Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un océan caché sous la banquise d'Ancelade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Un océan caché sous la banquise d'Ancelade   Dim 13 Mar - 15:41

Postée le 12/03/2011 à 18h22



C’est l’un des mondes les plus énigmatiques et les plus fascinants du système solaire. Encelade, satellite de Saturne, tourne loin du Soleil, à quelque mille cinq cent millions de kilomètres de notre petite planète bleue.

Ce petit astre de seulement cinq cents kilomètres de diamètre est entièrement recouvert d’une épaisse couche de glace. Tournant en une journée et demie à seulement 240 000 kilomètres de sa planète, il offrirait à un hypothétique explorateur des paysages glaciaires dominés par l’époustoufflante vision de la planète aux anneaux, suspendue dans un ciel noir, éternellement piqué d’étoiles.

Encelade intrigue les planétologues depuis qu’ils ont découvert que sa surface de glace est, à l’échelle des temps géologiques, très jeune. Si certaines régions sont criblées de cratères d’impact, impliquant un âge de plusieurs centaines de millions d’années, d’immenses contrées d’Encelade en sont presque dépourvues : la surface de glace peut-être comparée à une banquise, meuble, mouvante.

Sur des millions de km2, s’étendent des plaines presque lisses, ou plissées, ou ridées d’immenses dépressions curvilignes. La surface de Encelade ne ressemble à rien de connu dans le système solaire, seul Ganymède, un grand satellite de Jupiter, montre des paysages ressemblant un peu à celui du petit satellite de Saturne.

Une seule certitude, ces régions énigmatiques d’Encelade sont récentes, elles ne peuvent être âgées de plus de quelques dizaines de millions d’années. Par endroits, on est même sûr que, aujourd’hui même, une puissante activité géologique est à l’oeuvre. En effet, en 2004, la sonde américaine Cassini a découvert sur Encelade de véritables « volcans de glace ».

En effet, dans l’hémisphère sud du satellite, une zone de fractures, baptisées « les griffures du tigre » expulsent dans l’espace, à plusieurs centaines de kilomètres d’altitude, d’immenses geysers ! Il s’agit là d’un volcanisme « froid », d’un cryovolcanisme, car ce n’est pas de la vapeur d’eau brûlante qui s’échappe à plusieurs kilomètres-seconde, mais de la glace…

Pourtant, par rapport à l’environnement d’Encelade – qui reçoit cent fois moins d’énergie du Soleil que n’en reçoit la Terre – cette région volcanique est bien considérée par les planétologues comme « chaude ». Des températures de – 130 °C ont été mesurées dans la zone des fractures, alors que la température moyenne d’Encelade est de l’ordre de -200 °C…

Quelle est l’origine de ces « volcans de glace » ? Le système de Saturne compte une soixantaine de satellites qui tournent chacun sur leur orbite à une vitesse différente. Les interractions gravitationnelles de ces astres avec la planète géante exerce des forces de marée puissantes, qui les déforment, donc les chauffent. Une seconde source d’énergie se trouve dans le noyau rocheux d’Encelade : celui-ci, comme celui de la Terre, est chauffé par ses éléments radioactifs.

Les planétologues sont aujourd’hui convaincus que la surface de Encelade est effectivement une banquise, plus ou moins épaisse, recouvrant un océan d’eau liquide, lequel repose directement sur le noyau du satellite. Quelle est l’épaisseur de cette banquise ? Probablement plusieurs dizaines de kilomètres dans les régions anciennes, peut-être quelques dizaines de mètres seulement dans la zone des « griffures du Tigre » !





L’histoire ne s’arrête pas là : la semaine dernière, une équipe américaine, utilisant les données de la sonde Cassini, a publié dans le Journal of Geophysical Research le bilan thermique d’Encelade.

Surprise ! Les modèles théoriques, prenant en compte forces de marée et radioactivité, évaluaient à 1,5 gigawatt la production d’énergie d’Encelade, alors que Cassini a mesuré une émission thermique dix fois supérieure !

Personne ne sait encore pourquoi Encelade émet l’équivalent de 15 tranches de centrales nucléaires (15 gigawatts, donc, en tout) mais les planétologues concluent que l’hypothèse de l’existence d’un océan liquide sous la banquise d’Encelade est renforcée par cette découverte.

Dans le language des scientifiques américains, l’eau est naturellement liée à la vie, et nos chercheurs concluent donc que Encelade pourrait accueillir dans ses eaux ténébreuses… des formes de vie extraterrestres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
Un océan caché sous la banquise d'Ancelade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'extraordinaire lac Vostok sous l'antartique
» Scleroderma citrinum Pers. 1801 - Basidiomycète.
» Pyramides : une méga-découverte pour 2011 ?
» Un micro-continent préhistorique caché sous l'île Maurice et la Réunion
» Des lacs géants sous la banquise d'Europe, la lune de Jupiter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les avancées de la Science :: Nos connaissances de l'Univers-
Sauter vers: