Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pédophilie d' Eglise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La députée Karine Lalieux publie un livre-dialogue sur les abus sexuels dans l'Église   Sam 2 Juin - 9:06

La députée Karine Lalieux publie un livre-dialogue sur les abus sexuels dans l'Église
vendredi 01 juin 2012 à 16h49
(Belga) Un peu plus d'un an après la fin des travaux de la commission spéciale de la Chambre sur les abus sexuels au sein de l'Église, sa présidente, Karine Lalieux, revient dans un livre tout juste sorti de presse sur les mois de travail de cette commission qui amena l'Église à reconnaître sa responsabilité morale, ainsi qu'à la mise sur pied d'un centre d'arbitrage pour les faits prescrits.


La députée Karine Lalieux publie un livre-dialogue sur les abus sexuels dans l'Église
Au fil de quelque 120 pages rédigées avec l'auteure Evelyne Guzy, la députée socialiste jette un coup d'oeil dans le rétroviseur sur la manière dont elle a vécu toute l'affaire qui, des premières révélations du neveu de l'évêque de Bruges Roger Vangheluwe aux témoignages en cascade de victimes anonymes qui suivirent, replongea la Belgique dans l'insoutenable. Au-delà de son expérience personnelle, de ses émotions et de ses doutes, la Bruxelloise y fait aussi le point, "au fil d'entretiens menés dans l'intimité", avec six acteurs-clés sur la manière dont eux ont vécu ces événements. Il y a d'abord Georges et Victor, deux victimes d'abus, deux "survivants". Puis Pieter Adriaensens, ancien président de la commission du même nom qui traita 475 dossiers d'abus. Suivent l'avocat des victimes, le flamboyant Walter Van Steenbrugge, ainsi que le patron de la cellule pédophilie au sein de la police fédérale, Peter De Waele. Enfin, l'évêque de Tournai Guy Harpigny, "référent" pour les abus sexuels au sein de l'Église et sans qui celle-ci n'aurait jamais reconnu sa responsabilité morale pour ces centaines de cas d'abus sexuels en son sein. Par choix délibéré, Karine Lalieux n'a pas souhaité rencontrer pour son ouvrage le cardinal Godfried Danneels ni le primat de Belgique André-Joseph Léonard, pourtant centraux mais aux rôles plus controversés. "J'ai préféré me concentrer sur les personnages qui ont fait évoluer le dossier plutôt que de reposer des questions auxquelles on n'avait pas eu de réponses, et qu'on aurait pas...", justifie la députée. Le lecteur à la recherche de révélations restera toutefois sur sa faim. L'opus vise plutôt à offrir un rappel complet des événements, leur issue politique, mais aussi sensibiliser sur un sujet qui fait toujours débat dans la société: "La meilleure façon de combattre la pédophilie reste d'en parler". "Abus sexuels dans l'Église - Paroles libérées", Ed. Luc Pire, 18 euros. Les bénéfices de la vente seront reversés à une association d'aide aux victimes. (EDR)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le curé stockait 200 photos pédophiles   Mer 20 Juin - 15:14

Le curé stockait 200 photos pédophiles
More Sharing ServicesPartager 29 contributions
Publié le mercredi 20 juin 2012 à 09H44 - Vu 1897 fois



Pour avoir téléchargé près de deux cents photos pédopornographiques, le prêtre a été condamné à un an de prison avec sursis.


ARDENNES. Tant de crédulité chez ce prêtre arrivé au crépuscule de son existence. Tant de chasteté, de solitude aussi. Jusqu'à se retrouver régulièrement sur internet, entre curiosité et envie, à regarder des ébats d'enfants.

UN homme aux cheveux tout blancs est à la barre : appelons-le Alain. Il n'y a pas si longtemps, il était quelqu'un. Lundi après-midi, à la barre du tribunal correctionnel de Charleville-Mézières, ce septuagénaire a commencé par dire : « C'est la plus grande honte de ma vie », et on l'a immédiatement cru sur parole.
Placé sous contrôle judiciaire depuis le 24 mai, il n'avait jamais eu affaire à la justice. Mâchoire crispée et joues rougies, le voilà contraint d'écouter la présidente Jennyfer Picoury énumérer publiquement les faits.
Deux mois plus tôt, Alain s'est fait prendre son ordinateur par les gendarmes. L'examen du disque dur révèle le téléchargement de 198 photos à caractère pédopornographique. Celles-ci montrent des garçons « âgés de 12 à 15 ans » contraints de prendre part à des actes sexuels.
L'histoire aurait pu tenir en quelques lignes dans les colonnes du journal : « Le tribunal a condamné (Alain) pour détention de l'image d'un mineur présentant un caractère pornographique ». Du déjà-vu, du trop souvent lu. On lit et on passe. On n'en peut plus des affaires dites de pédophilie.
Alors pourquoi s'arrêter sur cette affaire-là ? Parce que cette fois, il est question d'un homme ordonné prêtre en 1964 qui, pendant près d'un demi-siècle, a exercé dans la région sa mission d'homme de foi. Parce qu'on croit déceler un soupçon de fierté chez ce prévenu lorsque celui-ci lance : « J'ai 78 ans et je n'ai jamais eu de relation sexuelle ». Et de poursuivre : « Quand j'ai eu internet, j'ai eu la curiosité, j'ai voulu voir ». Le péché était tel qu'il s'est transformé en délit.
Quelques années plus tôt, Alain s'est vu offrir un ordinateur par un membre de sa famille. En 2009, sa hiérarchie, soucieuse de se moderniser, lui conseille de se mettre aux mails, donc à l'internet. Alain, qui aide encore alors la tenue de certains offices, plonge alors dans l'inconnu, le virtuel et le désincarné.

« Une sacrée leçon »

Sites érotiques, pornographiques, Alain navigue et finit par se noyer : « Une fois, au lieu d'adultes, j'ai vu cette photo avec cette jeune fille en maillot de bain », se rappelle-t-il. Cette photo a, comme deux autres, été retrouvée par les militaires sur son appareil photo numérique. « Je ne comprends pas, interroge la présidente Jennyfer Picoury. Vous preniez en photo votre écran d'ordinateur ? » Réplique d'Alain : « Mais ça, c'est parce que je n'y connais rien à internet… Pour retrouver le site, il fallait refaire tout un cheminement ? La photo, c'était pour gagner du temps ».
Depuis un an et demi, Alain s'attardait de plus en plus sur des images à caractère pédophile. Il trouvait ces corps « agréables à regarder », explique-t-il. « Et pourquoi s'agissait-il surtout de garçons ? », relance la présidente. Trop spontané, Alain répond : « Parce que le corps d'un garçon est plus beau… Enfin, je crois. » Pendant sa garde à vue, celui qui, en début d'année, célébrait encore quelques offices, avait pourtant admis : « J'ai bien conscience que les photos que j'ai regardées sont ignobles ». « Atroces, renchérit-il à la barre. Ma curiosité est devenue malsaine ». Pour une fois, la salle d'audience est parfaitement silencieuse. La parole du prévenu semble devenue libératrice : « A mon âge, ça peut vous sembler ahurissant mais il a fallu que j'aie internet pour que je m'interroge sur ce qu'est un vagin ». - Est-ce que ce n'était que de la curiosité ? reprend la présidente.
- De la curiosité malsaine. Passer à l'acte ne m'est jamais venu à l'esprit.
- Vous comprenez, monsieur, on doit bien se le demander…
- En cinquante ans, je ne vous dirai pas que je n'ai jamais pensé à toucher le corps d'une femme, d'un homme ou… C'est Internet qui m'a mené à la catastrophe. C'est une sacrée leçon que j'ai reçue là »
En filigrane pointe la solitude presque infinie de cet homme arrivé au crépuscule de sa vie et contraint de clamer : « Je n'ai jamais touché un enfant ! (Sur ces photos), je pensais que c'était les parents qui prenaient ces photos pour se faire de l'argent. Ça semble une contradiction mais je n'ai jamais pensé à toucher les enfants que je connaissais ». Une phrase traduit aussi sa parfaite ignorance des pièges d'internet : « Ce que j'ai vu, n'importe qui peut le voir… Je ne savais pas que c'était aussi interdit ».
S'appuyant sur ce décalage pour plaider la naïveté de son client, l'avocat de la défense Pierre Blocquaux se pressera de rappeler le plus ahurissant des épisodes : « Comment cette enquête a-t-elle démarré ? Parce qu'un jour, il a appelé un réparateur informatique et il a dit : « Mon ordinateur se bloque quand je tape petit enfant nu sur Google ».

Le net, « maladie du siècle »

L'expert psychiatre évoque au sujet du prévenu « une attirance pédophilique sublimée par l'apparition d'internet ». Front plissé, l'ancien étudiant en théologie et philosophie se défend : « Non ! Je ne suis pas pédophile ».
Comme s'il craignait à nouveau de succomber, il émet le souhait que ses « pensées partent en continuant à voir le psychiatre ». La substitut du procureur se lève : « Sur ces photos, ces enfants sont transformés en objets ! On les viole ! Et personne ne peut douter qu'ils n'ont pas choisi d'être là et que les regarder constitue déjà une infraction ! » La magistrate estime que « les faits sont graves » avant de citer Alain lors de sa garde à vue : « Un enfant, c'est sacré ». Annonçant des « réquisitions de prudence », elle réclame contre le prêtre retraité un an de prison avec sursis, une obligation de soins et l'interdiction d'exercer une activité en présence de mineurs.En réponse, Me Blocquaux évoque Alain comme « une victime d'internet », technologie qualifiée de « maladie du siècle ». L'avocat tente d'élargir la focale : « La réalité humaine, c'est une très triste fin de parcours pour un homme qui n'a jamais dévié, qui ne savait pas ce qu'est une femme et qui a cherché à le savoir ». Rappelle que « rabbins et pasteurs n'ont pas à faire vœu de célibat » et demande enfin à ce que la cour « n'accable pas » son client, tête baissée et silhouette recroquevillée sur un banc.
À l'issue d'un court délibéré, Alain est condamné à un an de prison avec sursis.
Il devra en outre poursuivre les soins entamés et, pour toujours, s'abstenir d'exercer « toute activité, salariée ou bénévole, incluant un contact habituel avec des mineurs ».

Mathieu LIVOREIL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Condamnation d'un évêque   Sam 23 Juin - 14:21

L'évêque Mgr William Lynn a été reconnu coupable hier à Philadelphie (Pennsylvanie) d'avoir couvert des prêtres pédophiles, devenant le premier haut responsable catholique américain sanctionné par la justice dans une affaire de ce type.
Mgr Lynn, 61 ans, a été reconnu coupable de mise en danger de la vie d'enfants. Il connaîtra sa sentence le 13 août.

Ancien responsable du personnel du diocèse de Philadelphie, il était accusé d'avoir dissimulé des cas d'agressions sexuelles et de n'avoir rien fait pour éloigner au moins deux prêtres de postes les mettant en contact avec des mineurs.

L'un de ces deux prêtres, James Brennan, était accusé lors du même procès d'agressions sexuelles contre de jeunes garçons dans les années 1990. Le deuxième, le prêtre défroqué Edward Avery, a plaidé coupable et a été condamné à une peine comprise entre 2 ans et demi et cinq ans de prison.

Le jury n'a pas été en mesure de rendre un verdict à l'encontre de Brennan, expliquant avoir besoin de "clarifications" quant aux accusations pesant à son encontre. "Tous les jurés veulent que justice soit rendue", a déclaré l'un d'eux, Isa Logan. "Mais nous voulons faire ce qui est juste".

Dans le cas Brennan, Mgr Lynn a été acquitté des chefs d'accusation de mise en danger de la vie d'enfants et complot visant à mettre en danger la vie d'enfants. Le verdict de culpabilité prononcé vendredi concerne les faits impliquant Edward Avery.

Ce verdict tombe une semaine après la publication d'un rapport indiquant que de nombreux fidèles pensent toujours que des cas d'agressions sexuelles surviennent à haut niveau dans l'église catholique, ou sont couverts par les évêques. Ce document, publié par la Conférence des évêques américains, affirme aussi que si des "progrès saisissants" ont été réalisés en 10 ans dans la lutte contre la pédophilie, "beaucoup de travail reste à faire".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Ancien curé condamné pour attouchements sur des ados   Jeu 28 Juin - 7:33

Ancien curé condamné pour attouchements sur des ados
PÉDOPHILIE — La justice thurgovienne a condamné l’ancien curé d’Aadorf à 80 jours-amende à 50 francs.
Mis à jour le 27.06.2012
L'église anciennement occupée par le curé pédophile.
Image: Keystone


Arrêté au printemps 2010, l’homme de 42 ans avait séjourné durant un mois en détention préventive. L’enquête a confirmé que le prévenu a eu entre 1999 et 2010 des «contacts corporels» avec plusieurs mineurs n’ayant pas atteint la majorité sexuelle (16 ans), indique mercredi le Ministère public thurgovien.

Dans l’un des cas, le curé a dépassé le seuil de la légalité sans pour autant atteindre celui de l’abus sexuel qualifié. Le Ministère public l’a donc condamné par ordonnance pénale.

Les autres cas ont été classés. Suspendu de ses fonctions par l’Eglise catholique après l’ouverture de l’enquête, le curé d’Aadorf a démissionné fin juin 2010.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La police italienne a arrêté hier un prêtre catholique accusé d'avoir abusé sexuellement d'une fille de 13 ans,   Dim 15 Juil - 8:21

La police italienne a arrêté hier un prêtre catholique accusé d'avoir abusé sexuellement d'une fille de 13 ans, a rapporté l'agence de presse italienne ANSA. Le père Giangiacomo Ruggieri, 43 ans, travaillait comme porte-parole pour un évêque de la ville de Fano, dans le centre de l'Italie. Il a été suspendu de toutes ses fonctions religieuses avec effet immédiat et la police a perquisitionné son domicile et saisi son ordinateur.

L'affaire a causé un grand émoi dans la ville, où l'homme, un ancien journaliste, était connu comme le "prêtre des jeunes". L'évêque Armando Trasarti s'est dit "choqué et attristé" et a fait part de son "entière solidarité avec la victime abusée", selon l'ANSA. L'Eglise a été secouée par des milliers de scandales de pédophilie ces dernières années et la hiérarchie catholique est régulièrement accusée d'étouffer ces affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: DUNKERQUE : Le prêtre de Bollezeele soupçonné de pédophilie et placé en détention   Mer 18 Juil - 5:14

DUNKERQUE : Le prêtre de Bollezeele soupçonné de pédophilie et placé en détention
mercredi 18.07.2012, 00:04
Share on rss Share on email

DUNKERQUE : Le prêtre de Bollezeele soupçonné de pédophilie et placé en détention
Ce mercredi matin, le village de Bollezeele, situé à 20 kilomètres au sud de Dunkerque, risque de se réveiller groggy.
Depuis le début de semaine, la rumeur s'était répandue comme une traînée de poudre: le prêtre serait en prison. Débarqué en septembre 2005 dans la paroisse Notre-Dame-des-Mottes regroupant les églises de Bollezeele, Eringhem, Merckeghem et Rubrouck, le curé de Bollezeele avait disparu de la circulation depuis la semaine dernière. Emmené par les autorités, cet abbé bien connu en Flandre, est soupçonné de pédophilie. L'affaire, gérée par le parquet de Lille, concernerait des victimes originaires des régions dunkerquoise et lilloise. "Nous venons de l'apprendre, expliquaient certains proches dans la soirée de mardi. C'est impossible, nous n'y croyons pas une seconde. Nous tombons des nues." Désormais publique, cette information, si elle est confirmée par l'enquête en cours, risque de ternir l'image de cette paroisse jusqu'ici sans histoire. Ordonné prêtre en 1973, le curé de Bollezeele, né en 1944, a également officié à Dunkerque-centre et Saint-Pol-sur-mer. Après des passages par Craywick et Loon-Plage, il prend la direction de la paroisse Notre-Dame-des-Mottes en 2005. Ce ne serait pas la première affaire de pédophilie dans le Dunkerquois concernant un membre de l'église, puisqu'en 2006 déjà, une affaire avait éclaté à Loon-Plage. Le curé de la paroisse, l'abbé Antoine Delesalle, est mis en cause. Deux ans plus tard, devant le tribunal de Dunkerque, l'abbé Delesalle avait écopé d'une peine d'un an de prison ferme pour agressions sexuelles commises sur cinq enfants entre 2002 et 2006.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un prêtre de 68 ans, soupçonné d'avoir abusé sexuellement de jeunes garçons dans le Nord,   Mer 18 Juil - 12:19

Un prêtre de 68 ans, soupçonné d'avoir abusé sexuellement de jeunes garçons dans le Nord, a été mis en examen la semaine dernière pour viols et agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans et placé en détention provisoire, a-t-on appris ce matin de source judiciaire. Dès que l'Eglise a eu connaissance de ces accusations elle a saisi la justice.

L'archevêque de Lille avait reçu en début d'année une lettre anonyme dénonçant les faits. "L'Eglise n'a absolument pas cherché à couvrir" le prêtre. Cela a coïncidé avec le fait que deux victimes se sont manifestées auprès de la justice, a-t-on expliqué de source judiciaire. Lors de sa garde à vue, l'homme a reconnu les faits qui lui sont reprochés, qui se seraient déroulés dans les régions de Lille et de Dunkerque, selon la même source qui évoque une dizaine de victimes identifiées.

Les agissements du prêtre s'étaleraient des années 1970 au début des années 2000. Le prêtre officiait depuis quelques années dans une paroisse regroupant plusieurs communes au sud de Dunkerque. L'annonce de son emprisonnement a été faite dimanche en chaire de l'église de Bollezeele, par son remplaçant qui n'en a toutefois pas donné les raisons.

Un prêtre "aimé et respecté"

Des paroissiens de cette commune ayant requis l'anonymat ont tous fait part de leur surprise devant les faits reprochés. "Il était aimé et respecté", a déclaré l'un d'eux qui a émis les plus grands doutes sur les soupçons de viols à son encontre. "Tout ce que je peux dire, c'est que je suis très surpris", a déclaré de son côté Marc Colpaert, adjoint au maire d'Eringhem, une des communes de la paroisse du prêtre qu'il côtoyait régulièrement en tant que "paroissien assidu".

Selon un recensement de l'Eglise catholique française en octobre 2010, on avait dénombré alors neuf prêtres emprisonnés pour des actes de pédophilie et 51 mis en examen. Toujours selon cette enquête menée par la conférence des évêques de France, 45 prêtres avaient déjà purgé des peines de prison pour des actes similaires. Il y a un peu moins de 20.000 prêtres en exercice en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: États-Unis : un ancien évêque écroué pour avoir protégé des prêtres pédophiles   Mer 25 Juil - 4:01

États-Unis : un ancien évêque écroué pour avoir protégé des prêtres pédophiles
Mise à jour le mardi 24 juillet 2012 à 17 h 10 HAE
| Radio-Canada avec Agence France-Presse, New York Times et Reuters
Commenter
7
13 Partager
Mgr William Lynn, le 22 juin dernier, avant d'être reconnu coupable d'avoir couvert des prêtres pédophiles © PC/AP/Matt Rourke
Un ancien évêque de Pennsylvanie, Mgr William Lynn, a été condamné mardi à une peine de 3 à 6 ans de prison pour avoir couvert des actes de pédophilie à Philadelphie.

Mgr Lynn est le plus important responsable de l'Église catholique américaine reconnu coupable d'avoir couvert des prêtres pédophiles. Au terme d'un procès de 10 semaines, il avait été jugé coupable le 22 juin dernier de mise en danger d'enfants.

« Vous saviez très bien ce qui était juste, Mgr Lynn, mais vous avez choisi ce qui était mal », a déclaré la juge M. Teresa Sarmina, accusant l'ex-évêque d'avoir protégé « des monstres déguisés en hommes d'Église qui ont agressé des enfants ».

L'homme de 61 ans a néanmoins évité la peine maximale de sept ans de prison.

Entre 1992 et 2004, il a supervisé 800 prêtres de l'archidiocèse de Philadelphie, qui est, avec 1,5 million de fidèles, le sixième plus important des États-Unis.

Pendant le procès, les procureurs ont démontré que Mgr William Lynn a protégé des prêtres concernés, parfois en les transférant dans de nouvelles paroisses, et a menti au public pour éviter une mauvaise publicité ainsi que des poursuites judiciaires.

Mgr Lynn a couvert l'ancien prêtre Edward Avery, qui avait plaidé coupable à la veille de son procès et avait été condamné à une peine de 2 ans et demi à 5 ans de prison.

L'ex-évêque a été acquitté d'une accusation de complot et de mise en danger d'enfants impliquant un autre prêtre, James Brennan. Ce dernier était accusé d'agressions sexuelles commises dans les années 1990, mais le jury n'avait pas pu rendre un verdict.

Les procureurs ont toutefois fait valoir que la façon dont Mgr Lynn avait traité l'affaire Avery relevait d'une « pratique continuelle et systématique » consistant à maintenir en poste des prêtres agresseurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les Ursulines dans le collimateur   Jeu 26 Juil - 2:36

Enquêtes dans 59 écoles chiliennes pour abus sexuels


7sur7.be
sam., 21 juil. 2012 12:58 CDT
Chili, où la justice a décidé d'ouvrir des enquêtes dans 59 établissements scolaires de la capitale Santiago. "Comme nous le faisons pour des délits économiques ou de corruption, nous allons ouvrir une enquête judiciaire, où que se trouvent les enfants", a déclaré vendredi le procureur Sabas Chahuán, après avoir rencontré les responsables d'associations des droits de l'Enfant.

Une série de plaintes pour abus sexuels sur des enfants secoue le Chili. Les investigations se concentrent actuellement sur 49 écoles de l'est de la capitale, où se trouvent les établissements scolaires les plus huppés et une dizaine d'autres à l'est de Santiago, ont indiqué les autorités judiciaires. Dans un des cas les plus récents, au moins trois enfants ont dénoncé avoir subi des abus sexuels de la part de membres du personnel auxilliaire de leur centre scolaire.

Dans une école maternelle, quatre accusations d'abus sexuel et de viols de mineurs ont été portées. L'agresseur présumé serait le fils de la directrice de l'école, qui selon les premiers éléments de l'enquête, fonctionnait sans les autorisations adéquates.

"Il y a une augmentation du nombre de cas d'abus sexuels, mais surtout la justice reçoit davantage de plaintes parce que la société chilienne n'a plus peur de le faire" a indiqué Maria Jesus Munoz, psychologue pour enfants et adolescents de l'Adolfo Université Adolfo Ibanez.

Cette série de plaintes intervient dans le sillage ces derniers mois de plusieurs cas très médiatiques d'abus sexuels, impliquant des prêtres et l'ancienne mère supérieure d'une Congrégation des Ursulines, en charge de collèges réputés à Santiago. Cette dernière, Soeur Paula, qui vient de décéder d'un cancer, avait été dénoncée par ses victimes présumées et avait fait l'objet d'une enquête judiciaire.

L'Eglise catholique du Chili avait demandé formellement pardon l'an dernier pour les cas d'abus sexuels sur des enfants commis par des membres du clergé et pour son manque de réactivité et d'efficacité face aux plaintes par le passé. Face à cette situation, le président du Chili, Sebastián Piñera, a exprimé sa préoccupation, et a annoncé mercredi la création d'un bureau de "Défenseur de l'enfant" ainsi que des sanctions accrues pour les auteurs des abus sexuels sur des enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: 27 écoles du Chili sous enquête pour actes présumés de pédophilie   Sam 28 Juil - 8:10

27 écoles du Chili sous enquête pour actes présumés de pédophilie


Pas moins de 127 établissements scolaires de Santiago, la capitale chilienne, font l'objet d'une enquête judiciaire pour abus sexuels sur des enfants. Le chiffre a doublé en une semaine, rapporte vendredi le ministère public chilien.

"Il ne s'agit pas de semer l'inquiétude auprès du public mais de faire comprendre aux citoyens qu'ils doivent être conscients et certains que les autorités sont attentives aux délits sexuels commis contre les mineurs et à la protection des victimes, a indiqué le procureur Sabas Chahuan, dans un communiqué.

La dernière plainte en date concerne un établissement religieux huppé, le collège Cumbres. Un prêtre irlandais membre de la congrégation des Légionnaires du Christ y a été accusé d'avoir abusé d'un mineur.

Abus sur mineurs
La semaine dernière, la justice chilienne avait révélé que 59 établissements scolaires de Santiago faisaient l'objet de telles plaintes. Dans un des cas les plus récents, au moins trois enfants ont dénoncé avoir subi des abus de la part de membres du personnel auxiliaire de leur centre scolaire.

Selon le ministère public, les plaintes pour abus sexuels sur mineurs de moins de 14 ans ont augmenté de 22% au Chili entre janvier et fin juin.

Cas très médiatisés
Cette série de plaintes survient après plusieurs cas très médiatisés d'abus sexuels impliquant des prêtres ou notamment l'ancienne mère supérieure d'une congrégation des Ursulines aujourd'hui décédée.

L'Eglise catholique du Chili a demandé formellement pardon l'an dernier pour les cas de pédophilie commis par des membres du clergé et pour son manque de réactivité et d'efficacité face aux plaintes par le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un prêtre catholique, connu comme "le prêtre des jeunes", (pure ironie) a été arrété récemment pour pédophilie en Italie.   Jeu 9 Aoû - 15:01

Un prêtre catholique, connu comme "le prêtre des jeunes", (pure ironie) a été arrété récemment pour pédophilie en Italie. Un fait divers de plus ? Les arrestations de ce type se multiplient, dans un climat d'indifférence générale. Toutefois, l'Eglise fait mine de prendre la question au sérieux.

En effet, début février, pas moins de 200 responsables catholiques s'étaient réunis au Vatican pour un grand colloque contre la pédophilie. Ceux-ci, rassemblés à huis clos prétendaient en effet rechercher des solutions à ce fléau qui secoue l'Eglise depuis la fin du XXème siècle avec la révélation de trop nombreuses affaires d'abus sexuels répétitifs sur mineurs par des religieux. Oui, des prêtres, vous savez, ces hommes qui annoncent la Parole de Dieu, afin qu'elle éclaire et transforme la vie des hommes d'aujourd'hui ; ils la transforment en effet, mais quelle curieuse manière de le faire ! Par le biais d'une expérience indélébile, ils traumatisent des enfants pour le reste de leur vie qui s'enferment alors dans la honte, la peur et la culpabilité.

Ainsi, Benoît XVI a affirmé sa volonté d'assurer la protection des enfants mais aussi, et surtout, celle des adultes vulnérables, comprenez ces pauvres prêtres dénoncés au grand jour. Quelle hypocrisie ! Comment un pape peut-il parler de vérité libératrice, de devoir de témoignage et de partage alors qu'en avril dernier, le cardinal du Vatican responsable de l'ensemble des prêtres catholiques du monde a envoyé une lettre de félicitation et d'encouragement à un évêque français condamné à trois mois de prison pour ne pas avoir dénoncé un prêtre pédophile ? Cette lettre, transmise à l'ensemble des évêques du monde entier (soit plus de 5000) donne le ton, et résume ainsi la position de l'Eglise à tenir sur la question : « Je vous félicite de n'avoir pas dénoncé un prêtre à l'administration civile. Vous avez bien agi, et je me réjouis d'avoir un confrère dans l'épiscopat qui, aux yeux de l'Histoire et de tous les autres évêques du monde, aura préféré la prison plutôt que de dénoncer son Fils-prêtre. » déclare t'il. Comment Benoît XVI peut-il annoncer qu'il fera tout pour que ces viols ne se reproduisent pas alors même qu'un évêque répond au prêtre pédophile dont il a la charge : « de toute façon, pour moi tu seras toujours prêtre » ? Se protégeant les uns les autres en toute connaissance de cause, eux qui font partie d'une vaste communauté internationale avaient ainsi jusqu'à présent réussi à couvrir et étouffer bon nombre de ces affaires, qui pour certains n'étaient considérées uniquement comme un simple « pas de travers ». Un véritable système judiciaire parallèle s'est mis en place au Vatican, puisque les prêtres pédophiles, quand leur dossiers ne sont pas dissimulés, sont simplement déplacés dans une autre paroisse, ou se retirent dans un monastère. Vous me direz que c'était surtout vrai sous le pontificat de Jean-Paul II, trop occupé à faire la chasse aux évêques rouges en Amérique Latine pour s'attarder sur ce problème secondaire, et que depuis l'arrivée de Benoît XVI, qui a lui même avoué que des erreurs hiérarchiques avaient été commises, la situation a changé, à l'instar de ce colloque. En effet, le futur pape avait voulu lancer au début des années 2000 une enquête sur Maciel, le fondateur des Légionnaires du Christ au Mexique, qui s'est révélé mener une double vie : toxicomane, alcoolique, pédophile violant ses propre enfants de différentes mères, menteur, agressif... Celui-ci, protégé de Jean-Paul II et présenté comme un modèle de saint pour la jeunesse, avait alors bénéficié d'une immunité lui permettant de conserver sa place, son rôle, et son influence, et Ratzinger c'était vu empêcher l'accès à cette affaire. Imaginez donc l'état dans lequel devait se trouver Maciel début 2005, à la mort de Jean-Paul II. En effet Ratzinger, au courant de son imposture n'a pas tardé à sévir, et quelle sanction ! Il a aimablement conseillé à Maciel, âgé de 85 ans, de prendre sa retraite après 60 ans de sacerdoce, lui laissant ainsi terminer sa vie de manière confortable et en toute impunité. Après cet épisode significatif, comment Benoît XVI peut-il intituler cette conférence « guérison et renouvellement » ?

Alors oui, l'Eglise demande pardon, et compatis, et le pape déclare même en clôturant l'année du prêtre, quelle ironie, qu'il souhaite « que de tels abus ne puissent jamais plus survenir » mais persiste néanmoins à vouloir régler ses affaires en interne, rendant inaccessible à la police l'ensemble des dossiers secrets qu'il constitue.

D'autant que la loi va dans leur sens, ils bénéficient en effet de prescriptions, un principe selon lequel toute peine, lorsque celle-ci n'a pas été mise à exécution dans un certain délai fixé à 20 ans par la loi pour les crimes, ne peut plus être subie. Ce délai est bien souvent dépassé lorsque les victimes trouvent le courage de parler de leur calvaire, et les prêtres pédophiles ne peuvent donc plus être inquiétés.

Toutefois, on est obligés d'admettre que, depuis une décennie, on amorce un tournant. Il est vrai qu'une certaine intransigeance est désormais notable de la part de l'Eglise, quelques prêtres ayant été démis de leur fonction à cause d'abus sexuels ces dernières années, et on peut se demander pourquoi. La réponse est simple : l'argent. En effet, l'épiscopat américain, qui est le plus important financeur du Vatican s'est déclaré ruiné à cause des frais de justice (la bagatelle de 2 milliards), déboursés pour les procès intentés pas les victimes. Le gouvernement américain a ainsi officiellement reconnu l'existence de 4300 prêtres pédophiles dans le pays. Le Vatican doit donc demander plus de transparence, pour éviter la faillite.

Cette rencontre, vaste intervention de communication, va donc permettre d'envoyer un signal fort à l'opinion, même si le recteur de l'université où se tient le colloque se défend d'organiser une opération de relations publiques par un jeu de mot douteux : « Le pape a pris position de manière courageuse pour que nous allions non pas à la surface des problèmes mais au fond ».

Comment ne pas accueillir cette réunion sinon avec scepticisme ?

Mais bon, libre à vous de soutenir et de penser que l'Eglise est capable de se réformer radicalement, voire même de « devenir leader dans la protection des mineurs » comme le soutient le père Zollner. Les miracles, ça existe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: POLOGNE. UN PRÊTRE PRÉSUMÉ PÉDOPHILE RETROUVÉ MORT BRÛLÉ   Ven 10 Aoû - 15:08

ACCUEIL > MONDE > POLOGNE. UN PRÊTRE PRÉSUMÉ PÉDOPHILE RETROUVÉ MORT BRÛLÉ
POLOGNE. Un prêtre présumé pédophile retrouvé mort brûlé
Créé le 10-08-2012 à 13h46 - Mis à jour à 14h12Par Le Nouvel Observateur avec AFP
L'homme d'Eglise était accusé de harcèlement sexuel sur un enfant de coeur. Il encourait 12 ans de prison.


Le corps d'un prêtre catholique polonais de 53 ans accusé de pédophilie a été retrouvé mort brûlé, vendredi 10 août, devant le tombeau familial dans le cimetière du village Lopiennik Nadrzeczny, dans le sud-est de la Pologne, a-t-on appris auprès du parquet local de Zamosc.

Le prêtre, identifié seulement comme Boguslaw P., était accusé dans un procès pour harcèlement sexuel commis dans les années 2004-2005 à l'égard d'un enfant de choeur à Pocking en Basse-Bavière en Allemagne où il avait été curé.

Il était soupçonné d'avoir commis le même crime sur deux autres garçons il y a 10 ans à Turka, dans le sud-est de la Pologne.

Il risquait 12 ans de prison

"L'identité du corps a été confirmée par un ami", a déclaré Miroslaw Buczek, le chef adjoint du parquet de Zamosc.

Selon le site gazeta.pl, un couteau et une bouteille de substance inflammable ont été retrouvés à côté du corps partiellement carbonisé.

Le prêtre a été interpellé mardi dernier par la police suite aux soupçons concernant l'affaire de Turka. Le lendemain, le tribunal a décidé de le relâcher sous la condition de ne pas quitter le lieu de séjour ni d'approcher les victimes présumées de ses actes. Le père Boguslaw P., qui a plaidé non coupable, encourait 12 ans de prison.

Malgré quelques cas de pédophilie de prêtres identifiés au cours des dernières années en Pologne, aucun n'a provoqué de vrai scandale dans ce pays dont plus de 90% de la population se déclarent catholiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La justice US commence à blanchir le Vatican...fonds secrets...et magouilles financières obligent...   Mar 21 Aoû - 12:38

Le Vatican a remporté une importante victoire judiciaire dans l'Oregon, où un juge fédéral a déclaré que le Saint-Siège ne pouvait pas être considéré comme l'employeur de prêtres pédophiles et donc tenus pour responsables de leurs crimes.

La décision du juge Michael Mosman à Portland pourrait éviter au Vatican d'être poursuivi par des victimes demandant réparation financière.

Un habitant de la région de Seattle avait porté plainte en 2002 contre le père Andrew Ronan qui l'aurait agressé à plusieurs reprises à la fin des années 1960. Il a tenté de démontrer que tous les prêtres catholiques étaient des employés du Vatican et que ce dernier serait donc responsable de leurs actions.

« Il n'y a pas de faits fondant une réelle relation d'employé à employeur entre Ronan et le Saint-Siège », a tranché le juge Mosman.

L'avocat du plaignant, Me Jeff Anderson, a déclaré qu'il ferait appel. L'accusation faisait valoir que le Vatican était l'employeur puisqu'il pouvait promouvoir les prêtres, les déplacer, les renvoyer ou modifier leur formation.

L'avocat du Vatican, Me Jeff Lena, a estimé pour sa part que cette affaire réglait la question de la responsabilité de son client pour les actes des prêtres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Des cours "anti-pédophilie" pour nos futurs prêtres   Lun 27 Aoû - 9:03

Des cours "anti-pédophilie" pour nos futurs prêtres
Nos futurs prêtres vont devoir suivre des cours "anti-pédophilie". Cette mesure de prévention sera prochainement intégrée aux programmes des séminaires. Concrètement, des psychiatres leur enseigneront l'attitude adéquate à avoir en présence d’un enfant, au moyen de mises en situation.

27 Août 2012 06h58
Agrandir
Diminuer
ImprimerRéagir (17)
Comment éviter de nouveaux scandales de pédophilie au sein du clergé ? Pour éviter de tels abus à l'avenir, l’Eglise belge réfléchit à la formation de ses futurs prêtres. Elle leur proposera bientôt une série de cours "anti-pédophilie"pour les aider à détecter des situations potentiellement problématiques avec des enfants. La forme prise par ces cours est encore floue, mais ils devraient être dispensés par des psychiatres.

Quel est l'objectif ?
"Le but de ces cours? Ne pas (re)tomber dans les travers du passé", souligne ce lundi Guy Harpigny, l'évêque de Tournai, dans les quotidiens de Sud Presse. "L'objectif est simple: prévention et protection des jeunes."

Une commission planche sur le contenu exact des cours
Les experts proposeront aussi des mises en situation pour apprendre aux futurs prêtres le comportement qu’il convient d’adopter en présence d’un enfant. Selon SudPresse, une commission interdiocésaine a débuté officiellement ses travaux le 31 juillet dernier. Elle doit établir un cahier des charges précis de ces leçons.Les résultats sont attendus après la rentrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Quand un prêtre accuse les enfants de "séduire" les pédophiles   Ven 31 Aoû - 15:00

Quand un prêtre accuse les enfants de "séduire" les pédophiles
Créé le 31-08-2012 à 14h52 - Mis à jour à 15h25Par Jérôme Hourdeaux
"Dans beaucoup de cas, le jeune (..) est le séducteur…", estimait notamment le père franciscain Benedict Groesche dans une interview accordée à une revue catholique.

Mots-clés : pédophilie, prêtre, Eglise catholique, pédophiles, Benedict Groesche, franciscain
PARTAGERRÉAGIR2Abonnez-vous au
Nouvel Observateur

Le père Benedict Groeschel lors d'une cérémonie en 2011 (DR)
Un prêtre américain a déclenché un tollé en affirmant, dans une interview donnée à un journal catholique, que certains enfants "séduisent" les pédophiles et que ces derniers ne sont pas forcément des criminels.

Haute figure du diocèse de New York, par ailleurs diplômé en psychologie, le père franciscain Benedict Groeschel s’exprimait, le 27 août dernier, sur le site du très sérieux "National Catholic Register" sur le cas de Jerry Sandusky, un entraîneur de football américain condamné cet été pour pédophilie.

Le pédophile n'est pas "un psychopathe"

Mais, au lieu de condamner, voire nier, les crimes pédophiles, le prêtre s’est lancé dans une stupéfiante tentative de justification. Benedict Groeschel commence par insinuer que les pédophiles ne sont pas forcément de dangereux criminels :

Les gens ont à l’esprit une personne qui planifie – un psychopathe. Mais ce n’est pas le cas, imaginez qu’un homme fasse une dépression nerveuse, et que des jeunes viennent à lui"

Car, selon le père franciscain, bien souvent ce sont les enfants qui tentent de "séduire" des pauvres hommes en situation de faiblesse…

Dans beaucoup de cas, le jeune – de 14, 16, 18 ans- est le séducteur… Ce n’est pas difficile à voir, un enfant qui cherche un père car il n'en a pas eu. Il ne va pas chercher à avoir une relation sexuelle approfondie, mais plutôt à avoir une relation romantique, à enlacer, à embrasser, peut-être dormir, mais pas à avoir de rapports sexuels ou quelque chose de ce genre"

Benedict Groeschel poursuit évoquant les scandales de pédophilie qui frappent de manière récurrente l’Eglise catholique et qui, pour lui, sont fortement exagérés.

Il y a quelques relativement rares cas où un prêtre a été impliqué dans une relation homosexuelle avec un mineur. Je crois que le chiffre, que j’ai lu récemment dans une étude psychologique séculière, est de 2%. Qu’en est-il des autres clergés ? Qu’en est-il des docteurs, avocats, entraîneurs ?"

"Ce pauvre homme..."

Revenant au cas de Jerry Sandusky, un ex-entraîneur de l'équipe de football américain de l'université de Penn State (Pennsylvanie) reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement, durant au moins 14 ans, une dizaine de garçons qu’il recrutait via un programme à destination de jeunes défavorisés. Mais, pour Benedict Groeschel, ce serait Jerry Sandusky la victime. La pédophilie, d’ailleurs, ne devrait pas faire l’objet d’une peine de prison en cas de première condamnation.

Ce pauvre homme a fait ça pendant des années. Pourquoi personne n’a rien dit ? Apparemment, certains enfants étaient au courant et n’ont rien dit. Vous savez, jusqu’à il y a quelques années les gens n’avaient pas gravé dans leur esprit qu’il s’agit d’un crime. (…) Et je suis enclin à penser, pour la première infraction, qu’ils ne devraient pas aller en prison parce que leur intention n’était pas de commettre un crime."

Face au tollé qu’ont suscité ces propos, le texte a rapidement été retiré du site, avant d’être remplacé par une série d'excuses. Il y a eu tout d'abord celles du rédacteur en chef du "National Catholic Register", Jeannette R. De Melo. La publication du texte du père Groeschel aurait été une "erreur éditoriale", due au fait que le religieux est un habitué des colonnes du journal et que, de ce fait, ses interview ne font pas l’objet "de la relecture et la surveillance habituelle".

Ces excuses ont été suivies de celles de la communauté des frères franciscains elle-même qui a vivement, et sans équivoque, condamné les propos de son représentant.

Frère Benedict a tenu des propos inappropriés et faux. Un enfant n’est jamais responsable d’un abus. N’importe quel violeur est toujours responsable, en particulier s’il s’agit d’un prêtre. L’abus sexuel de mineur est un crime terrible, et devrait jours être traité comme tel"

Benedict Groeschel a, lui aussi, présenté ses excuses mais de manière beaucoup plus succincte. Le prêtre explique son dérapage par le fait que son "son esprit" et sa "manière de s’exprimer ne sont plus aussi clairs que par le passé".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Rétractations : nous vivons à l'heure de la pensée unique et de la sacralisation des tabous   Dim 2 Sep - 17:53

Depuis quelques jours la polémique monte outre-Atlantique. Dans une Amérique meurtrie par des scandales pédophiles entachant l'Eglise catholique, un prêtre vient publiquement d'alléguer que parfois les jeunes victimes d'agressions sexuelles sont en quelque sorte responsables de ce qu'elles ont subi.
Le discours impensable d'un prêtre sur un portail internet, l'un et l'autre réputés...
Prenant fait et cause pour un "pauvre homme", jugé coupable de multiples crimes pédophiles, le franciscain Benedict Groesche, figure respectée du diocèse de New York, a affirmé que les pédophiles n'étaient pas toujours des psychopathes au sang froid, des dangereux criminels, mais éventuellement n'avaient fait que répondre aux sollicitations d'enfants "séducteurs".
L'affaire fait d'autant plus de bruit que cet homme d'église de 79 ans, qui, comble du comble, peut se targuer d'être diplômé en psychologie, a tenu ces propos litigieux lors d'un entretien publié le 27 août sur le site du "National Catholic Register", un média online réputé sérieux, qui en l'occurrence ne nie pas avoir fauté.
Un prêtre si bien sous tout rapport, qu'on ne l'a pas relu...
A la place de l'article en question, rapidement supprimé, on peut désormais lire les plates excuses de la rédactrice en chef, Jeanette De Melo, expliquant comme elle le peut que l'interview du père Benedict Groesche, habitué de ses colonnes et au-dessus de tout soupçon, avait été publiée sans les précautions d'usages.
Au minimum, il aurait fallu demander au prêtre d'éclaircir sa position et lui apporter la contradiction reconnaît la journaliste qui clame en guise d'introduction que "la pédophilie n'est jamais excusable". Dont acte. C'est bon de le rappeler.
Une psychologie de comptoir qui fait froid dans le dos...
S'exprimant sur le sort de Jerry Sandursky, un entraîneur de foot américain, reconnu coupable en juin dernier des agressions de plusieurs adolescents, on pouvait lire il y a peu au même endroit, à propos des pédophiles, que "les gens ont à l’esprit une personne qui planifie, un psychopathe. Mais ce n’est pas le cas, imaginez qu’un homme fasse une dépression nerveuse, et que des jeunes viennent à lui"...
"Dans beaucoup de cas, le jeune (de 14, 16 ou 18 ans...) est le séducteur", affirmait le père Groesche, avançant sûr de lui une démonstration douteuse : "Ce n’est pas difficile à voir, un enfant qui cherche un père, car il n'en a pas eu. Il ne va pas chercher à avoir une relation sexuelle approfondie, mais plutôt à avoir une relation romantique, à enlacer, à embrasser, peut-être dormir, mais pas à avoir de rapports sexuels ou quelque chose de ce genre".
Pas de prison pour les primo-condamnés pédophiles ?
A propos de Jerry Sandusky en particulier, l'entraîneur de l'université de Penn State, en Pennsylvanie, qui pour la justice américaine a agressé au moins une dizaine de garçons ces quinze dernières années, le prêtre en a justement fait un argument.
"Ce pauvre homme a fait ça pendant des années. Pourquoi personne n’a rien dit ? Apparemment, certains enfants étaient au courant et n’ont rien dit", a déclaré l'interviewé, soulignant qu'il y a peu encore, "les gens n’avaient pas gravé dans leur esprit qu’il s’agit d’un crime". De là, sa conclusion, certainement odieuse à beaucoup : "Je suis enclin à penser, pour la première infraction, [que les pédophiles] ne devraient pas aller en prison parce que leur intention n’était pas de commettre un crime".
Les franciscains condamnent, l'incriminé s'excuse timidement...
Forcément ébranlé par un tel scandale, l'ordre des frères franciscains a fermement condamné les propos "inappropriés et faux" de Benedict Groeschel. "Un enfant n’est jamais responsable d’un abus. N’importe quel violeur est toujours responsable, en particulier s’il s’agit d’un prêtre. L’abus sexuel de mineur est un crime terrible, et devrait jours être traité comme tel", a ajouté sans appel la communauté religieuse.
De façon beaucoup plus laconique, frère Benedict, le prêtre incriminé a lui aussi fait machine-arrière, prenant pour excuse son âge.
"Mon intention n'était pas de mettre en cause la victime, écrit-il. Un prêtre [ou quiconque] qui abuse d'un mineur a toujours tort et est toujours responsable", a-t-il dit, regrettant "tout le mal" qu'il a pu causer par ses propos, assurant qu'il a passé sa vie au service d'autrui, et, expliquant le malentendu en ces termes : "Mon esprit et ma manière de m'exprimer ne sont plus aussi clairs qu'ils ne l'ont été".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie féminine dans un collège catho...ça existe bien sûr, c'est assez fréquent...mais rarement épinglé par la justice   Mar 4 Sep - 10:09

Vendée: Une enseignante condamnée pour atteinte sexuelle sur mineur
0 contributions
Créé le 04/09/2012 à 11h28 -- Mis à jour le 04/09/2012 à 11h29




Vue Google Map de La Roche-sur-Yon, en Vendée. GOOGLE MAPS

JUSTICE - Sa victime avait 12 ans quand leur relation a débuté...

Une enseignante de Vendée a été reconnue coupable lundi d’atteinte sexuelle sur mineur et condamnée à six mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon, rapporte Ouest France ce mardi.

Aujourd’hui âgée de 39 ans, cette mère de cinq enfants avait commencé une relation adultère avec un jeune élève d'origine anglaise âgé de 12 ans, scolarisé dans l’établissement catholique privé où elle enseignait, à Chavagnes-en-Paillers (Vendée). A la barre, elle a parlé lundi d’«un amour aveuglant. Mais c’est un péché mortel et cela me torturait.»

«Je n’éprouvais rien pour elle, mais je ne disais rien»

L’histoire, qui a commencé par quelques baisers ayant rapidement abouti à une «sexualité de couple», selon le président du tribunal, a duré de 2007 à 2010, était à sens unique: «Je n’éprouvais rien pour elle, mais je ne disais rien car on m’avait dit que son mari pouvait être violent», a ainsi témoigné la victime, aujourd’hui âgée de 17 ans. Plusieurs fois, l’enseignante, très croyante, a tenté de se confier auprès d’hommes d’Eglise. Sans succès.

L’histoire finit par arriver aux oreilles du supérieur d’un établissement catholique, qui décide de confronter l’enseignante. Celle-ci s’adresse à un avocat pour faire ses aveux, raconte Ouest France. Lundi, devant le tribunal, elle a assuré en baissant les yeux: «Je croyais vraiment qu’il m’aimait.»

Le ministère public a requis une peine de deux ans d’emprisonnement, dont six mois ferme. L’enseignante a finalement été condamnée à six mois ferme assortis d’une amende de 6.000 euros et d’une interdiction d’exercer une profession en lien avec des enfants.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Eglise catholique et pédophilie : une victoire pour les victimes américaines   Ven 7 Sep - 7:09

Eglise catholique et pédophilie : une victoire pour les victimes américaines
Mis en ligne le 07 septembre 2012 à 08h08, mis à jour le 07 septembre 2012 à 08h11
Partager


Après la condamnation, cet été, d'un prêtre américain pour non-dénonciation d'actes pédophiles, c'est un évêque qui vient d'être reconnu coupable, mais remis en liberté après une transaction avec la justice.
Dans le scandale au long cours auquel est confrontée l'Eglise catholique, accusée aux Etats-Unis (comme dans nombre d'autres pays) d'avoir tu pendant des années les agissements de certains prêtres aux tendances pédophiles, le précédent de William Lynn ne sera pas longtemps resté isolé. Le 24 juillet dernier, ce prêtre qui travaillait à l'archevêché de Philadelphie avait été condamné par la justice américaine à une peine comprise entre trois et six ans de prison pour avoir couvert des actes de pédophilie, au terme d'un procès de 10 semaines. Cette semaine, c'est un évêque, Mgr Robert Finn, qui a été reconnu coupable au Kansas de n'avoir pas dénoncé un prêtre pédophile. Il a toutefois préféré passer un accord avec la justice ; après avoir renoncé à contester les accusations portées contre lui, il a été mis en liberté conditionnelle, et devra former le personnel de son diocèse à la détection de cas de pédophilie. Il devra aussi créer un fonds de 10.000 dollars d'aide à la défense des victimes.

Un groupe de défense des victimes a violemment critiqué le jugement du tribunal du comté de Jackson et réclamé des peines plus lourdes. "Une simple peine de prison aurait fait la différence et découragé d'autres" comportements similaires "mais toute peine inférieure ne produira pas d'effet qui ait du sens", a déploré Barbara Dorris, responsable du réseau des Survivants des personnes agressées sexuellement par des prêtres (Survivors Network of those Abused by Priests) dans un communiqué. "La hiérarchie catholique est connue pour cultiver le secret. S'ils récidivent, ce sera difficile de les attraper", a-t-elle ajouté.

Cinq mois de silence

L'accusation a toutefois qualifié le jugement de "victoire claire pour les victimes" qui, selon elle, s'en sont déclarées satisfaites. "Nous sommes sûrs maintenant que s'il y a un soupçon de pédophilie qui parvient aux oreilles du diocèse de Kansas City-Saint Joseph, personne n'hésitera à en informer immédiatement les autorités compétentes", a déclaré l'avocat Jean Peters Baker.

Mgr Robert Finn est accusé d'avoir cherché pendant cinq mois à couvrir les agissements d'un prêtre de son diocèse, le père Shawn Ratigan, qui y a officié de juin 2005 à juin 2009, et qui est depuis poursuivi en justice pour détention d'images pornographiques. Selon le cabinet Rebecca Randles de Kansas City, les avocats d'une petite fille et de ses parents qui se sont portés partie civile, le prêtre détenait sur son ordinateur des centaines d'images de fillettes, nues ou habillées, dans des poses "sexuellement explicites" et les avait diffusées sur internet. Les images avaient été découvertes lors d'une opération de maintenance de l'ordinateur par un réparateur qui s'en était ouvert au responsable de la paroisse. L'information était remontée pendant cinq mois par paliers successifs jusqu'au plus haut de la hiérarchie du diocèse, sans que le dossier ne soit transmis à la police, comme le veut la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un prêtre français pédophile se dénonce   Mer 12 Sep - 11:23

Un prêtre français pédophile se dénonce
Mis à jour le 12/09/2012 à 10:59 | publié le 12/09/2012 à 10:33 Réactions (5)

Recommander1
Un prêtre français s'est dénoncé au procureur de la République de Clermont-Ferrand, pour un viol et des agressions sexuelles sur mineurs commis en Centrafrique entre 2007 et 2010.
A son retour de mission, le prêtre s'est confessé à l'archevêque de Clermont, Mgr Hippolyte Simon. Lequel lui a conseillé de se dénoncer. Le procureur de la République, Pierre Sennès a indiqué que le prêtre "décrivait clairement des actes répréhensibles", dans la lettre que celui-ci a envoyée en janvier dernier.
Saisie en avril 2011, la police française a enquêté en Centrafrique, et a entendu le prêtre le 4 septembre, confimant les faits.
Présenté le 6 septembre à un juge d'instruction, il a été inculpé pour viol et agressions sexuelles sur mineurs, avant d'être placé en détention provisoire et incarcéré à Saint-Etienne. Le lendemain, son avocat a fait appel de cette dernière décision.

Le dégel ???...mais en France rien...pas même à Léoncel ! Laughing rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'omerta se fissure en France ...et à Fontgombault   Jeu 13 Sep - 11:21

Pédophilie : le combat d'un père, au quotidien

13/09/2012 05:46
réagir(0)

suivanteprécédente
Où vit le religieux pédophile ? Cette abbaye possède une hôtellerie monastique très fréquentée par les personnes désireuses d'y faire retraite.
Apprenant que le religieux condamné pour l’agression de son fils a été mis au vert à l’abbaye de Fontgombault, dans l'Indre, qui accueille des scouts, Olivier s’indigne.


D'autres instructions en cours
Pas d'amalgame
C'est au-delà de la colère. Je me demande ce que l'on attend, que ce religieux fasse d'autres victimes ? Olivier s'émeut, pleure de rage, poursuit son combat. Le frère Luigi de Gonzaga, de son vrai nom Robert San Augustin Gomez, religieux de la Confrérie des Frères Saint-Jean, a été condamné, en février 2012, à dix-huit mois d'emprisonnement avec sursis, assortis de cinq ans de suivi sociojudiciaire, pour l'agression sexuelle entre 2009 et 2011, d'Hector (1), le fils d'Olivier.

L'affaire avait éclaté en 2009, lorsque le religieux était aumônier à l'ensemble scolaire Saint-Joseph de Cognac (Charente), à la communauté Saint-Jean. Hector, alors âgé de 12 ans, était scolarisé dans cet établissement et s'était plaint des agissements de l'homme d'église. Ce dernier avait alors été immédiatement placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'entrer en contact avec des mineurs dès septembre 2009 – une mesure qu'ont confirmée les magistrats dans leur jugement de février 2012.
Le religieux avait quitté le prieuré de la congrégation des Frères de Saint-Jean de Cherves (Charente). Il avait été « mis au vert » à Fley, au prieuré de Rimont (Saône-et-Loire), où se trouve la maison mère.

Une seconde affaire

Deux ans plus tard, à Cluny, à côté de Mâcon (Saône-et-Loire), un autre jeune garçon âgé de 17 ans, François (1), a déposé plainte contre le frère Luigi pour des agissements similaires (lire par ailleurs). Pour cette nouvelle affaire, le frère Luigi avait été mis en examen et placé en détention provisoire pendant quatre mois, avant d'être remis en liberté sous contrôle judiciaire.
C'est à ce moment qu'il arrive dans l'Indre. Une seconde fois « mis au vert » par sa congrégation. C'est aujourd'hui à l'abbaye de Fontgombault, dans l'Indre, qu'il attend son nouveau procès. « Est-il cloîtré ? Ne peut-il plus nuire ? Je suis indigné de savoir qu'il est dans un endroit où sont accueillis des scouts, tout l'été », s'emporte Olivier qui attend le procès de cette seconde affaire, toujours à l'instruction au tribunal de Mâcon.
Dans quelles conditions vit ce religieux ? Contacté téléphoniquement, le père abbé de Fontgombault assure : « Nous avons accepté d'accueillir le frère Luigi pour rendre service, dans le respect de ce que la justice impose. Il vit au sein de notre communauté dans des conditions particulières. Il n'a pas accès à l'hôtellerie où sont accueillis les jeunes ».
Alors où vit le frère Luigi ? C'est la question que se pose Olivier aujourd'hui. Habite-t-il dans les petites maisons autour de l'abbaye et surtout fait-il l'objet d'un contrôle et d'une surveillance telle que sa condamnation le suppose comme nous l'a confirmé une source judiciaire ?
Olivier en doute : déjà, dans l'affaire de François, la Confrérie Saint-Jean s'était défaussée, argumentant « que personne ne savait que le religieux sortait du prieuré ». Or, selon l'accusation, c'est lors d'une échappée belle qu'il a agressé le jeune François.
« Aujourd'hui, de nombreux amis m'ont tourné le dos. J'ai dû quitter la région de Cognac. Tant que ce religieux ne sera pas mis hors d'état de nuire, je ne vivrai pas », ajoute Olivier.
Aujourd'hui, Hector a 16 ans. Il se reconstruit, a intégré une école militaire. Olivier, lui, continue de se battre. Pour l'affaire de Cognac, celle d'Hector, la congrégation a payé rubis sur l'ongle les intérêts civils, ainsi que tous les frais de justice, avocat compris. Le frère Luigi, lui, n'a pas interjeté appel de la décision de justice.

(1) Les prénoms ont été changés.

à suivre

Une seconde affaire d'agression

Le 25 mai 2011, alors qu'il est sous contrôle judiciaire et assigné à résidence, dans l'attente de son procès pour agressions sexuelles, sur Hector, le frère Luigi aurait approché un jeune homme de 17 ans, dans le parc de la célèbre abbaye de Cluny (Saône-et-Loire).
Selon les enquêteurs, il aurait fait boire sa victime et l'aurait finalement attirée dans une chambre d'hôtel pour l'agresser. Le jeune homme aurait réussi à prendre la fuite, avant d'alerter les gendarmes.

la phrase

" Les religieux de la Communauté des Frères de Saint-Jean ont toujours bénéficié d'une complaisance de la part des institutions de l'Église parce qu'ils représentent une variable d'ajustement dans différents diocèses où il manque des prêtres. "

Fondateur des Éditions Golias et rédacteur en chef du magazine éponyme, spécialisé dans l'investigation du champ religieux, Christian Terras a consacré un dossier de 50 pages sur cette congrégation. « La face cachée des petits gris », une enquête sur les dérives théologiques et comportementales des religieux de cette congrégation. Cette publication lui a valu un procès contre le très médiatique avocat de la congrégation, Me Gilbert Collard. A l'occasion du centenaire du père fondateur de la Congrégation Saint-Jean, le père dominicain Marie-Dominique Philippe, Golias va publier à partir de la semaine prochaine toute une série de dossiers sur cette communauté.

repères

L'Église se fâche

En 2000, l'évêque d'Autun de l'époque, Mgr Raymond Seguy, submergé depuis des années de plaintes de familles, a adressé à la communauté une réprimande officielle. Dans le jargon de l'Église, il s'agit d'une monition canonique.
Ce blâme envoyé à partir « de faits vérifiables », avait écrit l'évêque, fait état qu'il a eu connaissance d'une trentaine de « cas lourds, parfois très difficiles ». En mars 2012, après le procès du frère Luigi, Claude Dagens, l'évêque d'Angoulême, appelait les frères de Saint-Jean à « un examen de conscience ».

Une “ croisade ”

Me Lionel Béthune de Moro, avocat du frère Luigi pour l'affaire d'Hector au tribunal de Cognac, assure « qu'aucune décision de justice ne pourra atténuer les sentiments du père. Il mène croisade et stigmatise toute une communauté. La justice n'est pas défaillante puisqu'elle a condamné l'homme qui a agressé son fils. Que le religieux est astreint aux obligations inhérentes au suivi sociojudiciaire, comme à celles du contrôle judiciaire pour la seconde affaire. Des obligations rigoureuses. »

Patricia Lange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Après les chorales, les scouts...avant les patronages et les enfants de "coeur"   Lun 17 Sep - 9:28

Des centaines d'abus sexuels chez les scouts américains
PEDOPHILIE — Les Boy Scouts d'Amérique ont caché aux autorités des centaines de cas d'abus sexuel commis entre 1970 et 1991, rapporte dimanche le Los Angeles Times.
Mis à jour à 09h26 6 Commentaires
Une autre affaire d'abus sexuel avait touché les Boys Scout d'Amérique en 2010.



Après avoir consulté 1'600 dossiers confidentiels, le quotidien américain indique que pour plus de 500 cas l'organisation avait été informée d'abus sexuel par les victimes elles-mêmes, leurs parents, des membres de l'encadrement ou des dénonciations anonymes et n'ont rien dit aux autorités.

L'organisation, qui compte près de quatre millions de membres et a longtemps cherché à enterrer les "dossiers de perversion", va être confrontée dans les prochaines semaines à de nombreuses poursuites en justice, souligne le quotidien.

La Cour suprême de l'Oregon (nord-ouest des Etats-Unis) a notamment ordonné une enquête publique sur 1'200 dossiers allant de 1965 à 1985, incluant certains cas dénoncés par le Los Angeles Times.

L'organisation fondée en 1910 a présenté ses excuses aux victimes et s'est engagée à coopérer avec les autorités.



Créé: 17.09.2012, 09h26
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un prêtre incarcéré pour pédophilie libéré sous contrôle judiciaire   Jeu 20 Sep - 3:30

Un prêtre incarcéré pour pédophilie libéré sous contrôle judiciaire
Mis à jour le 19.09.12 à 10h45
Un prêtre auvergnat, mis en examen et placé en détention provisoire début septembre après s'être dénoncé pour un viol et des agressions sexuelles sur mineurs en Centrafrique entre 2007 et 2010, a été libéré et placé sous contrôle judiciaire mardi, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Australie : 600 enfants ont été victimes de prêtres pédophiles   Dim 23 Sep - 6:24

Australie : 600 enfants ont été victimes de prêtres pédophiles

Mots clés: Eglise catholique, Enfants, Australie, pédophilie, religion, Actualités, Société, Monde

22.09.2012, 21:44


Photo: RIA Novosti
L’Église catholique romaine dans l'État australien de Victoria a confirmé que 600 enfants étaient victimes de prêtres pédophiles dans la période de 1930 à l'heure actuelle. Ces données ont été publiées à la demande du parlement de l’État.

Toutefois, selon des militants des Droits de l'Homme, le nombre de victimes, notamment des incidents de violence non signalés, pourrait atteindre 10.000 personnes.
Selon les statistiques officielles, la plupart des cas a été enregistrée entre les années 1960 et 1980.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les aveux de l'Eglise australienne   Lun 24 Sep - 15:05

Le diocèse de l‘état de Victoria révèle que depuis les années 30, plus de 600 enfants ont été abusés sexuellement par des prêtres. Des chiffres fournis après la mise en place d’une enquête parlementaire. Mais selon des associations le nombre de victimes pourrait atteindre 10.000. affraid affraid affraid

C'est beau l'Eglise les amis rendeer


Pédophilie : les aveux de l'église catholique... par euronews-fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: : le Vatican suspend un prêtre philippin soupçonné d'abus aux USA   Jeu 27 Sep - 13:55

Pédophilie: le Vatican suspend un prêtre philippin soupçonné d'abus aux USA
Créé le 27-09-2012 à 14h41 - Mis à jour à 14h41
PARTAGERRÉAGIR0Abonnez-vous au
Nouvel Observateur
Le Vatican a suspendu à titre conservatoire un membre éminent de l'Eglise catholique aux Philippines soupçonné de pédophilie lorsqu'il était en poste aux Etats-Unis dans les années 1980, a-t-on appris jeudi auprès des autorités catholiques philippines.

Monseigneur Cristobal Garcia, responsable de la commission des cultes à Cébu, deuxième ville de l'archipel, a été relevé de ses fonctions en juin, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'influente Eglise catholique philippine.

"Il est suspendu à titre conservatoire parce que le Vatican enquête sur son séjour aux Etats-Unis au début des années 1980. Il y a été soupçonné de pédophilie", a expliqué Monseigneur Achilles Dakay.

L'ecclésiastique a précisé que Monseigneur Garcia avait alors été exclu de l'ordre des Dominicains aux Etats-Unis, sans toutefois en préciser le motif.

Mercredi, l'archevêque de Cebu, José Palma, avait annoncé que "le passé de Monseigneur Garcia (avait) été porté devant le Saint-Siège", évoquant "la gravité du crime de pédérastie" qui définit, dans sa première acception, une relation entre un homme mur et un jeune garçon.

Monseigneur Dakay a assuré ignorer les raisons pour lesquelles le Vatican avait ouvert une enquête trente ans après les faits, et si de nouveaux éléments à charge contre le prêtre avaient émergé alors que l'affaire avait été "réglée".

L'annonce de sa suspension intervient quelques jours après que Monseigneur Garcia a été accusé par la revue National Geographic de contrebande d'ivoire.

Selon la chaîne, des prêtres importent de l'ivoire pour la confection d'icônes et de statues religieuses qui sont ensuite sorties illégalement du territoire pour être éventuellement retransformées.

Les Philippines compte plus de 90 millions d'habitants, dont 90% de catholiques.

L'Eglise a été secouée par des milliers de scandales de pédophilie ces dernières années et la hiérarchie catholique est régulièrement accusée d'étouffer ces affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pédophilie d' Eglise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pédophilie d' Eglise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 30 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31  Suivant
 Sujets similaires
-
» Crise de pédophilie dans l'Eglise : un tournant
» La pédophilie dans l'Église...
» O.N.U VATICAN ET PÉDOPHILIE
» Egypte : l’Eglise copte condamnée parce qu’elle ne reconnaît pas le divorce
» l'eglise trouve ou l'argent ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les tabous de nos sociétés dites "avancées" :: Le tabou de la pédophilie-
Sauter vers: