Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La polémique sur les sables bitumineux continue d’enfler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: La polémique sur les sables bitumineux continue d’enfler   Sam 16 Oct - 16:32

La polémique sur les sables bitumineux continue d’enfler
par Stéphanie Hugot-Lusignan, Lundi 4 octobre 2010

La majestueuse rivière d’Athabasca serait, selon les scientifiques, polluée par au moins treize produits toxiques
Selon une étude menée par des biologistes de l’Université d’Alberta et parue ce mois-ci dans le journal de l’Académie des sciences canadiennes, un cocktail explosif de polluants chimiques (mercure, arsenic, plomb etc.) flotte actuellement dans les rivières de la province canadienne.

L’Alberta, province située à l’ouest du Canada, fournit à elle seule 70% du pétrole et du gaz naturel exploité par le pays. Elle héberge en outre la deuxième réserve mondiale de pétrole brut derrière l’Arabie Saoudite. Les sables bitumineux – désormais appelés « sables d’huile d’Athabasca » – accueillent en effet des réserves de pétrole estimées à deux trillions de barils, ce qui n’est cependant pas sans porter gravement atteinte à l’environnement.

Le rapport a ainsi révélé la présence d’au moins treize produits toxiques dans la rivière d’Athabasca et l’impact écologique est désormais tel que le gouvernement canadien ne pourra plus le démentir. Le ministre de l’Environnement Rob Renner a déclaré il y a quelques jours vouloir clore le bouillant débat relatif à l’impact de l’activité des sables bitumineux sur la rivière Athabasca. Son ministère et David Schindler, co-auteur de l’étude et célèbre biologiste de l’Université d’Alberta, vont pour ce faire se rapprocher afin de mesurer précisément l’impact de la pollution et de trouver des solutions.

Avant la publication de l’étude, le gouvernement de la province et l’industrie du pétrole soutenaient de concert que la mauvaise qualité des eaux de la rivière était due à des facteurs naturels et mettaient en doute les conclusions des scientifiques, histoire sans doute de préserver au mieux les intérêts économiques de l’Alberta. Pris en tenaille entre les admonestations des associations de défense de l’environnement et les expertises qui contredisent unanimement ses dires, le gouvernement canadien veut maintenant se donner le choix d’étudier toutes les données d’un côté comme de l’autre.

Une pollution dangereuse pour la santé des autochtones

« Je pense qu’il est grand temps de limiter le développement des sables bitumineux, jusqu’à ce que l’on ait trouvé le moyen de résoudre ces problèmes », a pour sa part déclaré M. Schindler.

Un comité de scientifiques va en tout cas prochainement se réunir pour examiner les données environnementales de l’extraction des sables bitumineux. Ses conclusions pourraient en partie conditionner l’avenir d’une industrie grandement décriée par les militants écologistes de la région, lesquels l’accuse d’altérer gravement la qualité de l’eau et d’attenter à la faune (en particulier aux poissons) ainsi qu’à la santé des habitants.

Ces derniers vivent en grande majorité de la pêche, principale ressource économique locale, et la concentration élevée de mercure – entre autres éléments chimiques toxiques – pourrait rendre impropre la consommation de poissons. Aussi le dispositif de surveillance devrait-il être renforcé, moyennant notamment le soutien financier du gouvernement. « Si l’examen révèle qu’il reste encore beaucoup à faire pour protéger le bassin de l’activité industrielle, nous nous engagerons à le faire », a assuré M. Renner.

Parallèlement à la parution du rapport des biologistes de l’Université d’Alberta, le Nouveau Parti Démocratique (NPD), qui fait partie de l’opposition, a publié sa propre étude sur l’épineuse question des sables bitumineux. Celle-ci préconise notamment une réglementation et un suivi plus poussé des dommages écologiques qui leur sont imputés. Cerner les risques environnementaux liés à ce mode d’extraction de l’or noir, tel est le but de ces réunions. Parce qu’il est plus que temps que les grands groupes pétroliers se décident à les prendre en considération.

Crédit photo : flickr-dicktay2000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
 
La polémique sur les sables bitumineux continue d’enfler
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Colloque sur le "bien-être" animal & polémique
» La Loi Carle sur l'enseignement privé fait polémique
» "Madame écrit, monsieur adore" : la polémique Busnel/De Vigan.
» La guerre d'Algérie fait polémique au sein des célébrations 2012
» Polémique au salon de l'agriculture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: L'état de notre planète :: L'état des sols-
Sauter vers: