Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des milliers de défauts dans les cuves des centrales Européennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Des milliers de défauts dans les cuves des centrales Européennes   Ven 17 Aoû - 9:15

Des milliers de défauts ont été constatés en juillet sur le réacteur d'une centrale belge gérée par Electrabel, filiale de GDF Suez. Du «jamais-vu» pour le régulateur européen.

Les autorités chargées de la sécurité nucléaire en Europe mais aussi aux États-Unis ont tenté, jeudi à Bruxelles, de faire la lumière sur l'incident révélé le 8 août faisant état de possibles fissures dans la cuve du réacteur de la centrale belge de Doel 3 située près d'Anvers et exploité par le groupe Electrabel, filiale de GDF Suez. Un réacteur mis depuis à l'arrêt et qui pourrait ne jamais redémarrer, comme l'a déjà laissé entendre Willy De Roovere, le directeur général de l'Agence fédérale belge de contrôle nucléaire (AFCN) à l'origine de cette réunion.

En cause? Des «milliers» d'indications de défauts constatés lors de contrôles ultrasons effectués en juillet. Une situation tout à fait «inédite», selon le représentant de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Sébastien Crombez. Plus de «10.000 défauts pour une seule cuve, cela ne s'est jamais vu», dit-il.

À ce stade, les indices penchent vers un défaut de fabrication, en l'occurrence du groupe néerlandais Rotterdamsche Droogdok Maatschappij (RDM) qui équipe d'autres réacteurs en Europe mais aucun en France. Il est cependant encore un peu tôt pour tirer toutes les conclusions. C'est une «combinaison de causes», juge Willy De Roovere, pouvant impliquer autant le procédé de construction de RDM que l'acier brut utilisé et livré lui par l'Allemand Krupp.

Situation différente en France
Dans l'attente d'analyses plus poussées, le patron de l'AFCN s'est montré très sceptique sur les chances que le réacteur de Doel 3 soit remis un jour en activité. Cette décision appartiendra à Electrabel dès les résultats connus, normalement le 30 septembre. Pour l'AFCN, l'incident soulève en tout cas des questions car «on ne peut pas être certain que cela (ces défauts, NDLR) ne s'est pas présenté avec d'autres constructeurs». Willy De Roovere a appelé les différentes autorités à mener «des contrôles plus poussés».

Du côté de l'ASN, un appui technique a été proposé à l'AFCN pour analyser ces contrôles. Mais l'on s'est déjà dit rassuré par cette réunion. «Nous avons eu la confirmation que la situation n'est pas du tout la même en France», où les cuves ne présentent pas les mêmes défauts, reprend Sébastien Crombez. En France, ces contrôles ont lieu tous les dix ans et doivent permettre de s'assurer que «les défauts constatés, une dizaine en France, n'évoluent pas».

C'est justement ce que Greenpeace a dénoncé à l'occasion de cette réunion bruxelloise, s'interrogeant sur la différence d'approche entre la France et la Belgique. L'ONG a rappelé que plusieurs réacteurs français présentent des «microfissures», comme sur le réacteur 1 de Tricastin ou à Gravelines 1 et s'est notamment étonnée de la position de l'ASN évoquant une «potentielle réparation» de Gravelines 1.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un rapport d'experts indépendants dénonce l'insuffisance des tests de résistance et de leurs conclusions.    Sam 25 Aoû - 3:39

Un rapport d'experts indépendants dénonce l'insuffisance des tests de résistance et de leurs conclusions.

Le rapport commandité par Greenpeace et rédigé par Oda Becker, docteur en physique, et Antonia Wenisch, experte en énergie nucléaire de l'Institut d'écologie de Vienne, critique l'inconséquence du rapport sur les tests européens. De quoi alarmer le Grand-Duché, en première ligne en cas d'accident en France ou en Belgique.

De notre journaliste
Camille Leroux-Frati


Les rapports se suivent et ne se ressemblent pas depuis que le Conseil européen, sous la pression de l'opinion publique effarée par la catastrophe de Fukushima, a diligenté des tests de résistance pour les centrales nucléaires européennes. Les exploitants, EDF en France ou Electrabel en Belgique, ont rendu leurs rapports à l'automne 2011. Les autorités de sûreté nucléaire de 17 pays européens ont épluché ces rapports et rendu leurs conclusions au printemps dernier, avec un rapport final issu de vérifications croisées, publié en avril. Dieter Majer, expert allemand respecté, avait déjà souligné en mars l'insuffisance des tests et des conclusions après les avoir passés en revue pour le compte de la Rhénanie-Palatinat, de la Sarre et du Luxembourg. Ses critiques rejoignent celles d'Oda Becker et d'Antonia Wenisch publiées en mai dernier dans un Rapport critique sur les tests de résistance européens pratiqués sur les centrales nucléaires. Celui-ci examine le rapport concernant treize centrales situées dans dix pays (France, Allemagne, Belgique, République tchèque, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse et Royaume-Uni).

«Les scénarios sont incomplets, ils n'intègrent pas la possibilité d'un incendie interne ou d'un accident d'avion», indique Oda Becker. Qui soulève d'autres lacunes générales : la non prise en compte de la qualité des éléments de sécurité, souvent vieillissants, ni d'aspects corollaires comme la formation du personnel et la gestion de la sécurité. «L'une de nos principales critiques est qu'aucun niveau de sécurité n'est défini, et on ne sait pas non plus ce qui se passe quand ce niveau n'est pas atteint.»



Tihange menacée d'inondation

Le rapport épingle encore le fait que les tests ont été réalisés par des experts non indépendants puisqu'affiliés aux exploitants. Et «ceux-ci n'ont aucun intérêt à demander d'onéreuses mesures demodernisation». Les autorités de sûreté nationales ne lui semble pas plus indépendantes : «Ce sont elles qui ont validé les mesures de sécurité des centrales». Quant au rapport final issu du contrôle des tests par des experts d'autres pays, ce n'est pas mieux : «Ils ne vont pas se critiquer entre pairs...»

Oda Becker s'est attardée sur les centrales les plus proches du Luxembourg. Les mesures «recommandées» pour sécuriser Tihange, qui présente un fort risque d'inondation de la Meuse, sont insuffisantes ou lointaines. «Or l'eau du réacteur risque de s'évaporer et le cœur du réacteur pourrait fondre en moins de trois heures, c'est tellement rapide qu'il paraît impossible d'évacuer la population» avant la contamination.

La protection des centrales françaises de Cattenom, Gravelines et Fessenheim face au risque d'inondation ou de séisme inquiète aussi Oda Becker. «Et Cattenom a enregistré récemment une anomalie de niveau 2, il faut l'arrêter pour l'examiner.»

Autant de lacunes relevées par le rapport officiel. «Mais il se contente de "saluer" ou de "recommander" des mesures plus fermes, alors qu'il faut dire que des améliorations significatives sont nécessaires dans tous les réacteurs», assène Oda Becker.

«Il est indispensable que le gouvernement luxembourgeois continue son engagement pour une sortie du nucléaire au niveau européen et contre une prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires des pays voisins.», conclut Roger Spautz, chargé de la campagne nucléaire chez Greenpeace Luxembourg, qui a transmis une copie du rapport à la division de la Radioprotection du ministère de la Santé.




Une simulation alarmante

Greenpeace a dévoilé hier quatre cartes de l'Europe, élaborées par le projet FlexRisk financé par le Klima+Energie Fonds en Autriche. L'objectif : simuler les conséquences d'un accident nucléaire et l'étendue de la contamination aux alentours. Qu'il s'agisse de Cattenom, de Fessenheim, de Doel ou encore de Tihange, le Luxembourg figure invariablement parmi les zones les plus touchées par le nuage radioactif qui s'échapperait de ces réacteurs. En cas d'accident à Fessenheim, le nuage le plus dangereux couvrirait le nord-est de la France et le Benelux. Une catastrophe à Tihange ou à Doel laisserait échapper des particules qui couvriraient le Luxembourg et l'Europe de l'Est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
Des milliers de défauts dans les cuves des centrales Européennes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Installation photovoltaique
» La halal a envahi les grandes surfaces
» Sidérant "oubli" des institutions Européennes!!
» Les résultats des élections européennes 2014 dans les différents pays d'Europe.
» URGENT DEMAIN - L'application des droits communautaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: L'état de notre planète :: Non au nucléaire-
Sauter vers: