Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En voulant vendre et imposer sa démocrassouille l'occident fait le lit des islamistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: En voulant vendre et imposer sa démocrassouille l'occident fait le lit des islamistes   Lun 24 Oct - 17:20

Les islamistes en tête, suivis de deux partis de gauche: le visage de la future assemblée constituante tunisienne s'esquisse, au fur et à mesure des résultats annoncés par les partis, au lendemain d'un scrutin historique neuf mois après la révolution.

Les résultats définitifs et officiels ne devaient pas être annoncés avant demain par la Commission électorale (Isie) mais les premières tendances et déclarations confirmaient l'avancée d'Ennada, attendue. La surprise est venue en revanche de la défaite du Parti démocrate progressiste (PDP, centre gauche), formation historique tunisienne qui s'est posée pendant toute la campagne comme principale force alternative à Ennahda.

Au lendemain d'un scrutin historique marqué par une forte mobilisation des Tunisiens, les islamistes ont été les premiers à annoncer leurs propres estimations: "environ 40% des voix", Soit au moins 60 sièges sur les 217 que comptera la future assemblée constituante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: A Tunis les Islamistes font leur nid   Jeu 27 Oct - 15:00

Tunisie : pour le leader d'Ennahda, le français est une langue polluante
On a beau essayer de se faire une raison, les choses ne commencent pas si bien que ça à en juger par les vieux réflexes qu’ont repris illico les islamistes triomphants de Tunis…



« J’ai comme une impression de déjà vu… » me disait hier, mi-figue, mi-raisin, mon confrère algérien Atmane Tazaghart croisé avenue Bourguiba. Et oui, l’islamisme, ça le connaît, comme tous les Algériens, il en a fait des livres, sa mémoire est tissée de souvenirs, une tapisserie de sang. L’euphorie du multipartisme en 1989, la légalisation du Front islamique du Salut, et puis la déferlante FIS au premier tour des législatives de décembre 1991. Enfin, le coup d’arrêt du processus électoral , et puis la guerre civile. 200 000 morts.

« Ecoute, ça n’a rien à voir » ai-je répété pour la énième fois, bien sagement, en regardant autour de moi les terrasses de café bondées et les amoureux enlacés, lesquels ont peut-être voté Ennahda, qui sait ?
« Ah, mais tu verras, ils vont vite se révéler ! » a rigolé Atmane.
Mon portable a sonné et c’était Farid. Encore un Algérien de mes amis. Il a lâché une phrase, une seule, elle crépitait comme une mitraillette ou comme un sanglot en direct d’Oran :
« En 1989, les Algériens ont cru qu’ils étaient différents des Iraniens de 1979 et aujourd’hui, les Tunisiens s’imaginent qu’ils sont différents des Algériens de 1989 ! »
« Ecoute, ça n’a rien à…ai-je recommencé. Mais Farid avait déjà raccroché. Sans doute une émeute à couvrir sur un air de raï.
« Sage… » me suis-je redit, au fil des cafés qui s’empilaient de causerie fumeuse en analyses dépressives- tachycardie garantie- dans ce que les optimistes essaient d’imaginer comme le meilleur des mondes islamistes possibles, tempérament tunisien oblige, chicha et salade de seiche.
« On va y arriver, on ne va pas désespérer, les Tunisiens veulent essayer l’islamisme, bon, ils jugeront sur pièces et ils finiront par les virer…On va descendre sur le terrain, on va bâtir un vrai projet politique… » ressassaient mes doux compagnons et compagnes de la révolution pris au piège des ailes de la colombe. La colombe, c’est l’emblême d’Ennahda. L’islam mo-dé-ré. L’islamisme tendre, carrément sentimental. Ce sont des colombes, pas des faucons, compris ?
Je veux tout comprendre. Je suis là pour ça.
« Ecrivez que nous sommes des colombes, que nous garantirons les droits des femmes, que nous ne sommes pas contre les Européens, que nous avons besoin des touristes français », me répétait en mai dernier Adel, militant Ennahda dans la cité Enassr.
C’est alors que Rached Ghannouchi, le grand leader du parti victorieux, nous a cassé définitivement le moral. Probablement très remonté par la fête d’hier soir, devant le local du parti, à Montplaisir, avec ses filles enveloppées dans des voiles et des voiles colorés, devant la foule où on distingue une, deux, trois, têtes nues dans la foule (mais on nous prie de les noter), Rached Ghannouchi, aujourd’hui, s’est complètement lâché. Au micro de la radio Express FM, il a proféré cette phrase qui m’en rappelle un tas d’autres, ailleurs, hier et avant-hier, dans un passé vert pas vraiment rose :
« On est devenus franco-arabes en Tunisie ! C’est de la pollution linguistique ! Nous sommes Arabes et notre langue, c’est la langue arabe ! »
Et là, franchement, je n’ai pas besoin d’Atmane ou de Farid pour identifier une dérive islamo-tunisienne à l’algérienne ! C’est en Algérie que l’islamisme hard s’est distingué en voulant virer le français, la langue du colon. Il est vrai que l’aile islamo-conservatrice du FLN, les premiers intégristes de l’histoire algérienne, avait commencé le travail en décrétant l’arabisation de l’enseignement. Le FIS a repris le flambeau.
Aujourd’hui, Ghannouchi, dont on nous vend sur toutes les coutures le côté suave, s’est dépêché de reprendre les vieilles habitudes. La langue française, rien à faire, ça pollue. L’arabité, c’est sacré. Arabes, ils sont ! Oyez jolies berbères aux boucles rousses, Ecoutez, héritiers des phéniciens, promeneurs songeurs entre les ruines romaines, et vous, tous les Tunisiens qui avez tant mixé les cultures et applaudi les mélanges civilisationnels, qui avez accueilli sur vos listes électorales deux candidats juifs… Qui mettez tant d’espoir dans le retour des touristes français…

« Pollution linguistique » : c’est venu du fond des tripes à la mode algéro-saoudienne, sauce wahhabite garantie.
Il va leur en falloir de la sérénité, aux Tunisiens. Ghannouchi leur mettra une contravention pour pollution quand ils nous diront bonjour ?

Mercredi 26 Octobre 2011
Martine Gozlan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'avènement des islamistes au pouvoir en Tunisie et en Libye ne présage rien qui vaille.   Ven 28 Oct - 12:03

L'avènement des islamistes au pouvoir en Tunisie et en Libye ne présage, pour Philippe Bilger, rien qui vaille. Kadhafi était-il déjà condamné à mort par Washington et Paris, comme l'affirme le Canard enchaîné ? Les images de son ignominieuse capture sont, en tout cas pour notre blogueur associé, indignes et honteuses. « Au-delà de ces scènes terrifiantes, il y a l'instauration de la charia, la polygamie acceptée, un changement de société », écrit-il. Le pire après le pire ?




En Tunisie, comme il était prévu et, par beaucoup, craint, le mouvement islamiste Ennahda est arrivé largement en tête dans le premier scrutin libre de l'après-Ben Ali. Même s'il y a eu des fraudes comme certains l'affirment, la victoire est éclatante et suscite évidemment l'inquiétude. Ce n'est pas l'expression « démocratie islamiste » employée par Rached Ghannouchi qui est de nature à rassurer (Le Parisien, France Inter, Le Monde).

Débarrassée de Kadhafi enterré en secret, la Libye, malgré la joie collective de beaucoup de Libyens devant la « libération » qui n'a été possible que grâce aux forces de l'OTAN et, en définitive, à l'exécution du Guide, continue de susciter le trouble, voire l'angoisse chez tous ceux qui ne perçoivent pas l'Histoire des peuples comme une ascension obligatoire vers la lumière.

Il n'était pas nécessaire de se poser en spécialiste de la vie internationale pour être persuadé que Kadhafi ne demeurerait pas vivant. Trop de menaces et trop de secrets. Cette intuition partagée semble confirmée si on ajoute foi à l'information du Canard enchaîné selon laquelle « Kadhafi (avait été) condamné à mort par Washington et Paris... de peur qu'il ne parle trop lors de son procès devant la Cour pénale internationale ».

Avant cette mort programmée, il y a eu les images de son ignominieuse capture dont une vidéo (nouvelobs.com) nous montre les péripéties indignes et honteuses. La lâcheté et la fureur, en même temps, de ce groupe frappant et humiliant un homme déjà gravement blessé donnent la nausée.

Je comprends, regardant cette séquence, pourquoi j'ai toujours détesté les multitudes livrées à elles-mêmes et donc trop souvent à l'abject. Le tour de force involontaire de ces « libérateurs » a été de faire passer Kadhafi sanguinolent pour un personnage quasiment christique !

Au-delà de ces scènes terrifiantes, il y a l'instauration de la charia, la polygamie acceptée, un changement de société que quelques islamologues distingués, avec leur tolérance habituelle jusqu'au prochain démenti du réel, minimisent. Il est vrai qu'on nous annonce - quelle concession ! - que les femmes auront le droit d'être en maillot de bain à la plage (20 minutes).

UN RISQUE DE CAPORALISATION

Alain Juppé, qui sait concilier l'optimisme de l'action avec le pessimisme de l'intelligence, formule, une fois de plus, un propos pertinent lorsqu'il affirme : « Il ne faut pas se crisper sur la peur mais allier vigilance et confiance... Je ne me résigne pas à penser que les peuples arabes sont condamnés à devoir choisir entre la dictature ou des régimes islamistes radicaux » (Le Figaro).

Certes, il ne faut pas « se résigner » mais pourtant ! Qui n'est pas saisi d'étonnement, voire d'incrédulité devant l'évolution de ces pays qui, libérés du pire, s'engouffrent avec une sorte d'empressement qui pour être religieux n'en est pas moins étrange, vers un risque de caporalisation personnelle, familiale et sociale, et semblent accepter par avance les contraintes, les servitudes, les inégalités d'un monde qu'ils s'acharnent à sublimer ?

Alain Juppé pose la bonne question. Tout se passe comme si d'un balancier à l'autre, l'Histoire ne savait pas s'arrêter là où il conviendrait. Entre l'horreur d'une dictature rejetée et la détestation d'un Etat islamiste, entre le pire puis le pire.

Rien encore n'est irréversible. On a toujours le droit de rêver mais les yeux plus que jamais ouverts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En voulant vendre et imposer sa démocrassouille l'occident fait le lit des islamistes   

Revenir en haut Aller en bas
 
En voulant vendre et imposer sa démocrassouille l'occident fait le lit des islamistes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peau d'ours à vendre
» A vendre occasion nikon d100 (vendu)
» A vendre
» Planète à vendre...
» matériel à vendre( vendu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Sur la place du marché :: Les dérives de l'occident-
Sauter vers: