Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Vatican veut avoir le monopole du Christianisme !...une grave erreur...une profonde déviance...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le Vatican veut avoir le monopole du Christianisme !...une grave erreur...une profonde déviance...   Jeu 25 Nov - 16:21

La Chine accuse le Vatican de «restreindre la liberté religieuse»
28 réactions

Le pape Benoît XVI, le 24 novembre 2010 au Vatican (AFP Tiziana Fabi)

La Chine a accusé jeudi le Vatican de «restreindre la liberté» religieuse, en affirmant que l'Eglise catholique officielle chinoise choisissait ses évêques en toute indépendance, après l'ordination d'un évêque chinois contestée par le Saint Siège.

«L'Eglise catholique de Chine, s'appuyant sur des décennies de tradition, effectue son travail d'ordination dans un esprit d'indépendance. C'est une manifestation concrète de la liberté de croyance religieuse», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hong Lei.

Le Vatican avait estimé mercredi que l'ordination d'un évêque samedi dernier en Chine sans le consentement de Rome constituait «une grave violation de la liberté religieuse et de conscience». Le porte-parole chinois a répliqué en affirmant que «toute allégation ou intervention constitue un acte de restriction de liberté et d'intolérance» vis-à-vis de l'Eglise catholique officielle chinoise.

Une ordination contestée

L'ordination du père Guo Jincai à Chengde, une ville du nord de la Chine, a été annoncée par Liu Bainian, vice-président de l'Association patriotique des catholiques de Chine, Eglise contrôlée par les autorités.

«L'Eglise catholique chinoise n'est pas responsable des conséquences de cette ordination sur les relations entre la Chine et le Vatican», a déclaré jeudi Liu Bainian. «Nous ne pouvons pas cesser de répandre l'Evangile pour des raisons politiques», a-t-il ajouté en insistant sur la nécessité pour les catholiques chinois d'avoir des évêques.

Les fidèles sont «humiliés» parce que «les autorités civiles chinoises veulent leur imposer un pasteur qui n'est en pleine communion ni avec le pape ni avec d'autres évêques de par le monde», avait affirmé le Vatican dans un communiqué.

Une Eglise officielle et une «clandestine»

Le Saint Siège avait déploré les «pressions» exercées selon lui sur des évêques chinois pour qu'ils participent à la cérémonie. Il avait en outre rappelé qu'il s'était exprimé cette année à plusieurs reprises contre l'ordination du père Guo.

Les catholiques chinois sont estimés à quelques millions (5,7 millions selon les chiffres officiels), partagés entre l'Eglise officielle dont le clergé dépend des autorités politiques et une Eglise non reconnue dite «clandestine» ou «souterraine» qui tire sa légitimité de son obéissance au pape. Les prêtres et évêques de l'Eglise fidèle à Rome sont confrontés à de multiples difficultés dans l'exercice de leur ministère, certains ayant été arrêtés par la police.

Pékin et le Saint-Siège en froid depuis soixante ans

Les relations entre la Chine et le Vatican s'étaient un peu dégelées durant la première moitié de l'année. Entre avril et juillet, six évêques avaient été nommés avec l'agrément commun du pape et des autorités chinoises. Pékin et le Saint Siège n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1951 et le rétablissement de ces relations est un enjeu pour Pékin, qui souhaite améliorer son image à l'étranger.

Une commission a été créée en 2007 réunissant des responsables de la Curie romaine et de l'épiscopat. En mars, le Vatican avait dit souhaiter avec les autorités chinoises un «dialogue respectueux et ouvert». Il a réitéré cette volonté mercredi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le Vatican accuse l'Eglise officielle chinoise d'actes "inacceptables"   Sam 18 Déc - 15:04

CITE DU VATICAN, 17 déc 2010 (AFP) - Le Vatican accuse l'Eglise officielle chinoise d'actes "inacceptables"
Le Vatican a accusé vendredi la Chine d'actes "inacceptables" et "hostiles" qui provoquent "une perte grave de confiance" après une réunion de l'Eglise officielle que le Saint-Siège ne reconnaît pas, et l'ordination d'un évêque sans le consentement de Rome.

La réunion de la 8e assemblée des représentants catholiques chinois, du 7 au 9 décembre, et l'ordination d'un évêque à Chengde (nord), "ont détérioré unilatéralement le dialogue et le climat de confiance établis" avec le gouvernement chinois, selon un communiqué.

Le Vatican exprime son "profond regret" face à cette réunion, "imposée à de nombreux évêques, prêtres, religieux et fidèles", jugeant que la manière dont elle a été "convoquée" et "conduite" représente "une attitude répressive au regard de l'exercice de la liberté de religion que (le Vatican) espérait remisée au passé".

Il y voit un signe "d'intolérance intransigeante" et "condamne la grave violation des droits de l'Homme" infligée aux évêques et prêtres de l'Eglise non officielle qui ont "été contraints d'y participer".

Relevant qu'il "ne peut pas reconnaître l'Assemblée des évêques de Chine comme une conférence épiscopale", il juge "déplorable" qu'un évêque "illégitime" en ait été nommé président. Pour le Vatican, il est en outre "navrant" qu'un évêque reconnu par Rome prenne la présidence de l'association patriotique catholique (fidèles de l'Eglise officielle).

Le pape Benoît XVI avait lancé le 1er décembre un appel en faveur de l'Eglise de Chine, qui "vit des moments particulièrement difficiles", allusion à la récente ordination d'un évêque "officiel" et aux vexations et arrestations subies par certains prêtres.

Fin novembre, le Vatican avait vivement condamné la nomination de l'évêque officiel en la qualifiant de "grave violation de la liberté religieuse et de conscience". Pékin avait répliqué en accusant le Vatican de "restreindre la liberté" religieuse et en affirmant que l'Eglise officielle choisissait ses évêques en toute indépendance.

Les catholiques chinois sont estimés à 5,7 millions selon les chiffres officiels, partagés entre l'Eglise officielle dont le clergé dépend des autorités politiques et une Eglise non reconnue dite "souterraine" qui tire sa légitimité de son obéissance au pape.

Les rapports entre la Chine et le Vatican, qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1951, s'étaient pourtant un peu dégelés au début de 2010 avec la nomination entre avril et juillet de six évêques avec l'agrément commun du pape et des autorités chinoises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
Le Vatican veut avoir le monopole du Christianisme !...une grave erreur...une profonde déviance...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES DIX MOYENS D'AVOIR LA PAIX DU COEUR ET DE L'ESPRIT !
» priere pour nathalie qui veut avoir un bebe
» complementer la CMU
» Vos partenaires et le lavage des mains...
» Validation calcul condensateur pour réhausser cos ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Bruits de chapelles et soupirs de confessionnaux :: Gros péchés d'Eglise-
Sauter vers: