Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hystéries irresponsables

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Big Brother toujours pour satisfaire à l'unique norme...et pourchasser ceux qui osent la différence   Ven 4 Juin - 5:10

Pédophilie : Google et autres sous surveillance ?
03/06/2010 16:54 par Jérôme G. | 6 commentaire(s) 6 nouveau(x) | Partager sur :
Plusieurs parlementaires européens ont signé une déclaration afin que les moteurs de recherche soient placés sous surveillance dans le cadre de la lutte contre la pédophilie sur Internet.

Parlement_europeenLa déclaration écrite numéro 29 porte sur la " création d'un système européen d'alerte rapide contre les pédophiles et les auteurs d'abus sexuels ". Selon cette déclaration, " Internet offre une grande liberté d'action aux pédophiles et aux auteurs de harcèlements sexuels, en les mettant sur le même pied que les honnêtes citoyens et en les rendant difficilement identifiables même pour l'autorité publique ".

Si le membre du Parti Pirate suédois, Christian Engström, s'est ému de cette déclaration, c'est surtout parce qu'elle menace selon lui le respect de la vie privée et la liberté sur Internet. Elle comporte en effet une proposition qu'il juge dangereuse en demandant à la Commission européenne d'étendre la directive 2006/24/CE aux moteurs de recherche.

Cette extension est souhaitée pour " contrer avec rapidité et efficacité la pédopornographie et le harcèlement sexuel en ligne ". Un tel souhait est problématique dans le sens où ladite directive porte sur la " conservation des données générées ou traitées dans le cadre de la fourniture de services de communications électroniques accessibles au public ou de réseaux publics de communications ".

Une rétention des données Google et autres moteurs avec des répercussions bien éloignées par rapport au but initial recherché. Christian Engström indique que la déclaration n° 29 a déjà reçu la signature de 324 parlementaires, alors que 369 sont nécessaires pour une adoption. En soulignant le chapitre consacré aux moteurs de recherche qui aurait été passé sous silence dans la quête de signatures, il demande aux parlementaires de retirer leurs signatures s'ils estiment avoir été leurrés.
Ads by Google : Liens connexes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: mise en place de la surveillance des moteurs de recherche et de la rétention plus longue des recherches, au nom de la lutte contre la pédopornographie.   Sam 5 Juin - 4:48

Sur une proposition de deux parlementaires européens, un texte appelle à la mise en place de la surveillance des moteurs de recherche et de la rétention plus longue des recherches, au nom de la lutte contre la pédopornographie. Sans surprise, la pédopornographie est à nouveau l'argument phare pour justifier la mise en place de dispositifs de surveillance des réseaux.
CNIL, Loppsi, Europe, Google

Quelle politique souhaite donc mener l'Union européenne vis-à-vis des moteurs de recherche ? C'est la question que l'on peut légitimement se poser après la diffusion d'une déclaration appelant à la création d'un "système d'alerte rapide européen" (SARE) chargé de combattre les abus sexuels sur les mineurs. Paraphé actuellement par 324 parlementaires européens, le document viserait donc à première vue à mettre en place un outil adapté à la lutte contre la pédopornographie sur Internet.

Une bonne nouvelle ? Pas tout à fait, si l'on en croit le vice-président du Parti pirate suédois, Christian Engström. Sur son blog, le député européen a jugé que beaucoup de ses collègues ont signé la déclaration sans trop se pencher sur son contenu. Et comme dit l'adage, le diable aime se cacher dans les détails. En occurrence, le politique suédois considère que le texte pose une réelle menace sur la vie privée des internautes.

Dans le considérant C, les auteurs de la déclaration estiment "que la toile offre aussi une grande liberté d'action aux pédophiles et aux auteurs de harcèlements sexuels, en les mettant sur le même pied que les honnêtes citoyens et en les rendant difficilement identifiables pour l'autorité publique". Dès lors, pour résoudre cette incapacité à identifier les pédophiles et autres criminels sexuels, Tiziano Motti et Anna Zaborska "invitent le Conseil et la Commission à mettre en oeuvre la directive 2006/24/CE en l'étendant aux moteurs de recherche pour contrer avec rapidité et efficacité la pédopornographie et le harcèlement sexuel en ligne".

Problème, cette directive porte justement sur augmentation de la durée de conservation des "données générées ou traitées dans le cadre de la fourniture de services de communications électroniques accessibles au public ou de réseaux publics de communications". En d'autres termes, cela pourrait amener les moteurs de recherche à conserver pendant un temps relativement long l'ensemble des requêtes inscrites dans les champs de recherche, bien au-delà de ce que pratiquent actuellement Bing, Yahoo ou encore Google.

Et c'est justement là où le bât blesse. Alors que le parlement européen semble vouloir mettre en place un mécanisme de surveillance des moteurs de recherche, tout en allongeant la durée de conservation des données, le groupe de travail Article 29 sur la protection des données propose exactement l'inverse.

En effet, les différentes CNIL européennes recommandent actuellement aux moteurs de recherche de réduire le délai de conservation des informations personnelles à 6 mois, alors qu'actuellement les moteurs de recherche conservent ces informations entre 9 et 18 mois selon les cas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Belgique/perquisitions: la justice ne confirme que l'ouverture d'un caveau   Ven 25 Juin - 19:22

Belgique/perquisitions: la justice ne confirme que l'ouverture d'un caveau

La justice belge a refusé vendredi de confirmer que les tombes de deux cardinaux à Malines (nord) avaient été "violées" lors d'une perquisition policière jeudi comme s'en indigne le Vatican, se bornant à admettre l'ouverture d'un caveau.

"Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'un caveau a été ouvert", a déclaré à l'AFP Estelle Arpigny, une porte-parole du parquet de Bruxelles, qui a ordonné une enquête sur de possibles nouveaux actes pédophiles commis par des ecclésiastiques.

Le porte-parole de l'archevêché de Malines-Bruxelles, le père Eric de Beukelaer, avait précisé auparavant à l'AFP que "les tombes des cardinaux Suenens et Van Roey avaient été forées et qu'une caméra y avait été introduite afin apparemment de vérifier si des documents y étaient cachés" en rapport avec des affaires de pédophilie impliquant le clergé catholique.

Interrogée sur la réalité de ces forages, Mme Arpigny a refusé tout commentaire.

Successeur de ces deux cardinaux qui étaient eux aussi archevêques de Malines-Bruxelles, l'actuel chef de l'Eglise catholique de Belgique, Mgr André-Joseph Léonard, a jugé vendredi "un peu étonnant" le déroulement des perquisitions jeudi au sein de son institution.

"La justice fait son travail et elle avait le droit de perquisitionner. J'ai néanmoins trouvé un peu étonnant que cela aille jusqu'à forer dans les tombes archiépiscopales et que tous les évêques aient été enfermés jusqu'au soir", a-t-il déclaré.

Le Vatican a de son côté exprimé vendredi dans un communiqué son "indignation" face à la "violation des tombes" des deux archevêques.

La secrétairerie d'Etat "exprime sa vive stupeur pour les modalités selon lesquelles ont été effectuées certaines perquisitions (jeudi) par les autorités judiciaires belges" et "son indignation pour la violation des tombes des cardinaux Jozef-Ernest Van Roey et Léon-Joseph Suenens", selon le communiqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Belgique/perquisition: le Vatican "indigné" de la "violation" de tombes   Ven 25 Juin - 19:23

Belgique/perquisition: le Vatican "indigné" de la "violation" de tombes

Le Vatican a exprimé vendredi dans un communiqué son "indignation" face à la "violation des tombes" de deux archevêques défunts de Malines-Bruxelles lors de perquisitions effectuées la veille au siège de l'Eglise belge dans une enquête sur des cas de pédophilie.

La secrétairerie d'Etat "exprime sa vive stupeur pour les modalités selon lesquelles ont été effectuées certaines perquisitions (jeudi) par les autorités judiciaires belges" et "son indignation pour la violation des tombes des cardinaux Jozef-Ernest Van Roey et Léon-Joseph Suenens", selon le communiqué.

Il s'agit de deux anciens archevêques de Malines-Bruxelles, considéré comme le "chef lieu" de l'Eglise de Belgique dont les tombes ont été forées par les enquêteurs.

"A notre effarement devant de telles actions, s'ajoute l'amertume face à des infractions à la confidentialité à laquelle ont droit les victimes au nom desquelles ont été conduites ces perquisitions", a ajouté la secrétairerie d'Etat, dirigée par le cardinal Tarcisio Bertone et équivalent du bras exécutif du Vatican.

Les policiers qui ont mené les perquisitions de jeudi dans l'archidiocèse de Malines-Bruxelles étaient à la recherche de documents, notamment de courriers échangés par des victimes présumées de prêtres pédophiles et les autorités catholiques.

Selon le Vatican, "ces sentiments ont été exprimés personnellement" par le responsable de la diplomatie vaticane, Mgr Dominique Mamberti, à l'ambassadeur belge auprès du Saint-Siège Charles Ghislain.

Le Vatican a tenu, dans son communiqué, à "rappeler sa condamnation ferme de tous les actes criminels et immoraux d'abus sur des mineurs de la part de membres de l'Eglise".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Tabassage   Sam 24 Juil - 7:30

Quatre Roubaisiens âgés de 27 à 31 ans comparaissaient, hier, pour des violences commises ...

contre un homme âgé de 78 ans. Le tabassage en règle a lieu, le 6 juin dernier, dans une cour de Roubaix où vivent ces hommes appartenant à la même famille. « On nous a signalé un drôle de gars qui se touchait à l'entrée de la cour », résume l'un des agresseurs. L'un des premiers à porter les coups jure notamment avoir été particulièrement choqué par les propos de sa propre fillette, âgée de 10 ans. « Je suis allé demander des explications à cet inconnu,poursuit le papa. Ma fille l'a encore accusé. »
Choqués par les pleurs de leurs proches

D'où la colère de cet homme de 29 ans. Premiers coups. Chute du vieillard. Et effet de groupe. Les trois autres s'y mettent. Coups de poing, de pied, etc. « Vous appelez ça comment ?, les apostrophe le président Chhay. La justice ? » « J'ai eu peur pour ma petite fille », insiste le prévenu. « Et moi pour mon fils de 4 ans qui joue également dans la cour », renchérit un autre.

En face, l'homme de 78 ans - qui s'avère être un voisin - passe pourtant son temps à nier. Pour Marieke Buvat, l'avocate des quatre Roubaisiens, la violence des prévenus n'est pas difficile à saisir. Ils ont été choqués par les angoisses et les pleurs de leurs proches, notamment les enfants. D'où ces réactions à l'égard d'un homme pour qui ils nourrissent la plus grande des méfiances.

Sanction : des peines de prison avec sursis ou sans mandat de dépôt pour les quatre agresseurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Mathématiques complexées   Jeu 5 Aoû - 5:21

quand une femme met au monde 8 enfants pour les étouffer et les enterrer ou les mettre au frigo que de chantres pour lui trouver des excuses et lui donner toutes les circonstances atténuantes...
parce que c'est une femme et une mère

Quand un homme ose caresser sa fille ou un petit garçon c'est un affreux "criminel" , un viol que l'on punit de plus de 30 ans de prison

cherchez l'erreur ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Pédophilie: bond des plaintes après un nouveau bouton d'alerte sur Facebook   Jeu 12 Aoû - 15:37

Pédophilie: bond des plaintes après un nouveau bouton d'alerte sur Facebook

(AFP) – il y a 1 heure

LONDRES — Les signalements de comportements suspects envers les enfants ont été multipliées par plus de sept depuis l'intallation au Royaume-Uni d'un bouton d'alerte sur le site de socialisation Facebook, a indiqué jeudi l'organisme chargé de la sécurité sur internet.

211 jeunes utilisateurs britanniques du site ont signalé un comportement suspect depuis le lancement de l'application le 12 juillet, contre 28 le mois précédent, a précisé le Centre britannique pour la sécurité sur internet et contre l'exploitation des enfants (CEOP).

Le Centre avait été à l'origine de la mise en oeuvre du bouton d'alerte, appelé "panic button" en anglais, après la condamnation d'un violeur en série qui s'était présenté sur Facebook comme un jeune homme, pour séduire et tuer une adolescente.

L'installation de l'application n'est pas obligatoire mais un message présentant ce service apparaît automatiquement sur la page des jeunes britanniques de 13 à 18 ans, les encourageant à le faire car elle donne accès à des informations sur les risques encourus par les jeunes sur internet et leur permet le cas échéant de signaler des cas suspicieux. Les jeunes peuvent ajouter le site "ClickCEOP" parmi leurs favoris, ou installer le bouton d'alerte directement sur leur page.

Les utilisateurs de Facebook ont téléchargé l'application plus de 55.000 fois depuis son installation.

"La réponse à cette campagne est excellente. Cette mesure a été extrêmement bien reçue par les parents et les jeunes", a déclaré Jim Gamble, directeur général de CEOP.

C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Hystéries suisses...plus facile de tuer que d'essayer de comprendre et de pardonner...   Mer 25 Aoû - 4:46

Drôle de coïncidence. Fin février se tenait à Genève le IVe Congrès international contre la peine de mort, parrainé par la Confédération. Six mois plus tard, voilà qu'est lancée en Suisse la récolte de signatures pour rétablir la peine capitale «en cas d'assassinat en concours avec un abus sexuel». Lors de ce congrès, la Suisse s'était pourtant donné pour objectif un moratoire sur les exécutions à l'horizon 2015, dans une perspective d'abolition universelle. Se doutait-elle que le travail commencerait chez elle, soixante-huit ans après l'abandon de cette peine dans le Code pénal? En siégeant à Genève, les quelque 1300 militants ont en tout cas mis dans le mille
Il est évidemment trop tôt pour savoir si le peuple se prononcera sur cette proposition, lancée par des proches de victimes. Car les 100 000 signatures requises ne sont pas encore gagnées. Après avoir passé avec succès hier l'examen formel de la Chancellerie, le texte sera en cas d'aboutissement soumis sur le fond à l'Assemblée fédérale. Celle-ci devra décider de le valider ou non, sachant qu'il contrevient à la convention européenne des droits de l'homme et au droit à la vie, garanti dans la Constitution fédérale. Après la controverse sur la légalité de l'initiative antiminarets – la Cour européenne des droits de l'homme doit encore se prononcer –, la question de l'examen en deux temps des initiatives revient sur le tapis.
Il ne faudrait pas attendre que 100 000 personnes se soient mobilisées pour pouvoir invalider un texte. L'examen de fond devrait aussi être confié à un organe indépendant. Car la pression est ensuite trop grande sur le parlement, et le respect de l'ordre juridique n'a aucune chance face à la politisation des enjeux. La démocratie semi-directe suisse, qui confère une inestimable liberté d'action au peuple, ne doit pas devenir un fourre-tout au prétexte que le peuple aurait toujours -raison.
Le débat est d'autant plus d'actualité que les Suisses ont fait preuve de leur inclination à voter avec leurs tripes, comme le montrent les scrutins favorables à l'imprescriptibilité des crimes pédophiles ou à l'interdiction des minarets. Or, en mêlant la peine capitale aux crimes sexuels, dont la pédophilie, le cocktail émotionnel peut se révéler explosif. Qu'un fait divers sordide s'invite dans les débats et la récolte des signatures en sera décuplée. Pourtant, il faut encore le souligner, la peine capitale, injuste et inhumaine, rabaisse le bourreau au niveau de l'assassin. Il s'agit aussi de renverser l'argument des initiants: selon eux, une exécution est indispensable si elle permet d'éviter ne serait-ce qu'un meurtre. Au contraire, elle est indéfendable puisqu'elle fait courir le risque de tuer des innocents et qu'effectivement nombreux sont ceux de par le monde à être exécutés sans avoir commis de crime.
En 1985, une initiative visant à réintroduire la peine de mort pour les dealers de drogue n'avait pas abouti. La nouvelle charge fera-t-elle long feu? Les défenseurs de la souveraineté absolue du peuple nous demandent de faire confiance au souverain. Chat échaudé craint l'eau froide.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: édophilie : Air France sépare adultes et enfants sur ses vols   Mar 31 Aoû - 4:08

Pédophilie : Air France sépare adultes et enfants sur ses vols
Mots clés : Pédophilie, Enfants Non Accompagnés, Adultes, FRANCE, AIR FRANCE

Par Marion Brunet

30/08/2010 | Mise à jour : 22:08 Réactions (24)

La procédure d'Air France concernant les enfants voyageant seuls est jugée risquée par les syndicats, qui jugent qu'elle met en cause la sécurité des enfants. Crédits photo : AFP
Pour se prémunir d'accusations d'attouchements sexuels sur des mineurs non accompagnés à bord de ses avions, la compagnie aérienne a décidé de les faire voyager sans adulte à proximité immédiate.

Air France va-t-elle trop loin dans la gestion de ses passagers ? Après la polémique de janvier dernier sur les tarifs concernant les personnes obèses, la compagnie aérienne a décidé de faire voyager les mineurs non accompagnés loin des adultes à bord de ses avions. Le but : prévenir des accusations d'attouchements sexuels. Une procédure validée par la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) qui estime qu'elle participe d'une politique générale par rapport aux problèmes de pédophilie. Elle est en revanche jugée risquée par les syndicats, qui jugent qu'elle met en cause la sécurité des enfants.

«La nouvelle réglementation concernant les UM (les mineurs non accompagnés, ndlr) stipule qu'il ne doit pas y avoir de passager adulte sur le même bloc siège sauf en cas de cabine complète», a expliqué lundi Jean-Marc Quattrochi, délégué à l'UNAC, l'un des syndicats des hôtesses et des stewards. La directive, qui figure dans le nouveau manuel de sécurité et de sauvetage des personnels navigants commerciaux (PNC) édité en février, aurait été édictée à la suite de plaintes, notamment sur des vols long-courriers vers les Etats-Unis, selon plusieurs sources internes.

«Le nombre de plaintes est confidentiel, Air France n'a évidemment pas envie d'en faire publicité, explique-t-on chez Alter, un syndicat de pilotes. Le service juridique redoute à l'évidence d'être mis en cause pour négligence en laissant un adulte à côté d'un UM s'il y avait la possibilité de le mettre ailleurs». Le texte interne à Air France précise toutefois que «la présence d'un passager adulte sur un bloc siège adjacent, en priorité le siège situé de l'autre côté de l'allée, est impérative».

British Airways condamnée
Une précaution insuffisante pour les syndicats. «Cela va à l'encontre de la sécurité des vols et des enfants. Comment un passager assis de l'autre côté pourrait-il venir en aide à un enfant assis côté hublot?», interroge Guillaume Pollard, délégué Alter. Pour le syndicaliste, cette directive est par ailleurs en contradiction avec les consignes présentées par l'équipage au début du vol en cas de dépressurisation: dans ce type de situation, l'adulte doit en effet s'équiper en premier du masque à oxygène avant de mettre celui de l'enfant assis à côté de lui. Autre incompatibilité soulignée par le syndicat : la directive va à l'encontre de la procédure de préparation de la cabine en cas d'évacuation d'urgence, qui préconise de mettre les enfants entre deux adultes.

«Pour le service juridique, les probabilités d'attouchements sexuels sont plus élevées que celles de dépressurisation d'urgence», arguent toutefois plusieurs personnels navigants commerciaux, souhaitant garder l'anonymat. «Depuis la mise en place de cette procédure, aucun incident de sécurité n'a été observé», a ainsi justifié Air France, précisant que la procédure datait de mi-juillet 2009.

British Airways applique pour sa part une procédure similaire en interdisant aux hommes de s'asseoir à côté d'enfants non accompagnés. La compagnie britannique en a d'ailleurs déjà fait les frais puisqu'elle a été condamnée cet été pour discrimination après avoir demandé à un homme de se déplacer parce qu'il était assis à côté d'un enfant voyageant seul… Coût de l'opération: 4.167 euros. Un risque perçu par Air France, qui n'a pas souhaité différencier les hommes des femmes dans sa procédure afin d'éviter toute accusation de discrimination.

A quand les enseignants sous cage de verre ou les pédiatres aux bras télescopiques ? geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Larry Clark   Sam 18 Sep - 3:51

L'exposition, à partir du 8 octobre, devrait faire événement : la première rétrospective en Europe du grand photographe américain Larry Clark, 67 ans, au Musée d'art moderne de la Ville de Paris. Mais c'est aussi une exposition qui fait peur. Car Larry Clark, également grand cinéaste, a photographié "sans concession la perte de repères et les dérives de l'adolescence". En termes plus crus, disons qu'il est question de sexe, de violence et de drogue dans les photos en noir et blanc ou en couleurs. Des garçons se piquent, d'autres arborent leur pénis en érection, des couples font l'amour, les pistolets virevoltent. Et comme les garçons semblent avoir entre 15 et 18 ans, et que les poses sont "très suggestives", on a pu parler de pédophilie.




L'exposition sera interdite aux moins de 18 ans. C'est très rare dans les musées. "Je ne vois pas d'autre exemple, peut-être un à la Bibliothèque nationale", avance Fabrice Hergott, directeur du Musée d'art moderne de la Ville de Paris. Des gardiens vérifieront les cartes d'identité. Selon M. Hergott, le service juridique de la Ville de Paris a brandi la loi de mars 2007 sur la protection de l'enfance. "C'est la meilleure décision, car le risque de conflit est avéré", ajoute Christophe Girard, adjoint à la culture (PS) à la Ville de Paris. Il ajoute : "L'essentiel est que cet immense artiste soit exposé à Paris."

Sans doute, mais l'oeuvre peut-être la plus forte sur l'adolescence est interdite aux adolescents. "Oui, c'est dommage", dit Fabrice Hergott, qui sait très bien que la loi est loin d'être la seule raison de l'interdiction aux moins de 18 ans. "C'est l'époque qui a changé." Les multiples révélations d'affaires de pédophilie, depuis dix ans, ont bouleversé la perception des images faisant dialoguer sexe et enfance. La Ville de Paris a déjà présenté une exposition Larry Clark en 1992. C'était dans le Forum des Halles. Il y avait des images très crues. "Nous n'avions eu aucun problème", rappelle Joël Brard, qui a travaillé à cette exposition. En revanche, "Présumés innocents", montrée à Bordeaux en 2000, avec pour sujet la représentation de l'enfance dans l'art contemporain, a donné lieu à dix ans de procédures devant les tribunaux. Les organisateurs, accusés de "diffusion de l'image d'un mineur présentant un caractère pornographique", n'ont finalement pas été poursuivis. Mais, dans le monde de l'art, le traumatisme reste profond.

Le catalogue Clark devait être réalisé par Paris Musées, lié à la Ville. Finalement, il le sera par la galerie Simon Lee, à Londres, qui représente Clark. Pourquoi ? On sent Aimée Fontaine, directrice de Paris Musées, embarrassée : "C'est un livre d'artiste, et son coût est élevé..." Le contenu des images n'a-t-il pas joué ? Mme Fontaine est alors plus directe : "On ne peut ignorer qu'il y a dans le livre des photos à caractère pédophile et pornographique." Six images posaient problème à l'éditeur, reconnaît M. Hergott. "Finalement, le livre est fait à Londres, sans censure, ce qui permet de protéger l'oeuvre de l'artiste."

Michel Guerrin (L'histoire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un mois ferme pour le romancier   Ven 8 Oct - 7:44

Un mois ferme pour le romancier
07/10/2010 à 16h15 | 5 vues | 0 réactions


Le tribunal de Bourges m'a condamné à 6 mois de prison avec sursis pour la fabrication et la diffusion sur le Web d'un roman et de quelques histoires courtes sur le thème de la pédophilie. C'est une atteinte grave à la liberté d'expression. Comme je protestais trop contre cette condamnation, le tribunal a révoqué partiellement mon sursis. J'ai donc fait tout récemment un mois de taule.
Mes textes ne sont ni violents ni contraires à la dignité humaine ni pornographiques. Jugez par vous même en lisant par exemple ma nouvelle Elastikette : http://www.leoscheer.com/man/spip.php?page=man&id_article=1253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Hystéries à la tv allemande   Mer 20 Oct - 8:31

Ci-dessus la bande annonce de l'émission télévisée «Tatort Internet», qui traque les pédophiles de la toile.

Le casting de la nouvelle émission choc de RTL 2 est prestigieux. Pour donner la chasse aux pédophiles sur Internet, la chaîne de télévision allemande a fait appel à l’ancien chef de la police et ministre de l’Intérieur de la ville-État de Hambourg, Udo Nagel, et à Stephanie zu Guttenberg, épouse du très populaire ministre de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg. Diffusée le lundi soir à 20h30, l’émission «Tatort Internet, schützt endlich unsere Kinder !» («Lieu du crime Internet, protégez enfin nos enfants») affirme avoir pris en flagrant délit plus de 60 criminels de la toile en dix épisodes, piégés à l’aide d’une jeune fille servant de leurre et d’une caméra.

Descendante d’Otto von Bismarck, Stephanie zu Guttenberg préside la section allemande d'«Innocence en Danger», association de lutte contre la pédophilie et vient de publier un livre sur le sujet. Depuis le lancement de l’émission il y a une semaine, la très élégante épouse du ministre le plus en vue du gouvernement - présenté par les médias comme un successeur potentiel d’Angela Merkel à la chancellerie - reçoit chaque jour des menaces de pédophiles. Mais elle subit aussi des critiques dans les médias, qui avaient unanimement salué son combat contre la pédophilie sur Internet, pour son rôle dans cette émission controversée.

Ainsi, la ministre de la Justice Sabine Leutheusser-Schnarrenberger a lancé une mise en garde contre le risque de mise en cause d'innocents, sans citer directement la baronne zu Guttenberg. «Un État de droit n'a pas besoin d'une mise au pilori publique», a déclaré Leutheusser-Schnarrenberger au journal Passauer Neue Presse, tandis que plusieurs autres journaux protestaient contre l'émission, accusée de faire appel aux instincts les plus bas de «voyeurisme» et de «chasse aux sorcières».

Pour Ude Nagel, co-présentateur et ancien ministre de l’Intérieur de Hambourg, il devenait urgent de réagir face à la multiplication des agressions sexuelles contre des mineurs sur les sites de chat. «Le nombre de crimes sur Internet augmente chaque jour de façon spectaculaire. Mais les plus menacés sont nos enfants», explique-t-il. Détectés sur des sites Internet de chat, les suspects ont tout d'abord appâtés en ligne par une jeune femme qui se fait passer pour une mineure, puis filmés lorsqu'ils se présentent à un rendez-vous avec une actrice qui interprète le rôle d'une fillette de 13 ans. Les suspects, dont la silhouette est pixelisée et la voix modifiée à la diffusion, sont alors confrontés par une journaliste jouant le rôle de la mère de la fillette. Ensuite, ces justiciers de la télévision transmettent leurs dossiers à la police pour qu’elle approfondisse l’enquête et afin qu’elle engage d’éventuelle poursuites. Pionnière en matière de téléréalité.

RTL 2, qui avait diffusé outre-Rhin l’émission Big Brother, sorte de Loft à l’Allemande, n’hésite pas à diffuser des séquences choc. Dans une scène éprouvante pour le téléspectateur, un conseiller d’éducation se déshabille devant un garçon âgé de 13 ans. Dans une autre, un ouvrier promet un «rasage intime» à domicile à une jeune fille. Ou encore, un enseignant donne rendez-vous à une adolescente âgée de 13 ans dans une chambre d’hôtel et promet de convier «deux amis spectateurs». Ces procédés font d’autant moins l’unanimité, que l’un des suspects, un homme âgé de 61 ans qui dirigeait un centre d'accueil pour enfants et qui a été identifié par ses employeurs à l'issue de l'émission diffusée il y a huit jours, est aujourd'hui porté disparu.