Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ce conflit que les médias censurent ou déforment...impérialisme occidental oblige !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Ce conflit que les médias censurent ou déforment...impérialisme occidental oblige !!!   Sam 19 Mar - 15:35

Escalade de violence à Gaza: le Hamas tire des obus contre Israël


Le bras armé du Hamas, au pouvoir à Gaza, a tiré samedi une cinquantaine d’obus contre le territoire israélien, faisant deux blessés, après la mort de deux de ses militants cette semaine, rompant la trêve de fait observée depuis deux ans avec Israël.

Ces tirs, sans précédent depuis l’offensive israélienne «Plomb Durci» de décembre 2008/janvier 2009 contre la bande de Gaza, ont fait deux blessés légers et des dégâts mineurs.

Ils ont été revendiqués par les Brigades Ezzedine al-Qassam, branche militaire du mouvement islamiste Hamas.

Dans un bref communiqué, le groupe armé a affirmé avoir «visé plusieurs sites sionistes en réponse aux crimes de l’occupation (israélienne) en tirant des dizaines d’obus», contre les terminaux frontaliers israéliens de Sofa, Kessufim et Nahal Oz.

Une porte-parole de l’armée israélienne a confirmé que «des salves de dizaines d’obus ont été tirées contre Israël».

«Trois de ces engins se sont abattus dans le district de Pithat Shalom, dans le désert du Néguev (sud), où deux civils ont été légèrement blessés, et deux autres obus sont tombés dans le district d’Eshkol, plus au nord, ne faisant ni blessé ni dégât», a déclaré la porte-parole à l’AFP.

La radio militaire israélienne a fait état de 49 obus qui sont tombés dans des agglomérations israéliennes situées en bordure de la bande de Gaza, causant des dégâts mineurs à une maison.

La population a été appelée à se réfugier dans les abris jusqu’à nouvel ordre, a ajouté la radio.

Selon des témoins à Gaza, l’armée de l’air israélienne a bombardé en représailles un centre de la sécurité du Hamas dans le quartier de Zeïtoun, à l’est de la ville de Gaza, puis un autre site à l’est de la ville de Khan Younès, au sud, près de la frontière avec Israël, et le camp de réfugiés de Deir el-Balah, au centre du territoire palestinien.

Le premier raid aérien a fait cinq blessés, dont un enfant, a précisé le porte-parole des services d’urgence dans la bande de Gaza, Adham Abou Selmiya.

Interrogée par l’AFP, une porte-parole militaire a assuré qu’«il n’y a pas eu de frappe aérienne». «Appuyées par des hélicoptères, nos forces terrestres ont ponctuellement ouvert le feu contre des objectifs situés dans le sud de la bande de Gaza», a-t-elle précisé.

Cette nouvelle escalade de la violence, à la veille de la fête juive de Pourim, survient après la mort de deux membres des Brigades al-Qassam, tués mercredi lors d’un raid aérien israélien qui a visé un terrain utilisé pour l’entraînement de militants dans le quartier de Zeïtoun.

Jusqu’à présent, le Hamas observait une trêve de fait avec Israël, souhaitant éviter une nouvelle épreuve de force après la dévastatrice opération «Plomb Durci» qui avait fait 1.400 tués palestiniens il y a deux ans à Gaza.

En janvier, le Hamas avait renouvelé ses consignes de faire respecter aux groupes armés du territoire ce cessez-le-feu avec Israël.

Les tirs à partir de la bande de Gaza ont ralenti mais n’ont jamais complètement cessé.

Fin février, la bande de Gaza avait connu une flambée de violences à la suite d’un accrochage meurtrier entre l’armée israélienne et des combattants islamistes, et des tirs de roquettes Grad et d’obus de mortier sur le sud du territoire israélien.

Selon un communiqué de son bureau, le chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Liberman, a demandé à la délégation israélienne aux Nations unies de porter plainte contre ces tirs.

Avec les salves d’obus de samedi, plus de 100 projectiles, essentiellement des obus de mortier et des roquettes, ont été tirés vers Israël à partir de la bande de Gaza depuis le début de l’année, selon un bilan de l’armée israélienne.

(Source AFP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'intervention en Libye était prévue de longue date !   Mar 29 Mar - 8:03

Selon le quotidien italien Libero, loin d'avoir été une réaction spontanée et épidermique face au massacre du peuple libyen, l'intervention française contre Kadhafi serait issue d'une préparation de longue date. C'est ce que rapporte le Nouveau BRN, qui invite à prendre du recul sur la véritable nature de cette « croisade ».



(capture d'écran Dailymotion - afp - cc)
LIBYE : UNE GUERRE JUSTE MAIS MAL ENGAGÉE
SARKOZY ET LA PENSÉE MAGIQUE
SARKOZY PEUT-IL ENCORE ÊTRE CANDIDAT À LA PRÉSIDENTIELLE?
D’étranges révélations ont mis en émoi la presse italienne. Les Alpes constituant à l’évidence une barrière difficilement franchissable, les grands médias français n’en n’ont, semble-t-il, pas encore eu vent. Cela ne saurait tarder, certainement.

Le quotidien Libero, dans son édition du 23 mars, publie un article fort documenté dont la conclusion peut être ainsi résumée : les services français ont préparé et organisé, depuis octobre 2010, la chute du colonel Kadhafi. Une affirmation aussi stupéfiante – en apparence, en tout cas – mérite évidemment d’être considérée avec prudence. Force est cependant de constater que le directeur-adjoint du journal avance des faits, des noms, des dates et met en avant des précisions qui ne peuvent laisser indifférents. En particulier, il retrace le voyage en France de l’ex-bras droit du Guide, qui aurait servi de levier aux projets des autorités françaises. Celui-ci se serait rendu officieusement à Paris. Le journal cite certains détails de ses pérégrinations qui semblent facilement vérifiables.

Libero n’a rien d’un fanzine marginal habitué des « théories du complot ». Diffusé à plus de cent mille exemplaires chaque jour, il fait partie des médias dans l’orbite de Silvio Berlusconi. Ce n’est certes pas une garantie infaillible de rigueur journalistique, mais il est cependant peu probable qu’il prenne le risque d’inventer de toutes pièces un pareil récit. On peut même faire l’hypothèse qu’il ait tiré quelques unes de ses informations du côté des services italiens. On sait que ces derniers n’entretiennent pas des relations sans nuage – c’est un euphémisme – avec leurs homologues de ce côté-ci des Alpes.

Il est de notoriété publique que, lorsque Paris en appelait déjà à la fin du pouvoir en place à Tripoli, Rome freinait des quatre fers ces velléités sarkoziennes. Et pour cause : l’Italie avait récemment signé des accords avec son ancienne colonie incluant de larges transferts de fonds vers la Libye en échange de parts de marché considérables pour les grands groupes transalpins – ainsi qu’un approvisionnement pétrolier préférentiel. Au demeurant, lors du Conseil des ministres européens du 10 mars, on a entendu des portes claquer – et pas seulement avec les Allemands. Quelques confidences de diplomates présents ont même confirmé une tension palpable entre les deux sœurs latines. On peut dès lors comprendre que l’activisme élyséen ait plus qu’agacé le Cavaliere – et que les barbouzes italiens aient opportunément « balancé » quelques révélations gênantes pour Paris. Info ou intox ?

D’autres indices – cette fois dans la presse allemande – semblent converger. Ainsi, le Frankfurter Allgemeine Zeitung (un des plus grands quotidiens d’outre-Rhin) publiait, dans son édition du 19 mars, un témoignage direct concernant la base italienne de Grosseto. Dans la première quinzaine de février, des F16 danois étaient à l’exercice « pour la Libye » selon des sources internes à la base. Avant même les premiers troubles à Benghazi, donc.

S’il était avéré que les préparatifs politiques et militaires étaient à l’œuvre avant l’éclatement des troubles, cela serait tout sauf anodin. Le conte doré des « frappes » humanitaires destinées à « protéger la population civile du tyran qui bombarde son propre peuple » serait soudain éclairé d’une lumière tout à fait nouvelle. Et la « magnifique improvisation » (selon les termes d’un commentateur d’une grande radio) de Nicolas Sarkozy, avec mise en scène béachélienne, apparaitrait sous un jour peu reluisant.


Peut-être même, rêvons en un instant, la « croisade » des chevaliers du Bien contre le nouvel avatar du Mal incarné pourrait-elle être analysée avec un peu moins d’unanimisme (en tout cas dans son principe, si ce n’est dans ses modalités), et un peu plus d’esprit critique – de même que le « story-telling » décrivant de manière édifiante « un peuple voulant en finir avec son tyran ». Comme si la situation en Libye (premier pays africain selon le critère de l’Indice de développement humain) pouvait être assimilée à celle de la Tunisie ou de l'Égypte.

Mais on n’en est pas là, n’est-ce pas ? Les nombreux limiers du monde de l’investigation journalistique français vont certainement s’emparer de l’affaire, et faire litière illico presto des infâmes insinuations du quotidien italien. Qui en doute ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
Ce conflit que les médias censurent ou déforment...impérialisme occidental oblige !!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les médias arabes
» Le conflit entre Wallons et Flamands
» des médias controlés par les marchands d'armes?
» Conflit relationnel
» A ceux qui croient au catastrophisme de nos médias !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Sur la place du marché :: Les dérives de l'occident-
Sauter vers: