Agora de l'Ermitage

Libres propos d'un ermite sur les faits de société
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Visite papale en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Visite papale en France   Ven 11 Juil - 6:33

En nous appuyant sur des sources très fiables, nous pouvons dire, sans
entrer dans trop de détails, que la préparation de la venue en France du
Saint Père, en septembre prochain, donnerait lieu à des négociations
relativement difficiles.

Ces négociations soit directes, soit, selon l’usage, menées par
l’intermédiaire de l’ambassade de France auprès du Saint-Siège, mettent
face à face les représentants du Saint-Siège et les autorités
ecclésiastiques françaises (le pluriel ne devant pas faire oublier que
le cardinal André Vingt-Trois est à la fois archevêque de Paris, où le
pape résidera deux jours, et président de la conférence des évêques de
France). Il semble même que l’on ait parfois fortement haussé le ton du
côté des interlocuteurs romains devant les réserves et les freins
opposés par les autorités ecclésiastiques françaises.


Mgr Guido Marini, cérémoniaire pontifical, qui s’est rendu à Lourdes et
à Paris au milieu du mois de juin a présenté un certain nombre de
«désirs » concernant le déroulement des cérémonies ainsi que le mobilier
et les objets liturgiques à utiliser lors de la visite du pape (il a
notamment écarté l’usage des coupelles ou des corbeilles de communion et
a exigé l’utilisation de ciboires de forme traditionnelle).


Pour la concélébration sur l’esplanade des Invalides, l’archevêché à
prévu que les 300 prêtres qui doivent concélébrer seront revêtus de
chasubles, mais il ne tient nullement à réduire ce nombre considérable
qui va tirer la cérémonie vers le style des JMJ.


Et surtout, Mgr Vingt-Trois ne manifesterait aucun empressement à
répondre à la demande de Mgr Guido Marini qui voudrait que le pape
puisse distribuer à Paris la communion aux fidèles à genoux et sur la
langue.


La question de la participation des prêtres venus de toute la France
aux diverses cérémonies n’a pas été évoquée, mais on sait qu’à Paris,
l’archevêché voudrait exercer un contrôle rigoureux et éviter autant que
possible « l’infiltration » de prêtres traditionalistes, qu’ils soient
membres des communautés Ecclesia Dei, ou pire encore de la Fraternité
Saint-Pie X, qui espèrent pourtant pouvoir venir en nombre.


L’archevêché de Paris a prévu que Benoît XVI inaugurera le somptueux
ensemble du collège des Bernardins (faculté de théologie, centre
d’études et de conférences sur le dialogue de la culture avec le
christianisme), réalisation nouvelle dont s’enorgueillit le diocèse.


En revanche, il s’oppose fortement à ce que le Saint Père réponde à
l’invitation de l’Institut de France (le pape en est membre : le
cardinal Joseph Ratzinger avait été reçu à L’Académie des Sciences
Morales et Politiques, le 6 novembre 1992, et y avait prononcé un
discours sur « La théologie de l’Alliance dans le Nouveau Testament »,
le 23 janvier 1995). Cette invitation à se rendre au Quai de Conti est
fortement soutenue par Jean Foyer, ancien Garde des Sceaux, tenu pour
«traditionaliste » par les évêques de France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Interdiction du survol de Lourdes pendant la visite du pape   Ven 29 Aoû - 7:24

PARIS, 29 août 2008 (AFP) - Interdiction du survol de Lourdes pendant la visite du pape Benoît XVI

Le survol de la région de Lourdes (Hautes-Pyrénées) sera interdit du 11 au 15 septembre alors que le Pape Benoît XVI se rendra du 13 au 15 septembre, selon un arrêté paru vendredi au Journal officiel.

Cet arrêté dispose que "pour les besoins liés à la mission de sûreté aérienne, dans le cadre de la visite du Pape à Lourdes, il est crée, à titre temporaire, une zone interdite de survol dans la région de Lourdes".

Les annexes de cet arrêté précisent les modalités d'interdiction du survol, prévue du 11 septembre 2008 à 00h00 au 15 septembre 2008 à 22h00.

Lors des visites de chefs d'Etat étrangers ou des sommets du G8, des interdictions de survol sont édictées par le ministère de la Défense qui est chargé de faire appliquer ces interdictions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Remballe ton pape   Ven 5 Sep - 15:19

remballe-ton-pape Jeudi 24 juillet 2008
POURQUOI NOUS NOUS OPPOSONS A LA VENUE DE BENOIT XVI.
Les 12, 13 et 14 septembre prochain, le Pape Benoît XVI (Joseph Ratzinger) sera pour la

première fois en France, invité par Nicolas Sarkozy. Cette présence du Chef du Vatican,

cautionnée par l’Etat français, est inacceptable et constitue une attaque contre le

mouvement social pour plusieurs raisons.



Une attaque contre la séparation de l’Eglise et de l’Etat

Par cette invitation, Nicolas Sarkozy confirme sa position sur une « laïcité positive »

qui ne devrait pas avoir « le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes ». Il

n’hésite pas à promouvoir l’intrusion de la pensée chrétienne dans les affaires publiques

quand il dit que « dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la

différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou

le curé ». Malgré les protestations, la rentrée prochaine verra « l’éducation civique »

remplacée une « l’instruction civique et morale » aux relents de catéchisme républicain et

d’obéissance aveugle aux règles. N’oublions pas aussi qu’en 2007, Christian Vanneste,

député UMP-CNI du Nord, a envoyé à des établissements scolaires l’ouvrage « Homme et

femme, il les créa », condamnant les théories de l’évolution et l’homosexualité.

Il y a une persistance des liens structurels entre Etat français et autorité vaticane. Le

Président de la République a accepté le titre de chanoine. Christine Boutin, actuelle

ministre du logement et de la ville, est nommée depuis 1995 au Conseil Pontifical pour la

famille du Vatican, et son cabinet ministériel compte un prêtre, Jean-Marie Petitclerc.

Ces exemples constituent une attaque contre la laïcité instituée par la loi.



Une attaque contre les femmes

Les propos à l’encontre des femmes et de leurs droits tenus par l’Eglise catholique en

général, et par Benoît XVI en particulier, sont rétrogrades, sexistes, misogynes et

lesbophobes. Dans sa lettre encyclique Evangelium Vitae, il semble nécessaire à Ratzinger

de rappeler les paroles prêtées à Dieu envers Eve, suite au prétendu « péché originel » :

« Le désir te portera vers ton mari, et celui-ci dominera sur toi » (Genèse, 3, 16).

La supériorité divine des hommes sur les femmes organise la société dans toutes ses

sphères : Ratzinger ajoute que « les femmes qui le désirent librement pourront consacrer

la totalité de leur temps au soin du ménage […], tandis que celles qui désirent avoir d’

autres activités pourront le faire, avec des horaires adaptés, sans être mises devant le

choix de devoir sacrifier leur vie de famille. » A l’heure où les femmes occupent une

large part des emplois précaires et consacrent une majorité du temps qu’il leur reste au

travail domestique gratuit, Benoît XVI tient à leur rappeler leur place : le foyer et la

famille. La famille, défendue par Ratzinger, est surtout le premier lieu de la violence

domestique.



Une attaque contre le droit à la contraception et à l’avortement

Le catéchisme de l’Eglise catholique perdure : « le plaisir sexuel est moralement

désordonné quand il est recherché pour lui-même, isolé des finalités de procréation et d’

union. »

Puisque la norme est que sexualité et reproduction soient intimement liées, c’est tout d’

abord au droit à l’avortement que l'Eglise catholique s’en prend. Des milliers de femmes

meurent chaque année dans les pays où l’avortement est illégal. Là où il est légalisé, le

droit des femmes à disposer de leur corps est attaqué sans relâche. En France, où 40 % des

femmes avortent une fois dans leur vie, les services hospitaliers qui le pratiquent sont

de moins en moins financés, sous l’influence d’un lobbying actif de l’Eglise catholique.

Cette dernière promeut également l’extension de la clause de conscience – le droit des

médecins à refuser de pratiquer l’avortement notamment – et indique qu’il s’agit d’un

devoir.



Une attaque contre nos vies : le pape complice de la propagation du VIH

L’Eglise catholique s’en prend globalement à la majorité des moyens de contraception, y

compris le préservatif qui permet de se protéger de nombreuses maladies sexuellement

transmissibles et, notamment, du virus du Sida (VIH).

Dans un contexte mondial où la pandémie du VIH progresse et fait des ravages, continuer

d'interdire des méthodes de protection des vies humaines, comme le préservatif, qui sont

simples, peu coûteuses et efficaces est criminel.



Une attaque contre le droit de choisir son genre et sa sexualité

La Bible condamne l’homosexualité et Ratzinger décrit « l’inclination particulière de la

personne homosexuelle » comme « un comportement intrinsèquement mauvais du point de vue

moral ».

Par ses propos, l’Eglise permet de légitimer toutes les discriminations et violences

commises envers les lesbiennes, gays, bisexuel-le-s, transexuel-le-s et intersexes

(LGBTI). Elle fait perdurer un ordre moral qui condamne à la sous-citoyenneté toutes

celles et ceux qui ne veulent pas s’y conformer. Cet ordre suppose qu’il n’existe que deux

genres, « naturellement » déterminés par deux sexes, hommes et femmes nécessairement

complémentaires, niant ainsi l’existence des personnes transgenres, transsexuelles et

intersexes.



Une attaque contre la solidarité et les luttes sociales

A propos des immigré-e-s, le Pape a souligné que quiconque leur apportait son aide devait

le faire « dans le respect de la loi faite pour assurer le bon déroulement de la vie

sociale. » On voit que quand il s’agit de gens que la police rafle et emmène en centre de

rétention, les capacités de protestation de l’Eglise catholique ne se sont pas beaucoup

améliorées depuis la Seconde guerre mondiale.

Mais, plus globalement, Benoît XVI tient à envoyer un message clair contre l’émancipation

: « il serait criminel de prendre les éléments de la piété populaire et de les orienter

vers un plan de libération purement terrestre, lequel se révèlerait rapidement comme rien

d’autre qu’une illusion ». Pour tous et toutes les opprimé-e-s, pour tous ceux et celles

qui voudraient lutter pour voir leur situation s’améliorer ou qui aspirent à un monde

meilleur, il suffirait de courber l’échine pour pouvoir atteindre le bonheur… mais

seulement après la mort.




Nous sommes contre la violence et les discriminations de l’Eglise.

Nous sommes pour le droit de faire ce que nous voulons de notre corps, sans avoir à

répondre à une norme, à une esthétique, qu’elle soit religieuse, sociale ou idéologique.

Nous sommes pour le droit de choisir nos sexualités, sa/son/ses partenaires. Nous

réaffirmons que l'accomplissement des femmes ne passe pas par la maternité, qu'elle n'est

pas un destin biologique mais doit rester un choix.

Nous exigeons :

- que l’Eglise ne s’immisce pas dans la politique,

- que l’Eglise arrête de faire des déclarations criminelles,

- que les gouvernements français mettent tout en place pour s’affranchir de l’idéologie

catholique,

- le libre accès et la totale gratuité des moyens de contraception et de l’

avortement.





--------------------------------------------------------------------------------




Signataires : Marche mondiale des femmes, Panthères roses, Alternative libertaire,

Offensive libertaire et sociale, Scalp , Ligue communiste révolutionnaire, Collectif

libertaire de Bourges, La coordination des Collectif Unitaires pour une Alternative au

Libéralisme de l'Hérault, Scab (Suisse), Sud-PTT, Ligue du droit des femmes, Dones

D'Enllac (Catalogne), Collectif de pratiques et de réflexions féministes « Ruptures »,

Réseau féministes « Ruptures », Act'up-Paris, Mrap Marseille, Association culturelle des

travailleurs immigrés de turquie, SOS sexisme, National Secular Society (Angleterre),

Espoirs de femmes, Coordination égalité



http://remballe-ton-pape.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Papadrone   Mar 9 Sep - 7:02

Après la papamobile : le papadrone
Le ministère de la Défense n'a pas lésiné sur les moyens pour assurer la sécurité du Pape pendant sa visite en France la semaine prochaine: un drone, des hélicoptères, des chasseurs, un avion-radar… De quoi faire rêver les soldats français d'Afghanistan.

Benoit XVI, qui entame sa tournée en France le 12 septembre prochain, ne sera peut-être pas le Pape le plus populaire, mais il sera le plus protégé. Pendant les trois jours que sa Sainteté passera en France, il bénéficiera d'un dispositif de sûreté aérienne inédit : à côté des traditionnels hélicoptères, on trouvera des chasseurs et un avion-radar. Mieux : l'armée de l'air étrennera pour l'occasion un drone Eagle. Ce sera l'une des premières sorties de cet engin déclaré bon pour le service en juin dernier.

Cette débauche de technologie laisse songeur, surtout au moment où les experts comme les militaires pointent la faiblesse des moyens du renseignement aérien français en Afghanistan. La question avait particulièrement fait débat lors de l'audition du ministre de la Défense par les commissions ad hoc de l'Assemblée nationale après la mort des dix soldats français.
Sur place, l'armée ne dispose, en effet, que de deux hélicoptères. Surtout, elle n'a pu déployer aucun drone, la France en étant largement sous-équipée. Déjà en octobre 2007, lors d'une audition devant la commission Défense de l'Assemblée, le député Yves Fromion soulignait « qu'en matière de drones, la situation est calamiteuse. Les ruptures capacitaires sont très importantes ». Preuve en est aujourd'hui. S'il n'est pas sûr que l'engin suffise à déjouer les multiples embuscades afghanes, sur un théâtre d'opérations, les drones sont bien souvent les « yeux » indispensables des forces engagées.

L'Afghanistan plutôt que le Vatican
Journaliste à Libération, spécialiste des questions de défense, Jean Dominique Merchet l'expliquait sur son blog après l'attaque qui a causé la mort des dix soldats français « La colonne française a été attaquée dans un col. Elle n'avait, au sens propre, pas la capacité de voir au delà de la colline. Des moyens aériens, drones ou hélicoptères, auraient pu précéder la colonne et reconnaitre les lieux ». Interrogé dans France Soir, Guy Teissier, député des Bouches-du-Rhône, président de la commission de Défense de l'Assemblée nationale, allait plus loin : « Si un drone avait survolé les lieux avant le passage des soldats, sans doute aurait-il détecté la présence des Talibans venus en masse et avec d'importants moyens ».
Que vaut la sécurité d'une poignée de troufions français face à l'hypothèse d'une tentative d'agression sur sa Sainteté Benoît XVI ? Vous avez désormais la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Discours aux Bernardins   Sam 13 Sep - 7:17

Temps fort de la visite papale voici le discours du pape que nous analyserons la semaine prochaine sur le Bulletin

http://ermitage.ouvaton.org

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: LE PAPE DU CHOC DES CIVILISATIONS   Ven 26 Sep - 12:02

LE PAPE DU CHOC DES CIVILISATIONS

(cette tribune a été publiée dans « le Monde » daté du 12 septembre 2008)

La visite de Benoît XVI nous faire vivre un mélange des genres entre religion et politique très significatif. La débauche ostentatoire des moyens officiels mis à disposition, l’occupation agressive de l’espace public, le harcèlement médiatique télévisuel, tout fait sens. Ici le moyen c’est le but. Le pape et le président ont en commun une stratégie de reconfessionalisation institutionnelle de la société française. Les deux hommes s’inscrivent dans la théorie du choc des civilisations de Samuel Huntington, bréviaire de la diplomatie étatsunienne. Ils tirent de la religion la légitimité à agir pour la domination d’un prétendu « Occident ». Dans cette perspective la République laïque fait obstacle. Un changement de cap est nécessaire.Le discours de Latran de Nicolas Sarkozy l’a proclamé sous le nom d’une « laïcité positive ». Cela devrait se traduire par une pseudo « modernisation » de la loi de 1905. Des lors, juste avant la visite du pape, son premier ministre, le cardinal Bertone, s’est réjoui: «certains éléments font espérer une évolution de cette laïcité rigide qui fit de la France de la 3e République un modèle de comportements antireligieux ». Qu’est-ce que cette « laïcité positive » ? Une reformulation par Benoît XVI de la revendication de l’église romaine à être reconnue comme acteur officiel de l’espace public ! Voici le postulat du cardinal Ratzinger : « La foi n’est pas une chose purement privée et subjective. Elle est une grande force spirituelle qui doit toucher et illuminer la vie publique. » Nicolas Sarkozy l’a officialisé: « j’appelle de mes vœux l’avènement d’une laïcité positive, c’est-à-dire une laïcité (…) qui ne considère pas les religions sont un danger mais plutôt un atout ». C’est ce que demandait le pape :« Un Etat sainement laïc devra logiquement reconnaître un espace dans sa législation à cette dimension fondamentale de l’esprit humain. Il s’agit en réalité d’une “laïcité positive” qui garantisse à tout citoyen le droit de vivre sa foi religieuse avec une liberté authentique y compris dans le domaine public ». Le domaine public, voila l’enjeu pour le pape : « L’hostilité à toute forme d’importance politique et culturelle accordée à la religion, et à la présence, en particulier, de tout symbole religieux dans les institutions publiques, n’est certainement pas une expression de la laïcité, mais de sa dégénérescence en laïcisme.» Ratzinger avait prévenu : « Une telle séparation, que je qualifierais de "profanité" absolue, serait certainement un danger pour la physionomie spirituelle, morale et humaine de l’Europe. » Car pour le pape, «l’Europe est un continent culturel et non pas géographique. C’est sa culture qui lui donne une identité commune. Les racines qui ont formé et permis la formation de ce continent sont celles du christianisme. » Lavision est plus large encore. C’est l’occident qui est en cause. « L’Occident est menacé depuis longtemps par le rejet des questions fondamentales de la raison et ne peut en cela que courir un grand danger » déclare le pape. Nicolas Sarkozy partage ce credo. Le « premier risque » dans le monde, a-t-il déclaré trois mois après son élection, c’est celui d’une « confrontation entre l’Islam et l’occident ». Foin de la réalité étatique de l’ordre international, et tant pis pour cinq millions de musulmans français. Bien sûr, cette vision ne proclame une identité que pour mieux désigner des adversaires. L’Islam d’abord. Cette lecture d’un occident menacé par l’Islam, Benoît XVI l’a aussi exprimée de manière particulièrement provocante dans son discours de Ratisbonne en 2006. Au prétexte d’une réflexion sur la foi et la raison, le Pape utilisait un dialogue entre l’empereur byzantin Manuel II Paléologue et un savant perse sur « le christianisme et l’Islam, et leur vérité respective ». Il citait ainsi l’empereur chrétien : « Montre-moi donc ce que Mohammed a apporté de neuf, et alors tu ne trouveras sans doute rien que de mauvais et d’inhumain, par exemple le fait qu’il a prescrit que la foi qu’il prêchait, il fallait la répandre par le glaive. » Cette référence très douteuse prononcée au lendemain de l’anniversaire de l’attentat du 11 septembre 2001 est un programme politique. Et une mystification. Elle fait en effet l’impasse sur les siècles de violence impulsée par l’Eglise, des croisades à l’Inquisition en passant par les dragonnades, la chouannerie et la résistance à la loi de 1905. Face au tollé soulevé par ce discours, Benoît XVI en avait minimisé la portée prétextant d’une réflexion anodine. Pourtant son secrétaire particulier, l’abbé Gaenswein, en confirmait un an plus tard la portée très politique : « Je tiens le discours de Ratisbonne, tel qu’il a été prononcé, comme prophétique. On ne peut pas éluder les tentatives d’islamisation de l’occident. Et le danger pour l’identité de l’Europe, qui y est lié, ne doit pas être ignoré. » Tel est l’arrière plan de la croisade du pape dans la France de Sarkozy. Le pape est bien un chef politique autant qu’un chef religieux. Toute l’Amérique latine progressiste en fait l’expérience amère dans sa lutte pour le droit au divorce ou à l’avortement et par la mise au ban de la théologie de la libération. L’Italie, l’Espagne et la Pologne le paient d’intrusions permanentes dans leurs élections. La France ne sera pas épargnée si l’hébétude du spectacle clérical éteint la vigilance laïque. La laïcité soit disant positive est une tromperie. Elle rétablirait les privilèges de préconisation publique et de pressions privées de l’église. C’est d’une laïcité étendue à de nouveaux domaines de l’espace public (hôpitaux, services publics etc.) dont la France a besoin. Plus que jamais : l’Etat chez lui, l’Eglise chez elle !

Jean-Luc Mélenchon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Vol à Lourdes pendant la messe du pape   Ven 26 Sep - 16:01

LOURDES (Hautes-Pyrénées), 26 sept 2008 (AFP) - Un plateau en vermeil volé à Lourdes pendant la messe du pape

Un plateau en vermeil utilisé pendant la célébration de la messe aux malades par le pape Benoît XVI le 15 septembre à Lourdes à été volé quelques instant plus tard, a-t-on appris vendredi auprès du service de presse des sanctuaires.

Ce plateau faisait partie de la "chapelle" (ensemble des objets de culte employés pour célébrer la messe) de Mgr Laurence, évêque du diocèse de Tarbes (1844-1870) à l'époque où Bernadette Soubirous affirma avoir vu apparaître la Vierge Marie à 18 reprises entre février et juillet 1858.

Ces objets cultuels, uniques par leur iconographie, avaient été prêtés par les pères de Garaison (Hautes-Pyrénées) pour cette célébration.

Il s'agit du second vol de ce type, commis en quelques secondes malgré d'importantes mesures de sécurité. En 2004, lors de la visite du pape Jean-Paul II à Lourdes, un voleur avait dérobé la nappe recouvrant l'autel sur lequel le Saint-Père venait de célébrer la messe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 9371
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Le cardinal Barbaresque "enfumé" tire le bilan de la visite papale   Mar 28 Oct - 7:13

où l'on admire sa " lucidité" (humour) et sa clareté d'esprit (humour) certainemùent après quelques joints

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ermitageagora.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite papale en France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite papale en France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma visite chez l'endocrinologue Echographie, Scintigraphie,
» sel gemme visite à salins les bains
» VII- Le livre de la visite des malades et des funérailles
» Visite Aquarium de La Rochelle (Identification)
» visite médicale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agora de l'Ermitage :: Bruits de chapelles et soupirs de confessionnaux :: Bruits divers-
Sauter vers: