Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La petite musique du capitaine de pédalo ou la politique toute à droite et du cirage de pompes des financiers de Flamby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La petite musique du capitaine de pédalo ou la politique toute à droite et du cirage de pompes des financiers de Flamby   Lun 10 Sep - 5:11

L'ex-candidat du Front de gauche juge «suicidaire» la politique économique de François Hollande.

«Nous sommes mieux préparés au combat que nos amis socialistes qui improvisent tous les jours.» Invité dimanche soir du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», Jean-Luc Mélenchon n'a pas baissé la garde. Depuis des semaines, l'ex-candidat à la présidentielle et porte-parole du Front de gauche critique le gouvernement et le chef de l'État. Il a justifié cette position dimanche, indiquant avoir comme objectif de «les réveiller».

Celui que les sondages qualifient de «meilleur opposant» à François Hollande - même s'il préfère le titre d'«ayant droit» - regrette que la gauche n'ait pas «immédiatement marqué son terrain» à son arrivée au pouvoir après dix ans d'absence, «comme Nicolas Sarkozy l'avait fait» à droite en 2007.

Or, sur le plan économique, l'eurodéputé considère que «ce qui se prépare est au moins aussi grave que ce qui s'est passé en 1929 et qui a débouché sur une guerre…». Dénonçant la «petite musique» socialiste et surtout «les choix austéritaires», il a estimé que la décision de revenir à 3 % de déficit public est «une folie», «suicidaire». «Les agences de notation et les financiers sont des tigres de papier auxquels on cède tout, chaque jour», a-t-il attaqué.

Dans sa ligne de mire, Jean-Marc Ayrault, qui a commis une «erreur tragique» en acceptant de se rendre à l'université d'été du Medef avec plusieurs membres du gouvernement, contrairement, a-t-il assuré, aux pratiques de la gauche. Désormais, le premier ministre parle «la même langue» que les patrons en matière de politique du travail et «on ne peut plus se comprendre». Mélenchon s'est dit surpris qu'Ayrault considère le Medef «comme un représentant des entreprises» et non plus «comme un mouvement politique».

«Parasite»
En matière de fiscalité, l'eurodéputé a considéré que le chef de l'État «bricole sur un coin de table sans que personne ne s'en émeuve» lorsqu'il faudrait «taxer les revenus du capital au même titre que ceux du travail, ce qui rapporterait au minimum 50 milliards de plus dans les caisses…». À cette occasion, le porte-parole du Front de gauche a qualifié de «parasite»Bernard Arnault, le patron de LVMH et quatrième fortune du monde, qui a demandé la nationalité belge. «Qu'est-ce que c'est que ce Belge de circonstance qui veut avoir une nationalité uniquement pour faire de l'argent?», s'est indigné Jean-Luc Mélenchon, jugeant que «les riches, les importants, les puissants n'ont d'autre patrie que l'argent. Ils n'aiment pas leur patrie». Pour lui, les choses sont claires: «S'il s'en va, au revoir, mais sa fortune et ses moyens, ils appartiennent à ceux qui les ont produits par leurs efforts.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
La petite musique du capitaine de pédalo ou la politique toute à droite et du cirage de pompes des financiers de Flamby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Votre humeur en musique
» Partiel d'histoire en petite matière!
» Postes agregation externe musique session 2009
» La musique de publicité
» [Citations] petite citation de moi.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Sur la place du marché :: Dans la démocrassouille fumeuse et technocratique du capitaine de Pédalo-
Sauter vers: