Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pédophilie d' Eglise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29, 30, 31  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie dans l'Eglise: les affaires en cours   Jeu 1 Déc - 3:06

MATINALE CHRÉTIENNE DU 30 NOVEMBRE
Pédophilie dans l'Eglise: les affaires en cours
Natalia Trouiller - publié le 30/11/2011
Alors qu'en France se tient à partir d'aujourd'hui le procès d'un ancien membre de la communauté charismatique des Béatitudes, les affaires de pédophilie dans le clergé n'en finissent pas de rebondir en Belgique, Irlande, Pays-Bas et Etats-Unis.
BELGIQUE: INVALIDATION D'UNE PARTIE IMPORTANTE DE "L'OPERATION CALICE"
C'est un revers, et non des moindres, pour le juge Wim De Troy, chargé de l'enquête sur les affaires de pédophilie dans l'Eglise belge. Selon la Chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Bruxelles, tous les éléments confisqués par la police en juin 2010 à l'archevêché de Bruxelles-Malines et au domicile de l'ancien primat de Belgique, Mgr Danneels, ont été saisis dans le cadre d'une enquête "disproportionnée" et doivent donc être rendus à leurs propriétaires. Le 24 juin 2010, les policiers avaient en effet retenu à l'archevêché les évêques de Belgique, confisqué leurs téléphones et les avaient empêché de quitter les lieux durant plusieurs heures, ce qui avait provoqué un incident diplomatique avec le Vatican. Il ne reste du coup pas grand chose dans le dossier à charge du procureur concernant l'étouffement éventuel des affaires de pédophilie dans l'Eglise par des évêques.
> Aux Pays-Bas voisins, des documents prouvent, selon des chercheurs qui ont eu accès aux archives de l'Eglise, que la hiérarchie de celle-ci était au courant de cas d'abus sexuels depuis 1954: dans plusieurs lettres envoyées aux directions d'écoles et d'orphelinats gérés par l'Eglise, le conseil pastoral pour la protection des enfants exhorte les gestionnaires de ces établissements à être conscients du danger à employer des "personnes inadaptées" pour éduquer les enfants en raison "d'un certain nombre de cas aux conséquences tristes et graves". La commission gouvernementale mise en place pour gérer les dossiers de pédophilie dans l'Eglise néerlandaise a reçu près de 2000 plaintes, prescrites pour la plupart.
> En France, la presse se fait largement l'écho du procès de Pierre-Etienne Albert, ancien chantre de la communauté des Béatitudes, qui comparaît aujourd'hui et demain devant le tribunal correctionnel de Rodez pour 57 agressions sexuelles sur mineurs. Sur son blog, Stéphanie Le Bars du Monde dresse le décor de l'affaire.
> En Irlande, la Commission nationale pour la sauvegarde des enfants dans l'Eglise catholique, mis en place par celle-ci en 2006, doit publier incessamment trois rapports sur la situation des diocèses de Raphoe, Derry et Dromore. Le premier de ces rapports, celui sur la situation dans le diocèse de Raphoe, pourrait même être publié aujourd'hui.
> Enfin, aux Etats-Unis, se tient en ce moment dans le diocèse de Philadelphie le procès de trois prêtres acusés d'avoir abusé de plusieurs garçons. La juge chargée de l'affaire a autorisé la déposition à huis-clos du cardinal Anthony Belavicqua, ex-archevêque du lieu, âgé de 88 ans, et qui souffre d'un cancer et de la maladie d'Alzheimer. Ses avocats contestent son audition eu égard à l'état du cardinal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Slovénie   Ven 2 Déc - 5:00

Slovénie/pédophilie: l'Église condamnée

Un tribunal slovène a condamné l'Eglise catholique à verser une amende de 50.000 euros à une femme pour des sévices sexuels qu'un prêtre lui avait fait subir il y a 20 ans quand elle était âgée de sept ans, a annoncé aujourd'hui le site internet d'actualité 24ur.

La cour de justice du district de Maribor a décidé que l'archidiocèse de Maribor, le diocèse de Celje et la paroisse d'Artice devaient payer l'amende à la place du prêtre, mort en 2007.

"Ce verdict représente un précédent en matière de compensations (versées) aux enfants victimes de sévices sexuels. Il va encourager d'autres victimes à porter plainte et ainsi obliger l'Eglise à modifier son attitude", a expliqué l'avocat de la victime, Roc Ceferin.

La victime avait poursuivi le prêtre dans un procès au civil, réclamant 140.000 euros de dommages et intérêts pour le traumatisme psychologique et les conséquences sur sa santé des sévices infligés.

Une plainte contre le prêtre avait été déposée en 2006, avec seize chefs d'accusation pour des agressions sexuelles contre quatre jeunes filles pendant des confessions ou des cours de théologie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Belgique :Condamnation d’un prêtre arlonnais pour des faits de pédophilie    Jeu 8 Déc - 7:50

Vous êtes ici :Accueil ActualitéJustice Condamnation d’un prêtre arlonnais pour des faits de pédophilie Jeudi, 8 décembre 2011
Condamnation d’un prêtre arlonnais pour des faits de pédophilie
Rédigé par Elisa // 7 décembre 2011 // 0 commentaires
Nombre de visiteurs : 79



Ce mercredi 7 décembre 2011, la justice a reconnu un prêtre arlonnais coupable d’attouchements sexuels sur un mineur d’âge et l’a condamné à verser 30.825 euros plus les intérêtes à sa victime.

Selon le site RTBF, les faits se sont passés dans les années 1990 et la victime du prêtre avait à l’époque 14 ans. D’après l’expertise psychiatrique, il a gardé des séquelles permanentes des sévices subis.

Etant donné qu’il y avait prescription devant le tribunal pénal, l’affaire a été portée devant le civil qui a accordé réparation.

L’avocat de la victime du prêtre réclamait une somme entre 150 et 200.000 euros et pourrait faire appel. Il a par ailleurs assigné Monseigneur Léonard devant le tribunal de Namur pour passivité et pour l’exclusion du jeune homme du séminaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'eglise belge va payer ...   Jeu 15 Déc - 8:30

Pédophilie: l’Église belge va payer
Publié le 14/12/2011 à 15:46 Réactions (3)

L'Eglise belge s'est engagée aujourd'hui à indemniser, à hauteur de 2500 à 25.000 euros, les victimes des crimes sexuels prescrits commis dans le cadre du scandale des prêtres pédophiles qui a secoué le pays ces dernières années.
L'accord a été annoncé par une "commission d'arbitrage" établie à l'initiative de parlementaires pour mettre fin à l'affaire.
"C'est un geste fort et inédit des autorités religieuses de Belgique qui reconnaissent les victimes d'abus sexuel dans leur statut, leurs souffrances, leur solitude et leur abandon", a déclaré Karine Lalieux, la présidente de la commission parlementaire sur les abus sexuels au sein de l’Église.
Les victimes sont invitées à se faire connaître afin d'entamer la procédure auprès d'un tribunal arbitral qui devrait entamer ses travaux en mars 2012. La seule démarche est de remplir avant le 30 octobre 2012 un formulaire en détaillant "les faits, les circonstances et en apportant un maximum d’éléments probants", indique la commission.
La compensation débute à 2.500 euros pour un attentat à la pudeur, sans violences ni menaces, sur une victime majeure sexuellement de plus de 16 ans. Elle peut aller jusqu'à 25.000 euros pour viol avec circonstances aggravantes.
Après les Etats-Unis, l'Irlande ou encore l'Allemagne, l'Eglise catholique belge a été éclaboussée en avril 2010 par un scandale de pédophilie quand l'évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, a démissionné après avoir reconnu des abus sexuels sur un neveu mineur entre 1973 et 1986.
En septembre 2010, une commission dirigée par un pédopsychiatre avait publié les témoignages de près de 500 personnes accusant des ecclésiastiques d'avoir abusé d'eux durant leur jeunesse.
Ces faits ayant été commis pour la plupart des années 1950 à 1980, ils sont prescrits pour la justice civile comme pour la justice ecclésiale.
Après des mois d'hésitations, les évêques belges ont reconnu en juin leur "responsabilité morale", s'engageant à indemniser l'ensemble des victimes.
Les suites du scandale ne sont pas terminées car 80 victimes présumées ont lancé en juin une action judiciaire au civil visant le Saint-Siège et les plus hauts responsables de l'Eglise catholique belge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pays-Bas : «Plusieurs dizaines de milliers de mineurs» abusés entre 1945 et 2010   Ven 16 Déc - 16:32

Pays-Bas : «Plusieurs dizaines de milliers de mineurs» abusés entre 1945 et 2010
La commission Deetman, créée en août 2010, a rendu son rapport sur un vaste scandale de pédophilie au sein de l’Église néerlandaise.

17 commentaires


Je m'abonne
Téléchargez Libé sur web, iPhone, iPad, Android
1€ seulement jusqu'à la fin du mois
Selon le rapport final d'une commission d'enquête indépendante, rendu ce matin, «plusieurs dizaines de milliers de mineurs» ont été abusés sexuellement au sein de l'église catholique néerlandaise entre 1945 et 2010.

Ces mineurs «ont eu affaire à des formes légères, graves ou très graves de comportements sexuels qui dépassaient les limites», a indiqué la commission Deetman. «Sur la base de 1795 signalements, nous avons pu trouver les noms de 800 auteurs d'abus sexuels qui travaillent ou ont travaillé pour les évêchés. Au moins 105 sont encore en vie.»

Après plusieurs révélations par la presse de cas d'abus sexuels présumés, la Conférence épiscopale néerlandaise et la Conférence des instituts religieux néerlandais avaient souhaité le 9 mars 2010 une enquête «large, externe et indépendante». «La problématique des abus sexuels était connue au sein des ordres et évêchés de l'église catholique néerlandaise», a ajouté la commission, «mais des actions adéquates n'ont pas été entreprises».

Composée de six personnes, dont l'ancien ministre Wim Deetman, un ancien juge, des professeurs d'université et une psychologue, la commission avait finalement ouvert son enquête le 24 août 2010. Elle explique aujourd'hui la passivité de l'Etat néerlandais notamment par le «tabou» que représentait la sexualité dans la société jusque dans les années 1960, ainsi par une structure administrative et une culture «fermées» au sein de l'Eglise catholique.

Estimant que le célibat des prêtres n'était pas un facteur «crucial» poussant à abuser sexuellement d'un mineur, la commission a toutefois assuré que celui-ci impliqe «un risque».

Les estimations avancées par la commission d'enquête ont été notamment effectuées grâce à une enquête auprès de plus de 34 000 Néerlandais de 40 ans et plus. Une autre commission, chargée de conseiller l'Eglise sur l'indemnisation des victimes, avait préconisé le 20 juin dernier de dédommager celles-ci en fonction de la gravité des abus, avec un maximum de 100 000 euros.

et en France ? rendeer Sleep Sleep Sleep

c'est toujours la chappe de plomb les amis ! jocolor Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: On attend toujours le rapport de l'Eglise de France ! qui dissimule toujours !!!!   Sam 17 Déc - 4:33

Pédophilie: Le rapport choc contre l'Eglise catholique néerlandaise
5 commentaires
Créé le 16/12/2011 à 20h32 -- Mis à jour le 16/12/2011 à 20h46

L'archevêque d'Utrecht, Wim Eijk, présente les excuses de l'Eglise catholique, le 16 décembre 2011, alors qu'un rapport estime qu'entre 10.000 et 20.000 enfants passés par une institution de l'Eglise ont subi des abus depuis 1945 aux Pays-Bas. B.CZERWINSKI/AP/SIPA

SOCIETE - Plusieurs dizaines de milliers d'enfants auraient subi des abus...

Ecole, catéchisme, orphelinat... Entre 10.000 et 20.000 enfants passés par une institution catholique néerlandaise depuis 1945 ont été victimes d'abus sexuels, affirme un rapport choc publié vendredi, après un an d'enquête.

Les abus commis par des prêtres ont été systématiquement dissimulés par l'Eglise, a ajouté la commission. «L'Eglise catholique n'a pas l'habitude de laver son linge sale en famille», a dit Wim Deetman, ex-ministre de l'Education et ancien maire de La Haye, qui présidait la commission. «L'Eglise a commis des crimes contre l'humanité», a dénoncé pour sa part Bert Smeets, militante de Mea Culpa, une organisation d'aide aux victimes.

«Honte et regrets»

«Cet épisode nous remplit de honte et de regrets», a réagi l'association des évêques, dans un communiqué.

Dans la plupart des cas, il s'agissait d'abus «modérés», principalement des avances sexuelles et des contacts inappropriés, indique le rapport. Mais il précise cependant que «plusieurs milliers» d'enfants et d'adolescents ont été violés. L'étude a porté sur 34.000 personnes.

Une centaine de suspects encore en vie

Prêtres, enseignants, moines... L'enquête a identifié 800 suspects, dont une centaine est encore en vie.

La commission a également publié des recommandations, estimant que selon la sévérité des cas, l'Eglise catholique devrait verser entre 5.000 et 100.000 euros par victime, et mettre en place un centre d'aide pour les personnes ayant subi des abus.
P.B. avec Reuters
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'Eglise de France elle continue de se taire !   Sam 17 Déc - 5:17

Les Églises belges et néerlandaises mises devant leurs responsabilités face au drame de la pédophilie
La commission néerlandaise souligne que les cas d’abus sexuels ne sont pas propres à l’Église mais que celle-ci a failli dans son devoir moral.

En Belgique, l’Église va contribuer à un fond pour indemniser les victimes.

Que révèle la commission indépendante néerlandaise concernant les cas d’abus sexuels aux Pays-Bas ?

Après plusieurs révélations par la presse de cas d’abus sexuels présumés, la Conférence épiscopale néerlandaise et la Conférence des instituts religieux néerlandais avaient émis le souhait, en mars 2010, d’une enquête « large, externe et indépendante ».

La commission d’enquête sur les « abus sexuels au sein de l’Église catholique romaine », plus connue sous le nom de « commission Deetman », du nom de son président, ancien ministre, s’est donc employée depuis août 2010 à faire la lumière sur les 2000 allégations d’abus sexuels sur mineurs au sein du clergé néerlandais depuis 1945.

Dans son rapport final, dévoilé vendredi 16 décembre, elle estime, à partir d’une enquête très approfondie basée notamment sur des entretiens auprès de plus de 34 000 Néerlandais âgés de plus de 40 ans, qu’un Néerlandais sur dix, âgé aujourd’hui de 40 ans et plus (9,7 %), a été maltraité par une personne extérieure à sa famille. Le rapport Deetman met en lumière le fait que le risque d’être abusé était deux fois plus important dans les écoles et institutions pour mineurs mais affirme que « les chiffres ne révèlent pas de différences importantes entre les institutions tenues par l’Église catholique et les autres ».

Que reproche la Commission à l’Église catholique ?

Parmi les victimes présumées, « plusieurs dizaines de milliers de mineurs » ont été abusés sexuellement au sein de l’Église catholique néerlandaise entre 1945 et 2010. Ces mineurs « ont eu affaire à des formes légères, graves ou très graves de comportements sexuels qui dépassaient les limites », a précisé Wim Deetman dans sa présentation à la presse.

Le président de la commission affirme également avoir pu trouver, sur la base de tous les signalements, « les noms de 800 auteurs d’abus sexuels qui travaillent ou ont travaillé pour les diocèses dont au moins 105 seraient encore en vie ».

Tout en refusant de parler d’une culture du silence dans l’Église, la commission ne croit pas à l’idée que l’Église n’était pas au courant. Elle appelle les évêques et les supérieurs, qui « se présentent publiquement comme un gardien des critères et valeurs morales », « à revoir de manière critique, et à harmoniser si possible, l’admission, la formation et le conseil apporté aux prêtres et aux religieux ». Dans un communiqué publié vendredi, les évêques néerlandais ont exprimé leurs regrets et présenté leurs sincères excuses aux victimes.

Quelle est la procédure de « réparation » retenue en Belgique pour les victimes de faits prescrits ?

S’appuyant sur les travaux de la Commission spéciale de la Chambre des représentants « relative au traitement d’abus sexuels et de faits de pédophilie dans une relation d’autorité, notamment au sein de l’Église », la procédure d’arbitrage mise au point par les experts désignés à la fois par la Chambre et par l’Église a été adoptée mercredi 14 décembre.

Cette procédure, créée de toutes pièces, devrait permettre d’octroyer un dédommagement financier aux victimes de faits juridiquement prescrits : ces dernières peuvent introduire, jusqu’au 31 octobre 2012, une demande d’indemnisation. Le fonds d’indemnisations sera alimenté par une fondation à laquelle l’Église de Belgique contribuera.

« Aucune indemnisation ne pourra réparer les blessures, commente également le P. Tommy Scholtès, responsable de presse et de communication de la Conférence épiscopale belge, mais pour apporter une réponse en lien avec l’Évangile, nous devions aller plus loin que le droit. »

RAPHAËLLE D’YVOIRE, à Bruxelles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'éphébophilie des evêques   Mar 20 Déc - 6:44

Pas pédophile, mais éphébophile, dit un témoin-expert
Taille du texte
Imprimer
Envoyer




L'ex-évêque Lahey s'intéresse surtout aux adolescents de 14 à 17 ans, ce qui ferait de lui un « éphébophile », a expliqué le témoin-expert.

PHOTO: PC


Louis-Denis Ebacher
Le Droit
L'ex-évêque d'Antigonish arrêté pour possession de matériel pornographique juvénile à l'aéroport international d'Ottawa en 2009, Raymond Lahey, ne présente pas de tendances pédophiles, mais plutôt éphébophiles, selon un témoin-expert.

Le Dr John Bradford McDonald, qui a traité plus de 4 000 cas de déviance sexuelle, a analysé le comportement de l'accusé, ainsi que les images que contenait son ordinateur personnel après son arrestation.

Lors des représentations sur sentence au palais de justice d'Ottawa, hier, le docteur Bradford a expliqué que le prévenu s'intéressait moins aux enfants en bas âge placés dans des positions sexuelles explicites qu'aux jeunes garçons de 14 à 17 ans. « Il s'attarde surtout à celles-ci. »

Le docteur rattache la pédophilie à l'attirance sexuelle pour les jeunes prépubères et l'éphébophilie, aux adolescents de 14 à 17 ans. Le religieux, constate le Dr Bradford, présente aussi une tendance homosexuelle.

M. Lahey, ex-évêque de la Nouvelle-Écosse aujourd'hui âgé de 71 ans, a été arrêté en septembre 2009 lors de son retour de voyage en Thaïlande. Il est détenu de façon préventive depuis le 4 mai dernier, jour où il a plaidé coupable. Son avocat, Michael Edelson, tentera d'obtenir un crédit comptant pour le double du temps passé en détention préventive, ce à quoi s'objecte la Couronne. Le ministère public doit plaider en faveur d'une sentence de 18 à 22 mois, aujourd'hui.

Plus de détails dans l'édition du 20 décembre ou sur ledroitsurmonordi.ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: En Belgique ça continue...en France rien ??????????????   Mer 21 Déc - 4:40

L’ancien curé de Surice arrêté à Couvin
facebooktwitterpartager envoyerimprimer
Source: L'Avenir Patrick LEMAIRE
SURICE/COUVIN - Jeudi dernier, l’ancien curé de Surice, Marcel Collignon, a été arrêté dans un home de Couvin. Il est poursuivi pour de nombreux faits de moeurs.

L’abbé Marcel Collignon logera encore en prison pendant un mois. Son mandat d’arrêt a été confirmé ce matin en chambre du conseil à Dinant. L’homme a avoué une douzaine de faits de mœurs sur des mineurs, durant son ministère à Surice, mais aussi dès le début de sa carrière, à Flawinne.

+ Nous reviendrons en détail sur cette pénible affaire dans notre édition de ce mercredi 21 décembre, du journal l’Avenir Entre-Sambre-et-Meuse.

rendeer curieusement en France jamais d'affaires de moeurs en Eglise

Bizarre ? vous avez dit bizarre ?
rendeer
Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep rendeer Sleep Sleep Sleep rendeer Sleep Sleep Sleep rendeer Sleep Sleep Sleep geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Grande Bretagne   Sam 24 Déc - 4:07

L’archevêque de Cantorbéry lance une enquête sur la gestion des abus sexuels
Le Dr Rowan Williams, archevêque de Cantorbéry et primat de la Communion anglicane, a annoncé jeudi soir 22 décembre l’ouverture d’une enquête sur « la politique de la protection de l’enfance » dans le diocèse de Chichester (sud), où deux prêtres pourtant soupçonnés de pédophilie ont continué à travailler.

L’information a été divulguée par un communiqué diffusé par le Palais de Lambeth, siège londonien de l’archevêque de Cantorbéry.

Il s’agit pour l’Église d’Angleterre de faire suite à un rapport remis en mai dernier par la baronne Butler-Sloss qui avait été chargée d’examiner comment la hiérarchie anglicane avait traité les faits de pédophilie dans le passé. Son rapport avait constaté « un manque de compréhension de la gravité de la maltraitance des enfants ».

RAPPORT ATTENDU EN FÉVRIER 2012
Le rapport avait notamment pointé le cas de deux prêtres du diocèse de Chichester. Le premier officiait comme vicaire jusqu’en 2007 à Bexhill-on-Sea, alors qu’il avait été l’objet de plaintes pour pédophilie puis emprisonné pour abus sexuels commis sur deux jeunes garçons. L’autre avait été ordonné prêtre en 1966 malgré une condamnation pour agression sexuelle sur un enfant de chœur quelques années auparavant ; il aurait ensuite abusé d’au moins 10 garçons.

L’enquête a été confiée à un évêque et un avocat qui feront le point sur « les dispositions actuelles sur la protection de l’enfance » et devront « faire des recommandations ». Leur rapport est attendu en février 2012.

Le Palais de Lambeth a précisé que le Dr John Hind, évêque de Chichester depuis 2001, « a pleinement donné son soutien à l’enquête ».

en France toujours RIEN à l'horizon! rendeer Sleep Sleep Sleep ...les évêques refusent de se mettre à table !!!! Laughing Shocked Laughing rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer geek affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Curé pédophile menaçant: victimes, "n'ayez pas crainte de la justice"   Jeu 29 Déc - 8:32

Curé pédophile menaçant: victimes, "n'ayez pas crainte de la justice"
L’Église éclaboussé par une nouvelle affaire de pédophilie. L'ancien curé de quatre communes de l'entité de Dinant a été placé sous mandat d’arrêt le 15 décembre dernier pour des faits de mœurs sur mineurs. Marcel Colignon est inculpé d'attentat à la pudeur avec violence et menaces ainsi que pour viols sur mineurs. Des faits qui auraient débuté en 1968 et perduré jusqu'en 2001.

29 Décembre 2011 09h10
Agrandir
Diminuer
ImprimerRéagir (0)
"En septembre 2010, nous avons reçu au parquet de Dinant 3 lettres qui dénonçaient un comportement inadéquat de ce curé qui officiait à l'époque dans la paroisse de Surisse. Nous avons enquêté (...) et vérifié si certains faits étaient prescrits ou non. Nous avons découvert de nouvelles victimes. Et entre-temps, parmi les faits qui étaient dénoncés, un fait n'était pas prescrit. Nous avons alors saisi M. le juge d'instruction qui a inculpé ce curé", a témoigné Philippe Morandini, substitut du procureur du Roi de Dinant, au micro de Nadia Bouria.
Marcel Colignon, ancien curé de Surice, Flawinne, Omezee et Vodelee, a donc été placé sous mandat d'arrêt le 15 décembre dernier, pour une série d'attentats à la pudeur, d'atouchements et de viols sur mineurs. A l'heure actuelle, il ressort de l'enquête que la période des agissements s'étale de 1968 à 2001.

Appel à témoins face aux menaces de l'ex-curé
Et le curé a même été jusqu'à contacter plusieurs victimes pour les dissuader de dénoncer ces faits ! Des faits de menaces pris très au sérieux. "Certaines victimes se sont plaintes d'avoir reçu un appel de ce curé leurs demandant de ne rien dire. Dès lors le juge d'instruction estime important de pouvoir lancer un appel public à toutes les victimes en leurs disant: 'N'ayez pas crainte de la justice, nous vous garantirons autant que possible l'anonymat et nous ferons en sorte que vous soyez encadrés.'" Certaines victimes n'ont osé faire de déclarations qu'après avoir reçu cette assurance d'anonymat de la part du procureur. C'est donc via un communiqué officiel peu habituel que le juge d'instruction Olivier Bontyes lance un appel aux victimes des agissements de l'ancien curé, pour qu'elles signalent à la police les faits qu'elles auraient subis.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Une nouvelle affaire de pédophilie au sein de l'Eglise   Ven 30 Déc - 9:55

Une nouvelle affaire de pédophilie au sein de l'Eglise

Rédaction en ligne
jeudi 29 décembre 2011, 14:34
Marcel Colignon, ancien abbé à Dinant a été placé sous mandat d'arrêt le 15 décembre pour attentat à la pudeur et viols sur mineurs. Une dizaine de victimes se sont manifestées. Le parquet lance un appel à témoins.


DR
L'affaire secoue toute une région depuis quelques jours. Curé depuis de nombreuses années, Marcel Colignon a été placé sous mandat d'arrêt le 15 décembre dernier pour une série d'attentats à la pudeur et de viols sur des mineurs d'âge. Il a été cueilli par les services de police alors qu'il se trouvait dans un home de Couvin.

En septembre 2010, l'Evêché de Namur a été averti que l'abbé était impliqué dans une affaire d'attouchements sur deux enfants de sa famille. Après ces faits, le prêtre s'est vu interdit d'être en contact avec des enfants dans l'exercice de ses fonctions, de reprendre le catéchisme et de célébrer des funérailles. Dès le 1er novembre 2010, il a été invité à prendre sa retraite.

Douze préventions contre Marcel Colignon
À ce stade de l'enquête, ce sont douze préventions qui sont établies à la charge de l'ancien curé. « Mais une prévention peut reprendre plusieurs faits », a indiqué le premier Substitut Philippe Morandini. La période infractionnelle s'étale de 1968 à 2001. « Il ressort des investigations menées que de nombreuses victimes ont dû subir les agissements attentatoires aux mœurs de la part de M. le curé Collignon et que celui-ci n'aurait pas hésité à prendre contact avec certaines victimes pour tenter de les empêcher de révéler les faits répréhensibles », indique le parquet de Dinant.

Une dizaine de victimes à l'heure actuelle
À l'heure actuelle, une dizaine de victimes se sont manifestées. Elles étaient toutes âgées de 13 à 16 ans au moment des faits. Cependant, le parquet sait pertinemment que ce ne sont pas les seuls. « Au vu de la période infractionnelle, on sait qu'il y a beaucoup plus de victimes. Mais certaines n'osent pas dénoncer les faits qu'elles auraient subis à cause de la honte ou par peur de voir leur nom paraître dans la presse. Mais il est important que ces personnes témoignent car une révélation pourrait permettre d'éviter la prescription de certains faits ».

D'ailleurs, les autorités judiciaires se veulent rassurantes à l'égard des victimes. En effet, elles savent que plusieurs d'entre elles n'ont osé dévoiler les faits qu'après avoir reçu une certaine assurance quant à la discrétion de leur identité. Elles rappellent à cet égard que « que la divulgation de l'identité d'une personne victime de faits de mœurs alors qu'elle était mineur constitue une infraction pénale punissable d'une peine de 2 mois à deux ans de prison ». C'est pourquoi le juge d'instruction de Dinant, Olivier Bontyes, a lancé via un communiqué officiel un appel aux victimes afin qu'elles se rendent au poste de police le plus proche pour dénoncer ce qu'elles auraient subi.

S.Mt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un évêque condamné pour possession d'images pedo-porno   Jeu 5 Jan - 16:03

Un ex-évêque catholique canadien qui a plaidé coupable à des accusations d'importation et de possession d'images pornographiques infantiles a été condamné mercredi à 15 mois de prison et à deux ans de liberté conditionnelle, a tranché un juge canadien.

Raymond Lahey, ancien évêque de 71 ans du diocèse d'Antigonish en Nouvelle-Ecosse (est), a toutefois été remis en liberté après le prononcé de la sentence en raison du temps qu'il a déjà passé derrière les barreaux. L'ex-évêque a déjà purgé huit mois de prison préventive, temps qui compte double selon le code pénal canadien.
Il sera aussi inscrit au registre national des délinquants sexuels pour les vingt prochaines années.

Raymond Lahey avait été interpellé en septembre 2009 lors d'un contrôle à l'aéroport d'Ottawa. Les policiers avaient alors trouvé dans son ordinateur portable des centaines de photos et de vidéos compromettantes montrant des garçons, dont certains âgés de huit à dix ans. Il avait ensuite démissionné de son poste d'évêque en attendant son procès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Collège N.D. de Montréal   Sam 7 Jan - 11:12

Recours collectif contre les frères de Sainte-Croix: 18 millions... et des questions
r

La congrégation de Sainte-Croix a accepté, en octobre dernier, de verser 18 millions de dollars aux élèves qui ont été victimes d'agression au collège Notre-Dame de Montréal, au collège Saint-Césaire et à l'école Notre-Dame de Pohénégamook, sans délai de prescription.

PHOTO: ALAIN ROBERGE, LA PRESSE


Anabelle Nicoud
La Presse
(Montréal) «Mon film tourne en boucle.» Robert (nom fictif) n'a pas oublié le viol dont il a été victime à l'âge de 10 ans ni le traumatisme de cette agression. Son agresseur, frère de Sainte-Croix, a continué à sévir pendant deux décennies dans les établissements scolaires de la congrégation.

Cinquante ans plus tard, Robert a retrouvé des dizaines de victimes de certains frères, dans le cadre du recours collectif intenté contre la congrégation de Sainte-Croix. Malgré les indemnisations, il reste persuadé que justice n'a pas été rendue. La congrégation a reconnu les agressions subies par les enfants dans trois de ses établissements, mais elle n'a jamais entrepris d'action contre les agresseurs, dont certains sont toujours vivants.

La congrégation de Sainte-Croix a accepté, en octobre dernier, de verser 18 millions de dollars aux élèves qui ont été victimes d'agression au collège Notre-Dame de Montréal, au collège Saint-Césaire et à l'école Notre-Dame de Pohénégamook, sans délai de prescription. Parallèlement à cette démarche, une enquête policière était toujours en cours sur au moins deux religieux. Mais aucune n'a débouché sur des accusations criminelles.

On comprend que c'est plus efficace d'enquêter sur des crimes commis il y a 24 heures plutôt que sur des crimes commis il y a 24 ans. Néanmoins, le recours collectif court jusqu'en 2001 pour le collège Notre-Dame. Il y aurait eu des gestes commis jusqu'à ce moment-là. Ce n'est pas de l'histoire ancienne, pour nous», dit Carlo Tarini, président de l'Association des victimes de prêtres.

La congrégation continue à protéger les agresseurs. Ils peuvent rester entre eux, sortir. Pour moi, il n'y a pas de justice, actuellement», regrette Robert.

Pourtant, les hautes instances de la congrégation ont toujours su que des pédophiles sévissaient dans leurs rangs. En font foi de nombreux documents internes transmis il y a trois ans aux médias, notamment à Sue Montgomery, journaliste à The Gazette.

Ça démontre la culture du silence et le fait que [les sévices] étaient aussi banals que l'adoption de l'ordre du jour dans un conseil d'administration», dit Sébastien Richard, ancien élève du collège Notre-Dame et qui affirme avoir été victime du frère Claude Hurtubise. En 2004, M. Hurtubise a été jugé pour attentat à la pudeur, mais il a finalement été acquitté pour doute raisonnable.

Wilson Kennedy a passé 21 ans dans la congrégation. C'est lui qui a publiquement révélé la culture du secret des frères de Sainte-Croix à The Gazette. Cela lui a valu deux mises en demeure par l'avocat de la congrégation, qui l'a accusé de mentir pour nuire à son ancienne communauté.

Au début de cette histoire, j'étais le menteur. J'ai eu des mises en demeure, et je n'ai jamais eu d'excuses», déplore-t-il.

Il estime que les excuses officielles présentées aux victimes par le père Jean-Pierre Aumont sonnent faux. Les agressions sexuelles et les actes de pédophilie étaient, selon lui, un secret de Polichinelle dans la communauté.

Enfant, Wilson Kennedy a lui-même été agressé par un prêtre, mais il a cru que la vie religieuse lui permettrait de trouver la paix.

C'est plutôt l'inverse qui s'est produit, dit-il. Il a même été agressé par un de ses coreligionnaires. Avant de quitter la congrégation, il a essayé d'en faire réagir les autorités. En vain.

On a essayé de me faire croire que ce n'était pas important, dit-il. On ne voulait pas voir nos péchés. On préférait payer.»

Ironiquement, c'est le refus des frères de Sainte-Croix de présenter une lettre d'excuses à la famille de René Cornellier, ancien élève de Notre-Dame mort en 1994 après avoir lui-même tenté d'en obtenir, qui a donné naissance aux démarches pour le recours collectif.

Il aura fallu attendre la fin de l'année 2010 et de nouvelles révélations à l'émission Enquête pour que la congrégation accepte de négocier un règlement à l'amiable.

En réponse à La Presse, le supérieur provincial de la congrégation, Jean-Pierre Aumont, écrit que les «religieux condamnent vigoureusement toute forme d'inconduite commise par des personnes en situation d'autorité». «Des préjudices ont été causés, et nous avons pris les dispositions pour les réparer», conclut-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La pédophilie au sein du clergé catholique   Mar 10 Jan - 8:05

La pédophilie au sein du clergé catholique
PAR LÉON, LE 06.01.12
Lectures :152


Une commission d’enquête néerlandaise indépendante, dont les conclusions ont été relayées dans toute la presse, a révélé il y a quelques jours, que, aux Pays Bas, au sein de l’église catholique, plusieurs dizaines de milliers de mineurs avaient été victimes d’abus sexuels entre 1945 et 2010.

Or depuis les années 90, régulièrement des informations du même genre apparaissent, sans vraiment avoir attiré en France l’attention qu’elles méritent. La raison en est, peut-être, que dans notre pays ces affaires restent exceptionnelles, soit qu’elles n’aient pas encore été révélées, soit que, pour des raisons qu’il conviendrait alors d’expliciter, elles seraient effectivement plus rares.

J’ignorais tout de cette question, ayant moi-même fréquenté des écoles et pensionnats religieux et n’y ayant pourtant jamais entendu parler d’histoires de ce genre. Pour l’aborder j’ai utilisé comme « méthode » d’essayer de trouver des réponses aux questions suivantes :

Y a-t-il une fréquence de ces affaires plus élevée qu’ailleurs ? En d’autres termes, les prêtres sont-ils plus pédophiles que l’ensemble de la population masculine des pays où ces affaires ont été révélées ?
Ces affaires de pédophilies concernent-elles plus spécialement un clergé plutôt qu’un autre ? Y a-t-il autant de pédophiles avérés parmi les pasteurs protestants, les popes orthodoxes, les prêtres anglicans, catholiques et pendant qu’on y est, on peut étendre la question aux imams, rabbins.
Est-il utile de savoir si cette pédophilie est plutôt orientée vers les garçons ou les filles ? Cela est-il significatif ? Et de quoi ?
Comment les hiérarchies propres aux clergés structurés, mais aussi les pouvoirs publics des différents pays concernés ont-ils géré ces affaires ?
S’il est avéré que la pédophilie soit un problème avéré et spécifique à tel ou tel clergé , quelle explication peut-on en donner ?
Cela fait, comme on le voit, beaucoup de questions et il est très peu probable qu’il soit possible de répondre à toutes.
1) L’importance du phénomène au sein du clergé catholique.
Disons-le d’emblée, pour des raisons multiples, il est pratiquement impossible de se faire une idée de l’ampleur réelle, globale du phénomène, même si Wikipedia sur ce plan est précieux. Les affaires ont été longtemps étouffées, les victimes n’osaient pas parler…
En effet, on ne connaît évidemment que la partie qui a été rendue visible de ce que l’on suppose désormais être un iceberg immense, mais les enquêtes qui commencent tout de même à se multiplier révèlent de plus en plus de faits. Ils sont malheureusement très souvent prescrits, si bien qu’on ne peut même pas se fier aux condamnations effectivement prononcées. Un cas bien de chez nous concerne le très médiatique Mgr Di Falco, (le vingtième article: « La plainte qui inquiète la France ») certes pas condamné, car les faits reprochés sont trop anciens, mais écarté par le Vatican, ce qui est une quasi reconnaissance, personne ne s’y est trompé.
Il faut également faire la différence entre les abus sexuels sur mineurs et ceux commis sur des majeurs, ici il ne sera question que des premiers.

Les premières affaires révélées, en dehors de quelques cas isolés entre 1950 et 1980, l’ont été à partir de années 1985-90. De très nombreux pays ont été touchés. Les USA, le Canada (où plusieurs affaire particulièrement sordides ont révélé des sévices sexuels mais aussi d’autres maltraitances graves sur des enfants amérindiens mis de force dans des pensionnats religieux très majoritairement catholiques, également sur ces « orphelins de Duplessis » ), mais aussi l’Australie, l’Autriche, la Suisse, la Grande-Bretagne, l’Espagne.
En dehors des USA, les plus gros dossiers concernent d’une part l’Irlande et d’autre part l’Allemagne, les Pays- Bas et la Belgique.
La France semble (relativement) épargnée avec, à l’heure actuelle, une trentaine de prêtres et religieux en prison pour ce motif et une dizaine d’affaires en cours d’instruction. Nous verrons peut-être pourquoi.

Mais à part cela, on ne sait pratiquement rien. En dehors du cas tout à fait hors normes des Légionnaires du Christ et de père Maciel Degollado au Mexique, aucune information sur le reste du monde, même en Europe. Au Portugal ? En Scandinavie hors la Norvège ? Quid de l’Afrique, du reste de l’Amérique Latine, de l’Asie ?
On est donc loin, très loin de tout savoir sur cette question, ce qui appelle évidemment de la prudence, notamment dans les comparaisons entre les religions et entre les pays.

Mais c’est un fait que, pour l’instant, ces affaires révélées frappent très majoritairement l’Eglise catholique, un peu l’Eglise anglicane et très peu les autres Eglises chrétiennes, protestantes et orthodoxes.
Apparemment, on ne dispose pour l’instant que d’une seule étude systématique à grande échelle d’un organisme indépendant, non lié à l’église catholique, c’est le John Jay report réalisé par le ministère de la Justice américain pour tous les USA en 2004.
C’est la rapport public le plus complet, le plus détaillé sur la question. Il apporte un certain nombre de précisions très importantes:
Suivant les périodes, c’est entre 4 et 5% des prêtres catholiques des USA qui ont été concernés.
Une écrasante majorité des victimes, 81%, sont des garçons.
Seule une petite proportion des prêtres ont été accusés d’abus contre des enfants n’ayant pas atteint la puberté.
La répartition des victimes, par âges s’établit ainsi : les enfants de moins de 10 ans représentaient 22% des victimes, ceux entre 16 et 17 ans, 15 %, et 51 % avaient entre 11 et 14 ans.
Et la moitié des prêtres concernés avait au moins 35 ans.
Il s’agit donc très majoritairement d’homosexualité, et plutôt d’éphèbophilie que de pédophilie au sens strict. On ne voit pas trop d’argument convaincant et probant pour en faire une particularité locale et ne pas généraliser ( avec prudence toutefois) ces résultats.
Plusieurs études cités par Wikipédia, notamment celle-ci arrivent à la conclusion que ces pourcentages seraient « dans la norme » et qu’il n’y aurait donc pas spécialement plus de prêtres pédophiles que de pédophiles dans la l’ensemble de population mâle où leur proportion est estimée à moins de 5 %.

Sauf que… il s’agit de prêtres, de gens supposés être des exemples, des guides spirituels et que face à un prêtre pédophile on est à peu près comme devant un pompier qui serait pyromane ou un policier qui serait devenu braqueur de banques. L’argument qu’ils ne seraient pas plus pédophiles que les autres est irrecevable, surtout s’il vient des catholiques eux-mêmes puisqu’il est dans leur logique de faire de la prêtrise un idéal humain réservé à une sorte d’élite morale. Tout bien réfléchi, compte tenu des exigences que la prêtrise impose à ses candidats, de la formation qu’ils suivent, de l’évaluation à laquelle ils sont soumis au plan théologique, pastoral et humain, il est en réalité absolument anormal que la fréquence de la pédophilie chez les prêtres soit conforme à celle de l’ensemble de la population… On ne parle pas ici de pulsions ou de fantasmes, mais de passages à l’acte !
2.Des explications ?
Le célibat ?

Dans la mesure où ce sont essentiellement des prêtres catholiques qui sont concernés, on pense évidemment tout de suite au célibat puisqu’ils sont les seuls, avec une partie des anglicans à ne pas être mariés.
Mais cette explication, en réalité n’est pas si probante que cela.

En effet, les actes de pédophilie au sein de l’ensemble de la population, dans l’immense majorité des cas, se déroulent dans le cadre familial : il est donc certain que la mariage ne protège nullement de la pédophilie. Mais cela ne suffit pas à exclure que le célibat des prêtres conduise aux passages à l’acte, dans certaines circonstances spécifiques à leur condition.
C’est qu’il ne faut pas confondre célibat, chasteté et abstinence. Les prêtres s’engagent aux deux premiers et s’efforcent au troisième. En d’autres termes ils ne doivent ni se marier, ni visionner des cassettes porno, mais ont droit à la veuve Poignet quand vraiment la chair supplie.
On aurait donc tort de résumer la souffrance du célibat des prêtres à la seule absence de sexe. Il y a la solitude sentimentale et amoureuse, la solitude familiale aussi, celle qui prive l’homme d’un amour à dispenser à ses enfants, des caresses légitimes à leur prodiguer… On voit bien, à travers les cas concerts rapportés dans le dossier de rationalisme.org (cité plus haut à propos de Di Falco), comment des prêtres, s’ils sont prédisposés à cela, basculent d’un amour quasi paternel vis à vis d’enfants à des actes sexuels. On remarque qu’il s’agit souvent de jeunes en manque d’affection pour des raisons familiales diverses qui rencontrent donc un adulte qui est lui, en manque de pouvoir en donner.

Se rattachant un peu à la question du célibat, Annie Sugier suggère, plus globalement, que l’absence de femmes au sein du clergé catholique serait un facteur causal ou, au moins, explicatif important.

La proximité avec la jeunesse

Une autre piste est que le prêtres, dans leur rôle éducatif, sont en contact très fréquent avec des jeunes, que ce soit dans des écoles religieuses, des mouvements de jeunesse comme le scoutisme, des colonies de vacances ou tout simplement l’enseignement du catéchisme. La « profession » de prêtre, par cette proximité qu’elle permet avec les jeunes serait l’une de celles recherchées par les pédophiles, surtout dans la mesure où ils jouissaient d’une quasi-totale impunité jusqu’à nos jours.
On a peut-être là une explication du fait que la France soit, jusqu’à présent, relativement épargnée : l’adoption de la laïcité comme principe républicain a eu, entre autres conséquences, de beaucoup séculariser l’éducation. Non seulement elle a arraché l’enseignement au clergé, mais même plus près d’aujourd’hui, le modèle de l’école privée religieuse sous contrat, a eu pour effet de faire rentrer beaucoup de laïcs dans des lieux qui, dans le passé, étaient souvent très fermés et fonctionnaient dans un entre-soi clérical d’une grande opacité.
La confession ?

C’est un avis personnel, mais je reste persuadé qu’il y a un intimité psychologique créée par le système de la confession. L’organisation matérielle du confessionnal ne suffit nullement à la dissiper lorsque la confession est régulière et que le prêtre est amené à fréquenter le « confessé » en dehors. C’est un pêcheur dont il connaît tous les penchants, les tourments, les faiblesses, toutes les « fautes », y compris celles qui relèvent aux yeux de l’église, de la sexualité. Je suis convaincu que cela donne au confesseur une possibilité accrue d’emprise psychologique sur le jeune, si besoin est.
Les protestants, au moins, échappent à ce genre de proximité avec un confesseur. En revanche chez les orthodoxes, la confession se fait dans un face à face avec le prêtre, sans aucun dispositif pour les séparer. S’il était avéré que le clergé orthodoxe soit peu concerné par la pédophilie, ceci relativiserait l’argument qui ne peut être considéré que comme une explication additionnelle.
Des modèles éducatifs autoritaires

Dans les pays où les actes les plus nombreux ont été relevés ( en Irlande, par exemple), le clergé catholique y entretenait un modèle éducatif très répressif. Ces pensionnats avaient un fonctionnement autoritaire, sévère, propice à tous les abus de droits et des violences dont les violences sexuelles ne sont qu’un aspect parmi d’autres.
Mais il y a une autre raison qui, sans être à l’origine du problème, a beaucoup pesé dans son importance et sa durée : le laxisme de la hiérarchie catholique. Il est certainement à l’origine de cette impunité qui a contribué à rendre les fonctions ecclésiastiques attractives aux pédophiles.
3.La réaction très ( trop) tardive de l’église catholique .
Disons-le simplement, au début, les réactions de l’église catholique ont été tout simplement consternantes et il a fallu plus de dix ans pour qu’elle prenne la mesure du phénomène et s’en occupe sérieusement.
Parfois dans le déni, la hiérarchie a minimisé et généralement maintenu en fonction des prêtres coupables d’abus sexuels sur mineurs, se bornant souvent à les changer d’affectation (où ils recommençaient ) et les invitant à se soumettre à des psychothérapies qui se sont révélées totalement inefficaces.

Longtemps également, l’église, au plus haut niveau, a tenté d’étouffer ces affaires ou, plus exactement a voulu les traiter « en interne », s’opposant même à toute collaboration avec la justice pénale sous peine d’excommunication ( en vertu d’un rapport datant de 1962, probablement approuvé par le pape Jean XXIII.)
Jusqu’en 2001, ces affaires étaient réglées au niveau diocésain, (par l’évêque, donc,) le Vatican n’étant tenu informé que des plus graves, dans lesquelles d’ailleurs, il s’est montré étonnement laxiste.
Ce n’est qu’à partir des années 2000 sous l’impulsion, notamment, d’un certain cardinal Ratzinger, que l’Eglise catholique prend enfin la mesure de l’ampleur et de la gravité du problème. En 2001 par le texte Motu proprio du pape Jean-Paul II suivi de la lettre De delictibus gravioribus du cardinal Ratzinger, des instructions sont données pour que ces affaires ne restent plus au niveau diocésain et remontent toutes au Saint-Siège, celui-ci se réservant la décision de les traiter directement ou de les renvoyer au diocèse. ( Ce qui a pu être interprété aussi comme une tentative supplémentaire de les étouffer, ou au moins de ne pas les porter à la connaissance du public)

Entre 2001 et 2010, c’est donc la Congrégation pour la doctrine de la Foi, en d’autres termes, le tribunal de l’inquisition, qui a eu à traiter en interne environ 3000 plaintes portant sur les 50 années précédentes. Elles ont abouti à moins de 300 exclusions de l’état religieux.
La hiérarchie de l église catholique canadienne s’est refusée, mais finalement avec l’accord du Vatican, à se plier à ces directives, prenant sur place des mesures radicales, et collaborant avec la justice canadienne.

Aux USA, une seule plainte suffit à suspendre le prêtre.
En France, c’est l’inculpation puis la condamnation en 2001 de Mgr Pican pour non-dénonciation d’abus sexuels pratiqués par un prêtre placé sous son autorité, le Père René Bissey, qu’une doctrine de collaboration avec la justice s’est imposée. Non sans certains heurts et gags. Ainsi en 2001, fait tout à fait exceptionnel, un juge d’instruction devant le refus d’un prêtre de lui communiquer des pièces relatives à une affaire de viol sur mineur (sur laquelle, en tant que juge ecclésiastique, il avait été amené à enquêter lui-même) ordonne une perquisition dans les locaux de l’officialité diocésaine de Lyon et la police y saisit entre autres, et sans doute par erreur, des dossiers paraît-il « embarrassants » sur des demandes de nullités de mariages…

Si Jean-Paul II a été assez lent à la détente, l’ex-cardinal Ratzinger devenu le pape Benoït XVI, semble avoir mis le clergé catholique devant ses responsabilités et pris de mesures sévères. La doctrine officielle de l’Eglise catholique serait désormais celle de la « tolérance zéro », le pape ayant été jusqu’à convoquer en février 2010 tous les évêques irlandais pour leur passer un savon, certes pontifical, mais savon quand même…
À l’heure actuelle, s’il est impossible d’affirmer que la pédophilie a disparu du clergé catholique, il est, en revanche, devenu inexact de prétendre que la hiérarchie « laisserait faire » ou fermerait les yeux. Le passé, toutefois, risque de peser lourd encore longtemps…

__________________________________________________________________
Et ailleurs ?
Sur internet, en tous cas , il est quasi impossible de trouver des études d’une certaines ampleur, systématiques, comme cela a été fait pour les catholiques, concernant d’autres clergés chrétiens, des imams et des rabbins. Seules certaines affaires défraient parfois l’actualité. Très peu sur les chrétiens orthodoxes et le Juifs. Un nombre beaucoup plus important, en revanche, concerne des imams musulmans.
Sur l’église anglicane

Peu d’informations sinon ce lien très récent . Il faut savoir qu’une partie de l’église anglicane admet la prêtrise des femmes, le mariage des prêtres, l’ordination de prêtres homosexuels, même vivant en couples. (Ce qui a été considéré d’ailleurs comme des « dérives », ayant entraîné, notamment, la spectaculaire conversion de Tony Blair au catholicisme).

Sur le clergé orthodoxe

http://v.i.v.free.fr/spip/spip.php?article4652
http://www.tdg.ch/pedophilie-archeveque-rend-2010-11-26
Sur les rabbins juifs

http://benoit-et-moi.fr/2011-III/0455009f700cc020c/0455009fbb089a40a.html
http://www.israel-infos.net/USA–New-York–pedophiles-en-serie-dans-la-communaute-orthodoxe-de-New-York-7599.html
Sur les imams musulmans

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/330014/un-imam-pedophile.html
http://www.sudpresse.be/regions/liege/2010-11-18/un-imam-liegeois-condamne-pour-des-attouchements-sexuels-824760.shtml
http://www.xibar.net/PEDOPHILIE-AU-QUARTIER-MEDINE-DE-RUFISQUE-L-imam-accuse-du-viol-d-un-garcon-de-15-ans_a25299.html
http://www.rewmi.com/UN-MARABOUT-INDELICAT-INTERPELLE-A-DIOURBEL-Il-est-accuse-de-viol-sur-dix-de-ses-eleves_a17268.html
http://www.elpais.com/articulo/sociedad/busca/captura/iman/mezquita/Cartagena/presuntos/abusos/menores/elpepusoc/20100211elpepusoc_9/Tes
http://www.asiansinmedia.org/news/article.php/current_affairs/1271
Ici un très large échantillonnage ( tout est sourcé en principe)
Il suffit de lancer une recherche google sur « imams pedophiles » , il y en a tellement qu’on ne peut citer toutes les affaires.

A quand une commission d'enquête en france ???? rendeer Sleep rendeer Sleep rendeer Sleep affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: 1 259 pages. La publication, vendredi 16 décembre, du rapport de la commission Deetman sur les innombrables cas d’abus sexuels sur mineurs dans l’Église catholique des Pays-Bas   Ven 13 Jan - 3:39

1 259 pages. La publication, vendredi 16 décembre, du rapport de la commission Deetman sur les innombrables cas d’abus sexuels sur mineurs dans l’Église catholique des Pays-Bas est un nouveau coup dur pour l’institution. Analyse d'Hendro Munsterman, directeur de l’Institut pastoral d’études religieuses de l’Université catholique de Lyon.
T­out commence en février 2010, lorsque deux journalistes néerlandais attirent l’attention sur un cas d’abus sexuel sur enfant dans un ancien internat de salésiens de Don Bosco dans les années 1950.

Cette révélation, qui en suivait d’autres en Allemagne, en Irlande et aux États-Unis, fait remonter les souvenirs dans le pays. Évêques et responsables de congrégations et d’ordres religieux se voient alors obligés de demander à un homme politique protestant, l’ancien maire de La Haye Wim Deetman, de former et de présider une commission indépendante constituée de lui-même et cinq autres membres, tous universitaires.

Après un appel aux victimes, la commission recueille 1 795 plaintes d’abus sexuels sur mineurs au cours de la période 1945-1981, commis dans l’ensemble des sept diocèses et dans 68 ordres et congrégations religieuses. Elle dresse une liste de 800 prêtres et frères qui auraient commis des actes de pédophilie ; 105 sont encore en vie, et certains encore en activité pastorale. La commission estime alors entre 10 000 et 20 000 le nombre de personnes victimes, dans leur jeunesse, d’abus sexuels par un membre du clergé catholique.
Selon ces mêmes recherches, un néerlandais de quarante ans et plus sur dix a été victime d’abus sexuel au cours de son en­fance par un majeur non-membre de sa famille. Le problème dépasse donc largement l’Église catholique. Mais comme le disait un évêque néerlandais : « Ce n’est pas parce que la rue est sale chez le voisin que la nôtre en est plus propre. »

DÉRIVE DUE AU POUVOIR

Quelle est donc la particularité de l’abus sexuel sur mineur commis par un prêtre ou un religieux ? D’abord, la commission a constaté que l’organisation ecclésiale, fragmentée, a favorisé une culture du silence. Chaque congrégation a son degré d’autonomie, cha­que diocèse fonctionne dans son coin, et on reste inconscient des problèmes structurels. En outre, à partir du moment où le nombre de séminaristes commence à diminuer, dans les années 1960, la problématique est considérée, sous pression romaine, comme étant individuelle et non structurelle.
L’opinion publique place souvent le célibat ecclésiastique en première raison de ces abus, mais la commission a démontré qu’un lien simple et direct entre ces deux éléments n’existe pas. Si le recrutement dans les petits séminaires a pu favoriser des choix pour le célibat pas suffisamment mûris et donc risqués, à partir des années 1960, ce choix devient plus libre et conscient.

Aujourd’hui, nous nous rendons compte qu’il s’agit d’abord d’une dérive due à un lien de pouvoir et de dépendance de la victime par rapport à l’auteur de l’abus. Mais la hiérarchie catholique, en considérant l’abus sexuel sur mineur comme un problème sexuel, l’a elle aussi mis en lien avec le vœu de chasteté. Les autorités catholiques se concentrant alors sur le non-respect du célibat des auteurs, elles ne se sont que peu préoccupées de développer une véritable politique d’attention individuelle aux victimes.

LES DÉFIS DE L'ÉGLISE

Comment interpréter le résultat de ces recherches ? Une vive discussion s’est développée, notamment sur des forums et ré­seaux sociaux sur Internet, entre conservateurs et progressistes, fruit amer du che­min de la bipolarisation que l’Église néerlandaise a retrouvé ces dernières années.

Pour les premiers, c’est la faute de la ré­volution sexuelle et des suites du Concile Vatican II – ce qui n’est pas vrai puisque 42,1 % des cas recensés ont eu lieu dans les années 1950, quand l’Église catholique néerlandaise était encore très marquée par une attitude ultramontaine et fidèle à Rome. Pour les seconds, c’est la faute du célibat et de la morale sexuelle catholique trop restreinte – ce que la commission démasque comme trop simpliste.
D’un point de vue théologique, à la lecture des 1 259 pages du rapport, on peut retenir trois défis pour l’avenir de l’Église catholique. Le premier concerne la relation entre le ministre ordonné et les fidèles laïcs. Dans le passé, cette relation fut considérée comme une relation de subordination.

Celle-ci peut être renforcée par l’image projetée du célibat, considéré parfois comme plus éminent que la vie maritale. Nous sommes appelés aujourd’hui à redécouvrir la singularité du ministère ordonné, à travers une relation dans laquelle ministres et laïcs se reconnaissent d’abord comme frères et sœurs. Après les scandales d’abus sexuels en Irlande, Mgr  Diarmid Martin, archevêque de Dublin, s’inquiétait face à l’émergence d’une « nouvelle culture de cléricalisme » et plaidait pour la formation des prêtres, diacres et laïcs dans des institutions communes.

COMBATTRE LES TENDANCES DE REPLI

Deuxième défi : la simplification nécessaire de l’organisation ecclésiale. Durant des siècles, l’Église catholique s’est forgée une structure complexe, dans laquelle même les catholiques ne se retrouvent plus. Cette complexité mène à des paradoxes : d’un côté, l’Église d’un pays affirme l’autonomie des diocèses et évêques locaux, mais de l’autre, elle se retranche derrière des directives romaines.

De la même façon, dans le contexte Irlandais, parfois le Vatican se considérait comme autorité suprême ecclésiale, mais à d’autres moments, il voulait être traité comme un État souverain. Un dernier exemple est l’existence du droit canonique dans un état de droit civique. Il est arrivé que des évêques jugent inutile de faire appel au droit civil dans certains cas d’abus sexuels et qu’un traitement canonique était suffisant. Les non-initiés dans les affaires ecclésiales ne comprennent plus rien et en concluent que l’Église cherche simplement à dissimuler les affaires.

Troisième défi : l’attitude de l’Église catholique vis-à-vis du monde extérieur. La plupart des cas d’abus sexuels eurent lieu à une époque où l’Église catholique aux Pays-Bas fonctionnait en vase clos à l’intérieur de la société néerlandaise. Aujourd’hui, nous retrouvons dans l’Église catholique des tendances de repli, parfois accompagnées de méfiance vis-à-vis du monde extérieur. Ceci n’est pas seulement une réaction justifiée à la perte de visibilité dans nos sociétés contemporaines, mais est parfois une tentative de fuite aux questions critiques venant de l’extérieur – notamment des sciences humaines.

Le Concile Vatican II, dont nous célébrons cette année le 50e anniversaire, disait de l’Église qu’elle est « à la fois sainte et toujours appelée à se purifier ». Le rapport accablant mais pertinent de la commission Deetman est un appel pour l’Église à poursuivre « constamment son effort de pénitence et de renouvellement » (1).

On attend toujours que l'Eglise de France fasse enfin oeuvre de transparence et ose publier un tel rapport au lieu de dormir et de terrer ses cadavres rendeer Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie : l'aveu terrifiant d'un prêtre allemand    Sam 14 Jan - 4:11

Pédophilie : l'aveu terrifiant d'un prêtre allemand
Mots clés : Pédophilie, Allemagne, Prêtre

Par Patrick Saint-Paul
Mis à jour le 13/01/2012 à 12:32 | publié le 13/01/2012 à 09:53 Réactions (154)
S'abonner au Figaro.fr
Le père Andreas L., de Salzgitter, a reconnu avoir commis 280 agressions sexuelles.

De notre correspondant à Berlin,

Le père Andreas n'a pas exprimé le moindre remords ni repentir devant le tribunal de Braunschweig (Basse Saxe). Reconnaissant devant les juges avoir commis 280 cas d'abus sexuels sur trois enfants préparant leur première communion, il espère la clémence de la justice. Âgé de 46 ans, le prêtre catholique de la petite commune de Salzgitter l'a répété tout au long de son procès: «Je n'ai jamais eu l'impression que les enfants n'étaient pas d'accord».

Le père Andreas a débuté sa série de crimes en 2004 en se livrant à des sévices sur un garçon de 9 ans. Il l'invitait à dormir dans son lit, puis lui infligeait baisers, caresses et autres abus sexuels. Le prêtre pervers offrait à l'enfant des cadeaux dispendieux: appareil photo, ordinateur, téléphone portable, jusqu'à l'emmener en vacances à Disneyland Paris. Sans jamais éveiller le moindre soupçon chez ses parents. Le martyr du garçon a duré deux ans, jusqu'à ce que sa mère coupe les ponts avec le père Andreas parce qu'il commençait à se mêler de l'éducation de l'enfant.

«Croyez-vous qu'un père infligerait cela à ses enfants ?»
Un an plus tard, le prêtre s'attaque à un autre garçon de 9 ans et plus tard à son frère de 13 ans. Lorsque les deux enfants se sont rebiffés, il a écrit une lettre à sa première victime, qui a enfin osé se confier à sa mère. Le père Andreas est alors arrêté. «Je n'avais pas l'intention de me rapprocher sexuellement des enfants. J'ai pété les plombs», a-t-il avoué. Avant d'ajouter qu'il considérait les garçons comme ses fils. «Croyez-vous qu'un père infligerait cela à ses enfants?», lui a demandé le procureur. Silence. Quelque 2800 clichés pornographiques ont été retrouvés dans son ordinateur, dont plusieurs de ses victimes.

L'affaire surgit alors que l'Allemagne commence juste à panser ses plaies après les révélations de l'année 2009 portant sur la terrible série d'abus sexuels sur des mineurs survenue dans les institutions catholiques du pays ces dernières décennies. Le gouvernement fédéral a décidé le mois dernier de faire faire à chaque personne ayant été victime enfant de sévices, une thérapie d'une valeur de 10.000 euros financée par un fonds mis en place pour répondre au scandale de pédophilie, révélé dans des écoles catholiques du pays.

Ce fonds, de 100 millions d'euros, est le fruit de dix mois de consultations entre le gouvernement, les victimes et les responsables de l'Eglise. Selon le gouvernement, plus de 20.000 victimes d'abus sexuels ont été entendues dans le cadre de la consultation. La thérapie concernera tous les enfants victimes d'abus au cours des trente dernières années. L'Eglise catholique allemande a reçu plus de 600 demandes d'indemnisation. Lors de sa visite en Allemagne en septembre dernier, le pape Benoît XVI a rencontré des victimes de prêtres pédophiles et exprimé ses profonds regrets.

En France , pays attardé, l'Eglise s'est murée dans le secret, mais de tels pr^tres il y en a de nombreux bien sûr !

rendeer Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep affraid Sleep Sleep Sleep affraid Sleep Sleep Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Perquisition dans 3 évêché belges   Mar 17 Jan - 4:18

Les enquêteurs ont emporté des «dossiers personnels» de responsables catholiques des évêchés d'Anvers, Malines et Hasselt, selon une porte-parole du parquet fédéral, Lieve Pellens. Alors que les parquets locaux enquêtent sur des cas d'abus commis par des prêtres, à la suite des «déclarations de 200 victimes» et de «87 constitutions de partie civile», le parquet fédéral cherche à vérifier si leurs supérieurs hiérarchiques n'ont pas fait preuve d'«abstention coupable» lorsqu'ils ont été informés de ces faits, a précisé Mme Pellens.

Les «dossiers personnels» contiennent des informations sur les «carrières» des responsables de l'Église, et dans certains cas des comptes rendus des mesures qu'ils ont prises lorsqu'ils étaient confrontés à des cas de pédophilie, a ajouté Lieve Pellens, sans préciser le nom des personnes visées. Contrairement à de spectaculaires perquisitions au siège de l'archevêché de Malines-Bruxelles au printemps 2010, qui avaient soulevé l'irritation du Vatican, celles effectuées lundi «se sont très bien passées», a indiqué la représentante du parquet fédéral.

L'Église a été éclaboussée par le scandale en avril 2010 quand l'évêque de Bruges (nord), Roger Vangheluwe, a démissionné après avoir reconnu des abus sexuels sur un neveu mineur. Une commission a ensuite publié les témoignages de près de 500 personnes accusant des ecclésiastiques d'avoir abusé d'eux durant leur jeunesse. Pour tourner la page, l'Église belge a lancé la semaine dernière une campagne publique en proposant un site Internet dédié et en mettant en place un réseau d'aide aux victimes d'abus sexuels. En décembre, elle s'était engagée à indemniser, à hauteur de 2 500 à 25 000 euros, les victimes des crimes sexuels prescrits

et en France ? on s'auto amnistie ? rendeer Sleep Sleep Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie : nouvelles perquisitions dans les évêchés   Mar 17 Jan - 6:54

Pédophilie : nouvelles perquisitions dans les évêchés

Rédaction en ligne
lundi 16 janvier 2012, 23:24
La police judiciaire fédérale de Bruxelles a mené des perquisitions aux sièges des évêchés d’Anvers et de Hasselt ainsi que de l’archevêché de Malines-Bruxelles, dans le cadre de l’Opération Calice.



Plusieurs dossiers liés à des abus sexuels présumés au sein de l’Eglise ont été emportés. Une dizaine de dossiers ont été saisis.

« Nous n’avons absolument rien à cacher », affirme le porte-parole de l’évêché Clem Vande Broek. « Un dossier a été constitué pour chaque plainte ou déclaration. Ils mentionnent tous le moment auquel ils ont été transmis à la justice et à quelle personne ».

Me Fernand Keuleneer, l’avocat de l’archevêché de Malines-Bruxelles, ne voit aucun problème aux perquisitions menées à l’archevêché et dans les bureaux des évêchés d’Anvers et d’Hasselt, tant que les choses se passent conformément à la loi, a-t-il confié.

L’avocat ne peut cependant pas encore se prononcer sur le caractère légal ou non des perquisitions de ce lundi. « Je dois encore vérifier cela », a-t-il expliqué. « J’ai bien quelques réserves de prime abord mais je dois en discuter avec mes clients ». L’archevêché veut collaborer loyalement à l’enquête judiciaire et fera preuve d’une ouverture totale, a souligné Me Keuleneer.

De toutes les perquisitions menées jusqu’à présent par le juge d’instruction Wim De Troy, seules celles des Archives du Royaume et de la cathédrale Saint-Rombaut se sont donc déroulées dans la légalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Belgique : coup de boost dans l'enquête sur la pédophilie dans l'Eglise   Mer 18 Jan - 15:52

Belgique : coup de boost dans l'enquête sur la pédophilie dans l'Eglise
La justice belge a décidé de relancer son enquête contre les abus pédophiles dans l'Eglise catholique en multipliant les perquisitions afin de déterminer si la hiérarchie ecclésiastique a couvert des prélats dans le passé pour éviter le scandale.

La police fédérale, sous la houlette du juge d'instruction bruxellois Wim De Troy, effectue depuis lundi un véritable tour de Belgique des évêchés. Après Anvers, Malines et Hasselt lundi, les enquêteurs ont perquisitionné mardi les évêchés de Bruges et de Gand, cinq villes de Flandre. Mercredi, ils se sont rendus à Tournai et Namur, en Wallonie (sud).

A chaque fois, les policiers emportent les "dossiers personnels" de membres de la hiérarchie catholique dont les noms figurent dans les quelque 200 témoignages de victimes et 87 plaintes en possession du juge De Troy.

en France ? ...rien n'est commencé...et pourtant ! rendeer Sleep Sleep Sleep Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Des délégués de 110 conférences épiscopales et des supérieurs de 30 ordres religieux se réuniront en février à l'université pontificale grégorienne de Rome pour "relancer leur engagement" contre la pédophilie,    Ven 20 Jan - 4:06

Des délégués de 110 conférences épiscopales et des supérieurs de 30 ordres religieux se réuniront en février à l'université pontificale grégorienne de Rome pour "relancer leur engagement" contre la pédophilie, a annoncé aujourd'hui cette université dans un communiqué.

Préparée intensément depuis juin dernier, ce colloque géant qui se tiendra du 6 au 9 février aura pour titre: "Vers la guérison et le renouvellement". "Il s'agit d'une initiative globale de l'Eglise catholique pour la protection des enfants et des adultes vulnérables", a expliqué la Grégorienne. L'Eglise catholique est ébranlée par des révélations en chaîne sur des scandales pédophiles qui ont été étouffés durant des décennies dans divers pays, notamment d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Amérique latine.

Des milliers de prêtres et de religieux ont abusé d'enfants et d'adolescents et la hiérarchie a souvent cherché à cacher ce scandale, protégeant parfois les coupables et traitant durement les victimes qui se plaignaient. Le pape Benoît XVI a exprimé sa peine aux victimes et proclamé la tolérance zéro. Ce colloque, soutenu par plusieurs "ministères" du Vatican et en présence d'experts et de psychologues, est une étape pour aider les épiscopats à mieux faire face à l'avenir au scandale, à collaborer avec la justice et à aider et réhabiliter les victimes.

En mai dernier, une "lettre circulaire" du préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal William Levada, avait demandé à tous les épiscopats dans le monde de "compléter" la mise au point de "procédures claires et coordonnées" à appliquer contre "l'abus sexuel de mineurs" dans les douze mois suivants. A la suite de ce symposium mondial, sera lancé un centre de formation à distance sur cette problématique, accessible à tous les clercs dans le monde et basé à Munich, dans le sud de l'Allemagne.

Mais peut-être pourrai-t-on commencer par enquêter en France et établir un rapport non ? rendeer Sleep Sleep Sleep Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Flawinne: l'ex-curé Gilbert Hubermont condamné pour abus sur mineurs   Ven 20 Jan - 4:08

Flawinne: l'ex-curé Gilbert Hubermont condamné pour abus sur mineurs
Gilbert Hubermont, ancien curé de Flawinne, a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Namur à 18 mois de prison avec sursis durant cinq ans pour avoir abusé de garçons mineurs.

19 Janvier 2012 17h38
Agrandir
Diminuer
ImprimerRéagir (0)
Le curé, 51 ans, comparaissait pour des attentats à la pudeur sur trois garçons mineurs à l'époque, commis au début des années nonante alors qu'il officiait à Flawinne. Le prêtre s'occupait de nombreux jeunes garçons. Certains, qui connaissaient des difficultés dans leur famille, logeaient parfois chez lui. Il abusait d'eux à ces moments-là ou lors de retraites qu'il organisait.

La plainte à la base du dossier est intervenue en 2007. Elle provenait de Vincent, 31 ans aujourd'hui, qui en avait 12 lors des faits. Il s'était constitué partie civile.

Le tribunal a notamment retenu la répétition des attouchements sur des victimes qui avaient une totale confiance en lui vu sa qualité de prêtre. Il a toutefois tenu compte de l'ancienneté des faits, de la bonne évolution du prévenu, et de son absence d'antécédent.

Le tribunal n'a cependant pas fait droit à la suspension du prononcé sollicitée par la défense, "ce qui serait de nature à minimiser les faits".

Gilbert Hubermont doit entre-autres suivre une guidance sociale et continuer sa thérapie déjà entamée. Pour une durée de dix ans, il écope d'une interdiction de ses droits civils et politiques et ne peut plus exercer d'activités où il serait en contact avec des mineurs. Il doit aussi verser un montant provisionnel de 3.000 euros à la partie civile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Belgique : Pédophilie : 13 dossiers saisis à l'évêché de Gand Rédaction en ligne mardi 17 janvier 2012, 15:18 Treize dossiers d'ecclésiastiques, dont certains sont décédés, ont été emportés. Onze dossiers ont été saisis à Bruges. Les dossiers ont été rem   Ven 20 Jan - 7:15

Pédophilie : 13 dossiers saisis à l'évêché de Gand

Rédaction en ligne
mardi 17 janvier 2012, 15:18
Treize dossiers d'ecclésiastiques, dont certains sont décédés, ont été emportés. Onze dossiers ont été saisis à Bruges. Les dossiers ont été remis en toute transparence.On en parle avec Ricardo Gutiérrez dans le 11h02, ce mercredi


© Belga
Treize dossiers ont été saisis mardi à l'évêché de Gand, où ont été menées des perquisitions dans le cadre de l'Opération Calice, indique le porte-parole de l'évêché, Koen Vlaeminck. Les enquêteurs ont quitté l'évêché. Le juge d'instruction Wim De Troy et le procureur fédéral Johan Delmulle étaient notamment présents.

Les enquêteurs qui ont effectué une perquisition dans le cadre de l'Opération Calice mardi matin à l'évêché de Bruges ont emmené les dossiers personnels de 11 ecclésiastiques, a déclaré le porte-parole de l'évêché, Peter Rossel.

La perquisition était dirigée par le juge d'instruction Wim De Troy. Les enquêteurs sont arrivés vers 8h à l'évêché et en sont repartis environ deux heures plus tard. Selon le porte-parole de l'évêché, tout s'est passé dans le calme et de façon respectueuse. L'évêque Jozef De Kesel a pleinement collaboré à l'enquête.

Des perquisitions avaient déjà été menées aux évêchés d'Anvers et de Hasselt, ainsi qu'à l'archevêché de Malines, lundi. L'évêché de Bruges a lui aussi reçu la visite des enquêteurs mardi.

L'opération Calice se poursuit, à la recherche d'éléments fondamentaux dans le cadre de dossiers concernant des abus sexuels au sein de l'Eglise.

P.V. avec Belga

en France ? ... c'est toujours circulez...il n'y a rien à voir rendeer rendeer rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Tiens...tiens...chez les rabbins aussi ...comme c'est bizarre...vous avez dit bizarre ?   Ven 20 Jan - 7:16

Pédophilie : le rabbin Daniel Farhi fraîchement décoré de la légion d'honneur en garde à vue
Le rabbin Daniel Farhi, l'une des plus importantes figures juives de France, est depuis ce matin en garde à vue dans les locaux de la Brigade de protection des mineurs de Paris, selon RTL. Il n'a pas été interpellé mais a répondu à une convocation de la police. Il est interrogé à propos de viols et d'agressions sexuelles sur des jeunes filles, dont certaines avaient moins de 15 ans au moment des faits. Selon la radio, rien ne permet pour l'instant d'affirmer qu'il serait impliqué. Le rabbin, âgé de 70 ans, est le fondateur du Mouvement juif libéral de France. Il a reçu il y a quelques jours la Légion d'honneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie au sein de l’Eglise de Belgique: les perquisitions s’enchaînent   Mar 24 Jan - 16:13

Pédophilie au sein de l’Eglise de Belgique: les perquisitions s’enchaînent
Une trentaine de perquisitions dans différentes communautés religieuses catholiques ont été ordonnées par le parquet fédéral dans le cadre des enquêtes concernant les cas d'abus sexuels d'enfants par des prêtres.

24 Janvier 2012 08h15

Le parquet fédéral a ordonné lundi une trentaine de perquisitions dans des ordres, des congrégations et des communautés religieuses. La justice est à la recherche de preuves démontrant que certains leaders spirituels étaient au courant de cas d'abus sexuels d'enfants dans leur communauté. Les recherches n'ont pas donné de résultat, peut-on lire mardi dans le quotidien flamand Het Laatste Nieuws.
Les perquisitions ont principalement eu lieu dans les provinces de Flandres orientale et occidentale ainsi que dans le Brabant.

et en France ? si on perquisitionnait un peu pour voir ??? affraid Sleep Sleep drunken rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pédophilie d' Eglise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pédophilie d' Eglise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 28 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29, 30, 31  Suivant
 Sujets similaires
-
» Crise de pédophilie dans l'Eglise : un tournant
» La pédophilie dans l'Église...
» O.N.U VATICAN ET PÉDOPHILIE
» Egypte : l’Eglise copte condamnée parce qu’elle ne reconnaît pas le divorce
» l'eglise trouve ou l'argent ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les tabous de nos sociétés dites "avancées" :: Le tabou de la pédophilie-
Sauter vers: