Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Récifs coralliens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Récifs coralliens   Mer 25 Fév - 18:55

54 % des massifs coralliens menacés: le réchauffement climatique en cause

Yann Cohignac

“Depuis la seconde guerre mondiale, le monde a ainsi perdu 19 % de ses récifs coralliens et tout particulièrement dans les zones littorales très urbanisées.“

Le bilan 2008 des massifs coralliens est dressé. Intitulé « Status of Coral Reefs Of the World », l’ICRI (Initiative Internationale pour les récifs coralliens) et l’IFRECOR (l’Initiative française pour les récifs coralliens) viennent d’éditer les résultats rassemblant les avis de 373 chercheurs et gestionnaires de 96 nationalités.

54 % des massifs coralliens mondiaux sont menacés et parmi eux 15 % risquent de disparaître dans les 10 à 20 prochaines années. « Les récifs coralliens sont un enjeu majeur de l’action de conservation de la biodiversité. Ils représentent en effet 95 % de la biodiversité côtière nationale et constituent une richesse naturelle inégalée en Europe. Il est de notre devoir de les préserver (…). C’est pourquoi le Grenelle de l’Environnement s’est engagé à renforcer son soutien à l’IFRECOR ».

Plusieurs causes de disparition

Le réchauffement climatique en est une des principales causes.

L’augmentation des températures dans l’atmosphère, entraîne un réchauffement des océans. Réchauffement, qui provoque un changement des conditions de vie du corail que ce dernier ne supporte pas toujours.

Les intempéries violentes telles que les raz-de-marée, les cyclones ou encore les ouragans sont des facteurs qui endommagent fortement les massifs.

Enfin, l’activité humaine, exerce également des grosses pressions sur la survie des espèces. Les pollutions, et l’exploitation des fonds marins tels que la pêche, le dragage, les pratiques de remblaiement, et la surexploitation sont des facteurs d’autant plus aggravants. Depuis la seconde guerre mondiale, le monde a ainsi perdu 19 % de ses récifs coralliens et tout particulièrement dans les zones littorales très urbanisées.

Une mobilisation internationale pour protéger les récifs

Depuis la publication du dernier rapport en 2004, quelques progrès ont néanmoins été enregistrés.

Les récifs coralliens de la Nouvelles Calédonie, parmi les plus importants au monde, ont été classés Patrimoine Mondial de l’Humanité.

Dans le Pacifique, les Etats-Unis ont établi deux Aires Marines Protégées (AMP), consacrées aux récifs coralliens.

Dans le Sud-Est asiatique, le président indonésien, a lancé le projet « Triangle de Corail », coordonné et animé par le gouvernement indonésien avec des crédits de la Banque mondiale et plusieurs pays de la zone, en décembre 2007.

Lancée en 2008, «Reef Check» a rassemblé 20 700 signatures en faveur de la « Déclaration des Droits des Récifs Coralliens ».

Le fonds mondial pour l’environnement, enfin, a accordé 100 millions de dollars au fonds « Pacific Alliance for Sustainability », dont une partie sera alloué à la préservation des massifs coralliens.

Une mobilisation qui s’est d’autant plus accentuée durant l’année internationale des récifs coralliens précise Jean Louis

Borloo : « la mobilisation de la communauté internationale autour des récifs coralliens a été très forte. Les six mois de la présidence française de l’Union européenne ont été marqués par des avancées essentielles qui permettent de relever le défi du changement climatique».


http://www.developpementdurable.com/environnement/2009/02/A1018/54-des-massifs-coralliens-menaces-le-rechauffement-climatique-en-cause.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Mort du corail de Guadeloupe   Sam 5 Juin - 17:45

La température de l’eau est anormalement élevée en Guadeloupe et constitue une menace de mort pour les récifs coralliens.

Une mer à vingt-neuf degrés, cela peut faire rêver.

Seulement, même pour la Guadeloupe, ces températures sont anormalement élevées pour cette période de l’année. Et la faune marine est la première à en souffrir. Premiers menacés, les coraux sont particulièrement victimes de la chaleur.

Ces petits invertébrés qui vivent en colonie et forment les récifs coralliens sont particulièrement fragiles. Pollution, changement de températures, la sensibilité de ces coraux déjà menacés pourrait les conduire à leur perte.

Une mort annoncée

Les scientifiques s’inquiètent des conséquences sur leur organisme de l’été 2010, annoncé particulièrement chaud. Claude Bouchon, chercheur en biologie marine à l’UAG s’en est ouvert à Télé Guadeloupe. « Dans la Caraïbe, dès que la température de la mer dépasse les 29°C, les coraux et les poissons sont stressés. Si cette température élevée monte trop longtemps, pendant plusieurs mois, ils finissent par mourir », explique-t-il.

Un triste précédent confirme ses propos. En 2005, alors que la température marine avait atteint les 31°C, la moitié des fonds coralliens des Antilles sont morts. Pessimiste, Claude Bouchon rappelle certaines prévisions, qui annoncent la disparition totale des fonds coralliens de la Caraïbe à l’horizon 2040.

Baie-Mahaut menacée

Philipe Godoc, directeur de l’aquarium de Guadeloupe souligne les conséquences désastreuses d’une telle prophétie si elle se réalisait. « Le jour ou tout cet ensemble de squelettes de corail se tassera, les vagues passeront par-dessus. (…) La ville de Baie-Mahaut connaîtra des problèmes, car elle sera directement confrontée à la houle du nord », explique-t-il.

A ce jour, si l’avantage touristique de ces coraux est connu de tous, les conséquences sur l’économie et la physionomie de la Guadeloupe qu’entrainerait leur disparition n’est pas encore ancrée dans les esprits. Seule une véritable prise de conscience pourra permettre d’éviter cette catastrophe annoncée.


Pour en savoir plus sur la situation planétaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Diminution de moitié de la grande barrière de corail   Mer 3 Oct - 11:24

INFOGRAPHIE. - Tempêtes, étoiles de mer et réchauffement climatique sont responsables de la disparition de la moitié de la grande barrière de corail australienne en un quart de siècle.

La Grande Barrière de corail en Australie a perdu plus de la moitié de ses prairies coralliennes au cours des 27 dernières années sous l'effet des tempêtes, de la prédation d'étoiles de mer du genre Acanthaster et du blanchiment lié au réchauffement climatique, selon une étude de l'AIMS (Australian Institute of Marine Science) et de l'université de Wollongong (État de Nouvelle Galles du Sud) publiée dans les Comptes rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS).

Les cyclones tropicaux de forte intensité - 34 au total depuis 1985 - sont ainsi responsables de près de la moitié (48 %) de cette dégradation, suivis par l'étoile de mer également appelée «couronne d'épines», qui dévore les coraux. Enfin, deux épisodes graves de blanchiment en 1998 et 2002 liés au réchauffement des océans ont également eu «un impact néfaste important» sur les portions centrales et septentrionales du récif, note l'étude. Mais il ne représente que 10 % de la dégradation.

Perte d'habitat pour des milliers d'espèces marines
Selon les scientifiques, le récif pourrait continuer à se détériorer dans les mêmes proportions d'ici 2022 si rien n'est fait pour le protéger. Sachant que la destruction n'est pas partout identique. Les chercheurs qui ont observé quelque 150 récifs différents montrent que ceux qui se trouvent au Nord n'ont pas subi trop de dégâts alors que ceux du sud sont très abîmés. «Ils ont été dévastés au cours de la dernière décennie» en raison des tempêtes raconte Peter Doherty, l'un des chercheurs de l'AIMS. «Cette perte de la moitié de la couverture corallienne originelle est une source de grande préoccupation car elle est synonyme de disparition d'habitat pour des dizaines de milliers d'espèces marines», estiment les chercheurs.



Ils font toutefois preuve d'un certain optimisme en affirmant que le corail pourrait se reconstituer. «On ne peut pas empêcher les tempêtes mais on peut peut-être agir sur les étoiles de mer» commente John Gunn, le directeur de l'Institut. L'étude montre en effet qu'en absence du prédateur le corail se reconstitue suffisamment malgré les destructions liées aux tempêtes ou au blanchiment. «Cette reconstitution prend entre 10 et 20 ans. Or actuellement, les intervalles de temps entre les nuisances sont en général trop courts pour une reconstitution complète et c'est ce qui entraîne les pertes à long terme», ajoute-t-il.

Classée au patrimoine mondial de l'Unesco, la Grande barrière s'étend sur environ 345.000 km2 le long de la côte est australienne, et constitue le plus vaste ensemble corallien du monde avec 3.000 «systèmes» récifaux et des centaines d'îles tropicales.

Elle abrite 400 espèces de coraux, 1500 espèces de poissons, 4.000 espèces de mollusques et de nombreuses espèces en danger comme le dugong et la grande tortue verte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Récifs coralliens   

Revenir en haut Aller en bas
 
Récifs coralliens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La biodiversité des recifs coralien.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: L'état de notre planète :: Les effets du réchauffement climatique-
Sauter vers: