Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Afnic s'inquiète pour l'avenir d'Internet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: L'Afnic s'inquiète pour l'avenir d'Internet   Lun 14 Fév - 15:24

L'Afnic s'inquiète pour l'avenir d'Internet
Mathieu Weill dirige le gestionnaire des ".fr". Il expose sa vision d'Internet et des régulations.

Commentaires (2)
Imprimer
Envoyer par email



Réduire le texte
Grossir le texte



Propos recueillis par GUERRIC PONCET
La gouvernance d'Internet est une matière méconnue. Pourtant, avec le développement exponentiel du réseau, certaines décisions nationales et internationales sur la vie du Net ont des conséquences majeures dans tous les domaines. Les tensions se font de plus en plus fortes. À l'échelle internationale autour du gestionnaire américain, l'Icann, qui conserve tous les pouvoirs. Et au niveau national autour du gouvernement, qui multiplie les tentatives de régulation et de contrôle du réseau.

Rencontre avec Mathieu Weill, directeur général de l'Afnic (Association française pour le nommage Internet en coopération), organisme qui gère l'ensemble des domaines en .fr.

Le Point.fr : Les noms de domaine sont gérés à l'échelle mondiale par l'Icann, un organisme américain lié au département du Commerce. Qu'en pensez-vous ?

Mathieu Weill : L'Icann gère la racine de tous les noms de domaine. Elle élabore aussi les normes et les standards pour les noms de domaine génériques tels que .com, .org ou .net, et cela ne touche pas le .fr. C'est une institution d'une complexité folle ! En septembre 2009, son accord avec le département du Commerce a été revu, et Washington assure désormais que le gouvernement américain associe d'autres acteurs internationaux pour auditer l'Icann à intervalles réguliers et lui imposer des changements.

Certains estiment que la gestion des noms de domaine devrait être confiée à l'ONU...

Je ne suis pas sûr que cela améliorerait quoi que ce soit. Le problème n'est pas là ! Ce qu'il faut, c'est clarifier les objectifs : l'Icann a pris beaucoup de pouvoir parce que personne ne savait où traiter certains problèmes ailleurs qu'au sein de cette organisation.

En 2010, le mot cyberguerre a fait son entrée dans le vocabulaire courant : avez-vous senti un changement ?

Depuis 2007, il y a un vrai buzz autour des cyberguerres. Jusqu'à l'année dernière, les discussions des gouvernements étaient surtout théoriques : "que se passerait-il si...". Mais, ces derniers mois, nous avons eu de nombreux cas pratiques, de WikiLeaks à l'Égypte en passant par la Tunisie. Aux États-Unis, un projet de loi appelé "Internet Kill Switch" prévoit que le président puisse couper des pans entiers du Net, en cas de cyberattaque par exemple.

Faut-il réinventer Internet ?

Je n'ai aucun espoir que l'on change quoi que ce soit dans la structure. Une évolution possible serait la prise de pouvoir par un groupe sectoriel. Par exemple, par les opérateurs télécoms : ils ont plus d'abonnés à l'Internet mobile qu'à l'Internet classique et peuvent donc modeler l'Internet mobile pour transformer tout Internet. Autre possibilité : des géants comme Facebook, Google ou Baidu pourraient décider d'enfermer l'utilisateur dans un environnement propriétaire. C'est un peu le cas de certains jeunes aujourd'hui, pour qui Internet, c'est Facebook.

Que pensez-vous de l'annonce, par Nicolas Sarkozy, de la création d'un Conseil national du numérique (CNN) ?

Le problème est de savoir si le CNN sera un lieu de débat, ou une force de décision. En ce sens, c'est un peu le même débat que pour le Forum sur la gouvernance d'Internet (FGI) organisé par l'ONU. On le critique beaucoup, mais ce forum a fait progresser le dialogue sur la scène internationale, car auparavant, l'Icann était un sujet tabou. L'évolution du lien entre l'Icann et le département américain du Commerce a été mûrie dans les couloirs du FGI.

La loi Loppsi 2 introduit le filtrage d'Internet par le ministère de l'Intérieur : cela risque-t-il de vous poser des problèmes ?

Nous pouvons craindre des problèmes. La qualité de service se joue à quelques dizaines de millisecondes pour nous, et l'analyse de chaque requête d'internaute pourrait ralentir le réseau. Sur le fond, je pense que ce n'est pas par des mesures techniques qu'on apporte des réponses à la pédopornographie. Malheureusement, je crains que l'article 4 de la Loppsi 2 (sur le filtrage, NDLR) soit étendu à d'autres domaines que la pédophilie. Il y a un vrai problème : il faut que des organismes indépendants puissent contrôler cette liste noire. J'ai toute confiance dans le ministère de l'Intérieur, mais ma confiance serait décuplée si la liste pouvait être contrôlée... Ce qu'il faudrait, peut-être, c'est une liste noire internationale, éditée, par exemple, par le Conseil de l'Europe, du même type que celle des paradis fiscaux.

Quel est votre cauchemar ?

Notre cauchemar, c'est une défaillance de notre réseau, un bug logiciel qui corromprait la liste des noms de domaine en .fr. En plus de perturber les internautes français, cela impacterait réellement l'Internet mondial. Le réseau français est très interconnecté, contrairement aux réseaux tunisien et égyptien, qui peuvent être coupés sans grande conséquence technique pour les internautes à l'extérieur. Vraiment, je préfère ne pas démontrer par l'exemple à quel point l'Afnic est importante !

Quels sont vos liens avec l'État français ?

Nous sommes une association loi 1901, et non pas une autorité comme le pensent de nombreuses personnes. Nous sommes sous contrat avec le ministère chargé du numérique : notre mission est de faire fonctionner le .fr et de gérer tous ses aspects. Par exemple, au second semestre 2011, nous pourrons probablement ouvrir le .fr à l'Union européenne. Des représentants du gouvernement siègent au conseil d'administration de l'Afnic. Demain, Éric Besson peut tout à fait décider de nous retirer la gestion du .fr, car celle-ci est attribuée après un appel à candidatures.

Quel est votre budget, d'où vient l'argent ?

Nous ne recevons aucune subvention de la part de l'État. Nous percevons environ 5 euros par an pour chaque domaine en .fr déposé, sur les 12 euros généralement facturés par les revendeurs. Comme nous gérons environ 2 millions de noms de domaines, le calcul est vite fait : cela nous apporte 10 millions d'euros. Nous avons une soixantaine de salariés, nous dépensons aussi beaucoup d'argent, principalement pour la sécurité, dans notre matériel réseau, notamment pour les datacenters. Enfin, nous menons de nombreuses missions de représentation à l'étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Les inquiétudes se précisent   Lun 14 Fév - 15:25

Politique - Le directeur de l’Afnic, l’organisme chargé de la gestion administrative et technique des .fr et .re, s’inquiète dans un article du Point de l’absence de contrôle de la liste noire des sites filtrés. Mathieu Weill craint également que le filtrage soit étendu à d’autres domaines que la pédophilie sur Internet.

La loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi 2) a été définitivement adoptée par le Parlement français la semaine dernière. Parmi les mesures portant sur Internet, c'est l'article 4 qui a le plus suscité la polémique.

Pour rappel, cet article confie à une autorité administrative, sans arbitrage par un juge, le filtrage des contenus de nature manifestement pédopornographique. Ce filtrage, critiqué notamment pour son inefficacité, s'accompagne de la mise en place d'une liste noire confidentielle de sites visés.

La lutte contre la pédophilie comme cheval de Troie

L'Australie a déjà mis en oeuvre des dispositions similaires. Ce précédent permet d'ailleurs de constater les dérives et erreurs permises par ce modèle. Divulguée en 2009, la liste noire australienne révélait que différents sites sans liens avec la loi étaient filtrés (poker, religion, entrées de Wikipedia et de Wikileaks, etc).

Selon le président de l'organisme français (au statut d'association de 1901) en charge de la gestion des noms de domaines, la Loppsi 2 pourrait bien déboucher sur les mêmes écueils.

« Il faut que des organismes indépendants puissent contrôler cette liste noire. J'ai toute confiance dans le ministère de l'Intérieur, mais ma confiance serait décuplée si la liste pouvait être contrôlée... Ce qu'il faudrait, peut-être, c'est une liste noire internationale, éditée, par exemple, par le Conseil de l'Europe, du même type que celle des paradis fiscaux » déclare Mathieu Weill dans un entretien avec Le Point.

Les syndicats de l'industrie culturelle attentifs au filtrage de la Loppsi

Mais la liste noire n'est pas la seule source d'inquiétude du directeur général de l'Afnic qui fait ainsi part d'une autre crainte, déjà évoquée par les détracteurs de la Loppsi. « Malheureusement, je crains que l'article 4 de la Loppsi 2 (sur le filtrage, NDLR) soit étendu à d'autres domaines que la pédophilie. »

Comme le rappelle PCInpact, plusieurs acteurs de l'industrie culturelle (SNEP, SPPF...) ont déjà témoigné de leur intérêt à l'égard du filtrage de la Loppsi 2. L'objectif étant de profiter des mesures de la loi de sécurité pour étendre le champ de la lutte contre le téléchargement illégal.

« Les solutions de filtrage qui pourraient être déployées à cette occasion devraient faire l'objet d'une réflexion à l'égard des contenus, dans le cadre de la propriété intellectuelle » avait commenté le syndicat des producteurs indépendants, qui depuis fin 2010 se mobilise contre le téléchargement direct.

Toutefois, les expérimentations autour du filtrage pourraient s'inscrire directement dans le cadre de la riposte graduée. La loi Hadopi prévoit en effet des tests dans ce domaine. Les sociétés représentant les ayants droit pourront même faire financer leurs propres expérimentations. Un amendement en ce sens a été adopté en catimini le 1er février.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
L'Afnic s'inquiète pour l'avenir d'Internet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire, hystérie et espoir pour l'avenir...
» Le revirement pour l'avenir
» Je m'inquiète pour une de mes élèves...
» une amie inquiète pour son avenir
» « Trois raisons d'espérer pour l'avenir du Christianisme » (Benoit XVI)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Sur la place du marché :: Attention ! Péril sur les LIBERTES fondamentales !-
Sauter vers: