Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Finalement...pas si rare que ça !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Suicide à Liège du ravisseur pédophile d'Alexandra    Jeu 20 Jan - 13:11

Suicide à Liège du ravisseur pédophile d'Alexandra
Europe du Nord & de l'Ouest > suicide, viol, pédophilie, enlèvement, Dutroux
Article posté par Stéphane Bourgoin le Jeudi 20 janvier 2011

" Une enquête pour pédophilie était ouverte à Liège contre le violeur et ravisseur en 2003 d’une Bruxelloise de 9 ans

Nous apprenons le suicide, rue Douffet, à Liège, d’un Anderlechtois de 60 ans, Daniel Meert, l’ex-ravisseur d’Alexandra, la Bruxelloise de 9 ans et demi disparue en mai 2003 que tous les services de police du pays avaient recherchée et finalement retrouvée en vie après plusieurs jours d’inquiétude.

Sorti de prison, Meert avait quitté la Région bruxelloise pour Liège.

En mars 2004, la 54e chambre correctionnelle de Bruxelles l’avait condamné pour séquestration, viol et attentat à la pudeur sur une mineure d’âge de moins de 10 ans. Daniel Meert avait eu droit à du sursis dit probatoire.

Il y a quinze jours, Meert avait appris qu’il faisait l’objet à Liège d’une nouvelle enquête pour pédophilie. Il s’est pendu à un Velux. Le corps a été trouvé par un jeune de 14 ans, un de ceux qui fréquentaient son appartement au 94, rue Douffet. Daniel Meert n’est pas mort tout de suite. Son décès a été constaté à la Clinique Saint-Joseph, qui confirme.

Heureux d’avoir libéré saine et sauve Alexandra qu’ils avaient recherchée pendant trois jours et quatre nuits, les policiers, lors de la conférence de presse, avaient considéré qu’“on avait eu beaucoup de chance”. Meert, qui n’était alors pas connu pour pédophilie, vivait en appartement rue de la Poterie, à Anderlecht. L’appartement avait été fouillé une première fois par des policiers qui n’avaient rien trouvé.

Les recherches ne progressant pas, le juge d’instruction en charge, Jean-Claude Van Espen, avait décidé de changer de service d’enquête… et de renvoyer une équipe chez Meert.

Celui-ci avait alors répété les mots de Dutroux six ans et demi plus tôt : “J’ai peut-être quelque chose à vous montrer.”
Alexandra, que tout le pays (Child Focus, télés, etc.) recherchait depuis 82 heures, était cachée recroquevillée et silencieuse dans une sorte de petite cavité masquée par une cloison derrière le lit et une pile de bouquins.

Meert s’est suicidé. Il était sur la mauvaise pente. Mais il avait changé de terrain de chasse.

L’enquête de la police de Liège commençait. Elle avait déjà établi que Meert était connu dans son nouveau quartier pour “venir en aide aux jeunes en difficulté et les héberger”.

L’enquête portait sur au moins cinq adolescents et jeunes gens souvent rencontrés sur la nouvelle plaine de jeux Agora de la rue Grétry. En novembre, un contrôle de police avait confirmé la présence chez lui à 3 h du matin d’un garçon âgé de 14 ans et demi.

Les auditions débutaient. Il était question de cadeaux, de films pornographiques chargés sur internet et de jeux sur console avec à la clé, pour les perdants, des gages sexuels.

Dans le quartier du Longdoz où il se faisait passer pour un “brocanteur bruxellois ”, des parents avaient commencé à s’inquiéter. Meert leur avait menti. Le ravisseur d’Alexandra avait prétendu qu’il avait fait de la prison pour attentat à la pudeur sur un garçon de 12 ans, mais que le garçon avait beaucoup exagéré et que, d’ailleurs, le dossier avait été classé sans suite. En fait, Meert avait pris 5 ans.

À Liège, Daniel Meert se faisait appeler “Papy” . À Bruxelles, c’était “Tonton” et “Parrain”."

Un article de Gilbert Dupont.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Suicide à Liège du ravisseur pédophile d'Alexandra    Ven 21 Jan - 6:54

Suicide à Liège du ravisseur pédophile d'Alexandra
Europe du Nord & de l'Ouest > suicide, viol, pédophilie, enlèvement, Dutroux
Article posté par Stéphane Bourgoin le Jeudi 20 janvier 2011

" Une enquête pour pédophilie était ouverte à Liège contre le violeur et ravisseur en 2003 d’une Bruxelloise de 9 ans

Nous apprenons le suicide, rue Douffet, à Liège, d’un Anderlechtois de 60 ans, Daniel Meert, l’ex-ravisseur d’Alexandra, la Bruxelloise de 9 ans et demi disparue en mai 2003 que tous les services de police du pays avaient recherchée et finalement retrouvée en vie après plusieurs jours d’inquiétude.

Sorti de prison, Meert avait quitté la Région bruxelloise pour Liège.

En mars 2004, la 54e chambre correctionnelle de Bruxelles l’avait condamné pour séquestration, viol et attentat à la pudeur sur une mineure d’âge de moins de 10 ans. Daniel Meert avait eu droit à du sursis dit probatoire.

Il y a quinze jours, Meert avait appris qu’il faisait l’objet à Liège d’une nouvelle enquête pour pédophilie. Il s’est pendu à un Velux. Le corps a été trouvé par un jeune de 14 ans, un de ceux qui fréquentaient son appartement au 94, rue Douffet. Daniel Meert n’est pas mort tout de suite. Son décès a été constaté à la Clinique Saint-Joseph, qui confirme.

Heureux d’avoir libéré saine et sauve Alexandra qu’ils avaient recherchée pendant trois jours et quatre nuits, les policiers, lors de la conférence de presse, avaient considéré qu’“on avait eu beaucoup de chance”. Meert, qui n’était alors pas connu pour pédophilie, vivait en appartement rue de la Poterie, à Anderlecht. L’appartement avait été fouillé une première fois par des policiers qui n’avaient rien trouvé.

Les recherches ne progressant pas, le juge d’instruction en charge, Jean-Claude Van Espen, avait décidé de changer de service d’enquête… et de renvoyer une équipe chez Meert.

Celui-ci avait alors répété les mots de Dutroux six ans et demi plus tôt : “J’ai peut-être quelque chose à vous montrer.”
Alexandra, que tout le pays (Child Focus, télés, etc.) recherchait depuis 82 heures, était cachée recroquevillée et silencieuse dans une sorte de petite cavité masquée par une cloison derrière le lit et une pile de bouquins.

Meert s’est suicidé. Il était sur la mauvaise pente. Mais il avait changé de terrain de chasse.

L’enquête de la police de Liège commençait. Elle avait déjà établi que Meert était connu dans son nouveau quartier pour “venir en aide aux jeunes en difficulté et les héberger”.

L’enquête portait sur au moins cinq adolescents et jeunes gens souvent rencontrés sur la nouvelle plaine de jeux Agora de la rue Grétry. En novembre, un contrôle de police avait confirmé la présence chez lui à 3 h du matin d’un garçon âgé de 14 ans et demi.

Les auditions débutaient. Il était question de cadeaux, de films pornographiques chargés sur internet et de jeux sur console avec à la clé, pour les perdants, des gages sexuels.

Dans le quartier du Longdoz où il se faisait passer pour un “brocanteur bruxellois ”, des parents avaient commencé à s’inquiéter. Meert leur avait menti. Le ravisseur d’Alexandra avait prétendu qu’il avait fait de la prison pour attentat à la pudeur sur un garçon de 12 ans, mais que le garçon avait beaucoup exagéré et que, d’ailleurs, le dossier avait été classé sans suite. En fait, Meert avait pris 5 ans.

À Liège, Daniel Meert se faisait appeler “Papy” . À Bruxelles, c’était “Tonton” et “Parrain”."

Un article de Gilbert Dupont.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La pédophilie galope en Algérie   Jeu 27 Jan - 5:54

Algérie: La pédophilie fait des ravages
janv. 26|9:14 pm



La pédophilie est devenue une réalité indéniable en Algérie. Ce phénomène, naguère méconnu dans notre société, est en train de gagner du terrain.

Pour preuve, les cas d’enlèvements d’enfants motivés par des abus sexuels, dont font état mensuellement les services de sécurité, sèment la psychose. En effet, pas moins de 146 enfants ont été enlevés en deux ans dans l’ensemble du pays, selon des statistiques de la Gendarmerie nationale.

Ce chiffre, qui donne froid dans le dos, risque d’augmenter dans les prochaines années, d’autant plus que le terrain est très propice aux kidnappeurs qui agissent en toute quiétude pour arriver à leurs fins. Jusqu’à présent, la police comme la Gendarmerie nationale font face à ce phénomène avec peu d’expérience. Pis, aucune section spécialisée dans la pédophilie n’existe en Algérie, et c’est ce qui a rendu encore plus difficile la tâche de ces corps de sécurité.

La situation est au rouge, selon les prévisions de bon nombre d’observateurs avertis, qui expliquent le phénomène de l’enlèvement par une recrudescence des actes de banditisme, de terrorisme, et surtout de pédophilie. Aujourd’hui, le kidnapping d’enfants reprend de plus belle dans diverses régions du pays, dont la Kabylie, en proie à des actes de terrorisme et de banditisme qui ne cessent de gagner du terrain.

L’histoire de la fillette âgée de 13 ans, kidnappée à El-Rahmania, quelques jours avant le début du mois sacré de l’année dernière, alors qu’elle se rendait chez son frère, l’enlèvement de Amira, âgée de 3 ans, ravie également deux jours avant le début du ramadhan, le rapt du fils de commerçant de la commune des Ouadhias à Tizi Ouzou, sont autant de cas révélateurs de l’ampleur effrayante que prend ce fléau ravageur.

Yacine, Amira, Yasser, Fatiha et les autres
Tout le monde se souvient de la petite Amira Hamzaoui, portée disparue deux jours avant le début du mois sacré, qui a été retrouvée quelques jours après. Agée d’à peine trois ans, la petite fille jouait devant la maison de ses parents, une ferme située à Ain Tagourait, wilaya de Tipasa, lorsqu’elle a été enlevée. La gamine, en compagnie de sa sœur et de son cousin âgé de 16 ans, profitait de cette mi-journée ensoleillée.

Il a fallu une minute d’inattention pour que la petite disparaisse. Sa maman, effondrée, a longuement cherché l’enfant, mais en vain. Elle n’était plus là. «Amina, ne pouvait pas sortir seule, ce n’est qu’un bébé, quelqu’un l’a enlevée», n’a cessé de répéter la mère, au bord de la dépression. Les espoirs de la famille d’Amira sont restés vains, malgré les innombrables SOS lancés à travers la presse.

Quelques semaines plus tard, le corps sans vie de l’enfant est découvert. En effet, Amira, le petit ange gracieux, comme aiment à l’appeler ses proches, a été retrouvée assassinée, et à un stade de décomposition avancé. Chose prévisible. Le corps portait des marques de maltraitance et de viol, ce qui a poussé les forces de l’ordre à émettre l’hypothèse d’un acte pédophile commis par une personne dont le visage était familier à Amira.

L’hypothèse s’est renforcée par l’accusation portée par la famille de la petite contre un cousin qui avait l’habitude de leur rendre visite et que la petite adorait. Une enquête a été ouverte pour connaître les motifs du meurtre.

Les services de sécurité de la wilaya de Tipasa se disent incapables de se prononcer sur les circonstances du meurtre, avant le rapport du médecin légiste, élément indispensable susceptible de diriger l’enquête vers une piste plausible. Autres lieux, autres faits divers odieux.

A El Rahmania, Fatiha ne savait pas que la visite qu’elle allait rendre à son frère, berger dans la région de Chouakria dans la même commune, allait être la dernière. La petite fille a été enlevée alors qu’elle se rendait sur le lieu de travail de son frère comme berger.

Depuis, Fatiha n’a plus donné signe de vie, laissant sa famille effondrée. La famille de la victime a contacté les services de la Gendarmerie nationale qui ont procédé à une enquête minutieuse afin de déterminer les circonstances du kidnapping.

Mais à ce jour, aucune piste n’a abouti. L’hypothèse de l’enlèvement a été soulevée, sachant que la famille de la victime avait reçu des appels anonymes demandant une rançon. Ces appels sont restés sans suite, selon les déclarations de l’oncle de Fatiha. La famille de la petite Fatiha prie toujours pour la re-trouver un jour saine et sauve.

21% des kidnappeurs sont des voisins
A la lecture de tous ces faits divers, l’appel à la vigilance est devenu plus que jamais une nécessité pressante, au moment où nos bambins risquent de rencontrer, sur le trajet de l’école, dans la cage d’escalier ou dans la rue, un étranger animé d’intentions malsaines.

Il suffit d’un moment d’inattention, et le tour est joué, car on ne prévoit jamais ce type d’incidents malencontreux. Nombreux sont les cas de disparitions d’enfants retrouvés morts dans la majorité des cas, qui défrayent la chronique, plongeant la société civile dans un état de terreur constant.

Les chiffres avancés par les services de sécurité reflètent l’alarmante expansion d’un phénomène qui hante, aujourd’hui, la population algérienne. En effet, les dernières statistiques réalisées par les services de la Gendarmerie nationale en 2010, mettent en évidence 146 cas de kidnapping dont la majorité a eu pour motif l’abus sexuel.

Yasser de Constantine, Yacine d’Alger et bien d’autres noms de marmots disparus et décédés dans des conditions douteuses, nous rappellent le terrible cauchemar que nous redoutons tous. Ne plus retrouver son enfant à ses côtés et s’en remettre à l’évidence qu’il vient d’être kidnappé et que ses ravisseurs, rarement en proie à un sentiment de culpabilité, daignent le reconduire jusqu’à la maison.

Ce qui s’est produit avec le jeune Yasser de Constantine, âgé de 12 ans, confirme que la pédophilie est bien présente en Algérie, car le kidnappeur et violeur du petit n’était autre que le voisin proche qui avait l’air si ingénu et adorait jouer avec le petit garçon. Personne ne se douta de ses intentions jusqu’au jour où le drame survint. Il est à signaler que notre pays souffre sérieusement de ce fléau qu’est la pédophilie.

Des statistiques publiés par la GN affirment, d’autre part, que 46% des cas d’enlèvements ont concerné les enfants dont l’âge varie entre 11 et 15 ans, contre 22% pour ceux âgés entre 6 et 10 ans, 12% pour ceux âgés entre 16 et 18 ans, et 10% pour ceux de moins de 5 ans. Les mêmes statiques indiquent que 21% des agresseurs sont des voisins, donc des personnes faisant partie de l’entourage de enfant, 9% sont des instituteurs, dans les 6% restants figurent parents, gardiens, proches et fonctionnaires au niveau de l’administration de l’école.

Sofiane Abi "Le jour d'Algérie"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie: un travailleur social suisse avoue avoir abusé de 122 victimes   Mar 1 Fév - 16:43

Pédophilie: un travailleur social suisse avoue avoir abusé de 122 victimes
01.02.11 - 17:30
Un travailleur social est accusé d'avoir abusé sexuellement de 122 enfants ou personnes handicapées. Ces crimes ont principalement été perpétrés au sein des institutions dans lesquelles ce Bernois de l'Oberland âgé de 54 ans a travaillé ces 29 dernières années. Près des trois quarts sont prescrits.
Selon l'enquête ouverte en mars 2010 dans le canton d'Argovie, l'accusé, qui se décrit lui-même comme un pédophile, a sévi dans les neuf établissements qui l'ont employé. La plupart se situent dans le canton de Berne et deux se trouvent en Appenzell et en Allemagne, ont indiqué mardi devant les médias les représentants du ministère public et de la police de Berne.
Interrogé plus d'une cinquantaine de fois depuis son interpellation dans le cadre d'une enquête consécutive à une dénonciation de deux victimes, l'homme s'est montré "très coopératif", selon le ministère public. Il a avoué avoir abusé de 114 victimes, alors que dans huit cas il s'agit de tentatives.
Les victimes sont en grande majorité de jeunes hommes handicapés physiquement ou mentalement. Parfois aussi des femmes. L'accusé s'est également attaqué à des enfants de membres du personnel de certains établissements. La victime la plus jeune était âgée d'une année à l'époque des faits.
Belga
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: «Je l'ai payé pour du sexe avec son enfant»   Jeu 10 Mar - 4:28

PÉDOPHILIE EN SUISSE09 mars 2011 08:22; Act: 09.03.2011 10:50 Print

«Je l'ai payé pour du sexe avec son enfant»
Pietro M., 31 ans, a avoué s'être mis d'accord avec un Suisse pour abuser de son enfant pour la somme de 300 euros. Entendu par la police italienne, il a tout raconté.


par e-mail
Un pédophile italien a pu s'adonner à des pratiques sexuelles sur un enfant de cinq ans en payant la somme de 300 euros à son père, domicilié près de Zurich.

L'homme a été arrêté l'été dernier dans le cadre d'une vaste opération de lutte contre la pédophilie en Italie. Il s'agit d'un enseignant de 31 ans originaire de Basilicate, dans le sud du pays, qui dénichait ses victimes sur internet. C'est de cette manière qu'il a déniché ce père de famille en Suisse et qu'ils ont convenu un rendez-vous, révélait lundi «La Gazzetta del Mezzogiorno».

Je me suis rendu chez lui, en Suisse

Son récit y est décrit comme «froid et lucide». Il a raconté aux enquêteurs ses méfaits sexuels à l'étranger, que ce soit au Laos, au Vietnam, en Thaïlande ou en Suisse. La méthode est la même. Il se rend sur des chats et convient de rendez-vous. «Le Matin», qui s'est procuré une copie du procès-verbal de l'audition, révèle que le cas suisse s'est produit en 2007. «J'ai rencontré cette personne qui vivait en Suisse et qui utilisait le pseudo «Dad of Spain», raconte-t-il aux policiers, et je me suis rendu chez lui, en Suisse.» Le nom du village lui échappe désormais, mais il a déclaré y avoir retiré 300 euros dans un bancomat et les policiers ont pu retrouver la trace de cette transaction.

Des rapports photographiés et publiés

«Après m'avoir emmené chez lui, «Dad of Spain» m'a fait jouer avec son fils et m'a permis de prendre des photos». Puis le père aurait eu avec son fils des rapports oraux pendant que Pietro M. prenait des photos. «J'ai ensuite eu moi aussi des rapports complets avec l'enfant. Le père était présent, nous avons convenu d'un prix, 300 euros, que je lui ai donnés le lendemain quand il m'a raccompagné à la gare.»

A la question de ce que sont devenues les photos, Pietro M. a répondu les avoir toujours en sa possession, sur le disque dur de son ordinateur qui a été saisi par les officiers. Elles ont été disponibles sur le web et la police tente désormais de retracer ceux qui les ont téléchargées.

L'enseignant a indiqué aux policiers que l'enfant dormait pendant l'acte, mais il dit ignorer si le père l'avait drogué ou pas. «Je l'ai vu lui donner un verre de coca-cola, mais je ne sais pas s'il y avait ajouté autre chose.»

(frb)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pour fazire plaisir à l'occident   Jeu 10 Mar - 4:30

Cambodge: 2 Français inculpés
AFP
09/03/2011 | Mise à jour : 11:51 Réactions (Cool
Deux Français ont été interpellés puis inculpés dans des affaires distinctes de pédophilie au Cambodge, ont indiqué des sources judiciaires. Le tribunal municipal de Phnom Penh a inculpé un photographe et designer de 35 ans pour "production et vente de pornographie infantile sur l'internet", a indiqué à l'AFP le procureur, Plang Sophal.

L'accusé avait été arrêté dimanche alors qu'il préparait des photos de trois mineures dans une maison de la capitale. Son épouse a été elle aussi arrêtée et sera poursuivie pour complicité. Tous deux risquent jusqu'à 20 ans de détention. Le magistrat a ajouté que le Français était soupçonné d'avoir abusé d'au moins huit enfants, âgés d'entre cinq et treize ans.

Dimanche, dans une autre affaire, un Français de 60 ans a été inculpé de harcèlement sur trois garçons âgés de 10 à 13 ans dans la cité balnéaire de Sihanoukville, selon Suon Sophan, chef-adjoint de la section de protection des mineurs. Depuis 2003, le Cambodge s'efforce de corriger son image de refuge pour pédophiles. Il emprisonne régulièrement des étrangers soupçonnés d'actes sexuels sur des mineurs, ou les expulse pour qu'ils soient jugés dans leur pays d'origine.

car les cambodgiens savent vivre sans ce tabou là ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: pédophilie pour cause de précaution !!!:-))   Sam 16 Avr - 5:09

INTIMITE - Polémique après la fouille d’une fillette de 6 ans à l’aéroport

Les fouilles corporelles minutieuses doivent-elles concerner les jeunes enfants ? Le débat est relancé aux Etats-Unis après la mise en ligne d’une vidéo sur YouTube par un couple d’Américains outrés de la fouille de leur fille de 6 ans, à l’aéroport de La Nouvelle-Orléans, relate 20 Minutes.

Sur la vidéo, on voit une agent de la TSA, l’agence de la sécurité aérienne, effectuer de longues palpations sur le corps de l’enfant, la prévenant qu’elle va passer la main “derrière sa ceinture” et ne va toucher ses parties intimes “qu’avec le dos” de ses mains, avant de la laisser passer sous le portique de sécurité.

La fouille est-elle allée trop loin ? Pour les parents, c’est un fait. Leur fille se serait par la suite mise à pleurer, pensant qu’elle avait “fait quelque chose de mal”. Un élu républicain de la Chambre des représentants, Jason Chaffetz, a dénoncé “un viol clair” d’une règle de la TSA déconseillant les palpations sur les enfants de moins de 13 ans. L’agence a de son côté défendu son employée, indiquant que ces fouilles étaient autorisées afin d’éviter que des terroristes n’utilisent des enfants pour commettre des attentats.

Partagez cet article

15 avril 2011 Publié Actualité | Lien permanent | Alerter

Commentaires
Ah le terrorisme! Comme c’est utile et pratique. Sans le terrorisme, comment voler et envahir les pays musulmans et les délester de leur pétrole ?
Sans le terrorisme, comment priver les populations occidentales de leur libertés fondamentales et les transformer en moutons dociles ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie: L'École en bateau aux assises   Ven 13 Mai - 11:49

Pédophilie: L'École en bateau aux assises
AFP
10/05/2011 | Mise à jour : 17:11 Réagir
Le fondateur de l'association L'Ecole en bateau et quatre autres personnes, soupçonnés de viols aggravés à bord d'un bateau-école dans les années 1980, sont renvoyés devant la cour d'assises des mineurs.

Près de 17 ans après la première plainte déposée en 1994, Léonide Kameneff, 74 ans, ancien capitaine du "Karrek Ven", et quatre anciens membres de l'équipage comparaîtront devant les assises des mineurs, une des personnes poursuivies étant mineure au moment des faits entre 1981 et 1995. Ils sont renvoyés devant la cour d'assises notamment pour des "pénétrations sexuelles par violence, contrainte, menace ou surprise" sur des mineurs de moins de 15 ans.

Emprise psychologique des adultes

Une trentaine de jeunes ayant navigué sur le bateau-école ont dénoncé à la police des abus sexuels et quatorze se sont constitués parties civiles, les faits dénoncés par les autres étant prescrits. L'enquête a établi que les mineurs "se retrouvaient à vivre à mille lieues de leur domicile et de leurs parents, en huis clos avec des adultes référents qui détenaient leur passeport et qui librement pouvaient exercer toute leur emprise psychologique sur eux, jusqu'à leur imposer des actes de viols et d'agressions sexuelles pendant toutes ces années".

"C'est une grande étape pour les victimes qui se sentent confortées dans leur action", a déclaré à l'AFP l'avocat des parties civiles, Me Eric Morain. Fondée par M. Kameneff, l'association L'Ecole en bateau prônait "l'épanouissement intellectuel, psychologique, affectif et social" de l'enfant.

Si une majorité d'enfants ont déclaré à la justice, selon une source proche du dossier, avoir "passé un séjour formidable" à bord du thonier, d'autres ont dénoncé l'aspect sectaire de l'éducation pratiquée. Ils ont notamment décrit des séances d'autocritique et d'accusation publiques, des séances de massage ou de masturbation collective.

Environ 400 enfants ont séjourné sur les deux bateaux écoles de l'association entre 1969 et 2002. Les aventures des adolescents du "Karrek Ven" avaient fait l'objet d'émissions sur une chaîne publique dans les années 80.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pascal Zimmer a disparu il y a 10 ans à Burbach, un quartier de Sarrebruck   Mar 17 Mai - 5:23

Pascal Zimmer a disparu il y a 10 ans à Burbach, un quartier de Sarrebruck. Sa disparition a été à l’origine d’un procès en pédophilie retentissant qui s’est soldé, après trois ans, par l’acquittement des treize inculpés. Le corps du garçonnet disparu n’a jamais été retrouvé malgré des recherches intensives qui avaient notamment conduit les autorités de police du côté français de la frontière sarro-mosellane, à Schoeneck, dans une carrière désaffectée.

Pascal Zimmer a été vu la dernière fois le 30 septembre 2001.(photo: DPA)
Selon l'édition du lundi du quotidien sarrois Saarbrücker Zeitung, Pascal Zimmer, âgé de cinq ans au moment des faits en 2001, aurait été enterré sur le terrain d'une propriété au Luxembourg. Celle-ci appartiendrait à une complice de la gérante de la Tosa-Klause - le bar où Pascal a été vu la dernière fois - qui était suspectée d'être à la tête du réseau de pédophiles. Ce dernier sévissait à Sarrebruck-Burbach et proposait régulièrement Pascal pour un prix de 20 D-Mark la passe (10 euros).

10 ans après, le mystère reste entier

Selon le quotidien sarrois, c’est une des trois femmes accusées qui aurait confié à une codétenue que le corps du petit Pascal avait été déplacé après avoir été enterré une première fois dans la carrière désaffectée de Schoeneck. Inquiète que l’endroit puisse être dévoilé, la gérante de la Tosa-Klause aurait fait emmener le corps chez une complice au Luxembourg. Sans plus de précision. Cet indice classé comme étant le numéro 677 dans l’affaire de la disparition de Pascal Zimmer n’a pourtant pas été suivi et aucune demande de vérification n’a jamais été adressée à la police grand-ducale par les autorités policières et judiciaires sarroises.

Dix années après la disparition du petit Pascal, le mystère de cette affaire reste entier. Les parents du garçonnet sont décédés ainsi que plusieurs accusés. Selon le parquet de Sarrebruck, cité par la Saarbrücker Zeitung, la seule possibilité de réouverture d’une instruction passerait par un recours d’un des accusés acquitté - ce qui est plus qu’improbable - ou par la désignation d’un nouveau suspect. Une quatorzième personne, qui aurait dû être traduite en justice côté français, est décédée avant son inculpation par les autorités françaises. La réponse à la question posée par l’indice 677, à savoir si Pascal a bien été enterré au Luxembourg, restera ainsi probablement définitivement sans réponse.

L’essentiel Online
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Maroc   Jeu 23 Juin - 4:41

Après les déclarations de Luc Ferry, nous sommes partis au Maroc, à la ­rencontre des bénévoles de l’association Touche pas à mon enfant qui, ­depuis 2004, ­luttent contre la pédophilie et le tourisme sexuel.
Marrakech, la perle du Sud, attire chaque année des millions de visiteurs avec la magnifique mosquée de la Koutoubia, mais surtout la célèbre place Jamaa El Fna, où charmeurs de serpents, dresseurs de singes, diseuses de bonne aventure, conteurs, musiciens font leur numéro pour le plus grand plaisir des touristes venus savourer un peu du folklore marocain. La place Jamaa El Fna et ses charmes… Selim*, 17 ans, les connaît bien, pour avoir fait le bonheur d’un genre bien particulier de touristes. Regarder la place à travers ses yeux, c’est découvrir un univers sordide, celui de la prostitution des mineurs et du tourisme sexuel, parmi le tourisme classique. C’est dans cette ville, à en croire Luc Ferry, qu’un ministre français a été arrêté, mais jamais inquiété, pour pédophilie. Le parcours de Selim ressemble à celui de milliers d’autres jeunes marocains. La pauvreté et le dénuement de leur quotidien contrastent avec les portefeuilles bien garnis des Européens. « J’avais 14 ans la première fois que je suis parti avec un client, se souvient-il. Je n’allais plus à l’école, je n’avais pas d’argent, j’étais désespéré. Des amis m’ont proposé de “travailler” avec eux. Ils parlaient de s’amuser. C’était plus facile de le prendre comme un jeu. Mon premier client était français, presque tous ceux qui ont suivi aussi. J’ai arrêté de me prostituer l’année dernière… Je commençais à m’automutiler à coups de rasoir. »
Ce soir, Selim doit retrouver Youssef*, 23 ans, autre ancien prostitué, devenu membre de l’association Touche pas à mon enfant, Abderrahmane, 22 ans, et Simo, 21 ans, deux membres de la coordination locale, dans le quartier de Gueliz, près d’un fast-food, un des lieux de rendez-vous des pédophiles occidentaux et des jeunes prostitués, pour un travail de sensibilisation : repérer les enfants les plus vulnérables et les informer des dangers. Une heure du matin, le quartier est bondé. Enfants, adolescents, garçons ou filles, le quartier est un supermarché pour pervers. Entre jeunes et touristes, le ballet est incessant. Youssef signale à Abderrahmane un groupe de quatre Français- attablés en terrasse. « Ce sont des habitués. Je les connais très bien. Ils ont tous été mes clients, j’étais tout jeune. J’ai changé, mais pas eux ni leurs habitudes. » Youssef et Selim indiquent à Abderrahmane et Simo les codes, les gestes pour communiquer en toute discrétion. « Il suffit d’un sourire, d’un regard pour dire si on est intéressé, explique Selim, ensuite le gamin suit le touriste jusqu’à son appartement ou sa chambre. Ils ne marchent jamais côte à côte et ne se parlent pas en public pour éviter de se faire prendre. D’ailleurs la plupart des clients louent des appartements. C’est plus discret qu’un hôtel et ils peuvent faire monter trois ou quatre enfants en même temps… C’est leur truc préféré. Pour ma première passe, le client m’avait emmené avec deux autres copains. »
(*) Les prénoms ont été modifiés.
Lire l'article intégral dans VSD n°1765 (du 23 au 29 juin 2011)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie : Jack Lang/Frédéric Mitterrand, vidéos gênantes   Sam 9 Juil - 17:04

Pédophilie : Jack Lang/Frédéric Mitterrand, vidéos gênantes
Rédigé par lesoufflet le 9 juillet 2011Déjà 2 remarques

Deux vidéos trouvées sur le web mettent respectivement en cause deux ministres de la Culture dans des histoires de pédophilie.

La première est le témoignage violent de Roger Holeindre qui assure que « des gamins étaient prostitués à des gens comme Jack Lang ». La deuxième vidéo montre Frédéric Mitterrand qui explique tranquillement dans un dîner mondain qu’un homme « au delà de 14 ans c’est dégueulasse ».

Chacun se fera son idée de ces deux extraits vidéos. Certain rappelleront que Roger Holeindre, bien qu’ancien résistant héroïque et ancien grand reporter pour Paris-Match et Le Figaro, est un proche des Le Pen, et un membre fondateur du FN. D’autres nous expliqueront que Frédéric Mitterrand (dont l’affaire des 120 000 euros d’argent publique pour faire nettoyer son linge pourrait enfin coûter la peau) était en train de plaisanter lorsque cette petite boutade lui a échappé…

Rappelons tout de même pour faire contre poids ce que disait L’Express en 2005 et replongeons nous dans le roman a inspiration autobiographique de Frédéric Mitterrand :

_L’Express : « En 1996, un «blanc» – document non signé – des Renseignements généraux fait allusion à une vraie affaire de pédophilie survenue en 1988 dans le sud-est de la France et évoque, avec force détails scabreux, le couple Lang, citant des écoutes téléphoniques que personne n’a jamais entendues et qui ont été, selon la note… détruites depuis. [...] Enfin, à l’approche de la présidentielle de 2002, quelques chiraquiens racontent une arrestation de Jack Lang au Maroc, dans une affaire de mœurs, suivie d’une exfiltration discrète organisée par l’Elysée. »

_Frédéric Mitterrand : « J’ai pris le pli de payer pour des garçons [...] Évidemment, j’ai lu ce qu’on a pu écrire sur le commerce des garçons d’ici .[...] Je sais ce qu’il y a de vrai. La misère ambiante, le maquereautage généralisé, les montagnes de dollars que ça rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic. Mais cela ne m’empêche pas d’y retourner. Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément […] On ne pourrait juger qu’un tel spectacle abominable d’un point de vue moral, mais il me plaît au-delà du raisonnable […] La profusion de garçons très attrayants et immédiatement disponibles me met dans un état de désir que je n’ai plus besoin de réfréner ou d’occulter. L’argent et le sexe, je suis au cœur de mon système, celui qui fonctionne enfin car je sais qu’on ne me refusera pas. »



-------------




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les mineurs, premières victimes du viol   Mar 19 Juil - 2:30

Les mineurs, premières victimes du viol
18.07.2011


© DR

"En 2010, écrit le New Straits Times, le pays avait été bouleversé en apprenant qu'un chauffeur de taxi avait fait de six lycéennes des esclaves sexuelles après les avoir menacées de rendre publiques les vidéos dans lesquelles il les violait." L'horreur de cette histoire renforce une tendance plus générale : près de 3 viols sur 4 en Malaisie (73,9 % précisément en 2010) sont commis sur des personnes âgées de moins de 18 ans et 10 % sur des enfants de moins de 13 ans. La pédophilie, estime la psychologue Geshina Ayu Mat Saat, est "un problème extrêmement grave en Malaisie".

Tellement banal...alors pourquoi un tabou ? bounce

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Hollywood ? : un nid de pédophiles !   Ven 12 Aoû - 6:41

Corey Feldman: La pédophilie est LE plus gros problème d’Hollywood
Auteur: Jean-François Cloutier
Posté: 08/11/11 7:03

Corey Feldman a connu les hauts et les bas d’être célèbre et mineur. Dans une interview à ABC Nightline diffusé mercredi, l’ancien enfant vedette âgé maintenant de 40 ans, a déclaré que les pédophiles étaient « comme des vautours » dans l’industrie du divertissement.



« Le problème numéro un à Hollywood a été, est et sera toujours la pédophilie », at-il dit. « Tout cela est fait sous le radar … Mais c’est LE grand secret. » Corey Feldman a notamment joué dans des films classique tel que The Lost Boys, Teenage Mutant Ninja Turtles, Gremlins et The Goonies.

L’acteur du film Lost Boys a déclaré qu’il était « littéralement entouré » par des pédophiles, à l’âge de 14 ans, mais ne le réalisant pas « jusqu’à ce que je sois beaucoup plus vieux pour comprendre ce qu’ils étaient et ce qu’ils voulaient. »

Feldman a blâmé la mort de son ami Corey Haim à l’âge de 38 ans en 2010 sur les sévices subis dans les mains d’un « mogul hollywoodien » particulier, qu’il a refusé de nommer. « Il y avait un cercle d’hommes plus âgés qui entouraient ce groupe d’enfants » at-il dit. « Ils avaient chacun leur propre pouvoir, ou des connexions et de grands pouvoirs dans l’industrie du divertissement. »

Feldman a déclaré que la toxicomanie d’Haim était aussi un «symptôme» de la molestation qu’il a connu plus tôt dans sa vie.

« Il ya beaucoup de bonnes personnes dans cette industrie, mais il ya aussi beaucoup de gens vraiment, vraiment malades et de gens corrompus dans cette industrie », a déclaré Feldman. « Il ya des gens … qui ont fui [la pédophilie] pendant si longtemps qu’ils se sentent au dessus des lois. Et ça doit changer. Ça doit arrêter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Luc Ferry : un procureur marocain présente une commission rogatoire La justice marocaine a officiellement demandé au parquet de Paris, si des Marocains étaient mêlés à l'affaire de pédophilie présumée impliquant un ancien ministre français.   Ven 12 Aoû - 6:56

Luc Ferry : un procureur marocain présente une commission rogatoire
La justice marocaine a officiellement demandé au parquet de Paris, si des Marocains étaient mêlés à l'affaire de pédophilie présumée impliquant un ancien ministre français.


14
Le philosophe et ancien ministre de l'Education nationale Luc Ferry, jeune retraité de l'université de Paris VII, risque d'être rapidement rattrapé par la justice pour les propos tenus sur des actes pédophiles dont se serait rendu coupable un homme politique français il y une dizaine d'années, au Maroc.
Lors du Grand Journal du 30 mai 2011, Luc Ferry avait évoqué un ancien ministre français, qui se serait fait "poisser" dans un hôtel de Marrakech en compagnie de jeunes enfants. Sur le plateau de Canal+, il avait également affirmé avoir eu "des témoignages des autorités de l'Etat au plus haut niveau" au sujet de cette affaire.
Un procureur marocain a présenté, mercredi 10 août, une commission rogatoire au parquet de Paris, "pour savoir notamment s'il y a des ressortissants marocains impliqués dans cette affaire" a déclaré Najat Anwari, la présidente de l'Association marocaine "Touche pas à mon enfant". Il y a quelques semaines, le ministre marocain de la Justice, Mohamed Naciri, avait déjà ordonné l'ouverture d'une enquête par le parquet de Marrakech.
En France, les enquêteurs chargés de cette affaire souhaitent entendre les diplomates qui étaient en fonction au Maroc à cette période afin de déterminer si ils avaient été, à l'époque, mis au courant de ces actes pédophiles présumés par les autorités locales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Tourisme sexuel et pédophilie : Le silence du royaume chérifien   Dim 14 Aoû - 16:30

Tourisme sexuel et pédophilie : Le silence du royaume chérifien
dim, 14/08/2011 - 17:11
La misère et la pauvreté sont les vecteurs de tous les vices. Au royaume du Maroc où la pauvreté a atteint des seuils alarmants, des personnalités et des touristes à la recherche de loisirs et de plaisir s'arrogent le droit de s'adonner au tourisme sexuel en profitant de la misère des jeunes marocains. Selon le site Slate Afrique, les divers scandales ont poussé des ONG locales à briser ce tabou.
L'enquête sur cette pratique abominable révélée par le site Slate fait état de l'implication «d'un ancien ministre» mais évoque également l'implication de touristes pour lesquels le Maroc constitue une destination privilégiée pour le tourisme du sexe. C'est par la voix du philosophe français Luc Ferry lors d'un passage sur le plateau de Canal+ que cette information a été dévoilée.
Ce dernier avait dénoncé l'implication de cet ancien ministre français dans une supposée affaire de pédophilie à Marrakech et soutenu que les touristes sexuels ont fait du Maroc l'un de leurs terrains de chasse privilégiés. C'est grâce à une ONG marocaine créée en juillet 2004,
«Touche pas à mon enfant», qu'une véritable prise de conscience a été enregistrée sur ce fléau. Les membres de cette association présidée par Najat Anwar qui livrent une bataille sans répit contre toutes les formes de pédophilie se sont portés partie civile dans une multitude d'affaires et ont tenté de sensibiliser les marocains embourbés dans leurs traditions permissives à propos des abus sexuels sur les mineurs.
C'est cette association qui révéla cette pratique au grand jour. Dans une déclaration sur les ondes de Rue89, la présidente de l'association a affiché sa détermination à poursuivre en justice l'ancien ministre et ce, suite aux dénonciations du philosophe français. Sur un ton de révolte, elle fulmina :
«un responsable politique qui abuse de nos enfants, c'est inacceptable. Nous allons porter plainte contre X. Une enquête doit être ouverte pour faire la lumière sur cette affaire». Cette démarche est partagée par Moulay Mustapha Errachidi, le conseiller juridique de l'association qui précise : «Nous avions déjà entendu parler de cette affaire mais nous n'avions aucune preuve.
On ne peut donc pas donner de nom. Mais nous n'allons pas laisser faire, ce n'est pas une situation normale. C'est un crime politique. Il faut enquêter». Il est à rappeler qu'en 2005, à Agadir, a éclaté un scandale pornographique impliquant un journaliste belge.
A cette époque, l'affaire avait suscité la réaction des associations locales qui militaient pour offrir une assistance juridique, sociale et psychologique aux victimes d'abus sexuels. Suite à cela, les autorités marocaines ont démantelé de nombreux réseaux impliquant des occidentaux.
Les associations (ONG) venaient de briser un tabou sur une pratique abominable et perverse dont sont friands des touristes en mal d'équilibre. Les médias ont également largement contribué à la lutte contre ce fléau récurrent. En 2006, la chaîne de télévision espagnole Antena 3 avait diffusé un reportage explosif sur le tourisme sexuel au Maroc. Le film avait été réalisé par quatre reporters déguisés en touristes, équipés d'une caméra cachée.
On les voit passer devant une école à Marrakech et s'entendre dire par leur guide : «Allez-y choisissez celles que vous voulez» (parmi les collégiennes). On les voit encore solliciter une femme qui leur propose sa propre fille.
La même année, la chaîne française M6 réalisait une enquête similaire où l'on voit des rabatteurs de la place Jamaâ-El-Fna à Marrakech proposer des mineurs pour une poignée d'euros.
De son côté, le Centre marocain des droits de l'homme avait lancé une campagne de dénonciation baptisée «initiative nationale de lutte contre le tourisme sexuel au Maroc» et dont l'objectif était de briser le silence sur ce fléau et sensibiliser les familles, les médias, les juges, les avocats et les agents de police aux droits des enfants.
Toutes les actions menées par les autorités pour endiguer ce fléau sont restées vaines. La faiblesse des textes de loi en matière de répression des délits de viol en est une des raisons.
D. M.
lien:
Le Temps d'Algérie, 13/08/2011
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le cas Marocain   Jeu 1 Sep - 7:49

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Au Maroc (2)   Jeu 1 Sep - 7:50

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: « UNE FORME LARVÉE DE PÉDOPHILIE »   Mar 27 Sep - 15:57

« UNE FORME LARVÉE DE PÉDOPHILIE »

27-09-2011
Dernière mise à jour : ( 27-09-2011 )



photo archives MLT
Le « tonton » aubagnais qui persistait avec les fillettes.
Un retraité aubagnais a écopé hier à Marseille de 18 mois de prison ferme assortie d’une injonction de soins dans le cadre d’un suivi socio-judiciaire de 5 ans pour avoir agressé sexuellement sa petite nièce tout juste âgée de 6 ans. Le tribunal l’a maintenu en détention.
Devant les enquêteurs spécialisés de la brigade des mineurs, la jeune victime avait décrit la scène du 7 mars 2009 subie dans la chambre de son grand tonton alors que la mère se trouvait à l’étage inférieur. L’enfant n’avait pas osé en parler immédiatement, avait mal dormi. Ce n’est que le lendemain matin qu’elle avait tout raconté à sa mère, nièce du prévenu qui était allée le trouver avant de porter plainte.

« Je ne suis pas malin »
Des « accusations réitérées et constantes » que pointe le juge qui rappelle les mots de l’enfant. « Il est gentil tonton. Lui il veut que je fasse un bisou sur le kiki. Il m’a fait un bisou à la mounette. Après il m’a montré le lait qui sortait du zizi pour me l’enfoncer dans la moune », relit le président Castoldi dans un silence glacial. Le prévenu ne veut faire aucun commentaire. Aux policiers, il dira qu’il s’est juste passé de la crème sur la main pour soulager une douleur locale...
A la barre entre deux policiers, Robert, 69 ans, ancien militaire, est ainsi resté retranché dans un déni inquiétant. Il ne dit rien, ne veut même pas commenter, muré derrière une carapace qu’il avait un peu fendue devant l’expert psychologue pour laisser entrevoir une vision défensive pour le moins maladroite : « La mère de la gamine est folle. La gamine doit être un peu vicieuse aussi. Je devrais pas être condamné à beaucoup. » « Vous êtes dans le déni… », tente encore le juge. « Parce que je ne suis pas malin », lâche quand même le prévenu.

« A six ans, on ne peut pas inventer comme ça »
Pas de pathologie manifeste, dira un expert. « Une forme larvée de pédophilie », détectera un autre. Sur le banc des parties civiles, la maman consternée réagit : « A 6 ans, on ne peut pas inventer des choses comme ça, ça n’est pas possible. Je ne suis pas folle pour faire dire à ma fille que le lait ça sent pas bon ! »
Le doute raisonnable s’efface devant ce faisceau d’éléments à charges et deux antécédents qui attestent à tout le moins de la persistance de l’oncle à se retrouver dans des situations ambiguës avec les fillettes. D’abord une agression sexuelle classée sans suite faute d’éléments probants sur une gamine d’un camping des Lecques au cours de l’été 2006. Puis plus tard, pendant l’instruction, le magistrat apprend que le prévenu placé sous contrôle judiciaire vient d’être condamné en comparution immédiate le 10 mars 2011 pour une main passée sur le corps d’une autre gamine à la plage : 10 mois de prison avec obligation de soins et mise à l’épreuve pendant 2 ans. C’est ainsi que Robert a fini par goûter à la détention.

« C’est particulièrement hard »
« Qu’est-ce qu’on peut inventer à 6 ans ? Est-ce qu’on pourrait tromper comme cela la police et la justice ? », interroge la substitut Agnès Rostoker qui rappelle que les experts ont exclu toute manipulation de l’enfant, qu’il n’y a pas de conflit familial révélé. « Il y a même eu la tête appuyée pour faire une fellation à son grand-oncle. Ce sont des agressions sexuelles bien carabinées, c’est particulièrement hard. » De requérir 2 ans de prison ferme et 5 ans de suivi avec injonction de soins « pour qu’il réfléchisse à ses pulsions ».
Pour la partie civile, mesurée et loin d’être revancharde, Me Eric Bellaiche soulignait l’épreuve psychologique qui attend désormais cette « petite fille innocente » et la déception de voir aujourd’hui encore « cette carapace que le prévenu se forge autour de lui mais qui ne résiste pas aux nombreux éléments objectifs convergents ».
La voie étant si étroite en défense, le bâtonnier José Allegrini préférait porter le scalpel sur la méthodologie accusatrice du juge d’instruction et du parquet qui a eu besoin de « s’appuyer sur un dossier classé pour faire monter l’autre ». Les dires de l’enfant ? « Crédibles mais pas exacts. Il n’y a pas eu de fellation sinon nous serions aux assises. » De proposer la mise à l’épreuve d’un homme affaibli et divorcé pour qui « les années comptent double ». « Qu’il soit confronté à lui-même dans le cadre d’un suivi socio-judiciaire ! »
Dix-huit mois ferme en définitive, 5 ans de suivi socio-judiciaire et une épée de Damoclès de 2 ans de prison si l’obligation de soins n’était pas respectée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: JoePa   Ven 11 Nov - 9:01

Samedi, Joe Paterno, alias "JoePa", 84 ans, était encore l'entraîneur mythique des footballeurs américains de l'université Penn State, auréolé de deux titres nationaux. Empêtré depuis dans un scandale de pédophilie, il vient d'être renvoyé de son poste, à la fureur des étudiants.
L'affaire fait depuis ce week-end la Une, tous les jours, des journaux américains, avec une médiatisation à la hauteur de l'homme, une légende du football universitaire américain, lui-même très populaire dans un pays où le sport est un ascenseur social autant qu'un business.

"Si Penn State (en Pennsylvanie, est) était l'Eglise catholique, Paterno serait le Saint-Siège", écrivait mercredi le New York Times.
"JoePa", inamovible "coach" depuis 46 ans, présent dans l'encadrement de l'équipe des Nittany Lions depuis 62 ans, s'est retrouvé au centre d'une affaire de pédophilie dont il n'est pas l'accusé, mais dont il est tenu moralement responsable.
Samedi, Jerry Sandusky, 66 ans, qui fut pendant 33 ans son assistant, a été inculpé d'agression sexuelle sur huit mineurs, entre 1994 et 2009. Les agressions se seraient déroulées dans les douches de l'équipe ou pendant les déplacements sportifs.
Un jeune moniteur, surprenant Jerry Sandusky agressant un enfant en 2002, s'en était ouvert à M. Paterno qui lui-même en avait parlé au responsable des sports de l'université. Puis, plus rien, ce que lui ont reproché l'opinion publique et les médias.
Des têtes sont tombées. Le responsable des sports et le vice-président de cette université très cotée (95.000 étudiants) ont démissionné, après leur inculpation pour non-dénonciation de crime.
Sous la pression, Joe Paterno lui-même avait annoncé sa démission mercredi pour la fin de la saison 2011-2012 avant d'être un peu plus tard purement et simplement renvoyé par le conseil d'administration de l'université, qui a également limogé son président.
La décision a été suivie de véritables échauffourées sur le campus de State College. Des centaines d'étudiants criant "Nous voulons Joe !" se sont affrontés à la police anti-émeutes, renversant le camion d'une chaîne de télévision. Un photographe a été légèrement blessé.
Joe Paterno est une personnalité de légende dont la silhouette était célèbre sur les bords de terrain.
Le regard abrité par des lunettes épaisses, toujours vêtu d'un blouson bleu marine, Paterno a un faux air de Joe Pesci, l'acteur qui joue les mafieux dans les films de Martin Scorsese. Comme lui d'origine italienne, catholique, il a étudié à l'université mais a choisi de devenir entraîneur, en 1950.
Et il a accumulé les records. Il est "l'entraîneur qui a le plus gagné de matchs de toute l'histoire du football universitaire", affirme sa biographie sur le site des Nittany Lions, le premier à être parvenu au chiffre de 400 victoires dans une carrière (409 à ce jour), le seul à avoir remporté le grand chelem des trophées universitaires.
Récipiendaire de dizaines de récompenses en tant qu'entraîneur, il a permis à son université d'engranger des dizaines de millions de dollars. Il a lui-même offert 4 millions de dollars pour des bourses scolaires.
Paterno a "toujours tenu à ce que ses joueurs aillent en cours, et étudient", ajoute le site des Nittany Lions, "il disait que le succès d'une équipe ne se comptait pas à ses victoires, mais au nombre de citoyens responsables qu'elle formait".
Samedi, les Nittany Lions rencontrent à domicile les Nebraska Cornhuskers. Nos "pensées seront ailleurs", disait un bloggeur mercredi soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Scandale pédophile à l'université de Penn State, un coach légendaire de football américain congédié   Ven 11 Nov - 9:02

Scandale pédophile à l'université de Penn State, un coach légendaire de football américain congédié

Le football américain est terni par un scandale de pédophilie. Après l'arrestation de deux hauts fonctionnaires de l'Université de Penn State, dont Joe Paterno, légende vivante de ce sport.


Joe Paterno


Le conseil d'administration de l'établissement Penn State a rendu sa décision mercredi soir. Le célèbre coach universitaire, Joe Paterno, et le président de l'université, Graham Spanier, ont été licenciés. En cause, leur passivité face à un scandale de pédophilie.

Pour le coach le plus titré du football américain, âgé de 84 ans, Joe Paterno, c'est un sacré coup dur. La veille, il avait annoncé son départ à la retraite pour la fin de saison. Après 46 années de bons et loyaux services et de nombreux titres, il quitte la scène par la petite porte.

Une procédure judiciaire vise un de ses anciens adjoints, Jerry Sandusky, accusé d'abus sexuel sur huit enfants. Pour le Procureur général de Pennsylvanie, Joe Paterno a rempli ses obligations en vertu de l'Etat droit. Une approche critiquée par certains observateurs qui lui reprochent de ne pas avoir prévenu la police.

Les faits remontent à 2002. Un étudiant aurait surpris dans les douches du vestiaire de l'université un rapport sexuel entre Jerry Sandusky et un mineur d'une dizaine d'années. Ce témoin aurait alors rapporté, dès le lendemain, la scène à Joe Paterno.

"Ceci est une tragédie"

"Ceci est une tragédie. C'est l'un des grands regrets de ma vie. Avec le recul, j'aurais dû en faire plus. (…) Je pleure pour les enfants et leurs familles, et je prie pour eux", a regretté le coach.

Joe Paterno affirme que l'étudiant n'a pas donné de détails, il aurait juste fait état d'une conduite "inappropriée". Le coach aux petites lunettes aurait alerté deux supérieurs hiérarchiques, le directeur des sports de l'université, Thym Curley, et un vice-président de l'établissement, Gary Schultz. Ces derniers sont accusés d'avoir étouffé l'affaire et ont été inculpés, lundi, pour avoir menti devant le grand jury.

Le président de la faculté, Graham Spanier, promet lui qu'il ne connaissait pas les détails de l'affaire. Il était responsable de l'établissement depuis 1995.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Hollywood   Ven 2 Déc - 5:02

Le manager d'enfants acteurs a été arrêté pour avoir séquestré l'un d'eux. Selon la police, il aurait pu abuser d'autres victimes.

Pratique courante
Martin Weiss, 47 ans, a été arrêté mardi au terme d'une enquête de deux semaines déclenchée suite aux révélations d'un garçon de 18 ans qui a affirmé avoir été abusé par Weiss lorsqu'il était enfant. D'après sa déposition, la victime aurait eu entre 30 et 40 relations sexuelles avant l'âge de quinze ans. Selon le compte-rendu de la déposition qu'a pu obtenir le Los Angeles Times, Weiss aurait déclaré à la victime qu'il s'agissait de pratiques courantes dans l'industrie de l'entertainment et l'aurait menacée de ruiner sa carrière si elle parlait.

Relation consentie
Soupçonnant l'existence d'autres victimes, le jeune homme s'est présenté à l'appartement de Weiss le 15 novembre dernier, muni d'un enregistreur, et l'a confronté à ses abus présumés. Après avoir quitté le domicile du manager, il a dévoilé le contenu de la conversation à la police, craignant que d'autres garçons aient été victimes d'abus après avoir passé la nuit chez Weiss. Arrêté suite aux perquisitions menées à son domicile, Weiss a avoué avoir eu des relations avec son accusateur, exprimant une relation consentie.

Mail à ses clients
Représentant les intérêts de dizaines d'enfants acteurs, certains d'entre eux sont apparus récemment dans des films tels que les "Muppets" ou "Jack & Jill". Actif depuis le début des années 90, Weiss a été contraint de fermer son bureau de management. "C'est avec le coeur lourd et une grande tristesse que je dois fermer, avec effet immédiat, mon agence de Management et mettre fin au contrat des enfants", a-t-il déclaré dans un mail envoyé à tous ses "contacts". "N'essayez pas de me contacter, je vous informerai de la suite dès que je le pourrai. Merci d'avoir été des amis et des clients merveilleux".

Ce scandale éclate un mois après la découverte de l'activité d'un ancien pédophile en tant que directeur de casting en dépit de son passé de délinquant sexuel. En 1996, alors qu'il était âgé de 19 ans, Murphy avait kidnappé un enfant de huit ans à New York. Déguisé en femme, il avait enlevé l'enfant avant de prendre la fuite avec lui. Il avait été arrêté suite au témoignage d'un employé d'hôtel et condamné à cinq ans de prison.

L. Struys, correspondant à Hollywood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: 'Université Penn State a décidé de verser 1,5 million de dollars à des associations de protection contre les crimes sexuels.   Ven 2 Déc - 7:55

Trois semaines après le scandale de pédophilie qui a terni sa réputation, l'Université Penn State a décidé de verser 1,5 million de dollars à des associations de protection contre les crimes sexuels.

Cette somme, qui provient de la part de revenus de matchs de bowl du Big Ten, va être donnée aux organismes Pennsylvania Coalition Against Rape et National Sexual Violence Resource Center, dans le cadre d'un partenariat de trois ans.

Par ce geste, l'établissement tente visiblement de faire oublier sa gestion critiquée de l'affaire qui a touché l'ancien entraîneur de football Jerry Sandusky.

Cet homme est soupçonné d'avoir agressé neuf jeunes de moins de 15 ans de 1994 à 2008.

L'entraîneur-chef Joe Paterno, 84 ans, avait été alerté en 2002 de ces agissements par un employé de l'Université.

Également informés, le directeur des services athlétiques de l'Université, Tim Curley, et le directeur des services de police du campus, Gary Schultz, n'ont pourtant rien fait.

Le légendaire entraîneur Paterno a depuis pris la porte, ainsi que le président de Penn State Graham Spanier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: a Marakech   Dim 8 Jan - 8:24

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie Tunisienne   Jeu 19 Jan - 4:35

En Tunisie, comme ailleurs, la pédophilie profite encore d’une loi du silence quasi-généralisée. Sujet tabou dans une société où le moindre mal est camouflé et embelli, cette vérité éclate aujourd’hui et fait beaucoup de bruit. L’amnistie générale, qui a permis de remettre en liberté de nombreux prisonniers coupables de crimes en tous genres - pédophilie comprise -, semble délier les langues. Une véritable omerta règne sur cette pratique de l’ombre sur laquelle on ferme honteusement les yeux, de peur de voir toute l’horreur qui l’entoure.

La pédophilie, concept plutôt ambigu, est « l’attraction sexuelle envers des personnes que la loi définit comme des enfants ». Il s’agit donc, à la fois, d’une infraction et d’un trouble de la préférence sexuelle. Les cas de crimes pédophiles ne remplissent pas les colonnes des journaux à scandales tunisiens, mais ce mal ne cesse de prendre de l’ampleur dans le pays. Si les victimes des délinquants sexuels se comptent parmi toutes les catégories d’âges, il n’en demeure pas moins que les mineurs fassent également partie du triste tableau, tout autant que les adultes. Attentat à la pudeur, attouchement, viol, inceste…sont autant de manifestations abjectes d’un mal qui continue bien de sévir dans notre société. Une société « touchée », malgré ce qu’on pourrait croire, par la pédophilie.

On rappellera les tristes faits, de l’année 2007, où un ressortissant américain fut jugé pour pédophilie et détention de photos et de films pédopornographiques. Un avocat de 47 ans qui « s’est adonné à la sodomie sur la personne d’un mineur tunisien et qui disposait de fichiers de photos et de films pornographiques, destinés à la diffusion » (Tel que rapporté par la TAP). L’accusé aurait également abusé de nombreux autres enfants et diffusé, sur son site internet, des films et séquences pornographiques pédophiles, auprès d’amis en Tunisie. Une affaire dont la presse fait écho s’agissant d’une « première » en Tunisie.

Un autre « cas » semblable fait du bruit en 2011. Un touriste anglais en visite en Tunisie a été arrêté, en possession d’enregistrements à caractère pédophile, à l’aéroport de Tunis-Carthage alors qu’il prenait un avion de retour vers son pays d’origine.
Le tourisme sexuel semble faire recette en Tunisie. Un mot bien souvent empreint d’un étrange exotisme et qui, pratiqué à des milliers de kilomètres loin de chez soi, semble perdre la lourdeur de sa culpabilité. Un tourisme d’un genre particulier qui se développe à quelques pas de chez nous, dans les pays d’Afrique, et même, ô scandale ! En Tunisie.

Boosté par la faiblesse d’une législation dissuasive et par une population libérée des poids des traditions, le tourisme sexuel se nourrit aussi de la misère. Si les touristes occidentaux, mais aussi ceux des pays du Golfe, semblent faire aussi leur « shopping » en Tunisie, cette pratique semble être à la portée de Monsieur ou Madame Tout-le-Monde. « Slateafrique », journal africain en ligne, place la ville de Hammamet parmi les grandes destinations du tourisme sexuel en Afrique : « Une destination de choix pour les touristes sexuels».
Mais au risque de choquer les plus conservateurs (et crédules), la pédophilie est loin d’être l’apanage exclusif des pays occidentaux. Les pays arabes, musulmans de surcroit, font face à ce phénomène….de plus en plus élargi.
En Tunisie l’inceste semble être la première cause des abus sexuels sur les enfants. Des cas d’attouchements d’enfants de la part d’un parent proche - père, oncle, cousin ou grand frère – seraient même assez courants.
Les médecins que nous avons interrogés sur le sujet nous font part d’un constat sans équivoque : « une grande majorité des victimes de pédophilie, serait liée à des cas d’incestes », des cas dénoncés tardivement par l’enfant, à l’adolescence ou même après. Les attouchements étant généralement opérés par un membre « de confiance » l’enfant n’ose pas en parler, victime d’un silence pesant imposé par un acte qu’il ne comprend pas. La famille ne soupçonne parfois même pas l’existence de pareils abus.
Des abus commis par un être qui pervertit son autorité par un pouvoir sur le corps de sa victime. Tel est le cas de l’inceste où le parent pensant détenir le corps de son enfant, en fait un objet sexuel.

Poussons encore plus loin l’horreur, et citons les cas des abus faits par les hommes religieux ou les enseignants dans les écoles coraniques ou les « kottéb ». Nombreux sont ceux qui croient que l’Eglise chrétienne détient la palme en matière de scandales pédophiles, en raison de la frustration de ses prêtres, contraints à la chasteté. Les récentes études démontrent cependant que les abus seraient fortement corrélés au poids d’une « institution qui pense détenir la vérité et se place dans une situation de puissance », puissance sur les hommes, mais aussi sur les âmes.
Une puissance conférée également à l’institution islamique qui a la mission sacrée d’élever les âmes…et les corps.
La pédophilie semble être une véritable « culture populaire» dans certains pays se voulant être « islamiques ». Une pratique que nombreux légalisent même au nom de l’Islam, à travers les mariages précoces avec des filles impubères, ou même encore, les contrats de mariage temporaires.

Le code pénal tunisien, occultant de telles pratiques, semble disposer de tout un arsenal juridique pour sanctionner les crimes de viols et d’abus sexuels sur mineurs. La Tunisie a même ratifié, sans aucune réserve, la Convention des Droits de l’enfant concernant les articles 34 et 35, relatifs à la protection de l’enfant contre toutes les formes d’exploitation et de violence sexuelles.

Selon le code pénal, l’attentat à la pudeur commis sur un enfant, âgé de moins de 18 ans, est punissable de 12 ans de prison. En cas de violences, d’usage d’arme ou de séquestration, cette peine peut aller jusqu’à l’emprisonnement à vie. L’attentat à la pudeur commis sans violence sur un enfant âgé de moins de 18 ans est punissable de cinq à six ans d’emprisonnement. Une peine doublée dans le cas où, les coupables des infractions seraient des ascendants de la victime ou auraient de quelque manière que ce soit, autorité sur elle ou même si l'attentat a été commis avec l'aide de plusieurs personnes (articles 228 et 228 bis du code pénal).
Malgré cette loi, dans certains cas, les peines prononcées demeurent légères, fruit de la corruption ou d’un manque de preuves et de témoignages.
Cette législation peut également sembler relativement souple comparée à celle appliquée dans d’autres pays comme la Russie par exemple où les députés viennent de voter une loi pour « castrer chimiquement » les pédophiles reconnus coupables de crimes sexuels sur des mineurs de moins de 14 ans. Une réponse de la société « à l'augmentation du nombre des crimes sexuels sur les mineurs ».

Mais pour punir, encore faut-il que l’action soit dénoncée. Ce qui est loin d’être évident lorsqu’on connait les conditions inconfortables dans lesquelles les plaintes sont déposées, où les enfants envahis par la peur et la culpabilité, préfèrent la loi du silence. La pédophilie, et notamment l’inceste, demeurent aujourd’hui protégées par la pudeur et le poids lourd des traditions.
Un psychologue spécialisé de l’enfance, interrogé sur le sujet, nous informe que les enfants ayant subi des attentats à la pudeur ou des actes sexuels sont aujourd’hui victimes de dépressions, de tentatives de suicide, de troubles psychologiques et sexuels, de dépendances à la drogue ou à l’alcool et même de pulsions violentes les incitant à faire de même à d’autres personnes et à commettre des viols ou des abus.

Il affirme également que dans son expérience «la majorité des prostitués (des deux sexes) et des toxicomanes auxquels il a eu affaire ont subi des sévices sexuels dans leur enfance ». Rappelons que pas plus tard qu’hier, dans la ville de Ksibet Mediouni, un jeune homme âgé d’à peine 20 ans agresse un ancien détenu, récemment libéré grâce à la loi d’amnistie générale, et qui aurait sexuellement abusé du jeune homme, à l’époque enfant. Pour prendre sa revanche et se faire justice lui-même, ce dernier aurait essayé de l’assassiner.
En Tunisie, à cause de l’omerta qui règne sur le sujet, les chiffres font défaut. La pédophilie est un mal auquel sont témoins les autorités et la société civile mais que personne ne dénonce. De nombreux délinquants sont aujourd’hui remis en liberté sans réelles garanties pour éviter leurs récidives. La rédaction d’une nouvelle constitution est une occasion unique afin de donner un meilleur cadre juridique à ces pratiques abjectes. Mais plus que la loi, n’est-il pas urgent que le carcan social redonne sa sacralité à l’enfant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie: Deux soldats britanniques ont abusé d’enfants afghans   Jeu 19 Jan - 8:28

Pédophilie: Deux soldats britanniques ont abusé d’enfants afghans
BRÈVES 7 COMMENTAIRES



25
Share
1
share

Les moujahidines ne font jamais ce genre de choses
Les pervers colonialistes n’ont pas de limites

Une enquête a été ouverte sur deux soldats britanniques en Afghanistan, soupçonnés d’avoir abusé d’enfants afghans, a indiqué mercredi le ministère britannique de la Défense, confirmant des informations de presse.

Cette annonce intervient quelques jours après le scandale déclenché par une vidéo montrant quatre soldats américains urinant, tout sourire, sur des cadavres d’Afghans.

Le gouvernement corrompu afghan s’est dit “profondément perturbé” et “dégoûté” par cette nouvelle affaire, et a réclamé que justice soit faite pour condamner cet acte “immoral” de “maltraitance d’enfants”. Ben voyons… fallait déjà ne pas les laisser entrer sur le territoire bande de ploucs…

D’après le tabloïd The Sun qui a révélé l’affaire, un sergent et un soldat sont soupçonnés d’avoir agressé sexuellement un garçon et une fille âgés d’une dizaine d’années lors de deux incidents séparés et ont été arrêtés.

Selon le journal, ils auraient filmé la scène et l’auraient montré à leurs camarades sur leur ordinateur. Imaginez le nombre d’actes qui n’ont pas été filmés…

Le ministère britannique de la Défense a indiqué être “au courant des allégations concernant le comportement inapproprié qu’auraient eu deux militaires en Afghanistan”. Pensez-vous que c’est aussi “inapproprié” que de les faire exploser sur une IED ?

“La police militaire a ouvert une enquête”, a précisé le ministère qui s’est refusé à plus de commentaires en raison de ces investigations, tout en assurant “prendre très au sérieux” ce genre d’affaire.
On demande à sa majesté ALLAH de précipiter la victoire de nos frères résistants et d’honorer leurs enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Finalement...pas si rare que ça !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Finalement...pas si rare que ça !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'honnêteté est chose de plus en plus rare
» HEMOCHROMATOSE-MALADIE RARE-
» Le pirate chasseur d'OVNI éviterait finalement l'extradition
» La rose très rare.
» Film rare sur le curé d'Ars de nouveau disponible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les tabous de nos sociétés dites "avancées" :: Le tabou de la pédophilie-
Sauter vers: