Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rejet de l'homosexualité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le numéro deux du Vatican voit «une relation entre homosexualité et pédophilie»   Mar 13 Avr - 15:18

Le numéro deux du Vatican voit «une relation entre homosexualité et pédophilie»

Nouveau dérapage au Vatican. Le numéro deux du de l'Eglise catholique, le cardinal secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone, a une nouvelle fois récusé lundi le lien entre les cas récents de pédophilie de la part du clergé et la question du célibat des prêtres, estimant que «le problème» est lié à l’homosexualité. «Nombre de psychologues, de psychiatres, ont démontré qu’il n’y a pas de relation entre célibat et pédophilie, mais beaucoup d’autres ont démontré, et m’ont dit récemment, qu’il y a une relation entre homosexualité et pédophilie, a affirmé Mgr Bertone. C’est la vérité, c’est le problème».

Le cardinal secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone a fait cette sortie alors qu'il annonçait, depuis Santiago du Chili, que le pape Benoît XVI préparait «d’autres initiatives» face aux scandales de pédophilie au sein de l’église, après la publication d’une série de directives. «Je ne peux pas anticiper, mais d’autres initiatives sont à l’étude. Cela ne manquera pas de surprendre», a déclaré le cardinal Bertone.

Le Vatican a d'ailleurs publié lundi pour la première fois sur son site les procédures à suivre par les diocèses en cas d’abus sexuels, dont les coupables doivent être «toujours» être dénoncés à la justice, dans le respect «de la loi ordinaire». Cette initiative sans précédent est perçue comme une façon de répondre aux accusations d’opacité de l’Eglise catholique.

«Malte 2010», «Chapelle Sixtine» et…. «abus sur mineurs, la réponse de l’Eglise»: le sujet apparaît dès la page d’accueil du site internet, sous une photo de Benoît XVI (http://www.vatican.va). Outre les documents de référence sur le sujet, comme la lettre du pape aux catholiques irlandais, publiée le 29 mars, y sont énumérées les procédures appliquées en cas d’abus, notamment le fait que ceux-ci doivent «toujours» êtres dénoncés à la justice ordinaire. La dénonciation des abus «aux autorités compétentes doit toujours respecter la loi ordinaire», indique le document d’une page et demie publié en anglais. En outre, «le diocèse local doit enquêter sur chaque allégation d’abus sexuel commis par un prêtre contre un mineur. Si l’allégation semble avérée, le cas est transmis» au Vatican.

Mais dans les cas les plus graves ou lorsque les preuves sont écrasantes, le prêtre peut être immédiatement défroqué, c’est-à-dire réduit à l’état laïc, par le pape, sans attendre l’issue d’un procès canonique. «Il n’y a pas d’appel contre un tel décret papal», précise le texte. Pendant l’enquête sur un prêtre, «l’évêque peut imposer des mesures de précaution» pour protéger sa communauté religieuse ainsi que les victimes, en particulier les enfants. Selon le Vatican, ces lignes directrices ne sont pas nouvelles. Elles sont la synthèse de documents existants: le droit canon en général, un «motu proprio» (décret) de 2001 -signé par Jean Paul II sur la base d’un texte préparé par son son futur successeur, le cardinal Joseph Ratzinger-, et un document de 2003. Mais le texte de 2003 n’avait jamais été rendu public tandis que le motu proprio n’avait été diffusé sur le site qu’en… latin et en portugais. De plus, le document indique que de nouvelles dispositions sont en cours de préparation. Selon l’agence italienne Ansa, elles pourraient concerner les délais de prescription.

L’Eglise, secouée par une série de scandales pédophiles, est accusée d’avoir gardé le silence sur des abus commis par des prêtres ou des religieux. Le pape Benoît XVI a été lui-même mis en cause.

Entre silences et couacs de communication -comme lorsque le prédicateur du Vatican a comparé les accusations contre le pape à de l’antisémitisme, avant de présenter ses excuses-, le Saint-Siège a été accusé de ne pas apporter la réponse adéquate. «Le Vatican ne se rend pas encore compte à quel point la crise médiatique est sérieuse», a dit récemment à l’AFP le vaticaniste du quotidien Il Giornale, Andrea Tornielli. «Il serait utile que les dirigeants du Saint-Siège parlent un peu plus avec les journalistes», a déclaré à La Stampa George Weigel, auteur d’une biographie de Jean Paul II.

Lundi, le directeur de l’Osservatore Romano, l’un des organes officiels du Vatican, a rétorqué que Benoît XVI était «un grand communicateur». «Il écrit à la main, mais il se tient très informé et est attentif à la communication», a déclaré Giovanni Maria Vian devant l’association de la presse étrangère à Rome. Pour lui, la publication sur internet des documents sur la pédophilie est une nouvelle preuve que l’Eglise a géré cette question «de manière exemplaire». Reste à savoir si cette offensive médiatique sera de nature à satisfaire l’opinion, et surtout les victimes qui réclament avant tout des «excuses» solennelles du pape et des sanctions contre les coupables et leur hiérarchie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le cardinal Bertone lie la pédophilie à l’homosexualité   Mer 14 Avr - 7:19

Le cardinal Bertone lie la pédophilie à l’homosexualité

Le Monde.fr a relayé brièvement hier soir les déclarations qu’a faites hier le Cardinal Bertone, Secrétaire d’Etat du Vatican, à la presse chilienne. Le cardinal Tarcisio Bertone visite le Chili du 6 au 14 avril 2010 à l’occasion de l’année du bicentenaire de la fondation de la République.

Prise de toutes parts à la gorge par les scandales pédophiles, la hiérarchie vaticanesque s’est mise à déployer toute une panoplie d’accusations haineuses à peine imaginables. Hier ce fut au tour du numéro deux du Vatican, le Cardinal Bertone de chanter une messe homophobe de la pire espèce en déclarant que les scandales de pédophilie qui secouent l’Eglise catholique sont liés à l’homosexualité, et non au célibat des prêtres. Bertone, en visite au Chili, a montré hier lors d’une conférence de presse le vrai visage de la haine catholique : « De nombreux psychologues et psychiatres ont démontré qu’il n’y avait aucun lien entre le célibat et la pédophilie et beaucoup d’autres, m’a-t-on dit récemment, qu’il y avait une relation entre l’homosexualité et la pédophilie »(...) « Cette pathologie touche toutes les catégories de gens, et les prêtres à un moindre degré si l’on regarde les pourcentages ». Il a encore annoncé qu’il croyait savoir que le pape nous surprendrait bientôt encore en prenant initiatives audacieuses sur les affaires de pédophilie dans l’Eglise. On peut imaginer que la communauté scientifique, celle-là même qui a fait ôter l’homosexualité de la liste des maladies de l’OMS, est avide d’interroger Bertone sur ses sources : qui donc sont ces nombreux psychiatres et psychologues qui font le lien entre homosexualité et pédophilie ? La dernière solution trouvée par la hiérarchie du Vatican pour tenter de se sortir des crimes commis par des hommes d’église est de tenter de jeter l’opprobre sur d’autres. Bertone attaque les homosexuels comme d’autres évêques attaquent les Juifs. Tout bouc émissaire est bon à prendre.

Ainsi, le 9 avril dernier, le site catholique ultra Pontifex a-t-il relayé les déclarations de l’évêque émérite de Grosseto, Monsignor Giacomo Babini. Selon ce prélat, interrogé sur les scandales pédophiles qui secouent l’église, il est temps d’arrêter de demander pardon. Selon lui, les pédophiles sont plus nombreux dans d’autres confessions que dans l’église catholique. Et d’après Pontifex, Babini aurait ajouté qu’un complot est actuellement organisé par les ennemis habituels de l’église catholique, les Juifs et les francs-maçons, pour la déstabiliser. Il s’agirait cette fois d’une attaque sioniste... Les Juifs sont les ennemis naturels de l’église, ils sont déicides... Plus loin dans l’interview, Babini s’attaque au lobby gay qui tire à boulets rouges contre le Vatican dès qu’il le peut. Puis de sortir le couplet habituel sur les gays qui vivent leur homosexualité au grand jour : pire que les animaux qui eux au moins respectent l’ordre naturel. L’ostentation gay est « un vice obscène, quelque chose qui dénote un manque d’équilibre et une violation de la nature. » Pas de sacrements pour ces gays-là : ni communion ni enterrement religieux. On peut lire la traduction de l’interview en cliquant ici.

Bien sûr d’aucuns argumenteront que Babini est un évêque intégriste à la retraite, et que ces propos ne représentent que lui-même. Mais on ne peut en dire autant du Cardinal Bertone, qui est le numéro deux du Vatican. Le Vatican ne sait plus faire face aux très nombreux scandales pédophiles et fait feu de tout bois. Hier le Vatican a annoncé sur son site que tout prêtre pédophile serait systématiquement dénoncé à la police. Et parallèlement, on voit que le Saint-Siège orchestre une campagne de désinformation en prétendant (sans base scientifique s’entend) que les statistiques montrent qu’il n’y a pas plus de pédophilie dans l’église que dans les familles et en désignant des boucs émissaires : tout y passe, les Juifs, les Francs-maçons et le lobby gay. Et la dernière ligne vient d’être franchie par Bertone : le vrai problème à la source de la pédophilie endémique dans l’église catholique, ce n’est pas le célibat des prêtres mais l’homosexualité.

L’église catholique n’en finit pas de dévoiler son vrai visage : celui de la haine et de la volonté de puissance. Et elle est entrée en guerre ouverte contre l’homosexualité.

Des personnalités de premier plan comme le scientifique britannique Richard Dawkins et l’auteur anglo-américain Christopher Hitchens viennent de lancer un appel à l’arrestation du pape Benoît XVI pour crimes contre l’humanité, comme le relate le Times on line du 11 avril. Le pape pourrait tomber sous le coup de la loi anglaise lorsqu’il se rendra en visite pastorale au Royaume-Uni, et être arrêté comme l’a été en son temps le Général Pinochet. Les deux hommes ont demandé à des avocats spécialisés dans les droits de la personne d’examiner quels outils juridiques pourraient être utilisés contre Benoît XVI. Si au moment de son annonce, l’idée m’en paraissait quelque peu extravagante, la déclaration fracassante du numéro deux du Vatican m’incite à mieux comprendre cette initiative qui vise à dénoncer le traitement scandaleux du problème des nombreux cas de pédophilie par le Saint-Siège. Voir aussi l’article qu’y consacre sur Radio-Canada.

Face aux propos insultants, discriminatoires et ouvertement homophobes du Cardinal Bertone, et sachant qu’il représente officiellement le Vatican, il convient en effet de déployer tout l’arsenal juridique disponible. On ne peut continuer à ignorer de telles incitations à la haine.

source : Gay Kosmopol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'Eglise argentine monte au créneau contre un projet de mariage gay   Jeu 22 Avr - 5:59

L'Eglise argentine monte au créneau contre un projet de mariage gay

L'Eglise argentine est montée au créneau mercredi contre un projet de loi visant à légaliser le mariage homosexuel dans ce pays très majoritairement catholique, jugeant qu'il était contraire "aux principes de la loi naturelle".

Le parlement doit étudier, probablement la semaine prochaine, une proposition de réforme du code civil qui ferait de l'Argentine le premier pays latino-américain à autoriser les mariages entre deux personnes du même sexe, imitant ainsi la ville de Mexico qui a joué les pionnières en décembre.

Il devrait être appuyé par une majorité de députés, selon des sources parlementaires.

Si la réforme était adoptée, "l'Etat agirait de manière erronée et entrerait en contradiction avec ses propres devoirs, en modifiant les principes de la loi naturelle et de l'ordre public de la société argentine", estime l'Assemblée des évêques de l'Eglise catholique argentine dans un communiqué.

"L'union de personnes du même sexe est dépourvue des éléments biologiques et anthropologiques du mariage et de la famille", ajoute-t-elle.

Sans attendre l'éventuelle réforme du code civil, Alex Freyre et José Maria Di Bello ont été les premiers homosexuels à se marier en Amérique latine le 28 décembre en Terre de feu (sud), avant d'être imités par trois autres couples gays ou lesbiens.

Une bataille juridique s'en est suivie. Des juges ont tenté d'annuler ces actes au motif que l'article 172 du Code civil ne prévoit pas le mariage entre personnes du même sexe, mais dans au moins un cas cette décision a été cassée par un autre magistrat.

"Ils sont en train d'être écrasés par l'Histoire", a dit à l'AFP Alex Freyre en référence aux évêques qui s'en prennent au mariage homosexuel. Leurs sermons "trouvent de moins en moins d'écho chez les gens", a-t-il ajouté.

Di Bello, âgé de 41 ans, a lancé une campagne pour convaincre un maximum de gens de renoncer à leur baptême (apostasie) pour protester contre l'attitude de l'Eglise vis-à-vis de la communauté homosexuelle, contre les cas de pédophilie et la position de l'Eglise sur l'avortement, a souligné Freyre.

"En Argentine, l'Eglise est subventionnée par l'Etat", a dit Freyre. "Le montant de la subvention est en rapport avec le nombre des baptisés. Tous ceux qui sont contre ces attitudes de l'Eglise devraient donc renoncer à leur baptême et dire: +Pas en mon nom+".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pas de bisous devant mon église   Ven 14 Mai - 15:16

Pas de bisous devant mon église

SOCIÉTÉ - Ils disent que c'est "la provocation de trop". Ils veulent que cesse "ce harcèlement permanent". Et exigent qu'on les "respecte". Ils dénoncent ces "lobbies" qui s'en prennent à leurs enfants dans les écoles et entendre réduire leur liberté d'expression. Ils se présentent comme de simples "catholiques lyonnais". N'ont bien sûr pas de noms, ni de visages (et n'ont pas donné suite à nos demandes d'interview) mais ils s'activent sur le net et bombardent depuis quelques jours la préfecture et la mairie de Lyon de lettres exigeant l'interdiction d'un "kiss-in" organisé samedi soir devant la cathédrale Saint-Jean de Lyon. Un "kiss-in", c'est un moment où des couples s'embrassent publiquement durant quelques minutes. Puis se séparent. Minuscule précision, au kiss-in de Saint-Jean, les amoureux seront homosexuel(le)s…

L'opération est organisée dans le cadre de la journée de lutte contre l'homophobie. Le collectif "Pas de ça chez nous" '(sic) voit là une provocation "anti-chrétienne". Dans un élan d'oecuménisme, et un certain sens du partage, ils se demandent pourquoi les organisateurs n'iraient pas s'embrasser devant la Grande Mosquée plutôt que devant "leur" cathédrale.

La préfecture a demandé Lesbian and Gay Pride de Lyon (LGP, organisateurs du kiss-in) de déplacer leur kiss-in pour cause de risque de trouble à l'ordre public. Le préfet explique qu'une procession religieuse a lieu au départ de la cathédrale pile à la même heure et qu'il vaudrait mieux donc déplacer tout ça à un autre endroit. Réponse de David Souvestre, président de la LGP à Lyon : ok pour changer d'heure (histoire que les deux manifestations ne se télescopent pas) mais pas question de changer de lieu. "Pourquoi tant de haine ? ce ne sont que des gens qui s'embrassent ! Nous ne céderons pas".

L'appel des "pas de ça chez nous" a depuis été relayé par plusieurs groupuscules d'extrême-droite, dont certains, appellent leurs militants à venir en découdre physiquement avec les participants au kiss-in, dans des termes d'une extrême et rare violence. Ils voient dans une kiss-in, une attaque "christophobe".

Cette année, la journée contre l'homophobie entend justement dénoncer la position de l'Eglise catholique et les déclarations du Pape sur l'homosexualité. En février, un kiss-in prévu à Paris devant Notre-dame avait du être déplacé à Saint-Michel. Ce qui n'avait pas empêché des militants d'extrême-droite de s'en prendre, déjà, aux participants.

Alice Géraud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: KISS-IN PRIMATIALE ST JEAN (LYON) : Les cathos intégristes se mobilisent pour contrer la manifestation   Sam 15 Mai - 4:14

KISS-IN PRIMATIALE ST JEAN (LYON) : Les cathos intégristes se mobilisent pour contrer la manifestation
Par Romano Libero

On se souvient de la violence homophobe d’extrémistes catholiques lors du kiss-inn qui s’est tenu il y a quelques semaines à Paris. Il s’agit d’une manifestation pacifique et non violente, contre l’homophobie et pour la reconnaissance du droit des homosexuels au respect, au travers d’un baiser entre personnes du même sexe.

De lourdes menaces sont en l’air. De semblables incidents sont annoncées. Des extrémistes catholiques se mobilisent pour faire barrage au kiss-in prévu devant la primatiale Saint Jean. Par prudence d’ailleurs, le kiss-in parisien se déplace au Trocadéro.

Le 14 février, un kiss-in était prévu devant Notre-Dame, et que même s’il a été déplacé place Saint-Michel, des homos qui tentaient de s’embrasser malgré tout devant la cathédrale ont été violemment pris à partie par des militants d’extrême-droite et des intégristes catholiques.

Cette fois, c’est à Lyon que des catholiques intégristes et homophobes se mobilisent, car un kiss-in est prévu ce samedi devant la primatiale Saint-Jean . Ils se sont même organisés sur internet : un site internet intitulé « Pas de ça devant Saint-Jean » a même été lancé pour l’occasion ; il propose des mails automatiques au préfet et au maire de Lyon afin qu’ils s’opposent au rassemblement.

De son côté, l’association Lesbian & Gay Pride Lyon demande au cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, « de prendre toutes ses responsabilités et de rappeler à l’ordre ses brebis qui se seraient égarées ».

Comment ne pas rappeler en effet que cette manifestation, qu’on l’apprécie ou non, se tiendra sur l’espace public, et non pas dans lieu religieux (par exemple dans la primatiale). Or la place public est un lieu pour tous. En soi le kiss-inn n’est en rien une provocation anti-religieuse, mais la simple manifestation de l’amour que peuvent se porter deux personnes de même sexe, amour qui est reconnu et garanti par la loi, mais n’est pas forcément accepté par tous. Suivez mon regard...

On peut légitimement être inquiet quant au déroulement du kiss-inn de Lyon à la lecture du témoignage de Benjamin, un étudiant, l’une des victimes des violences qui ont eu lieu à Paris cité par le mensuel Têtu : « L’on peut dire qu’ils étaient approximativement 250 individus, répartis sur l’intégralité du parvis et se sont rejoints d’un seul mouvement lors de l’attaque physique des cinq individus. La foule était parsemée de saluts nazis et nous étions affublés de « sacs à sida », « sales juifs », « pédés dehors », « sodomites extrémistes », « pédés », « open ass », « enculés », « lécheurs de merde », etc. Quant aux filles ayant été agressées, elles ont été jetées à terre avant d’être tabassées à coups de pied (avec les mêmes rangers), jusqu’à la réaction des forces de l’ordre. La violence fut inouïe, tant physique que psychologique, du reste une des filles victime des violences est aujourd’hui encore sous traitement anxiolytique (...) Inutile de préciser que l’immense majorité des FAF (« France aux Français », militants d’extrême-droite) présents avaient le crâne rasé à blanc, portaient des chaussures de type paramilitaire et présentaient des vêtements rappelant ceux de certaines milices. En outre, se présentaient des individus de catégorie sociale apparemment plus aisée du type « Versaillais » qui, drapés dans leurs fourrures, n’avaient rien à envier à la violence verbale de ceux ayant recouru également à la violence physique ». Vraiment des attitudes hautement évangéliques !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Barbarinades   Dim 16 Mai - 6:00

LA SAGA DU KISS-IN A LYON : Organisation, contestation, annulation et report

Le rassemblement de ce samedi a été interdit par la Préfecture La Préfecture de Lyon a décidé d’interdire le kiss-in prévu ce samedi 15 mai sur la Place St-Jean à Lyon. Rappelons qu’en France le Préfet est le représentant de l’Etat dans le Département et que, parmi ses missions, il a notamment en charge la sécurité des personnes et des biens ainsi que le respect de la légalité et de l’état de droit. Il doit pourtant aussi s’occuper de l’intégration sociale et de la lutte contre les exclusions.

La Préfecture n’autorise plus le rassemblement. Elle argue d’un délai insuffisant (inférieur à trois jours francs) : « Leur demande d’autorisation ne nous est parvenue que jeudi après-midi, alors que la loi oblige à déclarer une manifestation de ce type au moins trois jours francs avant son déroulement », a indiqué la Préfecture en avertissant que « leur responsabilité civile et pénale serait engagée en cas de dommages ».

Une argumentation étonnante car jusqu’à hier soir , la Préfecture n’avait pas réagi. On peut dès lors s’interroger sur les motivations réelles du Préfet du Rhône qui avait déjà voulu déplacer le kiss-in en raison d’une procession catholique partant de la Place St-Jean...Les organisateurs du kiss-in avaient alors pourtant accepté de déplacer leur manifestation d’une heure pour permettre le bon déroulement de la procession. Selon la LGP, ce seraient les menaces des « extrémistes » et des « intégristes », qui seraient à l’origine de la décision du Préfet. Aussi la Lesbian and Gay Pride de Lyon (LGP Lyon) invite-t-elle dans un nouveau communiqué de presse« toutes les personnes à ne pas se rendre sur la Place Saint Jean ce samedi 15 mai à 20h30 pour leur propre sécurité ». (Cliquer ici) Pour situer le cadre de cette affaire, rappelons ce qu’on pouvait lire dans le communiqué de presse précédent (14 mai 2010)de la Lesbian and Gay Pride de Lyon, un communiqué signé par David Souvestre

Communiqué de Presse Lesbian and Gay Pride de Lyon - 14/5/2010

Les violentes réactions de plusieurs mouvements intégristes catholiques proches de l’extrême droite ont incité les organisateurs du « Kiss-in » à demander à la Lesbian and Gay Pride de Lyon de prendre le relais pour l’organisation de ce rassemblement pacifiste et bon enfant, ce samedi 15 mai, place Saint Jean à 20h30.

Face aux propos haineux et à la violence qui se déchaine sur la toile, ce rassemblement prendra une toute autre tournure. A la veille de la Journée Mondiale Contre l’Homophobie et la Transphobie dont le thème est « Religions, Homophobie et Transphobie » la Lesbian and Gay Pride de Lyon entend dénoncer :

* les récentes déclarations du Pape Benoit XVI au Portugal qui considère que l’avortement et le mariage homosexuel étaient deux des « menaces les plus insidieuses et dangereuses » qui pèsent sur le monde ; * le silence du Vatican et de Monseigneur BARBARIN face aux amalgames honteux entre homosexualité et pédophilie du cardinal Tarcisio Bertone, numéro deux du Vatican ; * l’attitude du Vatican qui s’oppose à la déclaration en faveur de la dépénalisation universelle de l’homosexualité devant l’ONU ; * l’absence de condamnation par le Vatican des violences commises contre les personnes homosexuelles et transsexuelles au nom de la religion catholique.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon exige également de Monseigneur BARBARIN qu’il condamne l’appel à violence et à la haine des extrémistes catholiques contre ce rassemblement pacifique. Il est inquiétant de voir qu’au nom de la religion catholique certaines personnes n’hésitent pas à prévoir de tabasser deux personnes pour le simple fait qu’elles s’embrassent. Le cardinal BARBARIN doit le dénoncer avec force. Il lui appartient également de rappeler ses ouailles au calme.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon ne cédera pas à l’intimidation et à la pression de ces mouvements intégristes catholiques. Aussi la Lesbian and Gay Pride de Lyon interpelle à nouveau le Préfet du Rhône.

Dans une lettre, ce dernier nous informe de la tenue d’une procession partant de Saint-Jean à 19h30 pour justifier un déplacement du « kiss-in ». Vu le déchainement de haine sur les différents sites internet et forum de discussion, la Lesbian and Gay Pride de Lyon accepte de reporter d’une heure le kiss in. Mais elle refuse de l’annuler ou de le déplacer. Entre les homosexuels qui veulent s’aimer librement et les mouvements d’extrême-droite qui les insultent et les menacent, la Préfecture doit choisir qui « menace l’ordre public ».

Aussi, nous appelons les élus-e-s, les associations de défense des droits humains, les partis politiques et les syndicats à se joindre à nous pour un

« Kiss In » Samedi 15 mai à 20h30 Place Saint-Jean - Lyon 5e

Il appartient désormais à la Préfecture du Rhône d’assurer pleinement son rôle en protégeant les manifestants contre les débordements de la part des extrémistes catholiques et faire respecter l’ordre public en mettant en place le dispositif de sécurité adéquat.

Même lieu, même heure ! Un nouveau rassemblement mardi 18 mai A présent que le rassemblement a été interdit par la Préfecture, la Lesbian and Gay Pride de Lyon dénonce le manque de fermeté et de courage du Préfet du Rhône face « aux propos haineux et à la violence homophobe qui se sont déchainés sur la toile depuis plusieurs jours contre ce rassemblement ». La Lesbian and Gay Pride de Lyon ne se laissera pas intimider et résistera. Elle vient donc de déposer une nouvelle déclaration de manifestation pour un Kiss-in contre l’Homophobie et la Transphobie, qui respectera cette fois les prescrits légaux.

le Mardi 18 mai – 19h30 - Place Saint-Jean toujours. « Il est inacceptable que des intégristes religieux tentent par tous les moyens, y compris les menaces et l’intimidation, de faire annuler un évènement pacifique et somme toute anodin, tel que ce kiss-in. La Place Saint Jean ne sera pas la propriété des intégristes catholiques ». Pour la Lesbian and Gay Pride de Lyon il est hors de question d’accepter sa privatisation, « nous allons donc nous la réapproprier ». La Place Saint Jean restera un espace public. « Si la Préfecture venait de nouveau à interdire ce kiss-in, devrons-nous comprendre qu’elle va également interdire le passage de la Marche des Fiertés place Saint-Nizier en juin prochain ? » s’interroge l’organisation...

La Lesbian and Gay Pride de Lyon interpelle à nouveau le Préfet du Rhône. Désormais « il n’aura plus aucune raison de s’opposer à cette manifestation en se cachant derrière une question de procédure ». Nous appelons les démocrates, les élus-e-s, les associations de défense des droits humains, les partis politiques et les syndicats à interpeller le Préfet et à se joindre à nous pour manifester contre l’intégrisme catholique" conclut le communiqué de la LGPL. La balle est à présent dans le camp du Préfet. Les extrémistes catholiques se réjouissent et appellent au combat. Le chapelet contre le drapeau arc-en-ciel.

Le collectif Act’Hope*, un « rassemblement de jeunes catholiques aspirant à défendre le Pape et l’Eglise toujours et partout » avait dénoncé par la voix de son président, Aymeric Château, le « kiss-in » prévu le samedi 15 mai 2010 sur le parvis de la primatiale Saint Jean, à Lyon. Il considérait que le rassemblement gay et lesbien constituait une véritable provocation, alors que l’Eglise est aujourd’hui la cible de multiples attaques. Pour Aymeric Château, « le choix de ce lieu n’est pas anodin. Les associations organisatrices de ce kiss-in visent délibérément l’Eglise catholique en choisissant de se réunir sur le parvis de la cathédrale Saint Jean ». Il avançait encore qu’il incombe aux autorités de protéger les lieux de cultes, et les personnes qui les fréquentent, des agressions haineuses comme des provocations. En conséquence de quoi Act’Hope demandait expressément aux autorités compétentes d’interdire la tenue de ce rassemblement à cet endroit symbolique.

Aujourd’hui ces catholiques se réjouissent de l’interdiction du kiss-in de ce samedi 15 mai par la Préfecture et en appellent à la contre-manifestation ce mardi. Voici ce qu’on peut lire sur le site E-deo : Le rassemblement de mardi va permettre de montrer aux Lyonnais le vrai visage de ces extrémistes : obscènes, haineux à l’égard de tout ce qui leur rappelle le christianisme. Il n’y a plus qu’à souhaiter la présence de nombreux médias mardi soir 19h30 devant le Parvis de la cathédrale Saint-Jean ainsi que de jeunes catholiques militant(e)s le chapelet à la main. Oremus !

A noter que le député européen Bruno Gollnish, un des leaders du Front National, avait lui aussi publié un communiqué de presse dénonçant le kiss-in de Lyon : INDECENCE & PROVOCATION

Des activistes homosexuels ont prévu d’organiser un « kiss-in » c’’est-à-dire une manifestation exhibitionniste et agressive, samedi 15 mai à 19h30 sur le parvis de la cathédrale Saint-Jean à Lyon, soi-disant pour « interpeller » l’église catholique.

Il y a longtemps cependant que l’Eglise catholique distingue les actes qu’elle réprouve des personnes qui s’’y livrent.

Sous prétexte de lutter contre l’homophobie, ces extrémistes prétendraient-ils interdire à quiconque d’’exprimer une préférence pour les relations entre homme et femme, qui, seules, peuvent transmettre la vie ? Ils y sont encouragés par l’’inepte législation spéciale que le calamiteux ministre de la justice que fut Dominique Perben a fait voter par démagogie, et qui permit la scandaleuse condamnation par la Cour de Douai d’’un député de son propre camp, déclaré « coupable » d’’avoir exprimé sa préférence pour la famille naturelle, avant d’être totalement innocenté par la Cour de Cassation ! On voit bien que, dans ce domaine comme dans d’’autres, sous le faux prétexte de tolérance, ces lois liberticides instaurent en fait une intolérance absolue. Je note d’ailleurs que les organisateurs, « courageux mais pas téméraires » prétendent lutter contre « l’homophobie », devant la cathédrale, et non devant la mosquée. C’’est pourtant en application de la charia, et non du droit canonique, que des homosexuels sont exécutés chaque année…

Je me joins à tous ceux, catholiques ou non, qui protestent contre cette nouvelle provocation indécente et anti-chrétienne . Je demande instamment aux autorités de police de prendre les mesures nécessaires pour que ne se renouvelle pas l’’odieuse agression dont fut l’’objet en juin 2005, Mgr. Jacquin, recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, de la part de l’’organisation Act Up, subventionnée par les pouvoirs publics !

On le voit, des logiques et des rhétoriques différentes s’affrontent, et d’inquiétants mécanismes de propagande sont à l’oeuvre. L’exercice de droits démocratiques aussi fondamentaux que la liberté d’expression et le droit à la manifestation sont qualifiés d’agression exhibitionniste et de provocation indécente. La loi française est dénoncée comme liberticide ou inepte, les jugements des tribunaux français sont scandaleux. Tandis que d’aucuns se réclament d’un supposé droit du sol pour s’opposer au droit des gens : la proximité d’une église devrait suffire à interdire une manifestation, certains catholiques essayent ainsi de privatiser l’espace public. L’on ne peut que s’en inquiéter, surtout si on tient présent à l’esprit à quels extrémismes peut conduire la défense fanatique de lieux dits saints. Sources :

* Le site de la LGP-Lyon * Le communiqué de Bruno Gollinsch est sur Medialibre * Voir aussi ce qu’ écrivaient hier YAGG et Golias

On peut aller lire la rhétorique des opposants catholiques au kiss-in notamment sur E-deo ou Riposte catholique.

*Jeu de mots : ce collectif a détourné le nom du collectif Act-Up

Gay Kosmopol lien url : http://luclebelge.skynetblogs.be/po...
2 commentaires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Bisous contre fachos devant la cathédrale St Jean de Lyon   Mer 19 Mai - 9:38

Bisous contre fachos devant la cathédrale St Jean de Lyon

Unknown

Photos : Sébastien Erome/Signatures

SOCIÉTÉ - "La sodomie, ça ouvre l'esprit", plaisantent les uns. "Pas de défilés pour les enfilés", répliquent les autres. Mais ils ne rient pas. Certains lèvent un bras nazi. Mardi soir devant la cathédrale Saint-Jean-de-Lyon, durant près de deux heures, deux groupes face à face. Sur le parvis de la cathédrale, des catholiques intégristes protestant contre le rassemblement d'en face, des militants gays et lesbiens. Ce second groupe avait initialement prévu samedi soir sur cette place un kiss-in (durant 2 minutes 30, des couples s'embrassent en public, puis se séparent), pour la journée contre l'homophobie. Sous la pression des premiers, la préfecture avait interdit aux seconds l'opération bisous. Mardi soir, les deux camps se retrouvaient tout de même face à face sur la place Saint-Jean, séparés par un cordon de CRS. Les militants de Lesbian and Gay Pride ont été rejoints par des associations anti-raciste et de défense des droits de l'Homme. Les catholiques intégristes par des militants d'extrême-droite. Au bout de deux heures, les CRS ont fait se disperser les troupes au gaz lacrymogène. L'un des manifestants intégriste a été arrêté. Crucifix en mains.

A.Gd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: LES HOMOS NE DOIVENT PAS SERVIR LA MESSE : Au Canada et bientôt ailleurs ?   Mer 23 Juin - 5:00

LES HOMOS NE DOIVENT PAS SERVIR LA MESSE : Au Canada et bientôt ailleurs ?
Par Romano Libero

Il ne s’agit certainement d’une simple querelle de lutrin. D’une affaire à la Clochemerle. Mais d’une polémique chargée chargée d’enjeux importants. A commencer par le respect des personnes homosexuelles.

Depuis un an, un conflit fait rage à la paroisse Saint-Michel de Cobourg (Canada) entre l’évêque catholique de Peterborough et l’homme gay en question, Jim Corcoran. Aujourd’hui un accord amiable a été trouvé entre les deux parties.

Jim Corcoran servait la messe depuis décembre 2008, à la demande du curé Allan Hood. Mais quatre mois plus tard, suite à des pressions effectuées par un groupe de 12 personnes de la communauté, le père Hood a convoqué M. Corcoran pour lui signifier que l’évêque, Mgr Nicola Di Angelis, ne voulait plus qu’il serve la messe. Aux yeux de certains membres de la communauté, l’orientation sexuelle de Jim n’était guère compatible avec le service à l’autel d’une église catholique. Jim Corcoran a alors saisi le Tribunal ontarien des Droits de la personne de cette question, jugeant qu’il avait été injustement traité.

Le tribunal tenta une médiation au tribunal le 11 mai dernier, qui échoua. Mgr Di Angelis et Jim Corcoran sont parvenus à une entente à l’amiable au cours d’une rencontre au bureau de l’évêque. L’évêque de Peterborough s’est engagé à prononcer une homélie parlant de la tolérance à l’église Saint-Michel. Et il a tenu sa promesse en abordant les thèmes du respect et de la tolérance au cours d’une homélie spéciale.

Ceci dit, il s’agit en partie d’un marché de dupes. À cette occasion, Jim Corcoran était invité à apporter les offrandes à l’évêque au cours de la messe. En revanche, il ne réintègre pas son service à l’autel. Les homos ne sont pas (ou plus !) désirés dans cette fonction. Des fois qu’ils auraient l’idée de devenir prêtres...

Une affaire à suivre de près. En effet, d’après nos informations, il pourrait s’agir d’un précédent appelé à faire école dans d’autres contrées, en Europe notamment.
- Dans la rubrique: /L’info du jour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: ARGENTINE : La croisade du cardinal Bergoglio contre le mariage gay   Mar 13 Juil - 8:48

ARGENTINE : La croisade du cardinal Bergoglio contre le mariage gay
Par Romano Libero

Le cardinal Jorge Bergoglio, archevêque de Buenos Aires, un jésuite de 74 ans, papabile crédible en 2005 (en alternative par rapport à Joseph Ratzinger) est depuis des mois, sinon des années, sur la sellette en raison de son attitude lors des dictatures militaires dans son pays l’Argentine. Il aurait même, selon certaines accusations, dénoncé deux de ses confrères jésuites !

Alors que l’Argentine se prépare à voter le 14 juillet prochain pour ou contre la légalisation du mariage homosexuels, Bergoglio est parti en croisade : "Ne soyons pas naïfs : il ne s’agit pas d’un simple combat politique. C’est le projet de détruire le plan de Dieu (...) Une movida du père du mensonge qui entend embrouiller et tromper les enfants de Dieu". Pas moins !

Catholique à 91%, l’Argentine peut devenir le premier d’Amérique latine à passer une loi autorisant le mariage entre personnes d’un même sexe si le Sénat adopte le texte qui doit lui être soumis le 14 juillet. Le projet de loi a franchi le premier obstacle à la chambre basse, où il a été approuvé le 5 mai par 126 voix pour, 109 contre et cinq abstentions. Au Sénat, la bataille s’annonce beaucoup plus serrée. D’où cette pression psychologique et morale, odieuse et même inadmissible, de Bergoglio.

L’institution catholique, qui demeure très influente dans le pays, organise une grande mobilisation face au Congrès pour le 13 juillet, veille du débat au Sénat. Elle fait parallèlement campagne pour un référendum.

Les stars du rock Fito Paez et Vicentico, parmi d’autres, se sont produits lundi soir devant des milliers de personnes face au Congrès pour soutenir le projet de loi.

Le même jour, une manifestation importante avait lieu à Mendoza, à l’appel d’organisations religieuses, « en défense de la famille ».

Deux Argentins, Alex Freyre et José Maria Di Bello, ont été les premiers homosexuels à se marier en Amérique latine le 28 décembre en Terre de feu (sud), avant d’être imités par six autres couples gays ou lesbiens. Une polémique juridique a éclaté quant à la valeur de cet acte.

Le Vatican sait bien qu’en cas de victoire du projet, le mariage gay se répendra très vite dans l’ensemble des pays d’Amérique latine (sauf peut-être la Colombie, pour le moment !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Suisse: un prêtre interdit de cérémonie pour les gays et lesbiennes   Ven 16 Juil - 17:22

Suisse: un prêtre interdit de cérémonie pour les gays et lesbiennes

L'Eglise catholique suisse a interdit à l'un de ses prêtres de continuer de participer à une cérémonie oecuménique organisée chaque année lors de la Gay Pride de Zurich, s'attirant les foudres des organisations homosexuelles, a appris l'AFP vendredi auprès de l'évêché.

L'évêché de Coire, dont dépend le canton de Zurich, a refusé que l'un ses prêtres participe à l'avenir à la cérémonie oecuménique des gays, lesbiennes et transsexuels qui a lieu chaque année en juin à Zurich, a précisé à l'AFP le vicaire épiscopal Marian Eleganti.

L'église catholique "a eu l'impression que (cette cérémonie) véhicule un message ambivalent" et craint qu'elle ne soit "instrumentalisée à des fins de propagande" dans le cadre du défilé des gays et lesbiennes, a ajouté le prélat.

La décision de l'évêché de Coire a surpris la communauté homosexuelle, puisque le prêtre participait depuis plusieurs années à cet événement et que l'église catholique zurichoise co-finançait la cérémonie oecuménique.

Dans un communiqué, le Groupe de travail des homosexuels de Zurich s'est déclaré "irrité par la décision soudaine de l'évêché de Coire et demande au conseil épiscopal qu'il retire immédiatement sa décision".

Pour l'association, la décision de l'église catholique est un choix "moyen-âgeux" qui "marginalise une grande partie de la population".

L'évêché de Coire mène actuellement "des discussions", a réagi Marian Eleganti, ajoutant qu'aucune décision n'a été pour l'heure prise concernant la demande de l'association d'annuler cette interdiction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Ferme riposte du diocèse de Rome à un article sur la vie de prêtres gays   Ven 23 Juil - 14:58

Ferme riposte du diocèse de Rome à un article sur la vie de prêtres gays

Le diocèse de Rome a exprimé vendredi "sa douleur et son trouble" après les informations publiées par un hebdomadaire sur la vie sexuelle de prêtres homosexuels dans la capitale italienne, se disant déterminé à poursuivre "avec rigueur tout comportement indigne de la vie sacerdotale".

"Qui connaît l'Eglise de Rome ne se reconnaît pas le moins du monde dans le comportement de ceux qui ont une +double vie+, qui n'ont pas compris ce qu'est le +sacerdoce catholique+ et ne devaient pas devenir prêtres", affirme le diocèse dans un communiqué.

"Personne ne les contraint à rester prêtres et à en exploiter seulement les bénéfices. La cohérence voudrait qu'ils se dévoilent. Nous ne leur voulons pas de mal, mais nous ne pouvons pas accepter qu'à cause de leur comportement l'honorabilité de tous les autres soit couverte de boue", estime-t-il.

L'article de Panorama, paru vendredi et intitulé "Les belles nuits des prêtres gays", propose "un voyage (avec une caméra cachée) chez les prêtres qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes, dans les bars romains, dans le quartier gay ou chez eux".

L'hebdomadaire, propriété du groupe Mondadori contrôlé par le chef du gouvernement Silvio Berlusconi, publie la photo des mains croisées d'un prêtre avec un chapelet et les ongles vernis de rose, accompagnée d'une accroche sensationnaliste : "Un journaliste de Panorama a vécu au milieu des homosexuels de Rome, et pendant presque un mois a assisté aux vices et perversions de prêtres insoupçonnables ayant une double vie".

Face à de telles révélations, le diocèse de Rome se dit "déterminé à poursuivre avec rigueur (...) tout comportement indigne de la vie sacerdotale".

Il cite en outre le pape Benoît XVI, qui appelle chacun à "ne pas corrompre la foi et la vie chrétiennes en portant atteinte à l'intégrité de l'Eglise, en affaiblissant sa capacité de prophétie et de témoignage, et en altérant la beauté de son visage".

Interrogé par l'AFP, le Vatican s'est contenté de renvoyer au communiqué du diocèse de Rome.

Cette polémique intervient à un moment où l'homosexualité est un thème brûlant pour l'Eglise catholique : le mariage homosexuel vient d'être autorisé en Argentine et au Portugal, malgré son opposition virulente.

De plus, en avril, le lien établi par le numéro deux du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, entre l'homosexualité et la pédophilie, avait provoqué une controverse. La France avait ainsi condamné "un amalgame inacceptable".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: LE VATICAN FURIEUX APRES LES FOLLES NUITS DES PRÊTRES GAYS   Dim 25 Juil - 5:42

ROME :
LE VATICAN FURIEUX APRES LES FOLLES NUITS DES PRÊTRES GAYS
Par La rédaction de GOLIAS

Vive agitation au Vicariat de Rome ces jours-ci suite à la parution d’une enquête menée par le magazine italien Panorama dans les milieux gays de Rome. (Panorama est un hebdomadaire qui appartient au groupe Mondadori, que contrôle le Premier italien Silvio Berlusconi.)

Et la réaction du Vicariat ne s’est pas fait attendre. Il se prononce très clairement : nous avons des prêtres gays qui mènent une double vie, qu’ils quittent le sacerdoce !

L’enquête de Panorama

La page de couverture du magazine Panorama (numéro 31, juillet 2010) présente des mains sacerdotales aux ongles peints d’un rose cardinalice autour desquelles est enroulé un saint chapelet. Le texte annonce le contenu de l’article : Les folles nuits des prêtres gays. Un chroniqueur de Panorama a vécu parmi les homosexuels de Rome, et pendant un mois et pendant un mois a documenté les vices et les perversions de prêtres insoupçonnables qui mènent une double vie.

L’enquête a été menée avec une caméra cachée et dévoile la double vie de prêtres qui arborent le col romain pendant la journée et le soir, une fois les chasubles rangées, sont parfaitement intégrés dans la vie gay. Soirées en compagnie d’escorts (gigolos) qui dansent à moitié nus avec des prêtres, rapports sexuels, profanation de l’habit sacerdotal, etc.

On peut déjà visionner une des vidéos prises par la caméra cachée et quelques-unes des photos de l’enquête sur le site de Panorama. Les lecteurs abonnés à l’ipad du magazine ont déjà accès à l’ensemble des vidéos et du dossier de l’enquête.
La réaction du Vicariat de Rome

Douleur et trouble : le diocèse de Rome est visiblement perturbé par l’enquête de Panorama, qui a bien pris soin de recouper ses sources et d’opérer les vérifications nécessaires : les hommes filmés sont bel et bien des prêtres. Le diocèse affirme sa volonté de poursuivre "avec rigueur tout comportement indigne de la vie sacerdotale".

"Qui connaît l’Eglise de Rome ne se reconnaît pas le moins du monde dans le comportement de ceux qui ont une double vie, qui n’ont pas compris ce qu’est le sacerdoce catholique et ne devaient pas devenir prêtres".

"Personne ne les contraint à rester prêtres et à en exploiter seulement les bénéfices. La cohérence voudrait qu’ils se dévoilent. Nous ne leur voulons pas de mal, mais nous ne pouvons pas accepter qu’à cause de leur comportement l’honorabilité de tous les autres soit couverte de boue".
Réaction et propositions du mouvement LGBT italien

Aurelio Mancuso, le leader historique de l’association gay LGBT Arcigay ne se montre pas surpris dans l’interview qu’il a accordée à Panorama. Il affirme lui-même avoir eu une relation pendant six mois avec un monsignore, et quelques aventures avec d’autres prêtres. Tout le monde est depuis longtemps au courant de ce genre de situations dans la communauté gay : n’importe quel gay a rencontré des prêtres dans les bars, les discothèques ou les saunas. Dans un communiqué, le président de Gaynet, le politicien Franco Grillini, ne se montre pas davantage surpris : selon lui, la sexualité humaine est irrépressible, qu’elle soit homo ou hétérosexuelle et le célibat des prêtres n’existe pas dans les faits. Grillini propose que l’on abolisse le célibat et que l’on autorise les prêtres à vivre leur sexualité et à se marier, dans des mariages homos ou hétéros.

Au Vatican, on minimiserait l’affaire en disant que Panorama a le goût du scandale et cherche à augmenter son chiffre d’affaires...L’enquête manquerait de preuves concrètes et a pour but de réveiller des lecteurs endormis sous des parasols sur les plages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: PRETRES GAYS A ROME : LA CONTROVERSE DE PANORAMA BAT SON PLEIN... Par Luc Roger   Mar 27 Juil - 6:09

PRETRES GAYS A ROME :
LA CONTROVERSE
DE PANORAMA BAT SON PLEIN...
Par Luc Roger

Il n’y a pas que l’église catholique à dénoncer l’article sensationaliste de Panorama sur la vie sexuelle des prêtres gays romains. Les associations gays elles aussi stigmatisent la présentation pour le moins biaisée de l’homosexualité qu’a véhiculé cet article.

L’église catholique ne nie pas l’évidence de l’homosexualité de certains prêtres, tout en dénonçant l’article et en s’efforçant de minimiser le phénomène. D’une part elle attaque le phénomène : s’il y a des prêtres gays, qu’ils se montrent au grand jour et quittent l’église, parce qu’ils salissent l’image du sacerdoce et profitent de ses avantages. Mais d’autre part, des voix de la hiérarchie catholique se sont aussi élevées pour mettre en doute l’authenticité des faits relatés. On le voit, le Vatican perd les pédales et réagit à la fois par la stigmatisation des prêtres homosexuels pratiquants (lire : pratiquant l’homosexualité) et le déni de ces pratiques. Au déni, l’éditeur responsable de Panorama, Giorgio Mulé, vient de répondre en faisant savoir qu’il dispose des noms et des adresses des prêtres figurant dans le reportage. Le Vatican avait aussi dénoncé, par la voix du Cardinal Agostino Vallini du Vicariat de Rome, que l’article visait surtout à créer le scandale et à diffamer tous les prêtres, d’autant plus que le magazine citait un prêtre, un dénommé Carlo’, qui prétendait que 98 pour cent des prêtres romains sont homosexuels.

Que l’article joue sur le sensationalisme et utilise la politique de la canonnière semble effectivement difficile à nier. La question est de savoir si Panorama, qui appartient rappelons-le au groupe Mondadori qui fait partie de l’empire médiatique de Silvio Berlusconi, a lancé la controverse par souci d’information, pour attirer la clientèle ou pour combattre politiquement l’église, les trois motivations pouvant de plus se combiner en tout ou en partie. Qu’il y ait anguille sous roche est tout aussi difficle à nier : des observateurs font remarque que l’an dernier le Vatican aurait lui-même mené l’enquête sur la moralité des prêtres vivant à Rome, soient 2000 prêtres étrangers pour 1300 prêtres italiens.

Dans les milieux gays italiens, on ne se montre pas plus satisfait de l’article. Ainsi Aurelio Mancuso, président honoraire du mouvement gay Arcigay, dénonce-t-il le tissu de stéréotypes véhiculés par l’article sur le comportement homosexuel. Panorama présente en effet les prêtres gays romains comme des dépravés seulement intéressés par le sexe occasionnel, profanant à l’occasion l’habit sacerdotal. La page de couverture qui offre le gros plan de mains ecclésiastqiues porteuses de chapelet et d’ongles vernis d’un rose incandescent peut se lire comme fétablissant l’équation pour le moins réductrice homosexualité-travestissement féminin. Le journaliste semble également ignorer totalement que l’homosexualité est une des orientations sexuelles faisant normalement partie de la diversité humaine et ne s’intéresse qu’à certains prêtres ayant des rapports sexuels occasionnels. Un peu comme si en faisant un article sur le comportement hétérosexuel des prêtres, on ne présentait que les prêtres se rendant au bordel pour des rapports sexuels fugitifs, et qu’on ignorait les prêtres vivant en couple, ayant des relations affectives et amoureuses, une sensibilité relationnelle, des émotions, etc. Et d’ ailleurs, le sexe occasionnel doit-il être considéré comme dépravé et pervers ? Tout cela ne relève-t-il pas d’un parti pris éditorial raccoleur qui considère le lecteur italien lambda comme un immature voyant la sexualité sous le seul angle de la culpabilité et de la perversion ?

Un autre quotidien appartenant aux medias berlusconiens, Il Giornale, a encore mis de l’huile sur le feu déclenché par Panorama : dans un article daté d’hier et intitulé AAA Prêtre cherche amitiés particulières, il présente le site web Venerabilis.tk, un site destiné aux prêtres et qui offre surtout une chat room, un espace de discussion. Le site en question est d’ailleurs fort préoccupé, on peut aisément le comprendre, par la controverse soulevée par Panorama, et présente un répertoire de liens qui renvoie vers les nombreux articles que la presse itqlienne y consacre. A noter que Gay Kosmopol n’avait pas attendu la controverse et avait déjà présenté ce site à ses lecteurs en 2008.

L’affaire est sans doute à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: VENERABILIS.COM : Le site officiel du Vatican pour les prêtres catholiques gays ?   Mer 28 Juil - 5:54

VENERABILIS.COM : Le site officiel
du Vatican pour les prêtres catholiques gays ?
Par Romano Libero

Le métier de vaticanologue est véritablement passionnant. En effet, on ne se trouve jamais au bout de ses surprises ! En surfant sur le net, nous avons découvert un site bien étrange, peu en accord avec les documents officiels de l’institution romaine sur l’homosexualité, intitulé « venerabilis ».

Cela fait rêver. On y trouve des news, des propositions de rencontres, et un tchat. Evidemment, chacun s’exprime par pseudos interposés. Ce serait trop risquer de glisser une photo. Enfin, last but not the last, le site gay Venerabilis se déploie sur un fond vraiment inattendu : celui-là même du site officiel du Vatican ! Ce qui suppose qu’il soit vraiment bien introduit au coeur même de la puissante cité.

Le site regroupe des prêtres catholiques homosexuels qui forment une mystérieuse fraternité. Secrète bien entendu ! Il est précisé que le site doit rester soft, n’a rien de porno, et que le sexe trop explicite n’y a pas sa place. Il n’en demeure pas moins que la fraternité regroupe des prêtres gays, dont certains sont en poste au Vatican, et peut-être très élevés dans la hiérarchie : des évêques, des cardinaux ? A noter que le chat est fréquenté aussi par des homos non ecclésiastiques, qui apprécient de pouvoir échanger sans avoir à aborder l’idée d’une consommation sexuelle concrète. Les sites de rencontres gays étant parfois très crus à ce niveau.

"Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera, et qu’on dira faussement contre vous toute sorte d’infamie à cause de moi. Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux." C’est par ces mots tirés du sermon sur la montagne, rapporté dans l’évangile selon Saint-Matthieu, que s’ouvre le site de la "confraternité homosexuelle des prêtres catholiques". Le nom est en latin, le domaine en ... Turquie et ses fondateurs au Vatican. Venerabilis est réglé par un modérateur aguerri.

La prudence est de mise. Les interlocuteurs se gardent de donner des renseignements qui pourraient laisser deviner leur identité.

Le pourcentage de prêtres gays au Vatican est important, plus encore que dans le reste du clergé. Il est évidemment difficile de l’évaluer quantitativement.. Au fil des années, la relative tolérance de jadis a fait place à un esprit de terreur, les ecclésiastiques concernés redoutant une sanction, voire d’être limogés. L’affaire Stenico éclata en son temps comme une bombe en plein ciel. Mgr Tommaso Stenico, né en 1947, essayiste brillant, ancien collaborateur très proche du cardinal Silvestrini, chef de bureau influent de la congrégation du clergé, était connu pour ses manoeuvres en vue de se faire nommer évêque d’un diocèse italien (Assise puis Pérouse) ou archevêque de Curie. Se donnant volontiers pour un homme à femmes (!), le monsignore draguait en fait volontiers des hommes. Un jour qu’il faisait des propositions très explicites à un jeune homme .. dans les bureaux même de sa congrégation, il fut piégé par une caméra ! Après avoir nié, il prétendit avoir en effet sollicité le jeune homme mais parce qu’il menait une enquête sur l’homosexualité dans le clergé, afin de débusquer les gays cachés au Vatican (!) et de combattre ce redoutable fléau ! Cette défense peu crédible et très piteuse ruina le peu de crédit dont il jouissait encore.

Dans un passé récent, c’est un secrétaire de congrégation (archevêque donc) qui vit sa carrière cassée. De notoriété vaticanesque il hantait certaines plages romaines couleur arc-en-ciel, dans la tenue d’Adam dit-on ! Deux prêtres italiens de la secrétairerie d’Etat, attachés au secrétariat personnel de Mgr Jean-Louis Tauran, alors secrétaire pour les relations avec les Etats, avaient pris pour habitude de surfer sur les sites gays à partir de leur ordinateur des bureaux de la Curie. Le pot aux roses fut découvert. Ils furent renvoyés. L’un d’entre eux quitta les ordres et a ouvert un excellent restaurant qu’il tient avec son compagnon.

L’existence de ce site internet confirme, si besoin était encore, la forte présence homosexuelle au Vatican, au plus haut niveau. En soi, dans cet univers qui ignore les femmes, il n’y a là rien de très étonnant. Ce qui choque c’est le hiatus entre les discours officiels, de plus en plus durs et la réalité humaine en partie sur les conseils de Mgr Tony Anatrella, que les lecteurs de Golias connaissent bien, et d’un étrange official de la congrégation des évêques, Mgr Andrew Baker. Ce dernier, proche du cardinal Justin F. Rigali, archevêque de Philadelphie et longtemps en poste à la Curie, soutient en effet que l’accès de gays à la prêtrise doit être empêchée et que leur ordination est moralement nulle. Dans le même esprit, la congrégation pour l’éducation catholique publia en 2006 un texte fermant l’accès au sacerdoce pour des candidats présentant une homosexualité foncière. Se gardant cependant d’évoquer le cas des prêtres déjà ordonnés, obligés de mener une vie digne. Toutefois, la congrégation pour la discipline des sacrements, alors présidée par le cardinal Jorge Arturo Medina Estevez, avait décidé que l’homosexualité justifiait le retour à l’état laïc d’un prêtre qui le demandait, car elle entachait de nullité son engagement. Enfin, récemment, la congrégation du clergé émit de nouvelles normes pour la reconduction des prêtres à la vie laïque. Parmi les cas imposant un tel retour il y a celui d’une vie scandaleuse : autrement dit, un prêtre notoirement homosexuel pourrait être contraint à quitter l’état clérical.

La question de l’homosexualité est également posée par l’enquête canonique effectuée auprès des Légionnaires du Christ. L’un des visiteurs, Mgr Giuseppe Versaldi, évêque d’Alessandria et proche du cardinal Tarcisio Bertone, est en effet connu pour ses positions sur l’importance de la psychologie dans le discernement des vocations. Notamment afin d’écarter des garçons homosexuels.

Le grand public est amusé ou irrité par ce contraste entre, d’une part, une volonté de purge et d’autre part, le fait qu’un nombre important de prêtres, y compris et surtout au Vatican même, soit concerné par la question. Mgr Gabriele Montalvo, jadis président de l’académie pontificale ecclésiastique, aujourd’hui défunt, confia d’ailleurs à l’auteur de ces lignes que les quatre cinquièmes des futurs diplomates du Saint-Siège, ses étudiants, étaient gays !

Un prêtre a un jour résumé de façon aussi concise que pertinente l’attitude du Vatican voulant expurger les homosexuels : "Ils se tirent une balle dans le pied". On ne saurait mieux dire.
Gay et révisionniste ?

Oreillettes bien placées, nous avons écouté un assez long moment ce que le site Venerabilis nous laisse entendre. Et apprécié le témoignage d’un certain Padre Felice sur son expérience de vingt ans de prêtrise, et sur la sérénité de son esprit. Ou l’évocation de la juste remarque de Drewermann sur une chasteté répressive.

De façon plus étonnante, le site défend Don Floriano Abrahamowicz, responsable important en Italie de la Fraternité St Pie X (intégriste), qui aurait été piégé par le quotidien "anti-clérical" - selon le site la Repubblica. Des propos de cet ecclésiastique auraient été sortis de leur contexte pour attaquer l’Eglise -, en laissant entendre que d’aucuns entendent se servir de cette affaire pour jeter le soupçon sur le Vatican et sur le Pape ! On peut lire sur le site Venerabilis : "Don Floriano sei troppo forte !" . Et des encouragements à ce prêtre intégriste pour avoir bravé les médias !

En fait l’abbé lefebvriste a tenu des propos indéniablement négationnistes. La branche italienne de la Fraternité Saint Pie X a d’ailleurs expulsé cet abbé compromettant pour déclarations négationnistes répétées. Peut-être sur pression du Vatican d’ailleurs.

En outre, dans son homélie du 25 janvier 2009 rapportée par le site Internet de ce « cercle », don Floriano rejetait la « levée » des excommunications par Benoît XVI, citant Mgr Lefebvre : « Ceux qui nous excommunient sont excommuniés depuis longtemps parce qu’ils sont modernistes ». Pour lui, l’Eglise catholique, ce sont les Lefebvristes et l’Eglise catholique actuelle est « l’Eglise conciliaire », i.e.. « pas catholique ».

L’abbé Florian achevait son homélie par cette invitation : « Prions pour Joseph Ratzinger pour qu’il abjure le modernisme et embrasse la foi catholique ».

On peut donc s’étonner de l’appui donné sur un site comme Venerabilis à un tel personnage. On s’étonne aussi que le même site se veuille anti Gay-Pride ! Certes, cela ne traduit pas une orientation globale de cette fraternité gay mais on peut déplorer le manque de discernement qui laisse s’étaler aux yeux et aux oreilles de tous des complaisances insupportables. Surtout pour qui appartient à une autre minorité, également persécutée par les nazis, celle du triangle rose !
- Dans la rubrique: /L’info du jour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La chasse aux homos se poursuit !   Sam 31 Juil - 7:00

STUPEUR AU VATICAN :
Le théologien allemand David Berger fait son « outing »
Par Golias

Agé de 42 ans, le théologien catholique David Berger, un laïc allemand, très brillant, héritier d’une ligne romaine classique, et responsable de la revue Theologisches, vient d’être exclu de ses fonctions auprès de l’Académie Pontificale de Saint Thomas d’Aquin, pour avoir révélé son homosexualité.

David Berger s’est publiquement déclaré homosexuel depuis avril de cette année. En outre, il a osé prendre position contre la radicalisation récente de la position de l’Eglise sur la question. Mgr Luis Clavell, Président de l’Académie et membre de l’Opus Dei (au sein de laquelle il passe cependant pour modéré !) a révoqué la mission du Professeur Berger.

Dans le Frankfurter Rundschau, en avril dernier, il s’était exprimé en ces termes : « je ne puis plus me taire plus longtemps ». Il dénonçait l’attitude « bigote et hypocrite » de l’Eglise. Il demandait, au nom même de la tradition théologique, une révision de la position sur l’homosexualité. Dans le meilleur du thomisme qui valorise la nature et ses appétits. La grâce perfectionne la nature mais ne la détruit pas. Une position à rebours de l’augustinisme vertical et pessimiste de Joseph Ratzinger exaltant ce qui est de Dieu l’opposant à l’oeuvre de l’homme.

C’est facebook qui aurait au départ grillé David Berger puisque de nombreux gays figuraient sur son profil. Les déboires du jeune théologien montrent aussi que, désormais, les laïcs eux-mêmes pourront être traqués pour cause de gaytitude et non pas simplement les séminaristes, prêtres et religieux. La grande purge est commencée. Cette affaire pourrait avoir une grande résonance et des suites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Mgr Babini   Dim 1 Aoû - 9:40

L’extrême-droite catholique a encore frappé et c’est à nouveau l’évêque émérite (donc retraité) de Grossetto, au sud de la Toscane, Mgr Giacomo Babini, qui déverse sa bile homophobe dans une interview accordée à Pontifex, site catholique ultra, suite aux révélations de Panorama sur la vie sexuelle de certains prêtres gays vivant à Rome.

Mgr Babini, on le sait, est la caricature vivante du stéréotype de l’Inquisition. On pensait qu’il avait atteint la limite du propos grotesque, mais il vient de démontrer qu’il était capable de se surpasser. Sur le baromètre de l’homophobie, il vient de battre un nouveau record. Voyez d’abord le titre de l’interview: « Les prêtres gays décrits dans Panorama sont vicieux et pervers, je les verrais bien en prison. J’ai davantage de pitié pour un pédophile que pour eux ». Et d’ajouter, ce qui cadre bien le personnage, qu’autrefois c’était mieux: par le passé ce type de scandale ne se produisait pas…

« Il serait sans aucun doute opportun que les noms des ces prêtres soient publiés, aussi parce que quelqu’un pourrait se faire passer pour un prêtre. Par devoir de clarté, l’hebdomadaire, mais c’est une chose qui n’arrivera jamais, pourrait donner les noms et prénoms des personnes impliquées ». Il précise encore: »Bien sûr les journaux fouillent dans la merde dans le but d’attaquer l’église, mais aujourd’hui je n’ai aucune envie de m’en prendre à cet hebdomadaire qui a fait son travail, même si c’est d’une manière très discutable et en violant la vie privée des personnes.

(…) J’ai déjà exprimé à diverses occasions ma nette contrariété envers l’homosexualité que je considère comme une vraie perversion contre nature. Maintenant, si ces choses sont commises d’une manière aussi obscène et ignominieuse par des prêtres, il conviendrait, comme cela se faisait autrefois, de les mettre en prison et des y laisser à vie. Ils ne sont pas dignes de porter l’habit sacerdotal et ils le souillent dans la fange, (…)

Ces ex-prêtres qui doivent être réduits à l’état laïc méritent, n’était-ce la miséricorde du Christ, de finir leur vie dans l’Enfer qui les attend. Chez un prêtre, l’homosexualité se traduit en pratique dépravée, et est effectivement plus grave que la pédophilie, il s’agit d’hommes vicieux et pervers, qui se sont laissé aller à des pratiques obscènes et contre nature.

Ils risquent certainement la réduction à l’état laïque et une action en justice, mais on verra qu’ils ne seront pas condamnés. À d’autres époques ils auraient fini dans une oubliette pour y méditer sur leurs perversions ».

Quant à l’homosexualité et la pédophilie: « Scientifiquement, il n’y a pas de relation entre les deux choses. Mais moi, en tant qu’évêque, je serais davantage compréhensif avec un prêtre pédophile qui se repent et souffre de sa condition qu’avec ces vicieux. Je dirais même plus: si j’avais eu connaissance d’un prêtre pédophile, je ne l’aurais pas dénoncé, mais j’aurais essayé de l’aider à se racheter. L’Evêque est comme un père pour le prêtre, il ne dénonce pas ses fils qui commettent des erreurs et s’en repentent. Mais avec les vicieux, il faut être intransigeant ».

Les associations LGBT italiennes se sont bien évidemment émues des propos de Mgr Babini et demandent, sans doute sans grand espoir d’être entendues, à la hiérarchie catholique de prendre position et de condamner pareilles prises de position. Elles porteront l’affaire en justice afin que cette dernière examine si ces déclarations ne tombent pas sous le coup de la loi Mancini, qui interdit les discriminations fondées sur des critères religieux.

Luc Lebelge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un exemple pour tous :Près de 25 000 personnes ont spontanément quitté en une semaine l'Eglise luthérienne de Finlande après un débat télévisé très controversé durant lequel une élue chrétienne-démocrate a notamment dit qu'il était "mal" pour un chrétien    Mer 20 Oct - 8:53

Près de 25 000 personnes ont spontanément quitté en une semaine l'Eglise luthérienne de Finlande après un débat télévisé très controversé durant lequel une élue chrétienne-démocrate a notamment dit qu'il était "mal" pour un chrétien d'avoir une relation homosexuelle. "Nous avons seulement réalisé le lendemain que 220 personnes avaient quitté l'Eglise durant le débat télévisé lui-même, deux fois plus qu'un jour ordinaire", a déclaré Petri Karisma, un porte-parole d'un service Internet qui facilite les départs de l'Eglise de Finlande.





Ces départs sans précédent se sont ensuite rapidement accéléré à la cadence de plusieurs milliers par jour, a-t-il expliqué. Près de 80 % des Finlandais sont membres de l'Eglise d'Etat, financée par un impôt prélevé sur les membres. Selon le journal finlandais Iltasanomat, les départs de la semaine passée à eux seuls coûteront plus de 7 millions d'euros à l'Eglise finlandaise.

DES DÉCLARATIONS PRÉVISIBLES MAIS QUI ONT CHOQUÉ

Mardi dernier, la télévision publique YLE organisait un débat de deux heures consacré aux droits des homosexuels, avec plusieurs politiciens, des responsables du clergé et des militants. Durant le débat, la présidente du Parti chrétien-démocrate a insisté sur le fait que "de toute évidence, une personne sait qu'elle fait quelque chose de mal d'un point de vue chrétien si elle est dans une relation homosexuelle".

L'évêque de Tampere, Matti Repo, a dit que "jamais" il n'envisagerait de bénir une union homosexuelle car elle serait "contraire aux enseignements de la Bible". Ces déclarations sont, selon M. Karisma, dans la ligne habituelle de l'Eglise luthérienne, "mais le grand public a probablement entendu cela pour la première fois et pensé : 'la vache ! Est ce vraiment possible de penser ça?'", dit-il. La Finlande autorise les unions civiles pour les homosexuels mais pas le mariage, et les homosexuels ne peuvent adopter que les enfants biologiques de leurs conjoints.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Flashmob de baisers Homo !   Jeu 4 Nov - 15:37

Le rendez-vous a été fixé dimanche matin à 9 heures, sur la place de la cathédrale, à Barcelone. «Pas de pancartes, pas de drapeaux, pas de chants. Seuls les baisers sont autorisés.» L'opération doit durer deux minutes, pas une de plus. Au moment où le pape Benoît XVI passera devant eux, les participants s'embrasseront. Les filles avec les filles, les garçons avec les garçons.

Cette «flashmob» - une manifestation éclair - est organisée par des militants de la cause homosexuelle qui souhaitent protester contre la venue du pape en Espagne. Après un passage à Saint-Jacques de Compostelle samedi, le souverain pontife doit célébrer une messe dimanche à la basilique Sagrada Familia de Barcelone.

Les instigateurs de la «séance de baisers» - un groupe «de six amis» affirmant ne représenter «aucune organisation ni groupe politique» - déclarent vouloir «exprimer [leur] mécontentement contre l'institution ecclésiastique d'une manière totalement pacifique, symbolique et sympathique».

L'Espagne «la moins catholique de toute son histoire»

La promotion de cette opération, baptisée «Queer Kissing Flashmob», s'est effectuée sur le réseau social Facebook. La page créée par le groupe a été éliminée à deux reprises, selon un des organisateurs. Interrogé par le Guardian, un porte-parole de Facebook en Espagne explique que c'est en raison du terme «calomnieux "queer"». Mais «puisque ce mot était utilisé dans une auto-description, nous avons permis la réouverture de la page», explique-t-il.

D'autres initiatives contre la venue du pape ont lieu cette semaine en Espagne, dont le quotidien de gauche Publico disait lundi qu'elle était «la moins catholique de toute son histoire». Ces dernières années en effet, la tradition catholique a subi un net recul alors que les réformes sur les questions de société, comme le mariage homosexuel ou l'avortement, ont été menées par le gouvernement socialiste.

Selon un sondage publié début octobre par le Centre d'Enquêtes Sociologiques (CIS), 73,2% des Espagnols se déclarent catholiques, contre 80% en 2002. Chez les 20-24 ans, seuls 7% des personnes se disent catholiques pratiquants. Enfin, l'an passé, le nombre de mariages civils a dépassé pour la première fois les unions religieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L’homophobie m’a tuer   Lun 15 Nov - 8:34

L’homophobie m’a tuer
Écrit par Helène Bourrée
14 novembre 2010 | 2 commentaires
Jeudi après-midi, sortie du GU2 (gymnase universitaire n°2 pour les non initiés aux joies du sport à la fac). 17h15. Ou 17h16, l’aiguille ne se décide pas. Il me reste entre trois et quatre minutes pour rejoindre l’arrêt de bus. Facile.

On ne se doute pas de ce qui peut arriver durant de tels moments habituels, routiniers, auxquels on ne porte même plus attention tellement ils paraissent banals, sans saveur ni intérêt. Cela arrive, et vous ne vous y attendiez pas. Ca vous tombe dessus, d’un coup, sans prévenir, sans vous laisser le temps de réagir. Ce n’est pas courant. Mais ça arrive.

J’arrive en quatrième vitesse sous l’abri bus. Deux étudiants attendent déjà et rient ensemble. Un autre est adossé à l’une des parois vitrées, couverte de graffitis, abritant des affiches publicitaires. Il semble épier du coin de l’œil les amis pétillants, mais je n’en n’ai cure sur le moment et ne décèle pas dans son regard poindre cette lueur de mépris et de dégoût qu’il affichera très clairement quelques instants plus tard. Pour le moment, le seul problème qui accapare mon attention est de réunir ma cagnotte pour atteindre le Saint Graal, cet euro et trente centimes, sans lequel je serai vouée à rentrer à pied. Un euro dix… Un euros vingt… Un euro vingt-cinq… Un euro vingt-sept… J’y crois dur comme fer. S’il y a bien quelque chose en cet instant dont je suis certaine, c’est que je vais enfin arriver à un compte rond pour le tendre fièrement au chauffeur en déclamant haut et fort « Un ticket s’il vous plait ! ».

Mais cela n’arrivera pas aujourd’hui.

Mes mains ont cessé de farfouiller au fond du porte-monnaie. L’énergumène solitaire s’est soudain rapproché des étudiants, un rictus déformant son visage tordu par la répulsion. Main dans la main, ils l’ont regardé, désemparés, se planter devant eux. Tour à tour, il les a dévisagés.

Profondément.

Intensément.

A aucun moment, il n’a cherché à cacher les sentiments qui l’étreignaient, et ses expressions en disaient plus qu’un long discours. Je n’ai pas bougé, rien dit, plus respiré. Jusqu’au bout, ma lâcheté a été plus forte que la peur et le désarroi que m’inspirait cette scène au silence angoissant. Jusqu’à ce que s’échappe un chapelet de jurons de sa bouche haineuse. « Sales tarlouzes, on devrait tous vous planter une balle dans vos gueules d’enculés ! », s’est-il exclamé avant de cracher rageusement au pied du couple d’amoureux, et de partir à grandes enjambées, lançant derrière lui un dernier coup d’œil agrémenté d’un majeur tendu bien haut. Jamais les secondes ne m’ont parues aussi longues.

Le bus est arrivé. Je n’avais plus le temps de trier ma monnaie. Tant pis.

C’est un incident parmi bien d’autres. Tous les jours, le nombre de personnes victimes d’homophobie ne cesse de s’accroitre, mais la plupart du temps, ces affaires passent sous silence et les homosexuels sont toujours la cible de moqueries et d’insultes, voire de violences.

Ce fléau est une réalité quotidienne partout dans le monde. Et ceux pour qui le regard critique, les paroles blessantes, et les gestes insultants deviennent trop difficile à supporter, choisissent, pour une proportion bien trop élevée, d’en finir avec la façon la plus radicale qui soit : mettre un terme à des jours trop douloureux. Aujourd’hui, en France, un jeune homosexuel sur quatre tente de se suicider, ce qui représente 4 à 7 fois plus de tentatives que la moyenne. Mais ces chiffres aussi, sont souvent passés sous silence.

Malgré une lente évolution du discours médiatique, l’homosexualité demeure un sujet tabou dans beaucoup de familles. Comment appréhender la réponse des parents ? Quelle serait la nature de leur discours ? Comment amener le sujet sur la table sans éveiller des soupçons ? L’adolescence est remplie de doutes, de questions, et si les relations avec les parents se révèlent souvent semées d’embuches, ils n’en restent pas moins une source sûre de protection et de réconfort. Mais beaucoup se trouvent désemparés face à l’annonce de l’homosexualité de leur enfant et les réactions sont de tout ordre : de la totale acceptation et au soutien inconditionnel, au rejet, au déni, et à l’expulsion du cercle familial. C’est au sein de ce cercle que s’est forgée votre personnalité, que se sont crées vos premiers souvenirs, vos rêves. C’est au travers du regard et de l’amour de nos parents que nous sommes nés, et que nous existons.

Le suicide devient, dans certaines situations, la seule issue possible, quand votre existence n’a plus de sens, et que la définition de la personne que vous étiez s’est évaporée avec vos derniers espoirs.

Il y a ces regards que l’on vous lance comme à des bêtes curieuses. Certains trahissant une certaine incompréhension, d’autres de l’admiration pour le courage dont vous faites preuve, et enfin, ceux qui vous font comprendre le dédain et le mépris que vous inspirez. Les paroles, les insultes et les tourments. Et cette menace physique qui plane au dessus de vous, omniprésente, comme une épée de Damoclès prête à s’abattre sur vous à tout moment.

Comment s’assumer face aux propos homophobes véhiculés par la religion catholique ? La peinture qu’elle dresse et revendique de l’homosexualité témoigne sans nul doute d’un grave rejet de l’homosexualité, violent et sans concession. En voici pour preuve les propos tenus Monseigneur Giacomo Babini, évêque de Grosseto, interrogé sur les scandales pédophiles qui secouent l’Eglise : « Ils doivent accepter sereinement leur croix et la maladie avec une sainte résignation. D’autres, par contre, pratiquent leur homosexualité et s’en vantent même. A ceux-là je dis que même les animaux respectent l’ordre de la nature et eux, non, de ce point de vue, mieux vaut la soumission des animaux aux nécessités de la nature. » Il ne s’en tient pas uniquement à ceci, en assurant que « C’est un vice obscène, une chose qui dénote un manque d’équilibre et une violation de la nature. », et plus loin, affirmera que l’on ne devrait pas donner la communion aux homosexuels, ni leur autoriser les funérailles s’il est question d’appliquer le droit canon (sauf pour ceux qui se suicident…) (1)

Plus grave encore, le numéro deux du Vatican, le cardinal Bertone, associe homosexualité à pédophilie : « De nombreux psychologues et psychiatres ont démontré qu’il n’y avait aucun lien entre le célibat et la pédophilie et beaucoup d’autres, m’a-t-on dit récemment, qu’il y avait une relation entre l’homosexualité et la pédophilie. » sans cependant révéler ces sources. Il est intéressant, en revanche, de noter que l’OMS a retiré depuis bien longtemps l’homosexualité de la liste des maladies… Qui sont donc ces scientifiques qui ont mené des recherches pour aboutir à un tel résultat ? Nous n’en saurons rien.

Certes, ces paroles ne reflètent que les opinions de deux prélats et rien ne nous affirme que tous les représentants de l’Eglise aient ce même point de vue sur le sujet. Mais les faits sont là, irréfutables : un évêque, et l’une des plus importantes figures du Vatican se montrent acerbes et méprisables envers la communauté homosexuelle. Comment donc ne pas se laisser influencer par de telles personnalités ? Non pas que la religion régisse la société et ses mentalités, mais elle l’influe grandement par de nombreux aspects.

On en arrive alors à un rejet de soi-même, où l’on va contre sa sexualité, et que, ne supportant pas ce que l’on est… l’issue de secours que l’on emprunte est souvent définitive et sans retour. Ou bien, si malgré tout on choisit de s’assumer, il y a toujours les mouvements extrémistes pour vous rappeler que vous êtes pire qu’un animal et la chasse aux homosexuels n’est pas un fait anodin et isolé, qui constitue à torturer mentalement et physiquement un jeune « pédé », et s’achève par de sévères blessures, desquelles il arrive qu’il ne se remet pas.

Plus près des jeunes encore, l’environnement musical. Qui n’a pas son MP3 ou son IPod collé à ses oreilles à longueur de journée ? Et quand le message véhiculé par les artistes est chargé d’homophobie, alors ceux qui sont réceptifs à leurs messages ne peuvent que suivre leur voie, et agir contre les homosexuels. Dernièrement, le groupe français Sexion d’Assaut s’est retrouvé au cœur d’un scandale retentissant. Dans une interview, ils ont affirmé être à « cent pour cent homophobes », et qu’être homosexuel est une « déviance qui n’est pas tolérable ». (2). Bien qu’ils se soient excusés, personne n’est dupe, car c’est leur maison de disque qui les ont poussés à faire cette démarche devant le grand nombre de leurs concerts qui s’annulaient. Autre exemple, cette fois-ci outre-Atlantique, le rappeur 50 Cent, peu réputé pour être gay-friendly, écrit sur son Tweeter que les hommes de plus de 25 ans qui ne « bouffent pas de chatte » (oui, c’est d’une élégance et d’un raffinement sans comparaison) n’ont qu’à se suicider, le monde s’en portera mieux. « Lol », conclut-il (3).

Le suicide de cinq jeunes garçons homosexuels a bouleversé les Etats-Unis entre septembre et octobre 2010. Celui qui a surement eu le plus d’écho en France est le cas Tyler Clementi, 18 ans, qui a mis fin à ses jours après la diffusion sur Facebook et Tweeter de ses rapports sexuels avec un autre garçon, filmés à son insu. En Californie, au Texas, dans l’Indiana, et dans l’Etat de Rhode Island, quatre autres homosexuels, deux de 13 ans, et deux autres de 15 et 19 ans, se sont suicidés, victimes de harcèlement et d’agression. Suite à ces événements tragiques, de nombreuses personnalités américaines se sont mobilisés dans la campagne It Gets Better, afin de lutter contre le suicide des jeunes LGBT. Parmi tant d’autres, Ellen DeGeneres, Lady Gaga, Anna Hathaway, Gene Robinson (l’évêque homosexuel de l’Église épiscopale du New Hampshire), et les politiques y donnent aussi du leur, tels qu’Hillary Clinton, Michelle Obama, et son président d’époux. Mais l’un des discours les plus poignants est sans doute celui de Joel Burns, conseiller municipal de Fort Worth, au Texas, qui raconte avec émotion son adolescence, ses blessures, ses doutes et l’idée d’en venir aussi au suicide, parfois retenant ses larmes, et d’autres les laissant témoigner de son affection pour tous les maux des jeunes homosexuels (4).

Malgré tout, il reste un peu d’espoir. Nous avons besoin d’espérer qu’un jour, le ciel sera plus bleu, l’herbe plus verte, et que les mentalités changeront pour de bon. Ce changement, ce n’est pas être d’accord avec les revendications homosexuelles ou avoir une flopée d’amis gays. C’est simplement comprendre que les homosexuels veulent vivre. Vivre en tant qu’êtres humains dignes de respect. Vivre sans être la risée des foules moqueuses et dédaigneuses. Vivre en tant que citoyens du monde. Homo et hétéros, égaux envers et contre tout. Le jour où « tapette », « pédé », « gouine », et « broute-gazon » seront de vieux souvenirs, alors oui, ce changement aura été opéré. En attendant, il nous reste l’espoir. C’est une bien fluette bouée de secours, qui semble pouvoir dériver à l’autre bout de l’océan par la moindre petite brise de vent. Mais elle permet toujours de garder la tête hors de l’eau. Et nous donne encore un peu, un tout petit peu plus de temps pour espérer. Car il restera toujours au moins ça. L’espoir.

* * * *



(1)Vous pouvez retrouver l’interview de Monseigneur Babini à l’adresse suivante, où les juifs et franc-maçons sont aussi visés par ses paroles :

http://lessakele.over-blog.fr/article-un-eveque-italien-a-la-retraite-reaffirme-que-les-juifs-sont-deicides-et-ennemis-de-l-eglise-48509315-comments.html

(2) Le PDF de l’interview complète du groupe Sexion d’Assaut : http://krstv.posterous.com/pour-ceux-que-ca-interesse-le-pdf-de-litw-de

(3) Le tweet de 50 Cent :

http://twitter.com/50cent/status/25954812348

(4) La vidéo de Joel Burns : http://www.youtube.com/watch?v=ax96cghOnY4&feature=player_embedded


...et rien pour les pédophiles ? jocolor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Benoît XVI: l'homosexualité est injuste et s'oppose à la volonté de Dieu   Mar 23 Nov - 16:22

ITE DU VATICAN, 23 nov 2010 (AFP) - Benoît XVI: l'homosexualité est injuste et s'oppose à la volonté de Dieu
L'homosexualité est injuste, s'oppose à la volonté de Dieu et est inconciliable avec la vocation de prêtre, estime le pape Benoît XVI dans son livre-entretien présenté mardi à la presse, "Lumière du Monde", une position qui a suscité l'indignation des gays italiens.

"En tant qu'êtres humains (les homosexuels) méritent le respect (..) ils ne doivent pas être rejetés à cause de cela. Le respect de l'être humain est tout à fait fondamental et décisif", affirme-t-il.

"Mais cela ne signifie pas que l'homosexualité soit juste pour autant. Elle reste quelque chose qui s'oppose à l'essence même de ce que Dieu a voulu à l'origine", s'empresse-t-il de préciser.

Ces paroles ont immédiatement suscité la condamnation de la principale association italienne de défense des droits des homosexuels, Arcigay: "Les paroles du pape humilient des millions de vies qui doivent supporter chaque jour des discriminations", estime-t-elle dans un communiqué.

Le pape "finit par armer le bras de l'homophobie en offrant une justification aux auteurs de discriminations et ressuscite la haine envers ce qui est différent, se rendant ainsi coresponsable d'homicides, d'arrestations et de violences", poursuit le communiqué.

Arcigay conclut en annonçant "dans un avenir immédiat des contestations directes contre le pape".

Dans son livre, Benoît XVI s'exprime de manière plus spécifique en jugeant que "l'homosexualité n'est pas conciliable avec la vocation de prêtre". Sinon, "on courrait un grand risque si le célibat devenait en quelque sorte un prétexte pour faire entrer dans la prêtrise des gens qui ne peuvent de toute façon pas se marier", ajoute-t-il.

"La sélection des candidats à la prêtrise doit donc être très attentive. Il faut y apporter la plus grande attention pour éviter que s'instaure une confusion de ce type et qu'au bout du compte le célibat des prêtres soit pour ainsi dire assimilé à la tendance à l'homosexualité", conclut-il.

Interrogé sur l'existence d'une homosexualité "dans les monastères, parmi les religieux", qui n'est peut-être pas vécue et donc justement pas pratiquée", le pape répond: "Les personnes concernées doivent au moins essayer de ne pas mettre en oeuvre cette tendance activement afin de rester fidèles à la mission inhérente à leur ministère".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le chef de l'Eglise belge dégaine encore contre les gays   Ven 24 Déc - 6:43

Le chef de l'Eglise belge dégaine encore contre les gays
Par Christophe Cordier jeudi 23 décembre 2010, à 15h02 | 2668 vues
Plus de: André-Joseph Léonard, Belgique

Jamais à court de petites phrases-chocs, l'archevêque de Belgique André-Joseph Léonard a encore réussi à heurter une de ses cibles favorites, la communauté homosexuelle, lors d'une audition parlementaire qui n'avait pourtant rien à voir avec ce sujet.
Mercredi, Mgr Léonard faisait face aux membres de la commission d'enquête parlementaire consacrée au scandale de pédophilie qui éclabousse l'Eglise de Belgique depuis le mois d'avril. Les députés lui ont posé de nombreuses questions afin de dégager des solutions pour éviter que de tels faits ne se reproduisent à l'avenir. Certains parlementaires sont restés sur leur faim, mais d'autres se sont dits satisfaits des réponses très claires apportées par l'archevêque.
«Si les enfants des familles homoparentales demandaient des indemnités?»
Mgr Léonard semblait donc avoir tiré les leçons de ses dérapages verbaux antérieurs. Mais il n'a finalement pas pu s'empêcher de franchir la ligne jaune en toute fin d'audition, alors qu'il était sous le feu de nombreuses questions concernant l'indemnisation des victimes. Refusant que l'Eglise prenne seule en charge ces frais, il a évoqué la création d'un fonds de solidarité alimenté notamment par l'ensemble des milieux de la société, notamment l'institution religieuse, mais aussi le monde médical, sportif... «parce qu'il y a un devoir de solidarité avec toutes les victimes, d'inondations, d'épidémies mais aussi d'abus sexuels». Cette phrase, mettant sur le même pied les victimes de la pédophilie et de catastrophes naturelles a déjà provoqué quelques grincements de dents sur les bancs parlementaires.
Mais ce n'était pas terminé. L'archevêque a ensuite mis en garde les députés contre les risques d'indemnisations forcées que pourraient connaître toutes les institutions. Que se passerait-il si, par exemple, «des études médicales disaient que les enfants conçus par procréation médicalement assistée sont plus vulnérables aux maladies génétiques», a demandé Mgr Léonard, avant d'ajouter, bien conscient de l'effet que provoquerait cette phrase: «Il y a aussi des gens qui font des études sur les séquelles psychologiques des enfants qui ont grandi en ayant deux papas ou deux mamans. Que va-t-il se passer s'ils demandent aussi des dédommagements?». Les propos ont fait hurler les députés, qui ont dénoncé une ironie déplacée, des comparaisons choquantes et une absence totale de prise de responsabilité. A la veille de Noël, Mgr Léonard n'a visiblement pas envie de faire la paix avec la communauté gay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un prêtre argentin destitué pour avoir soutenu le mariage homosexue   Mar 8 Mar - 9:56

- Un prêtre argentin destitué pour avoir soutenu le mariage homosexuel
Un prêtre argentin de 53 ans ayant soutenu la légalisation du mariage homosexuel dans son pays, Nicolas Alessio, a annoncé lundi qu'il avait été destitué par un tribunal religieux à Cordoba (700 km au nord de Buenos Aires).

"Ils m'ont condamné et expulsé parce que je pensais différemment", a déclaré Nicolas Alessio. Celui-ci a relevé qu'il avait été sanctionné par cette "même Eglise qui n'a pas réprimandé des prêtres pédophiles" condamnés par la justice pour abus sur mineurs.

Selon lui, la hiérarchie catholique argentine n'a pas non plus sanctionné le prêtre Christian von Wernich condamné en 2007 à la prison à la perpétuité pour des crimes contre l'Humanité pendant la dictature (1976-1983) qui a fait 30.000 morts et disparus, selon les organisations de défense des droits de l'Homme.

"La hiérarchie de l'Eglise se croit tellement maîtresse de la vérité qu'elle pense qu'elle peut dire le dogme sur les affaires civiles qui échappent à la sphère religieuse", a-t-il ajouté.

Le soutien de Nicolas Alessio au mariage homosexuel s'est terminé par un procès canonique sans précédent à Cordoba.

En Argentine, pays où le catholicisme est ultramajoritaire, la hiérarchie catholique était montée au créneau contre la loi sur le mariage homosexuel, finalement approuvée en juillet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L’ordonnance de médecins catholiques pour guérir l’homosexualité...   Sam 25 Juin - 5:39

L’ordonnance de médecins catholiques pour guérir l’homosexualité...
Par Romano Libero
En Allemagne, il existe une association de médecins catholiques, le BKÄ, qui entend soigner... l’homosexualité, considérée ainsi comme une maladie, en faisant appel à l’homéopathie. Cette « cure », suscite un véritable tollé, en raison de l’homophobie qu’elle exprime. Sans même parler de son improbable réussite.

Quelques pilules homéopathiques seraient ainsi à même de modifier l’orientation sexuelle de quelqu’un. On peut sérieusement en douter. Concrètement, l’organisation qui dit s’appuyer sur les travaux de la psychothérapie et convoque à sa rescousse la philosophie et la théologie propose un traitement basé sur des séances avec un psychologue, qui en cas d’échec peut être suivies par la prise de « globuli », des granulées homéopathique composée de microdoses de platine et de beaucoup de glucose.

Il faut savoir qu’à la tête de cette association se trouve le docteur Gero Winkelmann, actif dans les années 1990 au sein du parti de la Ligue chrétienne, proche des mouvements intégristes. Il combattait alors le droit à l’avortement et au divorce et se prononçait contre la dépénalisation de l’homosexualité.

Depuis 1990, date à laquelle l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a rayé l’homosexualité de la liste des maladies mentales, Winkelmann s’est recyclé, poursuivant son combat sous d’autres formes.

Il prétend avoir mis au point ce nouveau traitement suite à des appels à l’aide lancés par des homosexuels mal dans leur peau. Selon le médecin, c’est un devoir pour la médecine de venir en aide à ces personnes « qui se sentent homosexuelles [et qui] se trouvent dans une situation de détresse spirituelle et psychique, et souffrent beaucoup ». Il soutient la thèse incertaine et improbable de l’origine héréditaire de l’homosexualité.

L’association allemande des gays et lesbiennes (LGBT) s’est empressée de dénoncer un « traitement inefficace pour une maladie qui n’existe pas ». Sa porte-parole Renate Rampf dénote que cette prise de position est « dangereuse » dans la mesure où « elle se sert de l’inquiétude des jeunes homosexuels et bisexuels ainsi que celle de leurs parents ».

Dans la presse allemande, la position de cet étrange médecin est rapprochée d’une triste épisode récent : le limogeage par l’archevêque de Cologne, le cardinal Joachim Meisner, d’un professeur de religion, David Berger qui venait de faire son coming out. L’Eglise protestante ne serait hélas pas en rester : en 2009, 30 pasteurs de Westphalie ont ainsi dénoncé, dans une lettre, les penchants homosexuels de l’un des leurs.

Faut-il encore le rappeler ? L’homophobie traverse hélas les frontières. Un pasteur baptiste du nom de George Rekers, connu pour son homophobie virulente, pratique également des méthodes de guérison des gays.

Selon nos informations, dans un passé récent, la communauté des Béatitudes et l’un de ses membres, Fernand Sanchez, organisaient au château Saint Luc dans le Tarn des sessions de guérison psychologiques. En particulier à destination des homosexuels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Tojours aussi ringarde et hypocrite   Mer 15 Aoû - 3:55

Quand il s'agit de déformer le message dont elle vit grassement et de parler de ce qu'elle ne connait pas...ou trop mal...comme les enfants ! Rolling Eyes rendeer

Les catholiques sont appelés à prier pour la France partout dans le pays mercredi pour la fête de l'Assomption, mais le message de l'Eglise sur la famille suscite la controverse chez les défenseurs du mariage homosexuel.

Les évêques de France ont saisi l'occasion d'une fête catholique encore populaire pour proposer que soit prononcée dans toutes les paroisses une prière exprimant la solidarité avec les personnes touchées par la crise, mais aussi l'attachement à la famille, à un moment où le gouvernement veut donner aux homosexuels le droit de se marier et d'adopter.

A Lourdes (Hautes-Pyrénées) par exemple, la prière devrait être dite devant les milliers de fidèles qui ont convergé vers ce haut lieu de la dévotion à Marie pour le grand pèlerinage annuel.

"En ces temps de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l'avenir avec inquiétude; prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu'il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables", dit la prière.

Mais c'est un autre passage qui fait débat: "Pour les enfants et les jeunes (...) qu'ils cessent d'être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l'amour d'un père et d'une mère".

L'Eglise n'attaque pas de front le mariage homosexuel, ni l'adoption par un couple homosexuel, engagements de campagne du président François Hollande réaffirmés en juillet par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Mais les homosexuels refusent de s'y tromper.

"Le texte est parfaitement anodin, écrit dans le plus pur style sibyllin que l'Eglise catholique manie avec brio", constatait mardi avec ironie le Collectif contre l'homophobie (CCH).

Mais pour Nicolas Gougain, porte-parole de l'Inter-LGBT (Lesbiennes-gay-bi-trans), "parler des familles, insister sur le fait qu'elles reposent sur un père et une mère (...) on sait très bien que la prière fait allusion" au mariage homosexuel.

L'Eglise, pour le Collectif contre l'homophobie, "laisse à certains de ses évêques le soin d'assurer le service après-vente".

"Ce n'est un scoop pour personne que de dire que l'Eglise s'oppose au mariage homosexuel", s'est exclamé Mgr Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France sur France Inter.

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a réaffirmé pour sa part dans le Progrès de Lyon que pour l'Eglise, "le mariage est l'union d'un homme et d'une femme. C'est écrit sur la première page de la Bible".

Interrogé sur l'adoption d'enfants par les couples homosexuels, il ajoutait: "Notre désir est que la loi n'entre pas dans des domaines qui dépassent sa compétence. Un Parlement (...) ce n'est pas Dieu le Père".

"Il a l'air de faire une confusion entre le mariage civil et le mariage religieux", note Nicolas Gougain (Inter-LGBT), "l'acte auquel on touche aujourd'hui, c'est bien le mariage civil. Cela me semble très limite qu'un évêque explique au législateur comment il doit se comporter !"

Pour lui, la position du cardinal "ravive le débat autour de la loi de 1905" sur la séparation entre l'Eglise et l'Etat.

En effet, au-delà de la question du mariage et de l'adoption, le Parti radical de gauche (PRG) a reproché à l'Eglise de "s'immiscer dans le débat politique en France".

Auprès du quotidien La Croix, le président du Secours catholique trouve certes le texte "assez balancé". Mais François Soulage s'inquiète que le nom de la "prière pour la France" ne suscite des amalgames avec le Front national. En outre, la tradition de prier pour la France le 15 août remontant au voeu de Louis XIII de consacrer la France à la Vierge Marie, la prière risque de passer pour "archaïque", dit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'Eglise de plus en plus hypocrite et ringarde dénature le Message dont elle vit grassement ...Heureusement il y a Act Up   Mer 15 Aoû - 14:41



L’association de défense des droits des homosexuels pastiche dans une vidéo très crue le texte proposé par le cardinal André Vingt-Trois.

Par LIBÉRATION.FR
L’association de défense des droits des homosexuels Act-Up pastiche dans une vidéo, diffusée mercredi, la prière universelle proposée par le cardinal André Vingt-Trois rappelant son attachement à la famille traditionnelle.



La vidéo montre un jeune homme, lisant devant un crucifix et - d’une manière affectée à l’extrême - la prière de l’archevêque de Paris, accompagnée de sous-titres parfois très crus qui n’ont rien à voir avec le texte original, mais reflètent pour Act-Up «les paroles sincères et profondes de l’Eglise catholique».

«En ce jour où nous célébrons l'anniversaire de Madonna» (au lieu de l'assomption de la vierge Marie), entame le jeune homme. Ensuite, le sous-titrage évoque «ces temps où nos concitoyens donnent de moins en moins au denier de l'Eglise», souhaite «que les pauvres partagent leur RSA» et demande que les «familles hétérosexuelles catholiques puissent continuer à baiser paisblement sans capotes».

La phrase de la prière qui a particulièrement fait polémique, demandant que les enfants «cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère» est sous-titrée ainsi: «que les pédés et les gouines cessent de faire valoir ce que nous appelons le "droit à l'enfant". Que seuls nos prêtres et nos familles puissent en bénéficier.»

A LIRE AUSSI Contre le mariage homosexuel: les raisons de la prière

Interrogé par l’AFP sur le caractère volontairement outrancier de ce message, un responsable d’Act-Up estime que «même si la prière de l'épiscopat est polie, elle reste dans des sous-entendus qui légitiment complètement la campagne homophobe de Civitas et des Lefebvristes».

L’Institut Civitas, proche des catholiques intégristes, et qui revendique 1.200 adhérents, a lancé en juin «une campagne de lobbying» contre le mariage homosexuel «qui ira crescendo», selon son président Alain Escada, jusqu’au débat à l’Assemblée nationale sur l’adoption d’une loi en ce sens.

Favorable à l’ouverture du droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels, François Hollande avait annoncé pendant sa campagne qu’une loi serait adoptée «au plus tard au printemps 2013», s’il était élu.

Pour expliquer la nature de la prière du 15 août, consacrée notamment à la crise sociale mais aussi à la défense des valeurs de la famille, la Conférence des Evêques de France a rappelé qu’elle était hostile au mariage homosexuel et à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels, prôné un débat sur ces questions de société, tout en condamnant l’homophobie.

Act-Up, interrogé sur le risque d’amalgame entre l’Episcopat et les Lefebvristes hostiles au Concile de Vatican II, note que «la prière s’inscrit dans le contexte d’homophobie et de caricatures violentes de Civitas et que par là-même, l'épiscopat a choisi de faire une campagne contre l’homosexualité».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rejet de l'homosexualité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rejet de l'homosexualité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rejet automatique ...
» Je comprends pas comment on trouve K (zone de rejet)
» Qu'est ce qu'un arrêt de rejet??
» problème de méthodologie d'arrêt de rejet ..
» Inter-religieux-{ Sida et préservatif : rejet unanime des propos du pape

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Bruits de chapelles et soupirs de confessionnaux :: Gros péchés d'Eglise-
Sauter vers: