Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arctique : trou record dans la couche d'ozone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Arctique : trou record dans la couche d'ozone   Mar 5 Avr - 15:38

Arctique : trou record dans la couche d'ozone
Mots clés : Couche D'ozone, Pollution, Stratosphère, ARCTIQUE, POLE NORD

Par Pauline Fréour

05/04/2011 | Mise à jour : 16:51 Réagir

Crédits photo : John Mcconnico/AP
Le phénomène s'explique par un hiver particulièrement froid dans la stratosphère et la présence de substances nocives, désormais interdites de production.

La couche d'ozone a perdu 40% de sa densité au-dessus du pôle nord cet hiver, battant un nouveau record. Comme toutes les données exceptionnelles touchant au climat, l'ampleur de ce «trou» est inquiétante, notamment parce que l'ozone filtre les ultraviolets nocifs pour les êtres vivants. Il serait toutefois erroné d'y voir l'effet de la seule main de l'homme. Selon les experts de l'Organisation mondiale de météorologie, qui ont présenté mardi ces résultats, l'ampleur du phénomène s'explique par un hiver particulièrement froid dans la stratosphère cette année.


En bleu, la zone de déperdition d'ozone. Crédits photo : HO/REUTERS
La destruction de l'ozone requiert la combinaison de deux facteurs : une température dans la stratosphère inférieure à -78°C, et la présence d'espèce chlorées, les chlorofluorocarbones (CFC) et les halons, utilisées autrefois dans les réfrigérateurs, les propulseurs d'aérosols et les extincteurs. La température très basse de la stratosphère plongée dans la nuit polaire conduit à la formation de nuages et à des réactions chimiques qui transforment ces substances inoffensives en substances nocives pour l'ozone, dès le retour du soleil au printemps.

Un phénomène récurrent
Le Protocole de Montréal, un accord international signé par les premiers Etats en 1987 et par presque tous les pays du monde en 2009, a permis de mettre un point final en 2010 à la production des substances appauvrissant la couche d'ozone. Ces gaz ayant toutefois une durée de vie de 50 ans, leur effet continue de se faire sentir, et les «trous» dans la couche d'ozone en réalité, une baisse de la concentration de ce gaz apparaissent au-dessus des pôles.

En Antarctique, le phénomène survient chaque année en hiver et au printemps. Au-dessus de l'Arctique, le phénomène est plus fluctuant en raison des conditions météorologiques qui varient beaucoup d'une année sur l'autre, en grande partie du fait de la différence de répartition des continents entre les deux hémisphères.

Plus de rayonnement ultraviolet cet été ?
«La concentration de ces espèces chlorées a été maximale dans les années 2000», explique au Figaro.fr David Saint-Martin, chercheur au Centre national de recherches météorologiques. Mais grâce au Protocole de Montréal, «un certain nombre de modélisations prévoient que la couche d'ozone reviendra à son niveau d'avant 1980 d'ici à 2050 ou 2060». La restauration de la couche d'ozone devrait prendre plus de temps au-dessus des pôles, notamment de l'Antarctique, où elle n'est pas attendue avant 2045-2060, que dans le reste de la stratosphère, où elle est prévue pour 2030-2040.

L'exposition aux rayons ultraviolets (B), normalement filtrés par l'ozone, peuvent causer, chez l'homme, des cancers de la peau, des cataractes et une altération du système immunitaire. Certaines cultures et certaines espèces de la faune marine peuvent aussi en pâtir. Si les populations les plus exposées sont celles situées sous le «trou», l'extension spatiale de la zone concernée peut parfois s'étendre sous l'effet des conditions météorologiques. Ainsi, dans le cas où les masses d'air pauvres en ozone se déplaceraient vers le sud, l'OMM s'attend à ce que le rayonnement ultraviolet accuse en Europe des valeurs supérieures à la normale pour la saison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le trou se déplace   Lun 3 Oct - 6:16

Selon des chercheurs, un trou ayant la dimension qui équivaut à cinq fois la surface de l'Allemagne a été remarqué au sein de la couche d'ozone au-dessus de l'Arctique, ce qui par conséquant vient malheureusement contre-balancer la diminution observée dans l'Antarctique.

Ce grand trou aurait été, semble-t-il, provoqué par un froid hors du commen au pôle Nord. Il faut savoir que ce trou est en mouvement, étonnemment, et qu'il est venu nous visiter alors qu'il s'est déplacé tout en Europe de l'Est, en Russie et en Mongolie. Le côté négatif de ce voyage a été que les populations ont été exposées à des niveaux élevés de rayonnements ultraviolets.

Il ne faut toutefois pas s'inquiéter, simplement parce qu'on n'y peut rien. Effectivement, le froid intense demeure le facteur principal de la destruction de l'ozone, donc il ne sert à rien de paniquer. La vapeur d'eau et les molécules d'acide nitrique se condensent sous l'effet du froid pour former des nuages dans les couches basses de la stratosphère. Il y a du chlore qui se forme dans ces nuages se forme puis finit par abouttir à la destruction de l'ozone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
Arctique : trou record dans la couche d'ozone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le trou dans la couche d'ozone
» Le trou dans la couche d'Ozone Nouvelle Théorie !!!
» Environnement : diminution record de la couche d'ozone en Arctique
» Devoir surveillé n°1 4e AM :La couche d’ozone
» Petit rappel de la couche d'ozone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: L'état de notre planète :: L'Etat de l'atmosphère-
Sauter vers: