas de course. La Gare du Nord, en plein après-midi, est ainsi devenue depuis plusieurs mois un « lieu » pour qui veut « se payer du bon temps » avec des jeunes Rroms, sans que personne ne vienne perturber ce business.

Pour juger de la situation, Olivier Peyroux, le directeur adjoint de « Hors la rue », une association qui fait du repérage de mineurs isolés roumains dans les rues de Paris et qui les aide ensuite à accéder à leurs droits, propose d’aller au premier étage du Quick, dont les fenêtres donnent sur le parvis. Sous nos yeux, deux passes viennent de se négocier en moins de quinze minutes. Et quand les flics de la circulation passent, l’attroupement se disperse, puis se reforme quelques minutes après, en toute tranquillité.

La passe passe
« Cette prostitution des jeunes mineurs roumains a commencé au mois de juin dernier. On en a repéré une cinquantaine mais il n’y en a jamais plus de 20 en même temps à la gare. Pour l’instant, malgré nos signalements à la police, personne n’intervient. Alors que ces jeunes ont entre 12 et 18 ans », explique Olivier Peyroux. La pédophilie se porte bien dans la capitale. La preuve ? Même les clients réguliers repérés par les associations ne craignent pas la répression.

« La police intervient par contre pour réprimer les mineurs roumains qui s’exercent au vol ou à la mendicité, mais laisse faire la prostitution. C’est très étonnant ! », remarque le responsable de « Hors la Rue ». Vol, mendicité, prostitution… La vie des Roumains en France se limite-t-elle à ces horreurs ? « Non, surtout pas, attention à la stigmatisation de l’ensemble des migrants roumains. En Europe, ils représentent moins de 5% de l’ensemble », insiste Olivier Peyroux dans un document d’analyse, où il explique comment la libéralisation de la Roumanie en 2002 a rendu des populations (dont les Rroms) très vulnérables à l’exploitation.

Le piège le plus efficace pour contraindre les familles à accepter la prostitution de leurs enfants s’appelle « la Kamata ». Un système de dettes qui fonctionne sur des taux d’intérêt exponentiels (la dette double tous les mois) et sur le choix de familles mal informées et voulant migrer. Très rapidement, celles-ci se retrouvent dans l’incapacité de rembourser. En fait, dès qu’elles réalisent que l’eldorado en Italie ou en France n’existe pas. « Quand les familles réalisent que la prostitution est plus rentable et beaucoup moins risquée que les autres activités, elles décident de fermer les yeux sur ce que font leurs enfants pour ramener de l’argent ».

Aujourd’hui toutes les autorités détournent le regard et les jeunes roumains continuent de vendre leurs corps pour une poignée d’euros et parfois seulement pour dormir au chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Echangisme germanique   Jeu 30 Juil - 9:24

Une affaire de pédophilie a été découverte en Suisse et en Allemagne. Des pères ont drogué leurs propres fils pour en abuser sexuellement, avant de les échanger au sein d'un réseau. Ce réseau pédophile est aussi accusé de la diffusion sur le net de milliers de clichés et de vidéos pornographiques. Huit individus (3 résident en Suisse, 5 en Allemagne) ont déjà été inculpés. Un des suspects principaux, 30 ans, vit dans la région de Gotha. Il a dévoilé les trajets qu'il entreprenait en Suisse avec un garçon de 10 ans pour visiter un père et son fils de 7 ans. Les 2 hommes s'échangeaient les enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie: le fondateur de L'Ecole en bateau remis en liberté   Mer 16 Sep - 6:37

Le responsable d'un bateau-école soupçonné d'avoir commis des viols alors qu'il animait des croisières éducatives pour des adolescents afin de favoriser leur "épanouissement", a été remis en liberté fin août, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a confirmé mardi la remise en liberté de Léonid Kameneff, acceptée le 27 août par un juge des libertés et de la détention et dont le parquet avait fait appel, selon cette source.

Capitaine du thonier "Karrek Ven" et fondateur de l'association "L'Ecole en bateau" à l'origine de ces croisières, Léonid Kameneff avait été extradé du Venezuela en mai 2008 puis mis en examen pour des faits de viol et agression sexuelle sur sept victimes présumées. Il était depuis en détention provisoire.

Sept autres parties civiles demandent sa mise en examen pour les mêmes faits mais n'étaient pas concernées par la demande d'extradition présentée par la justice française à son homologue vénézuélienne.

Selon des sources proches du dossier, M. Kameneff avait accepté d'être mis en examen pour les faits concernant ces sept victimes mais le parquet s'y est opposé en vertu du principe juridique de spécialité.

Ce principe signifie qu'une personne pour laquelle une extradition a été demandée ne peut être poursuivie, jugée et détenue que pour les faits qui ont motivé l'extradition.

"Ce n'était pas possible juridiquement, même si le mis en examen donne son accord", a expliqué une représentante du parquet de Paris.

Une mise en examen pour les sept autres victimes présumées nécessitait qu'une demande d'extradition complémentaire soit présentée aux autorités vénézuéliennes, une procédure prenant de nombreux mois.

L'avocat de M. Kameneff, Me Yann Choucq, a donc présenté une demande de remise en liberté, arguant du "délai raisonnable" avant un éventuel jugement.

"Les plus récents des faits de ce dossier remontent à 1994", a-t-il notamment expliqué à l'AFP.

Eric Morain, avocat des parties civiles, a de son côté fait part de son "dégoût". "Avec un mis en examen libre, les délais d'instruction vont encore se rallonger, il n'y aura pas de procès avant plusieurs années alors que les victimes attendent depuis plus de quinze ans".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le nombre de sites pornographiques en lien avec des mineurs sont en augmentation   Ven 18 Sep - 7:54

Le nombre de sites pornographiques en lien avec des mineurs sont en augmentation, selon une enquête publiée par les Nations Unis.
Publicité

Le constat est choquant! Plus de 4 millions de sites Internet diffusent des images d’enfants exploités sexuellement. « Il y a une nette augmentation de pages web recensées », a déclaré la chargée de l’enquête, Najat M'jid Maalla, lors d’une conférence sur les droits de l’Homme à Genève. Les chats (messageries instantanées) sont devenus les terrains de chasse favoris des pédophiles.

Ces derniers discutent sous couvert d’anonymat avec leurs futures victimes, et sont aujourd’hui plus de 700.000 à visiter des pages à contenus pédophiles. Aux Etats-Unis, une étude du centre national des enfants disparus et exploités, à démontré que 83% des visiteurs de sites pédophiles possèdent des images d’enfant âgés de 6 à 12 ans. 39% des pédophiles virtuels stockent des photographies de mineurs âgés de 3 à 5 ans et 19% d’entre eux, possèdent des images mettant en scènes des jeunes enfants en dessous de 3 ans.

«Le nombre d'images montrant de sérieuses exploitations d’enfants à quadruplé entre 2003 et 2007, mettant en scène de l’esclavagisme sexuel, des viols brutaux, du sex oral et d'autres formes d’humiliation», a explicité la responsable de l’enquête. Cette dernière a expressément demandé une coopération internationale afin d’agir en conséquence, pour stopper l’industrie pornographique pédophile, qu’elle estime entre 3 et 20 milliard de dollars.

Najat M'jid Maalla appelle également les pays à partager les informations qu’ils collectent, pour intercepter plus rapidement les délinquants sexuels. Il en vient aussi, de la responsabilité de chaque internaute de dennoncer les sites en questions, et les éventuels fichiers corrompus téléchargés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Leonid Kameneff sera-t-il jugé un jour ?   Dim 20 Sep - 6:01

Leonid Kameneff sera-t-il jugé un jour ? Le fondateur de l'expérience pédagogique "L'Ecole en bateau", aujourd'hui âgé de 72 ans, a réussi une nouvelle fois à échapper aux mailles de la justice.

Mis en examen pour "viols et agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans par personne ayant autorité", le capitaine de l'ancien thonier Karrek-Ven a été remis en liberté sous contrôle judiciaire, le 15 septembre par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. Cette nouvelle péripétie procédurale dans une affaire qui paraît maudite fait craindre aux quatorze anciens écoliers-moussaillons, parties civiles, que le procès ne se tienne jamais.
D'accord, pas d'accord ? Réagissez à l'article que vous venez de lire
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts
Sur le même sujet

Instituteur et psychologue de formation, Leonid Kameneff, dirigeait une expérience éducative en mer, qui a rencontré un grand succès entre les années 1970 et 1990.

Au total, quelque 400 jeunes - dont seulement 40 filles - ont fréquenté l'établissement flottant, dont des enfants d'enseignants dubitatifs sur le système éducatif traditionnel. Certaines "promotions" comptaient jusqu'à quarante jeunes navigants, qui évoluaient dans un cadre prônant l'abolition des barrières entre enfants et adultes. Au large, on vivait nu : Leonid Kameneff encourageait les massages assimilés à des "jeux" pour mieux appréhender son corps et sa sexualité. Certaines nuits, ces séances ont dégénéré en attouchements, fellation voire sodomie.

Mise au jour en 1994, l'affaire de "L'Ecole en bateau" a connu nombre d'aléas. A cette époque, à la faveur d'une escale à la Martinique, un élève dépose plainte contre M. Kameneff pour des faits de pédophilie. Celui-ci est placé quatre mois en détention provisoire, mais un non-lieu est ensuite prononcé pour une raison procédurale. La procédure est rouverte en 1998 sur la foi d'une nouvelle plainte transmise à Fort-de-France, mais le juge reste inerte.

En 2006, grâce à une requête en suspicion légitime déposée par Me Eric Morain, avocat des parties civiles, le dossier en sommeil est transmis à Paris. Il est confié à la juge Nathalie Dutartre. A l'issue de 130 auditions, une trentaine de plaintes pour abus sexuels sont déposées. Quatorze d'entre elles aboutissent à des constitutions de parties civiles, les faits dénoncés par les autres étant prescrits.

La juge Dutartre lance alors un mandat d'arrêt international contre Leonid Kameneff, prudemment cantonné dans les eaux internationales. Interpellé au Venezuela, il est extradé vers la France en mai 2008, mis en examen et placé en détention provisoire. Mais, coup de théâtre, le 28 août : Leonid Kameneff est remis en liberté par un juge des libertés et de la détention, décision confirmée le 15 septembre par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. Les magistrats ont entendu les arguments de la défense sur le "délai raisonnable" de la procédure et le "caractère exceptionnel" que doit revêtir la détention provisoire. En effet, nul ne sait quand le procès de Leonid Kameneff pourra s'ouvrir. Le principe juridique de "spécialité" interdit de poursuivre une personne pour des faits autres que ceux ayant motivé son extradition. Or sept des quatorze parties civiles du dossier ne sont pas couvertes par la demande d'extradition de 2008. Pour y remédier, une nouvelle demande d'extradition doit être présentée aux autorités vénézuéliennes. Cette démarche mettra des mois à aboutir.

Pour ne rien arranger, la juge Dutartre a été appelée à de nouvelles fonctions. Mylène Huguet, qui lui succède, va devoir rapidement prendre la mesure d'un dossier dans lequel le temps qui passe est le plus sûr allié de Leonid Kameneff.
Patricia Jolly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Yves Bertrand, directeur des RG : « Pédophilie d’un ministre étouffée par la hiérarchie »   Ven 9 Oct - 3:43

Yves Bertrand, directeur des RG : « Pédophilie d’un ministre étouffée par la hiérarchie » (Les Grandes Gueules du 27/11/2008 et du 9/9/2009)
Posté par Olivier de Granvil
le 8 octobre 2009

Yves Bertrand fut l’un des hommes les plus puissants de France. Directeur Central des Renseignements Généraux de 1992 à 2004, il exerça ses fonctions sous l’autorité d’une dizaine de ministres. Cette longévité exceptionnelle à un poste aussi sensible fut longtemps considérée comme suspecte par ses détracteurs. En effet, la Direction des RG – véritable police politique au service du pouvoir en place – représente un poste hautement stratégique voué par définition à évoluer au rythme de l’alternance politique. Homme de l’ombre par excellence, et malgré sa réputation sulfureuse, Yves Bertrand sut très habilement gagner la confiance de François Mitterrand puis de Jacques Chirac.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Rappels sur une enquête : l'affaire Zanvort   Dim 20 Déc - 9:18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Zandvort (2)   Dim 20 Déc - 9:20

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Zandvort 3   Dim 20 Déc - 9:21

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Zandvort 4   Dim 20 Déc - 9:21

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Zandvort 5   Dim 20 Déc - 9:22

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Zandvort 6   Dim 20 Déc - 9:23

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Finalement...pas si rare que ça !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Finalement...pas si rare que ça !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'honnêteté est chose de plus en plus rare
» HEMOCHROMATOSE-MALADIE RARE-
» Le pirate chasseur d'OVNI éviterait finalement l'extradition
» La rose très rare.
» Film rare sur le curé d'Ars de nouveau disponible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les tabous de nos sociétés dites "avancées" :: Le tabou de la pédophilie-
Sauter vers: