Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pédophilie d' Eglise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 29, 30, 31
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les Anonymous publient les mails d'un prêtre accusé de pédophilie   Ven 5 Oct - 6:59

MATINALE
Les Anonymous publient les mails d'un prêtre accusé de pédophilie
Natalia Trouiller - publié le 05/10/2012
Les cyber-activistes d'Anonymous en Italie avaient déjà attaqué le site du Vatican et de Radio-Vatican à plusieurs reprises. Un pas a été franchi hier: plusieurs centaines de mails reçus et envoyés par un prêtre soupçonné de pédophilie ont été mis en ligne.

L'image qui apparaissait hier sur de nombreux sites catholiques italiens: la statue de Giordano Bruno portant le masque de Guy Fawkes, symbole du mouvement Anonymous.
Cela a commencé par des sites liés à l'Eglise catholique en Italie hier matin. De nombreux sites de paroisses, de diocèses et de mouvements caritatifs ont été hackés. Sur la page d'accueil, les internautes qui cherchaient à se connecter sur Oratori.org , Blog.parrocchiemap.it , Chiesamatrice.it , Caritas.diocesilucca.it , Rimini.chiesacattolica.it et d'autres sites catholiques ont trouvé l'image ci-dessus, accompagnée d'un texte dont voici des extraits: "Anonymous va faire la lumière sur votre monde ténébreux, membres du clergé. Une fois de plus vous êtes le lieu de l'obscurantisme, des crimes contre les faibles, de la corruption et des croisades anti-gay. [...] Vous fomentez la haine et les préjugés envers toute personne qui présente une orientation sexuelle différente de ce que vous appelez naturel, en accord avec un modèle de société patriarcal et discriminatoire. La véritable position contre-nature, c'est votre dégoûtante façon de faire. Votre cupidité, votre avidité sont dévoilées. Avec quel courage l'Église qui révèle de plus en plus être un repaire de pédophiles, peut-elle se permettre de juger de la sexualité et de la vie des autres?"
> Dans le même temps, Anonymous a publié des centaines d'adresses mails et de numéros de téléphone de salariés de l'Eglise, mais également un lien sur un site de téléchargement, Depositfile, leur permettant de télécharger 2GB de mails reçus et envoyés par don Ruggieri, un prêtre accusé de pédophilie. Ces centaines de mails, datés des deux dernières années, ne contiennent absolument rien de litigieux.
> Il semble que pour les Anonymous italiens, l'Eglise représente une cible de choix: ce n'est pas la première fois que des sites institutionnels catholiques ou des mails privés se retrouvent mis sur la place publique. On se souvient qu'en 2011, le site internet du Vatican avait fait l'objet d'une semblable attaque, ainsi que des mails et mots de passe de Radio Vatican. Mais en publiant la correspondance privée d'un homme qui n'a pas encore été jugé, les Anonymous semblent vouloir se substituer à la justice. Dans une attaque qui ressemble pour le moins à un lynchage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les internats de Lucerne ( Suisse)   Sam 6 Oct - 11:13

Des milliers d’enfants ont été violentés et abusés dans des internats catholiques du canton de Lucerne jusque dans les années 1970, selon une récente étude suisse.

Des milliers d’enfants ont été violentés et abusés dans des internats catholiques du canton de Lucerne jusque dans les années 1970, selon une récente étude suisse, les auteurs pointant du doigt des pratiques «sadiques» assimilables à la «torture» comme des simulations de noyade.

«Il y avait toujours cette incroyable peur, de la peur, de la peur et de la peur», raconte, sous couvert d’anonymat, un ancien élève d’un internat catholique du canton de Lucerne, dans le centre de la Suisse.

Son témoignage, dans le cadre d’une étude commandée par le canton de Lucerne et qui analyse la situation dans 15 internats catholiques de 1930 à 1970, et celui d’une cinquantaine d’autres anciens élèves jettent une lumière crue sur des pratiques exercées pendant 40 ans derrière les murs de ces institutions.

«Ces entretiens ont été très importants pour les personnes concernées, car enfin leurs témoignages ont été pris au sérieux», explique le responsable de cette étude, Markus Furrer.

«De nombreux enfants des internats se sont longtemps sentis coupables pour ce qu’ils ont vécu. Certains ont réussi à s’en sortir, d’autres ont échoué et certains se sont suicidés», poursuit le professeur de la Haute école pédagogique de Lucerne (PHZ), qui a fouillé avec deux autres collègues pendant un an et demi dans le sombre passé de ces établissements.

Des cas de violence, notamment sexuelle, étaient connus, mais «on ne s’attendait pas à une telle envergure» des faits, poursuit M. Furrer.

Sous l’eau

Parmi les pratiques employées par les sœurs, une punition consistait «à appuyer la tête de petits enfants sous l’eau» pour les punir d’avoir été bruyants ou pour avoir uriné dans leur lit, raconte M. Furrer, une méthode qui rappelle le «waterboarding» un temps employé par les Américains sur des prisonniers soupçonnés de liens terroristes.

Le rapport d’une centaine de pages, que l’AFP a pu consulter, résume les privations et les humiliations auxquelles étaient livrés les jeunes élèves des internats suisses, souvent des enfants issus de milieux modestes placés dans ces institutions sans motif valable.

La privation de nourriture était l’une de ces pratiques. «Je ne me souviens pas de quelqu’un qui n’avait pas faim. Pratiquement tout le monde avait faim», relate un ancien élève.

Colère de Dieu

Les punitions étaient également exercées à l’encontre d’élèves qui voulaient se désaltérer entre les repas. «Si quelqu’un se penchait vers un robinet pour boire, il recevait un coup sur l’arrière de la tête de manière à ce que son visage tape contre le robinet», raconte un autre témoin.

Les enfants et adolescents subissaient aussi des violences sexuelles. Pour les faire taire, des sœurs avertissaient ceux qui voulaient dénoncer ces attouchements qu’ils allaient subir la «colère de Dieu».

«Le degré de punitions et de maltraitance a clairement dépassé ce qui était admis à l’époque», certains éducateurs montrant des tendances «sadiques» et appliquant des pratiques «proches de la torture» avec des coups de poing et de chaussure en plein visage, selon les auteurs de l’étude.

Les chercheurs ont également relevé de nombreux cas d’agressions sexuelles contre les élèves. Autant les garçons que les filles étaient victimes de ces attaques perpétrées par des ecclésiastiques des deux sexes.

«Personne ne te croyait»

«Personne ne te croyait, surtout pas lorsque (la personne accusée) était un jeune prêtre», témoigne une victime.

Selon les auteurs de l’étude, plus de la moitié des témoignages font état de violences sexuelles.

Le canton de Lucerne a présenté en mars 2011 ses excuses, ainsi que l’église catholique en 2008.

Cette dernière, qui a diligenté une étude sur le même sujet, reconnaît les erreurs du passé.

«Les punitions étaient à l’époque courantes dans le milieu religieux», analyse Valentin Beck, l’un des auteurs, ajoutant que les éducateurs estimaient agir «à la place de Dieu».

Les faits commis jusqu’à la fin des années 1960 sont aujourd’hui prescrits et les auteurs de ces violences majoritairement décédés. Les victimes n’ont, quant à elles, aucun droit au dédommagement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie: des victimes de l'abbé Colignon témoignent   Dim 7 Oct - 7:47

Pédophilie: des victimes de l'abbé Colignon témoignent
Deux frères victimes de l'abbé Colignon, inculpé pour des viols sur des garçons, ont décidé de sortir de l'ombre pour éviter la prescription de certains faits. Etienne et Dominique témoignent dans l'Avenir et invitent d'autres victimes potentielles à se faire connaître.

06 Octobre 2012 15h38
Agrandir
Diminuer
ImprimerRéagir (3)
Deux frères sont à l’origine de l’arrestation de l’abbé Marcel Colignon, inculpé pour une série de viols et d'attentats à la pudeur sur des mineurs dans la région de Namur. Le curé était très proche de la famille d’Etienne et Dominique. En 2010, suite à l’éclatement de l’affaire Vangheluwe, ils se confient l’un à l’autre et découvrent que tous les deux ainsi qu’un neveu ont été victimes de ce curé.

Une vingtaine de victimes
"Je me rends que ce que j’avais cru être un fait isolé par rapport à moi, c’est-à-dire le fait qu’il m’ait embrassé, n’était pas du tout isolé. Là-dessus, en discutant, on s’est dit qu’il fallait vraiment déposer plainte", explique Dominique Rappe au micro de Sébastien Prophète. Au total, une vingtaine de victimes se sont manifestées depuis son arrestation, le 15 décembre 2011, dans un home à Couvin. Pour les faits commis à partir de 1979, comme c’est le cas pour les frères Rappe, la prescription n’est pas valable car de nouveaux faits similaires sont apparus.

Appel à témoins
Mais les deux hommes appellent aujourd’hui d’autres personnes éventuelles à témoigner. Pour les faits plus anciens, l’abbé risque en effet de ne pas être jugé, faute de témoignages entre 1974 et 1979. "Si elles se signalent, toutes les personnes qui sont concernées avant, c’est -à-dire à partir de 1968, elles pourront être dans le procès avec nous. Dans le cas contraire, toutes ces personnes ne seront pas défendues comme elles devraient l’être ou en tout cas reconnues comme des victimes", souligne Etienne Rappe.

Les enfants étaient "son gibier favori"
Franchir le cap et témoigner n’a pas été facile pour les deux frères. Ils sont persuadés que le curé est responsable d’autres abus qui restent dans l’ombre. "Cette période, entre 74 et 79, est une période où l’abbé Colignon était en contact avec les mouvements de jeunesse, avec les enfants de cœur et la chorale où il y avait des enfants. Ils étaient son gibier favori quand on lit le dossier. Donc, c’est extrêmement probable", estime Dominique.

Le 16 octobre porchain, Marcel Colignon doit comparaître libre devant la chambre du conseil. Il est en aveux de pratiquement tous les faits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un évêque chilien démis par le pape pour pédophilie   Mar 9 Oct - 13:59

Un évêque chilien démis par le pape pour pédophilie
Mis en ligne le 09 octobre 2012 à 14h47, mis à jour le 09 octobre 2012 à 15h08
Image d'archives / Crédits : TF1

Benoît XVI a accepté mardi la démission de Mgr Marco Antonio Órdenes Fernández, 47 ans, évêque de Iquique, soupçonné d'abus sexuels sur des adolescents.
La nouvelle a été dévoilée mardi par un bref communiqué du Saint-Siège : Mgr Marco Antonio Órdenes Fernández, 47 ans, évêque de Iquique, a donné sa démission, "en vertu de l'article 401-§2 du Code de droit canon", et le pape Benoît XVI l'a acceptée. Cet article se réfère à une démission "pour une raison de santé ou pour toute autre cause grave". Ce jeune prélat chilien est en fait accusé d'avoir commis des abus sexuels sur des adolescents et le Vatican enquête sur son cas.

Le 2 octobre, la presse chilienne avait rapporté que Mgr Órdenes Fernández était soupçonné d'avoir abusé d'un mineur en 2009. Parallèlement, le Saint-Siège enquêtait, par le biais du nonce apostolique au Chili, Mgr Ivo Scapolo, sur la plainte pour abus sexuels à l'encontre du prélat déposée par un autre jeune. Les faits remontent à l'époque où Mgr Órdenes Fernández était recteur du Sanctuaire de Notre-Dame du Carmel de La Tirana.

Deux jours avant l'annonce officielle de cette démission, le prélat avait reconnu dans une interview au quotidien chilien La Tercera avoir eu une attitude "imprudente" avec ce jeune homme, niant toutefois que celui-ci fût mineur au moment des faits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le bouddhisme aussi évidement et ce depuis fort longtemps !....   Mar 9 Oct - 14:05

l'interdiction figure dans les textes canons les plus anciens...avec l'interdiction de forniquer avec les singes.... Laughing

Tuesday, October 09, 2012
Les confessions de Kalou Rinpoché


« ...lorsque j'ai eu 12, 13 ans j'ai été sexuellement abusé par d'autres moines ... Mon propre tuteur a essayé de me tuer, c'est la vérité et à cette époque j'étais très traditionnel. Un très bon bouddhiste traditionnel. Ils ont essayé de me tuer parce que, vous savez, je n'ai pas fait ce qu'ils voulaient que je fasse. »

(... when I was like 12 and 13 I've been sexually abused by other monks ... My own Tutor, he tried to kill me, that's the truth and I was at that time I was really traditional.Very good traditional Buddhist practitioner.They tried to kill me because you know, I am not doing what they want me to do.)

Kalou Rinpoché, 22 ans, est l’une des étoiles les plus brillantes et l’un des plus grands espoirs du Bouddhisme tibétain. Il est à la tête d’une multinationale du bouddhisme tibétain mondiale comprenant 44 monastères et centres d’enseignement, dont 16 aux États Unis, qui drainent des milliers d’étudiants et de disciples. Il a hérité de bon nombre de ces adeptes, ayant été reconnu à l’âge de 2 ans comme la réincarnation de Kalou Rinpoché, décédé en 1989 et qui fut l’un des lamas les plus influents en Occident en dehors du Dalaï-lama.

Le Jeune Kalou voyage partout dans le monde, le plus souvent seul, pour rendre visite à ses centres de méditation et à ses monastères, ou juste pour s’amuser dans des pays où les visas sont accordés facilement. Son véritable monastère est en ligne – Kalou se qualifie lui-même de « premier Facebook rinpoché », gérant un réseau de pages personnelles et publiques avec des milliers d’amis et de « j’aime ». « La plupart sont des jeunes de son âge qui ont découvert qu’il était plutôt cool de recevoir un message personnel d’un lama authentique.

Kalou est un beau jeune homme lisse, agile, aux tempes dégarnies, avec de longues pattes, et une casquette de roadster blanche – quelque chose comme la version branchée d’un caddy de golf. Une ambiance pop star émane de lui, assez appropriée compte tenu de son style de vie. Après une série de sessions sur Skype, notre première constatation est qu’il se trouve dans un hôtel à Hong Kong, et non en Inde, comme ses posts sur facebook pourrait le faire croire à ses « amis ». Il aime aussi jouer avec son identité. Ce printemps, sa page facebook personnelle a affiché les noms divers de Kalu André (il adore Paris et en est parti uniquement parce que son visa avait expiré), Kalu Skrilles (il est fan de Skrillex), et George Kalooni (juste parce que).

Né dans une famille tibétaine privilégiée, vivant à la fois en Inde et au Bhoutan, Kalou a absorbé la culture occidentale au compte-goutte quand il était enfant dans son monastère près de Darjeeling, en Inde. « Nous étions 200 à partager un petit poste de télé », dit-il. « Nous regardions Van Damme et Arnold Schwarzenegger ». Il a appris l’argot anglais en regardant des films américains et en écoutant de la musique (les Backstreet Boys étaient à la mode). « Depuis que je suis gamin », dit-il, « je ne me suis jamais dit « c’est l’Occident ». Je me suis dit « c’est la réalité, c’est ce que je veux ». Quand il a quitté la vie monastique il y a deux ans, pour débuter sa carrière d’émissaire mondial, il a avalé une décennie de culture populaire en une seule bouchée de géant. Ses préférés sont, en musique, Foster the People et Deadmau ; à la télé, Gossip Girl (plein de coups de théâtre), et au cinéma, The Hangover. « Je suis fan du premier, le second n’était pas aussi bon », dit-il. « J’aime Bradley Cooper. Il est très séduisant. »

Malgré tous les plaisirs d’une vie sociale en réseau, Kalou est solitaire, Petit Prince bouddhiste à la dérive sur une cyber-astéroide. « En fait, je n’ai jamais eu de vrai ami », dit-il. « Je n’ai jamais senti que telle ou telle personne était mon ou ma meilleure ami(e). Avoir quelqu’un dans sa vie est une autre histoire. » Il y a un an environ, il a failli se marier avec une jeune tibétaine fortunée, et en ce moment il fait une pause avec sa petite amie argentine. Un peu plus tard cependant, il s’excuse d’avoir dit qu’il n’avait pas d’amis – « J’étais un peu éméché et déprimé » - et le réitère presque mot pour mot, mais en disant de la solitude qu’il « peut la gérer ».

Pour apprécier Kalou il faut voir en lui deux choses en même temps. C’est un gamin tourmenté et un adepte spirituel dont les dons ont été affinés au cours de la traditionnelle retraite de 3 ans qu’il a faite à l’adolescence – dont la dernière année a été consacrée à la pratique quasi constante de la méditation et du yoga.

Kalou reconnaît qu’il est temps de contrôler un peu mieux une vie qui a été marquée par un chaos émotionnel. Il a mis de côté son projet d’étude des religions comparées au sein d’une université américaine, afin de garder un peu d’autorité sur son organisation. Pourtant, les lamas supérieurs de son ordre ont du intervenir pour combler le vide créé par son mode de vie bohème et sa propension à dire tout ce qui lui vient à l’esprit.

Après une session d’enseignement à Vancouver, quelqu’un dans l’auditoire a interrogé Kalou sur les abus sexuels dans les monastères. Il a répondu qu’il y était sensible parce que lui-même avait été agressé. Cela a semblé briser le mur qui avait séparé hermétiquement ses traumatismes personnels de son personnage public souriant, qui avait l’aura d’un Dalaï-lama plus actuel et plus branché. Deux mois plus tard, Kalou a regagné son port d’attache temporaire à Paris, où il a tourné une vidéo qu’il a posté sur facebook. Intitulée « les confessions de Kalou Rinpoché », la vidéo a connu un succès modeste sur YouTube, et a fait de lui un paria dans le monde du bouddhisme tibétain traditionnel, et un héros de la conscience pour certains Occidentaux. (vidéo ci-dessus)

Dans la vidéo, Kalou est assis, vêtu d’une parka à capuche, et il dit à la caméra qu’au début de son adolescence il a été « abusé sexuellement par des moines plus âgés », et que quand il avait 18 ans son tuteur au monastère l’a menacé avec un couteau. « Et c’est une question d’argent, de pouvoir, de contrôle… et ensuite je suis devenu toxico à cause de tous ces malentendus, et je suis devenu fou ». Vers la fin de la vidéo, il dit dans un murmure qui parait presque suicidaire : « En tous cas, je vous aime. Prenez soin de vous, je suis heureux de la vie que je mène ».

Pour ceux qui ne connaissent que l’imagerie hollywoodienne de Little Buddha et de Kundun, et le sourire béat de sa Sainteté le Dalaï-lama, il est presque incompréhensible que le Bouddhisme tibétain ait ses propres problèmes, dans le style de ceux de l’Église Catholique. Mais Kalou dit que dans les premières années de son adolescence, il a été abusé sexuellement par une bande de moines plus âgés qui se rendaient dans sa chambre chaque semaine. Quand j’aborde la notion d’ « attouchements », il éclate d’un rire tendu. C’était du sexe hard-core, dit-il, avec pénétration. « La plupart du temps ils venaient seuls », dit-il. « Ils frappaient violemment à la porte et je devais ouvrir. Je savais ce qui allait se passer, et après on finit par s’habituer ». C’est seulement après son retour au monastère après la retraite de trois ans, qu’il a réalisé à quel point cette pratique était incorrect. Il dit qu’à ce moment là le cycle avait recommencé sur une plus jeune génération de victimes.

Les allégations de Kalou concernant les abus sexuels ressemblent à celles de Lodoe Senge, un tulku de 23 ans, ex-moine, qui vit dans le Queens à New York. « Quand j’ai vu la vidéo », dit-il en parlant de la confession de Kalou, « je me suis dit « merde, ce mec a les couilles d’en parler alors que moi je n’ai même pas eu le courage de le dire à mon amie ». Senge dit qu’il a été abusé quand il avait 5 ans par son propre tuteur, un homme proche de la trentaine, dans un monastère en Inde.

L’altercation entre Kalou et son tuteur monastique n’avait rien d’habituel. D’après Kalou, après son retour de retraite, lui et son tuteur se disputaient au sujet de sa décision de remplacer ledit tuteur. Le moine plus âgé partit en colère, et revint avec un grand couteau. Kalou se barricada dans la chambre de son nouveau tuteur, mais il dit que le moine furieux défonça la porte en criant « j’en ai rien à foutre de toi, de ta réincarnation. Je peux te tuer tout de suite et nous pouvons reconnaître un autre garçon, un autre Kalou Rinpoché ! ». Kalu se réfugia dans la salle de bain, mais le tuteur défonça aussi la porte. Kalu se souvient, « Vous vous dites, « Ok, c’est la fin, ça y est ». Heureusement, d’autres moines avaient entendu le vacarme et se sont précipités pour maîtriser le tuteur. Après l’attaque, Kalu dit que sa mère et plusieurs de ses sœurs (le père de Kalou est mort quand il était enfant) prirent le parti du tuteur. Il en fut si désemparé qu’il se sauva du monastère et s’embarqua dans une beuverie de six mois à Bangkok, consommant drogue et alcool, dans une version tibétaine plus extrême d’un rumspringa amish (Rite de passage de la communauté Amish, au cours duquel les adolescents sont temporairement libérés de leur Église et de ses règles afin de découvrir le monde moderne).

Par la suite, un maître plus âgé persuada Kalou de continuer à être un lama en dehors du monastère et sans l’habit de moine, ce qui est un arrangement assez courant. Kalou ne dit jamais à son maître quelles avaient été les raisons de sa fuite, un niveau de décorum qui peut sembler bizarre selon les critères occidentaux – mais Kalou dit qu’une forme d’omerta sévit dans le Bouddhisme tibétain.

Les médias occidentaux bouddhistes ont à peine évoqué l’histoire de Kalu, ce qui peut constituer une autre forme de décorum : ils ne veulent pas démoraliser les américains convertis au Bouddhisme ou faire des vagues parmi les bouddhistes tibétains influents. Mais certains jeunes bouddhistes occidentaux, comme Ashoka et son demi-frère Gesar Mukpo, qui a réalisé le documentaire Tulku en 2009, disent trouver l’honnêteté brute de Kalou inspirante. Ruben Derksen, tulkou hollandais de 26 ans qui apparaît dans le film de Gesar, dit qu’il est grand temps de « lever le voile et de démystifier les institutions du Bouddhisme tibétain ». Derksen, qui a passé trois ans dans un monastère en Inde quand il était enfant, souhaite attirer l’attention sur les violences physiques qui sont une pratique régulière là-bas. « J’ai rencontré Richard Gere et Steven Seagal, et ils n’ont rien vu de tout ça », dit-il. « Quand des célébrités ou des étrangers sont par là, on ne bat pas les enfants ».

Les révélations de Kalou ont doucement secoué l’institution bouddhiste tibétaine, et même certaines de ses figures les plus distinguées ont été prises de cours.

Robert Thurman, professeur à l’Université de Columbia et confident américain du Dalaï-lama, dit de la vidéo de Kalou, « j’ai pensé que c’était une des choses les plus réelles que j’ai vues ». Au sujet de l’incident du couteau, que certains pourront trouver difficile à croire, Thurman a écrit dans un mail ultérieur, « malheureusement, tout ça me paraît très crédible… ça dégage juste une odeur nauséabonde ».

Dzongsar Khyentsé Rinpoché, le lama réalisateur de La Coupe, un film assez peu sentimental sur des enfants tibétains qui apprennent à être moines, est aussi concerné par les abus sexuels dans les monastères. « Je pense que cela mériterait d’être examiné », dit-il. « Il est très important que les gens n’oublient pas : le Bouddhisme et les Bouddhistes sont deux entités différentes. Le Bouddhisme est parfait ». Il laisse entendre que les Bouddhistes ne le sont pas.

En Kalu il y a un réformateur qui se bat pour se sortir de son statut de victime qui s’apitoie sur son sort. Il projette d’ouvrir sa propre école au Bhoutan et d’interdire à ses monastères d’accepter des enfants. Il peste contre le coût humain du système monastique, qui consomme des milliers d’enfants, simples moines et tulkous vénérés, sans leur fournir d’éducation pratique ou de solution de repli, tout ça pour produire une poignée de maître spirituels commercialement brillants. « Le système des tulkous c’est comme des robots », dit-il. « Vous construisez 100 robots, et peut-être que 20 % réussiront alors que 80 % seront mis au rebut. »



Article de Joseph Hooper, « Partis de leur OM, les lamas perdus du bouddhisme »
http://www.details.com/culture-trends/critical-eye/201208/leaving-om-new-buddhist-lifestyle

Kalu Skrilles sur facebook
http://www.facebook.com/kalu.skrilles

Confessions of Kalu Rinpoche
http://spiceyourday.com/?p=176
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le supérieur des Légionnaires du Christ "au repos pour raisons de santé"    Sam 13 Oct - 5:20

Vatican
Vatican/pédophilie: Le supérieur des Légionnaires du Christ "au repos pour raisons de santé"

Cite Du Vatican- Le père mexicain Alvaro Corcuera, directeur général des Légionnaires du Christ, va "prendre un temps de repos pour des raisons de santé", a annoncé le mouvement conservateur secoué par les crimes pédophiles de son fondateur Marcial Maciel.

Le cardinal Velasio de Paolis, délégué pontifical nommé en 2010 pour remettre de l'ordre dans le mouvement, "accorde au père Alvaro Corcuera une période de repos pour rétablir sa santé en vue du prochain chapitre général", a indiqué un communiqué, publié vendredi sur le site du mouvement.

"Il ne s'agit pas de la démission du poste de directeur général, ni de la nomination d'un directeur général remplaçant, mais d'un temps de repos accordé.

Jusqu'à la convocation du prochain chapitre général des Légionnaires fin 2013 ou début 2014, le père Alvaro conserve son poste sans exercer les fonctions de directeur général", a précisé un communiqué.

Le vicaire général de la congrégation, le père Sylvester Heereman, exercera les fonctions de directeur général pendant cette période.

Le père Corcuera était à la tête du mouvement depuis 2005. "Il ne m'est pas facile de le reconnaître mais (...) j'ai vu devant Dieu que je n'ai pas la santé et les énergies nécessaires pour affronter de manière responsable les exigences du gouvernement général dans le moment historique actuel de la Légion. Même si je n'ai pas une maladie grave, il faut quelqu'un qui compte sur toutes les facultés de sa santé", écrit-il dans une lettre.

Le père Corcuera avait admis au printemps avoir su depuis 2005 que l'un de ses prêtres, le père américain Thomas Williams, qui enseignait la théologie morale dans une université pontificale à Rome, avait une liaison et était père d'un enfant.

Les Légionnaires, très appréciés par Jean-Paul II, ont été présentés sous son pontificat comme des parangons de vertu, avant que ne se confirment au grand jour les graves accusations contre le père Maciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Malte: l'Eglise offre la thérapie aux enfants victimes de prêtres pédophiles   Mar 16 Oct - 8:49

Malte: l'Eglise offre la thérapie aux enfants victimes de prêtres pédophiles


LA VALETTE - L'Eglise catholique maltaise a décidé d'offrir un soutien psychologique aux enfants victimes de prêtres pédophiles, alors que l'ex-procureur de Vatican dans les affaires d'abus sexuels, transféré à Malte, a demandé à l'Eglise d'être vigilante.

L'Eglise maltaise, impliquée dans un scandale de pédophilie, a assuré lundi dans un communiqué qu'elle va offrir les services de travailleurs sociaux et d'experts en psychiatrie et psychologie aux enfants victimes.

En août 2011, deux prêtres maltais ont été condamnés par le tribunal de La Valette à six et cinq ans de prison pour des actes de pédophilie commis dans un orphelinat dans les années 80.

L'équipe d'experts va examiner et déterminer l'aide thérapeutique nécessaire dont les victimes auraient besoin et tous les frais seront à la charge des autorités ecclésiastiques, ajoute le communiqué de l'Eglise maltaise.

Cette prise de position de l'Eglise à La Valette intervient alors que Charles Scicluna, le principal enquêteur de l'Eglise catholique dans les affaires de pédophilie depuis 2002, a été nommé la semaine dernière évêque auxiliaire de Malte, son île natale.

J'ai dit que j'allais obéir et je le ferai avec plaisir, a dit Mgr Scicluna dans une interview au quotidien Times of Malta.

Le prélat a réfuté l'idée, avancée par certains médias, selon laquelle sa nomination serait due à son approche jugée agressive des affaires de pédophilie.

Je ne dirais pas que l'action que j'ai menée durant ces dix dernières années est agressive, a ainsi soutenu Mgr Scicluna.

Il explique que, du fait de ses fonctions, il ne pouvait pas se permettre d'être tendre avec le crime et se devait d'être clair à propos de la politique de l'Eglise en matière de lutte contre la pédophilie.

Le prélat maltais a par ailleurs affirmé que ses enquêtes n'avaient pas été appréciées au début dans la Curie romaine.

La Curie romaine a été choquée quand nous avons entrepris ce chemin (de lutte contre la pédophilie) jusqu'à ce que le problème se rapproche de l'Italie et de l'Europe. Les gens ont alors compris que c'était le moyen pour aller de l'avant, a poursuivi le prélat.

Selon Mgr Scicluna, cette lutte n'est pas prête d'être achevée et le jour où l'Eglise dira +mission accomplie+ sera une triste journée. Nous devrons rester vigilants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les dossiers confidentiels détenus par le mouvement scout des États-Unis concernant des hommes soupçonnés de pédophilie sont rendus publics    Ven 19 Oct - 3:59

Les dossiers confidentiels détenus par le mouvement scout des États-Unis concernant des hommes soupçonnés de pédophilie sont rendus publics à l'issue d'une bataille judiciaire de deux ans.

À la demande du tribunal, l'organisation a remis à la justice, jeudi, quelque 20 000 pages de documents conservés par Boy Scouts of America au sujet d'hommes au sein et parfois à l'extérieur de l'organisation. Les fichiers, qui couvraient la période 1965-1985, incluent des notes du conseil au bureau national qui a reçu les plaintes, des lettres échangées entre les conseils locaux, des lettres manuscrites de membres de la famille de victimes ainsi que des rapports de police et articles de journaux.

L'organisation s'est engagée à éplucher les fichiers afin de dénoncer les individus qui auraient commis des agressions sexuelles qui n'ont pas été rapportées à l'époque. Cela pourrait mener à une nouvelle série de poursuites pénales visant d'autres délinquants.

Jusqu'ici, les scouts avaient argué avoir fait tout ce qu'ils pouvaient pour empêcher les agressions sexuelles au sein de leur organisation en tenant pendant un siècle un registre des pédophiles et en utilisant ces renseignements pour tenir à l'écart du mouvement les délinquants sexuels reconnus. Les scouts ont commencé à tenir ce registre peu après leur création, en 1910, à une époque où la pédophilie était une affaire traitée en privé.

Boy Scouts of America soutient que cela les a aidés à garder la trace des délinquants et à protéger les enfants. Mais certains des fichiers publiés en 1991, concernant des cas s'échelonnant de 1971 à 1991, ont montré des exemples répétés de dirigeants scouts ayant omis de divulguer des agressions sexuelles aux autorités, même lorsque ceux qui les avaient commis avaient admis leur crime.

En avril 2010, un jury de Portland avait ordonné à l'organisation de payer une indemnité record de quelque 20 millions de dollars à une victime d'agressions sexuelles commises dans les années 1980 par un de ses animateurs qui avait pourtant déjà admis avoir agressé des scouts.

En 2011, le réseau CBC révélait que Scouts Canada avait déjà tenu lui aussi un registre d'hommes qui avaient été renvoyés de l'organisation parce qu'ils étaient soupçonnés d'agressions sexuelles sur des enfants. Les journalistes avaient trouvé 65 cas d'abus qui n'avaient pas été rapportés aux autorités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'Eglise essaye de masquer sa sexualité   Mer 31 Oct - 10:11

70% des conférences épiscopales ont adopté des normes contre les abus sexuels
L’Eglise tire un bilan intermédiaire de la lutte contre la pédophilie
Freising, 30 octobre 2012 (Apic) 70% des 113 conférences épiscopales dans le monde ont établi à ce jour des directives pour le traitement des abus sexuels dans l’Eglise, a indiqué le 29 octobre 2012, Mgr Charles Scilcuna, promoteur de la justice du Vatican. "Nous sommes en bonne voie" a estimé le prélat à l’occasion d’un congrès international sur la question, à Freising, en Allemagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: En Eglise les affaires reprennent   Mar 13 Nov - 6:47

Des affaires de pédophilie dissimulées par l'Église catholique australienne
Mis à jour 13 November 2012, 8:45 AEST
Pierre Riant
L'Inspecteur en chef Peter Fox est un homme en colère au centre d'un scandale.


Une enquête sur les tentacules de la pédophilie dans l'Église catholique est en cours. (Credit: ABC)
Ce policier de l'État de Nouvelle-Galles du Sud a publié le jeudi 8 novembre une lettre ouverte dans le Newcastle Herald dans laquelle il réclame publiquement la mise en place d'une commission d'enquête royale.


Peter Fox affirme que la hiérarchie catholique a systématiquement dissimulé des affaires de pédophilie, qu'elle refuse de coopérer avec la police, qu'elle a détruit des preuves importantes, qu'elle a bâillonné des témoins et protégé des coupables.


Après avoir passé 30 ans dans les forces de police de Nouvelle-Galles du Sud, Peter Fox ne compte plus le nombre de cas d'agressions sexuelles et d'affaires de pédophilie impliquant des prêtres catholiques. Peter Fox a accepté de nous parler.


FOX : « C'est irréfutable, ce sont des faits et nous devions y faire face tout le temps. Les personnes qui disent que ce n'est pas vrai font comme les autruches et se mettent la tête dans le sable.
La plus grande frustration est qu'il y a tellement de pouvoir dans les coulisses que la police ne peut pas aller saisir des documents ou les contraindre de nous les donner. J'ai les preuves que des affaires ont été dissimulées par plusieurs évêques du diocèse, et potentiellement ça pourrait aller plus haut. »


Les statistiques du diocèse de Newcastle-Maitland sont assez éloquentes.


400 victimes d'abus sexuels sur enfant par le clergé. Il s'agit des victimes connues.

11 membres du clergé mis en examen et condamnés depuis 1995.

6 enseignants catholiques condamnés depuis 1995.

3 prêtres actuellement devant la justice.

Un prêtre a été condamné cette année pour avoir dissimulé les agissements criminels d'un autre prêtre.

12 prêtres impliqués dans de substantielles demandes de compensation.

3 millions de dollars ; le montant le plus élevé connu de compensations versées à une victime.

C'est de tout un réseau de prêtres pédophiles et de pédophilie organisée dont on parlerait. On retrouve Peter Fox.


FOX : « La sonnerie d'alarme a commencé à sonner il y a de nombreuses années. Tant et si bien que j'ai envoyé plusieurs rapports à la hiérarchie de la police pour réclamer des enquêtes approfondies.
Ces prêtres opéraient dans des paroisses adjacentes et maltraitaient sexuellement des enfants qu'ils rencontraient dans des réunions. Un prêtre qui avait déjà été mis en examen pour pédophilie utilisait l'argent de la paroisse pour payer les avocats d'autre prêtre lui aussi mis en examen.
D'autres prêtres qui n'ont jamais été mis en examen ou condamnés ont détruit des preuves avant que la police n'arrive. On tournait en rond. »


Jusqu'à il y a 2 ans quand Peter Fox a recueilli le témoignage d'une initiée de l'église.


FOX : « Et je qualifie cette déclaration d'explosive. Ce qu'elle dévoile est monumental. J'ai mis 2 mois à recueillir ce témoignage en faisant très attention aux détails. J'ai passé un temps énorme avec ce témoin. Et pas seulement témoin. Elle a aussi été une victime. Donc, quand elle est venue offrir son témoignage, c'était comme ouvrir la boîte de Pandore. »


Et peu de temps après, on aurait gentiment demandé à l'inspecteur d'abandonner l'enquête et de remettre les déclarations obtenues.


FOX : « Je suis un officier haut placé des forces de police de Nouvelle-Galles du Sud et à ce titre j'ai été très consterné. Le témoin était aussi consterné d'apprendre que l'on m'avait demandé de remettre ses déclarations. Toujours est-il qu'un archevêque, un évêque et un prêtre sont impliqués dans cette dissimulation potentielle. »


Peter Fox a donc décidé de porter l'affaire sur la place publique. Comment va réagir sa hiérarchie ?


FOX : « Je ne sais pas si je vais être soumis à des mesures disciplinaires par rapport à ma prise de position.

Mais quelque chose ne tourne pas rond quand tant de prêtres pédophiles opèrent dans la même région, une petite région, pendant si longtemps et avec immunité
J'ai soumis rapport après rapport pour que des enquêtes soient ouvertes. Pourquoi ça n'est jamais arrivé ? Je n'ai pas encore reçu de réponse. »


Pendant ce temps, les appels se sont multipliés pour la mise en place d'une commission d'enquête royale et l'évêque du diocèse de Newcastle-Maitland, Bill Wright, ne s'y est pas opposé.

Le chef du gouvernement de l'État du Nouvelle-Galles du Sud, Barry O'Farrel, a annoncé l'ouverture d'une enquête spéciale sur ces accusations de dissimulation d'affaires de pédophilie par l'église. Précisons qu'une Commission d'enquête spéciale n'a pas la force d'une Commission d'enquête royale et Peter Fox n'a pas caché sa déception ainsi que des députés de tous bords.

Des pressions ont ensuite été exercées sur le Premier ministre en personne, Julia Gillard, pour qu'une Commission d'enquête royale soit mise en place à l'échelle nationale et pas seulement dans l'État de Nouvelle-Galles du Sud pour enquêter sur les tentacules de la pédophilie dans l'Église catholique à travers tous les États et territoires australiens.

Hier, en fin d'après-midi, Mme Gillard a annoncé l'établissement d'une comission d'enquête royale à l'échelle nationale sur les allégations explosives de Peter Fox.
Affaire à suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un ex-évêque anglican arrêté pour pédophilie présumée   Mer 14 Nov - 4:25


Créé le 13-11-2012 à 15h45 - Mis à jour à 15h45
PARTAGERRÉAGIR0Abonnez-vous au
Nouvel Observateur
LONDRES (Reuters) - Un ancien évêque anglican accusé d'agressions sexuelles dans les années 1980 et 1990 a été arrêté mardi en Grande-Bretagne, ébranlée depuis plusieurs semaines par l'enquête pour pédophilie ouverte contre un ancien présentateur vedette de la BBC, Jimmy Savile.

Peter Ball, 80 ans, a été interpellé à son domicile dans l'ouest de l'Angleterre, a annoncé la police. Cet ancien évêque de Lewes et de Gloucester est soupçonné d'agressions sexuelles contre huit garçons et jeunes hommes, âgés à l'époque des faits présumés de 12 ans à un peu plus de 20 ans.

Il a été arrêté sur la base d'informations à son sujet transmises par l'Eglise anglicane aux enquêteurs.

Accusée d'avoir longtemps tardé à réagir, voire d'avoir étouffé certaines affaires, l'Eglise anglicane a pris des dispositions pour tenter d'empêcher les actes de pédophilie par ses prêtres.

Un autre homme, un ancien prêtre anglican âgé de 67 ans, a été interpellé dans le Sussex pour des agressions distinctes contre deux adolescents en 1981 et 1983, a annoncé la police.

Peter Griffiths, Bertrand Boucey pour le service français
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La loi du silence rompue   Mer 14 Nov - 12:52

La loi du silence rompue
1 contribution
Voter
0
Publié le mercredi 14 novembre 2012 à 03H00
La Premier ministre australienne a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête publique nationale sur les réponses apportées par les institutions aux nombreuses plaintes pour abus sexuels perpétrés sur des enfants, après une série de scandales impliquant des prêtres catholiques.


C’est de tout un réseau de prêtres pédophiles et de pédophilie organisée dont il serait question.
Cette annonce intervient quelques jours après le lancement d’une enquête en Nouvelle-Galles du Sud, dont la hiérarchie catholique a été accusée par Peter Fox, un policier, de non-dénonciation de prêtres pédophiles et de destruction de preuves.
« Il a été révélé que les agresseurs ont été déplacés d’un endroit à l’autre, plutôt que soit dénoncée la nature de leurs méfaits et les crimes commis », a déclaré Julia Gillard à la presse.
« Il y a eu trop d’adultes qui ont refusé de regarder ce mal » et « je pense qu’en ces circonstances, il est adéquat de proposer une réponse nationale, via une commission royale », qui élargira son champ d’action au-delà de l’Eglise catholique, a-t-elle ajouté. Une commission royale en Australie est chargée de mener une enquête publique, à l’initiative du gouvernement, et elle est dotée de pouvoirs judiciaires.
« Ce n’est pas une commission qui ciblera spécifiquement une Eglise », a précisé la Premier ministre.

Preuves. Un inspecteur principal, Peter Fox, qui affirme détenir les preuves « irréfutables » de ses allégations, soutient qu’ « un archevêque, un évêque et un prêtre » ont couvert des faits de pédophilie dans la vallée du Hunter, à 170 kilomètres au nord de Sydney.
Ce dernier a publié jeudi une lettre ouverte dans le Newcastle Herald dans laquelle il réclame publiquement la mise en place d’une commission d’enquête royale.
Cet officier fort de 35 ans de maison a également porté des accusations cinglantes à l’encontre de sa propre hiérarchie. Il prétend avoir reçu l’ordre de transmettre ses conclusions avant d’être dessaisi de l’enquête.
Après avoir envoyé plusieurs rapports à sa hiérarchie pour réclamer des enquêtes approfondies, Peter Fox a finalement décidé de porter lui-même l’affaire sur la place publique.

Témoignage. « Ces prêtres opéraient dans des paroisses adjacentes et maltraitaient sexuellement des enfants qu’ils rencontraient dans des réunions. D’autres prêtres qui n’ont jamais été mis en examen ou condamnés ont détruit des preuves avant que la police n’arrive. On tournait en rond. »
C’est lorsque Peter Fox a recueilli le témoignage explosif d’une victime initiée de l’église il y a deux ans, qu’il a décidé de mettre un coup de pied dans la fourmilière.
« Je ne sais pas si je vais être soumis à des mesures disciplinaires par rapport à ma prise de position » explique le policier. « Mais quelque chose ne tourne pas rond quand tant de prêtres pédophiles opèrent dans la même région, une petite région, pendant si longtemps et avec impunité. »
Suite à ces accusations, la Nouvelle-Galles du Sud avait lancé une enquête début novembre.
Une enquête similaire est en cours dans l’Etat de Victoria où l’Eglise catholique a reconnu en septembre qu’au moins 620 enfants avaient été abusés par des prêtres depuis les années 1930.
L’Eglise catholique est secouée depuis plusieurs années par une série de scandales pédophiles, notamment en Autriche, en Belgique, en Irlande, en Allemagne et aux Etats-Unis.

Repères
- Quatre cents victimes d’abus sexuels sur enfant par le clergé. Il s’agit des victimes connues.
- Onze membres du clergé mis en examen et condamnés depuis 1995.
- Six enseignants catholiques condamnés depuis 1995.
- Trois prêtres actuellement devant la justice.
- Un prêtre a été condamné cette année pour avoir dissimulé les agissements criminels d’un autre prêtre.
- Douze prêtres impliqués dans de substantielles demandes de compensation.
- Trois millions de dollars ; le montant le plus élevé connu de compensations versées à une victime.

L’essentiel

➤ Peter Fox, inspecteur en chef au sein de la police de Nouvelle-Galles du Sud, a publiquement accusé jeudi la hiérarchie catholique de dissimulation de faits de pédophilie.
➤ Il a aussi demandé au chef du gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud, Barry O'Farrell, d’ouvrir une Commission d’enquête royale sur la pédophilie au sein de l’église catholique.
➤ Des pressions ont alors été exercées sur le Premier ministre en personne, pour qu’une Commission d’enquête royale soit mise en place à l’échelle nationale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: " Deux ecclésiastiques anglicans - un évêque et un prêtre à la retraite - ont été arrêtés mardi en Grande-Bretagne dans le cadre d'une enquête sur des abus sexuels présumés commis dans les années 80 et 90   Jeu 15 Nov - 3:56

Deux religieux arrêtés pour abus sexuels en Grande-Bretagne
Europe du Nord & de l'Ouest > pédophilie, viol
Article posté par Stéphane Bourgoin le Mercredi 14 novembre 2012

" Deux ecclésiastiques anglicans - un évêque et un prêtre à la retraite - ont été arrêtés mardi en Grande-Bretagne dans le cadre d'une enquête sur des abus sexuels présumés commis dans les années 80 et 90, a annoncé la police, alors que le pays est ébranlé par des affaires de pédophilie.

Peter Ball, 80 ans, ancien évêque de Lewes (sud de l'Angleterre) et Gloucester (sud-ouest), est soupçonné d'avoir agressé sexuellement huit garçons et jeunes hommes âgés de 12 à une vingtaine d'années, selon la police. Les faits remonteraient à la fin des années 80 et aux années 90.

Un ancien prêtre, Vickery House, 67 ans, a, lui, été interpellé pour des abus sexuels présumés sur deux adolescents entre 1981 et 1983. Les agressions auraient été commises dans la région de l'East Sussex, dans le sud de l'Angleterre, mais les deux religieux ne sont pas soupçonnés d'avoir agi ensemble.

Ces arrestations entrent dans le cadre d'une enquête policière sur le diocèse de Chichester dans le sud de l'Angleterre, soupçonné d'avoir été le théâtre d'agressions sexuelles commises par des religieux. Cette année, trois anciens prêtres anglicans de Chichester ont été inculpés d'abus sexuels sur des enfants.

L'enquête est "très complexe", a expliqué mardi la police, précisant avoir dû retrouver la trace de nombreuses victimes présumées et de témoins. "L'Eglise d'Angleterre, y compris le diocèse de Chichester, coopère pleinement avec la police", a affirmé l'un de responsables de la police du Sussex. L'archevêque de Cantorbéry, la plus haute autorité de l'Eglise anglicane, a lancé fin 2011 une enquête sur "la politique de la protection de l'enfance" dans ce même diocèse."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Au Canada, un scandale de pédophilie rattrape une communauté catholique   Dim 25 Nov - 4:21

Au Canada, un scandale de pédophilie rattrape une communauté catholique
LE MONDE | 24.11.2012 à 11h33
Par Anne Pélouas Montréal (Canada) - Correspondance Correspondance
Abonnez-vous
à partir de 1 € Réagir Classer Imprimer EnvoyerPartager facebook twitter google + linkedin

Entre 1940 et 1982, 500 à 600 jeunes sourds de 8 à 17 ans auraient été abusés physiquement ou sexuellement dans un pensionnat de Montréal, par 34 pédophiles : 28 membres de la congrégation catholique des Clercs de Saint-Viateur et six employés laïcs. Carlo Tarini, porte-parole de l'Association québécoise des victimes de prêtres, est catégorique : "Au moins 300 ont été agressés sexuellement à répétition, ce qui en fait le plus gros scandale au monde concernant des enfants ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'ancien curé de Bras-Panon, commune de l'est de la Réunion   Jeu 24 Jan - 9:38

L'ancien curé de Bras-Panon, commune de l'est de la Réunion, le père Michel Tual, a été condamné à 5 ans de prison pour une série d'agressions sexuelles sur plus d'une dizaine de jeunes garçons, par le tribunal correctionnel de Saint-Denis.
Le tribunal a assorti sa décision, rendue tard en soirée mardi, d'un mandat de dépôt à l'audience. L'ancien curé, 75 ans, originaire de Bretagne, est reparti menottes aux poignets du palais de justice de Champ-Fleuri à Saint-Denis.

L'ancien curé de Bras-Panon et de Sainte-Rose (Est de l'île) était poursuivi pour onze agressions sexuelles commises sur mineurs de moins de 15 ans, entre 1989 et 1995, puis en 2009.

La première plainte avait été déposée en 2009, à Saint-Maur (Val de Marne) par un ancien de ses jeunes paroissiens, aujourd'hui âgé de 28 ans, pour des faits commis en 1993. Les autres victimes, âgées aujourd'hui de 12 à 32 ans, ont été entendues à huis clos, au cours de l'audience. Elles avaient 10 à 12 ans à l'époque des faits.

Tous les plaignants ont raconté au cours de l'instruction que le curé les invitait à venir faire du sport à la cure puis leur demandait de prendre une douche deux par deux et de se toucher mutuellement. Il les essuyait ensuite en laissant traîner sa main sur les parties génitales. "Jamais je n'ai masturbé personne. Quand je les essuyais, je touchais le sexe c'est tout", a dit à l'audience le vieil homme aux cheveux blancs et portant une prothèse auditive.

"C'est un prédateur sexuel", a lancé Me Catherine Moissonier, avocate de la partie civile, l'accusant de continuer à nier les faits et à adopter "un comportement vindicatif à l'égard des victimes".

Une autre avocate de la partie civile, Me Sophie Vidal, a dénoncé "l'opération de séduction" montée par le curé pour attirer les jeunes garçons chez lui, la cure disposant de trois consoles de jeux vidéos et de huit vélos.

Le procureur de la République, Pierre Martello, a requis six ans de prison de ferme, soupçonnant le curé d'avoir "fait bien pire que ce qu'on lui reproche".

Le père Tual est "le produit d'une époque", a plaidé l'avocat de la défense, Me Laurent Schwartz, exhibant des pétitions signées par d'éminents intellectuels des années 60, vantant les plaisirs avec les jeunes garçons.

Le tribunal a refusé la constitution de partie civile du Syndicat ecclésiastique du diocèse de Saint-Denis, à la satisfaction des parties civiles, soulignant qu'il n'avait pas subi de préjudice direct ou indirect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Nouveau scandale au sein de l’Eglise catholique aux Etats-Unis.    Jeu 24 Jan - 9:38

Nouveau scandale au sein de l’Eglise catholique aux Etats-Unis. Le cardinal Roger Mahony, ancien archevêque de Los Angeles de 1985 à 2011 et certains de ses dignitaires ont couvert, pendant des années, des abus sexuels commis par des prêtres sur des enfants. A la demande de la justice fédérale, environ 30.000 pages d’un rapport interne de l’archevêché de la ville de Los Angeles ont été rendus publics, mettant l’affaire au grand jour.

Dans ces documents, il est expliqué comment, durant des décennies, l’Eglise a procédé pour étouffer de nombreuses affaires d’abus et ainsi éviter que les autorités et la police ne s’en mêlent. Dans de nombreux cas, des prêtres extérieurs auraient été appelés à la rescousse pour gérer en interne les problèmes épineux. Autre parade pour couvrir les scandales : ne pas faire soigner les enfants pour ne pas alerter les médecins.

Mahony aurait également reçu des rapports psychologiques sur certains prêtres mentionnant la possibilité de récidives. Il s’emblerait que malgré cela, aucune enquête plus poussée n’ai été engagée par l’archevêque. Il se serait simplement contenté de transférer les « fauteurs de troubles » dans d’autres diocèses. Plusieurs prêtres ont ainsi continué à abuser d’enfants sans jamais être inquiétés.

Dans un communiqué rendu public le 20 janvier, le cardinal Mahony se dit « désolé ». Après avoir rencontré 90 victimes de ces abus, il affirme conserver une fiche de leurs noms dans sa chapelle privée et prier pour eux tous les jours.

Roger Mahony, qui a pris sa retraite en 2011, a présenté ses excuses à plusieurs reprises ces dernières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: POLOGNE • Un livre pour dénoncer la pédophilie dans l'Eglise catholique   Ven 1 Fév - 14:51

POLOGNE • Un livre pour dénoncer la pédophilie dans l'Eglise catholique

Courrier international |1 février 2013| 0
Réagir

Imprimer
Envoyer
Dessin de Coté
Il fallait un journaliste néerlandais pour que le premier livre sur la pédophilie dans l'Eglise catholique en Pologne puisse voir le jour, informe la radio TOK FM. "En 2010, un scandale de pédophilie a éclaté aux Pays-Bas et une des rédactions a appelé les correspondants pour savoir comment ce problème se posait dans d'autres pays", explique Ekke Overbeek, le correspondant de la presse néerlandaise et belge à Varsovie et auteur de l'ouvrage intitulé : Ayez peur [paraphrase du fameux "N'ayez pas peur !" de Jean-Paul II prononcé lors de sa première visite en Pologne, alors communiste, après son élection à la papauté].

"J'ai commencé à fouiller et j'ai découvert qu'on n'abordait pas trop le sujet en Pologne. Et, en allant à la rencontre de nombreuses victimes de pédophilie, j'ai compris que c'était une histoire qui devait être racontée en Pologne, aux Polonais et en polonais", poursuit Ekke Overbeek. "C'est un sujet bizarre. Un tabou." Il explique que dans un pays où le prêtre est souvent une autorité morale, surtout à la campagne, les victimes ont trop souvent peur de parler. TOK FM publie les extraits du livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un archevêque américain dévoile des cas de pédophilie   Ven 1 Fév - 14:53

ACTUALITÉ Société RSS
Un archevêque américain dévoile des cas de pédophilie
Le Point.fr - Publié le 01/02/2013 à 06:52 - Modifié le 01/02/2013 à 08:07
L'archevêque de Los Angeles a rendu publique une série de dossiers sur des faits plus ou moins anciens commis par des hommes d'Église.


Photo d'illustration. © Brendan Hoffman / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP


Commentaires (7)

Gérard de Villiers : la consécration américaine
Par Marie-Sandrine Sgherri
L'archevêque de Los Angeles a rendu publics jeudi les dossiers de cas de pédophilie présumée concernant plus d'une centaine d'hommes d'Église et annoncé qu'il avait retiré à son prédécesseur les attributions liées à son rang d'ecclésiastique. Ces dossiers devaient être publiés en vertu d'une décision de justice remontant à 2007. Sur 124 dossiers communiqués par le site de l'archidiocèse, 82 contenaient des informations sur des cas supposés de pédophilie. L'archevêque José Gómez a déclaré que le cardinal à la retraite Roger Mahony n'aura "plus de responsabilités administratives ou publiques", alors que son principal ancien conseiller sur les questions liées au harcèlement sexuel Thomas Curry, avait démissionné, en tant qu'évêque régional.

"Ces abus remontent à des dizaines d'années. Mais cela ne les rend pas moins graves", écrit l'archevêque Gómez sur son site. "Je trouve, poursuit-il, que ces documents sont durs et pénibles à la lecture. Le comportement décrit dans ces dossiers est terrible et diabolique. Il n'y a pas d'excuse, pas de justification à ce qui est arrivé à ces enfants." "Les prêtres impliqués avaient le devoir d'être à leur égard leurs pères spirituels et ils ont failli", poursuit Mgr Gómez, qui ajoute : "Nous devons reconnaître aujourd'hui ces terribles manquements."

Décision de justice

Au début du mois de janvier, la justice avait ordonné à l'Église catholique de Los Angeles de divulguer auprès du grand public l'identité des hauts responsables de l'Église accusés de pédophilie, une décision saluée par les défenseurs des victimes. L'archevêché de Los Angeles s'était immédiatement engagé à se plier à l'ordonnance du juge Emilie Elias, qui avait cassé une précédente décision de 2011. En 2011, le juge Dickran Tevrizian s'était opposé à la publication des noms des hauts responsables catholiques, craignant que ces informations ne soient utilisées pour attaquer l'Église.

L'archevêché de Los Angeles, le plus grand des États-Unis, avait assuré que "la plupart des informations en question avaient déjà été rendues publiques" en 2004 dans un "Rapport au peuple de Dieu". Ces dernières années, l'Église catholique a été confrontée dans de nombreux pays au scandale des prêtres pédophiles, notamment aux États-Unis, où un Américain sur quatre se revendique catholique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Condamné en 2001 à Nancy pour des agressions sexuelles sur mineurs, le père Jean-Marie Vincent   Dim 10 Fév - 12:38

Condamné en 2001 à Nancy pour des agressions sexuelles sur mineurs, le père Jean-Marie Vincent est arrivé en 2003 à la Réunion avec l’accord du juge d’application des peines et de l’évêque Monseigneur Aubry. Il affirme avoir respecté les dispositions de son contrôle judiciaire.
SAINT-DENIS

Les informations publiées hier par Zinfos 974 risquent encore de donner des tourments à Mgr Gilbert Aubry, déjà profondément affecté par les différents scandales de pédophilie ayant éclaboussé le diocèse de la Réunion ces dernières années. Le site web a en effet exhumé le passé judiciaire de l’actuel curé de la paroisse dionysienne de la Source, le père Jean-Marie Vincent, âgé de 78 ans.

Condamné en 2000 à cinq ans de prison dont quatre ferme par la cour d’appel de Nancy pour des agressions sexuelles sur mineur commises du temps où il dirigeait la chorale de Bar-le-Duc (Meuse) et qu’il a en partie contestées, le prêtre a finalement été écroué en avril 2001, après le rejet de son pourvoi en cassation. Ayant bénéficié d’une libération conditionnelle deux ans plus tard, il a alors atterri à la Réunion, où l’on ne parlait pas encore des démêlés judiciaires des pères Tual et Hoarau.

« Je suis venu avec l’accord du juge d’application des peines, et après plusieurs échanges entre l’évêque de Verdun et Mgr Aubry, que j’avais connu dans ma jeunesse », reconnaît le curé de la Source, joint hier par le Journal de l’Île.

Le religieux explique que son contrôle judiciaire lui interdisant de travailler au contact d’enfants pour une période de cinq ans a été scrupuleusement respecté, le diocèse lui ayant confié des fonctions compatibles avec ses obligations judiciaires et en concertation avec un juge d’application des peines local. « J’ai d’abord travaillé à l’aumônerie de l’hôpital de Bellepierre, mais avec interdiction de m’occuper de la pédiatrie. J’ai ensuite été rattaché à l’église de la Source avec deux autres prêtres, une paroisse où l’on ne faisait pas de catéchisme. Je ne suis devenu curé de la Source qu’en août 2005, trois mois après la fin de mon suivi socio-judiciaire », précise le père Vincent.

« JE VOULAIS ÉCRIRE UN LIVRE »

Le prêtre confesse qu’il « s’attendai(t) à ce que cette histoire ressorte un jour » et se prépare à ce que certains de ses paroissiens lui demandent des comptes. « C’est normal sur une affaire aussi sensible », reconnaît-il. « Si je n’ai rien dit avant, c’est parce que cette histoire était terminée et faisait partie de mon passé. Est-ce que je n’avais pas le droit de recommencer à vivre et travailler après avoir payé ma dette ? », s’interroge-t-il.

Le curé a pourtant projeté un temps de rendre publique son histoire. « Je voulais raconter cette affaire dans un livre. Les imprudences que j’ai pu faire, et comment cette histoire m’a changé. Mais comme j’ai 78 ans, on m’a recommandé d’attendre ma retraite pour le faire », explique-t-il.

Aujourd’hui, le curé se dit prêt à affronter les reproches. « Je me suis défendu devant la justice, j’ai été condamné, j’ai accepté la décision et respecté ce qu’on m’a demandé de faire. »

Le père Vincent est bien connu à la Réunion pour les albums de chants religieux qu’il a sortis, accompagné de chorales locales. Des activités pour lesquelles il a reçu les encouragements de Monseigneur Aubry. Sollicité, l’évêque de la Réunion Monseigneur Gilbert Aubry n’a pas souhaité s’exprimer sur cette affaire.

Entre la question du « droit à l’oubli » pour les condamnés ayant purgé leur peine et celle tout aussi épineuse de la dissimulation d’affaires de pédophilie par l’Église catholique, le débat reste très sensible

Sébastien Gignoux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Haute-Loire. Condamné pour pédophilie, le curé réclame justice   Lun 11 Fév - 8:48

Haute-Loire. Condamné pour pédophilie, le curé réclame justice
Vu 1906 fois | Publié le 10/02/2013 à 06:02 0 Commenter cet article
TAGS ASSOCIES
Faits diversJusticeHaute-LoireActualitéA la Une
Saint-Pal-en-Chalencon. Accusé en 1995 de viols sur des mineurs sénégalais, alors qu’il était en mission humanitaire en Afrique, le prêtre a été condamné à huit ans de prison pour des actes qu’il affirme ne pas avoir commis. Aujourd’hui, François Lefort, auteur d’un ouvrage sans complaisance sur le système judicaire français, entend faire rouvrir son dossier, s’estimant « victime d’une erreur judiciaire et de l’arrogance de la justice ».

Photo Quentin Raverdy





Dans le recoin d’un petit bureau que seule la lumière du jour déclinant parvient à éclairer, un article du Canard Enchaîné rappelle : « Il paraît que Dieu a fait l’homme à son image. Alors, quand on voit vivre quelqu’un comme François Lefort, on se dit que ce Dieu-là est un garçon tout à fait fréquentable. »

Une vie au service de son prochain
Le père Lefort, 65 ans, curé de la paroisse de Saint-Pal-en-Chalencon, pose le regard sur les photos qui habillent les murs de son bureau. Toute sa vie est là : des missions humanitaires au Sénégal pour venir en aide aux orphelins des rues, en passant par les portraits de ses mentors, sœurs Emmanuelle ou l’Abbé Pierre, dont il se considère comme le fils spirituel. Sur le côté d’une étagère, son stéthoscope atteste qu’il n’est pas l’homme d’une seule cause et qu’il a aussi voué sa vie à la médecine humanitaire.

Parmi tous ses souvenirs, trône, dans une étagère, la dizaine de livres dont il est l’auteur, lorsqu’à certains instants, l’encensoir laissait la place à la plume. Si tous ces ouvrages sont des moments de vie, son dernier, publié, en juin, se détache du reste.

À travers Justice ! Pour l’honneur d’un prêtre , François Lefort revient sur les seize années de calvaire judiciaire qu’il a traversées et que lui, sa famille et ses proches ont vécues comme une « mise à mort sociale », une entreprise de déshumanisation progressive et irréversible.

Seize ans dans « l’étau judiciaire »
Son livre est un appel aux politiques, une ode au changement. C’est un débat de société qu’il veut : « Ce n’est pas une affaire de droite ou de gauche, c’est l’honneur de la France qui se joue et seule la politique peut forcer la justice à changer. »

Son dossier, comme d’autres (Seznec, Outreau), incarne les zones d’ombre dans les procès, l’influence des médias et de l’opinion dans « l’assassinat » d’un homme.

François Lefort, appelle à une remise en question profonde du système judiciaire et refuse d’être qualifié « d’anti-juge ».

Il reste très lucide quant à l’impact de son histoire sur la société. « Les gens ont oublié et mon affaire n’intéresse pas. En revanche, la culpabilité de la justice oui. »

L’oubli et les trahisons
Si le curé est aussi à l’aise devant l’autel d’une chapelle qu’au milieu du Sahara, il reste un homme d’une rare simplicité. De retour de Libye, en 2012, où il endossa à nouveau le rôle de médecin de crise, il retrouve son presbytère et sa cuisine, seul endroit où François Lefort perd quelque peu ses moyens.

Adepte du surgelé, le repas s’avère l’occasion d’échanges sur les défis de la société. Il s’inquiète, notamment, de l’uniformisation de l’opinion de la population qui « en permanence, cherche à écarter ce qui la gêne ». L’essayiste et soutien inconditionnel Paul Virillio, dans une lettre, l’invitait à se méfier de la communauté de l’émotion qui « standardise et synchronise le ressenti », à l’origine, selon lui, de son erreur judiciaire.

Le père est retombé dans l’anonymat et ce n’est pas pour lui déplaire. Désormais, il se reconstruit peu à peu, fort du soutien de centaines de personnalités et d’une association, Droit à la justice, qui, aujourd’hui encore, combat les erreurs judiciaires. Il doit, aussi, vivre avec les trahisons comme celles de certains de ses amis, parfois insoupçonnables comme l’était Laurent Beccaria, directeur de la maison d’édition des Arènes qui publia L’Illusionniste de Medhi Ba. Ce livre s’avère être un portrait à charge de l’influence certaine sur l’opinion publique et les juges à quelques mois du verdict, en 2005.

Si l’auteur ne se refuse aucune comparaison – « Le mensonge est au père Lefort, ce que l’essence est à la voiture » – la préface rédigée par Beccaria est vécue comme un coup de poignard dans le dos. Et les mots font mouche.

Lefort y est décrit comme « un illusionniste, un marionnettiste » soutenu par un « cordon de protection unanime » de personnalités. L’éditeur, qui trop longtemps a « cru ce funambule touché par la grâce, éternellement du bon côté », se refuse désormais à évoquer l’affaire, renvoyant sans cesse à la lecture de sa préface.

(1) Étudiants en école de journalisme, ils ont réalisé ce portrait dans le cadre de leurs études.

Un souvenir prégnant Depuis cette affaire, l’humiliation de la garde à vue, la rudesse de la prison, le père François Lefort n’est plus le même. « L’homme qui porte aujourd’hui mon nom n’a plus rien à voir avec celui que j’étais. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Re: Pédophilie d' Eglise   Ven 27 Sep - 17:26


L'Eglise de Pologne secouée par un scandale de pédophilie
- Publié le 27/09/2013 à 17:43
1

L'Eglise de Pologne, pays très catholique, est à son tour secouée par un scandale de pédophilie après la destitution par le pape François du nonce en République dominicaine, le Polonais Jozef Wesolowski, et des poursuites à l'égard d'un autre prêtre polonais, soupçonnés de délits contre mineurs.




Malgré des cas de pédophilie de prêtres identifiés au cours des dernières années en Pologne, aucun n'a provoqué encore de vrai scandale, contrairement aux Etats-Unis ou à l'Irlande où le phénomène de pédophilie de prêtres a été largement médiatisé et condamné.

Le secrétaire général de l'épiscopat polonais, Mgr Wojciech Polak, a qualifié vendredi cette affaire de "douloureuse et difficile".

"La confiance en l'Eglise en pâtit. Nous demandons pardon. C'est le moins que l'on puisse faire", a-t-il déclaré à la presse.

Mgr Polak a cependant rejeté l'idée d'un dédommagement financier éventuel des victimes de la part de l'Eglise polonaise.

"La responsabilité civile et pénale pour ce genre de délit est rattachée à la personne responsable de ces actes. C'est elle qui est tenue de les récompenser", a-t-il insisté.

De son côté, le parquet polonais a ouvert vendredi sa propre enquête sur l'affaire impliquant les deux prêtres en mission en République dominicaine.

"Il s'agit d'une enquête indépendante de celle menée par la justice dominicaine", a indiqué à l'AFP le porte-parole du parquet, Mateusz Martyniuk.

A 65 ans, nonce à Saint-Domingue depuis près de six ans, Mgr Wesolowski a été relevé de ses fonctions le 21 août.

Selon la presse dominicaine et polonaise, le diplomate aurait eu des relations sexuelles tarifées avec des mineurs dans la "Zona colonial", le centre historique de Saint-Domingue.

La télévision dominicaine, ainsi que la presse polonaise ont lié Mgr Wesolowski au prêtre polonais Wojciech Gil, 36 ans, accusé de viols sur mineurs dans la ville de Santiago (155 km au nord-ouest de la capitale).

Le père Gil, membre de la congrégation de Saint Michel Archange, a été suspendu du sacerdoce par ses supérieurs et sommé de retourner en République dominicaine "pour coopérer avec la justice" locale, a indiqué vendredi le porte-parole des Michaëlites, Tadeusz Musz.

Cependant, "depuis le 28 mai, nous n'avons plus aucun contact avec lui. Il ne séjourne dans aucun établissement des Michaëlites, ni en Pologne ni à l'étranger", a-t-il assuré, alors que les autorités dominicaines ont demandé l'aide d'Interpol pour mettre la main sur lui.

La hiérarchie polonaise affirme n'avoir pas non plus de contact avec l'archevêque Wesolowski, rappelé au Vatican.

Selon le jésuite Adam Zak, chargé par l'épiscopat polonais de protection des enfants et des jeunes, "l'échelle du phénomène de pédophilie dans l'Eglise en Pologne reste inconnue".

"Ce qui parvient devant les tribunaux, ce n'est que la partie visible de l'iceberg", a-t-il estimé en citant une étude faisant état de 27 condamnations de prêtres pour pédophilie depuis une dizaine d'année.

Le dernier épisode en date: le cas d'un curé de Tarchomin, un quartier périphérique de Varsovie, condamné en mars pour "autres actes sexuels" à l'égard des mineurs, mais continuant à travailler avec des enfants jusqu'à ces derniers jours, avec le consentement de son évêque.

"L'Eglise polonaise n'est pas prête à affronter ce phénomène. C'est une Eglise institutionnelle, très bureaucratisée, détachée de la réalité et sûre de sa puissance", déclare à l'AFP Pawel Boryszewski, sociologue de la religion.

"Cette affaire risque de provoquer une vague de critiques à l'égard de l'Eglise. Les gens pourraient prendre leurs distances vis-à-vis de cette institution", a-t-il ajouté.

Ordonné prêtre en mai 1972 par l'archevêque de Cracovie, le cardinal Karol Wojtyla, le nonce Wesolowski avait été consacré évêque en janvier 2000 par Jean-Paul II. Ce dernier l'avait nommé peu de temps auparavant nonce en Bolivie, son premier poste. Nonce dans plusieurs républiques d'Asie centrale à compter de février 2002, il avait été nommé par Benoît XVI en République dominicaine en janvier 2008.

Le pape François a tenu à affirmer son engagement ferme à lutter contre la pédophilie au sein de l'Eglise dès le début de son pontificat en mars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pédophilie d' Eglise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pédophilie d' Eglise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 31 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 29, 30, 31
 Sujets similaires
-
» Crise de pédophilie dans l'Eglise : un tournant
» Scandale pédophilie : Est-ce que l'Eglise catholique est devenue démoniaque ?
» La pédophilie dans l'Église...
» O.N.U VATICAN ET PÉDOPHILIE
» Egypte : l’Eglise copte condamnée parce qu’elle ne reconnaît pas le divorce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les tabous de nos sociétés dites "avancées" :: Le tabou de la pédophilie-
Sauter vers: