Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La politique de la canonnière , nouveau colonialisme se poursuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La politique de la canonnière , nouveau colonialisme se poursuit   Lun 4 Avr - 6:13

Après l'Irak, l'Afghanistan et la Libye...la politique coloniale de l'occident se poursuit sans vergogne !

UNE HONTE !

acques Vergès : "Abidjan, tombeau des envahisseurs"
Créé le 04/04/2011 à 07h43

EN BREF - L’ESSENTIEL DE L’INFO

La force française Licorne en Côte d'Ivoire "agit comme une armée d'occupation en dehors de tout mandat" de l'ONU, après sa prise de contrôle de l'aéroport d'Abidjan, a déclaré devant la presse à Paris Toussaint Alain, un conseiller du président sortant Laurent Gbagbo. Jacques Vergès, l'avocat français de Laurent Gbagbo, a lui aussi défendu le président sortant ivoirien, annonçant même son intention de porter plainte contre la France. "Abidjan doit être le tombeau des envahisseurs (...) nous nous réservons la responsabilité de porte plainte contre les responsables français pour crimes contre l'Humanité et crimes de guerres" a déclaré Jacques Vergès. Une sortie rude qui pourrait faire du bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La culture occidentale en action ...honneur à celui qui résiste et dit non ! ..;il est chez lui !!!   Mer 8 Juin - 15:20

L'Otan hausse le ton. Réunis à Bruxelles, les ministres de la Défense de l'Organisation ont affirmé ce mercredi leur détermination à poursuivre leur intervention militaire en Libye «aussi longtemps que nécessaire» et avec «les moyens nécessaires» pour protéger les populations civiles. L'Otan a mené mardi ses raids les plus violents sur Tripoli, faisant 31 morts.
SUR LE MÊME SUJET
Sarkozy et Obama haussent le tonLibye : l'ONU exige l'arrêt «immédiat» des attaques contre les civils
Barack Obama a prévenu que la pression allait s'intensifier jusqu'au départ du dirigeant libyen. Ce dernier a réaffirmé qu'il ne se soumettrait pas, alors qu'il n'est plus considéré comme crédible par la Russie et la Chine, qui commencent à s'impliquer pour trouver une issue au conflit.

Pluie de bombes sur Tripoli. Dans la nuit de mardi à mercredi, de puissantes explosions ont secoué à nouveau le secteur de la résidence du dirigeant libyen au centre de la ville. La veille, les raids aériens sur Tripoli se sont succédé dans la matinée, puis dans l'après-midi. Selon le porte-parole du régime, Moussa Ibrahim, «l'Otan a mené une attaque haineuse sur Tripoli qu'il a frappé avec plus de 60 bombes».Selon lui, ces raids ont fait 31 morts et «des dizaines de blessés». Les bombardements ont visé la résidence du colonel Kadhafi, la banlieue de Tajoura, ainsi que la route de l'aéroport au sud de la capitale. Dans le vaste complexe résidentiel du dirigeant libyen, régulièrement visé par les avions de l'Otan, il ne reste désormais presque que des gravats et des ruines fumantes.

Obama : «Intensifier la pression ». «Nous continuons à faire pression sur le régime en limitant la capacité de Kadhafi à donner des ordres à travers ses centres de commandement», a expliqué un porte-parole de l'Otan, Mike Bracken, assurant que les milliers de raids de l'Alliance atlantique avaient «considérablement affaibli» le régime. A Washington, Barack Obama s'est montré encore plus clair: «Kadhafi doit quitter le pouvoir et le rendre aux Libyens, et la pression ne fera que s'intensifier jusqu'à ce qu'il le fasse».

Kadhafi : «Je résiste toujours». Le colonel Kadhafi n'affiche pas l'intention de quitter le pouvoir, et l'a fait savoir mardi, jour de ses 69 ans. «Malgré les bombardements, nous ne nous soumettrons jamais», a t-il déclaré dans un message audio diffusé par la télévision d'Etat. «Je suis à proximité des bombardements mais je résiste toujour», a-t-il assuré, appelant «le peuple à résister». Selon l'agence officielle Jana, Mouammar Kadhafi a d'ailleurs rencontré mardi des chefs tribaux.

L'étau se resserre. Dans le camp du dirigeant libyen, les défections se multiplient : dernière en date, celle mardi d'Al Amin Manfur, ministre du Travail. Côté rebelles, les soutiens sont de plus en plus nombreux. L'Espagne est le neuvième pays à avoir reconnu leur autorité. Un envoyé spécial du Kremlin, Mikhaïl Marguelov, est venu mardi à Benghazi rappeler la nouvelle position de Moscou, longtemps proche de Tripoli: «Nous croyons que Kadhafi a perdu sa légitimité dès la première balle qui a tué un innocent». La Chine est également entrée dans le jeu diplomatique. Le chef de la diplomatie libyenne s'est rendu mardi à Pékin alors que des diplomates chinois sont arrivés à Benghazi pour y rencontrer des membres du CNT.

Sur le plan humanitaire, quelque 6.850 réfugiés fuyant les violences en Libye ont franchi la frontière tunisienne entre lundi et mardi matin, selon les autorités tunisiennes. Depuis le début le 15 février de l'insurrection, entre "10.000 et 15.000" personnes sont mortes et 890.000 ont pris la fuite, selon l'ONU.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Poursuite du colonialisme larvé et discrédit complet sur l'ONU et l'OTAN...l'humanisme occidental quoi...   Lun 22 Aoû - 16:47

Jamais les rebelles n'auraient pu entrer dans Tripoli sans l'appui des forces armées occidentales, notamment françaises et britanniques, analysent les experts militaires.
Les rebelles entrés dimanche dans Tripoli, n'en seraient pas là sans l'intervention occidentale déclenchée le 19 mars, deux jours après le vote, par le Conseil de sécurité de l'ONU, de la résolution 1973. Celle-ci instaurait un "régime d'exclusion aérienne" afin de protéger les civils" et "autorise les États membres" à prendre "toutes mesures nécessaires pour faire respecter l'interdiction de vol" et pour empêcher "des attaques aériennes contre la population civile."
Pour Yves Boyer, directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique, c'est la campagne militaire occidentale de frappes aériennes -contestée par la Chine, le Brésil, la Russie, l'Inde et l'Afrique du Sud- qui estiment qu'elles outrepassent le mandat onusien de protection des civils- qui a affaibli le régime du colonel Kadhafi et permis aux rebelles de reprendre l'offensive ces derniers jours. Et si l'opération a été conduite sous le commandement de l'Otan, ce sont, précise-t-il, à plus de 80%, les armées française et britannique qui ont conduit ces opérations. Les forces aéronavales d'abord, qui ont, à partir du mois de juin, été secondées par les hélicoptères de combats des armées de terre de ces deux pays. Washington se contente désormais d'assurer un soutien logistique- une première pour une opération de l'alliance.
Pascal Le Pautremat, de la revue Défense de l'Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN) est également convaincu du rôle déterminant des forces occidentales: "On sait très bien que la qualité combattante des insurgés n'est pas du tout à la hauteur des enjeux. Sans l'aide des Anglais et des Français, jamais les rebelles ne seraient arrivés aussi vite à Tripoli."
"Le temps stratégique n'est pas le temps médiatique"
Certains observateurs mais aussi des hommes politiques s'inquiétaient récemment d'un possible enlisement -réfuté par le ministre des Affaires, Alain Juppé. Pour les experts des questions de défense, la durée des opérations ne constitue pas une surprise.
Pour Yves Boyer, "le temps médiatique ne correspond pas au temps stratégique," qui est plus lent. Il a fallu envoyer des forces spéciales sur place -quelques centaines de Français et de Britanniques- pour identifier les cibles et les les détruire progressivement.
François Heisbourg, de l'Institut français des relations internationales, estime lui que l'Otan a "perdu beaucoup de temps à bricoler" pour combler la défection au bout de quelques jours à peine des chasseurs américains.
"Au final, la stratégie politico-militaire a bien fonctionné, même si les choses ont duré nettement plus longtemps que prévu", analyse de son côté le bloggeur Jean-Dominique Merchet, spécialiste des questions militaires. Il rappelle qu'Alain Juppé avait parlé d'une campagne de quelques semaines seulement au moment de son déclenchement. "Si les forces alliées ont très vite répondu à l'appel, avec des frappes à longue distance, les troupes insurgées ont mis nettement plus longtemps à se constituer puis à passer à l'offensive", observe-t-il.
Pour la campagne de frappes, les armées française et britannique se sont peu appuyé sur les forces rebelles qui étaient, à l'exception de quelques militaires transfuges de l'armée de Kadhafi, peu entrainées au combat, car surtout composées de volontaires civils, selon Yves Boyer.
Les rebelles, après des débuts difficiles, ont reçu conseils et aide militaire de quelques pays arabes, en particulier du Qatar. En juin, des armes leur ont été parachutées par la France dans la région du Djebel Nefusat. Et selon Jean-Dominique Merchet, des équipes de liaisons françaises ont été dépêchées en Cyrénaïque pour les épauler. Et récemment, les forces loyales au colonel Kadhafi avaient tellement diminué qu'elles ne pouvaient désormais plus "mener une offensive crédible".
"Une question d'heures ou de jours"
Pour Yves Boyer, dès que le régime de Kadhafi sera tombé, la mission de l'Otan, entamée dans le cadre de la résolution 1973 de l'ONU, arrivera à son terme. "On doit passer du cycle militaire au cycle politique" précise-t-il. Et la fin du régime n'est pour lui qu'une question de jours, voire d'heures. L'envoyé du Conseil national de transition (CNT) auprès de la Ligue arabe, entité politique des rebelles libyens, tient le même discours. Il vient d'annoncer que la Libye post-Kadhafi n'autoriserait pas l'installation de bases militaires de l'Otan. "La Libye est une nation arabe et islamique avant l'Otan et après l'Otan", a affirmé Abdel Moneim al-Huweini au Caire, ajoutant: "les Libyens se sont révoltés contre les bases occidentales en 1970 et il n'y aura pas de bases non libyennes".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les commandos que l'on cache   Mer 24 Aoû - 5:04

Airstrikes More Difficult as War Moves to Tripoli

Moises Saman for The New York Times

SHARE
WASHINGTON — The NATO air campaign that was instrumental in helping the rebels advance into Tripoli is hamstrung in many ways now that the fighting has turned into complex house-to-house urban warfare, American military and allied officials said

Lessons of the Libyan Endgame
After seven months of war, are the rebels ready to rule and what should the West do to help?
Join the Discussion
For legal and practical reasons, as well as to avoid the perception of bombing indiscriminately inside Tripoli, the Libyan capital, allied warplanes will continue to prowl for targets, but mostly on the outskirts of the city where government troops might be trying to escape or reinforce Tripoli — and where the risk of civilian casualties is much lower, allied officials said.

A NATO spokesman, Col. Roland Lavoie, said at a news conference in Naples, Italy, on Tuesday that “there are still weapons out there and there are still targets that we could hit if we have any signs that they could represent a threat to the civilian population.”

But he and other NATO officials acknowledged that the urban environment in Tripoli, a city of about two million people, was “far more complex” for airstrikes than past targets have been.

Until now, the vast majority of targets attacked in Tripoli have been sites suspected of being military command headquarters or weapons-storage buildings that NATO monitored closely for days or weeks with surveillance aircraft, including Predator drones, to ensure that no civilians were living or working there.

Allied targeting experts and fighter pilots do not have that option with the rapidly shifting battle lines in block-by-block combat carried on by fighters on both sides dressed in civilian clothing.

“It could be difficult, because the use of air power, to a large degree, is negated when you get into this kind of urban warfare,” Senator John McCain said Tuesday on “The Early Show” on CBS. “It’s hard to identify targets and hard to be effective. But I don’t think there’s any doubt of the eventual outcome.”

This is hardly the first time that the United States or NATO has dealt with the challenge of rooting out foes in urban environments. American troops, in particular, learned many lessons combating the insurgency in Baghdad. While the United States and NATO do not have major armies on the ground in Libya, the allies have passed on these lessons to the rebel fighters. Applying them, they think, will allow rebels who had been dependent on strong NATO air support for many of their past gains to drive Qaddafi loyalists out of Tripoli completely.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Manipulation des multinationales par OTAN interposé   Mer 24 Aoû - 5:34

C'est l'OTAN qui est à la conquête de Tripoli

Manlio Dinucci
Il Manifesto
lun., 22 août 2011 16:39 CDT
Traduction : Marie-Ange Patrizio pour Mondialisation.ca

Une photo publiée par le New York Times raconte, plus que beaucoup de paroles, ce qui est en train d'arriver en Libye : elle montre le corps carbonisé d'un soldat de l'armée gouvernementale, à côté des restes d'un véhicule brûlé, avec trois rebelles autour qui le regardent avec curiosité. Ce sont eux qui témoignent que le soldat a été tué par un raid de l'OTAN. En moins de cinq mois, informe le Commandement conjoint allié de Naples, l'OTAN a effectué plus de 20mille raids aériens, dont 8mille d'attaques par bombes et missiles. Cette action, déclarent au New York Times de hauts fonctionnaires étasuniens et OTAN, a été décisive pour resserrer l'étau autour de Tripoli.

Les attaques sont devenues de plus en plus précises, détruisant les infrastructures libyennes et empêchant ainsi le commandement de Tripoli de contrôler et d'approvisionner ses forces. Aux chasseurs-bombardiers qui larguent des bombes à guidage laser d'une tonne, dont les têtes pénétrantes à l'uranium appauvri et tungstène peuvent détruire des édifices renforcés, se sont joints les hélicoptères de combat, dotés des systèmes d'armements les plus modernes. Parmi eux, le missile à guidage laser Hellfire, qui est lancé à 8Kms de l'objectif, utilisé aussi en Libye par les avions télécommandés étasuniens Predator/Reaper.

Les objectifs sont repérés non seulement par les avions radar Awacs, qui décollent de Trapani (côte sud-ouest de la Sicile), et par les Predator italiens qui décollent d'Amendola (Foggia, province des Pouilles), en survolant la Libye 24h/24. Ils sont aussi signalés -indiquent au New York Times les fonctionnaires OTAN- par les rebelles. Ceux-ci, tout en étant « mal entraînés et mal organisés », sont en mesure, « grâce des technologies fournies par des pays de l'OTAN », de transmettre d'importantes informations au « team OTAN en Italie, qui choisit les objectifs à frapper ». De plus, rapportent les fonctionnaires, « la Grande-Bretagne, la France et d'autres pays ont déployé des forces spéciales sur le terrain en Libye ». Officiellement pour entraîner et armer les rebelles, en réalité surtout pour des tâches opérationnelles.

On voit ainsi émerger le cadre réel. Si les rebelles sont arrivés à Tripoli, c'est dû non pas à leur capacité de combat, mais au fait que les chasseurs-bombardiers, les hélicoptères et les Predator de l'OTAN leur ouvrent la voie, en pratiquant la terre brûlée. Au sens littéral du terme, comme le montre le corps du soldat libyen carbonisé par le raid OTAN. En d'autres termes, on a créé à l'usage des media l'image d'une résistance avec une force capable de battre une armée professionnelle. Même si, évidemment des rebelles meurent dans les affrontements, ce ne sont pas eux qui sont en train de s'emparer de Tripoli. C'est l'OTAN qui, forte d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, est en train de démolir un Etat au motif de défendre les civils. De toute évidence, depuis qu'il y a un siècle les troupes italiennes débarquèrent à Tripoli, l'art de la guerre coloniale a fait de grands pas en avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: les manips ne sont pas uniquement en Libye les gogos !!   Mer 24 Aoû - 5:36



Le bluff de l'OTAN dénoncé par Kadhafi, la façade de la « victoire » des rebelles s'effondre

Tony Cartalucci
Land Destroyer
lun., 22 août 2011 13:13 CDT
Traduction : Résistance 71



Photo prise cette nuit du fils de Kadhafi Saif Al-Islam, qui avait été "confirmé" capturé et prêt à être transféré à cette cour pénale illégale internationale; il est en fait bien libre et mène les efforts de repousser les assassins d'Al Qaïda soutenus par l'OTAN de Tripoli.
Une fois de plus un Kadhafi défiant et résolu sort vainqueur de ce bras de fer avec la force toute puissante de l'OTAN, qui inclut une campagne meurtrière de bombardements, suivie par le soutien au sol des forces spéciales de l'OTAN, incluant des militaires des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne de la France et du Qatar, qui ont appuyés les bandits d'Al Qaïda qui avaient investis Tripoli ce week-end. Les "illustres" agences de presse du gouvernement qatari Al Jazeera ont été exposées, jusqu'aux fraudes maintenant exposées au grand jour de CNN, BBC, Reuters, AP, AFP, qui ont été prises la main dans le sac à perpétrer une campagne de propagande de guerre concertée afin de vaincre la résistance psychologique du peuple libyen, surtout celui de Tripoli.

Des rapports que le fils de Kadhafi Saif Al-Islam avait été capturé par les rebelles libyens, ont émané des agences médiatiques partiales et cette information qui fut "confirmée" par la cour pénale internationale sponsorisée par les Fortune 500 de ce monde, annonça même que Saif Al-Islam était prêt pour un transfert à la Hague. Il apparaît désormais que l'intéressé soit bel et bien libre et qu'il soit apparu devant des journalistes logés à l'hôtel Rixos au sud de Tripoli; il était accompagné de forces militaires libyennes loyalistes et il menait apparemment une contre-attaque d'envergure. Il apparaît de fait que les opérations de l'OTAN en Libye se terminent comme elles ont commencé: sur la base d'un paquet de mensonges éhontés (Voyez : March's "Libya: Another War, Another Pack of Lies")

Des rapports que le fils de Kadhafi Saif Al-Islam avait été capturé par les rebelles libyens, ont émané des agences médiatiques partiales et cette information qui fut "confirmée" par la cour pénale internationale sponsorisée par les Fortune 500 de ce monde, annonça même que Saif Al-Islam était prêt pour un transfert à la Hague. Il apparaît désormais que l'intéressé soit bel et bien libre et qu'il soit apparu devant des journalistes logés à l'hôtel Rixos au sud de Tripoli; il était accompagné de forces militaires libyennes loyalistes et il menait apparemment une contre-attaque d'envergure. Il apparaît de fait que les opérations de l'OTAN en Libye se terminent comme elles ont commencé: sur la base d'un paquet de mensonges éhontés (Please see March's "Libya: Another War, Another Pack of Lies")

Tout ce qui nous a été dit, des annonces d'Obama depuis son téléprompteur au boss de de la cour pénale internationale Luis Moreno-Ocampo qui déclara la capture "confirmée" de Saif Al-Islam, en passant par les médias de masse et au "conseil national de transition" libyen infesté d'agents d'Al Qaïda, tout cela est maintenant exposé au grand jour, des mensonges vérifiés de ce qui risque de devenir la plus grosse opération de guerre psychologique de l'histoire moderne. Al Jazeera, qui était déjà en train de programmer le narratif des "derniers jours de Kadhafi", est obligée de faire face à la réalité et aux preuves de plus en plus irréfutables que l'opération rebelle à Tripoli était une manœuvre de propagande et de guerre psychologique sur-gonflée et que la réalité s'affirme être que Kadhafi et le peuple libyen ont exposé ce gros bluff de l'OTAN.

Juste pour illustrer combien les médias occidentaux sont devenus absurdes au travers de leurs mensonges répétés se brisant sur le roc de la réalité, une tentative de sauver la face en regard de La "capture de Saif" fut effectuée devant les journalistes de l'hôtel Rixos, où Al Jazeera rapporta que les leaders des rebelles avaient eu la confirmation que Saif Al-Islam avait bien été capturé mais "qu'ils n'avaient aucune idée du comment il s'était échappé" (NdT: info relayé par le Figaro en France). Pour aider les médias, simplement suggérons le fait que Saif ne fut jamais appréhendé et que l'annonce de sa capture n'était en fait qu'un plan de déception afin de faire croire que le momentum de la bataille était définitivement du côté de l'OTAN. (Pour plus de mensonges du département d'état américain à travers les médias, veuillez consulter ce lien: "Libyan Rebels Lying Left and Right)


La cour pénale internationale "confirme" le mensonge vérifié que Saif Al-Islam a été capturé par les rebelles. Le procureur de la cour Luis Moreno-Ocampo déclare dans une bordée de mensonges que "nous avons l'information confidentielle émanant de plusieurs sources que noius avons en Libye qui confirme cette information". Il continue: "Il est très important de notifier clairement qu'il y a une obligation de transférer Saif à la cour pénale internationale en accord avec la résolution des Nations-Unies." Ceci renforcé par la déclaration du boss de l'ONU Ban Ki-Moon qui a dit que la "communauté internationale" se doit d'obtempérer avec la CPI. Nous voyons se dérouler devant nos yeux les exactions d'une organisation criminelle de menteurs et de dégénérés dans des proportions encore jamais atteintes.

Ce qui va suivre est incertain. Avec le président du Council on Foreign relations (CFR) Richard Haas et d'autres officiels demandant un débarquement urgent et une occupation de la Libye par les forces de l'OTAN, il semble que ces gens savaient à quel point de faiblesse était la position des rebelles dans Tripoli. Comme nous l'avons expliqué auparavant, la guerre de Libye va bien au-delà de l'appropriation des biens d'une nation, il s'agit d'établir plus avant l'ordre international Wall Street-City de Londres et sa primauté sur les états-nations. Un échec de l'OTAN en Libye compliquerait très certainement les opérations déjà planifiées contre la Syrie, l'Iran et sur la périphérie de la Russie et de la Chine.

Alors qu'il apparaît de plus en plus que la dernière chance de charge meurtrière de l'OTAN a échoué, avec tant d'enjeux sur la table, tout devient possible, du tapis de bombes à une invasion terrestre des forces de l'OTAN sous le déguisement d'une "mission de paix" de l'ONU ou aux forces d'occupation préconisées par Haas, ce sont des possibilités qui sont en cours de planification.

Ce que nous savons pour sûr, c'est que "l'élite" de la finance et de l'industrie est désespérée et aussi combien elle contrôle de manière absolue les médias de masse. Une telle campagne de désinformation et de propagande à cette échelle ne peut être possible que si chaque agence de presse de l'AP, Reuters, BBC, Guardian, Telegraph, New York Times, CNN, Al Jazeera aux autres (NdT: en France de l'AFP à tous les canards de masse, chaînes de télé et de radio; idem pour le reste de l'Europe...), est complètement compromise et assujettie aux intérêts de la finance et des corporations multinationales.

La liste qui suit montre qu'effectivement, beaucoup de ces "agences de presse" partagent des affinités et appartenances communes avec quelques uns des intérêts financiers et industriels sur terre, présentant un énorme conflit d'intérêt et ainsi produisant une duplicité sans équivoque.

Council on Foreign Relations

Chatham House (Major Corporate Members)

Chatham House (Corporate Members)

Chatham House (Corporate Partners)

Brookings Institution (page 20 of Annual Report)

Quand nous voyons les représentants de Reuters assis côte à côte de ceux de BP, Exxon, Chevron au sein des halls du CFR et de Chatham House et ensuite nous voyons des rapports de presse encensant les compagnies occidentales du pétrole qui remplacent les investissements chinois et russes en Libye, leur duplicité et leur manque totale d'indépendance devient plus qu'évident. Ces organisations médiatiques ne sont en fait que des agences de relation publique pour les entreprises du Fortune 500 et leur but collectif est de réaliser l'avènement d'un empire global d'une nation à l'autre. Pour l'heure, ils sont suffisamment obsédés par la Libye et des implications de la conclusion de l'affaire sur leur futures conquêtes planifiées, la prochaine sur la liste étant la Syrie.

Il serait sage pour ceux suivant le déferlement meurtrier de l'OTAN en Libye d'abandonner toute confiance en ces agences telles Reuters, AP, BBC, CNN, MSNBC, CBS, NBC, ABC (NdT: de la clique habituelle chez nous: TV, Radio, canards de masse...), ainsi que dans tous les "journaux réputés" qui gâchent espace et papier dans les porte-journaux de la nation, et dont les destinés sont liées inextricablement aux intérêts de la haute finance et de l'industrie multinationale, et qui fondent tout espoir sur une victoire de l'OTAN en Libye.

Au lieu de cela, il serait bon de vous investir dans des sources d'information alternative, ainsi que de vous motiver à rechercher par vous-même les informations les plus viables et solides. Prenons tous bonne note de la nécessité de boycotter et de remplacer tout ce qui touche de près ou de loin au cartel des Fortune 500, ceci incluant bien évidemment leur armée de menteurs professionnels connue sous le nom de "presse de masse" écrite et audio-visuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Embargo sur la Syrie ( on se rappelle que celui sur Cuba est toujours d'actualité !!!) ...mais sur Israel ...RIEN bien sûr !!!   Mer 24 Aoû - 13:46

C'est l'EQUITE vu par l'occident !

TOUT POUR EUX ! What a Face clown

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU s'est réuni mardi pour une session extraordinaire sur la crise en Syrie et a adopté une résolution demandant la création d'une commission d'enquête internationale sur les violations des droits de l'homme en Syrie.
Selon cette résolution, la commission d'enquête indépendante doit mener des investigations sur les violations des droits de l'homme en Syrie remontant au mois de mars et identifier les auteurs pour s'assurer qu'ils répondent de leurs actes. Elle devrait remettre son rapport avant la fin novembre et transmettre ses conclusions au secrétaire général de l'ONU ainsi qu'aux organismes compétents. Cette résolution appelle les autorités syriennes à "cesser immédiatement tout acte de violence contre la population", à protéger son peuple et à coopérer avec la commission d'enquête indépendante.

Le ministère russe des Affaires étrangères a regretté cette résolution et soutient que son intention réelle est de renverser le pouvoir légitime en Syrie. Il a ajouté que cette résolution va probablement aggraver les tensions sur le territoire syrien et avoir des impacts négatifs sur la situation en Syrie.

Le même jour, les opposants syriens ont déclaré à Istanbul en Turquie la formation d'un « Conseil national » destiné à coordonner leur lutte contre le régime du président syrien Bashar Assad. Un représentant de l'opposition a déclaré que cette dernière a pour ligne de conduite la résistance pacifique et qu'elle ne recherche pas l'intervention militaire des pays étrangers. rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Yavait pas de troupes au sol...n'estce pas ????   Mar 30 Aoû - 6:36

Les forces spéciales reprennent le contrôle de l'ambassade de France à Tripoli



Une équipe de dizaines d'hommes du COS (Commandement des opérations spéciales) a repris, aujourd'hui en fin de matinée, le contrôle de l'ambassade de France à Tripoli. Ils y assureront, durant la période de transition, la sécurité des lieux et de la petite équipe diplomatique, dirigée par M. Seillan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'OTAN est-elle en train de détruire la ville de Syrte et d'y commettre un massacre ?   Mer 31 Aoû - 9:59

L'OTAN est-elle en train de détruire la ville de Syrte et d'y commettre un massacre ?


Info-Palestine
mar., 30 août 2011 15:12 CDT
Témoignage d'un ancien lieutenant-colonel russe présent sur place : « L'OTAN commet un massacre à Syrte et rase la ville »

Pour la troisième journée consécutive, des avions de l'OTAN lancent des missiles et bombardent massivement la ville de Syrte, ville natale de Mouammar Kadhafi, ne permettant pas à quiconque de s'échapper. Le périmètre de la ville est entouré de points de contrôle « rebelle », derrière lesquels se trouvent des unités des forces spéciales de la Grande Bretagne, de la France, du Qatar et des Émirats arabes unis.

La sortie de la ville est complètement bloquée. Ni les femmes, ni les enfants ne sont autorisés à la quitter. Les hommes qui tentent de quitter la ville avec leurs familles, sont capturés puis fusillés. Leurs familles sont renvoyées dans la ville sous les bombardements. « Il n'y a pratiquement aucun moyen d'enterrer les cadavres », a déclaré dans une lettre qui a été reçu à Argumenty.ru ce matin. L'auteur est un ancien officier de l'armée soviétique et des services spéciaux russes, qui est maintenant à Syrte.

Ilya Korenev, cet ancien officier de l'URSS et des forces spéciales russes, est un ancien lieutenant-colonel, que la rédaction d'Argumenti.ru a précédemment qualifié de « source », et qui assume être proche au colonel Kadhafi, a décidé de mentionner son nom dans la lettre.

« Dans la ville jusqu'à présent pas de troupes (ndlr : pas 'd'armée' loyaliste, stricto sensu) : les rebelles ou les forces spéciales ont osé entrer. Dans la nuit il y avait beaucoup de petites provocations afin d'essayer d'établir la présence et l'emplacement de troupes gouvernementales. Plusieurs petites escouades de rebelles ont tenté une action pour sonder dans la nuit et les reconnaître, mais ils ont été détruits. En même temps, un avion de reconnaissance télécommandés d'espionnage sans pilote 'drone' était en l'air, qui a répertoriait les défenses de la ville. Une heure après, les attaques aériennes ont commencé sur les cibles ainsi repérées. Cependant, les défenseurs de la ville avaient déjà quitté leurs positions pour d'autres endroits », écrit le lieutenant-colonel.

Selon lui, « la situation ressemble au terrible hiver de 1995 à Grozny, Tchétchénie, où tout ce qui bougeait était bombardé, sans aucun bon système de guidage ou sans coordonnées précises. La seule différence était que la Russie et l'armée de l'air n'avaient pas beaucoup de combustible, donc les vols n'étaient pas aussi intenses que ceux d'aujourd'hui. Pour le moment, les forces aériennes de l'OTAN sont en opération quasiment 24 heures sur 24. »

Article d'origine : http://news.argumenti.ru/world/2011...
et traduit du russe sur : http://www.decapactu.com/spip/artic...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La politique de la canonnière , nouveau colonialisme se poursuit   

Revenir en haut Aller en bas
 
La politique de la canonnière , nouveau colonialisme se poursuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'appropriation des terres: une nouvelle colonisation ?
» Un nouveau blog "L'express" consacré à l'éducation
» Poisson nouveau : loche de mer ?
» Un nouveau dinosaure "broyeur’’ à bec de canard
» Initiation à la vie politique Française Option B

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Sur la place du marché :: Les dérives de l'occident-
Sauter vers: