Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hystéries irresponsables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Internet : Les sites web pédophiles pas accessibles à Maurice    Mer 9 Fév - 11:14

Internet : Les sites web pédophiles pas accessibles à Maurice
Bertrand Hérisson
02/09/11 | Commentaires [3]

Modifier la taille du texte: A | A

Commentaires
Noter l'article
Partager et classer cet article
Le ministère de l''Information et de la Communication prend de nouvelles mesures en vue de combattre la pédophilie qui gagne du terrain sur Internet. A partir de ce mardi 8 février, tous les sites pédophiles seront bloqués à Maurice.

Les parents inquiets de voir leurs enfants surfer sur Internet n’ont plus aucun souci à se faire. Ces derniers sont désormais protégés contre les abus lorsqu’ils utilisent l’outil internet, cela grâce à une initiative de l’Information & Communication Technologies Authority (ICTA), sous l’égide du ministère des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC).

Le ministre des TIC, Pillay Chedumbrum, était présent à l’occasion du lancement officiel de ce projet, ce mardi 8 février, au siège de l’ICTA, à Port-Louis. Ce système permet de filtrer l’accès aux sites en ligne favorisant l’exploitation sexuelle des enfants.

Dans son discours, le ministre a fait ressortir qu’en septembre dernier, il avait appris que près de 1 200 visites ont été enregistrées sur de tels sites quotidiennement. « Selon le dernier rapport de l’Internet Watch Foundation, 44% des images détectées en ligne représentent le viol ou la torture d’un enfant. D’autant plus que près de 80% de ces enfants sont âgés de moins de dix ans », a-t-il déclaré.

Ce système de filtrage contre l'exploitation sexuelle des enfants est actuellement hébergé à l’ICTA et il est connecté à tous les fournisseurs locaux qui offrent l'accès à l'Internet au grand public.

Egalement présente à cette occasion, l’Ombudsperson for Children, Shirin Aumeeruddy-Cziffra, qui a salué cette bonne initiative du ministère de l'Information et de la Communication. Selon elle, l’enfant d’aujourd’hui a accès à la pornographie trop facilement. «J’ai demandé au gouvernement de ratifier le protocole à la Convention aux droits des enfants qui concerne la vente des enfants, la prostitution infantile et surtout, la pornographie », a-t-elle ajouté.

En censurant la LIBERTE on ne résout rien... geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: GRANDE-BRETAGNE - Pas de QI, pas de sexe   Mer 9 Fév - 11:17

GRANDE-BRETAGNE - Pas de QI, pas de sexe
Une cour de justice britannique a interdit à un homme adulte d'avoir des relations sexuelles pour cause de quotient intellectuel trop bas.




De NOTRE CORRESPONDANTE À LONDRES, FRÉDÉRIQUE ANDRÉANI
Alan, un homme de 41 ans dont le quotient intellectuel s'élève à 48 - soit moins de la moitié du QI standard, fixé à 100 -, a été interdit de relations sexuelles par une haute cour de justice britannique. Le tribunal en charge de l'affaire situé au nord de Londres l'a ainsi jugé incapable de comprendre ses actions et les risques que pouvaient poser de telles actions pour sa santé. La procédure judiciaire à l'encontre d'Alan a été intentée par la municipalité qui l'héberge, après qu'il a développé une relation sexuelle avec un autre homme, Kieron, vivant dans le même foyer municipal que lui.

Alan, qui est décrit comme "sociable" et "physiquement capable", a par ailleurs été accusé de faire des gestes indécents à l'encontre d'enfants, dans un bus et chez un dentiste, même si ces actes n'ont pas fait l'objet d'une procédure policière. Selon le quotidien The Daily Telegraph, qui a révélé les détails de ce cas très particulier, Alan fait ainsi désormais l'objet d'une surveillance constante de la part de la municipalité qui l'héberge, dont les responsables ont décrit la "vigueur de ses pulsions sexuelles" comme étant "déplacée". Alan se trouve donc privé de toute activité sexuelle, mis à part quand il est seul dans sa chambre, et ses contacts avec Kieron sont désormais limités.

Des cours

Le juge en charge de l'affaire a basé sa décision sur "l'incapacité mentale" d'Alan de comprendre "la mécanique de l'action" et ses conséquences. Il a reconnu que le cas était difficile "légalement, intellectuellement et moralement", dans la mesure où l'acte sexuel "constitue l'une des fonctions physiques de base de l'être humain", mais que la décision était prise dans l'intérêt d'Alan. Selon le psychiatre en charge d'évaluer ce dernier, il aurait ainsi déclaré qu'"il pensait que les bébés étaient livrés par des cigognes ou trouvés sous des arbustes" et que "l'acte sexuel pouvait donner des boutons ou la rougeole". Le juge a ordonné au conseil municipal de fournir à Alan des cours d'éducation sexuelle, "dans l'espoir qu'il puisse ainsi acquérir les connaissances qui lui manquent".

Le cas a été traité par la Cour de protection - une cour de justice dont les procédures ont lieu à huis clos - qui est chargée de prendre des décisions pour les personnes qui sont jugées incapables intellectuellement de décider par elles-mêmes. Cette cour de justice très particulière peut ainsi imposer à des personnes des avortements ou des opérations médicales, les forcer à utiliser des moyens de contraception ou décider de mettre fin à la vie de patients dans le coma qui ne survivent que grâce à un respirateur artificiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Nouvelle censure stupide...à croire que les hommes ne sont pas fier de leur sexe !!!!   Mer 9 Mar - 4:44

Le mardi 08 mars 2011 - 14:53
Elie Semoun : sa pub pour Fanta interdite au cinéma



Des parents ont été scandalisés par une pub d’Elie Semoun pour la marque Fanta. Le Jury de déontologie publicitaire a demandé l’arrêt de sa diffusion…
Il n’était pas fin, pas très drôle non plus, mais certainement pas choquant. Pourtant, l’un des spots d’Elie Semoun pour la marque Fanta a été interdit de diffusion par le Jury de déontologie publicitaire. Dans cette publicité calquée sur ses Petites annonces et diffusée dans les salles de cinéma, Elie Semoun, alias le professeur Kassos, conseillait à un « jeune puceau » d’utiliser « le principe de la poutre apparente » pour augmenter ses chances de séduire les filles. L’ado et son mentor glissaient donc une canette de soda dans leur pantalon pour impressionner deux midinettes, un stratagème grivois qui se concluait sur un échec.
L’humour d’Elie Semoun n’a pas amusé plusieurs parents. Outrées par cette publicité, plusieurs personnes ont sollicité le Jury de déontologie publicitaire en dénonçant une mise en scène « dégradante et avilissante », qui plus est « susceptible d’évoquer une situation de pédophilie », comme le rapporte le JDP dans son rapport. D’autres ont déploré que le spot soit diffusé avant des films destinés aux enfants. La société Coca-Cola, propriétaire de la marque Fanta, s’est défendue en indiquant qu’elle avait demandé que cette publicité ne soit pas projetée lors de séances de films pour enfants mais que ses recommandations n’ont pas toujours été suivies.
Le JDP indique que pour Coca-Cola « ce style d’humour décalé est, même s’il n’est pas toujours perçu comme de très bon goût, quotidiennement pratiqué par les adolescents. Les marques, afin de rester attractives, doivent souvent s’inspirer de ce style décalé sous peine d’être jugées “hors du coup” par ces mêmes adolescents, très exigeants et versatiles ». Ados qui sont justement la cible de Fanta. Le Jury de déontologie publicitaire a toutefois estimé la plainte des parents fondée et a exigé l’arrêt de la diffusion du spot incriminé. Pour ceux qui sont vraiment fan, il reste Internet… où la pub va désormais avoir une seconde vie grâce au beau boulot du JDP.
C.G.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: des combats d'arrière-garde et l'oubli de la reconnaissance et de la gratitude   Mer 16 Mar - 4:28

Ecole en bateau: des victimes veulent obtenir réparation de l'Etat
ZoomRéduire la taille de policeAgrandir la taille de policeImprimezTwitterNetvibesFacebookDelicious
Des par­ties civiles dans l'enquête sur des faits pré­su­més de pédo­phi­lie, com­mis dans les années 1980 à bord du bateau-école "Karrek Ven", ont assi­gné à Paris l'Etat en déni de jus­tice pour pro­tes­ter contre la len­teur de la jus­tice, a annoncé à l'AFP leur avo­cat, Me Eric Morain.
Près de 17 ans après la pre­mière plainte, dépo­sée en 1994, les vic­times pré­su­mées de viols com­mis entre 1979 et 1992 sur le navire-école attendent tou­jours que le par­quet de Paris prenne ses réqui­si­tions de ren­voi devant la cour d'assises.
"L'enquête des juges d'instruction a été close fin mars 2010, il y a près d'un an, mais le par­quet n'a tou­jours pas pris ses réqui­si­tions," a déploré Me Morain, rap­pe­lant que le prin­ci­pal mis en exa­men dans ce dos­sier, Leonid Kameneff, est âgé de 74 ans.
"Nous avons déposé ven­dredi devant le tri­bu­nal de grande ins­tance de Paris une assi­gna­tion de l'Etat pour déni de jus­tice, pour pro­tes­ter contre les nom­breux erre­ments de la pro­cé­dure", a expli­qué l'avocat. La voie de l'assignation per­met de récla­mer à l'Etat une indemnisation.
L'avocat a pré­cisé avoir écrit entre octobre 2010 et jan­vier 2011 au pro­cu­reur de la République de Paris, Jean-Claude Marin, au pro­cu­reur de la cour d'appel de Paris, François Falletti, ainsi qu'au garde des Sceaux, Michel Mercier, sans jamais rece­voir de réponse.
"Il est mal­heu­reux que ce soit encore aux vic­times de faire bou­ger les choses, après avoir subi autant d'avanies", a dénoncé Me Morain.
Dans cette affaire, cinq per­sonnes, dont l'ancien capi­taine du "Karrek Ven", Leonid Kameneff, ont été mises en exa­men pour des viols et agres­sions sexuelles "sur mineurs de 15 ans par per­sonne ayant auto­rité", entre août 1979 et 1992.
Une tren­taine de jeunes ayant navi­gué sur le bateau-école ont dénoncé à la police des abus sexuels et 14 se sont consti­tués par­ties civiles, les faits dénon­cés par les autres étant prescrits.
La Brigade de pro­tec­tion des mineurs (BPM), en charge de l'enquête, a établi qu'au total envi­ron 400 enfants, gar­çons et filles, étaient pas­sés sur le bateau.
Fondée par M. Kameneff, l'association "L'école en bateau" prô­nait "l'épanouissement intel­lec­tuel, psy­cho­lo­gique et social de l'enfant", a expli­qué une source proche du dos­sier, ajou­tant que "le marin péda­gogue aurait encou­ragé les ado­les­cents à vivre nu et à avoir des rela­tions sexuelles entre eux ou avec des adultes".
Si une majo­rité d'enfants ont déclaré à la jus­tice, selon cette source, avoir "passé un séjour for­mi­dable" à bord du tho­nier, d'autres ont dénoncé l'aspect sec­taire de l'éducation pra­ti­quée. Ils ont notam­ment décrit des séances d'autocritique et d'accusation publiques, des séances de mas­sage ou de mas­tur­ba­tion collective.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: DIJON : LES GENDARMES D'INTERNET   Ven 18 Mar - 10:04

DIJON : LES GENDARMES D'INTERNET
global | médias | article jeudi 17 mars 2011 - 19:34 par INTERPOL EUROPOL
«En général, poursuit-il, je préfère endosser des rôles de petites filles.»

C'est sur nous identifions tout de suite le pervers gendarme pédophile en live !

Déjà qu'un général a été condamné pour pédophilie mais y en d'autres lol !

Le gendarme pédophile Hg H (38 ans) est accusé d’abus sexuels à l’encontre de dizaines de jeunes garçons. Il racolait des clients par des annonces dans des revues pornographiques où figuraient les photos des enfants nus.

Peter Pan double erreur dans les gendarmes d'internet : Prosélyte de la pédophilie sur le Web, il était aussi informaticien gendarme d'internet pédophile dans une cellule de la gendarmerie de la caserne brigade de gendarmerie !

Un général de l’armée a été renvoyé devant le Tribunal correctionnel mardi pour détention présumée d’images pédopornographique

un élève gendarme d’une école de la gendarmerie condamné à de la prison dont six mois ferme pour pédophilie

Corruption pédophilique dans la gendarmerie de France : protection des pédophiles par la gendarmerie nationale en france : spécial moniteurs gendarmes pédophiles en gendarmerie !

Commence alors une traque qui va durer plus de quatre mois. Nos Sherlock Holmes de simples citoyens français mesurent la portée de leur découverte et découvrent que

Peter Pan est un gendarme pédophile de 44 ans, habite dans la caserne de gendarmerie et travaille avec le commandant dans la cellule informatique de la gendarmerie nationale ... comme expert de la pédophile informatique auprès de la gendarmerie nationale rien d'autre qu'un de ces pédophiles gendarmes en fait !

De la même manière, les militaires ne cachent pas leur répugnance à incarner jour après jour le personnage d'un pervers.

Choses auxquels ils sont habitués à nous faire pour nous violer nous les petits en gendarmerie et à l'extérieur ! Nous les petits des gendarmes ne nous prenez pas pour des crétins sacrés gendarmes pédophiles qui couvrent les réseaux pédophiles de france dans notre gendarmerie et à l'extérieur ! et qui contribuent à la traite de nos petits copains et petites copines au sein de notre europe !

Mme Reding VIviane comissaire à la justice européenne le dit je ne retire rien de ce que j'ai dit sur la france de l'Union Européenne

«Pour être crédibles, nous peaufinons nos personnages d'enfants, confie Jean-Claude.

Oui c'est cela Jean Claude comme Peter Pan par exemple qui est un gendarme pédophile de 44 ans, demasqué qui habite dans la caserne de gendarmerie et travaille avec le commandant dans la cellule informatique pédophile de la gendarmerie nationale ... comme expert de la pédophile informatique auprès de la gendarmerie nationale rien d'autre qu'un de ces pédophiles gendarmes en fait !

Inutile de préciser que les cybergendarmes de la gendarmerie se précipitent au cinéma dès la sortie d'un Walt Disney Pédophile ! Jean Claude ne sait pas encore que DISNEY est une entreprise PEDOPHILE mais comme Jean Claude se fait grillé par DISNEY en plus : il s'est vendu sacré pédophile gendarme !

Walt Disney le fondateur était un pédophile notoire et tous les films Disney sont crées pour l'endoctrinement pédophile satanique !
«En général, poursuit-il, je préfère endosser des rôles de petites filles.»

C'est sur nous identifions tout de suite le pervers gendarme pédophile en live !

Déjà qu'un général a été condamné pour pédophilie mais y en d'autres lol !

Le gendarme pédophile Hg H (38 ans) est accusé d’abus sexuels à l’encontre de dizaines de jeunes garçons. Il racolait des clients par des annonces dans des revues pornographiques où figuraient les photos des enfants nus.

Peter Pan double erreur dans les gendarmes d'internet : Prosélyte de la pédophilie sur le Web, il était aussi informaticien gendarme d'internet pédophile dans une cellule de la gendarmerie de la caserne brigade de gendarmerie !

Un général de l’armée a été renvoyé devant le Tribunal correctionnel mardi pour détention présumée d’images pédopornographique

un élève gendarme d’une école de la gendarmerie condamné à de la prison dont six mois ferme pour pédophilie

Corruption pédophilique dans la gendarmerie de France : protection des pédophiles par la gendarmerie nationale en france : spécial moniteurs gendarmes pédophiles en gendarmerie !

Commence alors une traque qui va durer plus de quatre mois. Nos Sherlock Holmes de simples citoyens français mesurent la portée de leur découverte et découvrent que

Peter Pan est un gendarme pédophile de 44 ans, habite dans la caserne de gendarmerie et travaille avec le commandant dans la cellule informatique de la gendarmerie nationale ... comme expert de la pédophile informatique auprès de la gendarmerie nationale rien d'autre qu'un de ces pédophiles gendarmes en fait !

De la même manière, les militaires ne cachent pas leur répugnance à incarner jour après jour le personnage d'un pervers.

Choses auxquels ils sont habitués à nous faire pour nous violer nous les petits en gendarmerie et à l'extérieur ! Nous les petits des gendarmes ne nous prenez pas pour des crétins sacrés gendarmes pédophiles qui couvrent les réseaux pédophiles de france dans notre gendarmerie et à l'extérieur ! et qui contribuent à la traite de nos petits copains et petites copines au sein de notre europe !

Mme Reding VIviane comissaire à la justice européenne le dit je ne retire rien de ce que j'ai dit sur la france de l'Union Européenne

«Pour être crédibles, nous peaufinons nos personnages d'enfants, confie Jean-Claude.

Oui c'est cela Jean Claude comme Peter Pan par exemple qui est un gendarme pédophile de 44 ans, demasqué qui habite dans la caserne de gendarmerie et travaille avec le commandant dans la cellule informatique pédophile de la gendarmerie nationale ... comme expert de la pédophile informatique auprès de la gendarmerie nationale rien d'autre qu'un de ces pédophiles gendarmes en fait !

Inutile de préciser que les cybergendarmes de la gendarmerie se précipitent au cinéma dès la sortie d'un Walt Disney Pédophile ! Jean Claude ne sait pas encore que DISNEY est une entreprise PEDOPHILE mais comme Jean Claude se fait grillé par DISNEY en plus : il s'est vendu sacré pédophile gendarme !

Walt Disney le fondateur était un pédophile notoire et tous les films Disney sont crées pour l'endoctrinement pédophile satanique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Bientôt le puritanisme vestimentaire !!!   Mar 29 Mar - 4:56

Elle s'appelle Ashley, n'a que quelques jours, mais fleure déjà bon le scandale. Ashley est une ligne de maillots de bain lancée par le célèbre groupe américain Abercombrie & Fitch, dont la première boutique française doit ouvrir en mai. Sa particularité, offrir aux jeunes filles de 7 à 14 ans des bikinis rembourrés donnant l'illusion d'une poitrine généreuse à l'âge où le corps commence à peine à se transformer. L'initiative fait des vagues. Dans le monde entier, les psychiatres dénoncent un produit encourageant une sexualité précoce des préadolescents. D'autant que la marque au caribou n'en est pas à son coup d'essai. En 2002, elle avait lancé une ligne de strings également adressée aux fillettes, sur lesquels était écrit "eye candy" (pour le plaisir des yeux) ou "wink wink" (oeillade). Du meilleur goût.

"C'est tordu", réagit le psychiatre Xavier Pommereau, chef du pôle aquitain de l'adolescent au CHU de Bordeaux. "De tels produits anticipent la sexualisation du corps et exposent les fillettes au regard concupiscent des autres", s'inquiète-t-il. "Il y a une discordance entre les maturités affective et sexuelle", rappelle-t-il, témoignant d'une entrée dans la vie sexuelle des adolescents de plus en plus jeune, parfois dès 14 ans. La tendance est réelle, mais les responsables sont clairement identifiés à ses yeux. Ce sont les parents qui achètent ces tenues à leur progéniture. "Il ne faut pas qu'ils s'amusent à jouer à la poupée avec leurs propres enfants", prévient-il. "Ça n'est pas un déguisement, encore moins un jeu."

"Planète ado"

Si les spécialistes s'alarment, plusieurs enseignes d'habillement françaises, contactées par Le Point.fr, voient cette tendance d'un autre oeil. "Les sous-vêtements rembourrés pour pré-ados existent depuis longtemps, pourquoi pas les maillots de bain", remarque un grand groupe sous couvert d'anonymat. "Les Brésiliens font cela depuis longtemps, pourquoi pas chez nous", ajoute un de ses concurrents, préférant lui aussi rester discret. La cible "lolita" dérange l'opinion, mais intéresse les commerciaux. Une stratégie qui ne surprend pas Xavier Pommereau. "Les grands enfants sont de plus en plus attirés par la planète ado, le fabricant récupère cette tendance", constate-t-il, amer.

Abercombrie reste muet. Seule preuve de son intérêt pour la polémique naissante, la marque a discrètement fait disparaître le mot "push up" dans le descriptif du maillot de bain, disponible à la vente sur son site internet, s'en tenant à un "triangle rayé" bien plus consensuel. Mais le produit, lui, ne change pas. L'entreprise pourrait rapidement être contrainte de sortir de son silence. En 72 heures, sa page Facebook a été envahie de commentaires outragés. "Ma fille ne va pas parader comme un sex symbol pour pervers dégoûtants", écrit notamment Hollie, mère d'une ado de 12 ans. Suzan va plus loin, appelant au "boycott" pur et simple d'A&F "jusqu'à ce qu'ils arrêtent de vendre ces produits ridicules". "Plus d'achat chez Abercombrie", embraye Christina. Un appel qui pourrait bien faire boule de neige... ou assurer une belle publicité à la marque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Déclaré pédophile pour quatre manga... pornographiques   Ven 22 Avr - 7:03

Déclaré pédophile pour quatre manga... pornographiquesCondamné pour pédophilie sur la base de quatre dessins. Rédigé par Adrien Aszerman, le jeudi 21 avril 2011 à 14h47 La pédopornographie, c'est mal. L'attirance sexuelle éprouvée par un adulte pour des enfants, c'est condamnable. Mais être jugé pour la possession de 39 dessins répréhensibles, sur une collection de 4 millions ? On s'interroge.

Simon Lundström est considéré comme le plus grand spécialiste du manga en Suède. Traducteur pour la maison d'édition Bonnier Carlsen, la qualité de son travail et son érudition était louée par tous. (notre actualitté)

Seulement, voilà : Simon Lundström vient d'être condamné pour pédophilie par le tribunal d'Uppsala. Et ce jugement a déjà été confirmé par un arrêt d'appel. Son crime ? Avoir détenu sur son ordinateur moins de 40 dessins jugés « pornographiques » (dixit la Cour d'appel). Si la condamnation est légère, soit une amende de 500 euros, et que le délit est qualifié de « mineur » par le jugement de première instance, cette procédure et son issue font tache.



Car cet érudit inégalé est désormais frappé d'une interdiction professionnelle, remercié par la maison d'édition qui l'employait. Impossible donc, pour lui, de continuer à travailler dans son domaine de prédilection.

Tout le problème viendrait de l'absence de distinction, dans la loi suédoise, entre « pédopornographies documentaire et fictive ». Et peu importe si les enfants mis en scène dans les dessins litigieux sont représentés avec de très grands yeux et une queue féline. Pas d'importance non plus que Simon Lundström possède, en format papier ou numérique, plus de 4 millions dessins, et que sur ces 4 millions le psychologue en Suède de l'ONG Save the Children, Olof Risberg, n'en décèle que... quatre (!) de pornographiques.

Mais tous s'accordent à dire qu'aucune image n'est réaliste ni ne montre de vrais enfants, pas plus que de vrais abus.

Si, sur le plan juridique l'affaire suscite de nombreux débats, Lundström reste le premier et seul condamné pour détention de dessins pornographiques depuis l'entrée en vigueur de la loi suédoise sur le sujet, en 1999.

Nous nous associons donc à l'appel lancé par Ulrika Knutson dans Fokus, au moins pour la réintégration de Simon Lundström dans sa maison d'édition d'origine. En attendant une décision de la Cour suprême de Suède.

(Via Courrier International via Fokus)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Hystérie canadienne   Lun 2 Mai - 7:11

CHRONIQUE DE SOPHIE DUROCHER
La fin des idoles
Sophie Durocher
01-05-2011 | 23h24



Vendredi, mon mari a dû s’asseoir avec sa pré-ado pour lui parler de pédophilie. Maxime Roussy, qui a écrit un des livres préférés de sa fille, Le blogue de Namasté, venait d’être accusé d’agression sexuelle sur une mineure.

Déjà, en 2009, quand Jean-François Harrisson avait été arrêté pour possession et distribution de pornographie juvénile, ça avait été un choc. Le comédien jouait dans deux des émissions préférées de ma belle-fille à Vrak.tv, Une grenade avec ça? et R–Force.

Comment explique-t-on à une jeune fille que les artistes qu’elle admire ont un côté sombre? Et que les héros ne sont pas tous parfaits, infaillibles et invincibles?

LES RISQUES DU MÉTIER
Avant d’être accusé, Maxime Roussy était décrit dans les médias comme «le chouchou des ados». Quand on est un adulte en contact avec les jeunes, on se doit de faire attention à tout ce qu’on fait, à tout ce qu’on dit, de peur que ça soit mal interprété.

C’est pourquoi j’ai ressenti un malaise en lisant certaines déclarations de Maxime Roussy, qui prennent bien sûr un tout autre éclairage dans le contexte actuel.

Le 25 février 2011, Roussy était l’invité d’honneur du Salon du livre de l’Outaouais. Sur le site internet du Salon, on peut lire: «Souhaitant procurer à ses lecteurs et lectrices leur moment de bonheur de la journée, "un genre d’orgasme platonique", Maxime Roussy transmet son amour de la lecture à travers des ateliers donnés dans les écoles, bibliothèques et salons du livre».

Si j’écrivais de la littérature jeunesse, je ne suis pas sûre que je parlerais d’orgasme (platonique ou pas) pour décrire l’effet de mes livres sur les jeunes lecteurs.

En novembre 2010, au Salon du livre de Montréal, Maxime Roussy expliquait à une ado qui l’interviewait pour le site internet radio-canada.ca: «Namasté, c’est essentiellement moi qui se fais passer pour une fille de 14 ans. C’est un peu freak comme ça quand on y pense». Un peu?

DES RÉSEAUX TROP SOCIAUX?
Maxime Roussy, aurait, selon les accusations, contacté la présumée victime par internet après l’avoir croisée à un Salon du livre. Bizarrement, Le blogue de Namasté raconte l’histoire d’une jeune fille qui se confie à son blogue, sur internet, en cachette de ses parents.

Dans le premier tome, elle écrit ceci à propos de sa mère: «Avant, elle voulait tout savoir. Elle était indiscrète. Et quand je disais que je ne voulais pas lui répondre, ça la rendait frue. Elle prétendait que c’était parce que j’avais des choses à cacher».

Maxime Roussy avait une page Facebook. Il y dialoguait avec ses jeunes lecteurs et lectrices. Elle a été fermée la semaine dernière. On pouvait y trouver ce témoignage troublant: «Les filles, lisez bien, j’ai parlé à Maxime pendant quatre heures chaque soir, sur Facebook et MSN, ça aurait pu être moi. Faites attention sur internet.»

Cet avertissement vaut aussi pour les parents. Comment se fait-il que des jeunes filles aient pu correspondre avec un auteur à succès de 35 ans sans que leurs parents soient au courant?

LES AMIS DES JEUNES
Ce qui est triste avec cette histoire, c’est qu’elle jette un doute dans nos esprits. Les gestes les plus inoffensifs nous paraissent soudain louches.

Pas étonnant que mon ami, prof au cégep, laisse la porte grande ouverte chaque fois qu’il rencontre une de ses étudiantes.
Et pas étonnant que, comme le rapportait Sébastien Ménard dans le Journal, les hommes soient plus rares que jamais dans les écoles du Québec.

Ils ont peur qu’autour d’eux on se pose la question: «Pourquoi un homme adulte choisit-il de travailler avec des enfants?»

Et si cette discrimination était un tabou artificiel et d'un autre âge ? Rolling Eyes Cool Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Certains on intérêt a faire resurgir les courants de haine et de non-pardon...et pourtant !!!   Jeu 12 Mai - 5:11

Outreau : Cherif Delay publie sa vérité et provoque des remous
De Gaël BRANCHEREAU (AFP) – Il y a 16 heures
LILLE — Devenu adulte, Chérif Delay, le fils de Myrian Badaoui-Delay, une des quatre condamnées de l'affaire de pédophilie d'Outreau, publie sa vérité et maintient ses accusations au risque de choquer et de faire ressurgir des blessures, dix ans après le déclenchement des procédures.
Co-écrit par le journaliste Serge Garde, l'ouvrage de Chérif Delay, âgé de 21 ans, s'en prend à "la vérité judiciaire inattaquable" qu'avait fait émerger, selon lui, le procès en appel de novembre 2005 aboutissant à la condamnation de quatre personnes - dont sa mère et son père adoptif - sur les 18 mises en cause.
A l'exception de François Mourmand, décédé en prison d'une overdose médicamenteuse, les autres ont bénéficié, à ses yeux, d'un "acquittement programmé".
"Je vais enfin pouvoir répondre à ceux qui, sans me connaître, m'ont traité de menteur, d'affabulateur, de mythomane et j'en passe", écrit Chérif Delay.
"Tout ce que j'ai dit devant les assises de Saint-Omer, je l'avais dit pendant mon premier interrogatoire et je le maintiens aujourd'hui (...). Mes violeurs, je peux difficilement dire combien ils étaient. Mais j'en ai identifié avec certitude sept en plus de Delay (son père adoptif) et de ma mère. Soit neuf au total", accuse-t-il.
Le jeune homme, qui raconte sans pudeur ses années de galère après Outreau - la drogue, la délinquance, la prison, les tentatives de suicide - décrit une fois de plus la constitution de ce qu'il continue d'appeler "le réseau".
Chérif Delay doit participer vendredi à une séance de dédicace près d'Outreau, dans la Maison des enfants de la Marine, un foyer où il avait été placé et d'où il a commencé une nouvelle vie en Afrique.
La publication de son livre a suscité de nombreuses réactions parmi les acquittés d'Outreau et leurs avocats.
Pour l'huissier Alain Marécaux, qui avait fait 23 mois de détention avant son acquittement, il est "normal que Chérif Delay ait besoin de s'exprimer" mais "il n'est pas plus crédible aujourd'hui qu'hier".
"C'est une victime. Mais il n'a jamais ni motivé ni modifié ses accusations malgré leurs incohérences", relève-t-il.
"Est-ce que des choses fausses qui sont réaffirmées 10 ans après deviennent des choses vraies?", s'interroge Me Eric Dupond-Moretti, qui défendit Roselyne Godard.
"Si vous réentendez les acquittés d'Outreau, ils vous diront aussi qu'ils sont innocents", poursuit l'avocat, qui souligne que des déclarations de Chérif Delay ont été formellement infirmées par l'instruction à l'époque.
L'avocat dénonce "un courant révisionniste qui se met en place", tandis que son confrère Me Hubert Delarue voit "un esprit revanchard" d'une "certaine partie de l'institution judiciaire".
"C'est la pire des démarches. (...) On jette l'anathème et le soupçon sur tous ces hommes et femmes (les acquittés ndlr) qui ont tellement souffert, je trouve que tout ça est très indécent", poursuit Me Delarue.
"Soit on ne dit rien, soit on dit les choses, et si on les dit, on va jusqu'au bout", ajoute l'avocat, qui a défendu Alain Marécaux.
Le dossier de pédophilie d'Outreau avait éclaté en février 2001 et défrayé la chronique, avant de virer au fiasco judiciaire, après deux procès aux assises en 2004 et 2005. Treize des dix-sept accusés ont été acquittés, après parfois trois ans de détention provisoire.
Deux des acquittés, Franck et Sandrine Lavier, ont fait cette semaine l'objet d'une garde à vue et sont convoqués avec quatre proches devant le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer le 7 juillet pour "corruption de mineurs" et violences sur mineurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Des comics qui ne passent pas la douan   Sam 14 Mai - 4:55

Des comics qui ne passent pas la douane

Sayacreed
Il y a quelques temps, nous vous parlions du cas de Simon Lundström, spécialiste du manga en Suède condamné pour pédophilie car il détenait des lolicons, mangas mettant en scène de manière érotiques des personnages adolescents.

Il y a quelques jours, au Canada, s’est déroulée une affaire qui, sans être aussi excessive, nous rappelle grandement cette précédente, et souligne toujours autant l’incohérence de certaines décisions de justice. Les 7 et 8 mai derniers se tenait à Toronto le Toronto Comic Arts Festival (TCAF), un rassemblement comme on en trouve beaucoup outre-Atlantique où sont conviés des auteurs et des fans de comics de toutes sortes.

Alors qu’ils voulaient rentrer chez eux, deux participants américains ont été arrêtés au passage de la frontière entre les Etats-Unis et le Canada, sous prétexte qu’ils détenaient des comics obscènes, au contenu subversif. Excès de zèle des douaniers canadiens, très certainement, mais l’affaire peut aller loin, d’autant que ces deux personnes ne sont pas les seules à faire les frais d’une telle règlementation.

L’auteur Tom Neely l’un des 41 contributeurs de l’anthologie Black Eye dédiée à l’humour noir a également eu affaire à la douane canadienne. Des douaniers ont retenu contre lui cinq exemplaires de Black Eye, au motif qu’ils renfermaient un contenu obscène. Les explications furent vaines et l’auteur dut se plier aux volontés des douaniers. Selon ces derniers, les ouvrages vont ensuite être envoyés à Ottawa pour être examinés. Si l’accusation d’obscénité est retenue, les volumes seront détruits et de plus amples actions seront entreprises, dans le cas contraire, ils seront renvoyés à leur propriétaire. L’auteur, qui a relaté l’affaire explique « J'ai essayé de leur dire que c'était de la 'parodie' et de 'l'humour' et que le reste du livre était composé d'essais sur l'histoire de l'humour noir... le douanier était vraiment sympa et compréhensif mais il a dit qu'il ne pouvait simplement pas les laisser passer. J'espère juste que 'de plus amples actions' n'implique pas d'être arrêté la prochaine fois que j'essaierai de traverser la frontière ».

Une mésaventure semblable est également arrivée à Dylan Williams de chez Sparkplug, éditeur du roman graphique Young Lions, de Blaise Larmee. Les exemplaires de l’œuvre ont également été saisis par la douane canadienne. Ces différentes affaires ont été révélées par le CBLDF, le Comic Book Legal Defense Fund, organisation à but non-lucratif qui défend la liberté d’expression dans les comics, qui souligne également que les saisies de comics aux frontières seraient de plus en plus nombreuses. L’association met d’ailleurs en ligne des recommandations pour les détenteurs de comics qui voudraient traverser les frontières.

Ces affaires sont à suivre de près et nous rappellent combien la liberté d’expression dans les œuvres de fiction est encore bien souvent mise à mal…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: une stupidité de plus !   Sam 21 Mai - 4:59

Pédophilie: l'initiative de Marche Blanche a formellement abouti
BERNE | Marche Blanche est déjà à l'origine de l'initiative pour l'imprescriptibilité des actes de pornographie enfantine acceptée par le peuple en 2008. Son nouveau texte vise à priver définitivement toute personne condamnée pour atteinte à l'intégrité sexuelle du droit d'exercer une activité en contact avec des mineurs et des personnes dépendantes.


ats | 20.05.2011 | 17:24

Marche Blanche est déjà à l'origine de l'initiative pour l'imprescriptibilité des actes de pornographie enfantine acceptée par le peuple en 2008. Son nouveau texte vise à priver définitivement toute personne condamnée pour atteinte à l'intégrité sexuelle du droit d'exercer une activité en contact avec des mineurs et des personnes dépendantes.

A la demande du Parlement, le Conseil fédéral a mis de son côté en consultation en février un nouvel arsenal d'interdictions pour lutter contre les récidives. L'interdiction d'exercer une profession serait renforcée. Plus question ainsi de se limiter à sanctionner uniquement les personnes ayant perpétré une infraction dans le cadre de ses fonctions.

La justice pourra en outre empêcher l'exercice d'activités menées à titre non professionnel, dans une association ou une autre organisation. Une interdiction de travailler en contact régulier, durant dix ans, avec des mineurs frappera obligatoirement les auteurs d'infractions graves, comme le viol. La mesure pourra être ordonnée à vie s'il y a un très fort risque de récidive.

D'une manière générale, un panel de sanctions différenciées est prévu en fonction de la gravité des actes commis. Le Conseil fédéral envisage aussi la production d'un extrait spécial du casier judiciaire avant tout engagement. Il souhaite parallèlement renforcer le dispositif en permettant à la justice d'empêcher un récidiviste d'approcher ses victimes potentielles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Dead or Alive Dimension est un jeu pédophile   Mar 24 Mai - 15:21

Dead or Alive Dimension est un jeu pédophile
Ils sont fous ces vikings

Parce que Kasumi, Kokoro et Ayane sont de jeunes demoiselles et que l'on peut les prendre en photo sous tous les angles, le jeu Dead or Alive Dimension risquerait de tomber sous une loi anti-pédophilie Suédoise qui interdit la prise de vue de mineurs sous certaines conditions (et certains angles).

Pour éviter toute polémique, le distributeur a décidé de ne pas sortir le jeu dans les pays nordiques : Suède, Norvège et Danemark.

Trois pays très concernés par la protection de l'enfance. Un coup à vous envoyer derrière les barreaux si vous filmez votre nourrisson en train de prendre son bain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La publicité à connotations pédophiles ??   Jeu 26 Mai - 2:46

La publicité à connotations pédophiles ??


<< Selon le critère de l'OMS, les adolescents de 16 ou 17 ans sont aussi classés comme pédophiles, s’ils ont une préférence sexuelle persistante ou prédominante vers les enfants prépubères au moins cinq ans plus jeunes qu’eux. >>

<< Le mot pédophilie est formé sur les radicaux grecs paidos de παις-παιδος, enfant et philiaamitié. Le sens étymologique du mot conduit donc à l'amitié pour les enfants. >>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: la boite de Pandorre   Mer 1 Juin - 5:32

Luc Ferry a accusé, sans le nommer, un ancien ministre de pédophilie. Selon lui, l’affaire a été étouffée par les politiques et les journalistes.


Les déclarations fracassantes de Luc Ferry risquent d’alourdir un peu plus le climat politique MaxPPP
« Je pourrais vous donner beaucoup d’exemples », pensait conclure Luc Ferry, invité lundi soir du Grand Journal de Canal +. « Et pourquoi pas », le relance, un peu joueur, Ali Baddou. Le chroniqueur en est pour ses frais. Le philosophe, ancien ministre de l’Education nationale, va lâcher une nouvelle bombe, un nouveau scandale qui, après les affaires DSK et Georges Tron, mêle sexe et politique. Verbatim.
« – Dans les pages du Figaro Magazine de cette semaine, vous avez un épisode qui est raconté d’un ancien ministre, qui s’est fait poisser à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons. Bon. Probablement nous savons tous de qui il s’agit, s’enflamme Luc Ferry.
– Très sincèrement pas en l’occurrence. C’est qui ?, s’étonne Ali Baddou.
– Eh bien moi je sais, je pense que je ne suis pas le seul. Et donc, si je sortais l’affaire aujourd’hui – l’affaire m’a été racontée par les plus hautes autorités de l’Etat, en particulier par le Premier ministre mais aussi…
– Est-ce que vous avez des preuves ou pas ?
– Evidemment non. J’ai des témoignages des membres de cabinets au plus haut niveau, et des autorités de l’Etat au plus haut niveau. Si je sors le nom maintenant et que je lâche le nom dans la nature, premièrement c’est moi qui serai mis en examen et je serai à coup sûr condamné même si je sais que l’histoire est vraie. Là, il y a un principe de transgression du respect à la vie privée et de la diffamation qui pèse sur vous, à juste titre… »

La rumeur du Net

Comme l’a noté mardi sur son blog Christophe Carron, le rédacteur en chef de Voici.fr, Luc Ferry se livre là à un curieux exercice : il réussit à « entretenir une rumeur en applaudissant la législation française sur le droit à la vie privée ».
Pour autant, la teneur de cet entretien est une déflagration. On y apprend, pêle-mêle, qu’un ancien ministre aurait commis un crime à l’étranger, que l’affaire a été étouffée, qu’un Premier ministre était au courant, que Luc Ferry et peut-être d’autres ministres étaient également au courant. Et pourtant, personne n’a dénoncé le pédophile présumé, contrairement à ce qu’impose le Code pénal.
Toute la journée de mardi, l’affaire a rebondi sur Internet. Il est toutefois impossible d’identifier l’ancien ministre pédophile. Le philosophe a pris soin de ne jamais citer son nom, ni celui du chef de gouvernement qui lui a raconté l’affaire.
Ce qui n’empêche pas les rumeurs d’enfler sur le Net. Avec quelques erreurs. Tel site assure que Luc Ferry a dénoncé « des partouzes avec des jeunes mineurs à la Mamounia », du nom d’un hôtel de grand luxe de Marrakech dont le nom n’a jamais été prononcé sur le plateau du Grand Journal… Ce qui n’empêche pas le site Internet de faire alors le rapprochement avec une scène de ménage entre un membre d’un gouvernement de droite qui s’était violemment disputé, il y a quelques années, avec son épouse dans cet établissement.
La gauche n’est pas épargnée. Jack Lang est cité. Il faudra que le blogueur Guy Birenbaum retrouve un article de L’Express évoquant une rumeur similaire pour l’évacuer. A l’approche de la présidentielle de 2002, « quelques Chiraquiens racontent une arrestation de Jack Lang au Maroc, dans une affaire de mœurs, suivie d’une exfiltration discrète organisée par l’Elysée. Pas la moindre preuve, mais les missiles anti-Jospin se préparent », écrivait L’Express.
Jack Lang avait alors accepté de parler publiquement de la rumeur : « On m’a traité alors de pédophile, raconte-t-il. C’était immonde. J’ai trouvé les deux personnages qui racontaient cela. Le premier a fait amende honorable. Le second, je ne lui parle plus. »

La boîte de Pandore

Aujourd’hui, les déclarations fracassantes de Luc Ferry risquent d’alourdir un peu plus le climat politique. C’est du moins l’opinion de Jean-René Lecerf, sénateur UMP contacté mardi. « Ce genre de déclaration est dangereux. Ou on dit tout, ou on ne dit rien. Comme juriste, ça me choque. Il y a actuellement une ambiance totalement délétère de la vie politique. Je suis assez consterné que des hommes politiques se lancent dans de telles allégations. Vous laissez croire à l’opinion que les politiques sont tous pourris. Alors qu’il y a autant de voyous chez les politiques que chez les bouchers, les ingénieurs… »
Luc Ferry n’a pu être contacté mardi. Un député de la majorité, rencontré la semaine dernière au lendemain de la révélation de l’affaire Tron, confiait son inquiétude : « On a ouvert la boîte de Pandore, ça ne va plus arrêter. » Présente sur le plateau du Grand Journal, Valérie Toranian, directrice de la rédaction de Elle, concluait ce débat sur les hommes politiques : « Il y en a beaucoup qui doivent se trouver mal en ce moment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Chasse aux sorcières hystériques à la Française   Mer 1 Juin - 8:11

Scandale : Luc Ferry accuse Jack Lang de pédophilie au Maroc
Rédigé par maximus (24actu) le 31 mai 2011Déjà 28 remarques

L’ancien ministre et philosophe Luc Ferry a lancé, sans le nommer, des accusations gravissimes à l’encontre de Jack Lang, qui aurait selon lui été arrêté au Maroc il y a plusieurs années à la suite d’une partouze pédophile. Arrêt sur images a donné le nom de la personne visée.

Si Luc Ferry n’a pas nommé Jack Lang, se contentant d’évoquer au cours du Grand Journal de Canal+ »un ancien ministre » dont il ne pouvait pas donner l’identité au nom du respect de la vie privée, la référence au député socialiste est plus qu’évidente et a même été soulignée sur le plateau par Alain Duhamel qui lui a répondu qu’il était « mauvaise Lang ».

Luc Ferry affirme que « les plus hautes autorités de l’Etat », notamment le Premier ministre (que l’on imagine être Jean-Pierre Raffarin) lui ont confirmé cette arrestation et la libération en toute discrétion (orchestrée par l’Elysée) de cet ancien ministre » qui se serait fait « poisser dans une partouze avec des petits garçons à Marrakech ».

Le philosophe poursuit en précisant que le tout-Paris est au courant de cette arrestation, mais qu’aucun journaliste n’a jamais écrit une ligne dessus au nom de la protection de la vie privée. Il a dénoncé du même coup (et à l’image de l’affaire DSK) l’hypocrisie de la presse française.

Des accusations pas tout à fait correctes, puisque le recoupement entre les propos de l’ancien ministre et des « rumeurs » publiées dans les médias depuis plusieurs années est facile à opérer et saute même aux yeux après quelques secondes de recherche.

Cette arrestation présumée de Jack Lang a été évoquée dès 2005 par L’Express et le site Arrêt sur Images fait également mention de la rumeur sur la pédophilie de Jack Lang. Le silence du reste des médias serait lié au fait qu’aucun élément tangible n’aurait été trouvé pour valider cette rumeur.

En tout cas les temps changent en France. Est-ce salutaire face à des politiciens qui se croient tout permis, ou une porte ouverte à toutes les dérives, les mois à venir nous le diront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le mot est lâché : pédophilie.   Jeu 2 Juin - 5:14

Posté par Mon Missionnaire le 01.06.11 à 16:43 | tags : politique, sexe et société | 5
Le mot est lâché : pédophilie. Luc Ferry qui évoque chez Canal + un ancien ministre attrapé dans une orgie à Marrakech avec des jeunes garçons : le point de non retour a été allègrement franchi. Parce que la pédophilie, dans la sexualité, c'est un peu le point Godwin X, et alors que rigoler à propos de scatophilie, d'urophilie ou zoophilie, c'est possible, pas question d'aborder la sexualité avec des enfants comme une sexualité. Dans un échange, traiter son interlocuteur de pédophile revient un peu à le traiter de nazi. Et le pire, c'est qu'on a atteint ce point en France sans même nous en rendre compte, en franchissant une à une les barrières tellement françaises que nous attribuent la presse anglo-saxonne.

Oui, en France, les politiques couchent à gauche et à droite et les gens s'en foutent. A l'époque du Monicagate, l'opnion se gaussait en pensant qu'une telle affaire n'atteindrait jamais notre beau pays, où les gens sont tellement attachés à leur vie intime qu'ils préfèrent ne rien savoir de celle des autres. Mais ça, on le sait, c'était en 1998. Depuis, il y a eu pêle-mêle la piscine du Loft, Sex & the City, le Pacs, les sextoys et en général, le déballage de la sexualité dans la sphère publique, qui fait que le Journal de la santé sur France 5 parle tous les jours de sperme et de vagin sans que personne ne s'en s'offusque. Et qui arrive alors, avec ses gros sabots de lourdingue amateur de soubrette ? DSK. La grande figure internationale réduite à un pervers du dimanche, ça nous a tellement choqués que, pour la première fois, un vrai scandale sexuel français fait la une de nos journaux et de celles du monde entier (130.000, paraît-il). "Stwos Kaaan" ou "Strrraous Can" ou "Strauss-Kahn", nous voilà finalement à nous demander si effectivement, en France, le fait de taire les perversions sexuelles de nos dirigeants ne ménerait pas tout simplement au viol.

Arrivent alors deux jeunes femmes qui vont pousser la chose un peu plus loin. Celles qui portent plainte contre Georges Tron et ses fétichismes bizarres. A lire le détail des plaintes, on est partagé entre le besoin morbide de connaître le détail des pratiques (genre j'aime qu'on me suce tandis que je suce un orteil) et l'envie de ne pas en savoir plus, de fermer directement la page pour aller regarder Bob l'éponge. Là, le politique n'est plus seulement violeur par perversion, il trouve à la fois satisfaction dans le viol et les fantasmes de domination par les pieds. Et si seulement c'était le pire.

Parce qu'en France, on aime débattre, même de l'utilité de la signalisation des radars. Et quand on débat de sexe ? Ben on finit par avoir un Luc Ferry qui parle d'un ex-ministre pédophile à la télé, sans preuves et sans citer de nom. Et dire que tout cela ne fait que commencer... Déchaînement des médias, déclaration des politiques, des associations, plaintes à foison nous attendent. Finalement, on n'était pas mieux, dans notre France libertine et bordélique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'hystérie sur les tabous sexuel se poursuit   Dim 5 Juin - 10:21

Au moment où de graves accusations de pédophilie sont portées par Luc Ferry mettant en cause un ancien ministre, voici les propos que l'on peut entendre dans une émission comme propos :
« Le sexe avec les enfants, c’est un sujet qu’on ne peut plus aborder, plus personne ne peut parler de la sexualité des enfants (…) tous ceux qui sont attirés par des enfants sont des criminels ? ça veut dire qu’il faut les mettre en prison… ad vitam aeternam ? C’est ça ce qu’il faut dire ? » dixit maitre
Thierry Lévy, Avocat.


Naufrage intellectuel à CSOJ - 1 - DSK par
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: et si on castrait ceux qui font la guerre ? et font leur beurre sur les effets d'annonce ?   Mar 14 Juin - 15:16

SOCIÉTÉ 14/06/2011 À 16H44 (MISE À JOUR À 16H59)

Guéant évoque «l'idée d'une castration chimique» pour les «prédateurs sexuels»
13 réactions

Claude Guéant le 7 juin 2011 à l'Assemblée nationale à Paris. (© AFP Mehdi Fedouach)

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a estimé, mardi lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, que la société se devait de "protéger contre les prédateurs sexuels", après le viol de la petite Maëlle, 5 ans, dimanche dans l'Ain.

"Face à de tels actes, notre société se doit effectivement de réagir (...) elle doit protéger contre les prédateurs sexuels", a affirmé le ministre, interrogé par trois députés de l'Ain.

Selon Claude Guéant, "c'est ce que nous faisons depuis 2007". "La loi de 2008 a établi la rétention de sûreté, vis-à-vis des criminels les plus dangereux", a-t-il rappelé.

"Vous avez voté contre", a lancé le ministre de l'Intérieur à l'adresse de l'opposition.

Il a également évoqué "l'idée d'une castration chimique". Pour le ministre, "ce dispositif est efficace (...) l'Inserm le confirme et la loi du 10 mars 2010 sur la récidive criminelle a multiplié les cas dans lesquels il est proposé un traitement anti hormonal aux délinquants sexuels", a souligné M. Guéant.

Il a en outre rappelé que l'homme, soupçonné de l'agression de la fillette avait été "condamné en novembre 2009 à un suivi judiciaire de six ans pour détention et diffusion d'images pédopornographiques".

A cet égard, "des obligations de peine lui ont été notifiées, un médecin coordonnateur a été désigné", a relevé le ministre.

Puis, "à la suite du déménagement du condamné, le juge de Bourg-en-Bresse, après avoir fait vérifier la nouvelle adresse par les gendarmes, s'est désisté au profit de son collègue de Vienne et du service de probation de l'Isère, c'était en août 2010", a-t-il poursuivi.

"Le condamné a fait l'objet d'un suivi régulier et a respecté ses obligations jusqu'à une date récente: c'est le 30 mai que le service de probation a indiqué au juge qu'il ne répondait plus aux convocations et c'est le 7 juin que le médecin coordonnateur a signalé au même juge qu'il ne se soumettait plus à ses soins", a ajouté M. Guéant.

"C'est dans ces conditions que le juge d'application des peines de Vienne, le 9 juin, a délivré aux gendarmes un mandat d'amener qui devait être exécuté le 14", a rappelé le ministre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Hystéries suisses   Jeu 23 Juin - 4:38

Berne sans pitié pour les auteurs de crimes sexuels sur les moins de 12 ans
PÉDOPHILIE | Les auteurs de délits sexuels commis sur des enfants de moins de douze ans pourront être poursuivis toute leur vie. Le Conseil fédéral a relevé l’âge de deux ans dans le projet visant à concrétiser l’initiative de la Marche blanche. Le Parlement aura le dernier mot.


© KEYSTONE | Les auteurs de délits sexuels commis sur des enfants de moins de douze ans pourront être poursuivis toute la vie.


ATS | 22.06.2011 | 13:56

Les auteurs de délits sexuels commis sur des enfants de moins de douze ans pourront être poursuivis toute la vie. Le Conseil fédéral a relevé l’âge de deux ans dans le projet visant à concrétiser l’initiative de la Marche blanche. Le Parlement aura le dernier mot.

Dans son avant-projet, le gouvernement avait prévu de rendre imprescriptibles les délits sexuels commis sur des enfants de moins de 10 ans. Mais la plupart des participants à la consultation ont contesté cette limite censée traduire dans la loi la notion floue d’enfant «impubère» inscrite dans l’initiative. Nombre d’entre eux ont réclamé de fixer la barre à 14 ans.

Le Conseil fédéral propose désormais de considérer comme impubère les enfants de moins de douze ans. Il affirme tenir compte des objections formulées par des représentants du corps médical. Ceux-ci on fait valoir que, souvent, les pédophiles étaient attirés par des enfants entre 5 et 6 ans et entre 11 et 12 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La dernière pub Kia incite-t-elle à la pédophilie ?   Jeu 30 Juin - 4:56

La dernière pub Kia incite-t-elle à la pédophilie ?
Cette campagne est en tout cas loin d'être innocente. La marque Kia a mis sous nos yeux une pomme de discorde.
Sélectionné et édité par Daphnée Leportois
Temps de lecture : 3 minutes

Un mois après le Festival international du film de Cannes a lieu le festival de publicité... de Cannes. Pour sa 58e édition, ce festival a été le lieu de toutes les surprises.

Le principal évènement de cette édition a été la première victoire de la Chine dans la catégorie "Press". Pour la toute première fois de son histoire, le pays obtient un Grand Prix. Ce prix ouvre ainsi de grandes perspectives aux agences chinoises mais aussi à la publicité dans sa globalité : de nouveaux codes pour de nouveaux publics. Il salue le travail d'une agence au cœur d'un pays en proie à de très importantes mutations publicitaires.



La campagne en question, réalisée par "JWT Shangai" a été créée pour le bagagiste Samsonite. Intitulée "Heaven and Hell", on y voit la représentation du paradis des voyageurs équipés de Samsonite et l'enfer des autres voyageurs. Une campagne esthétiquement recherchée et bien construite.

Autre surprise, cette fois-ci décevante : le bilan mitigé qu'a connu la France. Avec 38 Lions, la France n'égale pas son score de 39 Lions en 2010 alors qu'elle avait envoyé presque deux fois plus de dossiers (1617 dossiers en 2011 contre 898 en 2010). Une petite déception, qui permet de faire de 2012, une année à challenges.

Cependant, si il y a bien UNE surprise de taille qu'il faut retenir de ce festival, c'est la victoire de Kia et de l'agence Brésilienne "Moma". Pour promouvoir la double climatisation des nouvelles Kia, l'agence Moma a décidé de jouer sur l'opposition chaud-froid. En gros, d'un côté vous avez froid, de l'autre vous avez chaud.

Pour illustrer la situation, l'agence a décidé de mettre face à face l'innocence de l'enfance et la chaleur d'une situation à forte tension sexuelle. Hum.

Une sorte de match entre candeur de l'enfance et excitation d'un mauvais porno adolescent. Les dialogues se complétant pour rendre le tout un peu plus étrange.



Ce curieux mélange est décliné sur deux visuels, l'un avec une Belle au Bois Dormant excitée par son prince et l'autre avec une élève excitée par... son prof.

Devant une telle campagne, on ne sait pas trop quoi penser. Soit on est assez mal à l'aise et on se pose des questions concernant l'éthique et la décence, soit on la voit d'un point de vue léger et on rigole (sinon on peut aussi ne pas la comprendre). Aux États-Unis, on ne rigole pas. On ne rigole pas du tout même.

Partagé entre puritanisme et bonne morale, le public américain n'a pas bien accueilli cette campagne, qui a déchaîné les passions autant qu'elle soulève de questions. Un scandale qui n'aurait pu rester qu'américain, mais qui s'est diffusé à l’échelle mondiale.



Pourquoi ? Parce que cette campagne a remporté un Lion d'Argent au fameux festival de Cannes. Dès lors, de nombreuses personnes ont crié au scandale au nom d'une pédophilie non-assumée.Il est vrai que de voir une petite fille aux côtés d'une adolescente sortie d'un mauvais porno type "le prof se tape l'élève", c'est plutôt... dérangeant.

Mais alors, que pensez de cette récompense ? Ce Lion d'Argent est-il mérité ? N'encourage-t-il pas une campagne ambiguë ? Selon moi, ce Lion d'Argent est mérité pour l'idée de base et le concept que l'agence a voulu faire passer. Mais question exécution, il est vrai que c'est franchement étrange.



Ce qui choque en plus de l'ambiguïté enfance-mauvais porno, c'est la situation où le prof et l'élève vont passer à l'acte. Isolée, cette situation n'est pas plus choquante que ça, mais une fois confrontée à l'image d'une petite fille et de son professeur, c'est clairement malsain.

Ce côté malsain est moins présent avec la Belle au Bois Dormant puisque les deux individus semblent avoir le même âge. Mais pour le professeur et son élève on tombe dans une sorte de fantasme de bas étage qui devient déplacé quand il est mis en face d'une petite fille et de son prof.



Il est logique que cette campagne fasse polémique, mais une nouvelle fois, est-ce que le mot "pédophilie" est bien adapté ? Si celui-ci peut paraître exagéré, il n'empêche que cette campagne est source d'interrogations, voir d'incompréhension. Et vous, vous en pensez-quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Hysteries contre la pub Lolicon   Ven 19 Aoû - 5:49

La société française Jours après Lunes a lancé aux Etats-Unis une ligne de lingerie pour les petites filles âgées de 4 à 12 ans. Appelée « Loungerie », ces dessous chics pour enfants provoquent un véritable scandale outre-atlantique où les médias oscillent entre railleries sur les moeurs françaises et dénonciation de pédophilie.

« Pourquoi une petite fille de 4 ans aurait besoin d’un soutien-gorge », se demande par exemple Jo Piazza, éditorialiste de Fox News, éberlué par la volonté de la designer française Sophie Morin de proposer aux petites filles américaines toute une gamme de lingerie copiée sur le modèle de la lingerie féminine pour adultes.

Le site internet de Jours après Lunes fait également scandale de l’autre côté de l’Atlantique, puisque les jeunes modèles qui arborent les sous-vêtements de la marque sont habillées et « glamourisées » comme des lolitas des temps modernes.

Un choix qui dépasse le mauvais goût pour nombre d’Américains qui y voient une véritable apologie de la pédophilie… avant de s’attaquer au laxisme français sur la question en évoquant les affaire Polanski, Frédéric Mitterrand et plus récemment les photos très sexy pour Vogue Frande de Thylane Loubry Blondeau, âgée de 10 ans !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Incarcéré depuis mai, ce Palois de 42 ans est suspecté d'avoir pratiqué des jeux sexuels sur ses petits voisins d'immeuble.   Mer 31 Aoû - 8:55

Accusé de pédophilie, il conteste
Incarcéré depuis mai, ce Palois de 42 ans est suspecté d'avoir pratiqué des jeux sexuels sur ses petits voisins d'immeuble.


Imprimer
L'affaire éclate en mai dernier. Un Palois de 42 ans est interpellé à son domicile. Il est accusé par huit garçonnets âgés de 11-12 ans qui vivent dans le même immeuble que lui, non loin de l'avenue Didier-Daurat, de faits très graves : il aurait violé un mineur de 12 ans et commis des agressions sexuelles sur sept autres.

C'est une mère de l'une des victimes présumées qui alerte la police après avoir découvert que son fils a séché l'école et passé une partie de la journée chez son voisin. Après s'être fait sermonner, l'enfant confie que les cadeaux du monsieur, des jeux vidéo principalement, ne sont pas sans contrepartie. Il parle de jeux où l'on se déshabille, de films pornographiques. Arrêté quelques jours plus tard, le quadragénaire est mis en examen pour viol aggravé, agressions sexuelles aggravées et corruption de mineurs. Il est placé en détention provisoire dans la foulée à la maison d'arrêt de Pau.

Expertise psychiatrique

L'homme a toujours contesté l'ensemble des accusations dont il fait l'objet. « S'il a reconnu avoir régulièrement accueilli chez lui ces enfants, il a toujours récusé tout geste à caractère sexuel envers eux », insiste son avocate Me Valérie Chauvelier qui plaidait une nouvelle fois devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel, hier, pour faire libérer son client.

Incarcéré depuis presque cinq mois, le Palois n'a toujours pas été entendu par le juge d'instruction en charge de ce dossier. Un magistrat qui vient de changer du fait d'une restructuration du pôle de l'instruction de Pau. À ce stade, cette procédure paraît d'ailleurs guère avancée. Une expertise psychiatrique du mis en examen a bien été réalisée - elle conclut à l'absence de dangerosité psychiatrique du mis en cause -, mais aucune expertise psychologique des victimes présumées n'a encore été effectuée.

L'avocat général a toutefois requis le maintien en détention du Palois. La chambre de l'instruction rendra sa décision le 6 septembre.

E.A.-C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Notre société ne supporte plus la nudité, ni l'amitié...et ne connait plus la necessité de l'oubli   Sam 17 Sep - 6:52

Agde L’ancien entraîneur de foot dormait nu avec l’enfant
ANNICK KOSCIELNIAK
17/09/2011, 06 h 00 | Mis à jour le 17/09/2011, 08 h 28
5 réactions
Au matin du 17 juillet 2010, les policiers se présentent devant la tente d’un campeur naturiste, au Cap-d’Agde. Ils veulent l’interroger sur son voisin qui est soupçonné de pédophilie. Le “témoin” émerge de la tente avec un enfant de 9 ans, tous deux nus. Ils ont dormi ensemble. Le quadragénaire nie tout attouchement. Le gamin confirme. Mais on découvre que l’homme a un très lourd passif, qu’il a interdiction d’entrer en contact avec des mineurs, que les parents de cet enfant ignoraient la destination de villégiature.

L’homme est prévenu de corruption de mineur. "J’ai pris sous mon aile ce gamin de l’école de foot, explique le prévenu, son père de 66 ans, avec qui je m’étais lié d’amitié, était dépassé et la maman absente ; le gamin a fait un transfert affectif sur moi". Alors pendant l’année, l’entraîneur sportif (lire ci-dessous) invite l’enfant à dormir chez lui, s’en occupe à Pâques. "J’avais réservé un mois en août comme d’habitude au Cap, j’ai proposé aux parents d’emmener leur enfant ; comme la maman est musulmane, j’ai eu peur de la choquer et j’ai conseillé au gamin de ne rien dire de notre destination".

Dans ce camping, il sympathise avec un grand-père et son petit-fils. "Il m’avait dit qu’il était cardiologue et m’avait confié qu’il était soupçonné de pédophilie". La présidente s’étonne : "Et malgré cela et votre passé, vous continuez à le fréquenter ?"

Le prévenu baisse la tête : "Je voulais que les enfants jouent ensemble ; je regrette de n’avoir pas su protéger le petit". Car son “protégé” qu’il fait passer pour son fils, subit des attouchements de la part du sexagénaire alors qu’il dort dans la caravane de son copain.

Le procureur Patrick Mathé ne croit absolument pas à la “rédemption” du prévenu : "Il ne comprend toujours pas la gravité de ce qu’il a fait ; en fait c’est un pervers qui s’est servi de ce club pour approcher les enfants ; il était en train de préparer un délit sexuel ; ce prévenu est potentiellement extrêmement dangereux". Il requiert 5 ans de prison avec suivi sociojudiciaire de dix ans.

"Vous passez votre vie à prononcer des mises à l’épreuve avec obligations de soins, c’est que vous y croyez un peu, s’exclame Me Guilhabert pour la Défense, il a été laxiste mais on fait du droit pas de la morale, et on ne juge pas un casier !". Pour Me Champsaur non plus, "les faits ne sont pas constitués".

Le tribunal a suivi les réquisitions du Parquet. Le prévenu doit verser 6 000€ à la victime. La défense a fait appel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Toujours LE prétexte à la liberté de création et d'expression...voir de l'esthétisme ou le retour des caleçons sur les nus de la Renaissance ou de l'antiquité   Mar 20 Sep - 4:57

Acceptons nous encore la beauté de notre corps ?


Des oeuvres de pédopornographie chez des vendeurs en ligneLes critères de plus en plus sévères ? Rédigé par Clément S., le lundi 19 septembre 2011 à 11h58 Les questions relatives à la pédophilie sont de plus en plus complexes. Deux libraires viennent d'en faire les frais en Grande-Bretagne, alors qu'elles sont accusées de vendre des oeuvres classées dans la catégorie pornographie juvénile.

La situation est problématique : plusieurs magasins en ligne, comme Amazon ou Waterstone's sont accusés de vendre des ouvrages, après diverses plaintes de clients. Parmi les livres pointés, celui de David Hamilton, The Age of Innocence, qui contiendrait des images d'enfants considérées comme illégales.

Des clients se sont retrouvés choqués devant le livre, dont les pages seraient « clairement indécentes. Le contenu ne peut pas être décrit comme artistique, et il relève assurément d'un contenu à caractère sexuel ».

Pour l'organisme Kidscape, et sa fondatrice, Michele Elliott, il est impératif que l'on fasse le ménage dans les ouvrages proposés à la vente. « Si vous attrapez les éditeurs et les revendeurs qui proposent ces oeuvres, alors vous stoppez des milliers de personnes, et envoyez un message clair. »

Ce qui ne l'est en revanche pas, c'est la réalité toute subjective, manifestement, du caractère sexuel des livres.

Dans plusieurs affaires de ce genre, les tribunaux ont débouté les plaignants, alors que le livre incriminé relevait selon eux, d'un contenu à caractère pédopornographique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La censure omniprésente empêche toute création et toute attitude vraie envers l'enfance   Mar 20 Sep - 8:13

En 2011, dans le monde de l'art, on aurait pu penser que le temps des ligues de vertu appartenait à la préhistoire. Mais la morale nous rappelle à l'ordre. Certains grands maîtres deviennent pornographiques, la représentation d'un enfant tourne vite à la pédophilie et celle du sacré se voit massacrée ! Pour les artistes, la crise touche aussi la liberté d'expression.

Des nus de Modigliani suscitèrent un tel scandale dans une galerie parisienne en 1917 qu’on dut les décrocher. Est-on moins prude aujourd’hui ? Pas sûr. À l’automne 2008, des policiers ont fait une descente au Grand Palais lors de la Fiac, la très policée foire parisienne de l’art contemporain, pour saisir des photographies d’Oleg Kulik. Motif : atteinte à la dignité humaine. Dans ces images, l’artiste russe se mettait en scène à quatre pattes, tenu en laisse, tout à la fois provocation et déclaration sur la condition humaine en ce début de XXIe siècle.

À une époque qui aime le lisse, la censure est une valeur en hausse. Un blog, Bouchescousues (1), lui est même entièrement consacré. Les crispations s’amplifient, comme en témoigne le brillant essai d’un jeune historien de 32 ans, Thomas Schlesser, l’Art face à la censure (Beaux Arts Éditions). L’ouvrage abonde d’exemples récents, et pas seulement dans les dictatures. « L’artiste dérange lorsqu’on ne comprend pas son message, explique-t-il. Or, les nouvelles formes d’expression – vidéos, performances, installations – sont déconcertantes. Sujets sensibles ? Le sexe, la mort, la religion, bien sûr. On ne touche ni au Christ, ni à Jéhovah, ni à Mahomet. Les oeuvres iconoclastes d’Andres Serrano ne peuvent être montrées sans déclencher de violentes controverses. »

La hantise du voyeurisme
Autre sphère récemment sacrée : l’enfant. Le tabou par excellence. Toute représentation d’un gamin nu crée désormais un malaise, quelle que soit la renommée de l’artiste. Nan Goldin photographie deux fillettes déshabillées se livrant à la danse du ventre, aussitôt on crie à l’obscénité. Et l’on brandit l’article 227-24 du code pénal sur le « message à caractère pornographique ». Le pédophile est devenu l’ennemi numéro un. Longtemps ce ne fut pas le cas. Gide, Genet, Montherlant pourraient en témoigner. La hantise du voyeurisme l’emporte sur toute considération esthétique.

La censure est omniprésente !"

Pourtant, dans les années 1970, David Hamilton mettait en scène des nymphettes en tenue d’Ève. Ses photos, reproduites par millions, étaient vendues dans les carteries. Inconcevable aujourd’hui ! « Au pire, on les trouvait mièvres mais pas choquantes. On les a criminalisées ! » déplore Stéphanie Moisdon, critique d’art, qui fut l’une des commissaires inculpées dans l’affaire « Présumés innocents » (voir encadré), une exposition sur l’art et l’enfance qui a eu lieu à Bordeaux en 2000. On ne se contente pas de protéger les mineurs des éventuels violeurs, on veut préserver leurs yeux candides (sic) d’images scabreuses… Interdire une exposition aux moins de 18 ans, comme ce fut le cas l’année dernière à Paris avec Kiss the Past Hello, du photographe américain Larry Clark (jusqu’au catalogue que l’éditeur décide de ne pas publier), est entré dans les moeurs. « La censure est omniprésente ! déplore Emmanuel Pierrat, avocat et écrivain, spécialiste de la propriété intellectuelle. Et, surtout, elle conduit à l’autocensure. » Personne n’oserait plus, en 2011, organiser une exposition Mapplethorpe, comme celle de 1988 au musée d’Art moderne de la Ville de Paris ou au Whitney Museum de New York, dans laquelle des pratiques homosexuelles extrêmes étaient montrées. « Pour éviter les plaintes – et des procès coûteux –, pas un livre ne paraît aujourd’hui sans une relecture dans un cabinet d’avocats, poursuit Pierrat, auteur de Les 100 images qui ont fait scandale (éd. Hoëbeke). Les organisateurs d’expositions d’art contemporain me consultent pour savoir ce qu’ils peuvent montrer. Les musées sont encombrés de panneaux d’avertissement au public, de précautions oratoires, même à Beaubourg. Cela n’existait pas il y a quinze ans. »

Parfum de prohibition
Comment expliquer ce retour de bâton ? Les époques qui connaissent dépression économique et chômage, et donc une certaine insécurité, exigent de l’ordre. « Un sentiment de peur s’est répandu depuis les attentats du 11 septembre, analyse encore la critique Stéphanie Moisdon. Dans une société anxiogène, toute évocation du plaisir devient choquante, et l’artiste, qui s’octroie le droit de le montrer, révolte et choque. » Pourtant, les artistes eux-mêmes ainsi que leurs galeristes jouent sur le scandale et la menace de censure pour faire monter la cote de leurs oeuvres. À ce jeu, le grand collectionneur anglais Charles Saatchi est l’un des maîtres. Après les vaches découpées dans du formol de Damien Hirst, qu’il a lancé, il y eut l’exposition Sensation, au Brooklyn Museum : le portrait de la Vierge, de Chris Ofili, réalisé en bouse d’éléphant avait alors déclenché la fureur du maire de New York, qui avait aussitôt supprimé les subventions de la ville au musée. Mais le plus souvent, les dénonciations ne viennent ni de l’État ni de l’Église, qui craignent de se mettre à dos l’opinion publique. Elles émanent surtout de groupes de pression : entreprises privées qui veillent à leur image, ligues de vertu, associations qui, au nom de valeurs morales, ethniques ou religieuses, se posent en garde-fous. Elles s’attaquent à un roman, une bande dessinée, un film, une campagne publicitaire, une oeuvre d’art… À l’heure du politiquement correct, les actions en justice se multiplient. Et, pour prévenir les plaintes, comme l’a relevé l’avocat Emmanuel Pierrat, c’est là qu’une autre forme d’interdit, plus insidieuse, se met en place : l’autocensure. Ainsi, lors de la récente vente aux enchères de tirages de Sally Mann, une photographe américaine qui prend ses trois jeunes enfants pour modèles, Christie’s choisit de ne pas expédier le catalogue en France ni en Belgique. Lorsque la sphère artistique intéressait quelques spectateurs initiés, son influence était moindre et elle n’était pas considérée comme dangereuse. Elle est désormais accessible à un large public. Toute une industrie culturelle s’est donc développée. Pour rentabiliser une exposition, on vise les foules. D’où ce joli paradoxe : à se démocratiser, l’art perd l’un des principes essentiels de la démocratie, la liberté d’expression.

Controverses et polémiques

Je crois aux miracles

L’exposition se tient depuis quatre mois quand, à Pâques dernier, des manifestant viennent protester devant l’hôtel de la Collection Lambert à Avignon. Issus de groupes de pression traditionalistes, dont l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (Agrif), ils exigent que l’oeuvre d’Andres Serrano Immersion (Piss Christ) soit décrochée. De quoi s’agit-il ? D’une crucifixion immergée dans un liquide qu’on prendrait pour du sang si le titre n’était pas si explicite. N’obtenant pas satisfaction, trois intégristes la saccagent . Dans la foulée, ils s’en prennent à la photographie d’une religieuse en prière, The Church (Soeur Jeanne Myriam). Les oeuvres vandalisées sont
restées en place. L’Agrif a été condamnée pour procédure abusive.

Présumés innocents

En 2000, cette exposition aborde l’enfance à travers l’art contemporain. On y trouve des photos, installations et dessins signés de plasticiens mondialement connus : Robert Mapplethorpe, Ugo Rondinone, Cindy Sherman, Nan Goldin… Organisée au Centre d’art plastique contemporain (CAPC) de Bordeaux, elle dure quatre mois. Or, c’est une fois la manifestation close qu’une association de protection de l’enfance, La Mouette, s’agite « sur la foi du catalogue »… Les organisateurs, l’ancien directeur des musées de Bordeaux et les deux commissaires sont traduits en justice pour « diffusion d’un message à caractère violent ou pornographique [...] susceptible d’être vu ou perçu par un mineur ». Une signalétique, pourtant, déconseillait l’accès de certaines salles aux plus jeunes. Les inculpés seront blanchis onze ans plus tard.


L'artiste américain Andres Serrano lors de l'une de ses expositions. Photo Gamma
Le Portrait d'Émile Louis

Le tueur en série, peint par Yan Pei-Ming, artiste chinois émigré en France au début des années 1980, figure à l’exposition La force de l’art, organisée au Grand Palais en 2006. L’association de défense des victimes réagit fermement. Certains y voient l’apologie du crime. Le peintre échappe de peu au procès. A-t-on le droit de faire la promotion des monstres ? Andy Warhol avait choqué avec sa série des Treize Hommes les plus recherchés. Pourtant, Yan Pei-Ming avait auparavant portraituré Mao, responsable de la mort de millions de Chinois, sans soulever la moindre controverse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hystéries irresponsables   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hystéries irresponsables
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Corrélation entre 2 séries de données, quel test?
» Vos séries télés préférées.
» Une chrétienne antisémite hystérique
» séries temporelles, corrélation croisée
» Séries temporelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les tabous de nos sociétés dites "avancées" :: Le tabou de la pédophilie-
Sauter vers: