Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Simulations de Big Bang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Simulations de Big Bang   Sam 6 Nov - 15:25

VIDÉO - Au sein de l'accélérateur de particules du Cern, à Genève, les scientifiques vont procéder aux premiers chocs violents entre éléments lourds. Objectif: simuler les conditions extrêmes ayant régné aux premiers instants de l'univers.

Fini les protons, place au plomb. Les physiciens du Large Hadron Collider (LHC), le plus imposant accélérateur de particules au monde installé à Genève, ont remplacé jeudi les protons, ces petits bouts de matière qui constituent le noyau des atomes, par des atomes entiers de plomb. Ce sont les premiers pas d'Alice (A Large Ion Collider Experiment), une expérience un peu spéciale qui sera mise en place un mois par an dans l'accélérateur qui a réussi ses premières collisions en mars.

L'objectif des chercheurs est de recréer expérimentalement les conditions extrêmes qui ont régné juste après le big bang il y a 13 milliards d'années, au moment de la naissance de l'univers. Les atomes de plomb, débarrassés progressivement de leurs électrons (jusqu'à devenir des noyaux purs), sont envoyés par paquets en sens inverse à très grande vitesse.

Lorsque les deux faisceaux se rencontreront, les collisions entre noyaux vont permettre d'atteindre des températures 100.000 fois plus grande que celle régnant au centre du soleil - 15 millions de degrés. On retrouvera alors une pression équivalente à 100 fois le poids de la Terre sur une tête d'épingle. Des chiffres vertigineux.

Il n'en faut pas moins pour obtenir la soupe de particules élémentaires (quark et gluons) qui ont suivi la grande explosion primordiale. Les observations de ces «mini big bang» doivent permettre de mieux comprendre l'état de la matière dans ces conditions extrêmes. Le passage d'un mélange désordonné de particules à un univers organisé reste encore très largement incompris et de nombreuses théories s'affrontent. Les scientifiques espèrent qu'Alice les aidera à se frayer un chemin dans cette terra incognita de la physique.

Une simulation sur ordinateur de l'expérience Alice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Video sur simulation   Sam 6 Nov - 15:26

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Mini bigbang au LHC   Ven 12 Nov - 18:05

(Agence Science-Presse) Les plus hautes températures jamais produites dans une expérience scientifique : c’est le sommet qu’a atteint le 7 novembre le LHC, ce méga-accélérateur de particules en Suisse. Au point où ses communiqués en ont parlé comme d’un branle-bas de « mini big bangs ».

Pour les intimes, on parle plutôt d’un plasma quark-gluon : c’est-à-dire d’abord une boule de feu — plusieurs fois plus petite que l’atome — de 10 000 milliards de degrés Celsius. C’est près d’un million de fois plus chaud que le centre du soleil. À une telle température et avec pareille concentration d’énergie, le noyau de l’atome fond littéralement — pour devenir une soupe de ses constituants, quarks et gluons.

Le plasma quark-gluon n’existait pas seulement dans les équations des physiciens : il était déjà apparu dans les expériences du concurrent américain du LHC (Large Hadron Collider), le RHIC (Relativistic Heavy Ion Collider), lequel n’était toutefois monté « que » jusqu’à 4000 milliards de degrés.

La formation de ce plasma est la confirmation d’une théorie-clef de la physique quantique, qui prévoit que plus nous remontons loin dans le temps — en d’autres termes, plus nous nous approchons du Big Bang — plus les liens qui maintiennent les particules les plus élémentaires tombent les uns après les autres.

Et quand on veut dire « remonter dans le temps », on parle de micro-fractions de seconde : avec ce plasma quark-gluon, les physiciens reproduisent à présent les conditions qui régnaient un millionième de seconde après le Big Bang. Quelle est l’étape suivante?

Eh bien, le LHC avait progressivement pénétré, ces derniers mois, un territoire inconnu, presque pas balisé par les précédents accélérateurs de particules. En battant ce record, il confirme avoir bel et bien commencé l’exploration d’un nouvel état de la matière —ce fameux plasma quark-gluon— ou du moins d’un état de la matière qui n’existait plus depuis le premier millionième de seconde de notre univers.

Et ce record, on le doit au fait que les gigantesques appareils du projet ALICE lancent depuis le 4 novembre les uns contre les autres — et continueront pendant un mois — à des vitesses proches de la lumière, des noyaux de plomb, plutôt que de « simples » protons. Le plomb compte 82 protons : ça fesse plus fort.

L’énergie colossale dégagée par chacune de ces collisions pourrait permettre d’entrevoir...

... mais entrevoir quoi au juste? Tout dépendant du scientifique à qui vous le demandez, il sera question de la force nucléaire forte, de la théorie des super-cordes ou du mythique boson de Higgs. Qui pourraient être des variantes de la même réponse, une réponse aussi obscure que le territoire sur lequel ces noyaux de plomb ouvrent peut-être la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Simulations de Big Bang   

Revenir en haut Aller en bas
 
Simulations de Big Bang
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Y avait quoi avant le big bang?
» Vidéo documentaire Arte "A la recherche des secrets du big bang"
» évolution , big bang etc...
» La NASA et la recherche pour réduire le bang supersonique
» Big Bang aujourd'hui en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Les avancées de la Science :: Nos connaissances de l'Univers-
Sauter vers: